La « dissonance communicationnelle » des « porteurs de l’alerte » climatique

Afficher l'image d'origine

 

Suite à la publication des travaux controversés de Gilles-Eric Séralini (2012)[1] sur les OGM, le 2 octobre 2012 le Comité d’Ethique du CNRS (COMETS) publiait un rappel sur : « les aspects éthiques de la communication des chercheurs avec les médias ». Cet avis se référait à un précédent texte concernant les controverses climatiques mentionnant les difficultés de produire une expérience cruciale face à certains problèmes et précise que : « dans ces conditions, il est indispensable d’apprendre à gérer l’incertitude : confronter plusieurs modèles, tenter de cerner les zones d’ignorance pour tirer le meilleur parti de données que l’on sait imparfaites ou incomplètes ». Les controverses climatiques[2] ou celles portant sur les OGM ont en commun un entrelacement complexe d’éléments d’ordre épistémologiques et axiologiques. Plus généralement, sur un plan heuristique les controverses environnementales agissent comme un révélateur de l’évolution des rapports sciences-société caractérisée notamment par l’accroissement des mobilisations citoyennes en demande d’informations sur des sujets soumis à de fortes incertitudes (Frewer et al., 2002). Aussi les normes communicationnelles scientifiques au sein de la société évoluent engendrant parfois certaines contradictions (Maxim et Arnold, 2012, p. 10). Face à ces questions socialement vives le chercheur, dont il est difficile de discerner s’il s’exprime en tant qu’expert, chercheur ou simple citoyen, est amené à communiquer en dehors des normes conventionnelles internes à la communauté scientifique dont il transgresse parfois les limites. La communication devant le Congrès américain en juin 1988 du climatologue James Hansen, un des premiers « lanceurs d’alerte » (Chateauraynaud et Torny, 1999) climatique est à ce titre emblématique. Il déclara devant le Congrès américain qu’il était à « 99 % certain » sur la base de ses calculs que le réchauffement n’était pas dû au hasard. En réalité : « ce jour-là, James Hansen va au-delà des preuves scientifiques » (Jouzel, cité par Barnéoud 2010). Sa communication provoqua une controverse et donna lieu à un colloque consacré aux dits calculs  au terme duquel comme le rappelle Roqueplo (1993, p. 47) la position officielle des scientifiques était beaucoup plus prudente considérant que la preuve du « signal » climatique n’était pas pour demain. L’exemple de James Hansen, intimement convaincu de la responsabilité de l’homme, est révélateur plus généralement du fait que le scientifique convoque plus ou moins consciemment : « toutes les ressources de sa subjectivité : ses croyances, ses convictions globales, son idéologie, ses solidarités, ses préjugés, sa classe sociales, son appartenance nationale, etc. » (Roqueplo, 1997, p. 45). L’espace social des sciences du climat, c’est le moins que l’on puisse dire, ne peut être considéré comme un espace social autonome (Merton, 1973). Cependant l’« éthos scientifique » mertonien demeure opérant dans le sens où le chercheur ayant intériorisé tout un ensemble de règles, prescriptions, habitudes, croyances, valeurs continue d’évoluer dans une structure sociale normée et institutionnalisée, elle-même traversée par des tensions multiples. Dans le cas du climat ces valeurs s’accordent plus ou moins bien avec les systèmes politiques qu’ils soient démocratiques ou non entre construction de l’acceptabilité sociale et autoritarisme d’Etat. Les fondements du GIEC (Groupe d’experts Intergouvernemental sur l’Evolution du Climat – IPCC en anglais) sont résolument modernes dans le sens où son expertise dans une articulation réifiant la séparation entre les sphères politiques et scientifiques régie par le modèle d’une science parlant au pouvoir « science speaks truth to power ». En ce sens les résumés du GIEC, comme leur nom l’indique, sont « destinés aux décideurs politiques ». L’analyse des controverses mettent au jour deux types d’attitudes opposées (Maxim et Mansier, 2012). Certains chercheurs, de peur que le doute, source de panique et de confusion puisse bloquer les décisions politiques ont tendance à minimiser les incertitudes (Frewer et al., 2003 ; Davis 2008) voire les transformer en quasi certitude (Mellor, 2010). Inversement d’autres chercheurs s’inscrivant le courant de la science « post-normale » (Funtowicz and Ravetz, 1990, 1993) considèrent que la mise en avant des incertitudes tend à renforcer l’image et la crédibilité de la science (van der Sluijs, 2002 ; Gross, 2007). Dans un contexte où les sciences du climat sont soumises à des incertitudes et des controverses le chercheur est pris dans un étau « habermassien » entre l’agir stratégique visant à favoriser la mise en place de mesures politiques, et l’agir communicationnel (Habermas, 1987), manifestant une volonté de prétendre à la vérité. L’importance des enjeux climatiques et l’« urgence » des décisions politiques à prendre redéfinissent un triptyque science-norme-décision dans lequel le chercheur est amené à s’exprimer et dont il redéfinie indirectement les contours. Cet article vise à questionner dans le cas de la problématique climatique les pratiques discursives des chercheurs en prenant en compte les situations d’énonciation dans les différents espaces de médiations. Plus particulièrement l’analyse discursive de la notion d’« incertitude » permet de démontrer que les discours de certains climatologues « porteurs d’alerte » climatique au sens de (Chateauraynaud et Torny, 2005) relèvent d’une forme de « dissonance communicationnelle » traduisant une tension entre leur propre éthique de « conviction » (Weber, 1965 [1919]), c’est-à-dire dire la science et celle de « responsabilité », dire le risque qu’ils perçoivent. L’analyse des postures communicationnelles des chercheurs dans l’espace public permet en retour de nourrir les réflexions sur les rapports sciences-sociétés et les tensions paradigmatiques entre la « normalité » au sens kuhnien (Kuhn, 1962) et la « post-normalité » des sciences.

Afficher l'image d'origine

1. Cadrage théorique

Le cadrage théorique préalable à cette étude s’inscrit dans un contexte particulier parce que la sociologie des controverses est elle-même l’objet de controverses entre différentes écoles ou courants dont les dénominations restent instables (Scotto d’Apollonia, 2014, p. 52). Schématiquement deux champs paradigmatiques s’opposent, celui relativiste des écoles, d’Edimbourg (Bloor, 1976 ; Barnes 1977), de Bath (Collins, 1985 ; Pinch 1986) et française (Latour, 1986 ; 2006 ; Callon, 1986 ; 2001), et celui rationaliste inspiré par l’épistémologie, l’histoire et la philosophie de sciences (Raynaud, 2003 ; Shinn et Ragouet, 2005). L’ensemble est animé par des débats internes, parfois vifs et controversés. De plus certains travaux de chercheurs en sciences humaines et sociales portant sur le climat sont biaisés en raison d’une orientation idéologique mettant au jour un déficit de réflexivité (Scotto d’Apollonia, 2015a). A titre d’exemple il est possible de mentionner les erreurs historiques factuelles des historiens des sciences Naomi Oreskes et Erik Conway (2012) concernant le chapitre 8 du groupe 1 du deuxième rapport du GIEC (Scotto d’Apollonia, 2015c).

L’analyse communicationnelle décrite dans cet article s’inscrit dans un cadre théorique non réductionniste considéré dans le sens de Jean-Michel Berthelot (2002 ; 2008) d’inspiration pragmatique intégrant dans les logiques de l’enquête une approche historique et épistémologique des controverses socioscientifiques. En d’autres termes il articule la sociologique argumentative de Francis Chateauraynaud (2011) visant à analyser les jeux d’acteurs et d’arguments afin de mettre au jour dans une matrice commune les ressorts stratégiques et argumentatifs et une approche visant à analyser les oppositions sur le plan épistémologique des savoirs controversés. L’analyse qui suit se base sur une conceptualisation des controverses socioscientifiques comme un espace social multidimensionnel, un « mille-feuille discursif » constitué du In (ce qui est donné à voir dans l’espace public), et du Off (l’ensemble des échanges interpersonnels relevant des différents espaces interdiscursifs) en portant de façon internaliste une attention particulière à la construction des savoirs climatiques (Scotto d’Apollonia, 2015b). Cette conceptualisation s’inspire de l’approche Ruth Amossy (2008) appréhendant l’argumentation dans sa matérialité discursive tout autant que dans l’interdiscours. En ce sens, l’analyse du discours, considérée comme l’étude des intrications entre l’organisation textuelle et la situation de communication (Maingueneau, 2002), appréhende l’argumentation dans la matérialité du discours en fonction de la situation d’énonciation.

De plus l’approche communicationnelle intègre à chaque étape de l’analyse une démarche résolument réflexive thématisée par Pierre Bourdieu (2001) et s’inspirant des prolongations des travaux de Joëlle Le Marec (2010). L’enquête s’est déroulée en accordant une place égale aux différentes positions des acteurs impliqués dans les controverses climatiques. Cette posture de recherche consiste pour l’enquêteur à se positionner suivant une neutralité réflexive, c’est-à-dire en intégrant mon propre point de vue dans le processus d’enquête. Ce travail de réflexivité est essentiel et incontournable : « pour maintenir le contact avec les savoirs, les engagements et les valeurs éprouvées lors des enquêtes, et pour partager ces savoirs, ces engagements et ces épreuves dans la communauté des recherches sur les sciences » (Le Marec, 2010, p. 114). Sur le plan axiologique je précise que je n’ai aucun engagement politique, associatif, idéologique et ne milite pour aucune cause. Je pars d’une posture épistémologique relativement critique et considère que les climatosceptiques ont toute légitimité à faire valoir leurs arguments et à exprimer leurs hypothèses scientifiques. Cependant le consensus dans la communauté des climatologues est un élément d’appréciation pour orienter les décisions politiques, qui à mon sens doivent converger vers une plus grande sobriété énergétique. D’une manière générale je pense que l’homme ne tient pas suffisamment compte de son environnement, et je déplore tout autant le catastrophisme qui est un frein à la construction d’une opinion raisonnée que l’attitude attentiste visant à se détourner des questions environnementales.

Résultat de recherche d'images pour "l'enquete"

2.  Méthodologie

  • L’enquête de terrain

L’analyse communicationnelle des chercheurs croise une analyse de corpus hétérogène (textuel et audiovisuels) avec une enquête de terrain réalisée entre septembre 2012 et avril 2013 sous forme de 15 entretiens (sous couvert d’anonymat) individuels semi-directifs et d’un entretien collectif regroupant 8 de ces chercheurs dont 3 climatosceptiques. Dans l’esprit d’une démarche résolument réflexive, l’un des objectifs de l’entretien collectif était de présenter les premiers résultats de l’analyse socioépistémique aux intéressés afin d’approfondir certains points[3]. L’anonymat a été choisi afin de potentialiser l’ouverture du terrain et le « bon » déroulement de l’enquête. Il est utile de préciser que le panel des chercheurs ayant participés au processus de recherche est représentatif des controverses climatiques dans le cas de la France. Les chercheurs ont été choisis en fonction de leur niveau d’engagement dans les controverses climatiques et contactés tous par courrier électronique. Une enquête complémentaire par échange de mails a été menée avec différents climatologues sur des points spécifiques de controverses. Certains de ces échanges avec l’accord préalable des chercheurs constituent des données complémentaires.

  • Le Corpus hétérogène (textuel et audiovisuel)

Le corpus (détaillé de façon séparé après la bibliographie) est construit en distinguant les situations d’énonciation des discours produits au sein des arènes scientifiques et ceux produits dans l’espace public.

Le corpus textuel des climatologues dans les forums constituants a été construit à partir de leurs pages personnelles sur Internet, complété avec Google Scholar et Google et dans certains cas une demande personnelle directe. Il se limite aux discours en français et reste en ce sens de taille limitée.

Le corpus audiovisuel des chercheurs climatologues dans les forums constituants a été construit à partir de la recherche par auteur et complété à partir des manifestations scientifiques (séminaires, colloques, journées d’études, etc.).

Le corpus textuel et audiovisuel des chercheurs intervenant dans l’espace public a été construit à partir des moteurs Europresse et Factiva complété par une recherche Google.

  • Les logiques de l’enquête

L’enquête de terrain et les premières analyses lexicométriques (croisant LEXICO 3 et Prospero) (Scotto d’Apollonia, Luxardo, Piet, 2014) mettent en évidence la pertinence de questionner les pratiques discursives des chercheurs sur les notions d’incertitudes et de risques. Lors d’un entretien individuel un climatologue très présent dans les médias dit : « […] quand on publie dans les revues scientifiques on parle d’incertitude et quand on essaie de traduire cela dans le débat public – je parle de risque – c’est les deux facettes d’une même réalité. Cela ne doit pas prendre tout à fait le même statut quand cela sert à alimenter des mécanismes de décisions » (Un climatologue, entretien individuel, 2013). Cet exemple met en relief l’importance de l’analyse discursive de la notion d’« incertitude » relevant de la science qu’il est judicieux d’articuler avec celle de « risque » relevant plutôt de l’expertise. Dans ce cas la notion de « risque » est proche de la notion de vulnérabilité que l’on peut retrouver dans le principe de précaution. La notion de « risque » est appréhendée de façon pragmatique à partir de l’usage discursif des acteurs eux-mêmes.

  • Traitement des incertitudes

Le traitement des incertitudes pour les corpus textuels s’appuie sur la typologie définie par Walker (2003), et reprise par Jeroen van der Sluijs (2003, 2008). L’incertitude peut être caractérisée par plusieurs dimensions sa localisation (contexte, données, modèles), sa nature (connaissance associée à l’incertitude, variabilité associée à l’incertitude), ses niveaux (incertitude statistique, incertitude sur les scénarios, les ignorances reconnues). La grille d’analyse est reproduite ci-dessous :

 

  Niveau d’incertitude Nature de l’incertitude
Localisation de l’incertitude Incertitude statistique Incertitude sur les scénarios Incertitude sur les zones d’ignorance Epistémologique Variable
Expert          
Modèle          
Donnée          
Production scientifique          

Grille n°1 d’analyse des incertitudes adaptée de van der Sluijs (2008, p. 43)

 

Le corpus audiovisuel pour les climatologues est traité à partir à partir d’une adaptation de la grille d’analyse construite par James Painter (2013, p. 57) conçue spécifiquement pour la problématisation de la médiation des risques et des incertitudes dans le cas du changement climatique. Elle permet de dégager le cadrage communicationnel et la tonalité dominante des discours et constitue un relais au traitement discursif de la notion d’« incertitude » et de « risque ».

 

Acteurs Tonalité dominante du discours Cadrage communicationnel
Incertitude Risque implicite/ explicite
       

Grille n°2 d’analyse des incertitudes risques opportunité adaptée de Painter (2013, p. 60)

Afficher l'image d'origine

3. Analyse

Le GIEC

Une analyse lexicométrique à l’aide de LEXICO 3 a été effectuée sur les quatrième et cinquième rapports du groupe 1, son résumé et le rapport de synthèse destiné aux décideurs politiques. La notion de « risque » est quasiment absente des deux rapports du groupe 1 et de leur résumé respectif alors que l’incertitude est traitée de façon systématique. Par contre le rapport de synthèse mobilise dans des proportions quasi similaires les notions d’« incertitude » et de « risque ». Autrement dit la synthèse de l’état des connaissances du groupe 1 relève d’un travail véritablement scientifique lexicalement caractérisé par la prégnance des « incertitudes » et l’absence des « risques ». Le rapport destiné aux décideurs relève précisément de l’expertise et opère un glissement sémantique hybridant les notions d’« incertitude » et de « risque ». Ces résultats servent de point d’ancrage par rapport aux discours des climatologues dans les différents espaces de médiation.

Les discours des climatologues dans les arènes scientifiques

Le traitement des incertitudes sur le corpus des climatologues dans les forums constituants est donné dans le tableau 7 de l’annexe 2. Aucun article n’aborde les zones d’ignorance et globalement le traitement des incertitudes tend très majoritairement vers les scénarios du futur, c’est-à-dire le mode de traitement des temporalités de l’incertitude. En effet c’est la question des modèles et de leur capacité à construire des scénarios tangibles qui est majoritairement traité. Les autres aspects des incertitudes sont très peu abordés. Il existe donc une spécificité dans le traitement des incertitudes relatives aux publications dans les revues scientifiques françaises. Ces éléments esquissent la tendance des discours textuels des climatologues : celle de servir d’espace de médiation des recherches accomplies au niveau international. Bien que les contenus ne soient pas politisés, les articles relèvent d’un exercice de communication visant un public qui ne se limite pas au cénacle des initiés. Dans les forums constituants les discours textuels abordent très rarement la notion de risques et n’opèrent jamais de cadrage communicationnel sur les risques ou les catastrophes. Ces éléments mettent au jour une spécificité des discours dans les arènes scientifiques relevant d’une stratégie de diffusion de l’état des connaissances dont le format permet un développement détaillé notamment des incertitudes sans toutefois relever de l’exercice classique de publication de travaux de recherche.

Cependant, parler des incertitudes n’exclut pas que certains discours mobilisent la notion de risque, voire de danger. Pour cela, il est nécessaire de porter une attention particulière aux articles suivants (Jouzel et Mégie, 1999 ; 2003 ; Le Treut, 1999 ; 2004 ; 2006 ; van Ypersele, 2004). Ils ont la particularité de mobiliser la notion de « risque » associée à celles de « danger » ou d’« alarme » vis-à-vis du futur. L’exemple de Jouzel et Mégie l’illustre parfaitement :

 

« L’objectif est de stabiliser les concentrations de gaz à effet de serre dans l’atmosphère à un niveau qui empêche toute perturbation anthropique dangereuse du système climatique. » (Jouzel et Mégie, 2003, p. 42) ; « Mais, même le scénario minimal, pour lequel les émissions moyennes de dioxyde de carbone sont proches au cours du XXIe siècle de leur niveau actuel, a des conséquences alarmantes […] » (Jouzel et Mégie, 2003, p. 43).

 

Ces acteurs se constituent en véritables porteurs d’alerte climatique (Chateauraynaud, Torny, 2005). Comme le souligne Chateauraynaud et Torny (1999), l’alerte convoque des échelles de temps proches et lointaines, visant à rendre possible une prise sur le futur. Il n’y a pas, dans le cas de l’« alerte climatique », de période de silence, mais plutôt un diagnostic qui va s’affirmer graduellement, de la prudence à l’affirmation des risques si aucune action n’est menée.

 

Trois périodes se dégagent :

 

  • La première correspond à celle des deux premiers rapports jusqu’en 2003-2004. Aussi, dès 1999, les discours sont orientés vers les dangers et les risques, tout en explicitant les très grandes incertitudes restant à lever :

 

« Les modifications, éventuellement irréversibles de la circulation thermohaline de l’océan, mises en évidence en tout premier lieu par Manabe et Stouffer (1993), constituent par ailleurs un des risques majeurs associés aux perturbations anthropiques du climat, pour lequel l’indication des différents modèles est également divergente. L’existence d’un « seuil de danger » à ne pas franchir correspond à un enjeu considérable, puisqu’il indique que les mesures de restriction des émissions peuvent avoir une importance déterminante, même si elles restent partielles. » Le Treut, 1999, p. 246)

 

  • La deuxième période se situe entre la publication des troisième et quatrième rapports, c’est-à-dire, entre 2004-2007. Les discours, sans occulter les incertitudes existantes, ont tendance à renforcer le consensus concernant la responsabilité de l’homme : « La vitesse des changements climatiques est un élément de danger majeur, auquel il faut ajouter la capacité du système climatique à réagir de manière accélérée si certains seuils sont franchis » (Le Treut, 2006, p. 34).

 

  • Après 2007, les discours abordent la notion de « risque » et s’affirment pleinement dans la logique des « porteurs d’alerte » L’analyse de ce corpus textuel met au jour une forme d’hybridation scientifico-experte des discours des climatologues les plus médiatiques.

Le dilemme communicationnel des porteurs d’alerte climatique dans l’espace public

Analysons plus en détail la figure des « porteurs d’alerte » climatique. Seuls quelques climatologues assument pleinement le fait de porter l’alerte climatique dans l’espace public. C’est pourquoi il est important de ne pas homogénéiser la communauté des climatologues. Certains comme Sandrine Bony n’apparaissent quasiment pas dans l’espace public. D’autres comme Edouard Bard ont une certaine visibilité médiatique sans rentrer dans la catégorie des « porteurs d’alerte ». Ces climatologues ont la caractéristique de détailler les nombreuses incertitudes et questions restant ouvertes, sans aborder la question des risques. De plus l’enquête de terrain met en évidence le rôle des médias sollicitant principalement Jean Jouzel ou Hervé Le Treut et plus récemment Valérie Masson-Delmotte. D’autres climatologues qui souhaiteraient s’exprimer dans l’espace public ne bénéficient pas du même accès privilégié aux médias. En France Jean Jouzel, Hervé Le Treut ou Valérie Masson-Delmotte sont les trois « seuls » porteurs d’alerte climatique.

Dans les années 2000, Le Treut est le premier à incarner cette figure. Il mentionne l’existence de controverses, et met en avant les incertitudes sur la capacité de la science à prédire les scénarios du futur (Le Treut, 2000, 54’). Il exprime la position ambivalente dans laquelle se retrouve le chercheur pour communiquer les travaux de recherche, tout en délivrant un message clair et sans occulter l’ensemble des incertitudes. Ce n’est qu’à la fin de sa communication qu’il aborde le terme de risque :

 

« Je vais m’arrêter ici, ce que je voulais bien faire sentir, c’est cette ambivalence qui fait que le rôle des climatologues est toujours délicat, entre la nécessité pour nous, entre attirer l’attention des gens sur ce problème de l’effet de serre, et, en même temps, l’incapacité dans laquelle on est à faire des prévisions détaillées à l’échelle régionale, qui est souvent prise comme un facteur d’ignorance. Ce que je pense, c’est que ce n’est pas un facteur d’ignorance, c’est un facteur de risque, et cela doit être pris comme tel » (Le Treut, 2000, 54mn).

 

Ces exemples mettent au jour la dimension réflexive à laquelle est soumis le porteur d’alerte. Ils illustrent la tension ou le dilemme communicationnel auquel il doit faire face. Ce dilemme, propre au climatologue porteur d’alerte, relève de son éthique personnelle, tout en s’inscrivant dans une situation aux enjeux politiques majeurs et conflictuels et dans un cadre institutionnel scientifique fortement contraignant. Autrement dit, si le « porteur d’alerte » est libre de penser, communiquer s’avère une tâche beaucoup plus problématique qui participe à la construction symbolique d’enjeux multiples (environnementaux, politiques, institutionnels, scientifiques, experts et personnels). Ce dilemme conceptualisé suivant le terme de « dissonance communicationnelle » est d’autant plus difficile à gérer que le cas de l’expertise climatique est singulier et dépourvu de normes communicationnelles clairement établies. Il est ainsi possible de définir la « dissonance communicationnelle », comme l’inconfort communicationnel suivant lequel le « porteur d’alerte » est amené à communiquer en l’absence de norme éthique communicationnelle implicite ou explicite clairement définie. Le terme « dissonance » s’inspire de la dissonance cognitive issue de la psychologie sociale de Leon Festinger (1957) dans le sens où elle traduit une tension psychologique. Cependant contrairement à la dissonance cognitive la dissonance communicationnelle n’est pas induite par une contradiction inconciliable.

Comme le soulignent Joëlle Le Marec et Igor Babou, tout phénomène de communication peut se décrire suivant trois catégories : « La potentialité (ce que Peirce appelle « priméité« ), la relation ou les faits (ce que Peirce appelle « secondéité« ) et les règles et normes (ce que Peirce appelle « teircéité« ) » Babou et Le Marec, 2008, p. 122). La difficulté dans le cas du « porteur d’alerte » se situe au niveau de la « tiercéité » de Peirce, dont la norme communicationnelle se retrouve confrontée à deux plans quasiment antagonistes. En effet, le plan axiologique – communiquer un risque qu’il considère important – s’oppose au plan épistémique – communiquer les incertitudes et les controverses. Le chercheur de facto est contraint d’intégrer la portée sociale de ses travaux. D’un point de vue wébérien se pose la question du dilemme entre l’éthique de conviction – s’en tenir aux connaissances – et l’éthique de responsabilité – alerter d’un risque qu’il perçoit. Cependant, contrairement à Weber qui, dans Le savant et le politique, invitait l’homme de science à aller dans l’espace public et confronter ses idées, ce sont les climatologues qui ont politisé la problématique en mobilisant les pouvoirs publics. En effet, dès 1979 Jules Charney lance l’alerte et explicite le fait qu’il existe un risque de réchauffement important. C’est en 1985, lors d’une conférence à Villach en Autriche que la communauté scientifique a « poussé un cri d’alarme » (Jouzel, 2014, 6’20). Le Treut corrobore la posture communicationnelle « inédite » dans le monde de la recherche : « Toute cette démarche physique, c’est la démarche sur laquelle s’est fondée l’alerte climatique » (Le Treut, 2009, 12mn). De plus, ils considèrent que leur message a eu du mal à se faire entendre des pouvoirs politiques n’ayant pris que très récemment à l’approche de la COP21 en considération du problème à sa juste mesure. Hervé Le Treut en France dans les années 2000 fait figure de précurseur. Il explicite le fait que ce sont effectivement les climatologues qui ont été vers la société pour communiquer, sur ce qu’ils perçoivent comme un problème : « Je vais parler de l’action de l’homme sur le climat, qui est un sujet au centre de beaucoup de débats, beaucoup d’attention publique, et ce que je vais essayer de faire, ce matin, c’est de vous présenter surtout les bases scientifiques qui ont permis à la communauté scientifique d’aller vers le monde public sur ce problème » (Le Treut, 2000, 1‘30).

Il est possible à ce stade de caractériser les aspects communicationnels des porteurs d’alerte climatique suivant quatre modalités :

  • Le porteur d’alerte est confronté à une question liée aux savoirs, aux incertitudes et à l’ignorance intrinsèque de ces savoirs en prenant en compte des échelles de temps et d’espace variables. Il communique les incertitudes et occulte l’ignorance.

 

  • Le porteur d’alerte est partagé entre communiquer la science (ethos scientifique) et communiquer le risque (ethos expert). Il fait le choix de communiquer sur les deux plans en conservant une posture relavant de l’ethos

 

  • Le porteur d’alerte intègre la question de la responsabilité vis-à-vis de ses contemporains, mais surtout essentiellement par rapport aux générations futures, et se confronte donc à l’appréhension des échelles de temps. Percevant un risque réel et la nécessité d’engager des actions, il explicite sa propre perception des conséquences dans un vocabulaire plus ou moins alarmant tout en considérant que les décisions doivent être l’objet d’un débat social.

 

  • Le porteur d’alerte est amené à communiquer dans un espace social fondé sur l’idéal moderne d’une séparation de la science et de la politique, dont le GIEC est l’émanation dont le mandat n’est pas d’être prescriptif alors que ses représentants doivent communiquer des risques. En ce sens il est porteur de l’hybridation « incertitude/risque » des discours du GIEC relatée précédemment.

 

Ces éléments caractérisent la dissonance communicationnelle mettant au jour des tensions relevant de l’éthique communicationnelle que les porteurs d’alerte tentent de résoudre par une hybridation de leurs discours. Ce dilemme est d’autant plus important si le porteur d’alerte a d’une part, une représentation de son travail fortement ancrée dans l’ethos scientifique et d’autre par une perception des risques importante.

 

Afficher l'image d'origine

Discussion

La norme communicationnelle, qui est déjà en soi problématique d’un point de vue internaliste à la science (compétition, priorité des découvertes), est d’autant plus ambivalente quand la problématique à des implications sociales majeures. Or historiquement, les chercheurs s’inscrivent dans la grande tradition des sciences dites « normales » au sens de Kuhn, fondée sur l’échange rationnel d’arguments dans des espaces de médiations cloisonnés, cela tout en jouissant d’une certaine autonomie. L’expression du désaccord de divergences interprétatives des faits, ou encore des controverses, correspond au processus « normal » de l’activité scientifique, et toute transgression est sanctionnée par la communauté. Toujours d’un point de vue historique, les chercheurs s’inscrivent dans le projet moderne d’une séparation des sphères scientifiques et politiques. L’expertise par le consensus est perçue comme le meilleur moyen d’articuler savoirs et décisions politiques. La logique de l’expertise climatique n’est pas celle de la science comme le soulignait Roqueplo (1997, p. 58-100). La science se nourrit des controverses alors que l’expertise cherche le consensus. Le porteur d’alerte climatique s’intègre dans une situation délicate entre l’expertise et la recherche. De plus, les cadres traditionnels dans lesquels il a été formé (pour ne pas dire formaté, sans que cela soit péjoratif) volent en éclats dans le cas du climat. Les controverses ne se déroulent pas normalement, que ce soit dans les forums constituants ou dans l’espace public, en raison de la mobilisation d’un grand nombre d’acteurs aux compétences et intentions variables et de la politisation des enjeux. Force est de constater que l’activité de recherche peine à se dérouler « normalement » dans un contexte d’enjeux politiques et institutionnels majeurs. Autrement dit, les contraintes éprouvées par les « porteurs d’alerte » sont d’autant plus importantes, que leurs communications restent délimitées dans le paradigme de la science « normale », qui ne permet pas de lever cette ambivalence que les climatosceptiques taxent « d’alarmisme ». Elles traduisent les points de tension sciences-société. La posture communicationnelle normative du climatologue participe à l’évolution des normes communicationnelles et alimentent aussi les controverses. La « dissonance communicationnelle » des porteurs d’alerte climatique traduit l’évolution des rapports sciences-société face à l’importance des enjeux sociaux que représentent les évolutions du système climatique et la difficulté à opérer des choix dont les conséquences seront perceptibles a minima à l’échelle de ce siècle. Sur le plan théorique la recherche en sciences sociales se retrouve prise en tenaille entre les enjeux institutionnels, le risque d’instrumentalisation de la connaissance scientifique et les attentes de la société civile. Dans le cas du climat cette tension est d’autant plus importante qu’à l’approche de la conférence Paris Climat 2015 aux différents enjeux sociaux, politiques et scientifiques viennent se greffer des enjeux diplomatiques majeurs et souligne un peu plus l’importance d’appréhender de façon résolument réflexive cette problématique. L’analyse de la posture communicationnelle des climatologues suivant les différents espaces de médiations peut servir d’idéal type d’autres controverses environnementales comme la toxicité des nanoparticules ou les risques liés à l’exposition aux ondes électromagnétiques.

 

Bibliographie

Amossy, R. 2008, « Argumentation et analyse du discours : perspectives théoriques et découpage disciplinaires », Argumentation et Analyse de Discours, vol. 1/2008.

Barneoud, L., 2010, Le réchauffement climatique fait son entrée sur la scène politique. Spécial 40 ans de la recherche, La Recherche, n°441 avril 2010.

Barnes B., 1977, Interests and the Growth of Knowledge, Londres, Routledge et Kegan Paul.

Berthelot, J.-M., 2002, Pour un programme sociologique non réductionniste en études des sciences, Revue Européenne des Sciences Sociales, XL, 124, 233-252.

Berthelot, J.-M., 2008, L’emprise du vrai. Connaissance scientifique et modernité, Paris, PUF.

Bloor, D., 1976, Sociologie de la logique ou les limites de l’épistémologie, Paris, Pandore.

Bourdieu, P., 2001, Science de la science et réflexivité. Cours du Collège de France 2000-2001, Paris : Raisons d’agir Editions.

Callon, M., 1986, Eléments pour une sociologie de la traduction. La domestication des coquilles Saint-Jacques des marins pêcheurs dans la Baie de Saint Brieuc, L’année sociologique, n° 36.

Callon, M., 2001, Sociologie de l’acteur réseau, première version publiée en anglais en 2001. in N. Selmer, et P. Baltes (dir.), International Encyclopedia of the Social Behavioral Sciences, Oxford, UK, Pergamon, pp. 62-66.

Chateauraynaud, F., D. Torny, 1999, Les sombres précurseurs. Une sociologie pragmatique de l’alerte et du risque, Paris ? Editions de l’EHESS.

Chateauraynaud, F., D. Torny, 2005, Mobiliser autour d’un risque. Des lanceurs aux porteurs d’alerte, in C. Lahellec Risques et crises alimentaires, Paris, Lavoisier, pp. 329-339.

Chateauraynaud, F., 2011, Argumenter dans un champ de forces, Essai de balistique sociologique, Paris, Edition Petra.

Collins, H. M., 1985, Changing order: Replication and induction in scientific practice. Sage, London.

Davis, S.-R., 2008, Constructing communication: Talking to scientists about talking to the public, Science Communication, 29:413-34.

Festinger, L., 1957, A Theory of Cognitive Dissonance, California: Stanford University Press.

Frewer, L.-J., S. Hunt, S. Miles, M. Brennan, S. Kusnesoff, M. Ness, M. Ritson et S. Kunesoff, 2002, Public preferences for informed choice under conditions of risk uncertainty, Public Underst Sci, 11:363-72.

Frewer, L.-J., S. Hunt, M. Brennan, S. Kuznesof, M. Ness et C. Ritson, 2003, The view of scientific experts on how the public conceptualize uncertainty, J Risk Res, 6(1):75-85.

Funtowicz, S. O., J. R. Ravetz, 1990, Uncertainty and Quality in Science for Policy, Kluwer, Dordrecht, The Netherlands.

Funtowicz, S. O., J. R. Ravetz, 1993, Science for the Post-Normal Age, Futures 25:735-755.

Gross, M., 2007, Communicating ignorance and the development of post-mining landscapes, Science Communication, 29:264-70.

Habermas, J., 1987, Théorie de l’agir communicationnel, tome 1 : rationalité de l’agir et rationalisation de la société, Paris, Fayard.

Kuhn, T. S., 1962, La Structure des Révolutions Scientifiques, Traduction française 1972, Paris, Flammarion.

Latour, B., S. Woolgar S., 1986, La vie de laboratoire, La production des faits scientifiques, Paris, La découverte collection poche.

Latour, B., 2006, Changer de société, refaire de la sociologie, Paris, La Découverte.

Le Marec, J., 2010, Enquête et savoirs du contact dans les études de sciences : pour une réflexivité institutionnelle, in Les études de sciences : pour une réflexivité institutionnelle, Le Marec, J., (dir.), Paris, Editions des archives contemporaines.

Maxim, L., G. Arnold, 2012, Les chercheurs au cœur de l’expertise, (dir.), Hermès, n°64, Paris, CNRS Editions.

Maxim, L., P. Mansier, 2012, How is Scientific Credibility Affected by Communicating Uncertainty? The Case of Endocrine Disrupter Effects on Male Fertility, Human and Ecological Risk Assessment, vol. 20, issue 1, doi: 10.1080/10807039.2012.719387.

Mellor, F., 2010, Negotiating uncertainty: Asteroids, risk and the media, Public Understanding Science, 19(1):16-33.

Merton, R., 1973, The sociology of science: theorical and empirical investigations, N.W. Storer (dir.), Chicago, University Press of Chicago.

Oreskes, N. et Conway, E. M., 2012, Les marchands de doute, Paris : Editions Le Pommier.

Painter, J., 2013, Climate change in the media reporting risk and uncertainty, London, I.B.Tauris & Co. Ltd in association with the Reuters Institute for the Study of Journalism.

Pinch, T., 1986, Confronting Nature : The Sociology of Solar-Neutrino, Detection, Reidel, Dordrecht.

Raynaud, D., 2003, Sociologie des controverses scientifiques, Paris, Puf.

Roqueplo, P., 1993, Climats sous surveillance – Limites et conditions de l’expertise scientifique, Paris, Editions Economica.

Roqueplo, P., 1997, Entre savoir et décision, l’expertise scientifique, Paris, Broché.

Scotto d’Apollonia, L., G. Luxardo, G. Piet, 2014, « Approche lexicométrique des controverses climatiques », in N. Emilie, D. Jean-Michel, V. Matthieu, F. Serge, JADT 2014 : 12e Journées internationales d’Analyse statistique des Données Textuelles, p. 606-616.

Scotto d’Apollonia, L., 2014, Les controverses climatiques : une analyse socioépistémique, Thèse de doctorat, Université Paul-Valéry Montpellier 3 consultable en ligne sur le lien suivant : https://univ-montp3.academia.edu/LionelScottoDapollonia

Scotto d’Apollonia, L., 2015a, Médiatiques ou scientifiques ? La légitimité des controverses climatiques traitée à travers un cadre d’analyse socioépistémique non réductionniste, Acte des premières journées internationales de la sociologie de l’énergie, Toulouse, Editions CNRS.

Scotto d’Apollonia, L., 2015b, « Le « mille-feuille discursif » des controverses climatiques », RUSCA, MSH-M, n°7, 2015.

Scotto d’Apollonia, L., 2015c, Ce que parler des controverse veut dire, in Communications et controverses, (R. Badouard, C. Maby, dir.), Hermès, n°73, Paris, CNRS Editions.

Séralini, G.-E., E. Clair, R. Mesnage, S. Gress, N. Defarge, M. Malatesta, D. Hennequin, J. Spiroux de Vendômois, 2012, Long term toxicity of a Rounup herbicide and a Roundup-tolerant genetically modified maize, Food and Chemical Toxicology, Vol. 50, Issue 11, pp. 4211-4231.

Shinn, T., P. Ragouet, 2005, Controverses sur la science. Pour une sociologie tranversaliste de l’activité scientifique, Paris, Editions Raisons d’agir.

van der Sluijs, J., 2002, A way out of the credibility crisis of models used in integrated environmental assessment, Futures, 34:133–46

van der Sluijs, J., P. Janssen, J. Risbey, M. van Asselt, W. Tuinstra et A. Petersen, 2003, RIVM/MNP Guidance for Uncertainty Assessment and Communication Series, Volume 2. RIVM, Bilthoven, 2003. Tool Catalogue for Uncertainty Assessment. RIVM/MNP Guidance for Uncertainty Assessment and Communication Series, Volume 4. RIVM, Bilthoven, 2003.

van der Sluijs, J., J.-M. Douguet, M. O’Connor et J. Ravetz, 2008a, Évaluation de la qualité de la connaissance dans une perspective délibérative, VertigO – la revue électronique en sciences de l’environnement [En ligne], Volume 8 Numéro 2 | octobre 2008, mis en ligne le 24 novembre 2008, consulté le 14 mars 2013. URL : http://vertigo.revues.org/5035 ; DOI : 10.4000/vertigo.5035

Walker, W.E., P. Harremoes, J., Rotmans, J., van der Sluijs, M., van Asselt, P., Janssen, M., Krayer von Krauss, 2003, Defining Uncertainty: A Conceptual Basis for Uncertainty Management in Model-Based Decision Support, Integrated Assessment, Vol.4, No.1, pp. 5-17.

Weber, M., 1964 [1904-1905], L’Ethique protestante et l’esprit du capistalisme, Paris, Plon.

 

 

Bibliographie Corpus

Corpus textuel dans les forums constituants

Bard, E. (2003), Greenhouse effect and ice ages: historical perspective.

Bard, E. (2006), Chronologie des variations climatiques rapides pendant la dernière période glaciaire.

Berger, A. (2012), De la théorie astronomique au réchauffement, global et au développement durable.

Bony, S. Dufresne, J.-L., (2007), Processus régissant la sensibilité climatique.

Cazenave, A. (2004), Les variations actuelles du niveau de la mer.

Cazenave, A. et al. (2011), L’élévation récente du niveau marin et l’érosion côtière : le cas d’îles océaniques du Pacifique.

Jouzel, J. (1999), Evolution du climat : du passé récent vers le futur.

Jouzel, J. (2003), Climat du passé (400 000 ans) : des temps géologiques à la dérive actuelle.

Jouzel, J. Megie, G., (2003), Le changement climatique Histoire scientifique et politique, scénarios futurs.

Jouzel, J. (2010), Débats et controverses autour du réchauffement climatique.

Le Treut, H. (1999), Rétroactions liés aux nuages et à la vapeur d’eau, et incertitudes de la modélisation climatique.

Le Treut, H., van Ypersele, J.-P., Hallegatte, S., Hourcade, J.-C., (2004) Sciences du climat, acquis et controverses.

(Avec Michael Ghil, Sandrine Bony, Pierre Friedlingstein, Shardul Agrawala et Annett Moehner, Pierre Picard, Michel Déqué, Jean-Charles Hourcade, Philippe Ambrosi, Michel Petit)

Le Treut, H. (2006), Le diagnostic scientifique : de l’alerte à l’éclairage des choix.

Le Treut, H. (2010), L’expertise climatique : un défi interdisciplinaire et démocratique.

Masson-Delmotte, V. Chappellaz, J. (2002), Au cœur de la glace, les secrets du climat.

Risi, C.et Bony, S. (2010), Évaluer les modèles de climat et leurs projections : la valeur ajoutée de la composition isotopique de l’eau.

 

 

Corpus audio-visuel dans les forums constituants (lien consulté le 31 mai 2014)

Bard, E. (2007), Rôle du CO2 et des facteurs d’origine terrestre, 13 mars 2007, http://www.academie-sciences.fr/video/v130307.htm

Bard, E. (2009), Changement climatique : certitudes, incertitudes et idées fausses, Paris, ENS, 27 janvier 2009, http://archives.diffusion.ens.fr/index.php?res=cycles&idcycle=402

Bergé, A. (2009), Changement climatique : état des lieux, Paris, ENS, 27 janvier 2009, http://archives.diffusion.ens.fr/index.php?res=cycles&idcycle=402

Bony, S. (2009), Climat modèle et comportement, Paris, Collège de France, juin 2009, http://www.college-de-france.fr/site/henri-leridon/colloque_juin_2009_populat__22.htm

Jouzel, J. (2008), Evolution du climat : du passé vers le futur, 17 septembre 2008, http://savoirs.ens.fr/expose.php?id=109

Jouzel, J. (2013), Collège de France, Les termes du débat scientifique et le problème de sa réception, Collège de France, 18 octobre 2013, http://www.college-de-france.fr/site/colloque-2013/symposium-2013-10-18-09h10.htm

Jouzel, J. (2014), Histoire et fonctionnement du GIEC, du constat à l’action? Université St Quentin en Yvelines, 31 janvier 2014, http://www.ovsq.uvsq.fr/ovsq/langue-fr/actualites/vendredis-de-l-ovsq/histoire-et-fonctionnement-du-giec-du-constat-a-l-action-par-jean-jouzel-309036.kjsp?RH=1359649885888

Le Treut, H. (2009), Influence humaine sur le climat, les Ernest, décembre 2009, https://www.dailymotion.com/video/xbmc1b_herve-le-treut-influences-humaines_news

Le Treut, H. (2010), Académie Royale des Sciences de Belgique, 15 sept 2010

Le Treut, H. (2012), Paris, ENS, 12 mars 2012, http://savoirs.ens.fr/expose.php?id=655

Masson-Delmotte, V. (2009), « Les grandes oscillations du climat depuis 800000 ans », INRAP, 20 novembre 2009, http://www.inrap.fr/archeologie-preventive/Ressources/Des-climats-et-des-hommes/p-8712-Les-grandes-oscillations-du-climat-depuis-800-000-ans.htm

Masson-Delmotte, V. (2012), Changements climatiques en cours et projections dans la perspective de la variabilité naturelle du climat, Université St Quentin en Yvelines, 10 février 2012, http://www.ovsq.uvsq.fr/ovsq/langue-fr/actualites/vendredis-de-l-ovsq/changements-climatiques-en-cours-et-projections-dans-la-perspective-de-la-variabilite-naturelle-du-climat-par-dr-v-masson-delmotte–311075.kjsp?RH=1359649885888

Masson-Delmotte, V. (2013), Risque climatique, ENS, 22 octobre 2013, http://savoirs.ens.fr/expose.php?id=1498

 

 

Corpus textuel dans l’espace public

Bard, E. (2002a), Climat : vers un changement majeur ?, Le Monde, 13 novembre 2002.

Bard, E. (2002b), Les humeurs du Soleil changent notre climat, La Recherche, 31 mars 2002, n°352.

Bard, E. (2002c), Le changement de climat est pour la deuxième moitié du siècle, Libération, 23 novembre 2002.

Bard, E. (2004a), Le climat, va-t-il basculer ? La Recherche, nov. 2004.

Bard, E. (2004b), Coups de Soleil, sur la planète, La Recherche, nov. 2004.

Bard, E. et al. (2004c), Des dates fiables pour les 50 000 dernières années, Pour la science, dossier n° 42.

Bard, E. (2006a), La tentation de refroidir la planète, Le Monde, 2 octobre 2006.

Bard, E. (2006b), +2° C, un seuil à ne pas dépasser, Libération, 11 octobre 2006.

Bard, E. (2006c), Variations climatiques naturelles et anthropiques, Géosciences, numéro 3, mars 2006

Bard, E. (2007a), La menace d’un changement climatique dangereux se confirme, Libération, 27 et 28 janvier 2007.

Bard, E. (2007b), L’effet de serre, La recherche HS, septembre 2007.

Bard, E. (2007c), Comme si Paris était déplacée à la latitude de Bordeaux, Le Figaro, 3 février 2007.

Bard, E. (2009a), Ne rien faire serait le pire, La Marseillaise, 7 décembre 2009.

Bard, E. (2009b), L’océan atténue le réchauffement, La Recherche, aout 2009, n°36.

Bard, E. (2010a), J’ai le devoir de prendre part au débat sur le climat, La Recherche, n° 439.

Bard, E. & Masson-Delmotte, V., (2010b), Pédagogie de la complexité plutôt que démagogie de la simplicité, Le Monde, 22 mai 2010.

Bard, E. et al. (2010c), Le réchauffement climatique est réel et l’Homme en est le principal responsable, Le Soir, Belgique, Mercredi 6 janvier 2010.

Bard, E. (2011a), Influence du soleil sur le climat, L’astronomie, Juillet/aout 2011.

Bard, E. (2013), La décennie 2000 est la plus chaude, Sylvestre Huet, Libération, 20 septembre 2013.

Bony, S. (2008), Qu’est-ce que le GIEC?, http://blogs.tv5.org/climats/2008/02/quest-ce-que-le.html (consulté le 5 juin 2014).

Bony, S. (2009), De nouvelles simulations climatiques, La recherche, n° 427.

Bony, S. (2013), La prévision du climat est-elle fiable ?, http://passeurdesciences.blog.lemonde.fr/2013/06/02/la-prevision-du-climat-est-elle-fiable, 2 juin 2013

Bréon, F.-M. (2013), Les contre-vérités du dernier pamphlet climatosceptique, Le Monde, 28 octobre 2013.

Cazenave, A. (2008), Quel mécanisme contribue le plus à la montée du niveau de la mer ?, L’Humanité, 4 décembre 2008.

Hansen, J. (2012), Il est encore temps de stopper la course à l’abîme, La Revue Durable, n° 46, Octobre 2012.

Jouzel, J. (2000a), Le scientifique : «Plus de sécheresse et de plus fortes précipitations», Libération, le 27 mai 2000.

Jouzel, J. (2000b), Pas besoin de grossir la menace, elle est réelle, Libération, 13 novembre 2000.

Jouzel, J. (2004), Nous avons explosé le compteur des gaz à effet de serre, Libération, 10 juin 2004

Jouzel, J. (2005a), Réchauffement du climat : ce que la science dit, Les cahiers du mur.

Jouzel, J. (2005b), Une absence d’engagement des Etats-Unis, Libération, 12 juillet 2005.

Jouzel, J. (2007), Les arguments sont scientifiques et non politiques, Libération, 29 janvier 2007.

Jouzel, J. (2009a), L’inéluctable montée des eaux, L’Humanité, 1 avril 2009.

Jouzel, J. (2009b), Une lenteur exaspérante, L’Humanité, 3 avril 2009.

Jouzel, J. (2009c), Climat : le diagnostic est clair, L’Humanité, 30 mars 2009.

Jouzel, J. (2009d), Le réchauffement va plus vite qu’on ne l’imagine, La Croix, 25 Mai 2009.

Jouzel, J. (2010a), Les attaques contre le Giec étaient prévisibles, La Tribune, 6 février 2010.

Jouzel, J. (2010b), Jean Jouzel répond au « Mythe climatique » de Benoît Rittaud, Blog Le figaro, 19 mars 2010, http://blog.lefigaro.fr/climat/2010/03/-cest-lautre-auteur-sceptique.html.

Jouzel, J. (2011), Doit-on lutter ou s’ajuster face au réchauffement ? « Les deux vont de pair », La Croix, 11 janvier 2011.

Jouzel, J. (2013a), Les pays pauvres, premières victimes du réchauffement, L’Humanité, 12 novembre 2013.

Jouzel, J. (2013b), Le réchauffement climatique est une réalité, Le Nouvel Observateur, 27 septembre 2013.

Jouzel, J. (2013c), Un seul scénario évitera le réchauffement climatique à + 2°C, La Vie, 30 sept 2013, http://www.lavie.fr/actualite/ecologie/pour-jean-jouzel-un-seul-scenario-evitera-le-rechauffement-climatique-a-2-c-30-09-2013-44677_8.php (consulté le 6 juin 2014).

Jouzel, J. (2013d), Lutter contre le réchauffement : « C’est possible », Ouest France 23 septembre 2013

Le Treut, H. (1997), Climat : pourquoi les modèles n’ont pas tort, La Recherche, n° 298.

Le Treut, H. (2008), Entretien avec le climatologue, Le prisme à idées, Septembre 2008 n°1.

Le Treut, H. (2010), Il ne faut pas confondre événement saisonnier et tendance longue, Sud Ouest, 3 aout 2010.

Le Treut, H. (2011), Entretien, L’Humanité, 6 décembre 2011.

Le Treut, H. (2012), Les nouveaux défis de la climatologie, Les Echos, 20 décembre 2012.

Le Treut, H. (2013a), Climat : aux politiques d’agir !, Les Echos, 11 février 2013.

Le Treut, H. (2013b), Réchauffement climatique : « Le temps des actes est venu », Le Nouvel Observateur, 27 septembre 2013.

Le Treut, H. (2013c), Le Treut : « Le climat ne se réchauffe pas de façon continue », Le Figaro, 27 sept 2013.

Le Treut, H. (2013d), Il faut passer à l’anticipation régionale des changements climatiques, Les Echos, 27 septembre 2013.

Le Treut, H. (2013e), Le rapport du Giec, et après ?, La Tribune, 30 septembre 2013.

Legras, B. (2010), Tribune libre de Bernard Legras, avril 2010, http://lemytheclimatique.wordpress.com/2010/04/05/tribune-libre-de-bernard-legras-2/ (Consulté le 5 juin 2014).

Masson-Delmotte, V. (2009), La menace d’un dérapage hors de contrôle du climat est plus grande que jamais, La Revue durable n° 33.

Masson-Delmotte, V. (2012), Évaluer les risques pour la santé des événements extrêmes et expertiser les impacts sanitaires des mesures d’adaptation aux changements climatiques, Environ Risque Sante – Vol. 11, n8 6, novembre-décembre 2012.

Masson-Delmotte, V. (2013), Rapport du Giec : Le changement climatique va se transmettre d’une génération à l’autre, Le Point, 27 septembre 2013.

 

 

Corpus audio-visuel dans l’espace public

Jouzel, J. (2008), Chez Fog, débat avec Claude Allègre, 17 mai 2008.

Jouzel, J. (2010), La tête au carré, 2 mars 2010.

Jouzel, J. (2010), Science Publique, Académie des sciences : le débat est-il réglé ? avec Yves Pomeau, Edouard Brezin, Jean-Louis Puget et Vincent Courtillot, France Culture, 29 octobre 2010,

https://www.franceculture.fr/emission-science-publique-academie-des-sciences-le-debat-sur-le-climat-est-il-regle-2010-10-29.html.

Jouzel, J. (2013), La tête au carré, 27 septembre 2013.

Jouzel, J. (2013), Ce soir ou jamais, avec François Gervais, Sylvie Brunel, Drieu Godefridi, Christophe Bonneuil, 1 novembre 2013,

https://www.youtube.com/watch?v=t-JTyKY9YtU

Jouzel, J. (2013), Présentation AR5, Assemblée Nationale, 27 novembre 2013, http://videos.assemblee-nationale.fr/video.4933.commission-du-developpement-durable–table-ronde-sur-le-veme-rapport-du-giec-sur-le-climat-27-novembre-2013

Jouzel, J, (2013), LCP, 15 novembre 2013, http://www.lcp.fr/emissions/ca-vous-regarde-le-debat/vod/153210-philippines-a-qui-la-faute

Legras, B., (2010), Politis, 15 juin 2010

Le Treut, H. (2009), Les matins 7h-9h, France Culture, 30 novembre 2009, http://www.naturavox.fr/video/article/rechauffement-climatique-interview

Le Treut, H. (2012), Commission développement durable, 12 décembre 2012, https://www.dailymotion.com/video/x1t3g0z_audition-de-m-herve-le-treut-climatologue-sur-la-transition-energetique-mercredi-12-decembre-2012_news

Le Treut, H. (2013), Planète Terre, France Culture, 30 octobre 2013, https://www.franceculture.fr/emission-planete-terre-sommes-nous-egaux-face-au-changement-climatique-2013-10-30

Masson-Delmotte, V. (2013), Présentation AR5, Assemblée Nationale, 27 novembre 2013, http://videos.assemblee-nationale.fr/video.4933.commission-du-developpement-durable–table-ronde-sur-le-veme-rapport-du-giec-sur-le-climat-27-novembre-2013

 

 

[1] Cette publication a fait désormais l’objet d’une rétraction de la part de l’éditeur Elsevier en novembre 2013 provoquant une série de débats.

[2] Les controverses climatiques se caractérisent par des discussions persistantes et publiques de chercheurs de différentes disciplines scientifiques qui soutiennent des arguments différents dans l’interprétation des variations du système climatique de la Terre. Les controverses climatiques ont la spécificité de présenter un enjeu politique majeur à l’échelle de la planète, puisque le point nodal du désaccord est la part de l’influence de l’activité humaine sur le climat. Elles sont donc en ce sens des controverses socioscientifiques.

[3] Les entretiens individuels ont été conduits suivant une grille d’analyse spécifique. Les résultats de ces premières analyses ont été présentés dans un esprit réflexif lors de l’entretien collectif. Les grilles d’analyses (annexes 02bis et 04) ainsi que la transcription d’un entretien individuel (annexe 01) et de l’entretien collectif annexe 02) sont consultables en ligne le 22 octobre 2015 sur le lien suivant : https://univ-montp3.academia.edu/LionelScottoDapollonia


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *