Un peu de pédagogie: un point sur les subdivisions

Un point sur les subdivisions stratigraphiques

Voici une synthèse visant à éclairer le débat sur les subdivivisions stratigraphiques.

C’est au sein de l’Union Internationale des Sciences Géologiques (IUGS) que sont établis les standards utilisés par les géologues. Les subdivisions de l’échelle des temps géologiques font partie intégrante de ces normes et définissent ainsi les « ères », les « systèmes » et les « étages ». La commission internationale de stratigraphie au sein de l’IUGS a pour mission de veiller au respect de ces normes et des critères qui définissent ces temps géologiques ainsi que la procédure à suivre. Une des questions centrales au cœur de ce point controversé porte précisément sur les échelles de temps sur lesquelles se définit l’Anthropocène en tant qu’ « époque » ou qu’ « ère ».

Une ère géologique est une subdivision géochronologique qui équivaut à un « étage ». L’« étage » correspond à la division de base en stratigraphie. Pour être plus précis en stratigraphie les divisions chronostratigraphiques sont caractérisées par des ensembles de couches comme les « étages », les « séries », les « systèmes », les « érathèmes », les « éonothèmes ». Ces couches permettent par correspondance de caractériser des bases de temps subdivisées en « âges », « époques », « ères », « éons ». Ces subdivisons, un peu à l’image d’un empilement de poupées russes, servent ensuite de marqueur temporel. Il est ainsi possible de définir une « époque » (comme l’empilement de plusieurs étages formant une série). De la même façon une « période » est la compilation de plusieurs « séries » formant un système. Une « ère » se définit ainsi comme la stratification de plusieurs systèmes formant un érathème.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.