L’affaire Courtillot

L’affaire Courtillot : De la matinale de France Inter du 7 décembre 2009 à la récente polémique au sein de l’Académie des sciences en mai 2015.

 

Crédit Photo France Inter

« C’est dans ce cadre communicationnel et socio-historique qu’il faut étudier de près la façon dont l’argumentation s’inscrit, non seulement dans la matérialité discursive (choix des termes, glissements sémantiques, connecteurs, valeur de l’implicite, etc.) mais aussi dans l’interdiscours. » (Amossy, 2002)

Sur fond de « climategate », l’agenda médiatique de l’automne 2009 lors de la conférence de Copenhague aura été marqué par la forte exposition des controverses climatiques. Pragmatique, cet article propose une analyse sociolinguistique de la mise en scène médiatique des controverses climatiques, à partir de la matinale de France Inter[i] animée par Nicolas Demorand, le 7 décembre 2009, avec comme invité principal Vincent Courtillot, dialoguant en duplex depuis Copenhague, avec Jean-Pascal van Ypersele, vice président du GIEC (Groupe d’Expert Intergouvernemental sur l’Evolution du Climat – IPCC en anglais), et Jean-Louis Borloo. Dans l’espace public, le chercheur se retrouve confronté à des contraintes argumentatives fortes dans la mesure où il est amené à communiquer dans un temps court en dehors des normes conventionnelles de la communauté scientifique, parfois empruntes de contradictions (Maxim ; Arnold, 2012). En portant l’attention sur certains marqueurs langagiers, l’article vise à démontrer comment l’analyse du contrat communicationnel défini par Patrick Charaudeau (1997) constitue un bon indicateur de l’intensité du conflit, et permet un accès à l’espace interdiscursif des controverses. Cet article démontre comment cette approche linguistique permet de décrire les « jeux d’acteurs et d’arguments » (Chateauraynaud, 2011) des deux scientifiques ainsi que leurs bifurcations. Plutôt que de décrire un monde social plat constitué d’acteurs humains et non-humains s’inscrivant dans des réseaux, il est plus pertinent de concevoir les controverses socioscientifiques comme un espace social multidimensionnel, un « mille-feuille discursif » constitué du In (ce qui est donné à voir dans l’espace public), et du Off (l’ensemble des échanges interpersonnels relevant des différents espaces interdiscursifs) en portant de façon internaliste une attention particulière à la construction des savoirs climatiques. L’article propose de nourrir la réflexion sur des questions controversées de la symétrie opérée dans les médias et de la posture du chercheur en SHS. Il tend à démontrer qu’un supplément de réflexivité dans l’enquête permet de démêler les enjeux politiques et scientifiques. Pour cela il est nécessaire d’aborder de façon pragmatique et rationnelle la symétrie dans sa pluralité et d’opérer une brisure de symétrie permettant une lecture plus précise et pertinente de ces moments d’expression publique des controverses.

Crédit Photo GIEC

 

1. Cadre théorique/méthodologie

Cet article s’insère dans un cadre d’analyse socioépistémique des controverses climatiques (Scotto d’Apollonia, 2014) consistant à articuler une approche rationaliste sur la base d’un étayage des points épistémiques controversés depuis la fin XIXème siècle avec une approche pragmatique analysant les dynamiques de publicisation des controverses incluant une enquête réflexive de terrain auprès des acteurs impliqués. Cette enquête a été réalisée entre septembre 2012 et avril 2013 sous forme de 15 entretiens (sous couvert d’anonymat) individuels semi-directifs et d’un entretien collectif regroupant 8 de ces chercheurs dont 3 climatosceptiques. L’un des objectifs de l’entretien collectif est de présenter les résultats de l’analyse socioépistémique aux principes intéressés afin d’approfondir certains points. Ce supplément de réflexivité s’opère aussi de façon systémique par l’échange de mails.

Dans cet article, l’analyse du discours, considérée comme l’étude des intrications entre l’organisation textuelle et la situation de communication (Maingueneau, 2002), appréhende l’argumentation dans la matérialité du discours en fonction de la situation d’énonciation et des articulations entre le logos, l’éthos et le pathos, tout en restituant son inscription dans l’interdiscours (Amossy, 2008). D’un point de vue opératoire la méthode consiste à croiser deux axes : (1) Analyser des arguments produits en distinguant trois plans ontologique, qu’il est possible de rapprocher du contrat communicationnel proposé par Charaudeau (1997), épistémique, et axiologique, (Chateauraynaud, 2011, p. 104). Ces plans permettent d’éclairer le travail méta-discursif opéré par les acteurs. (2) Élargir le corpus en faisant varier les situations d’énonciations.

Cette approche revient à se doter d’un outil permettant de mettre au jour l’espace interdiscursif à partir de la superficialité médiatique faisant peser de fortes contraintes argumentatives sur les acteurs. Autrement dit, en portant l’attention sur les variations de ces conditions implicites (courtoisie, reconnaissance, objet commun, prise en compte de l’altérité, etc.) et la façon dont les acteurs en parlent (appartenance à la communauté scientifique, tutoiement, usage des prénoms, ou l’inverse « ces gens », etc.) il est possible d’obtenir un indicateur de l’intensité des controverses, et de ce qui se trame dans les coulisses.

La méthode consiste à symétriser dans un premier temps l’analyse en prenant la manifestation de la conflictualité telle qu’elle apparaît dans l’espace social, pour ensuite la comparer à l’enquête épistémologique objectivant les oppositions épistémologiques dans les revues scientifiques à comité de lecture. Cet article apporte une contribution rationnelle et pragmatique pluraliste des symétries à cette question fondamentale en sociologie des controverses. La méthode permet de dépasser certaines difficultés en mettant au jour les dissymétries et en fonction des données réflexives de l’enquête de briser la symétrie.

Crédit Photo Edition Pocket

2. Contexte

En 2005, la communauté des géologues commencent à s’opposer à celle des climatologues. Claude Allègre débute une campagne contre « les Cassandre du réchauffement » et le principe de précaution des « sornettes pour gogos ». Courtillot (2007) entre dans la controverse après la publication d’un article dans la revue EPSL (Bard, Delaygue, 2007 ; Courtillot, 2008) et l’organisation de deux séances à l’académie des sciences en mars 2007. Pourtant coté pile, le climat entre Jouzel et Courtillot semblait détendu. En témoigne le séminaire organisé le 25 octobre 2007, dont l’objectif visant un rapprochement entre géologues (IPGP) et climatologues (IPSL). Côté face, en coulisse les échanges de mails révélés par le « climategate » mettent au jour les stratégies des climatologues dont le réseau se tisse au niveau international. La controverse glisse vers la crise institutionnelle quand Edouard Bard adresse une lettre à la présidence du CNRS, aux membres de l’académie des sciences et au ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche, pour se défendre des accusations publiques dont il considère être l’objet. En 2009, la controverse s’intensifie avec les publications de Nouveau voyage au centre de la terre, écrit par Courtillot qui donne une série de conférences et, du livre très controversé L’imposture climatique d’Allègre.

Crédit Photo France 3 « Ce soir ou jamais »

3. Analyse

Généralité linguistique

La stratégie de positionnement de Courtillot participe à se présenter comme le scientifique. Il se positionne principalement suivant son éthos de chercheur qu’il développe à travers un logos bien construit épistémologiquement (thèse solariste) au service d’un pathos citoyen plus politique (contre le principe de précaution). Van Ypersele, l’expert, se positionne suivant son éthos de scientifique, et développe un logos (la preuve de la responsabilité des activités humaines) visant à légitimer les prises de décisions politiques, sans déployer le pathos alarmiste.

L’emploi des indices énonciatifs (je, me, moi, nous) diffère suivant les intervenants. Courtillot alterne (je) et (nous), quand il s’exprime sur le plan scientifique. Ce (nous) très naturel en science, dont la norme de publication est collective, a pour effet de donner une fausse impression de symétrie avec la communauté des climatologues. Cette impression est d’autant plus marquante que van Ypersele, ne sachant précisément « en tant que » quoi il s’exprime, emploie indifféremment soit la première personne (je) et le mode indirect d’expression se rangeant derrière l’actant (GIEC) : « même si le giec ne peut pas se prononcer », « le rôle du GIEC c’est de fourni », « le GIEC essaie de fournir les meilleures informations possible » (vY : II, 3’16)[ii], « le GIEC est très clair sur ces questions » (vY : II, 15’15).

La singularité langagière des acteurs reproduisant les stratégies de positionnement décrites précédemment se retrouve dans leur champ lexical. La « raison », le « raisonnable », scientifique de Courtillot (renforcé par la figure du pléonasme « tout ce qui est raisonnable est raisonnable » (C : 5’54), s’opposent à la « clarté », au « très clair », expert de van Ypersele. Cet usage répété systématiquement dans les autres communications de Courtillot, est d’autant efficace qu’il renvoie à la justification, et au lustre de la rationalité scientifique, le camp adverse étant considéré irrationnel : « c’est typiquement un problème judéo-chrétien pourquoi un problème judéo-chrétien parce que d’une part nous sommes responsables donc devons faire acte de pénitence » (C : 1’08). En se référant aux conditions de mise en scène discursive de l’acte argumentatif les deux acteurs se retrouvent soumis à une triple activité discursive : problématiser, se positionner, et prouver. Les spécificités langagières de Courtillot (la raison) participent à renforcer le processus de rationalisation argumentatif plus que celle de van Ypersele (la clarté).

Crédit Photo Darty

Plan ontologique : le fragile équilibre du contrat communicationnel

Le plan ontologique, forme de contrat communicationnel, caractérise ce sur quoi les intervenants sont d’accord pour débattre dans les bonnes règles de civilités. Les deux chercheurs explicitent cette adhésion : « je reviens là aux affirmations du vice-président du giec là pour qui j’ai tout à fait le plus grand respect » (C : 7’25), ou « mes gestes sont là simplement pour ne pas interrompre vocalement mon collègue et je trouve ça tout à fait normal ce… bien sûr et c’est important » (C : 13’25), « tout à fait moi je suis pour les débats et j’ai aucun problème à débattre de toutes les affirmations de monsieur Courtillot » (vY : 9’30)

Ils partagent un certain nombre d’éléments communs concernant le climat, parmi lesquels la réalité des changements climatiques, la nature anthropique des augmentations de CO2, une définition de la climatologie définie comme la moyenne des températures sur 30 ans.

Courtillot rappelle que le contrat communicationnel n’est pas toujours respecté par tous les acteurs sans les nommer directement : « je pense que tous les gens qui disent que le débat est clos… pour être aimable et peu agressif euh ils se trompent, […] quand on dit qu’on a tout compris et tout résolu et qu’il y a plus de débat c’est qu’il n’y a plus de science et qu’on est passé dans le domaine de la religion » (C : 9’20). Quelques jours auparavant le 3 décembre 2009, sur le plateau de l’émission Ce soir ou jamais, le débat était beaucoup plus vif. Borloo invité de l’émission attaque Courtillot qui répond : « c’est faux et insultant, et c’est ça que je voudrais que l’on évite », « attention à vos paroles Monsieur le Ministre » (C : France 3, 2009), pour rétablir instantanément le contrat communicationnel avec « ces deux collègues scientifiques qui sont ici jamais je ne leur dirais qu’ils sont vexés » (C : France 3, 2009). Plus généralement, et invariablement dans les médias, le discours de Courtillot répond à une triple stratégie discursive, politique (il ne faut pas prendre de décisions sur la base de l’expertise du GIEC), scientifique (rien n’est moins sûr) pour étayer son hypothèse solariste, et finalement en quête de légitimité (nous avons publié dans revues à comité de lecture) et montrer qu’il dialogue avec ses pairs. Aussi est-il disposé à en découdre les autres acteurs. Les échanges sont violents, la représentante du WWF lui dit : « c’est du négationnisme ». Cette reductio ad Hitlerum décrite par Leo Strauss[iii] n’est pas un épiphénomène et revient souvent comme stratégie de disqualification des climatosceptiques (Kempf, 2010 ; Pachauri, 2004). Cependant Courtillot ménage ses collègues comme Jouzel qu’il appelle « Jean », et ce dernier en retour « Vincent ». Ces signes amicaux appuient sa légitimité scientifique et renforce son éthos.

Une bifurcation au niveau du contrat communicationnel s’opère après le sommet de Copenhague, et marque la rupture au sein de la communauté scientifique. Le 18 janvier 2010, dans l’émission du Grain à moudre, dans les mêmes conditions radiophoniques voici l’échange qui a suivi :

« JPvY : J’ai malheureusement manqué une partie de l’explication de Monsieur Courtillot, parce que la ligne était coupée pendant deux minutes. Je vais tout de même faire le commentaire suivant : je me réjouis que l’équipe de Monsieur Courtillot fasse progresser la science, à propos de l’impact du soleil sur l’atmosphère…

VC : Monsieur van Ypersele, ne soyez pas méprisant. Prenez le même ton que Madame Delmotte.

JPvY : Monsieur Courtillot, vraiment…

VC : Vous avez souvent des phrases que l’on ne peut interpréter que comme étant assez méprisantes.

JPvY : Je me réjouis des progrès scientifiques que votre équipe amène. Je me réjouis sincèrement, il n’y a aucun mépris dans ce que je dis là. » (France Culture, Du grain à moudre, 19 janvier 2010)

 

Courtillot rompt délibérément le contrat communicationnel qu’il faisait tout pour préserver auparavant. Le dérapage verbal de Courtillot met au jour ce que l’épreuve fait subir aux acteurs. Signe de l’intensification de la controverse, en février 2010, lors d’une conférence de Courtillot à l’école polytechnique, Bernard Legras l’attaque très fortement, et réitère le 23 avril 2010 sur Public Sénat « erreurs de débutants », et ajouter un argument d’autorité « moi je suis physicien ». Lors de même débat Jouzel et Courtillot se tutoieront, vouvoieront, parleront de l’autre à la troisième personne du singulier. Courtillot dira de Jouzel et Legras : « ces deux là […] je ne peux plus les considérer de la même manière qu’avant ».

Entre temps, en avril 2010 des centaines de chercheurs signèrent une pétition contre Allègre et Courtillot déplaçant les controverses en une crise institutionnelle. Il est reproché à Allègre et Courtillot de ne pas respecter les normes de communication scientifique, de reproduire des erreurs déjà dénoncées et de participer à un dénigrement du GIEC et de l’activité de recherche menée par les chercheurs impliqués dans la rédaction des rapports. Un climatologue en entretien individuel me dit :

 

« L’ami Courtillot, il est capable parce que c’est un très beau parleur, […] de faire des erreurs grossières de mettre ça en scène comme si c’était des arguments […] Il va tenir des propos, il va faire des présentations complètement vérolées devant un public scientifique. Moi je lui reproche beaucoup plus qu’à Allègre de ce point de vue là, parce que lui, c’est vraiment limite fraude scientifique. Allez sciemment raconter des âneries, il y a des choses qui ne s’aperçoivent pas, mais il y a des choses qu’il savait très bien, comme étant complètement fausses, et il utilise des arguments complètement faux devant une audience scientifique pour semer le doute. » (Un climatologue, entretien individuel : 1h24)

 

La controverse, en raison de la pétition, s’est transformée en crise dans les institutions scientifiques. Un huis clos fut organisé au sein de l’Académie des sciences afin de reconfier la controverse. L’effet fût contre productif et alimenta d’autres controverses. Le rapport rédigé fut l’objet de tractations et de nombreuses négociations. Sans rentrer dans les détails, ce rapport par son manque de cohérence dit tout et son contraire et illustre les profondes divisions provoquées par cet épisode paroxystique des controverses climatiques en France. Chacun des deux camps interpréta la publication comme une victoire au détriment de l’autre. L’article revient plus loin sur les suites de cet épisode. Actuellement en 2015, les controverses sur le plan médiatique sont en phase de veille et van Ypersele ne veut plus dialoguer avec les climatosceptiques dans l’espace public.

Crédit Photo Scotto d’Apollonia

Plan axiologique : l’épineuse question de la symétrie

Sur le plan axiologique apparaît l’opposition plus générale entre d’un côté le camp de l’écologie politique en faveur de politiques de réduction des gaz à effet de serre et celui du courant « libéral » ou « capitaliste » qui apparait dès 1992 avec l’appel de Heidelberg et s’oppose au principe de précaution et des choix énergétiques qui pourraient flanquer « en l’air l’économie du monde occidental » (C : 9’56 ). La dimension politique des controverses climatiques est omniprésente et il est vain de penser que l’expertise du GIEC soit transparente, objective et dépolitisée.

Crédit Photo Dialogue de Sourds

Plan épistémologique : Du dialogue de sourds

Le fond du débat sur lequel s’opposent les deux scientifiques, concerne la prépondérance du rôle du soleil. Courtillot considère que les cycles du soleil ont un rôle prépondérant par rapport au CO2, van Ypersele rétorquant que les travaux du GIEC prennent en compte le rôle du soleil considéré minime. Courtillot utilise des arguments portant sur la construction du savoir pour justifier ce point en s’appuyant sur ses publications. Il se positionne systématiquement en « démêleur » des plans épistémiques et axiologique en opérant un travail métacognitif : « je voudrais le dire tout de suite ça n’est pas de savoir si c’est bien ou mal que le temps se réchauffe, c’est de savoir si c’est vrai ou faux, et comme je le dis j’aime être un démêleur c’est-à-dire / séparer le débat citoyen du débat scientifique ». (C : 4’15).

L’évolution des températures sur des échelles de temps et d’espace variables est un autre point de désaccord, d’un côté Courtillot, comme les climatosceptiques, met en avant le plateau des températures observé depuis la fin des années 1998. Van Ypersele rétorque que les températures n’ont jamais été aussi chaudes depuis mille ans. Courtillot répond que précisément il y a un peu plus de mille ans, il faisait aussi chaud lors de l’optimum médiéval.

 

Crédit photo Panzani

Démêlons

L’auditeur profane face l’expression de cette opposition a de quoi rester perplexe et peut être emprunt au doute. Les climatologues accusent les médias d’opérer cette symétrie qui participe à faire le lit du climatoscepticisme. L’analyse du « mille-feuille discursif » de l’affaire Courtillot permet de démêler les dimensions scientifiques et axiologiques. Il est alors possible d’opérer une brisure de symétrie à l’aide de deux outils : l’épistémologie et la réflexivité.

Concernant Courtillot, ses discours mobilisent la notion de vérité notamment pour délégitimer le GIEC considérant qu’aucune des découvertes passées n’aurait été faite avec un tel organisme. Cette argumentation sur le plan épistémologique ne tient pas la route dans le sens où seule la notion de consensus (qui intègre le dissensus) peut être mobilisée. Effectivement van Ypersele ne peut que répondre : « les scientifiques ils sont jamais sûrs à cent pour cent ». (vY : 1’22). Quand Courtillot considère que le GIEC est un processus qui ne peut pas révéler la vérité, bien que se référant à Kuhn et à Popper, il commet une erreur dans le sens où le GIEC n’a aucun mandat scientifique à proprement parler et ne vise donc pas à faire des « découvertes ».

Courtillot a raison de revendiquer son droit à débattre (C : 7’32) en s’appuyant sur la légitimité des articles publiés dans des revues à comités de lecture. L’analyse bibliographique des publications incriminées (Scotto d’Apollonia, 2014, p. 338) démontre que la symétrie médiatique ne correspond pas à l’état des lieux de la science. Il existe une forte dissymétrie dans la communauté des climatologues qui rejette en bloc les travaux de Courtillot. Ceci ne veut pas dire que la communauté détient la vérité, il s’agit juste de pondérer les forces en présence, le nombre d’acteurs enrôlés dans un camp n’étant pas un critère de jugement. La posture du sociologue des sciences, prudente est jusqu’à présent proche de celle de l’historien des sciences. Les modalités réflexives pragmatiques de l’enquête permettent d’aller un peu plus loin en opérant une brisure de symétrie. Pour cela il faut revenir à la méthode (Scotto d’Apollonia, 2014, p. 457) consistant à proposer aux différents acteurs de réagir et débattre des résultats de l’analyse de façon individuelle par des échanges de mails en laissant un droit de réponse et de façon collective dans un espace de discussion régulé par le sociologue lui même. Ainsi la réflexivité de l’enquête offre un véritable droit au débat soustrait aux logiques communicationnelles médiatiques. Cette approche réflexive pousse les chercheurs dans leurs derniers retranchements épistémologiques et permet de se forger une opinion éclairée sur la force des arguments et les stratégies sous-jacentes. Autrement dit, il s’agit d’intégrer et d’assumer la subjectivité du sociologue comme un opérateur à part entière de l’enquête. Cette posture permet de se soustraire des logiques de réseau d’alliance qui tendent à légitimer ou délégitimer l’expertise du GIEC.

Ainsi les résultats de l’enquête m’amènent à considérer que si l’hypothèse d’une prépondérance de l’activité solaire sur les évolutions climatiques demeure sur le plan épistémologique valide en raison de l’impossibilité de la soumettre à un critère poppérien de réfutabilité, les résultats publiés par Courtillot ne semblent pas comme la communauté des pairs l’affirme suffisamment solides scientifiquement[iv].

 

Concernant van Ypersele, il doit faire face comme les autres « porteurs d’alerte » climatique à la « dissonance communicationnelle » du GIEC, c’est-à-dire à une ambivalence originelle où le message doit être politiquement pertinent sans être politiquement prescriptif. Effectif, l’emploi du « je » ou du « il » par van Ypersele illustre cette ambigüité. Le modèle communicationnel résolument moderne du GIEC d’une science parlant au pouvoir montre ses limites et a tendance à alimenter les controverses sur le plan politique. Il contraint le climatologue endossant le rôle de porteur d’alerte au sens de Francis Chateauraynaud et Didier Torny à se confronter à la question de l’éthique communicationnelle définie par Hans Jonas. Aussi seulement quelques climatologues comme van Ypersele, Hervé Le Treut, Jean Jouzel ou plus récemment Valérie Masson-Delmotte accepte de se confronter à cette dissonance communicationnelle dont il est possible de faire émerger quatre caractéristiques :

  • Le « porteur d’alerte » est confronté à une question liée aux savoirs, aux incertitudes et à l’ignorance intrinsèque de ces savoirs en devant prendre en compte des échelles de temps et d’espace variables.

Il communique les incertitudes et occulte l’ignorance.

  • Le « porteur d’alerte » est partagé entre communiquer la science (ethos scientifique) et communiquer le risque (ethos expert).

Il fait le choix de communiquer sur les deux plans en conservant une posture relavant de l’ethos scientifique.

  • Le « porteur d’alerte » intègre la question de la responsabilité vis-à-vis de ses contemporains, mais surtout essentiellement par rapport aux générations futures, et se confronte donc à l’appréhension des échelles de temps.

Percevant un risque réel et la nécessité d’engager des actions, il explicite sa propre perception des conséquences dans un vocabulaire plus ou moins alarmant tout en considérant que les décisions doivent être l’objet d’un débat social.

  • Le « porteur d’alerte » est amené à communiquer dans un espace social fondé sur l’idéal moderne d’une séparation de la science et de la politique, dont le GIEC est l’émanation dont le mandat n’est pas d’être prescriptif alors que ses représentants doivent communiquer des risques.

Ces éléments caractérisent la dissonance communicationnelle mettant au jour des tensions relevant de l’éthique communicationnelle que les « porteurs d’alerte » tentent de résoudre par une hybridation de leurs discours. Ce dilemme est d’autant plus important si le « porteur d’alerte » a d’une part, une représentation de son travail fortement ancrée dans l’ethos scientifique et d’autre par qu’il ait une représentation des risques importante.

 

Bifurcation au cœur de l’Académie des sciences : le « chantage au consensus »

Sur le plan sociologique, l’analyse du « mille-feuille discursif » permet de démontrer que le « chantage au consensus » identifié par Philippe Roqueplo dès la fin des année 1990 est un des points centraux des controverses. Il met au jour les difficultés à réguler les pratiques d’expertise et ses conséquences au sein des institutions scientifiques. Il est possible d’apporter un éclairage concernant les derniers remous agitant la très vénérable Académie des sciences. La polémique relayée fin mai 2015 dans les principaux médias (Libération, Le Monde, La Recherche, France Inter, etc.) concerne l’opposition opérée par de Vincent Courtillot concernant un avis devant être rendu par l’Académie des sciences à propose de la COP21. Le scepticisme bien que peu visible dans l’espace public est bien présent au sein des institutions politiques. Le 7 mai 2015, à l’invitation de l’Institut Turgot, Drieu Godefridi faisait une intervention dans une des salles de l’Assemblée nationale française « Pourquoi le GIEC doit-il être démantelé », titre emprunté à un article publié sur un blog sceptique. Qu’il ait tort ou raison scientifiquement, ce que revendique Drieu Godefridi, incarnant le climatoscepticisme politique, c’est l’esprit du capitalisme au sens philosophique, celui qui a permis les progrès de la science et l’essor des sociétés occidentales. La référence à Friedrich Hayek est significative et ne doit pas être perçue uniquement dans son versant « capitalistique » au sens d’une libéralisation du marché, mais bien comme une attitude philosophique. Elle vise à considérer que le monde social échappe à la connaissance, inspiration que l’on retrouve aussi à l’origine des Lumières à travers les théories de la limite de la connaissance de David Hume (1998 [1748]). Le climatoscepticisme est donc légitime, et correspond à un prolongement contemporain de l’idéal kantien permettant par l’usage de la raison la possibilité du libre exercice de l’entendement individuel.

N’en déplaisent à certains, il faut rendre à la science, ce qui appartient à la science : sur le plan épistémologique, la compréhension des mécanismes climatiques est soumise à de fortes incertitudes, des zones d’ignorance et reste et restera controversée pour le plus grand bien de la science. Ne l’oublions pas une science sans controverses est une science morte. Cependant le consensus solidement établi par la communauté des climatologues établit que l’influence des activités humaines sur les évolutions du système climatique sur l’échelle de ces cinquante dernières années est extrêmement probable. On a trop souvent tendance à l’oublier ce consensus prend en compte précisément le dissensus, les controverses. Le 5ème rapport du groupe 1 du GIEC mentionne à ce titre plusieurs points de controverses de façon explicite (GIEC, AR5, Groupe 1, 2013, pp. 187, 611, 612, 625, 627, 672, 690, 719, 772). Ces moments de controverses traduisent les difficultés persistantes d’articulation entre la science qui se nourrit des controverses alors que l’expertise vise le consensus.

Or la polémique au sein de l’Académie des sciences autour de Courtillot concernant l’adoption d’un avis sur la transition énergétique en prévision de la COP21 tourne précisément autour de la notion de consensus et de la possibilité en cas de désaccord de l’annexion d’un avis minoritaire (fut-il faiblement étayé scientifiquement). Autrement-dit la charte de l’expertise de l’Académie des sciences qui est au centre de cette polémique ne permet pas d’enrayer les difficultés communicationnelles. L’affaire remonte déjà fin 2014 où Courtillot faisait une intervention à l’Académie des sciences lors d’une session « Observation du système climatique en permanente évolution – Mécanismes physiques et chimiques en jeu ». L’analyse du discours de Vincent Courtillot met en évidence le fait qu’il n’apporte aucun élément nouveau par rapport aux épisodes controversés précédents. Il ne répond donc pas à ses détracteurs. Or la brisure de symétrie permet de démontrer la faiblesse des arguments de Courtillot sur le plan épistémologique. Le durcissement à l’approche de la COP21 s’opérant au sein de l’Académie des sciences met au jour les difficultés communicationnelles récurrentes des rapports entre les sciences et la société structurés par des logiques technocratiques très verticales « top-down ». Ces problèmes communicationnels apparaissaient déjà autour du rapport publié en octobre 2010 suite au huis clos organisé après la pétition contre Allègre et Courtillot. La charte de l’expertise établie en 2012 était censée représenter une réponse aux controverses passées. Au regard des tensions résiduelles force est de constater qu’elle ne permet pas de les dépasser.

Si l’enquête permet d’effectuer une forme de stress test épistémologique aux arguments avancés par Vincent Courtillot, il ne faut toutefois pas faire d’un cas une généralité. Son statut d’académicien lui confère de facto la légitimité à s’exprimer. Scientifiquement la question du forçage de la variabilité naturelle du climat n’est pas close et reste un sujet passionnant débattu au sein de la communauté. Les controverses autour du forçage anthropique sont amplifiées considérablement par la dimension politique du problème, des décisions devant être prise alors que la science n’est pas en mesure de statuer de façon absolue et irréfutable. Bien que le consensus soit une réalité incontestable, il est vain de considérer que les controverses sont closes. Aussi l’affaire Courtillot et ses derniers développements dans les médias participent surtout à une stratégie de déconfinement des tensions internes à l’Académie des sciences afin de modifier les rapports de forces. L’avis de l’Académie des sciences concernant la COP21 annexée d’un commentaire sceptique comme le stipule la charte pourrait représenter un levier d’instrumentalisation et une source potentielle de blocage lors du sommet Paris Climat 2015.

Crédit Photo Edition La Découverte

Conclusion : du rôle des sciences sociales

C’est ici que les sciences sociales, en adoptant une posture pragmatique et réflexive vis-à-vis de la symétrie, peuvent faire prévaloir leur capacité à démêler ponctuellement les enjeux politiques et scientifiques. Autrement dit un peu d’épistémologie et de pragmatisme permettent au final d’analyser finement ce type de conflit à partir de son expression dans l’espace public, et ce qu’il traduit des tensions persistantes caractérisant les évolutions des rapports sciences-société. Sur le plan théorique, il s’agit de considérer la symétrie non pas comme un principe rigide mais dans sa pluralité, en opérant des symétries localisées, des micro-symétries tout en objectivant les dissymétries existantes et en les brisant suivant les résultats de l’enquête. L’articulation du rationalisme et du pragmatisme apparait non seulement compatible mais de plus hautement pertinent. Il s’agit d’opérer cette articulation de façon circonstancielle par la délimitation d’un cadre réflexif soustrait des enjeux tutélaires et idéologiques. Cet article souligne l’impérieuse nécessité, non pas de revendiquer une quelconque objectivité mais d’intégrer la propre normativité de l’enquêteur comme un élément incontournable de l’analyse, un opérateur heuristiquement fécond restituant les controverses dans leur complexité.

 

Bibliographie 

Amossy, R., Argumentation et analyse du discours : perspectives théoriques et découpage disciplinaires. Argumentation et Analyse de Discours. 1/2008.

Bard, E., « La décennie 2000 est la plus chaude. Libération.  », Paris, 2013.

Bard, E., Delaygue G., « Comment on “Are there connections between the Earth’s magnetic field and climate by V. Courtillot, Y. Gallet, J.-L. Le Mouël, F. Fluteau, A. Genevey EPSL 253, 328, 2007 », Earth and Planetary Science Letters 265 (2008) 302–307: 302-307, 2008.

Charaudeau, P., Le Discours d’information médiatique: la construction du miroir social. Paris, Nathan, 1997.

Charaudeau, P., Visées discursives, genres situationnels et construction textuelle. Analyse des discours. Types et genres. É. U. d. Sud. Toulouse, 2001.

Charaudeau, P., « L’argumentation dans une problématique d’influence. », 2008 [En ligne], 1 | 2008, mis en ligne le 02 octobre 2008, Consulté le 07 août 2013. URL : http://aad.revues.org/193.

Charaudeau, P. ; Maingueneau D., Dictionnaire d’Analyse du Discours. Seuil. Paris, 2002.

Chateauraynaud, F., Argumenter dans un champ de forces. Essai de balistique sociologique. Paris, Petra, 2011.

Courtillot, V.; Gallet, Y.; Le Mouel J.-l.; Fluteau F.; Genevey A., « Response to comment on “Are there connections between Earth’s magnetic field and climate?, Earth Planet. Sci. Lett., 253, 328–339, 2007” by Bard, E., and Delaygue, M., Earth Planet. Sci. Lett., in press, 2007. »,Earth and Planetary Science Letters 265 (2008) 308–311: 308-311, 2008.

Courtillot, V.; Gallet, Y.; Le Mouel J.-l.; Fluteau F.; Genevey A., « Are there connections between the Earth’s magnetic field and climate? », Earth and Planetary Science Letters 253 328-339, 2007.

Kempf, H., « L’heure du choix. », Le Monde. Paris, 2010.

Maxim, L.; Arnold, G., (Eds.) Les chercheurs au cœur de l’expertise. Hermès. Paris, 2012.

Pachaurri, R., « FN-chef: Lomborg tænker som Hitler » Viden JP. interview with Pachauri R. Danish newspaper, 2004.

Scotto d’Apollonia, L., Les controverses climatiques : une analyse socioépistémique, Thèse de doctorat, Université Paul-Valéry Montpellier 3, 2014, consultable en ligne sur le lien suivant : https://univ-montp3.academia.edu/LionelScottoDapollonia

VAN DER SLUIJS, J. P., « Uncertainty and Dissent in Climate Risk Assessment: A Post-Normal Perspective », Nature + Culture, 7(2), p. 174-195, 2012.

Notes

[i] Vidéo consultable le 30 octobre 2013 sur le lien suivant : https://www.dailymotion.com/video/xbelvu_vincent-courtillot-france-inter_news?search_algo=2

[ii] Dans la suite de l’article Courtillot est noté C., l’émission étant en deux parties, elles sont distinguées par les chiffres romains. De la même manière van Ypersele est noté vY.

[iii] L’usage de nos jours fait référence au point de Godwin qui s’est inspiré de l’article de Leo Strauss « Measure: A Critical Journal » publié en 1951.

[iv] Tel un journaliste, j’ai en ma possession les sources solidement étayées relevant de l’interdiscours (non publiables pour des raisons de déontologie) pour avancer de tels arguments.