De l’invisibilisation des débats en cours

L’Anthropocène dans les différents espaces de médiation

Le groupe de travail interdisciplinaire sur l’Anthropocène (AWG) créé en 2009 sous l’impulsion de Jan Zalasiewicz (1) est l’un des quatre groupes de travail au sein de la Sous-commission de Stratigraphie du Quaternaire (Subcommission on Quaternary Stratigraphy), instance historique de l’Union Internationale de Stratigraphie (IUGS). L’AWG a publié un résumé de leurs travaux (2) afin de se positionner avant le 35ème congrès international de géologie qui s’est déroulé fin 2016 à Cap Town en Afrique du Sud.

Il existe deux principaux points controversés : le début de l’Anthropocène et le choix de l’échelle de temps géologique pertinente et sa caractérisation.

Les débuts font débat.

Certains auteurs situent les débuts de l’Anthropocène avec les premiers chasseurs-cueilleurs en Amérique du Nord (3) il y a plus de 10 000 ans ou encore avec le développement de l’agriculture il y environ 8 000 ans (4), bien avant la création de la machine à vapeur et l’essor industriel. Ces points sont l’objet de débats controversés (5). L’AWG considère quant à lui que l’Anthropocène commence avec la grande accélération c’est-à-dire vers le milieu du XXème siècle contrairement au curseur initialement (2). L’avantage de cette période d’après guerre, dite de la grand accélération, est d’avoir avec la course à l’armement nucléaire généré un nombre considérable d’essais en plein air ayant impacté les sols avec des radionucléides facilement identifiables.

A la recherche du « golden spike » ou « clou d’or ».

Il existe deux possibilités pour que l’Anthropocène puisse être formalisée par la communauté des géologues : GSSA pour Global Standard Stratigraphic Age, correspondant à une datation chiffrée dans le temps, appelée en géologie Stratotype historique, GSSP pour Global standard Stratotype Section and Point, surnommé par les géologues « clou d’or », correspondant à la définition d’un point de référence dans les strates. Au sein de l’AWG ce point est très débattu, et in fine le groupe a opté pour le « clou d’or » en raison selon eux de la pertinence de la méthode. Afin de lever l’ambigüité de départ, l’AWG cherche à situer l’Anthropocène sur la « bonne » échelle de temps (époque/série : unité équivalente de strates attribuées à l’époque anthropocène qui pourrait être définie comme une série Anthropocène). Ce point est aussi très controversé notamment par, Stanley Finney ancien président de Commission Internationale de Stratigraphie (ICS) et Lucy Edwards (6) en se référant à un standard (7) fournissant les critères spécifiques pour la définition des unités chronostratigraphiques : « Pour ces raisons, le concept et la définition des unités chronostratigraphiques de Zalasiewicz et al. (2004), qui sont en outre présentés dans Zalasiewicz et al. (2008, 2011, 2015) (8) ne sont pas compatibles avec l’histoire de ces unités, ni avec le Guide international stratigraphique » (6) [traduction libre de l’auteur].

 

Le débat lors du 35ème congrès de géologie sur l’Anthropocène a fait pschitt

« C’est comme si un groupe de personnes se réunit et décide d’acheter un château avant de s’apercevoir qu’ils n’ont pas l’argent pour acheter le château. » (9)

La conceptualisation d’une controverse socioscientifique comme un mille-feuille discursif (10), c’est-à-dire un espace multidimensionnel mêlant le In, le discursif et le Off l’interdiscursif, est particulièrement opérante. L’enquête articule ainsi, une fouille épistémologique, une analyse de corpus hétérogènes (textuels, radios et audiovisuels considérés dans différents espaces de médiation) et une enquête de terrain résolument réflexive auprès des acteurs.

Sur le plan épistémologique dans le champ de la géologie, le débat fin 2016 non seulement n’est pas clos mais tout au plus à peine amorcé dans le champ de la géologie.

Lors de l’enquête, Patrick De Wever (11), géologue et professeur au Muséum National d’Histoire Naturelle et Stanley Finney, confirment que contrairement à certains discours l’Anthropocène n’a pas été discutée lors du 34ème congrès en 2012, et à peine discutée lors du 35ème congrès débuté à la fin du mois d’août 2016. Il y a eu en fait trois communications en tout et pour tout, dont deux de Colin Waters proposant de formaliser l’Anthropocène comme une temporalité géologique. Suivant Grinevald, Finney et plus largement une partie de la communauté considèrent que l’AWG sont des « écologistes » plus ou moins catastrophistes (12). Interrogé, Finney certifie que : « malgré toute la publicité, le Groupe de travail sur l’anthropocène n’a toujours pas préparé une proposition formelle avec la documentation stratigraphique requise d’une unité et d’une frontière spécifiques » [traduction libre de l’auteur] (13).

La couverture médiatique en France de l’Anthropocène : de l’invisibilisation des controverses

« La grande presse dit un peu n’importe quoi à ce sujet [le 35ème congrès] malheureusement » (12).

Le corpus textuel de trente articles couvrant le Congrès s’est effectué à l’aide des moteurs de recherche Factiva et Europress afin de tendre à l’exhaustivité. Il a fait l’objet d’un traitement systématique à l’aide d’une grille spécifique comportant outre les éléments de bases décrivant la date de publication, le titre, l’auteur quand il est disponible, la façon dont est traitée le terme « anthropocène » en tant qu’« ère » ou « époque » et une analyse différenciée des débats autour de la proposition du groupe de travail en son sein et lors du 35ème congrès. Le corpus d’articles est ensuite complété par un corpus audiovisuel sur l’ensemble des grands médias traditionnels radiophoniques et télévisuels. L’analyse fait ressortir clairement une invisibilisation des controverses : « L’Humanité est entrée dans une nouvelle ère, l’Anthropocène » (14) au détriment d’un message s’apparentant aux lanceurs d’alerte : « Cri d’alarme d’une scientifique toulousaine [Catherine Jeandel] », « S.O.S. », « Terre : cote d’alerte » (La Dépêche du Midi). L’ambigüité (ère/époque). Les travaux de l’AWG sont présentés comme : « sans équivoque ». Aucun des articles ne relate le fait que la proposition ait été « rejetée ». La fabrication médiatique du consensus concernant les questions environnementales ne date pas d’aujourd’hui. Comme dans le cas du climat (15), se nouent des réseaux d’alliances impliquant journalistes, scientifiques et politiques qui définissent le courant dominant ayant tendance dans les médias à invisibiliser la réalité des débats. Le phénomène n’est pas nouveau. Au contraire, il semble obéir à une logique récurrente analysée en détail par Philippe Roqueplo (16). En effet que ce soit pour les pluies acides sur les forêts européennes, le « trou » dans la couche d’ozone, le climat, l’interpellation d’un large public par les médias se fait au détriment de la complexité scientifique afin de ne pas entraver la mise en place des politiques publiques appropriées. Ces résultats renvoient au débat des relations sciences-sociétés et souligne la nécessité d’intégrer l’épistémologie dans le champ des études de sciences

Bibliographie

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *