Programme Cit’in

APPEL À MANIFESTATION D’INTÉRÊT

Voici un condensé de l’appel à manifestation d’interet concernant le programme Cit’in reprenant les grandes lignes du texte.

L’objet de l’appel est de constituer une communauté de recherche sur la transition écologique en associant aux travaux du programme Cit’In les équipes de recherche en sciences humaines sociales et en sciences de l’environnement qui travaillent, ou envisagent de travailler, en particulier de manière coopérative avec les acteurs concernés, à ou sur des expérimentations démocratiques pour la transition écologique et énergétique.

Le programme de recherche étudiera les expérimentations conduites dans les territoires à l’initiative des citoyen·ne·s et des acteurs locaux et explorera les manières d’apprécier et de valoriser la contribution de la société civile et de la participation citoyenne à la transition écologique et énergétique. Le texte de l’appel à manifestation d’intérêt définit plusieurs axes d’approfondissement. Le programme comprend :

Télécharger le texte de l’appel à manifestation d’intérêt


Axes de l’appel :
La pluralité des chemins de la transition

La notion de transition écologique, qui a progressivement supplanté celle de développement durable, exprime la nécessité d’adapter nos économies et nos sociétés (modes de vie, action publique, démocratie…) au respect des limites de la biosphère.

Le programme Cit’in se structure autour de 6 axes en interrelation:

(1) La fabrique participative et la conduite démocratique des politiques publiques

(2) La portée démocratique des expérimentations citoyennes

(3) Numérique et transition : des civic techs aux communs informationnels

(4)  L’appropriation citoyenne de la transition

(5) La citoyenneté environnementale

(6) Les temporalités de l’agir environnemental

 

Projets développés dans le cadre de Cit’in 

(1) La structure Artivistes-atelier, le GDR CNRS PARCS, la MSHSUD, portent un projet visant à apporter un appui logistique au programme Cit’in et permettre de capter les énergies citoyennes des micros  projets.

(2) De plus La structure Artivistes-atelier, le GDR CNRS PARCS, la MSHSUD, les UMR Art-dev et Géosciences Montpellier portent un projet commun intitulé « Air9″visant à développer un programme de recherche action participative et sciences citoyennes (collecte de plante sur lesquelles se fixent les polluants atmosphériques) à partir d’une métrologie expérimentale de la qualité de l’air (analyse géochimique isotopique visant à mesure les concentrations des polluants et déterminer leur origines y compris les particules fines nanométriques) afin d’accompagner les politiques publiques.

Accompagner pour mieux analyser l’accord de Paris: Artivstes’Climate Tour

Note préliminaire

L’accord de Paris, signé en décembre 2015 est entré en vigueur très rapidement contrairement au protocole de Kyoto en novembre 2016.

Une telle rapidité témoigne de la volonté (hors Etats-Unis) de s’engager à prendre en compte la question du réchauffement climatique. Cependant, annoncé en grande pompe, comme un accord universel, il n’est pas juridiquement contraignant bien qu’il s’inscrive en tant que protocole additionnel à la Convention cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC). En ce sens l’accord a une valeur de traité international. La légère variation sémantique, c’est à dire le remplacement du « shall » à la place du « should », ne doit pas cacher que l’accord ne prévoit aucun mécanisme de sanction.

On peut donc dire que l’accord de Paris est moralement et politiquement contraignant mais non juridiquement. La COP23 s’est achevée sans proposer d’avancées majeures afin que se mettent en place les leviers pour passer concrètement à l’action.

Sur le fond l’accord de Paris semble flexible par la mise en place des dispositions procédurales (Nationally Determined Contributions – NDCs) permettant une comparaison entre états  et un mécanisme de révisions tous les cinq ans.  Cependant, il marque un changement majeur entre une gouvernance productrice de régulation de type command and control et une gouvernance de type incantatoire. En effet, l’accord se base sur des objectifs ambitieux et globaux et un récit pour mobiliser la communauté internationale. 

Se posent alors toute une série de question:

Comment opérationnaliser la dimension symbolique “make our planet great again”?

Comment mettre l’accord de Paris véritablement en route et dépasser l’absence de levier par le droit?

Comment intégrer le grand absent, l’économie mondiale, sans tomber dans la stigmatisation?

Comment (ré)intégrer les Etats-Unis, ou du moins faire en sorte qu’ils ne sortent pas de l’accord?

Se basant sur le principe de « transparence » et de mobilisation citoyenne, le projet Artivistes’Climate Tour vise à répondre à ces questions dans une logique de recherche action et mobiliser les citoyens du Monde. Ce projet vise à construire une trame narrative à l’échelle mondiale à partir de l’Art et en proposant des designs participatifs permettant de capter les énergies citoyennes et faisant appel aux intelligences sensibles.

Le projet est ambitieux: la structure Artivistes-atelier donne la parole aux citoyens… et surtout les moyens d’agir!

FROM PARIS TO THE WORLD: The Artivistes’ Climate Tour 2018-2020

THE POWER OF GLOBAL COLLABORATION

Ce projet vise à développer dans toutes les villes du C40 Cities des dispositifs Artivistes-atelier sur les territoires, dans les quartiers pour mobiliser l’ensemble des acteurs dans un réseau international dynamisé par la France.

Ce projet couple la force performative de l’art avec des ateliers participatifs outside/inside issus de la Recherche Action Participative pour questionner les enjeux locaux sur la base de l’ingénierie de L’Atelier Climatique Citoyen parrainé par Jean Jouzel.


Un projet citoyen participatif simple et ambitieux dans l’esprit de l’Accord Paris

 Lier les peuples du monde grâce à un mouvement artistique, citoyen et démocratique à travers le monde et mettre en cohérence l’expression citoyenne.

La mobilisation des intelligences sensibles, l’implication des acteurs et parties prenantes du territoire reprenant la parole et se dotant de nouveaux moyens d’agir, sont le socle d’un changement global pour permettre l’application concrète de l’Accord de Paris Climat.


Des objectifs multiples

(1) Renforcer le leaderchip de la France et de Paris sur le climat.

(2) Contribuer et renforcer l’effort de la France pour ramener les Etats-Unis dans l’Accord de Paris.

(3) (Re)Donner la parole aux citoyens du monde.

(4) Interroger les enjeux locaux grâce aux outils de la Recherche Action Participative.

(5) Générer une dynamique mondiale en fédérant les énergies locales en les reliant à l’échelle internationale grâce à C40 Cities, CGLU, ICLEI, Energie Cities notamment.

(6) Créer des ambassadeurs citoyens du climat dans chaque ville pour porter les initiatives auprès des institutions et des parties prenantes.

(5) Dresser les linéaments d’une cartographie mondiale identifiant les freins et les leviers pour mettre en cohérence concrètement l’Accord de Paris et lui donner une visibilité à l’échelle mondiale

Une mobilisation locale pour une réussite mondiale

Identifier et mettre en valeur chaque territoire foisonnant d’initiatives participatives, artistiques et citoyennes sur les enjeux du climat.

Développer une stratégie nouvelle du changement.

Artivistes-atelier met au service de cette transition globale ses outils, son dispositif, son savoir-faire pour mobiliser, (re)donner la parole aux citoyens et mettre en réseau les initiatives locales identifiées ou en sommeil sur les territoires, dans les villes du C40 Cities.

La valeur performative de l’art, la co-construction et les outils de la Recherche Action Participative permettent réellement aux acteurs de terrain de monter en capacité et de s’inscrire dans les processus décisionnels du changement global.

Une plus grande portée politique

Une cartographie mondiale collaborative des freins et les leviers de la mise en cohérence du local au global va permettre :

  • De lancer et de monter en réseau des dynamiques participatives locales,
  • D’identifier les acteurs locaux et leur degré de pouvoir décisionnel ou d’impact sur le changement,
  • De déterminer avec les acteurs les modalités pour que les initiatives locales remontent au niveau global.

Les actions et évènements Artivistes Climate Tour visent à un renforcement des collectivités locales dans la mobilisation du C40 Cities et des autres réseaux dynamiques.

Le dispositif Artivistes est garant d’une co-création de stratégie de changement à l’échelle locale par et avec les acteurs de terrain, les citoyens.

Créer des Artistivistes’ Climate Clouds

 Artivistes–atelier combine la force performative de l’Art, la puissance du débat public, les outils de la Recherche Action Participative en étroite collaboration avec le GDR CNRS PARCS pour faire émerger les savoirs et représentations et les faire remonter jusqu’à la prise de décision globale.

Artivistes-atelier permet d’agréger les énergies en créant des nuages d’initiatives et de stratégies : Artivistes’ Climate Clouds

Les acteurs mobilisés sur le Artivistes’Climate Tour, les parties prenantes impliquées dans ces initiatives et les Champions du C40 Cities, des réseaux associés au du Gouvernement Français permettront une stratégie du changement, une transition citoyenne et cohérente sur nos territoires.

L’équipe Artivistes-atelier accompagnera les étapes de cette efficace et innovante transition mondiale.