L’ANTHROPOSTREAM: un hold up épistémologique?

 

 

 

 

 

Doux euphémisme, le concept d’Anthropocène s’est imposé dans le monde de la recherche avec une rare rapidité et « les scientifiques nous l’annoncent, la Terre est entrée dans une nouvelle époque : l’Anthropocène ».(1) Si l’assertion des deux historiens de sciences Jean-Baptiste Fressoz et Christophe Bonneuil, est tout simplement fausse car l’objet de vifs débats, questionnons et interprétons la « migration » épistémologique du concept d’Anthropocène dans le champ des Sciences Humaines et Sociales. Bien que sa conceptualisation s’inscrive dans une longue tradition de recherche de la théorie de Gaïa ou des concepts de Biosphère, Écosphère ou Noosphère, l’Anthropocène dès son origine est loin d’être dépolitisé. Crutzen propose de discuter le concept d’Anthropocène sur la base de la géologie dont il semble ignorer les us et coutumes épistémologiques, le rendant de facto comme un apatride sur le plan paradigmatique, i.e. sans chapelle épistémique clairement identifiée.

L’Anthropocène est un apatride épistémologique.

Le travail actuel en SHS visant à redonner de la profondeur historique et de l’épaisseur politique au concept occulte les débats (2) notamment anthropologiques entamés dès les années 1960. L’Anthropocène n’est pas un objet épistémologiquement reposant uniquement sur des courbes, des équations. A l’heure actuelle, il persiste un lourd déficit de questionnement sur le plan épistémologique restant pour l’essentiel circonscrit à un développement critique. Tenir l’Anthropocène pour un évènement plutôt qu’une chose ne revient pas à acter la sortie de l’Holocène et représente une erreur historique lourde de conséquence quant au déploiement d’un débat solidement étayé. A ce jour, il reste donc à relever le défi d’un questionnement en profondeur des soubassements paradigmatiques de l’Anthropocène, objet heuristiquement fécond et permettant de questionner les conditions de déploiement d’un dialogue véritablement interdisciplinaire afin de mettre au jour ses limites. Les travaux entrepris par Jacques Grinevald (3) au sein du groupe AWG semblent contraints par la présente de Paul Crutzen.

Sur le plan épistémologique ce glissement s’apparente plutôt à un hold-up d’une partie des SHS. Le concept d’Anthropocène redéfinit les frontières disciplinaires rendues poreuses entre les sciences dures et les sciences humaines comme en atteste l’existence de l’AWG par nature interdisciplinaire.

Sur le plan épistémologique ce glissement s’apparente plutôt à un hold-up d’une partie des SHS.

Sur le plan axiologique le concept d’Anthropocène est l’objet de réappropriations et de débats se polarisant entre deux visions du monde. D’un côté, le courant moderniste réifiant la séparation Nature/Culture, incarné notamment par Crutzen, considère que la science et notamment la géo-ingénierie peut apporter des solutions. De l’autre côté, le courant de l’écologie politique, transversal aux sciences sociales et conservant une porosité persistante avec l’écologie scientifique, se caractérise par sa portée critique et vise à remettre en question la main mise des hommes sur leur environnement en dénonçant le modèle capitaliste. Ce courant redistribue de façon différenciée les niveaux de responsabilité historique des activités humaines sur leur environnement.

L’Anthropostream caractérise une dictature de l’urgence du faire et d’un déficit de réflexivité d’une partie des acteurs au détriment d’une épistémologie des régimes d’action.

Aussi la réappropriation du concept d’Anthropocène devient un enjeu de luttes symboliques entre ces deux visions. Les acteurs se positionnent sur cet échiquier en fonction de leurs propres idéaux politiques, de leur champ paradigmatique et leur appartenance institutionnelle. Se définit ainsi, le courant dominant, l’Anthropostream caractérisant une forme de dictature de l’urgence du faire au détriment de l’épistémologie du faire et ce d’autant plus qu’il existe un déficit constant de réflexivité des acteurs et de leurs institutions.

Bibliographie

(1) C. Bonneuil, J.-B. Fressoz, L’Evénement Anthropocène. La Terre, l’histoire et nous, Paris : Seuil, 2013.

(2) N. Smith, P. O’Keefe, Geography, Marx and the Concept of Nature, Antipode, Vol. 12, Issue 2 Sep. 1980.

(3) J. Grinevald, « Le concept d’Anthropocène et son contexte historique et scientifique », Entropia, n°12, p. 22-38, 2012.

 

 


2 réflexions au sujet de « L’ANTHROPOSTREAM: un hold up épistémologique? »

  1. Pas sûr qu’il y ait un déficit de réflexivité. La question est aussi comment elle se développe et vers quoi elle est dirigée. Le parcours institutionnel de la notion de développement durable pourrait fournir un point de comparaison intéressant. Cf. Y. Rumpala, Développement durable ou le gouvernement du changement total, Le Bord de l’eau, 2010, où il y a une théorisation sur cette question du degré de réflexivité.

    1. Merci pour votre réponse. Ce point mérite un développement plus en profondeur effectivement et pourrait faire opportunément faire l’objet d’un workshop.
      Pour cela il serait judicieux que je puisse prendre connaissance de votre identité. La réflexivité se situe à la fois au niveau institutionnel mais aussi individuel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *