Tous les articles par Lionel Scotto d'Apollonia

Note de positionnement du GDR PARCS

Note de positionnement du GDR PARCS

image roue_radar.jpg (0.1MB)

Notre société est confrontée aujourd’hui à des enjeux majeurs (changement climatique, perte de la biodiversité, crise économique…) dont la résolution ne pourra être envisagée sans l’implication pleine et entière des citoyens. L’engagement aux côtés de chercheurs pour réfléchir ensemble aux questions sociétales et imaginer des solutions est la clé pour devenir acteur des décisions prises et ainsi passer à l’action.

Dans ce contexte, une nouvelle éthique des relations entre Science et Société se dessine, et le qualificatif de “Sciences Participatives” prend tout son sens : il ne s’agit plus d’extraire les observations ou connaissances du citoyen afin d’alimenter la base de données du chercheur, mais bien de co-construire avec le citoyen des projets de recherche dont le déroulé sera caractérisé par une collaboration permanente aboutissant à une meilleure compréhension des phénomènes et à l’élaboration conjointe Les outils et méthodes pour mener de tels projets existent et ont déjà démontré leur efficacité. Ils sont réunis sous le nom de Recherche Action Participation ou RAP.

 

C’est dans cet esprit que le Groupement De Recherche “Participatory Action Research Citizen Science”, ou GDR PARCS, a été crée en 2013. Le GDR PARCS est un réseau d’acteurs qui souhaitent mener une recherche d’excellence avec l’approche originale de la RAP. En proposant outils et méthodes (via des formations), un conseil aux chercheurs qui souhaiteraient les appliquer (missions d’expertise) et une réflexion de fond sur le participatif, les membres du GDR PARCS œuvrent collectivement à l’amélioration des techniques participatives et à la diffusion de cette approche au sein des organismes de recherche français.

L’arbre à palabres à la foire aux associations

crédit photo ALE
crédit photo ALE

L’arbre à palabres Place Paul Bec le 4 octobre  2015

Dans le cadre de l’Antigone des associations qui se déroulera le 4 octobre 2015 nous vous proposons de venir librement vous exprimer autour de la conférence Paris Climat 2015 (COP21)  et de laisser librement vos questions, commentaires, sentiments, souhaits, désirs, humeurs en les accrochant à l’arbre à palabres qui se situera Place Paul Bec.

Les palabres seront ensuite effeuillées et analysées  et permettront d’enrichir les ateliers participatifs que nous organiserons afin de vous proposer un espace d’expression lors de la COP21 qui se déroulera fin novembre début décembre 2015.

Un répondeur, ainsi qu’une boite mail sont laissés à votre disposition 0467913540 ou cop21etmoi@ale-montpellier.org

L’arbre à palabres climatique va ensuite sillonner la ville de Montpellier.

 

 

Les rendez vous de l’Arbre à Palabres

crédit photo ALE
crédit photo ALE

Les palabres à venir

Dans le cadre du projet de l’Arbre à palabres climatique plusieurs actions sont programmées en amont de la conférence Paris Climat 2015 qui se tiendra au Bourget à la fin de cette année.

C’est l’occasion de donner la parole aux citoyens afin que chacun puisse s’exprimer le plus librement possible.

Aussi un “bel” Arbre à palabre prêté généreusement par le service de la biodiversité de la Ville de Montpellier avec l’aide de l’Agence Locale de l’Energie et notamment sous l’action Nicolas Cattin (que nous remercions  chaleureusement) sera exposé dans différents endroits à Montpellier à l’occasion de différentes manifestations.

Crédit photo Lionel Scotto d'Apollonia
Crédit photo Lionel Scotto d’Apollonia

 

Chaque citoyen pourra laisser librement ses questions, humeurs, commentaires, réflexions, coup de gueule, souhaits, désirs, attentes… sur l’arbre.

L’ensemble des témoignages recueillis permettra d’animer ensuite des manifestations collaborative moments d’échanges collaboratifs avec différents acteurs, scientifiques, politiques, journalistes.

L’objectif est de construire un cahier climatique citoyen et de le présenter à la COP21.

Crédit photo Lionel Scotto d'Apollonia
Crédit photo Lionel Scotto d’Apollonia

Liste des actions

26 septembre 2015 “Refaisons le climat

L’arbre à palabres sera à deux endroits lors du festival refaisons le climat. L’un sera sur le stand de l’Agence Locale de l’Energie tout au long de la journée.

Le second, sera dans l’espace dédié à la biodiversité.

A 15h, le dispositif de l’arbre à palabres climatique dans le cadre du petit théâtre de la biodiversité sera présenté par Lionel Scotto d’Apollonia, suivi d’un atelier participatif. Qu’on se le dise !

4 octobre 2015: Antigone des assos avec l’Agence Locale de l’Energie

10 octobre “fête de la science

Salle Pagezy Montpellier

12 octobre “Train du climat

17 octobre “Festival ethno doc

10 novembre “Café climat” avec l’ALE

 

Présentation de l’Arbre à palabres climatique

Présentation

Coordinateur et créateur du projet: Lionel Scotto d’Apollonia

arbres à palabres
Crédit photo Laurent Soumeyrol

Inspiré de la tradition africaine, l’« Arbre à Palabres » est un lieu de rassemblement sous lequel les villageois discutent « librement » des problèmes sociaux et politiques. L’image de « l’Arbre à Palabres » permet d’aborder l’ensemble des enjeux des débats citoyens portant sur les questions climatiques dont les ramifications touchent l’ensemble des questions écologiques comme celle de la biodiversité ou encore environnementales comme les problématiques énergétiques du nucléaire ou des gaz de schiste. La force du concept de l’« Arbre à Palabres » est de symboliser avec simplicité tout un ensemble de dispositifs citoyens existants sous différentes appellations comme celle de “forum citoyen” ou “forum débat”, en effectuant un décentrement par rapport aux visions occidentales. L’« Arbre à Palabres » permet d’aborder ainsi les dimensions multi- et inter-culturelles en interrogeant la pluralité des regards des citoyens de notre « Terre-patrie ». Fonctionnant comme incubateur social des Sciences Citoyennes (SC), le dispositif consiste à organiser et analyser des dispositifs participatifs impliquant différents acteurs de la vie civile, citoyens, décideurs politiques, journalistes en articulant les débats vers l’action politique. L’originalité du projet réside dans son inspiration hautement réflexive analysant dans une approche systémique les interactions – symboliques ou non – des différents acteurs. Ces réflexivités climatiques, écologiques, environnementales, mises en valeur dans le dispositif de l’« Arbre à Palabres » agissent comme un kaléidoscope politique et social de l’ensemble des enjeux dans lesquelles normes et valeurs s’entremêlent avec les dimensions épistémologiques. Cette dimension résolument réflexive permet d’interroger d’une part spécifiquement la normativité et l’engagement des acteurs et plus particulièrement celles des chercheurs dans la société en regard notamment de l’évolution des normes communicationnelles. D’autre part la portée politique, écologique et sociale de la mise en place de tels dispositifs en comparaison de ceux plus institutionnels. La question de la place dans l’espace public des chercheurs et plus particulièrement celles des climatologues représente la clé de voûte de la circulation des savoirs climatiques. En effet, le chercheur, confronté à une demande d’informations chargées d’implications politiques et sociales, se retrouve en tension dans la mesure où il est amené à communiquer en dehors des normes conventionnelles de la communauté scientifique. Ainsi il adopte dans son discours plusieurs stratégies en fonction des forums dans lesquels il communique, prenant des postures plus ou moins expertes et/ou politiques. Comme le notent Laura Maxim et Gérard Arnold (2012), des contradictions apparaissent au sein des sociétés sur les normes de communication scientifique en construction. De plus, les différents dispositifs institutionnels pour le débat public mise en place par la France sont l’objet de conflits d’acteurs. De nombreux exemples d’organisation du débat public (comme l’enfouissement des déchets radioactifs ou les nanotechnologies) mettent au jour de nombreuses difficultés. Sur la base de ce constat, le projet se nourrit des limites des dispositifs institutionnels, comme notamment la reproduction de positions de domination sociale, le choix des lieux, la formation des intervenants, le rôle de l’animateur. Il vise à s’affranchir autant que faire se peut des contraintes institutionnelles en décloisonnant le débat public.

Contexte de la problématique

Réflexivité environnementale
Crédit photo Scotto d’Apollonia Lionel

Tous les regards des acteurs concernés par les questions climatiques sont tournés vers la Conférence Paris Climat 2015. La France par l’intermédiaire de son Premier Ministre Manuel Valls a déclaré « la lutte contre le dérèglement climatique grande cause nationale 2015 », témoignant de la volonté politique à aboutir à un accord en remplacement du protocole de Kyoto. La problématique climatique tend à faire l’objet d’un consensus dans la communauté des climatologues. Cependant force est de constater qu’il existe un déficit constant de dialogue entre les Sciences et les Sociétés. Déficit d’autant plus problématique que sont mobilisés les leviers d’action politique. Les questions climatiques se sont construites sur des logiques essentiellement guidées par des logiques « top-down », c’est-à-dire relevant essentiellement d’un dialogue science-politique suivant le modèle « speaking truth to power ». C’est pourquoi les résumés du GIEC sont destinés comme leur nom l’indique aux décideurs politiques. Historiquement depuis les années 1990, les climatologues se sont érigés en véritable « lanceurs d’alerte » climatique (Chateauraynaud, Tony, 1999). Ainsi de nos jours la société civile leur demande non seulement de fournir une expertise par l’intermédiaire du GIEC, mais aussi de nourrir le débat et d’apporter des solutions. Ce constat est d’autant plus problématique que le mandat du GIEC réifiant la séparation science-politique se limite à être politiquement pertinent mais non prescriptif suivant l’adage : « policy relevant but not policy prescriptive ». Aux incertitudes scientifiques et sociales, et aux controverses épistémologiques et axiologiques viennent s’ajouter des facteurs de blocages plus importants en raison des tensions persistantes entre « pays développés » ou ceux « émergents » et « en voie de développement ». Ces difficultés, apparues lors de la conférence de Copenhague en 2009 ou plus récemment celle de Lima en 2014, limitent la mise en place de la gouvernance climatique (Dahan, 2014) d’autant plus que les liens entre sciences et politique restent compliqués (Hourcade, 2009). Il semble s’opérer depuis peu un renversement des logiques « top-down » vers des logiques « bottom-up » laissant plus de place aux initiatives citoyennes. En effet, à l’approche de la conférence Paris-Climat 2015, naissent en France et dans le Monde des initiatives citoyennes à l’image de la marche pour le climat organisée en septembre 2014. Cependant ces initiatives restent très hétérogènes, peu coordonnées, et répondent à des logiques d’engagement peu interrogées qu’il s’agit de caractériser en première approximation par la construction d’une cartographie territoriale.

 Questions de recherche

Crédit photo Scotto d’Apollonia Lionel

En s’appuyant sur les outils de la recherche action participative, le projet de l’« Arbre à palabres climatique » vise à mettre en synergie pour mieux les interroger certaines initiatives citoyennes autour des problématiques climatiques par l’organisation de débats participatifs avec différents acteurs, citoyens du Monde, chercheurs, personnages politiques, journalistes, membres associatifs ou d’ONG. La question de recherche générale autour de ce dispositif consiste à analyser la circulation des savoirs entre les différents acteurs impliqués dans les questions climatiques à différents niveaux d’échelle géographique (locales et internationales) par rapport aux mécanismes de prises de décision politique. Le dispositif participatif de l’« Arbre à Palabres » climatique vise à améliorer et enrichir les débats en profitant de l’agenda politique climatique de 2015 et en présentant un bilan lors de la conférence Paris Climat 2015.

L’analyse de la circulation des savoirs par rapport aux décisions politiques à travers un dispositif résolument ouvert aux sociétés civiles permet d’aborder les conditions de construction d’une expertise scientifique citoyenne. L’expertise dite scientifique est définie au sens de Philippe Roqueplo (1993, p. 5) comme le passage de la connaissance en tant que telle à sa formulation dans le contexte des prises de décisions. La notion d’expertise citoyenne (Sintomer, 2008) est mise en perspective par rapport à l’approche de la science « post-normale » (Funtowicz, Ravetz, 1993) et poursuivie dans le cas du climat par les travaux de Jeroen van der Sluijs (2008). La question de l’expertise citoyenne est d’autant plus épineuse que son fondement même doit être questionné. En effet les capacités cognitives et intellectuelles des citoyens à se saisir de la complexité des savoirs restent un point aveugle dans le cas du climat. Certaines études ont permis de démontrer la capacité de certains groupes d’acteurs à se doter des compétences suffisantes pour influencer le débat public, mais aussi pour accroître une demande légitime d’information sur des sujets soumis à de fortes incertitudes (Frewer et al, 2002). Les travaux sur les représentations sociales de l’effet de serre mettent au jour un gouffre abyssal entre les connaissances profanes et la complexité des mécanismes posant la question de la capacité des citoyens à réellement se saisir des enjeux. Cependant, les demandes des publics concernant ces questions sont bien plus complexes et respectables que ce que présentent les arènes médiatiques (Cheveigné, 2003).

Parmi l’ensemble des questions de recherche soulevées par les problématiques climatiques le projet en retient cinq.

  • Quelles sont les caractéristiques (sociales, politiques, économiques, éthiques, etc.) des initiatives citoyennes et les représentations sociales sous-jacentes de ces demandes ?
  • Comment sont prises en compte ces demandes citoyennes par les gouvernements et quel est leur niveau réel d’influence sur les mécanismes décisionnels ?
  • De quel appareillage conceptuel et méthodologique relève l’« Arbre à Palabres » en tant que dispositif innovant mobilisant différents champs disciplinaires ? Quels sont ses apports dans un cadre d’analyse des controverses socioscientifique spécifique (Scotto d’Apollonia, 2014 ?)

 

Aussi le projet prévoit-il de développer une réflexion épistémologique interdisciplinaire. Le but recherché est d’une part de mettre au jour les enjeux épistémologiques sous-jacents à chaque discipline, et d’autre part de clarifier, en questionnant leurs frontières, les cadrages théoriques et leurs articulations avec d’autres champs paradigmatiques de la recherche (que ces champs soient issus des sciences dures ou non).

  • Quelles sont les possibilités de construction d’un cadre théorique en cherchant à clarifier les articulations entre les différentes disciplines ?

 

Dans une visée réflexive, il semble nécessaire de questionner la portée sociale et politique d’un tel dispositif mais aussi son potentiel effet “marketing communicationnel” posant un simple verni servant d’alibi citoyen laissant aux petites voix du Monde la possibilité de s’exprimer sans être toutefois réellement écoutées ni prises en considérations. Cette question permet de questionner la place des sciences sociales par rapport à ces objets socialement vifs.

 

  • Quels sont les effets produits par le dispositif participatif de l’« Arbre à Palabres » sur le débat public, les représentations et l’engagement des acteurs vis-à-vis des actions politiques ?

Design des ateliers

image Baobab_illustration_wiki.jpg (79.3kB)
Crédit photo Scotto d’Apollonia Lionel

Les ateliers participatifs de l’« Arbre à Palabres » sont amorcés par la projection d’un mini-doc d’une dizaine de minutes croisant paroles de chercheurs, citoyens, membres associatifs ou d’ONG, journalistes et hommes ou femmes politiques.

En fonction des acteurs présents et de la demande sociale, les personnes participant à l’atelier sont ensuite invitées à inviter à interagir suivant différentes techniques de la RAP. A titre d’exemple il s’agit de répondre à une question ancrée dans la réalité représentant les racines de l’arbre (élévation niveau marin, dimension éducative, expertise citoyenne territoriale, adaptation, etc.) sur un petit carton coloré suivant et passé ce temps d’écriture, les acteurs sont invités à chercher leur alter-ego ayant plus ou moins de similarité afin de créer des groupes de familles qui représentent autant de ramification de l’arbre. Les acteurs sont ensuite invités à réagir aux arguments des autres familles afin de définir les liens possibles et les points demeurant problématiques. L’ensemble des questions ne pouvant être raisonnablement traitées dans le cadre de l’atelier les acteurs sont invités à poursuivre les débats et à mobiliser éventuellement aussi d’autres personnes de façon asynchrone sur une plate-forme internet dédiée.

Méthodologie

Crédit photo agence alpha

Outre le travail d’analyse poursuivant une veille épistémologique, des entretiens individuels et collectifs par l’organisation d’ateliers de réflexion internes à la communauté des chercheurs, il s’agit de co-construire la méthodologie spécifique à chaque atelier en s’appuyant sur les techniques de la RAP (Chevalier, ?). L’ensemble des débats sont filmés par deux caméras : l’une en plan fixe large pour analyser les déplacements des acteurs dans l’espace de débat et ainsi les dynamiques d’interaction ; l’autre suivant les méthodes de terrain de l’anthropologie visuelle, actionnée par un chercheur, filmant les débats de façon subjective afin d’affiner qualitativement certains questionnements. Il est possible, en outre, de réaliser des mini-entretiens filmés pendant ou après l’atelier. L’ensemble des ateliers fera l’objet de la réalisation d’un film documentaire de 52’ retraçant le dispositif.

Afin de construire des résultats bruts (qualitatifs en première approximation), le dispositif prévoit d’interroger « à chaud » les acteurs à la fin des ateliers par questionnaire évaluant, en plus des informations classiques (age – sexe – nationalité – niveau d’étude – niveau de formation scientifique – travail – etc.), leur niveau d’engagement initial ainsi que leur sentiment général sur l’« Arbre à Palabres » : les avantages, les limites, leurs représentations du phénomène d’un point de vue épistémologique et politique.

Le corpus constitué est donc à la fois textuel (le nuage sémantique de post-it par exemple) et audiovisuel. Il est traité à travers une grille élaborée spécifiquement lors de l’organisation de travaux en amont. Plusieurs dispositifs pré-exploratoires de l’« Arbre à Palabres » ont été testés dans des situations différentes (Fête de la science, en présence d’un public très hétérogène ; Espace Mendes France Poitiers, en présence d’un public très impliqué ; Université Montpellier 3, en présence de chercheurs et étudiants).

La méthode consiste ensuite à affiner les analyses en conduisant des entretiens individuels et collectifs avec les acteurs 1 an plus tard. C’est-à-dire ici un an après la conférence Paris Climat 2015. Des dispositifs témoins seront réalisés avec des groupes d’acteurs non impliqués dans la problématique.

Le suivi asynchrone sur la plate-forme textuelle internet fait l’objet d’une analyse spécifique avec des outils innovants que le projet prévoit de finaliser.

Réseau – Forces du Projets

Crédit Photo auteur inconnu

Le projet correspond au prolongement des travaux de recherche effectués lors de sa thèse par Lionel Scotto d’Apollonia (2014), portant sur l’analyse des controverses climatiques. Il bénéficie d’une très bonne connaissance des mécanismes physiques et chimiques liés au réchauffement climatique étant lui-même de formation scientifique, enseignant de Sciences-Physique dans le secondaire et titulaire de deux Masters (Histoire, épistémologie et philosophie des sciences et sociologie) et d’un doctorat en sociologie. Ayant construit et conduit plusieurs séminaires de recherche durant sa thèse, il bénéficie d’un solide réseau de chercheurs climatologues et en SHS. Le projet du dispositif de l’« Arbre à Palabres » est déjà lancé et structuré.

La force du projet est de s’appuyer de plus sur le réseau du GDR PARCS (Participatory Action Research and Citizen Sciences) dont il est l’un des co-directeurs. Ce GDR est soutenu et labélisé par l’INEE, un réseau dynamique regroupant la plupart des chercheurs impliqués dans la RAP et les SC en France (50 personnes, 30 labos) et des disciplines extrêmement diversifiées, ainsi que des associations ancrées dans la société civile (FSC, Tela Botanica, Orchidée Sauvage, Cybelle Planète). L’objectif général du GDR PARCS est de proposer un cadre de réflexion et des conseils sur les manières de construire et de réaliser des programmes de Sciences Citoyennes et de Recherche Action Participative. Il vise à co-construire un dialogue entre différentes initiatives existantes, regrouper les énergies dispersées en France sur ces questions, générer des synergies et des collaborations entre ces initiatives, et mutualiser les pratiques participatives dans la recherche scientifique française sur la biodiversité. Plus spécifiquement les objectifs sont de : (1) développer d’autres approches de recherche intégrant les savoirs citoyens  ; (2) améliorer nos pratiques de recherche, de participation, de sensibilisation ; (3) améliorer les bénéfices réciproques chercheurs/citoyens ; (4) comprendre comment mieux répondre à la demande sociale ; (5) mieux intégrer les citoyens et la société en amont et en aval des projets de recherche ; (6) faire des citoyens des relais pour l’éducation à la démarche scientifique. L’originalité du GDR est d’alimenter l’« indisciplinarité » en allant à contre-courant des idées reçues sur les sciences participatives. Il vise à remettre en question les logiques « top down » de recherche en cherchant véritablement à éprouver de façon réflexive « le contact avec les savoirs, les engagements et les valeurs éprouvées lors des enquêtes, et pour partager ces savoirs, ces engagements et ces épreuves dans la communauté des recherches sur les sciences » (Le Marec, 2010, p. 114) et favoriser les logiques « bottom-up » en développant également une expertise citoyenne reconnue sans sacrifier pour autant la conceptualisation inhérente à la démarche scientifique.

Membres de la recherche et la vie civile engagés dans le projet

Crédit photo Scotto d’Apollonia Lionel

Notre projet GRD PARCS Paris Climat 2015 a les deux pieds ancrés dans la réalité de la vie quotidienne. Les membres engagés dans le projet, sont des acteurs de la recherche, des membres associatifs, des élus politiques, des journalistes, des représentants des générations futures. C’est en effet avant tout, à la jeunesse que ce projet est destiné. Sa force est de s’appuyer sur une équipe de chercheurs engagés dans l’action de façon réflexive.

Nom

Affiliation – Fonction

Blangy Sylvie

Directrice GDR, Chercheur CNRS

Bocquet Bertrand

Professeur Université Lille

Carré Jennifer Chargée de missions – Association Telabotanica
Ducourneau Axel

Anthropologue – Réalisateur

Ferrand Nils

Chercheur IRSTEA

Jouzel Jean

Vice Président du groupe 1 du GIEC – Parrain du Projet

Maugis Pascal

Hydro-climatologue LSCE

Raynaud Christian

Maître de conférences Université Montpellier

Sallantin Jean

Chercheur CNRS émérite

Scotto d’Apollonia Lionel

Enseignant – Chercheur Université Montpellier 3

Bocquet Bertrand

Professeur – Université de Lille

Fondation sciences citoyennes

http://sciencescitoyennes.org/

Association Forum des débats

https://www.facebook.com/ForumDesDebats

Association Effervescience
Espace Mendes France Poitiers

http://emf.fr/

Agence Locale de l’EnergieALE Montpellier http://ale-montpellier.org/
Vous …..

Si vous souhaitez vous inscrire et nous rejoindre, rien de plus simple vous complétez le tableau ci-dessous et le renvoyez à lionel.scotto@fde.univ-montp2.fr

L’affaire Courtillot

L’affaire Courtillot : De la matinale de France Inter du 7 décembre 2009 à la récente polémique au sein de l’Académie des sciences en mai 2015.

 

Crédit Photo France Inter

« C’est dans ce cadre communicationnel et socio-historique qu’il faut étudier de près la façon dont l’argumentation s’inscrit, non seulement dans la matérialité discursive (choix des termes, glissements sémantiques, connecteurs, valeur de l’implicite, etc.) mais aussi dans l’interdiscours. » (Amossy, 2002)

Sur fond de « climategate », l’agenda médiatique de l’automne 2009 lors de la conférence de Copenhague aura été marqué par la forte exposition des controverses climatiques. Pragmatique, cet article propose une analyse sociolinguistique de la mise en scène médiatique des controverses climatiques, à partir de la matinale de France Inter[i] animée par Nicolas Demorand, le 7 décembre 2009, avec comme invité principal Vincent Courtillot, dialoguant en duplex depuis Copenhague, avec Jean-Pascal van Ypersele, vice président du GIEC (Groupe d’Expert Intergouvernemental sur l’Evolution du Climat – IPCC en anglais), et Jean-Louis Borloo. Dans l’espace public, le chercheur se retrouve confronté à des contraintes argumentatives fortes dans la mesure où il est amené à communiquer dans un temps court en dehors des normes conventionnelles de la communauté scientifique, parfois empruntes de contradictions (Maxim ; Arnold, 2012). En portant l’attention sur certains marqueurs langagiers, l’article vise à démontrer comment l’analyse du contrat communicationnel défini par Patrick Charaudeau (1997) constitue un bon indicateur de l’intensité du conflit, et permet un accès à l’espace interdiscursif des controverses. Cet article démontre comment cette approche linguistique permet de décrire les « jeux d’acteurs et d’arguments » (Chateauraynaud, 2011) des deux scientifiques ainsi que leurs bifurcations. Plutôt que de décrire un monde social plat constitué d’acteurs humains et non-humains s’inscrivant dans des réseaux, il est plus pertinent de concevoir les controverses socioscientifiques comme un espace social multidimensionnel, un « mille-feuille discursif » constitué du In (ce qui est donné à voir dans l’espace public), et du Off (l’ensemble des échanges interpersonnels relevant des différents espaces interdiscursifs) en portant de façon internaliste une attention particulière à la construction des savoirs climatiques. L’article propose de nourrir la réflexion sur des questions controversées de la symétrie opérée dans les médias et de la posture du chercheur en SHS. Il tend à démontrer qu’un supplément de réflexivité dans l’enquête permet de démêler les enjeux politiques et scientifiques. Pour cela il est nécessaire d’aborder de façon pragmatique et rationnelle la symétrie dans sa pluralité et d’opérer une brisure de symétrie permettant une lecture plus précise et pertinente de ces moments d’expression publique des controverses.

Crédit Photo GIEC

 

1. Cadre théorique/méthodologie

Cet article s’insère dans un cadre d’analyse socioépistémique des controverses climatiques (Scotto d’Apollonia, 2014) consistant à articuler une approche rationaliste sur la base d’un étayage des points épistémiques controversés depuis la fin XIXème siècle avec une approche pragmatique analysant les dynamiques de publicisation des controverses incluant une enquête réflexive de terrain auprès des acteurs impliqués. Cette enquête a été réalisée entre septembre 2012 et avril 2013 sous forme de 15 entretiens (sous couvert d’anonymat) individuels semi-directifs et d’un entretien collectif regroupant 8 de ces chercheurs dont 3 climatosceptiques. L’un des objectifs de l’entretien collectif est de présenter les résultats de l’analyse socioépistémique aux principes intéressés afin d’approfondir certains points. Ce supplément de réflexivité s’opère aussi de façon systémique par l’échange de mails.

Dans cet article, l’analyse du discours, considérée comme l’étude des intrications entre l’organisation textuelle et la situation de communication (Maingueneau, 2002), appréhende l’argumentation dans la matérialité du discours en fonction de la situation d’énonciation et des articulations entre le logos, l’éthos et le pathos, tout en restituant son inscription dans l’interdiscours (Amossy, 2008). D’un point de vue opératoire la méthode consiste à croiser deux axes : (1) Analyser des arguments produits en distinguant trois plans ontologique, qu’il est possible de rapprocher du contrat communicationnel proposé par Charaudeau (1997), épistémique, et axiologique, (Chateauraynaud, 2011, p. 104). Ces plans permettent d’éclairer le travail méta-discursif opéré par les acteurs. (2) Élargir le corpus en faisant varier les situations d’énonciations.

Cette approche revient à se doter d’un outil permettant de mettre au jour l’espace interdiscursif à partir de la superficialité médiatique faisant peser de fortes contraintes argumentatives sur les acteurs. Autrement dit, en portant l’attention sur les variations de ces conditions implicites (courtoisie, reconnaissance, objet commun, prise en compte de l’altérité, etc.) et la façon dont les acteurs en parlent (appartenance à la communauté scientifique, tutoiement, usage des prénoms, ou l’inverse « ces gens », etc.) il est possible d’obtenir un indicateur de l’intensité des controverses, et de ce qui se trame dans les coulisses.

La méthode consiste à symétriser dans un premier temps l’analyse en prenant la manifestation de la conflictualité telle qu’elle apparaît dans l’espace social, pour ensuite la comparer à l’enquête épistémologique objectivant les oppositions épistémologiques dans les revues scientifiques à comité de lecture. Cet article apporte une contribution rationnelle et pragmatique pluraliste des symétries à cette question fondamentale en sociologie des controverses. La méthode permet de dépasser certaines difficultés en mettant au jour les dissymétries et en fonction des données réflexives de l’enquête de briser la symétrie.

Crédit Photo Edition Pocket

2. Contexte

En 2005, la communauté des géologues commencent à s’opposer à celle des climatologues. Claude Allègre débute une campagne contre « les Cassandre du réchauffement » et le principe de précaution des « sornettes pour gogos ». Courtillot (2007) entre dans la controverse après la publication d’un article dans la revue EPSL (Bard, Delaygue, 2007 ; Courtillot, 2008) et l’organisation de deux séances à l’académie des sciences en mars 2007. Pourtant coté pile, le climat entre Jouzel et Courtillot semblait détendu. En témoigne le séminaire organisé le 25 octobre 2007, dont l’objectif visant un rapprochement entre géologues (IPGP) et climatologues (IPSL). Côté face, en coulisse les échanges de mails révélés par le « climategate » mettent au jour les stratégies des climatologues dont le réseau se tisse au niveau international. La controverse glisse vers la crise institutionnelle quand Edouard Bard adresse une lettre à la présidence du CNRS, aux membres de l’académie des sciences et au ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche, pour se défendre des accusations publiques dont il considère être l’objet. En 2009, la controverse s’intensifie avec les publications de Nouveau voyage au centre de la terre, écrit par Courtillot qui donne une série de conférences et, du livre très controversé L’imposture climatique d’Allègre.

Crédit Photo France 3 “Ce soir ou jamais”

3. Analyse

Généralité linguistique

La stratégie de positionnement de Courtillot participe à se présenter comme le scientifique. Il se positionne principalement suivant son éthos de chercheur qu’il développe à travers un logos bien construit épistémologiquement (thèse solariste) au service d’un pathos citoyen plus politique (contre le principe de précaution). Van Ypersele, l’expert, se positionne suivant son éthos de scientifique, et développe un logos (la preuve de la responsabilité des activités humaines) visant à légitimer les prises de décisions politiques, sans déployer le pathos alarmiste.

L’emploi des indices énonciatifs (je, me, moi, nous) diffère suivant les intervenants. Courtillot alterne (je) et (nous), quand il s’exprime sur le plan scientifique. Ce (nous) très naturel en science, dont la norme de publication est collective, a pour effet de donner une fausse impression de symétrie avec la communauté des climatologues. Cette impression est d’autant plus marquante que van Ypersele, ne sachant précisément « en tant que » quoi il s’exprime, emploie indifféremment soit la première personne (je) et le mode indirect d’expression se rangeant derrière l’actant (GIEC) : « même si le giec ne peut pas se prononcer », « le rôle du GIEC c’est de fourni », « le GIEC essaie de fournir les meilleures informations possible » (vY : II, 3’16)[ii], « le GIEC est très clair sur ces questions » (vY : II, 15’15).

La singularité langagière des acteurs reproduisant les stratégies de positionnement décrites précédemment se retrouve dans leur champ lexical. La « raison », le « raisonnable », scientifique de Courtillot (renforcé par la figure du pléonasme « tout ce qui est raisonnable est raisonnable » (C : 5’54), s’opposent à la « clarté », au « très clair », expert de van Ypersele. Cet usage répété systématiquement dans les autres communications de Courtillot, est d’autant efficace qu’il renvoie à la justification, et au lustre de la rationalité scientifique, le camp adverse étant considéré irrationnel : « c’est typiquement un problème judéo-chrétien pourquoi un problème judéo-chrétien parce que d’une part nous sommes responsables donc devons faire acte de pénitence » (C : 1’08). En se référant aux conditions de mise en scène discursive de l’acte argumentatif les deux acteurs se retrouvent soumis à une triple activité discursive : problématiser, se positionner, et prouver. Les spécificités langagières de Courtillot (la raison) participent à renforcer le processus de rationalisation argumentatif plus que celle de van Ypersele (la clarté).

Crédit Photo Darty

Plan ontologique : le fragile équilibre du contrat communicationnel

Le plan ontologique, forme de contrat communicationnel, caractérise ce sur quoi les intervenants sont d’accord pour débattre dans les bonnes règles de civilités. Les deux chercheurs explicitent cette adhésion : « je reviens là aux affirmations du vice-président du giec là pour qui j’ai tout à fait le plus grand respect » (C : 7’25), ou « mes gestes sont là simplement pour ne pas interrompre vocalement mon collègue et je trouve ça tout à fait normal ce… bien sûr et c’est important » (C : 13’25), « tout à fait moi je suis pour les débats et j’ai aucun problème à débattre de toutes les affirmations de monsieur Courtillot » (vY : 9’30)

Ils partagent un certain nombre d’éléments communs concernant le climat, parmi lesquels la réalité des changements climatiques, la nature anthropique des augmentations de CO2, une définition de la climatologie définie comme la moyenne des températures sur 30 ans.

Courtillot rappelle que le contrat communicationnel n’est pas toujours respecté par tous les acteurs sans les nommer directement : « je pense que tous les gens qui disent que le débat est clos… pour être aimable et peu agressif euh ils se trompent, […] quand on dit qu’on a tout compris et tout résolu et qu’il y a plus de débat c’est qu’il n’y a plus de science et qu’on est passé dans le domaine de la religion » (C : 9’20). Quelques jours auparavant le 3 décembre 2009, sur le plateau de l’émission Ce soir ou jamais, le débat était beaucoup plus vif. Borloo invité de l’émission attaque Courtillot qui répond : « c’est faux et insultant, et c’est ça que je voudrais que l’on évite », « attention à vos paroles Monsieur le Ministre » (C : France 3, 2009), pour rétablir instantanément le contrat communicationnel avec « ces deux collègues scientifiques qui sont ici jamais je ne leur dirais qu’ils sont vexés » (C : France 3, 2009). Plus généralement, et invariablement dans les médias, le discours de Courtillot répond à une triple stratégie discursive, politique (il ne faut pas prendre de décisions sur la base de l’expertise du GIEC), scientifique (rien n’est moins sûr) pour étayer son hypothèse solariste, et finalement en quête de légitimité (nous avons publié dans revues à comité de lecture) et montrer qu’il dialogue avec ses pairs. Aussi est-il disposé à en découdre les autres acteurs. Les échanges sont violents, la représentante du WWF lui dit : « c’est du négationnisme ». Cette reductio ad Hitlerum décrite par Leo Strauss[iii] n’est pas un épiphénomène et revient souvent comme stratégie de disqualification des climatosceptiques (Kempf, 2010 ; Pachauri, 2004). Cependant Courtillot ménage ses collègues comme Jouzel qu’il appelle « Jean », et ce dernier en retour « Vincent ». Ces signes amicaux appuient sa légitimité scientifique et renforce son éthos.

Une bifurcation au niveau du contrat communicationnel s’opère après le sommet de Copenhague, et marque la rupture au sein de la communauté scientifique. Le 18 janvier 2010, dans l’émission du Grain à moudre, dans les mêmes conditions radiophoniques voici l’échange qui a suivi :

« JPvY : J’ai malheureusement manqué une partie de l’explication de Monsieur Courtillot, parce que la ligne était coupée pendant deux minutes. Je vais tout de même faire le commentaire suivant : je me réjouis que l’équipe de Monsieur Courtillot fasse progresser la science, à propos de l’impact du soleil sur l’atmosphère…

VC : Monsieur van Ypersele, ne soyez pas méprisant. Prenez le même ton que Madame Delmotte.

JPvY : Monsieur Courtillot, vraiment…

VC : Vous avez souvent des phrases que l’on ne peut interpréter que comme étant assez méprisantes.

JPvY : Je me réjouis des progrès scientifiques que votre équipe amène. Je me réjouis sincèrement, il n’y a aucun mépris dans ce que je dis là. » (France Culture, Du grain à moudre, 19 janvier 2010)

 

Courtillot rompt délibérément le contrat communicationnel qu’il faisait tout pour préserver auparavant. Le dérapage verbal de Courtillot met au jour ce que l’épreuve fait subir aux acteurs. Signe de l’intensification de la controverse, en février 2010, lors d’une conférence de Courtillot à l’école polytechnique, Bernard Legras l’attaque très fortement, et réitère le 23 avril 2010 sur Public Sénat « erreurs de débutants », et ajouter un argument d’autorité « moi je suis physicien ». Lors de même débat Jouzel et Courtillot se tutoieront, vouvoieront, parleront de l’autre à la troisième personne du singulier. Courtillot dira de Jouzel et Legras : « ces deux là […] je ne peux plus les considérer de la même manière qu’avant ».

Entre temps, en avril 2010 des centaines de chercheurs signèrent une pétition contre Allègre et Courtillot déplaçant les controverses en une crise institutionnelle. Il est reproché à Allègre et Courtillot de ne pas respecter les normes de communication scientifique, de reproduire des erreurs déjà dénoncées et de participer à un dénigrement du GIEC et de l’activité de recherche menée par les chercheurs impliqués dans la rédaction des rapports. Un climatologue en entretien individuel me dit :

 

« L’ami Courtillot, il est capable parce que c’est un très beau parleur, […] de faire des erreurs grossières de mettre ça en scène comme si c’était des arguments […] Il va tenir des propos, il va faire des présentations complètement vérolées devant un public scientifique. Moi je lui reproche beaucoup plus qu’à Allègre de ce point de vue là, parce que lui, c’est vraiment limite fraude scientifique. Allez sciemment raconter des âneries, il y a des choses qui ne s’aperçoivent pas, mais il y a des choses qu’il savait très bien, comme étant complètement fausses, et il utilise des arguments complètement faux devant une audience scientifique pour semer le doute. » (Un climatologue, entretien individuel : 1h24)

 

La controverse, en raison de la pétition, s’est transformée en crise dans les institutions scientifiques. Un huis clos fut organisé au sein de l’Académie des sciences afin de reconfier la controverse. L’effet fût contre productif et alimenta d’autres controverses. Le rapport rédigé fut l’objet de tractations et de nombreuses négociations. Sans rentrer dans les détails, ce rapport par son manque de cohérence dit tout et son contraire et illustre les profondes divisions provoquées par cet épisode paroxystique des controverses climatiques en France. Chacun des deux camps interpréta la publication comme une victoire au détriment de l’autre. L’article revient plus loin sur les suites de cet épisode. Actuellement en 2015, les controverses sur le plan médiatique sont en phase de veille et van Ypersele ne veut plus dialoguer avec les climatosceptiques dans l’espace public.

Crédit Photo Scotto d’Apollonia

Plan axiologique : l’épineuse question de la symétrie

Sur le plan axiologique apparaît l’opposition plus générale entre d’un côté le camp de l’écologie politique en faveur de politiques de réduction des gaz à effet de serre et celui du courant « libéral » ou « capitaliste » qui apparait dès 1992 avec l’appel de Heidelberg et s’oppose au principe de précaution et des choix énergétiques qui pourraient flanquer « en l’air l’économie du monde occidental » (C : 9’56 ). La dimension politique des controverses climatiques est omniprésente et il est vain de penser que l’expertise du GIEC soit transparente, objective et dépolitisée.

Crédit Photo Dialogue de Sourds

Plan épistémologique : Du dialogue de sourds

Le fond du débat sur lequel s’opposent les deux scientifiques, concerne la prépondérance du rôle du soleil. Courtillot considère que les cycles du soleil ont un rôle prépondérant par rapport au CO2, van Ypersele rétorquant que les travaux du GIEC prennent en compte le rôle du soleil considéré minime. Courtillot utilise des arguments portant sur la construction du savoir pour justifier ce point en s’appuyant sur ses publications. Il se positionne systématiquement en « démêleur » des plans épistémiques et axiologique en opérant un travail métacognitif : « je voudrais le dire tout de suite ça n’est pas de savoir si c’est bien ou mal que le temps se réchauffe, c’est de savoir si c’est vrai ou faux, et comme je le dis j’aime être un démêleur c’est-à-dire / séparer le débat citoyen du débat scientifique ». (C : 4’15).

L’évolution des températures sur des échelles de temps et d’espace variables est un autre point de désaccord, d’un côté Courtillot, comme les climatosceptiques, met en avant le plateau des températures observé depuis la fin des années 1998. Van Ypersele rétorque que les températures n’ont jamais été aussi chaudes depuis mille ans. Courtillot répond que précisément il y a un peu plus de mille ans, il faisait aussi chaud lors de l’optimum médiéval.

 

Crédit photo Panzani

Démêlons

L’auditeur profane face l’expression de cette opposition a de quoi rester perplexe et peut être emprunt au doute. Les climatologues accusent les médias d’opérer cette symétrie qui participe à faire le lit du climatoscepticisme. L’analyse du « mille-feuille discursif » de l’affaire Courtillot permet de démêler les dimensions scientifiques et axiologiques. Il est alors possible d’opérer une brisure de symétrie à l’aide de deux outils : l’épistémologie et la réflexivité.

Concernant Courtillot, ses discours mobilisent la notion de vérité notamment pour délégitimer le GIEC considérant qu’aucune des découvertes passées n’aurait été faite avec un tel organisme. Cette argumentation sur le plan épistémologique ne tient pas la route dans le sens où seule la notion de consensus (qui intègre le dissensus) peut être mobilisée. Effectivement van Ypersele ne peut que répondre : « les scientifiques ils sont jamais sûrs à cent pour cent ». (vY : 1’22). Quand Courtillot considère que le GIEC est un processus qui ne peut pas révéler la vérité, bien que se référant à Kuhn et à Popper, il commet une erreur dans le sens où le GIEC n’a aucun mandat scientifique à proprement parler et ne vise donc pas à faire des « découvertes ».

Courtillot a raison de revendiquer son droit à débattre (C : 7’32) en s’appuyant sur la légitimité des articles publiés dans des revues à comités de lecture. L’analyse bibliographique des publications incriminées (Scotto d’Apollonia, 2014, p. 338) démontre que la symétrie médiatique ne correspond pas à l’état des lieux de la science. Il existe une forte dissymétrie dans la communauté des climatologues qui rejette en bloc les travaux de Courtillot. Ceci ne veut pas dire que la communauté détient la vérité, il s’agit juste de pondérer les forces en présence, le nombre d’acteurs enrôlés dans un camp n’étant pas un critère de jugement. La posture du sociologue des sciences, prudente est jusqu’à présent proche de celle de l’historien des sciences. Les modalités réflexives pragmatiques de l’enquête permettent d’aller un peu plus loin en opérant une brisure de symétrie. Pour cela il faut revenir à la méthode (Scotto d’Apollonia, 2014, p. 457) consistant à proposer aux différents acteurs de réagir et débattre des résultats de l’analyse de façon individuelle par des échanges de mails en laissant un droit de réponse et de façon collective dans un espace de discussion régulé par le sociologue lui même. Ainsi la réflexivité de l’enquête offre un véritable droit au débat soustrait aux logiques communicationnelles médiatiques. Cette approche réflexive pousse les chercheurs dans leurs derniers retranchements épistémologiques et permet de se forger une opinion éclairée sur la force des arguments et les stratégies sous-jacentes. Autrement dit, il s’agit d’intégrer et d’assumer la subjectivité du sociologue comme un opérateur à part entière de l’enquête. Cette posture permet de se soustraire des logiques de réseau d’alliance qui tendent à légitimer ou délégitimer l’expertise du GIEC.

Ainsi les résultats de l’enquête m’amènent à considérer que si l’hypothèse d’une prépondérance de l’activité solaire sur les évolutions climatiques demeure sur le plan épistémologique valide en raison de l’impossibilité de la soumettre à un critère poppérien de réfutabilité, les résultats publiés par Courtillot ne semblent pas comme la communauté des pairs l’affirme suffisamment solides scientifiquement[iv].

 

Concernant van Ypersele, il doit faire face comme les autres « porteurs d’alerte » climatique à la « dissonance communicationnelle » du GIEC, c’est-à-dire à une ambivalence originelle où le message doit être politiquement pertinent sans être politiquement prescriptif. Effectif, l’emploi du « je » ou du « il » par van Ypersele illustre cette ambigüité. Le modèle communicationnel résolument moderne du GIEC d’une science parlant au pouvoir montre ses limites et a tendance à alimenter les controverses sur le plan politique. Il contraint le climatologue endossant le rôle de porteur d’alerte au sens de Francis Chateauraynaud et Didier Torny à se confronter à la question de l’éthique communicationnelle définie par Hans Jonas. Aussi seulement quelques climatologues comme van Ypersele, Hervé Le Treut, Jean Jouzel ou plus récemment Valérie Masson-Delmotte accepte de se confronter à cette dissonance communicationnelle dont il est possible de faire émerger quatre caractéristiques :

  • Le « porteur d’alerte » est confronté à une question liée aux savoirs, aux incertitudes et à l’ignorance intrinsèque de ces savoirs en devant prendre en compte des échelles de temps et d’espace variables.

Il communique les incertitudes et occulte l’ignorance.

  • Le « porteur d’alerte » est partagé entre communiquer la science (ethos scientifique) et communiquer le risque (ethos expert).

Il fait le choix de communiquer sur les deux plans en conservant une posture relavant de l’ethos scientifique.

  • Le « porteur d’alerte » intègre la question de la responsabilité vis-à-vis de ses contemporains, mais surtout essentiellement par rapport aux générations futures, et se confronte donc à l’appréhension des échelles de temps.

Percevant un risque réel et la nécessité d’engager des actions, il explicite sa propre perception des conséquences dans un vocabulaire plus ou moins alarmant tout en considérant que les décisions doivent être l’objet d’un débat social.

  • Le « porteur d’alerte » est amené à communiquer dans un espace social fondé sur l’idéal moderne d’une séparation de la science et de la politique, dont le GIEC est l’émanation dont le mandat n’est pas d’être prescriptif alors que ses représentants doivent communiquer des risques.

Ces éléments caractérisent la dissonance communicationnelle mettant au jour des tensions relevant de l’éthique communicationnelle que les « porteurs d’alerte » tentent de résoudre par une hybridation de leurs discours. Ce dilemme est d’autant plus important si le « porteur d’alerte » a d’une part, une représentation de son travail fortement ancrée dans l’ethos scientifique et d’autre par qu’il ait une représentation des risques importante.

 

Bifurcation au cœur de l’Académie des sciences : le « chantage au consensus »

Sur le plan sociologique, l’analyse du « mille-feuille discursif » permet de démontrer que le « chantage au consensus » identifié par Philippe Roqueplo dès la fin des année 1990 est un des points centraux des controverses. Il met au jour les difficultés à réguler les pratiques d’expertise et ses conséquences au sein des institutions scientifiques. Il est possible d’apporter un éclairage concernant les derniers remous agitant la très vénérable Académie des sciences. La polémique relayée fin mai 2015 dans les principaux médias (Libération, Le Monde, La Recherche, France Inter, etc.) concerne l’opposition opérée par de Vincent Courtillot concernant un avis devant être rendu par l’Académie des sciences à propose de la COP21. Le scepticisme bien que peu visible dans l’espace public est bien présent au sein des institutions politiques. Le 7 mai 2015, à l’invitation de l’Institut Turgot, Drieu Godefridi faisait une intervention dans une des salles de l’Assemblée nationale française « Pourquoi le GIEC doit-il être démantelé », titre emprunté à un article publié sur un blog sceptique. Qu’il ait tort ou raison scientifiquement, ce que revendique Drieu Godefridi, incarnant le climatoscepticisme politique, c’est l’esprit du capitalisme au sens philosophique, celui qui a permis les progrès de la science et l’essor des sociétés occidentales. La référence à Friedrich Hayek est significative et ne doit pas être perçue uniquement dans son versant « capitalistique » au sens d’une libéralisation du marché, mais bien comme une attitude philosophique. Elle vise à considérer que le monde social échappe à la connaissance, inspiration que l’on retrouve aussi à l’origine des Lumières à travers les théories de la limite de la connaissance de David Hume (1998 [1748]). Le climatoscepticisme est donc légitime, et correspond à un prolongement contemporain de l’idéal kantien permettant par l’usage de la raison la possibilité du libre exercice de l’entendement individuel.

N’en déplaisent à certains, il faut rendre à la science, ce qui appartient à la science : sur le plan épistémologique, la compréhension des mécanismes climatiques est soumise à de fortes incertitudes, des zones d’ignorance et reste et restera controversée pour le plus grand bien de la science. Ne l’oublions pas une science sans controverses est une science morte. Cependant le consensus solidement établi par la communauté des climatologues établit que l’influence des activités humaines sur les évolutions du système climatique sur l’échelle de ces cinquante dernières années est extrêmement probable. On a trop souvent tendance à l’oublier ce consensus prend en compte précisément le dissensus, les controverses. Le 5ème rapport du groupe 1 du GIEC mentionne à ce titre plusieurs points de controverses de façon explicite (GIEC, AR5, Groupe 1, 2013, pp. 187, 611, 612, 625, 627, 672, 690, 719, 772). Ces moments de controverses traduisent les difficultés persistantes d’articulation entre la science qui se nourrit des controverses alors que l’expertise vise le consensus.

Or la polémique au sein de l’Académie des sciences autour de Courtillot concernant l’adoption d’un avis sur la transition énergétique en prévision de la COP21 tourne précisément autour de la notion de consensus et de la possibilité en cas de désaccord de l’annexion d’un avis minoritaire (fut-il faiblement étayé scientifiquement). Autrement-dit la charte de l’expertise de l’Académie des sciences qui est au centre de cette polémique ne permet pas d’enrayer les difficultés communicationnelles. L’affaire remonte déjà fin 2014 où Courtillot faisait une intervention à l’Académie des sciences lors d’une session « Observation du système climatique en permanente évolution – Mécanismes physiques et chimiques en jeu ». L’analyse du discours de Vincent Courtillot met en évidence le fait qu’il n’apporte aucun élément nouveau par rapport aux épisodes controversés précédents. Il ne répond donc pas à ses détracteurs. Or la brisure de symétrie permet de démontrer la faiblesse des arguments de Courtillot sur le plan épistémologique. Le durcissement à l’approche de la COP21 s’opérant au sein de l’Académie des sciences met au jour les difficultés communicationnelles récurrentes des rapports entre les sciences et la société structurés par des logiques technocratiques très verticales « top-down ». Ces problèmes communicationnels apparaissaient déjà autour du rapport publié en octobre 2010 suite au huis clos organisé après la pétition contre Allègre et Courtillot. La charte de l’expertise établie en 2012 était censée représenter une réponse aux controverses passées. Au regard des tensions résiduelles force est de constater qu’elle ne permet pas de les dépasser.

Si l’enquête permet d’effectuer une forme de stress test épistémologique aux arguments avancés par Vincent Courtillot, il ne faut toutefois pas faire d’un cas une généralité. Son statut d’académicien lui confère de facto la légitimité à s’exprimer. Scientifiquement la question du forçage de la variabilité naturelle du climat n’est pas close et reste un sujet passionnant débattu au sein de la communauté. Les controverses autour du forçage anthropique sont amplifiées considérablement par la dimension politique du problème, des décisions devant être prise alors que la science n’est pas en mesure de statuer de façon absolue et irréfutable. Bien que le consensus soit une réalité incontestable, il est vain de considérer que les controverses sont closes. Aussi l’affaire Courtillot et ses derniers développements dans les médias participent surtout à une stratégie de déconfinement des tensions internes à l’Académie des sciences afin de modifier les rapports de forces. L’avis de l’Académie des sciences concernant la COP21 annexée d’un commentaire sceptique comme le stipule la charte pourrait représenter un levier d’instrumentalisation et une source potentielle de blocage lors du sommet Paris Climat 2015.

Crédit Photo Edition La Découverte

Conclusion : du rôle des sciences sociales

C’est ici que les sciences sociales, en adoptant une posture pragmatique et réflexive vis-à-vis de la symétrie, peuvent faire prévaloir leur capacité à démêler ponctuellement les enjeux politiques et scientifiques. Autrement dit un peu d’épistémologie et de pragmatisme permettent au final d’analyser finement ce type de conflit à partir de son expression dans l’espace public, et ce qu’il traduit des tensions persistantes caractérisant les évolutions des rapports sciences-société. Sur le plan théorique, il s’agit de considérer la symétrie non pas comme un principe rigide mais dans sa pluralité, en opérant des symétries localisées, des micro-symétries tout en objectivant les dissymétries existantes et en les brisant suivant les résultats de l’enquête. L’articulation du rationalisme et du pragmatisme apparait non seulement compatible mais de plus hautement pertinent. Il s’agit d’opérer cette articulation de façon circonstancielle par la délimitation d’un cadre réflexif soustrait des enjeux tutélaires et idéologiques. Cet article souligne l’impérieuse nécessité, non pas de revendiquer une quelconque objectivité mais d’intégrer la propre normativité de l’enquêteur comme un élément incontournable de l’analyse, un opérateur heuristiquement fécond restituant les controverses dans leur complexité.

 

Bibliographie 

Amossy, R., Argumentation et analyse du discours : perspectives théoriques et découpage disciplinaires. Argumentation et Analyse de Discours. 1/2008.

Bard, E., « La décennie 2000 est la plus chaude. Libération.  », Paris, 2013.

Bard, E., Delaygue G., « Comment on “Are there connections between the Earth’s magnetic field and climate by V. Courtillot, Y. Gallet, J.-L. Le Mouël, F. Fluteau, A. Genevey EPSL 253, 328, 2007 », Earth and Planetary Science Letters 265 (2008) 302–307: 302-307, 2008.

Charaudeau, P., Le Discours d’information médiatique: la construction du miroir social. Paris, Nathan, 1997.

Charaudeau, P., Visées discursives, genres situationnels et construction textuelle. Analyse des discours. Types et genres. É. U. d. Sud. Toulouse, 2001.

Charaudeau, P., « L’argumentation dans une problématique d’influence. », 2008 [En ligne], 1 | 2008, mis en ligne le 02 octobre 2008, Consulté le 07 août 2013. URL : http://aad.revues.org/193.

Charaudeau, P. ; Maingueneau D., Dictionnaire d’Analyse du Discours. Seuil. Paris, 2002.

Chateauraynaud, F., Argumenter dans un champ de forces. Essai de balistique sociologique. Paris, Petra, 2011.

Courtillot, V.; Gallet, Y.; Le Mouel J.-l.; Fluteau F.; Genevey A., « Response to comment on “Are there connections between Earth’s magnetic field and climate?, Earth Planet. Sci. Lett., 253, 328–339, 2007” by Bard, E., and Delaygue, M., Earth Planet. Sci. Lett., in press, 2007. »,Earth and Planetary Science Letters 265 (2008) 308–311: 308-311, 2008.

Courtillot, V.; Gallet, Y.; Le Mouel J.-l.; Fluteau F.; Genevey A., « Are there connections between the Earth’s magnetic field and climate? », Earth and Planetary Science Letters 253 328-339, 2007.

Kempf, H., « L’heure du choix. », Le Monde. Paris, 2010.

Maxim, L.; Arnold, G., (Eds.) Les chercheurs au cœur de l’expertise. Hermès. Paris, 2012.

Pachaurri, R., « FN-chef: Lomborg tænker som Hitler » Viden JP. interview with Pachauri R. Danish newspaper, 2004.

Scotto d’Apollonia, L., Les controverses climatiques : une analyse socioépistémique, Thèse de doctorat, Université Paul-Valéry Montpellier 3, 2014, consultable en ligne sur le lien suivant : https://univ-montp3.academia.edu/LionelScottoDapollonia

VAN DER SLUIJS, J. P., « Uncertainty and Dissent in Climate Risk Assessment: A Post-Normal Perspective », Nature + Culture, 7(2), p. 174-195, 2012.

Notes

[i] Vidéo consultable le 30 octobre 2013 sur le lien suivant : https://www.dailymotion.com/video/xbelvu_vincent-courtillot-france-inter_news?search_algo=2

[ii] Dans la suite de l’article Courtillot est noté C., l’émission étant en deux parties, elles sont distinguées par les chiffres romains. De la même manière van Ypersele est noté vY.

[iii] L’usage de nos jours fait référence au point de Godwin qui s’est inspiré de l’article de Leo Strauss « Measure: A Critical Journal » publié en 1951.

[iv] Tel un journaliste, j’ai en ma possession les sources solidement étayées relevant de l’interdiscours (non publiables pour des raisons de déontologie) pour avancer de tels arguments.

Session “Our common future under climate change” 7-10 juillet 2015 Paris

Session

Climate science in the public sphere: “Media coverage and communication devices analysis for effective policy implementation”

Our common future under climate change” 7-10 Juillet 2015

Scotto d’Apollonia Lionel (Université Montpellier) – Maugis Pascal (LSCE) – Sylvie Blangy (CEFE CNRS)

Crédit Photo GIEC

How does climate science knowledge circulate in the public spheres, both national and transnational? Addressing this core issue, the session has two main parts. The first section draws on comparative media research, presenting an empirically grounded global overview of the diversity of media interpretations of scientific knowledge of IPCC AR5 during 2013 and 2014. It will also discuss the complex social logics that explain some of the main differences and similarities of media coverage of climate science in 20 countries, looking at what kind of scientific knowledge is favoured by journalists and how IPCC’s results are locally interpreted in media systems that are still largely nationally grounded. Such social scientific understanding of the dynamics of this landscape is a necessary step for climate scientists on the road towards more effective climate communication.

The second part presents a variety of experimental and original ways to implement society-science dialogue, either to upgrade low-carbon projects or to raise citizen awareness and action. Presentations will demonstrate devices elaborated to ease relations between stakeholders, citizens and climate scientists when it comes to shape a common future in response to the “dangers” of climate change. How does knowledge circulate and how do citizens with a variety of social backgrounds appropriate climate related knowledge? What roles do experts play against citizens? Based on research action experiences in different socio-historical contexts, presentations will also question the “cultural” dimensions of this social-science dialogue needed to collectively build low-carbon societies.

 

Participative workshop 27 mai 2015 UCSID Paris-Sorbonne

poster
Crédit Photo Université Paris Sorbone

Workshop “Uncertainty in Climate Science and its Impact in Decision-making” (UCSID) 27 May 2015 Paris 

 

Vers une expertise climatique citoyenne intégrant la complexité du traitement des incertitudes ?

 Animé par 

Lionel Scotto d’Apollonia GDR PARCS et Pascal Maugis : Chercheur hydro-climatologue, LSCE,

 Résumé

L’originalité de cette session est de proposer un atelier où les participants seront invités à discuter afin d’apporter des éléments de réponse à l’une des questions posées dans ce colloque : « Comment les incertitudes peuvent-elles être prises en compte dans les décisions sur les questions environnementales et politiques ? ». Dans une première partie d’environ 45’ seront présentés les apports heuristiques de la science « post-normale » favorable à la construction d’une expertise climatique citoyenne prenant en compte la complexité des incertitudes représentant un changement de paradigme en comparaison du modèle communicationnel résolument moderne du GIEC : « science speaks truth to power ». Dans une deuxième partie d’environ 45’ suivant les techniques de la recherche action participative (RAP), les participants seront invités suivant leurs propres positions par rapport à la présentation faite de discuter et réponde à la question posée en ouvrant des conditions d’évolutions des normes de communications des incertitudes destinés aux décideurs politiques.

Crédit photo Cercle des européens

Argumentaire

Les incertitudes liées à la compréhension des mécanismes et des évolutions des climats sur différentes échelles de temps et d’espace soulèvent des questions complexes questionnant le déroulement « normal » de l’activité de recherche au sens de Kuhn (1962). En effet les sciences du climat construisent des connaissances par essence soumise à des incertitudes, des ignorances voire des controverses qui doivent pourtant alimenter le débat public et aider les décisions politiques dont les impacts sont potentiellement énormes. Le cadre paradigmatique de la science « post-normale » (Funtowicz et Ravetz, 1993) postule qu’il est possible de construire une expertise citoyenne permettant de nourrir le débat et favoriser les mécanismes décisionnels. L’absence de preuves irréfutables, l’existence d’incertitudes, d’ignorance et de controverse ne sont plus appréhendés comme un frein aux décisions politiques mais une opportunité pour nourrir les débats. Les nombreux travaux de Jeroen van der Sluijs (1997 ; 2008 ; 2012) construisent une base de solide à la réflexion. Selon lui, il existe de nombreuses valeurs cachées persistantes dans les cadrages, les indicateurs choisis et les hypothèses construites. L’évaluation des risques anthropogéniques sur les changements climatiques impliquent des incertitudes qui ne peuvent être apprivoisées. Le problème est d’autant plus complexe qu’aux aspects purement épistémologiques viennent se mêler des aspects normatifs dans un contexte de management des risques objets. Le traitement des incertitudes, la façon de les appréhender et de les communiquer devient un exercice sacerdotal quand il s’agit de les traduire dans l’espace public.

A titre d’exemple, il est proposé de s’appuyer sur l’exemple de l’élévation des niveaux marins qui est un très bon indicateur des évolutions climatiques et qui est un enjeu dont le public et les décideurs peuvent prendre concrètement et immédiatement conscience. Sur ce thème la communication de l’expertise du GIEC ne dépasse pas le deuxième degré sur les quatre que compte l’échelle d’appréhension de l’incertitude définie par van der Sluijs (2005). Le quatrième degré propose de faire état de toutes les incertitudes qui entourent la démarche. Celles-ci dépassent nécessairement, en les englobant, les études de variabilité ou de scénarios. Dans ce contexte, la production de fourchettes, de marges d’erreurs ou d’indices de confiance correspond à la tentative de faire rentrer les incertitudes dans un formalisme rassurant. Ce discours, de surcroît potentiellement normatif, est-il à même de transmettre convenablement ce qui est nécessaire à l’information et à la décision ? Or le GIEC repose sur un modèle communicationnel résolument moderniste des rapports entre les sciences et la politique qui est proche de ce que Funtowicz (2006) appelle “speaking truth to power” affiné ensuite par de nombreux travaux (Funtowicz et Strand, 2007a & b ; van der Sluijs et Funtowicz, 2008). Bien que reposant aussi sur une logique habermassien de la théorie de l’« agir communicationnel » (Habermas, 1987, [1981]), le modèle proposée par la science « post-normale » : « working deliberatively within imperfections » ambitionne d’être résolument alternatif.

L’originalité de cette session est d’ouvrir un espace de réflexion interdisciplinaire entre chercheurs, climatologues et issus des Sciences Humaines et Sociales, sur la question du traitement et de la communication des incertitudes dans un esprit résolument réflexif. Nous appelons donc des climatologues à proposer des communications aussi bien d’un point de vue épistémologique sur le traitement des incertitudes que d’un point de vue plus réflexif sur leur vécu vis-à-vis des modalités de traitement et de communication des incertitudes par rapport au débat public et aux mécanismes décisionnels. Nous invitons tout autant des chercheurs en SHS à présenter leurs travaux portant directement sur les sciences du climat ou indirectement sur les rapports sciences société en lien avec le climat. L’objectif est de croiser les approches afin d’ouvrir un espace de réflexion sur le cadre paradigmatique proposé par la sciences « post-normale » en discutant des apports ainsi que des limites de la construction d’une expertise citoyenne sur des objets résolument complexes.

Nous proposons deux pistes de réflexions et de recherche sur les modalités communicationnelles des climatologues et du GIEC concernant les incertitudes. La première vise à questionner d’un point de vue épistémologique le traitement des incertitudes et des zones d’ignorance en entrant au cœur de l’activité de recherche. La deuxième piste questionne la communication des chercheurs des incertitudes dans les arènes scientifiques et dans l’espace public en discutant de leurs postures individuelles et collectives vis-à-vis des décideurs politiques et de la demande citoyenne trop souvent laissée pour compte. Les deux axes de cette session permettront plus généralement de nourrir la réflexion sur l’évolution des rapports sciences-sociétés et des normes de communication internes à la communauté scientifique. Ce sera l’occasion de discuter de l’inversion d’une tendance « top-down » historiquement située comme l’indique encore les résumés destinés aux décideurs politiques du GIEC aux citoyens à une logique « bottom-up » cherchant à répondre aux demandes citoyennes souvent hétérogènes et répondant à des intérêts parfois divergents source de conflits.

Bibliographie

FUNTOWICZ, S. O, (2006). Models of Science and Policy, in: Guimarães Pereira Â, Guedes Vaz S, Tognetti, S, (eds), Interfaces between Science and Society. Sheffield: Greenleaf Publishers.

FUNTOWICZ, S. O., J. R. RAVETZ (1993). « Science for the post-normal age », Futures, 25(7), p. 739-755.

FUNTOWICZ, S. (2006). « Why knowledge assessment? », in E. GUIMARA, PEREIRA, A., GUEDES VAZ S., TOGNETTI S. SHEFFIELD, GREEN Interfaces between Science and Society, Leaf Publishing, p. 138-145.

HABERMAS, J. (1987 [1981]). Théorie de l’agir communicationnel, tome 1 : rationalité de l’agir et rationalisation de la société, Paris : Fayard.

KUHN, T., S. (1972 [1962]). La Structure des Révolutions Scientifiques, Paris : Flammarion.

VAN DER SLUIJS, J. (1997). Anchoring Amid Uncertainty: On the Management of Uncertainties in Risk Assessment of Anthropogenic Climate Change, PhD., Utrecht University.

VAN DER SLUIJS, J. (2005). « Uncertainty as a monster in the science-policy interface: four coping strategies », Water Science and Technology, 52(6), p. 87-92.

VAN DER SLUIJS, J., ET AL. (2008). « Qualité de la connaissance dans un processus délibératif », Natures Sciences Sociétés, vol. 16, 2008/3, p. 265-273.

VAN DER SLUIJS, J. P. (2012). « Uncertainty and Dissent in Climate Risk Assessment: A Post-Normal Perspective », Nature + Culture, 7(2), p. 174-195.

 

Atelier 6 Mai 2015 LSCE

Compte rendu atelier « Approche sociologique des controverses climatiques et perspectives communicationnelles »  – LSCE 6 mai 2015

Je tiens avant toute chose à remercier l’ensemble des personnes présentes à l’atelier du mercredi 6 mai 2015 au sein du LSCE portant sur les aspects sociaux et épistémologiques des sciences du climat et notamment les controverses. Plus particulièrement je remercie Pascal Maugis avec qui je prends beaucoup de plaisir à collaborer dans une réelle pratique interdisciplinaire. A titre d’information, Pascal et moi avons animé deux sessions : l’une au colloque “Uncertainty in Climate Science and its Impact on Decision-making” le 27 mai 2015 Paris Sorbonne (http://ucsid.sciencesconf.org/?lang=en), l’autre à la conférence “Our commun future under climate change” le 10 juillet 2015 à Paris (http://www.commonfuture-paris2015.org/Programme/Provisional-Programme.htm)

Je vous adresse un bref compte rendu de l’atelier et les perspectives qui pourront nourrir votre réflexion et mener à de futures collaborations. J’ai présenté une partie de mes résultats portant sur l’analyse des controverses climatiques et abordé les perspectives de recherche qui s’en dégagent en soulignant la nécessité de construire un réel espace de réflexion interdisciplinaire.

Méthodologie et posture du chercheur en SHS

La question des postures des climatologues comme celles des chercheurs en sciences sociales est une question épineuse dont les réponses ne peuvent être simples. Un des éléments de la discussion a porté notamment sur la posture du sociologue, autrement dit la mienne, et le principe de symétrie qui apparaît aussi collante que le sparadrap aux doigts du capitaine Haddock dans Tintin et Milou. Pour rester dans l’univers des bandes dessinées, le travail du sociologue par rapport à ce type de controverses socioscientifiques peut ressembler à la posture de Gaston Lagaffe avant de rentrer dans les archives afin de construire un étayage épistémologique des savoirs controversés.

Cette méthode consiste dans un premier temps à adopter une symétrie localisée, une micro-symétrie dans une posture « axiologique neutre ». Autrement-dit, cette posture est proche de celle d’un historien des sciences regardant à la loupe les oppositions. Il ne s’agit pas pour le chercheur en sciences sociales de coller à l’immédiate médiatique. Les médias ne représentent pas une objectivation du monde social. Cette posture de symétrisation correspond à une première étape dans la construction d’un outil analytique permettant de décrypter ces moments d’effervescence en démêlant les aspects scientifiques et axiologiques (c’est-à-dire relevant des normes et des valeurs de chacun).

Dans un second temps, en prenant en compte de façon pragmatique l’impossibilité d’être dans cette position de neutralité, il s’agit alors de mener l’enquête auprès des chercheurs en questionnant notamment les oppositions argumentatives sur le plan épistémologique.

En soumettant de façon réflexive et systématique les résultats produits aux chercheurs concernés de façon individuelle mais aussi collective, le sociologue peut ainsi décrire les asymétries disciplinaires au sein des communautés de recherche. La notion de réflexivité est essentielle en sciences sociales car contrairement au géologue par exemple dont l’objet « le caillou » n’est pas susceptible de donner son point de vue et interagir, le chercheur en sciences sociales qui analyse les controverses interagit directement dans l’objet analysé. C’est pourquoi, en explicitant son propre point de vue normatif il est possible alors d’opérer une brisure de symétrie et expliciter la conviction construite au cours de l’enquête. Ainsi concernant par exemple les travaux de Courtillot, si l’hypothèse d’une prépondérance de l’activité solaire sur les évolutions climatiques demeure valide en raison de l’impossibilité de la soumettre à des critères poppériens de réfutabilité, ses résultats publiés ne passent pas l’épreuve du tangible auprès de la communauté de ses pairs et ne me semblent pas très solides comme le soulignent la grande majorité des climatologues.

Cependant l’histoire des sciences amène à considérer cette brisure de symétrie avec beaucoup de prudence, c’est-à-dire qu’il ne faut pas exclure la possibilité de se tromper. La réflexivité de l’enquête en poussant les chercheurs dans leurs derniers retranchements épistémologiques permet de se forger une opinion éclairée mais qui reste une opinion plus qu’un véritable résultat de recherche. En ce sens, le cadre théorique élaboré, plutôt que de décrire un monde social plat constitué d’acteurs humains et non-humains s’inscrivant dans des réseaux, conçoit les controverses socioscientifiques comme un espace social multidimensionnel, un « mille-feuille discursif » constitué du In (les publications scientifiques et ce qui est donné à voir dans l’espace public), et du Off (l’ensemble des échanges interpersonnels relevant des différents espaces interdiscursifs comme les échanges lors de l’atelier ou ceux poursuivis lors du repas à la cantine).

To speak or not to speak : le « porteur d’alerte » climatique face à la dissonance communicationnelle du GIEC.

 

L’analyse des controverses climatiques permet de mettre au jour les difficultés communicationnelles auxquelles se confrontent les climatologues quand ils sont amenés à s’exprimer dans l’espace public. L’absence de normes clairement définies représente une difficulté sur le plan de la posture à adopter. Doit-on exprimer son propre point de vue sur le plan politique ? Doit-on parler de risque ou d’incertitude ? L’expression des incertitudes propres à la science est-elle un frein vis-à-vis des mécanismes décisionnels ? Le climatologue ne peut à chaque phrase énoncer « en tant que » quoi il s’exprime ou « nom de quelle institution » en faisant systématiquement une distinction entre les résultats de recherche et ses propres positions normatives. Seuls quelques climatologues en France comme Jean Jouzel, Hervé Le Treut ou Valérie Masson-Delmotte acceptent d’endosser le rôle de « porteur d’alerte » climatique (au sens de Francis Chateauraynaud et Didier Torny). Ils doivent faire face à la « dissonance communicationnelle » du GIEC qui les contraint à une hybridation de leurs discours sur les incertitudes (dire la science relevant de l’éthique de conviction) et les risques (dire les conséquences du réchauffement relevant de l’éthique de responsabilité). Cette « dissonance communicationnelle » met au jour les ambiguïtés du modèle communicationnel du GIEC s’appuyant fondamentalement sur une séparation entre les sciences et la société. Cette volonté de « clarté » est difficile à maintenir dans les faits bien que ce sont les climatologues qui ont « la main » sur les rapports des trois groupes, les résumés destinés aux décideurs étant le résultat de discussions politiques et diplomatiques. La mise au jour des difficultés pour les climatologues à communiquer les incertitudes, les zones d’ignorance et les controverses dans un contexte où les enjeux sont majeurs et des choix politiques doivent être opérés permet de nourrir la réflexion sur l’évolution des rapports sciences-sociétés et des normes communicationnelles sous-jacentes.

Une réflexion libre favorise efficacement la réflexion

Aussi j’ai proposé ensuite un temps de réflexion au sein de deux groupes autour de la question de la posture communicationnelle en s’appuyant sur deux approches différentes. Il m’a semblé important de ne pas proposer une discussion trop formatée afin de laisser un maximum de liberté dans les prises de paroles. Un premier groupe dans lequel je me trouvais a discuté des possibilités d’amélioration du modèle communicationnel du GIEC, de l’utilité du média-training et de la pertinence à construire une charte. Le deuxième groupe animé par Pascal Maugis (que je remercie à nouveau) a développé une discussion autour des propositions de la science « post-normale ». A grands traits et au risque de la caricature la science « post-normale » propose un cadre d’analyse considérant que l’explicitation des incertitudes et des controverses peut aider à construire des outils d’aide à la décision. Elle pose la question de la construction d’une expertise climatique citoyenne qui s’oppose aux logiques « top-down » du GIEC, d’une science parlant au pouvoir. Lors de nos échanges, la question de l’éducation aux questions climatiques est revenue systématiquement et apparaît comme un élément central devant nourrir le débat public. A mon sens les questions éducatives, qui sont à l’origine de mes travaux de recherche, ne doivent pas faire l’économie de la mise en place de dispositifs de recherche permettant d’évaluer l’efficacité des démarches mises en place au sein de l’éducation nationale et ou plus largement destinées à un plus large public.

Bien que le temps de discussion fût relativement court, il est possible d’en tirer quelques enseignements que je vous livre. Les échanges font ressortir le besoin de construire un outil qui permette d’accompagner et d’aider les climatologues dans leur réflexion et dans leur posture communicationnelle. Afin que cet outil réponde concrètement aux attentes des climatologues il semble nécessaire d’envisager cette construction dans une démarche collective. L’atelier du 6 mai 2015 représente une première étape qu’il est possible de qualifier d’exploratoire. Nous allons proposer lors d’une deuxième étape au colloque “Uncertainty in Climate Science and its Impact on Decision-making” qui aura lieu le 27 mai 2015 à la Sorbonne de tracer l’architecture de cet outil à partir d’une réflexion sur la pertinence de construire une charte communicationnelle. Les échanges ont permis de mettre au jour la grande hétérogénéité des positions concernant cette potentielle charte (ce qui constitue une richesse) et le besoin de conduire la réflexion à tous les niveaux d’échelle aussi bien individuelle que collective.

Proposition de réflexion autour de la pertinence d’une charte communicationnelle

Voici les questions que nous allons soumettre à la discussion :

(1) Comment le chercheur peut-il composer entre ses propres engagements aussi bien sur le plan personnel que par rapport à son organisme de rattachement et la légitimité de ses prises de parole quand il s’exprime soit en son nom propre, soit au nom de son laboratoire ou de son institution ?

(2) Comment peut-il communiquer les incertitudes, les zones d’ignorance et les controverses dans un contexte où les implications politiques sont importantes et son discours potentiellement instrumentalisable ?

(3) Est-il pertinent pour le chercheur de prendre en compte les différentes situations de communication ou non ?

(4) Est-il judicieux d’associer les citoyens, les politiques et les journalistes dans la construction d’un outil aidant à la communication et si oui comment ?

Je vous propose de réagir librement à ces questions soit en répondant directement sur ma boite mail lionel.scotto@fde.univ-montp2.fr, soit en alimentant la discussion sur ce carnet de recherche.

Séminaire EHESS “CONTROVERSES ENVIRONNEMENTALES” 12 déc. 2014

Un air frais sur les controverses climatiques : du contre récit des marchands de doute au « mille-feuille discursif ».

 

Séminaire « CONTROVERSES ENVIRONNEMENTALES ET ANTHROPOLOGIES DE LA NATURE » le vendredi 12 décembre 2014 de 14h à 17h EHESS-Marseille, salle A, (Centre de la Vieille-Charité, 2 rue de la Charité 13002 Marseille) présenté par Lionel Scotto d’Apollonia avec la présence de Francis Chateauraynaud, Suzanne De Cheveigné, Jean-Michel Fourniau, Bernard Hubert et Valeria Siniscalchi.

Déclaré grande cause nationale 2015, le climat est devenu un enjeu social majeur dans lequel s’entremêlent des dimensions scientifiques, politiques, économiques, éthiques mais aussi diplomatiques. Ce séminaire propose de revenir sur les principaux résultats des travaux de recherche de Lionel Scotto d’Apollonia concernant une analyse socioépistémique des controverses climatiques. Ce sera l’occasion d’une part de revenir d’un point de vue historique sur l’émergence de l’expertise climatique du GIEC et de démontrer qu’une partie des travaux de Naomi Oreskes et Eric Conway fortement idéologisés sont entachés d’erreurs grossières. La discussion  portera ensuite sur l’hybridation des discours des « lanceurs d’alerte » climatiques dans les différents espaces de médiation relevant d’une forme de « dissonance communicationnelle » révélatrice des structures éminemment modernes du GIEC. Enfin l’analyse des jeux d’acteurs et d’arguments permettra de radiographier les controverses climatiques en décrivant « le mille-feuille discursif », restituant le In (la partie visible depuis l’espace public) et le Off (la partie relevant de l’activité de la recherche) en démêlant les dimensions ontologique, épistémologique et axiologique. Ces résultats permettront enfin de revenir sur les aspects plus théoriques dans le champ de la sociologie des controverses elle-même controversée dont le cadre construit tend à articuler les approches rationalistes et pragmatiques.

Retour atelier LSCE 6 Mai 2015

Compte rendu atelier « Approche sociologique des controverses climatiques et perspectives communicationnelles »  – LSCE 6 mai 2015

 

Je tiens avant toute chose à remercier l’ensemble des personnes présentes à l’atelier du mercredi 6 mai 2015 au sein du LSCE portant sur les aspects sociaux et épistémologiques des sciences du climat et notamment les controverses. Plus particulièrement je remercie Pascal Maugis avec qui je prends beaucoup de plaisir à collaborer dans une réelle pratique interdisciplinaire. A titre d’information, Pascal et moi animerons deux sessions : l’une au colloque “Uncertainty in Climate Science and its Impact on Decision-making” le 27 mai 2015 Paris Sorbonne (http://ucsid.sciencesconf.org/?lang=en), l’autre à la conférence “Our commun future under climate change” le 10 juillet 2015 à Paris (http://www.commonfuture-paris2015.org/Programme/Provisional-Programme.htm)

Je vous adresse un bref compte rendu de l’atelier et les perspectives qui pourront nourrir votre réflexion et mener à de futures collaborations. J’ai présenté une partie de mes résultats portant sur l’analyse des controverses climatiques et abordé les perspectives de recherche qui s’en dégagent en soulignant la nécessité de construire un réel espace de réflexion interdisciplinaire.

Méthodologie et posture du chercheur en SHS

 

La question des postures des climatologues comme celles des chercheurs en sciences sociales est une question épineuse dont les réponses ne peuvent être simples. Un des éléments de la discussion a porté notamment sur la posture du sociologue, autrement dit la mienne, et le principe de symétrie qui apparaît aussi collante que le sparadrap aux doigts du capitaine Haddock dans Tintin et Milou. Pour rester dans l’univers des bandes dessinées, le travail du sociologue par rapport à ce type de controverses socioscientifiques peut ressembler à la posture de Gaston Lagaffe avant de rentrer dans les archives afin de construire un étayage épistémologique des savoirs controversés.

Cette méthode consiste dans un premier temps à adopter une symétrie localisée, une micro-symétrie dans une posture « axiologique neutre ». Autrement-dit, cette posture est proche de celle d’un historien des sciences regardant à la loupe les oppositions. Il ne s’agit pas pour le chercheur en sciences sociales de coller à l’immédiate médiatique. Les médias ne représentent pas une objectivation du monde social. Cette posture de symétrisation correspond à une première étape dans la construction d’un outil analytique permettant de décrypter ces moments d’effervescence en démêlant les aspects scientifiques et axiologiques (c’est-à-dire relevant des normes et des valeurs de chacun).

Dans un second temps, en prenant en compte de façon pragmatique l’impossibilité d’être dans cette position de neutralité, il s’agit alors de mener l’enquête auprès des chercheurs en questionnant notamment les oppositions argumentatives sur le plan épistémologique.

En soumettant de façon réflexive et systématique les résultats produits aux chercheurs concernés de façon individuelle mais aussi collective, le sociologue peut ainsi décrire les asymétries disciplinaires au sein des communautés de recherche. La notion de réflexivité est essentielle en sciences sociales car contrairement au géologue par exemple dont l’objet « le caillou » n’est pas susceptible de donner son point de vue et interagir, le chercheur en sciences sociales qui analyse les controverses interagit directement dans l’objet analysé. C’est pourquoi, en explicitant son propre point de vue normatif il est possible alors d’opérer une brisure de symétrie et expliciter la conviction construite au cours de l’enquête. Ainsi concernant par exemple les travaux de Courtillot, si l’hypothèse d’une prépondérance de l’activité solaire sur les évolutions climatiques demeure valide en raison de l’impossibilité de la soumettre à des critères poppériens de réfutabilité, ses résultats publiés ne passent pas l’épreuve du tangible auprès de la communauté de ses pairs et ne me semblent pas très solides comme le soulignent la grande majorité des climatologues.

Cependant l’histoire des sciences amène à considérer cette brisure de symétrie avec beaucoup de prudence, c’est-à-dire qu’il ne faut pas exclure la possibilité de se tromper. La réflexivité de l’enquête en poussant les chercheurs dans leurs derniers retranchements épistémologiques permet de se forger une opinion éclairée mais qui reste une opinion plus qu’un véritable résultat de recherche. En ce sens, le cadre théorique élaboré, plutôt que de décrire un monde social plat constitué d’acteurs humains et non-humains s’inscrivant dans des réseaux, conçoit les controverses socioscientifiques comme un espace social multidimensionnel, un « mille-feuille discursif » constitué du In (les publications scientifiques et ce qui est donné à voir dans l’espace public), et du Off (l’ensemble des échanges interpersonnels relevant des différents espaces interdiscursifs comme les échanges lors de l’atelier ou ceux poursuivis lors du repas à la cantine).

To speak or not to speak : le « porteur d’alerte » climatique face à la dissonance communicationnelle du GIEC.

 

L’analyse des controverses climatiques permet de mettre au jour les difficultés communicationnelles auxquelles se confrontent les climatologues quand ils sont amenés à s’exprimer dans l’espace public. L’absence de normes clairement définies représente une difficulté sur le plan de la posture à adopter. Doit-on exprimer son propre point de vue sur le plan politique ? Doit-on parler de risque ou d’incertitude ? L’expression des incertitudes propres à la science est-elle un frein vis-à-vis des mécanismes décisionnels ? Le climatologue ne peut à chaque phrase énoncer « en tant que » quoi il s’exprime ou « nom de quelle institution » en faisant systématiquement une distinction entre les résultats de recherche et ses propres positions normatives. Seuls quelques climatologues en France comme Jean Jouzel, Hervé Le Treut ou Valérie Masson-Delmotte acceptent d’endosser le rôle de « porteur d’alerte » climatique (au sens de Francis Chateauraynaud et Didier Torny). Ils doivent faire face à la « dissonance communicationnelle » du GIEC qui les contraint à une hybridation de leurs discours sur les incertitudes (dire la science relevant de l’éthique de conviction) et les risques (dire les conséquences du réchauffement relevant de l’éthique de responsabilité). Cette « dissonance communicationnelle » met au jour les ambiguïtés du modèle communicationnel du GIEC s’appuyant fondamentalement sur une séparation entre les sciences et la société. Cette volonté de « clarté » est difficile à maintenir dans les faits bien que ce sont les climatologues qui ont « la main » sur les rapports des trois groupes, les résumés destinés aux décideurs étant le résultat de discussions politiques et diplomatiques. La mise au jour des difficultés pour les climatologues à communiquer les incertitudes, les zones d’ignorance et les controverses dans un contexte où les enjeux sont majeurs et des choix politiques doivent être opérés permet de nourrir la réflexion sur l’évolution des rapports sciences-sociétés et des normes communicationnelles sous-jacentes.

Une réflexion libre favorise efficacement la réflexion

 

Aussi j’ai proposé ensuite un temps de réflexion au sein de deux groupes autour de la question de la posture communicationnelle en s’appuyant sur deux approches différentes. Il m’a semblé important de ne pas proposer une discussion trop formatée afin de laisser un maximum de liberté dans les prises de paroles. Un premier groupe dans lequel je me trouvais a discuté des possibilités d’amélioration du modèle communicationnel du GIEC, de l’utilité du média-training et de la pertinence à construire une charte. Le deuxième groupe animé par Pascal Maugis (que je remercie à nouveau) a développé une discussion autour des propositions de la science « post-normale ». A grands traits et au risque de la caricature la science « post-normale » propose un cadre d’analyse considérant que l’explicitation des incertitudes et des controverses peut aider à construire des outils d’aide à la décision. Elle pose la question de la construction d’une expertise climatique citoyenne qui s’oppose aux logiques « top-down » du GIEC, d’une science parlant au pouvoir. Lors de nos échanges, la question de l’éducation aux questions climatiques est revenue systématiquement et apparaît comme un élément central devant nourrir le débat public. A mon sens les questions éducatives, qui sont à l’origine de mes travaux de recherche, ne doivent pas faire l’économie de la mise en place de dispositifs de recherche permettant d’évaluer l’efficacité des démarches mises en place au sein de l’éducation nationale et ou plus largement destinées à un plus large public.

Bien que le temps de discussion fût relativement court, il est possible d’en tirer quelques enseignements que je vous livre. Les échanges font ressortir le besoin de construire un outil qui permette d’accompagner et d’aider les climatologues dans leur réflexion et dans leur posture communicationnelle. Afin que cet outil réponde concrètement aux attentes des climatologues il semble nécessaire d’envisager cette construction dans une démarche collective. L’atelier du 6 mai 2015 représente une première étape qu’il est possible de qualifier d’exploratoire. Nous allons proposer lors d’une deuxième étape au colloque “Uncertainty in Climate Science and its Impact on Decision-making” qui aura lieu le 27 mai 2015 à la Sorbonne de tracer l’architecture de cet outil à partir d’une réflexion sur la pertinence de construire une charte communicationnelle. Les échanges ont permis de mettre au jour la grande hétérogénéité des positions concernant cette potentielle charte (ce qui constitue une richesse) et le besoin de conduire la réflexion à tous les niveaux d’échelle aussi bien individuelle que collective.

Proposition de réflexion autour de la pertinence d’une charte communicationnelle

 

Voici les questions que nous allons soumettre à la discussion :

(1) Comment le chercheur peut-il composer entre ses propres engagements aussi bien sur le plan personnel que par rapport à son organisme de rattachement et la légitimité de ses prises de parole quand il s’exprime soit en son nom propre, soit au nom de son laboratoire ou de son institution ?

(2) Comment peut-il communiquer les incertitudes, les zones d’ignorance et les controverses dans un contexte où les implications politiques sont importantes et son discours potentiellement instrumentalisable ?

(3) Est-il pertinent pour le chercheur de prendre en compte les différentes situations de communication ou non ?

(4) Est-il judicieux d’associer les citoyens, les politiques et les journalistes dans la construction d’un outil aidant à la communication et si oui comment ?

Je vous propose de réagir librement à ces questions soit en répondant directement sur ma boite mail lionel.scotto@fde.univ-montp2.fr, soit en alimentant la discussion sur ce carnet de recherche.