Participative Workshop 27 May 2015

poster
Crédit photo Université Paris Sorbonne

Workshop « Uncertainty in Climate Science and its Impact in Decision-making » (UCSID) 27 May 2015 Paris 

Participative workshop: Towards a global citizen expertise integrating complex treatment of uncertainty?
This session proposes an original participatory workshop where you are invited to discuss for providing answer to one of questions on this conference: “How can uncertainties be taken into account in decisions about environmental and political issues?” In a 30’ first part we present heuristic approach of « post-normal science », especially the ways a citizenship climate expertise may emerge that would account for the complexity of uncertainties in comparaison to the modern model of IPCC : “science speaks truth to power”. Then in a 30’ second part, based on techniques of participatory action research (PAR), you are invited to an open debate on these questions, aiming at deepening the communication norms in a context of decision-making.

Vers une expertise climatique citoyenne intégrant la complexité du traitement des incertitudes ?

 Animé par 

Lionel Scotto d’Apollonia GDR PARCS et Pascal Maugis : Chercheur hydro-climatologue, LSCE,

Résumé

L’originalité de cette session est de proposer un atelier où les participants seront invités à discuter afin d’apporter des éléments de réponse à l’une des questions posées dans ce colloque : « Comment les incertitudes peuvent-elles être prises en compte dans les décisions sur les questions environnementales et politiques ? ». Dans une première partie d’environ 45’ seront présentés les apports heuristiques de la science « post-normale » favorable à la construction d’une expertise climatique citoyenne prenant en compte la complexité des incertitudes représentant un changement de paradigme en comparaison du modèle communicationnel résolument moderne du GIEC : « science speaks truth to power ». Dans une deuxième partie d’environ 45’ suivant les techniques de la recherche action participative (RAP), les participants seront invités suivant leurs propres positions par rapport à la présentation faite de discuter et réponde à la question posée en ouvrant des conditions d’évolutions des normes de communications des incertitudes destinés aux décideurs politiques.

Crédit photo Cercle européen

Argumentaire

Les incertitudes liées à la compréhension des mécanismes et des évolutions des climats sur différentes échelles de temps et d’espace soulèvent des questions complexes questionnant le déroulement « normal » de l’activité de recherche au sens de Kuhn (1962). En effet les sciences du climat construisent des connaissances par essence soumise à des incertitudes, des ignorances voire des controverses qui doivent pourtant alimenter le débat public et aider les décisions politiques dont les impacts sont potentiellement énormes. Le cadre paradigmatique de la science « post-normale » (Funtowicz et Ravetz, 1993) postule qu’il est possible de construire une expertise citoyenne permettant de nourrir le débat et favoriser les mécanismes décisionnels. L’absence de preuves irréfutables, l’existence d’incertitudes, d’ignorance et de controverse ne sont plus appréhendés comme un frein aux décisions politiques mais une opportunité pour nourrir les débats. Les nombreux travaux de Jeroen van der Sluijs (1997 ; 2008 ; 2012) construisent une base de solide à la réflexion. Selon lui, il existe de nombreuses valeurs cachées persistantes dans les cadrages, les indicateurs choisis et les hypothèses construites. L’évaluation des risques anthropogéniques sur les changements climatiques impliquent des incertitudes qui ne peuvent être apprivoisées. Le problème est d’autant plus complexe qu’aux aspects purement épistémologiques viennent se mêler des aspects normatifs dans un contexte de management des risques objets. Le traitement des incertitudes, la façon de les appréhender et de les communiquer devient un exercice sacerdotal quand il s’agit de les traduire dans l’espace public.

A titre d’exemple, il est proposé de s’appuyer sur l’exemple de l’élévation des niveaux marins qui est un très bon indicateur des évolutions climatiques et qui est un enjeu dont le public et les décideurs peuvent prendre concrètement et immédiatement conscience. Sur ce thème la communication de l’expertise du GIEC ne dépasse pas le deuxième degré sur les quatre que compte l’échelle d’appréhension de l’incertitude définie par van der Sluijs (2005). Le quatrième degré propose de faire état de toutes les incertitudes qui entourent la démarche. Celles-ci dépassent nécessairement, en les englobant, les études de variabilité ou de scénarios. Dans ce contexte, la production de fourchettes, de marges d’erreurs ou d’indices de confiance correspond à la tentative de faire rentrer les incertitudes dans un formalisme rassurant. Ce discours, de surcroît potentiellement normatif, est-il à même de transmettre convenablement ce qui est nécessaire à l’information et à la décision ? Or le GIEC repose sur un modèle communicationnel résolument moderniste des rapports entre les sciences et la politique qui est proche de ce que Funtowicz (2006) appelle “speaking truth to power” affiné ensuite par de nombreux travaux (Funtowicz et Strand, 2007a & b ; van der Sluijs et Funtowicz, 2008). Bien que reposant aussi sur une logique habermassien de la théorie de l’« agir communicationnel » (Habermas, 1987, [1981]), le modèle proposée par la science « post-normale » : « working deliberatively within imperfections » ambitionne d’être résolument alternatif.

L’originalité de cette session est d’ouvrir un espace de réflexion interdisciplinaire entre chercheurs, climatologues et issus des Sciences Humaines et Sociales, sur la question du traitement et de la communication des incertitudes dans un esprit résolument réflexif. Nous appelons donc des climatologues à proposer des communications aussi bien d’un point de vue épistémologique sur le traitement des incertitudes que d’un point de vue plus réflexif sur leur vécu vis-à-vis des modalités de traitement et de communication des incertitudes par rapport au débat public et aux mécanismes décisionnels. Nous invitons tout autant des chercheurs en SHS à présenter leurs travaux portant directement sur les sciences du climat ou indirectement sur les rapports sciences société en lien avec le climat. L’objectif est de croiser les approches afin d’ouvrir un espace de réflexion sur le cadre paradigmatique proposé par la sciences « post-normale » en discutant des apports ainsi que des limites de la construction d’une expertise citoyenne sur des objets résolument complexes.

Nous proposons deux pistes de réflexions et de recherche sur les modalités communicationnelles des climatologues et du GIEC concernant les incertitudes. La première vise à questionner d’un point de vue épistémologique le traitement des incertitudes et des zones d’ignorance en entrant au cœur de l’activité de recherche. La deuxième piste questionne la communication des chercheurs des incertitudes dans les arènes scientifiques et dans l’espace public en discutant de leurs postures individuelles et collectives vis-à-vis des décideurs politiques et de la demande citoyenne trop souvent laissée pour compte. Les deux axes de cette session permettront plus généralement de nourrir la réflexion sur l’évolution des rapports sciences-sociétés et des normes de communication internes à la communauté scientifique. Ce sera l’occasion de discuter de l’inversion d’une tendance « top-down » historiquement située comme l’indique encore les résumés destinés aux décideurs politiques du GIEC aux citoyens à une logique « bottom-up » cherchant à répondre aux demandes citoyennes souvent hétérogènes et répondant à des intérêts parfois divergents source de conflits.

Bibliographie

FUNTOWICZ, S. O, (2006). Models of Science and Policy, in: Guimarães Pereira Â, Guedes Vaz S, Tognetti, S, (eds), Interfaces between Science and Society. Sheffield: Greenleaf Publishers.

FUNTOWICZ, S. O., J. R. RAVETZ (1993). « Science for the post-normal age », Futures, 25(7), p. 739-755.

FUNTOWICZ, S. (2006). « Why knowledge assessment? », in E. GUIMARA, PEREIRA, A., GUEDES VAZ S., TOGNETTI S. SHEFFIELD, GREEN Interfaces between Science and Society, Leaf Publishing, p. 138-145.

HABERMAS, J. (1987 [1981]). Théorie de l’agir communicationnel, tome 1 : rationalité de l’agir et rationalisation de la société, Paris : Fayard.

KUHN, T., S. (1972 [1962]). La Structure des Révolutions Scientifiques, Paris : Flammarion.

VAN DER SLUIJS, J. (1997). Anchoring Amid Uncertainty: On the Management of Uncertainties in Risk Assessment of Anthropogenic Climate Change, PhD., Utrecht University.

VAN DER SLUIJS, J. (2005). « Uncertainty as a monster in the science-policy interface: four coping strategies », Water Science and Technology, 52(6), p. 87-92.

VAN DER SLUIJS, J., ET AL. (2008). « Qualité de la connaissance dans un processus délibératif », Natures Sciences Sociétés, vol. 16, 2008/3, p. 265-273.

VAN DER SLUIJS, J. P. (2012). « Uncertainty and Dissent in Climate Risk Assessment: A Post-Normal Perspective », Nature + Culture, 7(2), p. 174-195.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *