Participative workshop 27 mai 2015 UCSID Paris-Sorbonne

poster
Crédit Photo Université Paris Sorbone

Workshop “Uncertainty in Climate Science and its Impact in Decision-making” (UCSID) 27 May 2015 Paris 

 

Vers une expertise climatique citoyenne intégrant la complexité du traitement des incertitudes ?

 Animé par 

Lionel Scotto d’Apollonia GDR PARCS et Pascal Maugis : Chercheur hydro-climatologue, LSCE,

 Résumé

L’originalité de cette session est de proposer un atelier où les participants seront invités à discuter afin d’apporter des éléments de réponse à l’une des questions posées dans ce colloque : « Comment les incertitudes peuvent-elles être prises en compte dans les décisions sur les questions environnementales et politiques ? ». Dans une première partie d’environ 45’ seront présentés les apports heuristiques de la science « post-normale » favorable à la construction d’une expertise climatique citoyenne prenant en compte la complexité des incertitudes représentant un changement de paradigme en comparaison du modèle communicationnel résolument moderne du GIEC : « science speaks truth to power ». Dans une deuxième partie d’environ 45’ suivant les techniques de la recherche action participative (RAP), les participants seront invités suivant leurs propres positions par rapport à la présentation faite de discuter et réponde à la question posée en ouvrant des conditions d’évolutions des normes de communications des incertitudes destinés aux décideurs politiques.

Crédit photo Cercle des européens

Argumentaire

Les incertitudes liées à la compréhension des mécanismes et des évolutions des climats sur différentes échelles de temps et d’espace soulèvent des questions complexes questionnant le déroulement « normal » de l’activité de recherche au sens de Kuhn (1962). En effet les sciences du climat construisent des connaissances par essence soumise à des incertitudes, des ignorances voire des controverses qui doivent pourtant alimenter le débat public et aider les décisions politiques dont les impacts sont potentiellement énormes. Le cadre paradigmatique de la science « post-normale » (Funtowicz et Ravetz, 1993) postule qu’il est possible de construire une expertise citoyenne permettant de nourrir le débat et favoriser les mécanismes décisionnels. L’absence de preuves irréfutables, l’existence d’incertitudes, d’ignorance et de controverse ne sont plus appréhendés comme un frein aux décisions politiques mais une opportunité pour nourrir les débats. Les nombreux travaux de Jeroen van der Sluijs (1997 ; 2008 ; 2012) construisent une base de solide à la réflexion. Selon lui, il existe de nombreuses valeurs cachées persistantes dans les cadrages, les indicateurs choisis et les hypothèses construites. L’évaluation des risques anthropogéniques sur les changements climatiques impliquent des incertitudes qui ne peuvent être apprivoisées. Le problème est d’autant plus complexe qu’aux aspects purement épistémologiques viennent se mêler des aspects normatifs dans un contexte de management des risques objets. Le traitement des incertitudes, la façon de les appréhender et de les communiquer devient un exercice sacerdotal quand il s’agit de les traduire dans l’espace public.

A titre d’exemple, il est proposé de s’appuyer sur l’exemple de l’élévation des niveaux marins qui est un très bon indicateur des évolutions climatiques et qui est un enjeu dont le public et les décideurs peuvent prendre concrètement et immédiatement conscience. Sur ce thème la communication de l’expertise du GIEC ne dépasse pas le deuxième degré sur les quatre que compte l’échelle d’appréhension de l’incertitude définie par van der Sluijs (2005). Le quatrième degré propose de faire état de toutes les incertitudes qui entourent la démarche. Celles-ci dépassent nécessairement, en les englobant, les études de variabilité ou de scénarios. Dans ce contexte, la production de fourchettes, de marges d’erreurs ou d’indices de confiance correspond à la tentative de faire rentrer les incertitudes dans un formalisme rassurant. Ce discours, de surcroît potentiellement normatif, est-il à même de transmettre convenablement ce qui est nécessaire à l’information et à la décision ? Or le GIEC repose sur un modèle communicationnel résolument moderniste des rapports entre les sciences et la politique qui est proche de ce que Funtowicz (2006) appelle “speaking truth to power” affiné ensuite par de nombreux travaux (Funtowicz et Strand, 2007a & b ; van der Sluijs et Funtowicz, 2008). Bien que reposant aussi sur une logique habermassien de la théorie de l’« agir communicationnel » (Habermas, 1987, [1981]), le modèle proposée par la science « post-normale » : « working deliberatively within imperfections » ambitionne d’être résolument alternatif.

L’originalité de cette session est d’ouvrir un espace de réflexion interdisciplinaire entre chercheurs, climatologues et issus des Sciences Humaines et Sociales, sur la question du traitement et de la communication des incertitudes dans un esprit résolument réflexif. Nous appelons donc des climatologues à proposer des communications aussi bien d’un point de vue épistémologique sur le traitement des incertitudes que d’un point de vue plus réflexif sur leur vécu vis-à-vis des modalités de traitement et de communication des incertitudes par rapport au débat public et aux mécanismes décisionnels. Nous invitons tout autant des chercheurs en SHS à présenter leurs travaux portant directement sur les sciences du climat ou indirectement sur les rapports sciences société en lien avec le climat. L’objectif est de croiser les approches afin d’ouvrir un espace de réflexion sur le cadre paradigmatique proposé par la sciences « post-normale » en discutant des apports ainsi que des limites de la construction d’une expertise citoyenne sur des objets résolument complexes.

Nous proposons deux pistes de réflexions et de recherche sur les modalités communicationnelles des climatologues et du GIEC concernant les incertitudes. La première vise à questionner d’un point de vue épistémologique le traitement des incertitudes et des zones d’ignorance en entrant au cœur de l’activité de recherche. La deuxième piste questionne la communication des chercheurs des incertitudes dans les arènes scientifiques et dans l’espace public en discutant de leurs postures individuelles et collectives vis-à-vis des décideurs politiques et de la demande citoyenne trop souvent laissée pour compte. Les deux axes de cette session permettront plus généralement de nourrir la réflexion sur l’évolution des rapports sciences-sociétés et des normes de communication internes à la communauté scientifique. Ce sera l’occasion de discuter de l’inversion d’une tendance « top-down » historiquement située comme l’indique encore les résumés destinés aux décideurs politiques du GIEC aux citoyens à une logique « bottom-up » cherchant à répondre aux demandes citoyennes souvent hétérogènes et répondant à des intérêts parfois divergents source de conflits.

Bibliographie

FUNTOWICZ, S. O, (2006). Models of Science and Policy, in: Guimarães Pereira Â, Guedes Vaz S, Tognetti, S, (eds), Interfaces between Science and Society. Sheffield: Greenleaf Publishers.

FUNTOWICZ, S. O., J. R. RAVETZ (1993). « Science for the post-normal age », Futures, 25(7), p. 739-755.

FUNTOWICZ, S. (2006). « Why knowledge assessment? », in E. GUIMARA, PEREIRA, A., GUEDES VAZ S., TOGNETTI S. SHEFFIELD, GREEN Interfaces between Science and Society, Leaf Publishing, p. 138-145.

HABERMAS, J. (1987 [1981]). Théorie de l’agir communicationnel, tome 1 : rationalité de l’agir et rationalisation de la société, Paris : Fayard.

KUHN, T., S. (1972 [1962]). La Structure des Révolutions Scientifiques, Paris : Flammarion.

VAN DER SLUIJS, J. (1997). Anchoring Amid Uncertainty: On the Management of Uncertainties in Risk Assessment of Anthropogenic Climate Change, PhD., Utrecht University.

VAN DER SLUIJS, J. (2005). « Uncertainty as a monster in the science-policy interface: four coping strategies », Water Science and Technology, 52(6), p. 87-92.

VAN DER SLUIJS, J., ET AL. (2008). « Qualité de la connaissance dans un processus délibératif », Natures Sciences Sociétés, vol. 16, 2008/3, p. 265-273.

VAN DER SLUIJS, J. P. (2012). « Uncertainty and Dissent in Climate Risk Assessment: A Post-Normal Perspective », Nature + Culture, 7(2), p. 174-195.

 

Atelier 6 Mai 2015 LSCE

Compte rendu atelier « Approche sociologique des controverses climatiques et perspectives communicationnelles »  – LSCE 6 mai 2015

Je tiens avant toute chose à remercier l’ensemble des personnes présentes à l’atelier du mercredi 6 mai 2015 au sein du LSCE portant sur les aspects sociaux et épistémologiques des sciences du climat et notamment les controverses. Plus particulièrement je remercie Pascal Maugis avec qui je prends beaucoup de plaisir à collaborer dans une réelle pratique interdisciplinaire. A titre d’information, Pascal et moi avons animé deux sessions : l’une au colloque “Uncertainty in Climate Science and its Impact on Decision-making” le 27 mai 2015 Paris Sorbonne (http://ucsid.sciencesconf.org/?lang=en), l’autre à la conférence “Our commun future under climate change” le 10 juillet 2015 à Paris (http://www.commonfuture-paris2015.org/Programme/Provisional-Programme.htm)

Je vous adresse un bref compte rendu de l’atelier et les perspectives qui pourront nourrir votre réflexion et mener à de futures collaborations. J’ai présenté une partie de mes résultats portant sur l’analyse des controverses climatiques et abordé les perspectives de recherche qui s’en dégagent en soulignant la nécessité de construire un réel espace de réflexion interdisciplinaire.

Méthodologie et posture du chercheur en SHS

La question des postures des climatologues comme celles des chercheurs en sciences sociales est une question épineuse dont les réponses ne peuvent être simples. Un des éléments de la discussion a porté notamment sur la posture du sociologue, autrement dit la mienne, et le principe de symétrie qui apparaît aussi collante que le sparadrap aux doigts du capitaine Haddock dans Tintin et Milou. Pour rester dans l’univers des bandes dessinées, le travail du sociologue par rapport à ce type de controverses socioscientifiques peut ressembler à la posture de Gaston Lagaffe avant de rentrer dans les archives afin de construire un étayage épistémologique des savoirs controversés.

Cette méthode consiste dans un premier temps à adopter une symétrie localisée, une micro-symétrie dans une posture « axiologique neutre ». Autrement-dit, cette posture est proche de celle d’un historien des sciences regardant à la loupe les oppositions. Il ne s’agit pas pour le chercheur en sciences sociales de coller à l’immédiate médiatique. Les médias ne représentent pas une objectivation du monde social. Cette posture de symétrisation correspond à une première étape dans la construction d’un outil analytique permettant de décrypter ces moments d’effervescence en démêlant les aspects scientifiques et axiologiques (c’est-à-dire relevant des normes et des valeurs de chacun).

Dans un second temps, en prenant en compte de façon pragmatique l’impossibilité d’être dans cette position de neutralité, il s’agit alors de mener l’enquête auprès des chercheurs en questionnant notamment les oppositions argumentatives sur le plan épistémologique.

En soumettant de façon réflexive et systématique les résultats produits aux chercheurs concernés de façon individuelle mais aussi collective, le sociologue peut ainsi décrire les asymétries disciplinaires au sein des communautés de recherche. La notion de réflexivité est essentielle en sciences sociales car contrairement au géologue par exemple dont l’objet « le caillou » n’est pas susceptible de donner son point de vue et interagir, le chercheur en sciences sociales qui analyse les controverses interagit directement dans l’objet analysé. C’est pourquoi, en explicitant son propre point de vue normatif il est possible alors d’opérer une brisure de symétrie et expliciter la conviction construite au cours de l’enquête. Ainsi concernant par exemple les travaux de Courtillot, si l’hypothèse d’une prépondérance de l’activité solaire sur les évolutions climatiques demeure valide en raison de l’impossibilité de la soumettre à des critères poppériens de réfutabilité, ses résultats publiés ne passent pas l’épreuve du tangible auprès de la communauté de ses pairs et ne me semblent pas très solides comme le soulignent la grande majorité des climatologues.

Cependant l’histoire des sciences amène à considérer cette brisure de symétrie avec beaucoup de prudence, c’est-à-dire qu’il ne faut pas exclure la possibilité de se tromper. La réflexivité de l’enquête en poussant les chercheurs dans leurs derniers retranchements épistémologiques permet de se forger une opinion éclairée mais qui reste une opinion plus qu’un véritable résultat de recherche. En ce sens, le cadre théorique élaboré, plutôt que de décrire un monde social plat constitué d’acteurs humains et non-humains s’inscrivant dans des réseaux, conçoit les controverses socioscientifiques comme un espace social multidimensionnel, un « mille-feuille discursif » constitué du In (les publications scientifiques et ce qui est donné à voir dans l’espace public), et du Off (l’ensemble des échanges interpersonnels relevant des différents espaces interdiscursifs comme les échanges lors de l’atelier ou ceux poursuivis lors du repas à la cantine).

To speak or not to speak : le « porteur d’alerte » climatique face à la dissonance communicationnelle du GIEC.

 

L’analyse des controverses climatiques permet de mettre au jour les difficultés communicationnelles auxquelles se confrontent les climatologues quand ils sont amenés à s’exprimer dans l’espace public. L’absence de normes clairement définies représente une difficulté sur le plan de la posture à adopter. Doit-on exprimer son propre point de vue sur le plan politique ? Doit-on parler de risque ou d’incertitude ? L’expression des incertitudes propres à la science est-elle un frein vis-à-vis des mécanismes décisionnels ? Le climatologue ne peut à chaque phrase énoncer « en tant que » quoi il s’exprime ou « nom de quelle institution » en faisant systématiquement une distinction entre les résultats de recherche et ses propres positions normatives. Seuls quelques climatologues en France comme Jean Jouzel, Hervé Le Treut ou Valérie Masson-Delmotte acceptent d’endosser le rôle de « porteur d’alerte » climatique (au sens de Francis Chateauraynaud et Didier Torny). Ils doivent faire face à la « dissonance communicationnelle » du GIEC qui les contraint à une hybridation de leurs discours sur les incertitudes (dire la science relevant de l’éthique de conviction) et les risques (dire les conséquences du réchauffement relevant de l’éthique de responsabilité). Cette « dissonance communicationnelle » met au jour les ambiguïtés du modèle communicationnel du GIEC s’appuyant fondamentalement sur une séparation entre les sciences et la société. Cette volonté de « clarté » est difficile à maintenir dans les faits bien que ce sont les climatologues qui ont « la main » sur les rapports des trois groupes, les résumés destinés aux décideurs étant le résultat de discussions politiques et diplomatiques. La mise au jour des difficultés pour les climatologues à communiquer les incertitudes, les zones d’ignorance et les controverses dans un contexte où les enjeux sont majeurs et des choix politiques doivent être opérés permet de nourrir la réflexion sur l’évolution des rapports sciences-sociétés et des normes communicationnelles sous-jacentes.

Une réflexion libre favorise efficacement la réflexion

Aussi j’ai proposé ensuite un temps de réflexion au sein de deux groupes autour de la question de la posture communicationnelle en s’appuyant sur deux approches différentes. Il m’a semblé important de ne pas proposer une discussion trop formatée afin de laisser un maximum de liberté dans les prises de paroles. Un premier groupe dans lequel je me trouvais a discuté des possibilités d’amélioration du modèle communicationnel du GIEC, de l’utilité du média-training et de la pertinence à construire une charte. Le deuxième groupe animé par Pascal Maugis (que je remercie à nouveau) a développé une discussion autour des propositions de la science « post-normale ». A grands traits et au risque de la caricature la science « post-normale » propose un cadre d’analyse considérant que l’explicitation des incertitudes et des controverses peut aider à construire des outils d’aide à la décision. Elle pose la question de la construction d’une expertise climatique citoyenne qui s’oppose aux logiques « top-down » du GIEC, d’une science parlant au pouvoir. Lors de nos échanges, la question de l’éducation aux questions climatiques est revenue systématiquement et apparaît comme un élément central devant nourrir le débat public. A mon sens les questions éducatives, qui sont à l’origine de mes travaux de recherche, ne doivent pas faire l’économie de la mise en place de dispositifs de recherche permettant d’évaluer l’efficacité des démarches mises en place au sein de l’éducation nationale et ou plus largement destinées à un plus large public.

Bien que le temps de discussion fût relativement court, il est possible d’en tirer quelques enseignements que je vous livre. Les échanges font ressortir le besoin de construire un outil qui permette d’accompagner et d’aider les climatologues dans leur réflexion et dans leur posture communicationnelle. Afin que cet outil réponde concrètement aux attentes des climatologues il semble nécessaire d’envisager cette construction dans une démarche collective. L’atelier du 6 mai 2015 représente une première étape qu’il est possible de qualifier d’exploratoire. Nous allons proposer lors d’une deuxième étape au colloque “Uncertainty in Climate Science and its Impact on Decision-making” qui aura lieu le 27 mai 2015 à la Sorbonne de tracer l’architecture de cet outil à partir d’une réflexion sur la pertinence de construire une charte communicationnelle. Les échanges ont permis de mettre au jour la grande hétérogénéité des positions concernant cette potentielle charte (ce qui constitue une richesse) et le besoin de conduire la réflexion à tous les niveaux d’échelle aussi bien individuelle que collective.

Proposition de réflexion autour de la pertinence d’une charte communicationnelle

Voici les questions que nous allons soumettre à la discussion :

(1) Comment le chercheur peut-il composer entre ses propres engagements aussi bien sur le plan personnel que par rapport à son organisme de rattachement et la légitimité de ses prises de parole quand il s’exprime soit en son nom propre, soit au nom de son laboratoire ou de son institution ?

(2) Comment peut-il communiquer les incertitudes, les zones d’ignorance et les controverses dans un contexte où les implications politiques sont importantes et son discours potentiellement instrumentalisable ?

(3) Est-il pertinent pour le chercheur de prendre en compte les différentes situations de communication ou non ?

(4) Est-il judicieux d’associer les citoyens, les politiques et les journalistes dans la construction d’un outil aidant à la communication et si oui comment ?

Je vous propose de réagir librement à ces questions soit en répondant directement sur ma boite mail lionel.scotto@fde.univ-montp2.fr, soit en alimentant la discussion sur ce carnet de recherche.

Séminaire EHESS “CONTROVERSES ENVIRONNEMENTALES” 12 déc. 2014

Un air frais sur les controverses climatiques : du contre récit des marchands de doute au « mille-feuille discursif ».

 

Séminaire « CONTROVERSES ENVIRONNEMENTALES ET ANTHROPOLOGIES DE LA NATURE » le vendredi 12 décembre 2014 de 14h à 17h EHESS-Marseille, salle A, (Centre de la Vieille-Charité, 2 rue de la Charité 13002 Marseille) présenté par Lionel Scotto d’Apollonia avec la présence de Francis Chateauraynaud, Suzanne De Cheveigné, Jean-Michel Fourniau, Bernard Hubert et Valeria Siniscalchi.

Déclaré grande cause nationale 2015, le climat est devenu un enjeu social majeur dans lequel s’entremêlent des dimensions scientifiques, politiques, économiques, éthiques mais aussi diplomatiques. Ce séminaire propose de revenir sur les principaux résultats des travaux de recherche de Lionel Scotto d’Apollonia concernant une analyse socioépistémique des controverses climatiques. Ce sera l’occasion d’une part de revenir d’un point de vue historique sur l’émergence de l’expertise climatique du GIEC et de démontrer qu’une partie des travaux de Naomi Oreskes et Eric Conway fortement idéologisés sont entachés d’erreurs grossières. La discussion  portera ensuite sur l’hybridation des discours des « lanceurs d’alerte » climatiques dans les différents espaces de médiation relevant d’une forme de « dissonance communicationnelle » révélatrice des structures éminemment modernes du GIEC. Enfin l’analyse des jeux d’acteurs et d’arguments permettra de radiographier les controverses climatiques en décrivant « le mille-feuille discursif », restituant le In (la partie visible depuis l’espace public) et le Off (la partie relevant de l’activité de la recherche) en démêlant les dimensions ontologique, épistémologique et axiologique. Ces résultats permettront enfin de revenir sur les aspects plus théoriques dans le champ de la sociologie des controverses elle-même controversée dont le cadre construit tend à articuler les approches rationalistes et pragmatiques.

Retour atelier LSCE 6 Mai 2015

Compte rendu atelier « Approche sociologique des controverses climatiques et perspectives communicationnelles »  – LSCE 6 mai 2015

 

Je tiens avant toute chose à remercier l’ensemble des personnes présentes à l’atelier du mercredi 6 mai 2015 au sein du LSCE portant sur les aspects sociaux et épistémologiques des sciences du climat et notamment les controverses. Plus particulièrement je remercie Pascal Maugis avec qui je prends beaucoup de plaisir à collaborer dans une réelle pratique interdisciplinaire. A titre d’information, Pascal et moi animerons deux sessions : l’une au colloque “Uncertainty in Climate Science and its Impact on Decision-making” le 27 mai 2015 Paris Sorbonne (http://ucsid.sciencesconf.org/?lang=en), l’autre à la conférence “Our commun future under climate change” le 10 juillet 2015 à Paris (http://www.commonfuture-paris2015.org/Programme/Provisional-Programme.htm)

Je vous adresse un bref compte rendu de l’atelier et les perspectives qui pourront nourrir votre réflexion et mener à de futures collaborations. J’ai présenté une partie de mes résultats portant sur l’analyse des controverses climatiques et abordé les perspectives de recherche qui s’en dégagent en soulignant la nécessité de construire un réel espace de réflexion interdisciplinaire.

Méthodologie et posture du chercheur en SHS

 

La question des postures des climatologues comme celles des chercheurs en sciences sociales est une question épineuse dont les réponses ne peuvent être simples. Un des éléments de la discussion a porté notamment sur la posture du sociologue, autrement dit la mienne, et le principe de symétrie qui apparaît aussi collante que le sparadrap aux doigts du capitaine Haddock dans Tintin et Milou. Pour rester dans l’univers des bandes dessinées, le travail du sociologue par rapport à ce type de controverses socioscientifiques peut ressembler à la posture de Gaston Lagaffe avant de rentrer dans les archives afin de construire un étayage épistémologique des savoirs controversés.

Cette méthode consiste dans un premier temps à adopter une symétrie localisée, une micro-symétrie dans une posture « axiologique neutre ». Autrement-dit, cette posture est proche de celle d’un historien des sciences regardant à la loupe les oppositions. Il ne s’agit pas pour le chercheur en sciences sociales de coller à l’immédiate médiatique. Les médias ne représentent pas une objectivation du monde social. Cette posture de symétrisation correspond à une première étape dans la construction d’un outil analytique permettant de décrypter ces moments d’effervescence en démêlant les aspects scientifiques et axiologiques (c’est-à-dire relevant des normes et des valeurs de chacun).

Dans un second temps, en prenant en compte de façon pragmatique l’impossibilité d’être dans cette position de neutralité, il s’agit alors de mener l’enquête auprès des chercheurs en questionnant notamment les oppositions argumentatives sur le plan épistémologique.

En soumettant de façon réflexive et systématique les résultats produits aux chercheurs concernés de façon individuelle mais aussi collective, le sociologue peut ainsi décrire les asymétries disciplinaires au sein des communautés de recherche. La notion de réflexivité est essentielle en sciences sociales car contrairement au géologue par exemple dont l’objet « le caillou » n’est pas susceptible de donner son point de vue et interagir, le chercheur en sciences sociales qui analyse les controverses interagit directement dans l’objet analysé. C’est pourquoi, en explicitant son propre point de vue normatif il est possible alors d’opérer une brisure de symétrie et expliciter la conviction construite au cours de l’enquête. Ainsi concernant par exemple les travaux de Courtillot, si l’hypothèse d’une prépondérance de l’activité solaire sur les évolutions climatiques demeure valide en raison de l’impossibilité de la soumettre à des critères poppériens de réfutabilité, ses résultats publiés ne passent pas l’épreuve du tangible auprès de la communauté de ses pairs et ne me semblent pas très solides comme le soulignent la grande majorité des climatologues.

Cependant l’histoire des sciences amène à considérer cette brisure de symétrie avec beaucoup de prudence, c’est-à-dire qu’il ne faut pas exclure la possibilité de se tromper. La réflexivité de l’enquête en poussant les chercheurs dans leurs derniers retranchements épistémologiques permet de se forger une opinion éclairée mais qui reste une opinion plus qu’un véritable résultat de recherche. En ce sens, le cadre théorique élaboré, plutôt que de décrire un monde social plat constitué d’acteurs humains et non-humains s’inscrivant dans des réseaux, conçoit les controverses socioscientifiques comme un espace social multidimensionnel, un « mille-feuille discursif » constitué du In (les publications scientifiques et ce qui est donné à voir dans l’espace public), et du Off (l’ensemble des échanges interpersonnels relevant des différents espaces interdiscursifs comme les échanges lors de l’atelier ou ceux poursuivis lors du repas à la cantine).

To speak or not to speak : le « porteur d’alerte » climatique face à la dissonance communicationnelle du GIEC.

 

L’analyse des controverses climatiques permet de mettre au jour les difficultés communicationnelles auxquelles se confrontent les climatologues quand ils sont amenés à s’exprimer dans l’espace public. L’absence de normes clairement définies représente une difficulté sur le plan de la posture à adopter. Doit-on exprimer son propre point de vue sur le plan politique ? Doit-on parler de risque ou d’incertitude ? L’expression des incertitudes propres à la science est-elle un frein vis-à-vis des mécanismes décisionnels ? Le climatologue ne peut à chaque phrase énoncer « en tant que » quoi il s’exprime ou « nom de quelle institution » en faisant systématiquement une distinction entre les résultats de recherche et ses propres positions normatives. Seuls quelques climatologues en France comme Jean Jouzel, Hervé Le Treut ou Valérie Masson-Delmotte acceptent d’endosser le rôle de « porteur d’alerte » climatique (au sens de Francis Chateauraynaud et Didier Torny). Ils doivent faire face à la « dissonance communicationnelle » du GIEC qui les contraint à une hybridation de leurs discours sur les incertitudes (dire la science relevant de l’éthique de conviction) et les risques (dire les conséquences du réchauffement relevant de l’éthique de responsabilité). Cette « dissonance communicationnelle » met au jour les ambiguïtés du modèle communicationnel du GIEC s’appuyant fondamentalement sur une séparation entre les sciences et la société. Cette volonté de « clarté » est difficile à maintenir dans les faits bien que ce sont les climatologues qui ont « la main » sur les rapports des trois groupes, les résumés destinés aux décideurs étant le résultat de discussions politiques et diplomatiques. La mise au jour des difficultés pour les climatologues à communiquer les incertitudes, les zones d’ignorance et les controverses dans un contexte où les enjeux sont majeurs et des choix politiques doivent être opérés permet de nourrir la réflexion sur l’évolution des rapports sciences-sociétés et des normes communicationnelles sous-jacentes.

Une réflexion libre favorise efficacement la réflexion

 

Aussi j’ai proposé ensuite un temps de réflexion au sein de deux groupes autour de la question de la posture communicationnelle en s’appuyant sur deux approches différentes. Il m’a semblé important de ne pas proposer une discussion trop formatée afin de laisser un maximum de liberté dans les prises de paroles. Un premier groupe dans lequel je me trouvais a discuté des possibilités d’amélioration du modèle communicationnel du GIEC, de l’utilité du média-training et de la pertinence à construire une charte. Le deuxième groupe animé par Pascal Maugis (que je remercie à nouveau) a développé une discussion autour des propositions de la science « post-normale ». A grands traits et au risque de la caricature la science « post-normale » propose un cadre d’analyse considérant que l’explicitation des incertitudes et des controverses peut aider à construire des outils d’aide à la décision. Elle pose la question de la construction d’une expertise climatique citoyenne qui s’oppose aux logiques « top-down » du GIEC, d’une science parlant au pouvoir. Lors de nos échanges, la question de l’éducation aux questions climatiques est revenue systématiquement et apparaît comme un élément central devant nourrir le débat public. A mon sens les questions éducatives, qui sont à l’origine de mes travaux de recherche, ne doivent pas faire l’économie de la mise en place de dispositifs de recherche permettant d’évaluer l’efficacité des démarches mises en place au sein de l’éducation nationale et ou plus largement destinées à un plus large public.

Bien que le temps de discussion fût relativement court, il est possible d’en tirer quelques enseignements que je vous livre. Les échanges font ressortir le besoin de construire un outil qui permette d’accompagner et d’aider les climatologues dans leur réflexion et dans leur posture communicationnelle. Afin que cet outil réponde concrètement aux attentes des climatologues il semble nécessaire d’envisager cette construction dans une démarche collective. L’atelier du 6 mai 2015 représente une première étape qu’il est possible de qualifier d’exploratoire. Nous allons proposer lors d’une deuxième étape au colloque “Uncertainty in Climate Science and its Impact on Decision-making” qui aura lieu le 27 mai 2015 à la Sorbonne de tracer l’architecture de cet outil à partir d’une réflexion sur la pertinence de construire une charte communicationnelle. Les échanges ont permis de mettre au jour la grande hétérogénéité des positions concernant cette potentielle charte (ce qui constitue une richesse) et le besoin de conduire la réflexion à tous les niveaux d’échelle aussi bien individuelle que collective.

Proposition de réflexion autour de la pertinence d’une charte communicationnelle

 

Voici les questions que nous allons soumettre à la discussion :

(1) Comment le chercheur peut-il composer entre ses propres engagements aussi bien sur le plan personnel que par rapport à son organisme de rattachement et la légitimité de ses prises de parole quand il s’exprime soit en son nom propre, soit au nom de son laboratoire ou de son institution ?

(2) Comment peut-il communiquer les incertitudes, les zones d’ignorance et les controverses dans un contexte où les implications politiques sont importantes et son discours potentiellement instrumentalisable ?

(3) Est-il pertinent pour le chercheur de prendre en compte les différentes situations de communication ou non ?

(4) Est-il judicieux d’associer les citoyens, les politiques et les journalistes dans la construction d’un outil aidant à la communication et si oui comment ?

Je vous propose de réagir librement à ces questions soit en répondant directement sur ma boite mail lionel.scotto@fde.univ-montp2.fr, soit en alimentant la discussion sur ce carnet de recherche.