Sortie Livre

Crédit photo Lionel Scotto d’Apollonia

Le climat et l’anthropocène dans le prisme réflexif d’un cadre d’analyse socio-épistémique

Voici le sommaire sur livre à paraître au printemps 2018.

Partie 1. L’histoire climatique n’est pas un long fleuve tranquille

1.1. De la nécessité d’une fouille épistémologique

1.2 La climatologie avant le GIEC

1.3 A la recherche de la signature anthropique

1.4 Les controverses climatiques du XXIème siècle

Partie 2 Ce que parler des controverses climatiques veut dire.

2.1 Trajectoire argumentative des discours des scientifiques dans l’espace public

2.2 La « dissonance communicationnelle » des porteurs d’« alerte climatique »

2.3 Le « mille-feuille discursif » des controverses climatiques à partir de l’Analyse de La matinale de France Inter

2.4 Le « scepticisme » avant et après l’Accord de Paris Climat 2015

Partie 3 l’anthropocène: un concept flou et fecond.

3.1 L’Anthropocène un concept réchauffé ?

3.2 Focus sur le groupe de travail sur l’Anthropocène (AWG)

3.3 Le mille-feuille discursif de l’Anthropocène à partir du 35ème congrès de géologie

3.4 La migration du concept d’Anthropocène

3.5 De la démocratie en situation de controverses sciences-société

Partie 4. Proposition d’un cadre d’analyse réflexif non réductionniste des controverses socioscientifiques

4.1 Etat des lieux

4.2 Discussion des oppositions

4.3 Une conceptualisation des controverses comme un « mille-feuille discursif »

4.4 Proposition d’un cadre d’analyse réflexif non réductionniste

4.5 Un exemple d’opérativité : symétrie, asymétrie et brisure réflexive de symétrie

Conclusion

 

Voici l’introduction dans un format provisoire à laquelle vous pouvez réagir.

Propos liminaire

Au temps des catastrophes[1], face à Gaïa[2], face à l’urgence climatique[3], face à l’effondrement de la biodiversité, face à l’ensemble des problématiques socio-environnementales, la sociologie des controverses peut-elle (encore) se permettre le luxe de prendre le temps d’ouvrir la « boite noire » [4] des sciences ? L’analyse des controverses a-t-elle (encore) un rôle à jouer et peut-t-elle produire des discours pertinents alors que l’entrée dans l’Anthropocène[5] semble signifier le point de basculement irréversible Du risque à la menace[6] ? A quoi bon mettre les mains dans le cambouis de la fabrique des savoirs si l’ombre de l’épée de Damoclès climato-anthropocénique plane sur « nos » sociétés engluées durablement dans les crises sociales, politiques et environnementales ? Pire, l’ouverture de la boite noire ne représente-t-elle pas un frein à l’action politique par sa capacité à distiller le doute dans les esprits ? Ouvrir la boite noire comme on ouvrirait une boite de Pandore, peut représenter une véritable aubaine pour les Marchands de doute[7] adeptes zélés d’une relativisation des savoirs, forme de catalyseur épistémologique de l’entreprise organisée visant à délégitimer l’expertise ? Quelle est la place de la sociologie des controverses dans le champ des études de science en démocratie ? Ce propos liminaire vise à préciser la position de cet ouvrage par rapport à ces questions et aux débats d’arrière cours dans le champ des études de science. Le projet est ambitieux et vise à démontrer par l’efficience des résultats obtenus qu’il est pertinent d’ouvrir la boite noire des sciences dans un contexte d’enjeux sociaux, politiques et environnementaux majeurs pour comprendre les modalités de régulation du débat dans l’espace public. Il apparaitra ainsi inutile de se perdre en circonvolutions discursives pour justifier l’utilité de s’intéresser aux controverses en tant qu’objet sociologique dont la portée analytique serait émoussée à force de routinisation et d’euphémisation de leurs limites[8].

 

Les difficultés pour régler la focale analytique

Face à l’urgence écologique, porter un regard analytique sur l’épreuve du tangible[9] en matière de climat ou d’Anthropocène revient alors à conduire une enquête auprès des acteurs impliqués dans ces controverses, à engager une véritable fouille épistémologique dans les archives de la science en articulant le tout avec une analyse de différents corpus hétérogènes (textuels, audio-vidéos) appréhendés suivant leur espace d’énonciation. L’analyse des controverses s’avère ainsi un excellent marqueur de la fabrique des savoirs climatiques et anthropocéniques tout autant que de l’évolution des rapports sciences-sociétés[10] et des modalités de régulation de l’expertise. L’expertise est définie ici comme la traduction des connaissances en vue d’une prise de décision au sens de Philippe Roqueplo. Ce dernier parlait : « d’un véritable « magistère de l’objectivation«  »[11] soulignant l’importance de la fonction politique des scientifiques[12] et invitait à la constitution d’« un espace public de la planète »[13] afin que puisse se mettre en œuvre une volonté générale pour prendre les décisions importantes en matière d’environnement global. A l’instar des travaux d’Ulrich Beck[14], l’approche globalisante présente certaines limites. Dans cette veine, Francis Chateauraynaud et Josquin Debaz considèrent qu’il est plus pertinent de ne pas fixer de cadre d’analyse générale. Les propositions théoriques qu’ils formulent dans leur dernier ouvrage agissent comme autant de points d’inflexion permettant de rester attentifs aux processus non-linéaires sans lesquels, toutes tentatives d’unification dans un modèle explicatif unique[15] seraient infécondes, voire dangereuses. Il est vrai que le risque d’une approche globalisante est de cadrer l’objet « controverse environnementale » en figeant certains implicites axiologiques. En ce sens il est nécessaire de développer une fouille socio-épistémo-axiologique qui peut avantageusement s’articuler avec une sociologie pragmatique des transformations[16]. Le croisement des approches peut permettre, par la suite, une analyse comparée des micros et macros processus multidimensionnels pouvant autoriser à effectuer une montée en généralité et comprendre ce que l’urgence écologique veut dire et les implicites axiologiques qu’elle véhicule. Cet ouvrage invite donc à croiser les regards sur les crises environnementales et les controverses sous-jacentes, afin d’analyser plus finement les différents niveaux d’échelle et les nombreux registres d’action qui restent étroitement liés et imbriqués dans les notions de gouvernance climatique[17] et celle émergente de l’agir environnemental.

 

La normalisation de l’activité scientifique en situation de controverses

Les résultats présentés dans cet ouvrage sont issus d’une méthodologie s’appuyant sur un outillage analytique original et inédit (sans être révolutionnaire) articulant différentes approches et cherchant à dépasser certains points controversés dans l’analyse des controverses. Il ambitionne de faire avancer la sociologie des controverses et ses débats internes sans pour autant tout révolutionner. Le pari analytique est doublement ambitieux. D’une part, il s’agit d’analyser les jeux d’acteurs et d’arguments[18] dans une approche pragmatique et réflexive dans le sens de Francis Chateauraynaud. Cette démarche revient à ne céder à aucune forme de réductionnisme, ni celui argumentatif relatifs à la teneur des débats, ni celui stratégique propre aux intérêts des acteurs[19]. D’autre part, tout en restant attentif à l’épistémologie des savoirs, il s’agit d’aborder l’objet controverse dans l’épaisseur de sa complexité, c’est à dire sans dissocier connaissance et action dans un contexte d’enjeux sociaux et politiques majeurs. Cet ouvrage ambitionne donc de faire œuvre de sagesse réflexive en analysant comment les enjeux politiques majeurs reconfigurent les dynamiques d’acteurs et les bifurcations argumentatives. Il permet d’analyser finement comment la climatologie et le « champ » naissant des sciences du système-Terre sont pris dans l’étau politique et épistémologique de la construction et de la légitimation de leur propre expertise. Il serait absurde de considérer que les rapports de pouvoir à la fois politiques et institutionnels et l’importance de la légitimation des politiques publiques n’influencent par l’activité scientifique. Tout comme il serait hâtif de considérer que l’importance de ces enjeux agit comme une contingence déterminante de la construction des savoirs. Formulé différemment, il s’agit donc de chercher les voies de dépassement des oppositions entre le rationalisme et ce qu’il est possible de considérer en première approximation comme le couple relativisme/constructivisme. Comme le souligne Jean-Michel Berthelot[20], l’activité scientifique est une activité sociale visant à élaborer des connaissances qui implique la formulation et le respect de normes. La question des normes, qu’elles soient organisationnelles ou épistémiques est un des points particulièrement délicats à aborder. La notion de « normalité »[21] est l’objet de nombreux débats[22] et peut constituer une base de réflexion préfigurant les prolongements contemporains de la sociologie des sciences et des controverses. De plus, il est pertinent de se demander si la climatologie répond aux canons de l’activité scientifique définie dans le cadre de la science dite « normale » au sens de Kuhn[23]. L’approche de la science « post-normale »[24] et plus particulièrement dans le cas du climat les nombreux travaux de Jeroen van der Sluijs offrent un intérêt heuristique considérable. Cet ouvrage est l’occasion de discuter de la pertinence de certains de ses postulats : l’impossible distinction, dans le cas de savoirs en construction et objets de controverses – entre la science objective et la subjectivité des normes et des jugements de valeur – la question de la vérité, autre postulat particulièrement problématique[25].

 

Observer les controverses : un défi pour les sciences humaines et sociales

Face (donc) à l’urgence écologique, cet ouvrage entend démontrer qu’il est (encore) possible de « militer » pour le développement de l’esprit critique, pour le développement d’un libre exercice de l’entendement au sens kantien. Pour atteindre son objectif, il est nécessaire de faire quelques pas de côté en portant un regard analytique sur le long et sinueux parcours de la fabrique des sciences, tout en retournant de façon réflexive la loupe analytique sur les Sciences Humaines et Sociales (SHS) et plus particulièrement la sociologie des controverses. C’est pourquoi ce prisme analytique, véritable kaléidoscope intègre dans la loupe analytique de l’objet « controverse » l’influence des SHS sur l’objet lui-même. Les acteurs, y compris les chercheurs en SHS et l’auteur de cet ouvrage, sont immanquablement porteurs de leur propre normativité et participent en ce sens au cadrage et à la définition de la problématique. Il s’agit donc de considérer l’objet dans sa matérialité sociale. Ouvrir la boite noire des controverses n’est cependant pas chose (forcément) aisée et fait même l’objet de différentes controverses, l’analyse des controverses étant elle-même durablement controversée. Aussi il apparait essentiel de revenir de façon détaillée et approfondie sur les débats passés et présents portant sur l’analyse des controverses. Il convient donc d’ouvrir la boite noire de la boite noire, c’est-à-dire la boite noire de l’analyse des controverses. Ce travail permet de discuter des limites de certaines approches et d’expliciter la possibilité et la nécessité d’articuler différents cadres d’analyse dans une même matrice analytique.

Permettre au lecteur d’exercer son libre entendement au sens kantien c’est lui permettre de comprendre qu’il est vain de chercher la preuve, le « signal » objectivant scientifiquement l’influence des activités humaines sur le climat et ou l’Anthropocène. Le point nodal des controverses est effectivement les difficultés inhérentes à l’administration de la preuve scientifique de l’impact majeur et durable des activités humaines : concernant le climat, « la signature anthropique », et concernant l’Anthropocène sur le système-Terre, « le clou d’or ». Le débat centré sur la preuve de la responsabilité humaine semble sans fin et ne permet pas de poser de façon pertinente le débat dès lors qu’il est question de prendre des décisions politiques. Comprendre que la recherche « signature humaine » et le « clou d’or » sur le plan politique est contre-productive permet de laisser une place plus grande dans la prise en compte des incertitudes scientifiques et sociales dans la prise de décision politique. Pour l’auteur de cet ouvrage, il est important de prendre en compte l’impact de l’homme sur son environnement et en ce sens nécessaire d’administrer des politiques publiques prenant en compte ses effets socio-environnementaux[26]. Prendre des décisions politiques nécessitent donc d’appréhender les modalités de publicisation des controverses dans l’espace public.

Si vous permettez cette image, observer les controverses climatiques depuis l’espace public, c’est comme prendre la posture d’un extra-terrestre débarquant sur Terre, et qui, observant une compression de César[27], chercherait à comprendre comment peut avancer cet étrange objet présenté comme une voiture. Il est encore possible de voir les roues, le volant et peut-être même le moteur, mais ce qu’il en reste est tout sauf une voiture. Pour faire preuve d’un minimum de discernement il est nécessaire de remonter dans le temps et comprendre à quoi pouvait ressembler cette voiture initialement, dans quel contexte elle a été mise sur le marché scientifique et qu’a-t-elle apporté de plus par rapport aux autres existantes à son époque. Comme nous le verrons plus loin, il sera alors possible de comprendre les transformations, les évolutions ayant conduit the « hockey stick » à devenir une courbe symbolisant cette fameuse preuve de l’origine anthropique du réchauffement puis une curiosité reposant désormais sur l’étagère de l’Histoire des sciences. Le lecteur aura vite fait de comprendre aussi qu’il est vain d’observer les controverses présentées depuis l’espace public de façon caricaturale comme artificiellement entretenues dans le but d’alimenter stratégiquement les intérêts de lobbies industriels prêts à « marchandiser » le doute[28]. Quelques pas de coté s’imposent afin d’éviter les biais médiacentriques[29] consistant à considérer que les médias et le courant dominant sont une forme d’objectivation du monde social. Comme le soulignent les travaux de Jean-Baptiste Comby, l’épisode d’effervescence médiatique des controverses entamé fin 2009 correspond à un « effet de loupe »[30]. Aussi pour s’extraire de la superficialité médiatique afin de mieux la comprendre, il a fallu construire cet outil analytique permettant d’explorer l’épaisseur épistémologique, sociohistorique et sociodiscursive des controverses climatiques. C’est pourquoi, l’originalité de cet outil est d’intégrer différents champs dans une série de boucles réflexives. Les raisons sont multiples. En effet, les chercheurs en sciences sociales appartiennent à des groupes sociaux dominants intellectuellement et participent au même titre que les journalistes et d’autres acteurs, au cadrage de la question climatique. Il est possible d’observer une tendance visant, sans réel étayage scientifique[31] à disqualifier les controverses climatiques de peur que le doute semé par les « climatosceptiques » puisse représenter un frein aux décisions politiques. En ce sens, des travaux[32] soulignent que certains chercheurs, de peur que le doute, source de panique et de confusion, puisse bloquer les décisions politiques, ont tendance à minimiser les incertitudes, à les effacer, voire à les transformer en quasi-certitudes[33]. Sans nier l’instrumentalisation de certains groupes d’acteurs très actifs aux Etats-Unis, ce livre entend démontrer qu’il est tout aussi vain et réducteur de qualifier ces épreuves, ces controverses de « pseudo-controverse » ou de « fausse querelle »[34] et que cette représentation révèle une forme de myopie normative quant à la complexité du problème climatique.

Se pose alors un formidable défi pour les sciences sociales. En effet, ces dernières sont prises dans l’étau normatif de l’acceptabilité sociale et des injonctions tutélaires. Elles doivent s’affirmer et prouver leur capacité : à s’extraire des implicites sociaux ; et à analyser la construction de l’expertise climatique en restituant de la façon la plus fine possible les intrications entre le politique et le scientifique. Ces questions s’inscrivent dans un double mouvement antagoniste. D’une part comme le souligne Jean-Baptiste Comby[35], il existe des logiques de dépolitisation dans l’espace public visant à favoriser les modalités d’action de l’Etat participant elles-mêmes à un projet politique. D’autre part, des acteurs aux intérêts divergents dont un certain nombre de chercheurs[36] tentent de politiser/dépolitiser les questions afin d’influencer le cadrage du problème dans l’espace public. La légitimation/délégitimation de l’expertise du GIEC apparaît comme le point d’agrégation de luttes symboliques dans le but de favoriser/limiter les logiques d’action. Malgré l’accord de Paris obtenu fin 2015, il serait bien naïf de considérer que politiquement la cause est entendue en s’appuyant sur le fait que les « climatosceptiques » en France aient quelque peu disparu de l’espace médiatique même après l’élection de Donald Trump à la présidence des Etats-Unis. Les logiques d’affrontement direct n’ont pas eu les effets escomptés. Aussi, comme le souligne Jean-Baptiste Comby, les industriels et les autres groupes de pressions financiers ont-ils vite compris qu’il était stratégiquement plus pertinent d’éviter l’affrontement dans le débat public en contribuant en amont au cadrage du problème[37]. C’est pourquoi, l’analyse du conflit est importante dans le sens où elle permet de mettre au jour l’agrégation de réseaux d’alliance d’acteurs porteurs de différents systèmes de normes et valeurs.

Comme toute démarche exploratoire, elle soulève des difficultés qu’il s’agit d’identifier et de discuter. Le régime de controverse est consubstantiel de l’activité scientifique, la sociologie des controverses peut ainsi saisir l’occasion d’affirmer ses propres critères de scientificité en acceptant d’appliquer ce principe élémentaire à elle-même. La controverse relève d’un régime « normal » et toute science sans controverse est une science morte. La présence d’intérêts scientifiques, sociaux et politiques met à rude épreuve ces dites normes dans le cas des controverses climatiques tout comme celles autour de l’analyse des controverses. Cet ouvrage assume sans détour ses propres limites et vise à apporter du grain à moudre pour nourrir le débat concernant l’analyse des controverses, sa place et sa portée à la fois socialement et scientifiquement. Discutons donc des résultats, soyons réflexifs, assumons « les vertus critiques de l’approche pragmatique »[38] et acceptons-les en retour au risque (inévitablement) d’être mal lu, mal compris ou mal interprété.


INTRODUCTION

« Comprendre un monde qui change, climat la catastrophe annoncée. […] Tous les participants sont d’accord sur une nécessité absolue : on n’a pas le temps d’attendre les certitudes. » (Foucart, Le Monde histoire, 2013, p. 24)

« Expert du GIEC : « Pour faire suite à ce que tu disais, on peut prendre la chose dans l’autre sens, des gens extérieurs interloqués par la politique climatique, etc. Regarde, les sciences du climat apportent parfois des contributions qui font changer les choses, et je dois le dire, un gars comme Steve McIntyre qui est un statisticien, qui a fait le boulot, c’est-à-dire il a pris les données sources, il a été gratté, il a fait les calculs, il montre qu’il y a des trucs faux »

« Climatosceptique[39]«  : « Il n’est pas statisticien, c’est Ross Mckitrick qui est statisticien, mais McIntyre il n’est même pas… »

Expert du GIEC : « Il est statisticien amateur »

« Climatosceptique » : « Vraiment c’est le grand amateur. »

Expert du GIEC : « En fait il reprend les programmes de traitement, il les vérifie, il reprend les données sources, en fait, il fait le boulot qu’un bon reviewer d’un journal devrait faire et ne fait pas, c’est dramatique, mais c’est comme ça  […]  Il a un rôle extrêmement simple, très désagréable pour ceux qui sont contestés. » »[40]

 

 

Face à l’urgence écologique, ouvrons (donc) la boite noire de la fabrique des sciences. Le débat entre les deux chercheurs est doublement intéressant. D’une part parce qu’il permet de mettre en lumière la complexité des savoirs climatiques et d’autre part parce qu’il est à front renversé. Etrangement le « climatosceptique » critique un autre « climatosceptique » Steve McIntyre alors que l’expert du GIEC (Groupe d’experts Intergouvernemental sur l’Evolution du Climat – IPCC en anglais) en fait l’éloge. Cette discussion peut apparaître de prime abord, quelque peu obscure. Pourtant, c’est une véritable pépite et le fruit de longues heures d’enquête. Voici un rapide éclairage pour entre de plein pied dans la complexité des débats sur le plan épistémologique. Il permet de refermer le couvercle épistémologique sur un des points de controverse parmi les plus vifs : the hockey stick, la fameuse courbe dite en forme de crosse de hockey[41] publiée par Michael Mann[42] et deux de ses collègues. Comme dans le film documentaire, Une vérité qui dérange, érigée en symbole de la preuve de la responsabilité des activités humaines sur les évolutions du climat, cette courbe a bénéficié d’une grande visibilité dans l’espace social. L’intensité de cette controverse dans ses moments paroxystiques a fait fleurir tout un vocabulaire belliqueux : « guerre du climat »[43] de la bouche même son auteur Michael Mann – ou encore sous le titre éloquent Climate of Fear[44] un édito de la revue Nature comparait cette controverse à un combat de rue orchestré par des « climatosceptiques » relayés par des médias complaisants. Revenons à l’échange introductif. L’expert du GIEC cité est un climatologue reconnu qui plus est, auréolé d’un très fort capital scientifique. A-t-il perdu le Nord[45] ? La réponse est sans détour : NON ! Le même chercheur critiquant Mann présentait ce dernier comme un sioux en raison du caractère innovant visant à reconstruire des courbes de températures à partir de données hétérogènes.

Ceci permet de souligner l’importance des aspects méthodologiques développés dans cette recherche. Cet extrait est donc le fruit d’une longue enquête pragmatique, réflexive, minutieusement étayée par une fouille épistémologique. Dans l’entretien collectif  « en tant que »[46] climatologue, ce chercheur exprime le plus simplement du monde le fait que le doute, le scepticisme sont les moteurs de son activité professionnelle payée sur fonds publics. Référence implicite à une des normes « le scepticisme », il rappelle que son métier consiste à remettre en cause systématiquement les résultats produits afin de faire avancer les connaissances. En effet les problèmes statistiques du « hockey stick » sont un secret de Polichinelle dans le landernau des spécialistes en climatologie. Un secret de Polichinelle certes mais un secret qui reste cantonné aux conversations de couloir. En « tant qu’ » expert du GIEC, l’expression de cette vérité (qui pourrait déranger) dans l’espace public est par contre beaucoup plus problématique, voire impossible. Le problème est subtil. Epistémologiquement parlant le hockey stick présentait de trop sérieux problèmes pour être validé. En ce sens, il a été abandonné et n’apparait plus dans le cinquième rapport du GIEC. Cependant l’ensemble des autres études menées par différents chercheurs du monde entier avec différentes méthodes convergent vers les mêmes résultats[47]. Lors de son témoignage devant le congrès américain le 29 mars 2017, Mann maintenait que : « the hockey stick is hardly the basis of the case for human-caused climate change »[48] et se référait à une publication[49]. Cette publication correspond à une étude réalisée par un collectif[50] qui confirme effectivement les résultats. Ce processus est le processus « normal » de l’activité scientifique. Cependant l’exemple du hockey stick soulève de sérieuses questions quant aux modalités de régulation de l’expertise quand les savoirs sont soumis à de telles incertitudes et à des controverses. Quand l’expert du GIEC dans l’espace public s’exprime il est porteur d’une part de sa propre normativité et, se heurte d’autre part à tout un ensemble de contraintes communicationnelles (les climatosceptiques représentent un élément parmi d’autres) dont cet ouvrage invite à comprendre les ressorts.

 

(Re)mettre Monsieur et Madame Michu au centre de l’Agora

Comme il est scientifiquement erroné d’affirmer que : « Les scientifiques nous l’annoncent, la Terre est entrée dans une nouvelle époque : l’Anthropocène »[51], il est tout aussi réducteur et caricatural d’enfermer l’ensemble des « climatosceptiques » dans une même catégorie, celle des « marchands de doute »[52]. Dans le Loup et l’Agneau, Jean de La Fontaine disait que : « La raison du plus fort est toujours la meilleure », dans notre cas, le début de cette fable amène à réfléchir. En effet la représentation dominante, l’anthropostream réduit la complexité des débats et participe à invisibiliser les controverses sur le climat ou l’Anthropocène en les réduisant à de simples querelles/polémiques idéologiques. L’anthropostream désigne le courant dominant, le main stream inspiré par le courant de l’écologie politique visant à imposer une vision normative, monolithique et globale des problématiques environnementales désignant les activités humaines comme responsables. L’anthropostream en ce sens rappelle le monolithe dans le film de Stanley Kubrick 2001 : l’odyssée de l’espace, comme une représentation unique d’un homme post-prométhéen dont l’avenir radieux serait devenu « désormais » son pire cauchemar. Dans l’anthropostream l’humanité fonce tout droit vers l’abime entrainée inexorablement par le quadri-moteur de la modernité : science-technique-industrie-économie[53]. Dans l’anthropostream, il est autorisé de distribuer les bons et les mauvais points et de bon ton de désigner les coupables, les adeptes de l’économie de marché. Le fait d’opposer des groupes d’acteurs présentés comme ennemis en dressant des lignes de fronts imaginaires est non seulement réducteur, mais qui plus est, porteur d’implicites idéologiques qu’il s’agit dès lors d’analyser. Plutôt que de ramener l’exercice d’une pensée critique à une fabrique du doute relevant d’un simple déni, il s’avère en effet beaucoup plus pertinent de questionner comment la structuration de nos systèmes démocratiques limite considérablement l’expression d’un réel débat de fond concernant la question devenue quasi panégyrique du climat (et de l’Anthropocène) et le rôle des chercheurs impliqués. Les résultats de cette recherche permettent de mettre au jour les lignes de failles de la gouvernance climatique dont les articulations limitent considérablement la profondeur du débat aussi bien sur le plan scientifique stricto sensu que sur celui axiologique relevant des normes et des valeurs de tout un chacun. C’est ici qu’émerge la question de la vox populi, c’est-à-dire celle des représentations, de la place et du rôle du citoyen profane surgissant lors de l’enquête auprès des chercheurs sous la figure de Madame Michu[54]. Seule la déconstruction des poncifs et autres apories permet a posteriori de mieux comprendre les ressorts médiatiques, les prises de positions politiques, les contraintes de construction et de médiation de l’expertise et la place du citoyen Michu. Les controverses climatiques constituent un véritable défi pour nos sociétés démocratiques fondées sur la liberté d’opinion. Comme le soulignent Catherine et Raphaël Larrère, se pose la question de la capacité des systèmes démocratiques à répondre aux problèmes en matière de climat[55]. La question est clivante. En ce sens les controverses climatiques représentent un stress test pour nos régimes démocratiques dont la capacité à établir des modes efficaces de gouvernance régulés par l’expertise du GIEC est remise en question. Prise dans le prisme analytique du tryptique sciences-normes-décisions en situation d’incertitudes sociales et scientifiques, l’analyse des controverses climatiques apparaît dès lors comme un révélateur de notre monde social caractérisé par l’émergence de tout un ensemble de problématiques environnementales duquel se détache le couple biodiversité-climat.

Le court développement précédent permet de souligner la nécessité d’analyser les controverses en les restituant dans l’épaisseur de leur complexité et pour cela ouvrir à la fois les boites noires des controverses sans oublier celles en sciences humaines et sociales. Pour finir cette introduction et tracer les contours de cet ouvrage, il est nécessaire d’apporter quelques clarifications sur : l’usage de la catégorie « climatosceptique », la construction de l’objet « controverses climatiques » et les linéaments de la conceptualisation de l’outil analytique ayant permis son analyse. Enfin il s’agit de discuter des contours des spécificités de la climatologie et des contingences sociales ayant façonné sa construction.

 

De l’usage de la catégorie « climatosceptique » à la définition de l’objet « controverses climatiques »

Historiquement, dès la fin des années 1970, une partie de la communauté des climatologues notamment à travers la publication du rapport Charney[56] s’est constituée en véritable « lanceurs d’alerte »[57] considérant qu’il est nécessaire et urgent d’agir. C’est à partir du sommet de Rio en 1992 et l’appel d’Heidelberg contre le principe de précaution que les positions des acteurs se polarisent et que l’on peut situer l’émergence du climatoscepticisme. Or l’usage de la catégorie « climatosceptique » s’avère très problématique et peu opérante. Se pose alors la difficulté de nommer les opposants dénonçant notamment le consensus du GIEC. En 2014, un groupe de « climatosceptiques » a créé l’AFCO, l’Association Francophone des Climato Optimistes stratégie visant à se défaire de l’étiquette « climatosceptique » connotée trop négativement. Cette dénomination a été délaissée ensuite au profit du vocable « climato-réaliste ». Leurs objectifs sont de contribuer à faire connaître l’évolution de la température du globe et du climat et de mettre en évidence l’ampleur réelle ou l’absence de leurs effets potentiels. Le Robert illustré fait entrer en 2016 le terme « climatosceptique » comme une personne « qui met en doute les théories les plus répandues concernant le réchauffement climatique ». Cette définition limite le désaccord sur le plan scientifique puisqu’elle mobilise la notion de théorie appartenant spécifiquement à la rhétorique scientifique et occulte de facto la dimension axiologique. Une définition intégrant la pluralité des désaccords sur les plans axiologique et épistémologique semblerait plus pertinente. Plusieurs chercheurs, visant à s’extraire de ce problème, ont essayé de trouver une autre dénomination à la catégorie « climatosceptique » parmi lesquelles « voix dissonantes » empruntée de l’anglais dissonant voice, climate denier, ou encore contrarians. Autre source de problème, l’usage des catégories par les acteurs opposés participe à une lutte symbolique visant à délégitimer la partie adverse. Pour complexifier le tout, certains acteurs qualifiés de « climatosceptiques » ne se reconnaissent pas dans ce terme alors que certains de leurs opposants comme Valérie Masson-Delmotte revendiquent ce terme au nom de la science. Autrement-dit l’usage discursif de la catégorie « climatosceptique » renvoie à une très grande hétérogénéité de représentations aussi bien sur le plan axiologique qu’épistémologique et s’avère au final peu opérant.

Il convient à présent de clarifier l’objet « controverse » en lui-même. Les exemples de controverses scientifiques ne manquent pas : génération spontanée, existence du vide, fusion froide, mémoire de l’eau, nature ondulatoire et corpusculaire de la lumière, OGM, gaz de schiste, nanotechnologies. Leurs caractéristiques présentent à la fois des points communs tout comme des singularités. Il apparait à toute fin utile de préciser la définition des controverses climatiques en essayant de générer des points de comparaison par rapport aux autres. Le sociologue des sciences Yves Gingras[58] distingue deux idéaux types, les controverses publiques et les controverses scientifiques en fonction des espaces sociaux dans lesquelles elles se déploient, du nombre et de l’hétérogénéité des acteurs mobilisés. Il existe effectivement des controverses strictement scientifiques, internes à la communauté scientifique et n’ayant pour ainsi dire aucun impact social. A titre d’exemple, la controverse entre Leibniz et Bernoulli portant sur les logarithmes des nombres négatifs et imaginaires est restée confinée dans le cercle restreint d’une poignée de mathématiciens. Cependant, qualifier l’ensemble des autres controverses de controverses publiques pose un certain nombre de questions qu’il s’agit de discuter. La dénomination de « controverse publique » peut s’avérer réductrice dans le sens où elle ne permet pas de traduire l’hétérogénéité des types de désaccord autant axiologiques que scientifiques. De plus elle réduit implicitement les scènes dans lesquelles elles se déploient au seul espace public. Il ne faut pas mésestimer l’importance de l’usage des mots et des implicites auxquels renvoie potentiellement la formule « controverse publique ». En effet qualifier les controverses climatiques de controverses publiques est problématique dans le sens où cette dénomination tend à invisibiliser les oppositions épistémologiques. Si les représentants du courant rationaliste comme Yves Gingras sont à l’abri de tout soupçon par leur attachement naturel à l’épistémologie, ce n’est pas le cas d’une partie des chercheurs dans le champ des science studies qui considèrent que les « controverses climatiques » sont épistémologiquement closes et tout au plus entretenues artificiellement par les médias. En outre l’invisibilisation des dimensions épistémologiques par certains chercheurs participe parfois à une stratégie de délégitimation de certains acteurs. Ces considérations s’appuient sur une analyse discursive effectuée sur un corpus de textes dans le champ des SHS[59]. Aussi est-il apparu pertinent de questionner l’usage discursif des termes « controverse » et « polémique » qui dans certains cas correspond à une stratégie de disqualification des controverses sur le plan scientifique. De facto ces chercheurs en SHS deviennent à proprement parlé des acteurs des controverses car les savoirs qu’ils construisent sont emprunts plus ou moins d’un implicite normatif dont la dimension critique se situe dans le courant de l’écologie politique. Il est possible de mettre au jour un déficit de réflexivité d’autant plus problématique que ces chercheurs pour la plus part participent à construire le courant dominant. Bien que ces postures puissent être vertueuses, le questionnement de la réflexivité des chercheurs ainsi que la portée des savoirs produits sont une condition nécessaire mais non suffisante pour satisfaire a minima aux critères qui définissent la scientificité des travaux réalisés.

Revenons à la question de définition des controverses climatiques. Plusieurs expressions à propos des controverses scientifiques sont utilisées : socioscientifiques, sociotechniques, environnementales[60], sociosanitaires, technoscientifiques, sociales à caractère scientifique. Ces controverses ont la spécificité d’impliquer des connaissances scientifiques ou techniques soumises à des incertitudes voire des zones d’ignorance qui se mêlent à des considérations d’ordre économique, juridique, éthique ou morale, politique, économique et sociale. Elles ont la particularité d’impliquer une prise de décision dans un régime d’incertitude[61]. Par commodité, les controverses scientifiques ayant une forte implication sociale sont considérées comme des controverses socioscientifiques. Cette définition ne présuppose en rien une version relativiste de la science, en effet, considérée sur une grande échelle de temps, la cohérence et la logique des énoncés prévalent. Donc afin de clarifier cet ouvrage, voici une proposition de définition des controverses climatiques :

Les controverses climatiques se caractérisent par des discussions persistantes et publiques de chercheurs de différentes disciplines scientifiques qui soutiennent des arguments différents dans l’interprétation des variations du système climatique de la Terre. Les controverses climatiques ont la spécificité de présenter un enjeu politique majeur à l’échelle de la planète, puisque le point nodal du désaccord est la part de l’influence de l’activité humaine sur le climat. Elles sont donc en ce sens des controverses socioscientifiques.

Cette définition juxtapose une conception internaliste et externaliste sans pour autant chercher à hybrider l’objet qu’elle produit. C’est précisément à partir d’un tel cadrage qu’il est possible de conceptualiser l’objet sur le plan heuristique comme une stratification de différents sociaux discursifs impliquant la mobilisation des registres épistémiques objectivables à partir des publications dans les revues scientifiques à comité de lecture.

 

Plan et perspectives théoriques

Sans alimenter une quelconque théorie du complot climatique, ni chercher à faire le lit du « climatoscepticisme », cet ouvrage prend le contre-pied de la littérature existante et aborde les controverses climatiques et celles sur l’Anthropocène sous un angle nouveau. Autrement-dit il ne s’agit pas de renforcer/nier le consensus établi dans la communauté des chercheurs mais d’analyser sa construction en la considérant dans sa matérialité sociale et communicationnelle. Il y a les controverses en tant que telles dans les arènes scientifiques et la façon dont les acteurs en parlent qui définissent le triptyque science-communication-éthique.

La première partie de cet ouvrage, en s’appuyant sur une approche sociohistorique, revient et développe les principaux points de controverses depuis les débuts de la climatologie jusqu’au dernier rapport du GIEC (AR5). L’analyse de ces différents points de controverses permettra d’analyser finement la façon dont les climatologues ont participé au cadrage politique de la question. Les controverses autour de la recherche de la signature anthropique seront déclinées suivant trois « affaires ». Enfin, d’autres éléments de controverses sont abordés comme ceux portant sur les controverses autour des cyclones, du rôle du soleil et des rayons cosmiques en mettant l’accent sur les spécificités de leur expression en France autour des travaux de Courtillot. Ces éléments servent de jalons épistémologiques à la suite de l’enquête.

La deuxième partie orientée vers une analyse langagière aborde les aspects discursifs des controverses et analyse leur trajectoire dans les différents espaces de médiation et les prolongations des controverses après la COP21. C’est pourquoi le titre de la deuxième partie emprunte des accents bourdieusiens résumés par la formule « ce que parler des controverses climatiques veut dire »[62]. En découpant plusieurs périodes spécifiques, cet ouvrage décrit les trajectoires des argumentatives des discours des scientifiques dans l’espace public. Elle revient sur la montée progressive des « porteurs d’alerte climatique », analyse la bifurcation entre 2007 et 2010 avant de se focaliser sur la fronde « climatosceptique » de 2009-2010 et le retour au calme. Ces éléments permettent de mettre dans une deuxième sous-partie un concept phare : « la dissonance communicationnelle » des « porteurs d’alerte »[63] climatique. Ce concept caractérise la façon dont certains climatologues porteurs de leur propre subjectivité et d’un ensemble de normes et valeurs font face aux contraintes communicationnelles. Enfin cette deuxième partie analyse de façon chirurgicale un moment d’effervescence dans l’espace médiatique, La Matinale de France Inter fin 2009 et aborde les éléments de contestation autour et après la COP21 et plus récemment l’élection de Trump.

La Troisième partie analyse de façon percutante le concept d’Anthropocène à la fois en retraçant son histoire et son « épistémologie » qui se révèle particulièrement problématique. Elle s’attache à décrire comment une partie des acteurs dans le champ des sciences humaines et sociales en cherchant à donner de la profondeur historique et en (re)politisant le concept ont opéré une migration conceptuelle qui après analyse s’avère être un véritable hold-up épistémologique occultant les débats en géologie. Dans cette partie le « mille-feuille discursif » de l’Anthropocène permet de démontrer que la couverture médiatique du 35ème congrès déforme la réalité car en fait les débats ont fait tout au plus pschitt. Les résultats des trois premières parties sont ensuite articulés avec une réflexion revenant sur les linéaments philosophiques du GIEC et de l’IPBES à partir des travaux principalement de Beck, Habermas et Jonas permet de développer une réflexion plus générale. Elle détaille la façon dont l’expertise est prise dans le prisme analytique du tryptique sciences-normes-décisions en situation d’incertitudes sociales et scientifiques. Elle apporte des pierres à l’édifice du débat sur les cadres de pensées cherchant à s’extirper d’une modernité dénifie par la grand partage Nature/Culture en mettant la difficulté qu’ils ont véritablement à s’en extirper, ce à quoi l’ouvrage n’échappe pas non plus.

La quatrième et dernière partie porte sur l’ensemble des éléments théoriques ayant sous-tendu cette recherche. En effet cette recherche a nécessité la construction d’un outillage analytique approprié s’inscrivant lui-même dans de multiples controverses héritières en partie de la « guerre des sciences »[64]. Pour apporter du grain à moudre cet ouvrage propose ainsi une plongée dans le magma des controverses[65] climatiques. C’est pourquoi cette partie développe la réflexion théorique ayant sous-tendue l’enquête et propose un cadre d’analyse non-réductionniste au sens de Jean-Michel Berthelot[66] et pragmatique et réflexif au sens de Francis Chateauraynaud[67]. Ce cadre articule aussi d’autres champs disciplinaires dont certains sont historiquement controversés. L’ensemble de ces résultats et notamment la façon de conceptualiser les controverses comme un « mille-feuille discursif » ouvre des perspectives théoriques dont il s’agit de questionner les limites. Elle aborde les aspects méthodologiques qui ont sous tendu ces travaux et les implications théoriques dans le champ de la sociologie des controverses ou des science studies. Pour cela elle apporte un état des lieux de la sociologie des controverses depuis la naissance et l’institutionnalisation de la sociologie des sciences, détaille les spécificités de l’approche rationaliste. Ces éléments permettent en outre d’apporter des éléments de réflexions sur les vieux serpents de mer que sont les questions, de normalisation de l’activité scientifique, de symétrie et de réflexivité.

[1] I. Stengers, Au temps des catastrophes, Paris : Les empêcheurs de penser en rond, La découverte, 2009.

[2] B. Latour, Face à Gaïa Huit conférence sur le nouveau régime climatique, Paris : La Découverte, 2015.

[3] L. Tubiana, H. Kieken, « L’urgence climatique : une occasion pour l’Europe ? », Études 2007/6 (Tome 406), p. 749-758.

[4] B. Latour, La science en action, La Découverte, 1989.

[5] C. Bonneuil, J.-B. Fressoz, L’Evénement Anthropocène. La Terre, l’histoire et nous, Paris : Seuil, 2013.

[6] D. Bourg, P.-B. Joly, A. Kaufmann, (dir.) Du risque à la menace, Paris, PUF 2013.

[7] N. Oreskes, E. M. Conway, Les marchands de doute, Paris : Editions Le Pommier, 2012 [2010].

[8] J. Lamy, Controverses et STS : stop ou encore ? Revue Zilsel, n°2, septembre 2017, pp.125-130.

[9] F. Chateauraynaud, L’épreuve du tangible, Expériences de l’enquête et surgissement de la preuve, La croyance et l’enquête. Aux sources du pragmatisme, Raisons pratiques, vol. 15, EHESS, 2004, pp. 167-194.

[10] M. Callon, P. Lascoumes, Y. Barthe, Agir dans un monde incertain. Essai sur la démocratie technique, Paris : Le Seuil, 2001.

[11] P. Roqueplo, Climats sous surveillance – Limites et conditions de l’expertise scientifique, Paris : Editions Economica, 1993, p. 90.

[12] Roqueplo préférait parler de processus d’objectivation plus que d’objectivité car pour reprendre ses mots, il participe à un processus critique dont le terme est l’objectivité de la connaissance. L’objectivité est trop souvent mobilisée pour évacuer la critique et peut sombrer en ce sens dans le dogmatisme.

[13] P. Roqueplo, Ibid. 1993, p. 9.

[14] U. Beck, La société du risque. Sur la voie d’une autre modernité, Paris : Flammarion, 2001[1986].

[15] F. Chateauraynaud, J. Debaz, Aux bords de l’irréversible. Sociologie pragmatique des transformations, Paris: Petra, 2017, p. 27.

[16] F. Chateauraynaud, J. Debaz, Aux bords de l’irréversible. Sociologie pragmatique des transformations, Paris: Petra, 2017.

[17] S. Aykut, A. Dahan, Gouverner le climat ? 20 ans de négociations internationales, Paris : Presses de Sciences Po, 2015.

[18] F. Chateauraynaud, Argumenter dans un champ de forces. Essai de balistique sociologique, Paris : Petra, 2011.

[19] C. Lemieux, « A quoi sert l’analyse de controverse ? », in Comment on se dispute les formes de la controverse, Cahier n°25, Revue Mil neuf cent d’histoire intellectuelle, Paris : Société d’Etudes Soréliennes, 2007.

[20] J.-M. Berthelot, L’emprise du vrai. Connaissance scientifique et modernité, Paris : PUF, 2008, p. 101.

[21] La conception kuhnienne appréhende la science, non plus comme un espace autonome et indépendant de la société, mais comme un système de croyance, où les résultats dépendent des conditions sociales dans lesquelles elles sont produites. Dans une vision constructiviste, les acteurs sont considérés par rapport à leurs intérêts personnels. En ce sens les théories scientifiques sont donc abordées à travers l’influence de la société, tout autant que le développement de la science est analysé comme un vecteur de changement social. La notion de « normalité » est dans cet ouvrage appréhendée comme une catégorie opératoire. En effet la spécificité de la climatologie qui est un champ disciplinaire relativement récent se heurte à une singularité dans le sens où les savoirs construits alimentent les décisions politiques face aux risques potentiels induits par l’influence de l’activité humaine.

[22] Le débat a notamment été ouvert à nouveau suite à la publication de l’analyse de la controverse portant sur la mémoire de l’eau de Pascal Ragouet et la récession faite par Marine Dhermy-Mairal et Volny Fages dans la toute nouvelle revue Zilsel.

  1. Ragouet, L’eau a-t-elle une mémoire ? Sociologie d’une controverse scientifique, Paris : Raisons d’agir, Cours et travaux, 2017.
  2. Dhermy-Mairal, V. Fages, Une étude de controverses à nouveaux frais ? Des normes pour comprendre le champ scientifique, Zilsel, n°2 septembre 2017, pp. 167-184.

Et les réactions ensuite le blog en ligne de la revue consultable en ligne le 25 octobre 2017 :

Réponse de Pascal Ragouet : https://zilsel.hypotheses.org/2922

La réponse à la réponse de Ragouet : https://zilsel.hypotheses.org/2928

[23] T. S. Kuhn, La Structure des Révolutions Scientifiques, Paris : Flammarion, 1972 [1962].

[24] S. O. Funtowicz, J. R. Ravetz, « Science for the post-normal age », Futures, 25(7), p. 739-755, 1993.

[25] La question de la vérité est un autre postulat particulièrement problématique. En effet, partant du constat que des décisions politiques doivent être mises en œuvre alors que les connaissances scientifiques sont très incertaines, la science post normale considère qu’il n’est plus possible d’invoquer la vérité scientifique comme un élément permettant d’orienter rationnellement les décisions politiques.

[26] L’auteur de cet ouvrage n’appartient ni au courant dominant, anthropostream abordé plus loin, ni à celui des climatosceptiques. Il développe au moment de l’écriture de cet ouvrage des programmes de recherche visant à répondre efficacement à l’accord Paris-climat en construisant suivant des modalités participatives des indicateurs d’efficacité des politiques publiques à mener.

[27] César (1921-1998), artiste inscrit dans le courant des Nouveaux réalistes est le créateur du trophée pour le cinéma français qui porte son nom. A partir des années 1960 dénonçant la société de consommation, il réduit des voitures à l’aide de presse hydraulique qui deviendront des « compressions de César ».

[28] N. Oreskes, E. M. Conway, Les marchands de doute, Paris : Editions Le Pommier, 2012 [2010].

[29] J.-B. Comby, « Les médias face aux controverses climatiques en Europe, un consensus fragilisé mais toujours structurant », in E. Zaccaï, F. Gemenne, J.-M. Decroly, (dir.) Controverses climatique, sciences et politiques, Paris : Presses de la fondation nationale des sciences politiques, p. 157-171, 2012.

[30] J.-B. Comby, « Controverse et disqualification médiatique des « climato-sceptiques » en France », in R. Badouard, C. Mabi (dir.) Controverses et communication, Paris, Hermès, La Revue, 2015/3 (n° 73), pp. 31-38.

[31] Par exemple, dans un entretien Bruno Latour dans La Recherche vante les mérites de la cartographie sans que ces résultats ne soient étayés par une quelconque étude connue à ce jour : « Nous cherchons en particulier à savoir si la cartographie peut permettre de clore des controverses artificiellement entretenues, comme l’a été dans le passé celle sur le caractère cancérigène du tabac. Un exemple actuel serait la controverse sur l’origine anthropique du réchauffement climatique. […] par exemple constater que si je suis contre l’origine anthropique du réchauffement, je me retrouve au côté de gens qui sont contre l’avortement, pour l’utilisation du charbon, et me demander si j’ai bien envie d’être au côté de ces gens-là ».

  1. Latour, « Nous construisons des outils pour évaluer la recherche », La Recherche, n°456, p. 76-79, 2011.

[32] L. Maxim, Mansier, P. « How is Scientific Credibility Affected by Communicating Uncertainty? The Case of Endocrine Disrupter Effects on Male Fertility », Human and Ecological Risk Assessment, vol. 20, issue 1, 2012. L. J., Frewwer, et al., « Public preferences for informed choice under conditions of risk uncertainty », Public Understanding of Science, vol. 11, 2002.

  1. R. Davis, « Constructing communication: Talking to scientists about talking to the public », Science Communication, 29(4), p. 413-434, 2008.

[33] F. Mellor, « Negotiating uncertainty: Asteroids, risk and the media », Public Underst Sci, 19(1), p. 16-33, 2010.

[34] Ce sont les termes utilisés dans son dernier ouvrage Face à Gaïa par Bruno Latour. Prenant la défense de Mann, Latour considère que : « Si les données comme celles de la courbe en forme de crosse de hockey ne sont plus objectives au sens ordinaire (détachées de toute prescription), elles sont bel et bien objectives au sens que ceux qui les ont tracées ont répondu à toutes les objections qu’on pouvait faire contre elles (c’est le seul moyen connu par lequel on puisse transformer une proposition en fait) ». De façon claire et limpide, Les résultats présentés dans ce livre démontrent tout simplement l’inverse.

  1. Latour, Face à Gaïa Huit conférence sur le nouveau régime climatique, Paris : La Découverte, 2015.

[35] J.-B. Comby, La question climatique, Genèse et dépolitisation d’un problème public. Paris : Raisons d’agir, 2015, p. 14.

[36] A ce titre un certain nombre de chercheurs en sciences sociales et non des moindres peuvent être considérés comme la figure à front renversé des « climatosceptiques » dont Claude Allègre est apparu comme un des fers-de-lance. Notre ancien dégraisseur de mammouth pour se défendre des attaques sur ses erreurs scientifiques débusquées dans L’imposture climatique, affirmait le caractère politique de son ouvrage politique en dénonçant celui du GIEC. Il reste alors à se poser symétriquement la question. Symétrie et réflexivité sont deux éléments d’interrogation dont le lecteur peut trouver de plus ample prolongement dans la troisième partie.

  1. Allegre, L’imposture climatique ou la fausse écologie, Paris : Plon, 2010.

[37] J.-B. Comby, Ibid, p. 18

[38] F. Chateauraynaud, J. Debaz, Aux bords de l’irréversible. Sociologie pragmatique des transformations, Paris: Petra, 2017, p. 55.

[39] Cet ouvrage comme nous le verrons plus loin a pris le parti de mettre entre guillemets le terme « climatosceptique » afin de souligner que cette dénomination est au cœur de luttes de pouvoir dont il s’agit de prendre une certaine distance.

[40] L’échange ci-dessus s’est déroulé lors d’un entretien collectif à l’Institut des Sciences et Communication du CNRS (ISCC) avec 13 chercheurs climatologues ou non impliqués dans les controverses climatiques dans le cadre d’une thèse le 19 avril 2013. Depuis le début de l’enquête débutée huit mois plus tôt, les chercheurs interrogés savent mon intention de les réunir collectivement. Ils n’ont aucune idée de la façon de je vais conduire cet entretien collectif. Manque à l’appel, l’un des fers de lance « climatosceptique ». Il m’a envoyé un mail quatre jours auparavant pour s’excuser de son absence prétextant une refonte de son emploi du temps en raison d’une série d’évènements personnels (décès familial, problème de santé, etc.). La semaine précédente, il était encore sous les lumières universitaires, invité dans une prestigieuse table ronde pour débattre des questions du climat. Quasiment, un an plus tard, après lui avoir envoyé l’analyse qui le concernait (afin de lui permettre un n-nième retour réflexif), je recevais une réponse de sa part explicitant la menace d’une « action en justice » si je « maintenais » les discours de ses opposants l’accusant de « malhonnêteté » qu’il estimait de « nature diffamatoire ». Inversement un des chercheurs ayant décliné l’invitation, comme dans un jeu théâtral surgissait dans la pièce alors que l’entretien collectif venait de débuter. Quelques jours auparavant, il m’indiquait qu’il ne viendrait pas et regrettait que je puisse inviter des chercheurs dont il dénonçait la légitimité à participer au débat. L’entretien collectif s’est déroulé dans une excellente ambiance, la parole a été « libre ». Il n’y a eu aucune tension. Le débat a pu se déployer en profondeur. Les raisons sont presque simples. D’une part il ne s’agissait pas de reproduire artificiellement le conflit mais au contraire d’interroger la conflictualité sur une « scène » dans laquelle les contraintes communicationnelles habituelles soient levées. L’entretien en ce sens a été conduit sur la base des premiers résultats de l’analyse socioépistémique des controverses climatiques, c’est-à-dire à la fois sur le plan épistémologique tout comme les questions de médiation des controverses, leurs propres postures et la place de l’expertise. Autrement-dit, il s’agissait donc de mettre la réflexivité au cœur du dispositif d’enquête afin de faire débattre les chercheurs sur la base de mes propres analyses, valider ainsi certains résultats, en réorienter d’autres. L’échange entre un climatologue du GIEC et un « climatosceptique » porte sur un des points de controverses : la courbe dite en forme de crosse de hockey.

[41] Ce travail correspond à la première tentative de reconstruction de la température terrestre moyenne. Cette courbe a la particularité de représenter une baisse régulière de la température depuis l’an mille jusqu’à une augmentation brutale et rapide à partir de 1900. Elle se confronte au problème statistique de construction à partir de données hétérogènes constituées de mesures directes pour les températures les plus récentes à l’aide de thermomètres et pour celles plus anciennes grâce à l’usage d’indicateurs indirects (proxies dans le jargon scientifique), en l’occurrence des cernes d’arbres.

[42] M. E. Mann, R. S. Bradley, M. K. Hughes, « Global-scale temperature patterns and climate forcing over the past six centuries », Nature, 392(6678), p. 779-787, 1998.

  1. E. Mann, R. S. Bradley, M. K. Hughes, « Northern Hemisphere Temperatures During the Past Millennium: Inferences, Uncertainties, and Limitations », Geophys. Res. Lett., 26, n° 6, p. 759-762, 1999.

[43] M. Mann, The hockey stick and the climate wars: Dispatches from the front lines, New York: NY Columbia University Press, 2012.

[44] Editorial, Climate of Fear, Nature, 464, 141, mars 2010.

Ce titre « Climate for fear », loin d’être anodin, reprenait celui d’un article du « climatosceptique » Richard Lindzen paru dans le Wall Street Journal.

  1. Lindzen, Climate of Fear, The Wall Street Journal, 12 avril 2006.

Article consulté le 28 juin 2017 sur le lien suivant : http://online.wsj.com/news/articles/SB114480355145823597

[45] Il est fait référence au titre du livre du « climatosceptique » Serge Galam.

  1. Galam, Les scientifiques ont perdu le nord, Paris : Plon, 2008.

[46] Voir la sociologie argumentative de Francis Chateauraynaud et l’emploi de marqueur discursif, cf. F. Chateauraynaud, Argumenter dans un champ de forces. Essai de balistique sociologique, Paris : Petra, 2011.

[47] E. Jansen, et al., « Palaeoclimate », in Solomon, S., Qin, D., Manning, M., Chen, Z., Marquis, M., Averyt, K., Tignor, M. et Miller, H. (dir.), Climate Change 2007 : The Physical Science Basis. Contribution of Working Group I to the Fourth Assessment, 2007, Report of the IPCC, Cambridge, Cambridge University Press, 2007, p. 435‑497.

[48] M. Mann, Testimony of Dr. Michael E. Mann, Climate Science. Assumptions, policy implications, and the scientific method, Before the committee on science, space, and technology, Serial No. 115–10, 2017.

Sur un plan reflexive, Mann a été volontairement mis dans des conditions difficiles lors de sa présentation devant le congrès et devant faire face à deux opposants. L’ouvrage revient plus loin sur ce point.

[49] M. Mann, Ibid., p. 8.

Most Comprehensive Paleoclimate Reconstruction Confirms Hockey Stick” by Stefan Rahmstorf, Climate Progress, Jul 8, 2013: https://thinkprogress.org/most‐comprehensive‐paleoclimatereconstruction‐

confirms‐hockey‐stick‐e7ce8c3a2384#.p1bm8mmfd

[50] M. Ahmed, M., et al. (2013). « Continental-scale temperature variability during the past two millennia », Nature Geoscience, 6(5), p. 339-346.

[51] C. Bonneuil, J.-B. Fressoz, L’Evénement Anthropocène. La Terre, l’histoire et nous, Paris : Seuil, 2013.

[52] N. Oreskes, E. M. Conway, Les marchands de doute, Paris : Editions Le Pommier, 2012 [2010].

[53] E. Morin, Vers l’abîme ?, L’Herne, coll. « Carnets », Paris 2007.

[54] Un chercheur à la position dominante très impliqué dans les questions climatiques et environnementales me disait lors d’un entretien individuel que le citoyen lambda n’avait pas véritablement son mot à dire : « Non madame Michu, elle n’a pas à décider du degré de sérieux et de plausibilité de ce que raconte le GIE, je suis vraiment désolé. […] Je dirais à Madame Michu : ma chère Madame Michu ne perdons pas notre temps. Nous, la discussion qui est la nôtre est celle-là ». Autrement dit, le citoyen lambda doit faire confiance à l’expertise du GIEC, nous (couple sciences-politiques) saurons prendre les bonnes décisions pour vous. La perpétuation des logiques technocratiques très verticales (« top-down » si l’on reprend un certain jargon) alimente les controverses dans lesquelles s’entremêlent savoirs et valeurs.

A l’origine Madame Michu est un Monsieur, personnage romanesque balzacien incarnant un paysan fidèle à l’ordre établi. L’auteur se considère que nous sommes tous « Monsieur et Madame Michu » en matière d’expertise environnementale. Monsieur et Madame Michu sont considérés dans cet ouvrage comme la figure du citoyen profane, forme réductrice de l’opinion publique.

[55] C. Larrere, R. Larrere, « Peut-on échapper au catastrophisme », in D. Bourg, P.-B. Joly, A. Kaufmann, A. (dir.) Du risque à la menace, Paris : PUF, 2013, p. 208.

[56] J. G., Charney, A. Arakawa, B. Bolin, et al., Carbon Dioxyde and Climate : A Scientific Assesment. Report of an Ad Hoc Study Group on Carbon Dioxyde and Climate, Washngton (D.C.), National Academy of Sciences, 1979.

[57] F. Chateauraynaud, D. Torny, Les sombres précurseurs. Une sociologie pragmatique de l’alerte et du risque, Paris : Editions de l’EHESS, 1999.

[58] Y. Gingras, Ibid.

[59] L. Scotto d’Apollonia, Les controverses climatiques : une analyse socioépistémique, Thèse de doctorat, Université Paul-Valéry Montpellier 3, 2014, p. 359.

[60] Pour la définition de controverse environnementale voir, R. Barbier, E. Remy, « Les controverses environnementales publiques », in Barbier, R., Boudes, P., Bozonnet, J.-P., Candau, J., Dobre, M., Lewis, N. Rudolf, F. Manuel, Sociologie de l’Environnement, Laval : Les presses universitaires de Laval, p. 187-200, 2012.

[61] M. Callon, P Lascoumes, Y. Barthe, Agir dans un monde incertain. Essai sur la démocratie technique, Paris : Le Seuil, 2001.

[62] L. Scotto d’Apollonia, « Ce que parler des controverses veut dire », Revue Hermès, n°73, in Controverses et communications, (dir. D. Wolton, R; Badouard, C. Mabi), CNRS Editions, pp. 129-136, 2015.

[63] F. Chateauraynaud, D. Torny, « Mobiliser autour d’un risque. Des lanceurs aux porteurs d’alerte », in C. Lahellec Risques et crises alimentaires, Paris, Lavoisier, p. 329-339, 2005.

[64] La guerre des sciences fait référence à l’affaire Sokal et les attaques contre une partie des travaux en sciences humaines et sociales.

[65] Il est ici fait référence à la cartographie latourienne des controverses dont les résultats tardent à venir et qui une fois publiés pourront être avantageusement comparés à ceux de cet ouvrage. Voir : T. Venturini, « Diving in magma », Public Understanding of Science, may 29, 2009.

[66] J.-M. BERTHELOT, « Pour un programme sociologique non réductionniste en études des sciences. », Revue Européenne des Sciences Sociales, vol. XL, n°124, p. 233-252, 2002.

[67] F. Chateauraynaud, Argumenter dans un champ de forces. Essai de balistique sociologique, Paris : Petra, 2011.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *