L’ANTHROPOSTREAM : LE CLIMAT, L’ANTHROPOCENE ET LA DEMOCRATIE.

 

 

Les canons de la communication  nous apprenne à rendre une information claire concise et lisible par le plus grand  nombre.

Les posters, éléments de médiation d’un autre temps, n’échappent pas à cette règle.

Voici donc ci-dessus un anti-poster.

Il est en format originel en A0, et a été présenté lors des 6° journée épistémologie à Montpellier.

Il est peu lisible, n’attire pas du tout le regard, personne n’a envie de lire et pourtant il regorge de résultats tous aussi percutants les uns que les autres.

De toute façon rien ne sert de s’appliquer à mettre en forme les informations scientifiques, si comme l’auteur vous n’avez pas la chance de bénéficier des bons réseaux et des canaux appropriés pour communiquer vos résultats.

L’histoire peut-être les retiendra.

Vous pouvez réagir librement aux résultats de cette recherche concernant l’Anthropocène qui s’inscrit dans une analyse plus générale des controverses socioscientifiques à l’aide d’un cadre d’analyse réflexif spécifique dont le développement à commencer avec mon travail de thèse et visant à articuler différents courants: l’épistémologie, l’histoire des sciences, la sociologie des sciences et la linguistique.

Ces résultats s’appuient sur une méthodologie originale découlant de ce cadre visant à conceptualiser les controverses socioscientifiques comme un « mille-feuille discursif », c’est à dire un espace multidimensionnel constitué du In, des aspects visibles des débats dans les différents espaces de médiation et du Off, de l’interdiscursif c’est à dire des jeux d’acteurs et d’arguments (pour reprendre les termes de Francis Chateauraynaud) relevant d’espaces privés.

L’article qui suit est le premier d’une plus longue série. Il revient sur les origines conceptuelle et lexicale de l’Anthropocène. Non seulement le concept, tel qu’il est posé par Stoermer et Crutzen est ambigu, mais qui plus est le terme « Anthropocène » est antérieur à leur publication. Il est la traduction du terme « антропогена » initialement traduit par « anthropogène » puis par l’Académie des Sciences d’URSS en 1960 par « anthropocene » pour une pour une raison simple: l’usage rapproché de « Pliocene », « Holocene » et « Anthropocene » recommandait d’homogénéiser les suffixes.

L’épistémologie « molle » de l’Anthropocène

A venir….

Les ambiguïtés originelles de l’Anthropocène 

Résultat de recherche d'images pour "anthropocene"
Crédit photo: Nature

Les mots ne sont pas des concepts. Cette partie s’attache à retracer l’historicité du concept d’Anthropocène ainsi que sa genèse lexicale. En 2017 dans la littérature, ce concept est attribué à Paul Crutzen et Eugène Stoermer (1&2) par la publication d’un article dans la Newsletter du programme sur la biosphère (International Geosphere-Biosphere Program, IGBP) qui s’est déroulé entre 1986 et 2015. Ce programme portait sur l’analyse du phénomène du changement global et de l’influence humaine sur la régulation du système Terre notamment par l’analyse des cycles du carbone, de l’azote, du soufre, de l’eau et du phosphore. Crutzen a popularisé en 2002 le concept d’Anthropocène par la publication d’un article dans la revue Nature (3).

Sur le plan conceptuel:

l’Anthropocène s’insère dans une longue série de travaux débutant vers la fin du XIXème siècle visant à analyser l’influence humaine à l’échelle planétaire sous le vocable de « psychozoic era » (4) ou encore « l’ère anthropozoïque » (5) (figure 1). Le concept d’Anthropocène n’a rien de véritablement nouveau et s’inscrit dans la continuité des travaux développés dans les années 1920 notamment par le géologue russe Vladimir Vernadsky (6) concernant le concept de « biosphère » et que l’on retrouve aussi sous le vocable de « noösphere » (7) dans les travaux du jésuite français Pierre Teilhard de Chardin et du philosophe mathématicien Edouard Le Roy inspirés de la philosophie de Henri Bergson (8). Ces concepts sont très proches et développés par différents chercheurs du monde entier étaient étroitement liés aux questions portant sur le climat et se discutaient dans des programmes de recherche. L’écologiste américain William Clark dirigeait un projet de recherche interdisciplinaire novateur intitulé « Ecologically Sustainable Development of the Biosphere », dans lequel étaient impliqués James Lovelock et Paul Crutzen. James Lovelock est à l’origine avec sa collègue Lynn Margullis de la théorie de Gaïa (9) qui a connu un réel succès, largement reprise notamment par Isabelle Stengers (10), puis par Bruno Latour (11).

Il existe une ambiguïté originelle profonde concernant les échelles de temps géologiques « flottantes » sur lesquelles se définit l’Anthropocène en tant qu’une « époque » ou qu’une « ère » (1 & 3).

Pour Crutzen et Stoermer il est pertinent d’introduire le « nouveau » terme « Anthropocène » pour définir l’influence humaine considérée comme une force tellurique à part entière en le définissant comme une nouvelle « époque » géologique qu’ils situent initialement vers la fin du XVIIIème siècle et la création de la machine à vapeur (12). Il existe une ambigüité originelle profonde portant précisément sur des échelles de temps « flottantes » sur lesquelles se définit l’Anthropocène en tant qu’une « époque » ou qu’une « ère » (1&3). Les débats actuels portent donc principalement sur son point de départ, actuellement reconsidéré après la seconde guerre mondiale et sur l’objectivation (13) par l’analyse sédimentaire de l’impact anthropique sur le système Terre.

Sur le plan linguistique:

l’usage du terme « Anthropocène » remonte bien avant les années 2000. Dans un article signé par Will Steffen, Jacques Grinevald, Paul Crutzen et John McNeill, Stoermer rappelle qu’il utilisait le terme dans les années 1980 mais qu’il ne l’avait pas réellement formalisé avant que Crutzen ne le contacte : « I began using the term “anthropocene” in the 1980s, but never formalized it until Paul contacted me » (14).

Le terme « антропогена » a été traduit par celui d’« Anthropocene » dans les Rapports de l’Académie des sciences d’URSS au moins à partir des années 1960. 

Un article (15) publié dans Nature attribue une occurrence du mot anthropocène à un ami de Vernadski, Alexi Petrovich Pavlov à l’origine du terme « антропогена » (16) dont la traduction est « anthropogène ». L’ouvrage cité en référence est en réalité une traduction des années 1970 (17) du russe vers l’anglais. Restitué dans son contexte historique, il semble qu’il s’agisse d’une confusion dans la traduction du terme « антропогена » par le terme « anthropocène » au lieu du terme anthropogène. Le terme « Anthropogène » est apparu dans la littérature russe dans les années 1930 (18). Il désigne en fait la période Quaternaire, dénomination abandonnée par les scientifiques soviétiques au profit de l’« Anthropogène » (19) qui ont rejeté le concept d’une période. Cependant, le terme « антропогена » a aussi été traduit par celui d’« Anthropocene » dans les Rapports de l’Académie des sciences d’URSS de 1960 (20). La raison en est simple : l’usage rapproché de Pliocene, Holocene et Anthropocene recommandait d’homogénéiser les suffixes. Sur le plan lexical le terme « Anthropocène » est donc antérieur à la publication de Stoermer et Crutzen et ne peut donc leur être attribué.

Remerciements

Je tiens à remercier chaleureusement Dominique Raynaud qui m’a apporté une aide précieuse  dans mes recherches notamment concernant les origines lexicales de l’Anthropocène.

http://upmf-grenoble.academia.edu/dominiqueraynaud

Je tiens à remercier tout aussi chaleureusement Jacques Grinevald ayant participé à l’enquête et apporté des informations précieuses concernant l’historicité du concept d’Anthropocène.

https://www.institutmomentum.org/author/jacques-grinevald/

Je tiens encore à remercier tout aussi chaleureusement Francis Chateauraynaud et Josquin Debaz qui ont contribué à nourrir ma réflexion au cours de nombreux débats.

http://www.gspr-ehess.com/

Bibliographie

(1) P.  Crutzen, E. Stoermer, « The ‘Anthropocene’», Global Change. IGBP Newsletter, 2000, 41, p. 17‐18

(2) Une recherche effectuée le 8 octobre 2016 sur Web of Science indique que l’article publié dans Nature est cité 611 fois, alors que celui cosigné avec Stoermer est cité seulement 12 fois.

(3) P. Crutzen, « Geology of mankind», Nature, 3 janvier 2002.

(4) Le premier est celui de « psychozoic era » de Joseph LeConte (Elements of Geology, 1877, 269)

(5) Attribué à l’abbé Stoppani P. Crutzen, E. Stoermer, « The ‘Anthropocene’», Global Change. IGBP Newsletter, 2000, 41, p. 17‐18. La recherche sur Ngram Viewer montre que les premières occurrences de антропогена sont des traductions des termes « psychozoic era » ou « psychozoic era »

(6) I. Vernadsky, Biosphere and Noosphere. Am. Sci. 33, 1–12 (1945).

(7) Vernadsy, Theilard de Chardin et Leroy se sont fréquentés à Paris dans les années 1920. Bien que la notion de Biosphère et noosphère soient proches, cette dernière correspond à une vision idéaliste de la noosphère du jésuite français Teilhard de Chardin et Leroy réifiant une la dichotomie homme-nature contrairement à Vernadsky. Pour plus de détails voir Jacques Grinevald : http://humanitesenvironnementales.fr/fr/les-ressources/les-grands-entretiens?page=2#prettyPhoto/0/ (lien consulté le 8 décembre 2016)

(8) Bergson, H. (1907),L’Evolution créatrice, Paris, Librairie Félix Alcan. (rééd. PUF), 1907.

(9) J. Lovelock, L. Margulis, « Atmospheric Homeostasis by and for the Biosphere. The Gaia Hypothesis », Tellus, 26, 1974, p. 1-10.

(10) I. Stengers, Au temps des catastrophes, Paris : Les empêcheurs de penser en rond, La découverte, 2009.

(11) B. Latour, Face à Gaïa, Paris, Les empêcheurs de penser en rond-La Découverte, 2015.

(12) Revenant sur la publication de Crutzen dans Nature, Grinevald considère que faire débuter l’Anthropocène avec le brevet de la machine à vapeur : « pour un historien cela ne tient pas la route, pour un historien des techniques c’est presque une stupidité, c’est anachronisme, une machine à vapeur ne fait pas plus la révolution industrielle, pas plus qu’une hirondelle fait le printemps ». Lien consulté le 10 décembre 2016 : http://humanitesenvironnementales.fr/fr/les-ressources/les-grands-entretiens?page=2#prettyPhoto/0/

(13) W. Steffen, et al., « Stratigraphic and Earth System approaches to defining the Anthropocene », Earth’s future, Volume 4, Issue 8, August 2016, pp. 324–345.

(14) W. Steffen, J. Grinevald, P. Crutzen, J. McNeill, « The Anthropocene: conceptual and historical perspectives», in Philosophical Transactions of The Royal Society A Mathematical Physical and Engineering Sciences, 369(1938):842-67, March 2011.

(15) S. L. Lewis, M. A. Maslin, “Defining the Anthropocene”, Nature, 12 mars 2015, Vol. 519, p. 171

(16) La première occurrence du mot « anthropogène » est attribuée à A. Pavlov en 1925 publié dans une revue anthropologique russe : « РАННИЙ НОВОКАМЕННЫЙ ВЕК. Новый отдел четвертичного периода антропогена ознаменовался дальнейшим сокращением льдов, еще державшихся в средних частях Скандинавии, и опусканием суши, соединявшей южную … », Русский антропологический журнал: – Numéros 14 à 18 – Page 40

Une autre source qui n’a pu être consultée indique 1922, qui correspondrait au titre : Павлов, Ледниковые и межледниковые эпохи Европы в связи с историей ископаемого человека, Академическая речь, 1922.

(17) E. V. Shantser, “The Anthropogenic System (Period)” in Great Soviet Encyclopedia Vol. 2 (ed. Prokhorov, A. M.) 139–144 (New yorkMacmillan, 1979)].

(18) Référence1 : Ф. Ф. Мужчинкин. Опыт сопоставления антропогена Узбекистана». Там же. 10. В. В. Цинзерлинг. Орошение на АмуДарье. Ташкент, 1925. с взрослой особью, которая из такого яйца развилась, бросается в 1936 …

Consultable en ligne sur GoogleBook : Землеведение – Volume 37 – Page 132.

Référence 2 : В том-то все и дело, что оледенения и межледниковые жаркие фазы являются ведущими геологическими событиями не только антропогена, но и всех преды дущих геологических периодов и эр, — вечно на земле существовали …

Consultable en ligne sur GoogleBook : Труды – Volumes 26 à 31 – Page 61

Центральный научно-исследовательский геолого-разведочный институт (Ленинград, Р.С.Ф.С.Р.)

(19) T. Nilsson, The Pleistocene. Reidel, Dordrecht, p. 23-4, 1983.

(20) Résultat issu d’une recherche sur Ngram (cf. tableau 1) et d’un basculement sur GoogleBooks sur la période indiquée :


2 réflexions au sujet de « L’ANTHROPOSTREAM : LE CLIMAT, L’ANTHROPOCENE ET LA DEMOCRATIE. »

    1. Bonjour
      Merci pour votre commentaire.
      Non il ne s’agit pas d’un canular, vous pouvez aller tout vérifier y compris le cadre d’analyse et la construction des données.
      C’est sans doute surprenant mais les faits sont là.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *