The Art of Sustainable Food

Crédit photo Laurent Soumayrol

Lintelligence sensible au service de lalimentation durable pour tous


PRESENTATION du Projet The Art of Sustainable food

L’inspiration du projet The Art of Sustainable Food incarne parfaitement l’âme du programme « Art Citoyen » de la fondation Daniel et Nina Carasso et permet de développer et de pérenniser durablement les synergies entre les métiers la formation des futurs enseignants au sein de la FDE (Faculté d’Education Université Montpellier) avec les pratiques artistiques sur les questions d’alimentation durable et de l’ensemble des thématiques sous-jacentes liées à la biodiversité, des éducations à la santé, à la responsabilité. Le projet The Art of Sustainable food permet d’explorer de nouvelles voies de compréhension en pleine cohérence avec l’esprit de la Fondation Daniel & Nina Carasso en développant de nouvelles clés de lecture par la mise en synergie de différents artistes et chercheurs. Nous pensons par exemple aux domaines des sciences dites dures tout autant que des arts plastiques, des sciences de l’éducation et de la recherche action participative et le monde de la création artistique.

L’association Artivistes-atelier (loi 1901) est une structure hybride de recherche, d’expertise territoriale et artistique. Son but est de créer des espaces de démocratisation artistiques et citoyens autour de grands enjeux sociaux-environnementaux contemporains. Le projet The Art of Sustainable Food de plus s’appuie sur les compétences du GDR CNRS PARCS (Groupe de Recherche, Participatory Action Research and Citizen Sciences) en recherche action participative et sciences citoyennes sur les questions environnementales et notamment celles de sécurité alimentaire.

En effet, l’alimentation est l’affaire de tous et représente un enjeu social majeur dans la ligne émergente des humanités environnementales qui lient les enjeux sociaux et environnementaux. De nombreux chercheurs au sein du GDR CNRS PARCS font partie d’organismes de recherche travaillant sur les thématiques liées à l’alimentation (INRA, SupAgro, CIRAD, AgroParisTech, IRD, CEFE) et représentent un vivier d’experts pout traiter les questions avec pertinence et cohérence. Le projet The Art of Sustainable food bénéficie à la fois de la richesse du pôle de recherche montpelliérain mis en synergie avec efficacité par Le GDR PARCS et la FDE (Faculté d’Education) par l’intermédiaire du LIRDEF (Laboratoire Interdisciplinaire de Recherche en Didactique, Enseignement et Formation) et notamment de Christian Reynaud.

Le projet The Art of Sustainable Food permet d’engager une démarche originale de communication et de recherche artistique à partir d’un travail (de mise en réseau, de co-réflexion, de co-création et de co-construction) au sein de la FDE et dont l’objectif est de mobiliser ensuite l’espace public et d’impliquer les citoyens ainsi que l’ensemble des publics concernés avec l’aide des outils Artivistes-ateliers.

 

Le projet The Art of Sustainable Food croise les regards de chercheurs et d’Artistes à travers le caléidoscope social sur les questions de sécurité alimentaire et d’alimentation durable

 

Une equipe interdisciplinaire motivee autour des Artivistes

La force du projet The Art of Sustainable Food repose sur les compétences et la motivation d’une équipe structurée autour de l’association Artivistes-atelier. Les Artivistes sont la cheville ouvrière du projet. L’association existe depuis plus d’un an seulement mais a déjà une reconnaissance solidement ancrée à la fois dans le milieu artistique, universitaire, institutionnel.

Les Artivistes sont parrainés par Jean Jouzel, climatologue, Co-prix Nobel de la Paix en 2007.

Les Artivistes sont balisés et financés par le Ministère de l’Environnement, de l’Energie et de la Mer. Cette reconnaissance et ce soutien ont permis la création d’une charte citoyenne sur la « Biodiversité et l’Art de vivre ensemble » grâce à l’organisation d’un Happening de Street Art. Cherchant constamment l’expression artistique y compris dans les ateliers participatifs, les participants étaient invités à écrire sur des galets blancs assemblés sous forme de fleurs minérales et ainsi ébaucher les grandes lignes de la charte qu’ils ont co-construits avec l’association quelques semaines plus tard.

Les Artivistes sont financés par le Ministère de la Ville par l’octroi d’une enveloppe parlementaire en 2017.

Le projet Artivistes a été sélectionné pour le prix de l’innovation périurbaine par la DDTM (Direction Départementale des Territoires et de la Mer) du département de l’Hérault au niveau national.

Le projet éducatif Artivistes est parmi les 5 finalistes lors du 14° Forum International Météo Climat qui se tiendra à la Mairie de Paris du 4° arrondissement le 23 mars 2017 en présence de BFM TV.


Trombinoscope

Lionel Scotto d’Apollonia

PORTEUR DU PROJET

Enseignant secondaire

Trésorier Artivistes

Blanvillain Caroline

MCF Arts plastiques

Chargée de mission Culture FDE Université Montpellier

Noon

 

Street Art – Collage – peinture – infographie

Diplômée de l’Ecole des Beaux arts de Montpellier

Davia Dosias Perla

Présidente Artivistes-Atelier

Experte environnement et stratégie territoriale

Street artiste

Christian ReynaudMFC LIRDEF – Directeur de l’équipe DS Laura Maria Polletti

Compagnie de danse Rosas de Anne Teresa de Keersmaeker

Cleps

Photographe, Street Art – impression sur bois

Sylvie Blangy

Chercheure CEFE

Directrice du GDR PARCS

Chiko

Steet artiste – calligraphie – peinture

Sunny Jim

Street artiste – enseignant arts plastique – photographie

Mara

Street Art – collage – peinture et infographie

StDsgn

Slameur, Street artiste, inforgaphiste

Zoulette

Street artiste – Educatrice spécialisée.

AnnaKin

Photographe

Carole Couderc

Photographe  – vidéaste

CSSJPG

Street Art botanique participative

ARTEROSSA

 

Galerie d’art associative et formation

….

Autres collaborations à venir au cours du projet

 

LOBJECTIF  du projet the Art of Sustainable Food

Le projet The Art of Sustainable Food se structure autour de quatre objectifs :

 

  • Le projet The Art of Sustainable Food vise à enrichir les pratiques des futurs enseignants en proposant des ateliers artivistes participatifs sur les questions liées à l’alimentation durable et des thématiques associées tels que l’agroforesterie, les circuits courts, les questions climatiques, la biodiversité, etc.
  • Le projet The Art of Sustainable Food vise à permettre aux futurs enseignants du primaire, du secondaire et de l’enseignement supérieur de créer des dispositifs pédagogiques innovants sur les questions d’alimentation durable.
  • Le projet The Art of Sustainable Food vise à créer des zones artistiques participatives temporaires au sein des universités et d’investir l’espace public à partir des œuvres co-créées avec les chercheurs-enseignants, les étudiants et les artistes.
  • Le projet The Art of Sustainable Food vise à générer des collaborations avec les universités espagnoles et des collectifs d’Artistes.

 

Plus généralement le projet The Art of Sustainable Food s’oriente directement vers la société civile en l’impliquant dans une démarche de co-réflexion et de co-création. Le projet The Art of Sustainable Food vise à mobiliser, interpeller, questionner, développer les intelligences sensibles des citoyens, des chercheurs et des artistes autour de la thématique des questions d’alimentation durable. Le projet The Art of Sustainable Food consiste à nouer et enrichir le dialogue entre les recherches menées sur cette problématique et les sociétés à travers un design[1] citoyen participatif très original et innovant en décloisonnant ces enjeux dans l’espace public. Inspiré conjointement de l’esprit de Jean Vilar et de Keith Haring. Le projet The Art of Sustainable Food, grâce à la pratique artistique et la mise en présence des œuvres d’arts, est un outil simple et l’efficace pour inciter, favoriser et permettre au citoyen  de s’approprier cette thématique en créant des synergies artistiques.

 

Le projet The Art of Sustainable Food vise in fine à créer des espaces de démocratisation artistiques au cœur de la ville Montpellier et en Espagne ainsi que la création d’un tiers lieu Artivistes, d’accueil, d’échanges et de création intellectuelles et artistiques.

 

Design collaboratif du projet the Art of Sustainable Food

La méthodologie de travail s’appuie sur les outils collaboratifs et participatifs du GDR PARCS dont les « Artivistes » se saisissent lors d’atelier(s) de co-création, co-réflexion dans un réel esprit de co-construction.

Autour de rencontres régulières bimensuelles, le projet réunit des chercheurs de la Faculté d’Education, des chercheurs du GDR PARCS, des étudiants et des artistes impliqués dans ce projet. Ces rencontres sont ouvertes à toutes et à tous et s’inscrivent dans les parcours croisés optionnels à la FDE et de l’Université Montpellier. Ils visent à aborder la thématique de l’alimentation suivant différents aspects sociaux, scientifiques et artistiques (avec les artistes de l’association Artivistes-atelier : graphiste, illustrateur, photographe, musicien, chorégraphe, danseur, slameur ou plasticien) répondant conjointement aux enjeux croisés de sécurité alimentaire.

Suivant les designs participatifs des Artivistes-ateliers et du GDR PARCS, dans un deuxième temps, les espaces artistiques participatifs temporaires mobiliseront des associations et le plus large public possible. Le projet The Art of Sustainable Food vise à identifier et générer les conditions de fonctionnement d’un espace spécifiquement dédié fonctionnant comme un tiers lieu[2], de partage, de co-working universitaire et artistique, de formations croisées, d’exposition, etc.

 

Programme de recherche Croisement Art & science

Le programme de recherche est mené dans le cadre du LIRDEF consiste à croiser les sciences en conceptualisation un dispositif de recherche innovant. Ce dispositif a pour but de créer de situations didactique en classe de sciences (dans le primaire, secondaire et universitaire) en intégrant les arts plastiques par différents moyens. Il s’agira par exemple d’étudier les avantages et les limites d’une part par la création artistique en vue de questionner les problèmes liés à l’alimentation durable, les questionq des OGM ou les éducations à la santé. D’autre cette démarche innovante y compris dans les enseignements à la faculté des sciences et techniques de Montpellier s’effectuera suivant les modalités de pratique participative artistique participative.

 

Le dispositif cherche à faire entrer les arts dans l’enseignement des autres disciplines, à mesurer les effets de ce levier sensible. Le programme de recherche s’inscrit en cohérence avec le calendrier de la FDE et le plan de formation des futurs enseignants dans les différents parcours.

Echeancier

2017
Mois Action Objectif
Septembre – octobre Démarrage projet

Réunion de présentation

Etablir cartographie des acteurs
Novembre Intégration des étudiants

Réunion chercheurs

Identification des attentes

Co-construction du dispositif d’évaluation, indentifications des indicateurs.

Décembre Première rencontre participative Définition des groupes de travail et des axes associés

Début recherche tiers lieu et étude de faisabilité.

Démarrage travail de prospective pour nouer des liens avec l’Espagne projet « Carasso »

2018
Janvier Rencontre participative Création d’un dispositif test et co-création d’une œuvre
Février à mai Test dispositif

 

 

 

Rencontre avec les acteurs espagnols

Identifier levier et frein du dispositif

Création de nouvelles œuvres en fonction des besoins.

 

Définir des axes de travail

Mai Réunion chercheurs

 

Exposition dans le jardin de la FDE

Redéfinition des indicateurs et réajustements des axes de travail

Valorisation du travail effectué

Juin Réunion participative Bilan et perspectives

Création support Internet

Juillet aout Rédaction bilan et résultats partiels
Octobre Réunion de présentation Etablir une nouvelle catégorie des acteurs

Intégration des CPIE (Centre Permanent d’initiatives pour l’Environnement)

Novembre Intégration des étudiants

Réunion chercheurs

Identification des attentes

Déploiement du programme de recherche au niveau académique

Décembre Première rencontre participative

 

 

Invitation acteurs espagnols en fonction des projets « carasso » existant et d’autres acteurs espagnols

(Re)définition des groupes de travail et des axes associés

Démarrage recherche effective tiers lieu et étude de faisabilité

Démarrage collaboration effective.

Co-création

2019
Janvier Rencontre participative Location tiers lieux (en fonction de l’étude de faisabilité)

Création de plusieurs dispositifs à partir de différents supports.

Co-création de plusieurs œuvres

 

Février à mai Démarrages différents dispositifs Analyse in situ
Juin Exposition dans différents lieux

Ateliers citoyens participatifs

 

 

 

 

Réunions chercheurs

Valoriser le projet

Ouvrir le projet dans l’espace public

Recueil de données citoyennes

Recueil des attentes citoyennes et identifications de projet sur l’alimentation durable.

 

Dresser bilan de la première année de test

Mise en place d’un projet dans différents établissements et CPIE.

Animation et mise en cohérence du fonctionnement du tiers lieu

Juillet à septembre Analyse des données et rédaction d’un bilan actualisé

Cartographie des actions citoyennes sur l’alimentation durable à piloter et développer sur le territoire.

Octobre Réunion de présentation Etablir une nouvelle catégorie des acteurs

Mise en valeur du tiers lieu

Novembre Intégration des étudiants

Réunion chercheurs

Exposition dans le tiers lieu

Création d’Ateliers artivistes pour les citoyens, les étudiants et les scolaires

Identification des attentes

Déploiement du programme de recherche au niveau académique

Décembre Rencontre participative (Re)définition des groupes de travail et des axes associés

 

2020
Janvier Rencontre participative Création de plusieurs dispositifs à partir de différents supports.

Co-création de plusieurs œuvres.

Février à mai Démarrages différents dispositifs Analyse in situ
Juin Exposition dans différents lieux

Grande manifestation mobilisant tout un quartier en France et tout un quartier en Espagne.

Ateliers citoyens participatifs

 

 

 

 

Réunions chercheurs

Valoriser le projet

Ouvrir le projet dans l’espace public

Recueil de données citoyennes

Recueil des attentes citoyennes et identifications de projet sur l’alimentation durable.

 

Dresser bilan de la première année de test

Mise en place d’un projet dans différents établissements et CPIE.

Animation et mise en cohérence du fonctionnement du tiers lieu.

Juillet Aout Rédaction Bilan

 

VALORISATION ET DIFFUSION PUBLIQUE

 Nous avons prévu dans le cadre du projet The Art of Sustainable food

  • Un site Internet spécialement dédié avec les étapes du projet mises en scène avec les participants
  • Une page Facebook : The Art of Sustainable food
  • Une exposition au Gazette Café de Montpellier partenaire privilégié avec atelier participatif mis en place par le GDR CNRS PARCS et Artivistes-atelier. L’exposition sera artistique, participative et pédagogique.
  • Des expositions dans différents lieux universitaires
  • Création d’un tiers lieu « Artivistes » et exposition temporaires et permanentes, création espace co-working pour les artistes, les étudiants, les universitaires, les entrepreneurs notamment de l’Economie Sociale et Solidaire (ESS) et l’ensemble des citoyens.
  • Une conférence originale avec participation du public à la Panacée de Montpellier (lieu de multiples expositions artistiques) qui rendra le sujet et l’enjeu plus abordable et attractif par l’ensemble des publics touchés.
  • Mobilisation d’un quartier entier en France et en Espagne.
  • Un Book “The Art of Sustainable Food” co-construit au fur et à mesure du projet.
  • Des docs vidéo de 2 à 7’ sur les expériences universitaires et citoyennes

 

Tout au long du projet, il est prévu également un plan de communication par le biais de différentes formes de média :

 

  • Réseaux sociaux dédiés et partenaires
  • Presse locale
  • Relais télé
  • Relais institutionnels
  • Supports de communication autre : panneaux publicitaires -tramway

 

[1] Le Design Participatif consiste en une méthodologie qui tente d’établir un dialogue entre les développeurs et les utilisateurs finaux d’un logiciel, conçu comme un projet « co-construit »

[2]Les tiers lieux sont des espaces de travail, dont la neutralité, la convivialité et le type de ressources mises à disposition permettent à leurs usagers de concevoir et/ou de fabriquer des biens ou des services, individuellement ou en équipes, tout en acquérant des connaissances et en développant leur réseau.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *