De la démocratie…

Image-1-dans-Thèse-Scotto-d-Apollonia-Lionel-Analyse-socioépistémique-des-controverses-clima

Résumé

Le projet « De la démocratie en situation de controverses sciences-sociétés » repose, dans une visée réflexive, sur la volonté de croiser les approches disciplinaires ayant comme objet les controverses socioscientifiques, où s’insèrent des jeux d’acteurs et d’arguments. L’objectif scientifique est de clarifier les articulations entre les différents cadres d’analyses épistémologiques au sein et entre les disciplines et de questionner leurs frontières, et de questionner la construction des savoirs scientifiques dans un contexte de forte demande sociale.

Crédit photo collectif chercheurs

Problématique générale

L’originalité de ce projet repose sur la volonté de croiser les approches disciplinaires ayant comme objet les controverses socioscientifiques, où s’insèrent des jeux d’acteurs et d’arguments avec des dimensions épistémiques, axiologiques et ontologiques (Chateauraynaud, 2007), dans une visée réflexive. Les questions environnementales, comme les gaz de schiste, la mortalité des abeilles, les OGM, le réchauffement climatique, la gestion de l’eau, donnent lieu ces dernières années à de fortes mobilisations d’acteurs, sources de conflits, de controverses, voire des crises institutionnelles. Ces groupes d’acteurs ont construit des compétences suffisantes pour influencer le débat public, mais aussi accroître une demande légitime d’informations sur des sujets soumis à de fortes incertitudes (Frewer et al, 2002). Par ailleurs, les demandes des publics concernant ces questions sont bien plus complexes et respectables que ce que présentent les arènes médiatiques (Cheveigné, 2003). Le chercheur confronté à ces problèmes se retrouve en tension dans la mesure où il est amené à communiquer en dehors des normes conventionnelles de la communauté scientifique. Ainsi il adopte différentes stratégies discursives en fonction des forums dans lesquels il communique, prenant des postures plus ou moins expertes et/ou politiques. Comme le notent Laura Maxim et Gérard Arnold (2012), des contradictions apparaissent au sein de la société sur les normes de communication scientifique en construction. Dans ce contexte, certains chercheurs transgressent les normes de communication, en s’adressant au plus large public possible, souvent, semble-t-il, au détriment de la rigueur scientifique. En ce sens, le 2 octobre 2012, le Comité d’éthique du CNRS (COMETS) publiait un rappel sur : « les aspects éthiques de la communication des chercheurs avec les médias », en faisant référence à un précédent avis concernant les controverses climatiques. Plus récemment, à propos des gaz de schiste, Sylvestre Huet, journaliste scientifique pour le quotidien Libération, adressait à la Ministre une lettre dénonçant l’impossibilité pour les journalistes d’interroger les scientifiques du Bureau de Recherche en Géologie Minière, ayant délégué la communication à une société privée.

Les communications autour des controverses environnementales soulèvent donc de nombreuses interrogations pour la recherche. Nous en retenons trois :

–           Comment les cadres d’analyse de diverses disciplines peuvent-ils entrer en dialogue dans le cadre de l’analyse des controverses ?

–           Comment appréhender le rôle de l’expertise dans ce type de conflit, sachant que la frontière entre le chercheur et l’expert n’est jamais clairement définie, et en premier lieu pour le chercheur lui-même ?

–           Comment interroger de manière réflexive notre propre posture de chercheur par rapport à la dimension critique de l’analyse des controverses ?

 

L’analyse croisée des ces questions peut agir comme un révélateur des tensions entre la société et une science moderne « organiquement liée aux pouvoirs » (Pestre, 2010). Les travaux sur les rapports science/société dans le cas du climat de Jeroen van der Sluijs (2012) sont une source de réflexion heuristiquement féconde. Il se situe ouvertement dans le paradigme de la science « post-normale » (Funtowicz et Ravetz, 1993), en référence à l’activité scientifique normale décrite par Kuhn, remise en question par le cas des controverses environnementales. Ce projet est l’occasion de discuter des avantages et limites de l’approche « post-normale » consistant à repenser l’analyse de la communication des incertitudes profondes.

 

Crédit photo Scotto

Description scientifique

Dans sa dimension critique, la recherche en sciences sociales apparaît comme pouvant jouer un rôle d’expertise, auprès des pouvoirs publics. Plus particulièrement dans le cas des controverses environnementales, elle est soumise à une double tension, celle visant à objectiver son objet d’étude, tout en conservant une dimension critique par essence normative, et pouvant à son tour façonner les controverses étudiées. Aussi dans un esprit de réflexivité maintenant « le contact avec les savoirs, les engagements et les valeurs éprouvées lors des enquêtes, et pour partager ces savoirs, ces engagements et ces épreuves dans la communauté des recherches sur les sciences », (Le Marec, 2010, p. 114), ce projet consiste à l’élaboration d’un dispositif de recherche suivant 2 étapes :

Construire les bases d’un espace de dialogue au sein et entre les différentes disciplines, en SHS et avec les sciences de la nature, prenant les controverses environnementales comme objet d’étude, par l’organisation d’une série de séances de travail préliminaires. Le but recherché est d’une part de mettre au jour les enjeux épistémologiques sous-jacents à chaque discipline, et clarifier les cadrages théoriques, leurs articulations avec d’autres champs paradigmatiques. La finalité est de préparer la mise en place d’un dispositif expérimental « l’incubateur » permettant d’analyser de manière réflexive la deuxième étape qui fera l’objet d’un renouvellement l’année prochaine.

Bruno Latour et Steven Woolgar (1988) se sont immergés dans la vie de laboratoire pour analyser la construction des savoirs scientifiques, notre projet consiste à sortir du laboratoire et renverser l’analyse. « L’incubateur » consiste à ethnographier le laboratoire social de la construction des savoirs scientifiques faisant l’objet de controverses. Idéalement à l’aide des outils de l’anthropologie visuelle, cette deuxième étape, doit permettre d’analyser les aspects socio-discursifs d’un forum de discussion mobilisant l’ensemble des acteurs d’horizons différents, chercheurs, politiques, des représentants associatifs et journalistes. L’objectif principal de ce dispositif est de construire un outil d’analyse réflexif des savoirs produits dans le champ de la recherche. Aussi dans l’esprit de reproduire les différents domaines dans lesquels se déploient les controverses notre projet consistera à organiser deux jours durant, un lieu de dialogue entre des acteurs impliqués dans des controverses provenant de la recherche, du monde politique, journalistique, ou associatif. Ce forum de discussion se déroulera sous plusieurs formes, académiques avec l’organisation de tables rondes, ou plus variées à travers les pauses café, les repas, ou des discussions à l’issu de la pièce de théâtre mettant en scène une controverse. Afin d’éviter les biais, un appel à communication pour le dispositif « incubateur » sera lancé. Les chercheurs impliqués dans le projet prendront en charge la responsabilité scientifique des tables rondes.

En cherchant la possibilité de mise au jour des enjeux communs, le projet ne se limite pas à une controverse en particulier. Cependant, en raison de la spécificité locale et de son caractère socialement vif une certaine orientation sera donnée vers la problématique des gaz de schiste. Il sera ainsi plus facile de mobiliser dans le secteur  de Montpellier les acteurs concernés.

Crédit photo CEA

Rôle et contribution de chacun des participants au projet

Le rôle de chacun des participants apparaît dans le tableau organisationnel. De nombreux participants ont pour objet de recherche au moins une controverse (boue rouges, Olivier Dubuquoy,  huile palme Emmanuelle Cheyns, barrage hydroélectrique au Chili, Claudio Broitman, Gestion de l’eau et changement climatique entre Israël et la Palestine, Klervi Fustec, gaz de schiste, Lionel Simonneau, Grégoire Molinatti, Mohamed Djouldem, éolien Clément Mabi, Réchauffement climatique, Grégory Piet, Lionel Scotto d’Apollonia, OGM, Robin Birgé, et Francis Chateauraynaud qui avec ses outils d’analyse couvre un large spectre de controverses abeilles, nucléaires, etc.). Bien que l’objet soit commun, les axes de recherche et les entrées disciplinaires diffèrent d’un chercheur à l’autre, contribuant à créer autant de terrain de recherche différent. Plus précisément certains comme Philippe Hert ont l’expérience de terrain proche de celui expérimental que nous souhaitons créer, tant dans le vif de l’action que par le suivi des discussions en ligne avant/pendant/après les rencontres (twitter, facebook, scoopit, etc.). D’un point de vue plus pratique l’organisation des séminaires sera confiée à Montpellier à Robin Birgé, Klervi Fustec et Lionel Scotto d’Apollonia, à Liège à Grégory Piet et à Marseille à Grégoire Molinatti. La partie édition sera sous la responsabilité de Mohamed Djouldem.

 

Broitman, Claudio, doctorant, science de l’information et de la communication, CERILAC (EA 4410), Université Paris 7

Bruguière, Catherine, MCF, Science de l’éducation, S2HEP (EA 4148), IUFM Lyon

Caeymaex, Florence, MCF (directrice projet ART et FRUCTIS), Philosophie politique et critique, Université de Liège 

Chateauraynaud, Francis, directeur d’études (directeur GSPR), Sociologie, EHESS

Cheyns, Emmanuelle, CR, Sociologie, MOISA (UMR 99), CIRAD

Djouldem, Mohamed, MCF, Sciences Politiques, (UMR 5281) Art-dev.

Dubuquoy, Olivier, IGR, Géographie et Science de l’information et de la communication, I3M (EA 3820), Université du Sud Toulon

Fustec, Klervi, doctorante, Géographie, ART-DEV (UMR 5281), Université Paul Valery 

Hert, Philippe, MCF, Science de l’information et la communication, CNE (UMR 8562), EHESS-CNRS-UAPV 

Mabi, Clément, doctorant, Science de l’information et de la communication, Costech, Université de Compiègne 

Molinatti, Grégoire, MCF, Science de l’information et de la communication, CNE (UMR 8562), EHESS-CNRS-UAPV 

Moreau, Angélique, Science de l’éducation, S2HEP (EA 4148), Université Lyon 1 

Piet, Grégory, doctorant, Science Politique, Université de Liège

Triquet, Eric, MCF HDR, Science de l’information et de la communication, S2HEP (EA 4148), Université de Grenoble 1 

Urgelli, Benoit, MCF, Science de l’éducation, ICAR (UMR 5191), ENS Lyon

Objectif du programme

Les résultats attendus doivent permettre d’une part de mettre au jour la façon dont les différents cadres d’analyse de chaque discipline peuvent s’articuler sur un même objet d’étude, de définir les contours des points susceptibles de créer un cadre d’analyse et les éléments irréductibles présentant une spécificité épistémologique propre à chaque discipline. Nous prévoyons une première publication collective concernant les éléments majeurs qui se seront détachés des séminaires. D’autre part, ce travail de « déffrichage » épistémologique doit permettre de poser les bases concerant le dispositif expérimental « l’incubateur », et définir les outils d’analyse, dont le but sera de questionner l’autonomie de la recherche, ses aspects normatifs, et les contours encore flous de sa dimension critique.

 

BIBLIOGRAPHIE

Chateauraynaud, F., 2011, Argumenter dans un champ de forces. Essai de balistique sociologique, Paris, Petra.

Chateauraynaud, F., 2007, La contrainte argumentative. Les formes de l’argumentation entre cadres délibératifs et puissances d’expression politique. Revue Européenne des Sciences Sociales, 45(136), 129-148.

Cheveigné, S. de, 2003, « Expertise, risque et implication des profanes : autour de la conférence de citoyens à propos des OGM », p. 267-278, in C. Gilbert, ed., Risques collectifs et situations de crise. Apports de la recherche en sciences humaines et sociales. Paris, L’Harmattan (« Risques collectifs et situations de crise »).

Cheyns, E., 2011. Multi-stakeholder initiatives for sustainable agriculture: limits of the « inclusiveness » paradigm. In : Governing through standards: origins, drivers and limitations, Londres : Palgrave Macmillan, p. 318-354.

Djouldem, M., 2003, « Rhétoriques, controverses et incertitudes dans les conduites de la modernisation de l’action publique », in Le changement dans l’administration, IDARA, n° 25, pp. 71-93.

Frewer, L.-J., S., Hunt, S., Miles, M., Brennan, S., Kusnesoff, M., Ness, M. Ritson, S., Kunesoff, 2002, Public preferences for informed choice under conditions of risk uncertainty, Public Underst Sci, 11:363-72.

Funtowicz, S. O., J. R., Ravetz, 1993, Science for the Post-Normal Age, Futures 25:735-755.

Girault, Y. & Molinatti, G. 2011, Comment les musées et centres de sciences s’exposent aux controverses socioscientifiques. Hermes, n° 61, p. 159- 166. Les musées au prisme de la communication. CNRS Editions.

Hert, P. , « Social Dynamics of an On-Line Scholarly Debate », The Information Society, Washington DC, Taylor & Francis, vol. 13, 1997, pp. 329-360.

Hert, P., Paul-Cavallier, M., (dirs.), 2007, Sciences et frontières : délimitations du savoir, objets et passages, E.M.E. collection « Echanges », 356p.

Latour, B., Woolgar, S., 1988 [1979], La vie de laboratoire : la production des faits scientifiques, Paris, La Découverte.

Le Marec, J., 2010, Enquête et savoirs du contact dans les études de sciences : pour une réflexivité institutionnelle, in Les études de sciences : pour une réflexivité institutionnelle, Le Marec, J., (dir.), Paris, Editions des archives contemporaines.

Maxim, L., Arnold, G. 2012, Les chercheurs au cœur de l’expertise, (dir.), Hermès, n°64, Paris, CNRS Editions.

Molinatti G. 2010, Discours de chercheurs autour d’une controverse socioscientifique. RDST, 1, p.197-222.

Moreau, A., Bruguière, C., & Triquet, É. 2012, « Question scientifique socialement vive et médiation participative : apports et limites d’un partenariat entre école et professionnels de l’éducation au développement durable », Spirale, 50, pp 211-223.

Pestre, D., 2010, « Penser le régime des techno-sciences en société », in Les Etudes de sciences : Pour une réflexivité institutionnelle, Le Marec, J., (dir.), Paris, Les éditions des archives contemporaines.

Scotto d’Apollonia, L., 2013, Médiatiques ou scientifiques ? La légitimité des controverses climatiques traitée à travers un cadre d’analyse socioépistémique non réductionniste, Acte des premières journées internationales de la sociologie de l’énergie, Toulouse. (à paraitre)

Urgelli, B., Simonneaux, L., Le Marec, J., 2011, Complexité et médiatisation d’une question socialement vive : le cas du réchauffement climatique, in Développement durable et autres question d’actualité, (Legardez, Simeaunneaux, dir.), Dijon, Eduagri Editiions.

Van der Sluijs, J., 2012, Uncertainty and Dissent in Climate Risk Assessment: A Post-Normal Perspective, Nature and Culture 7(2), Summer 2012: 174–195, Berghahn Journals.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *