Anthropocène

L’épistémologie flottante du concept d’Anthropocène[1]

 

Lionel Scotto dApollonia

LIRDEF UM

lionel.scotto@fde.univ-montp2.fr

 

 

« L’évènement Anthropocène, La Terre, l’histoire et nous. Les scientifiques nous l’annoncent, la Terre est entrée dans une nouvelle époque : l’Anthropocène. Plus qu’une crise environnementale, nous vivons un basculement géologique d’origine humaine. » [2]

 

« En puisant sans ménagement dans le répertoire de données systémiques rendues interprétables par une axiomatique autonome, et en acceptant sans réflexivité critique la théorie des systèmes, la version catastrophiste de l’écologie politique a du mal à renouer avec les expériences où naissent et grandissent d’innombrables contre-anthropocène[3]. »[4]

 

            LAnthropocène[5], popularisé par Crutzen[6] est un concept[7] visant à définir l’échelle de temps géologique pertinente pour objectiver l’impact de l’Homme sur l’« écosystème terrestre ». Il est depuis 2009, l’objet d’étude d’un groupe de travail interdisciplinaire (Anthropocène Working Group, AWG) au sein de l’Union Internationale des Sciences Géologiques (IUGS). L’Anthropocène est d’une rare fécondité heuristique et l’objet de multiples controverses dans le champ des sciences dites dures tout autant que dans celui des sciences humaines et sociales (SHS). Le succès est tel qu’il est possible de se demander si l’Anthropocène ne relève-t-il pas tout simplement pas du « buzz word » au sens d’Yves Gingras[8], c’est à dire un mot valise se faisant passer pour un concept ?

            Pour appréhender finement les registres discursifs et interprétatifs du concept d’Anthropocène, cet article se focalise sur sa genèse en portant un éclairage singulier sur ses fondations historiques et épistémologiques. Cette déconstruction historiographique permet en retour de discuter de sa nature hybride et des migrations conceptuelles dont il a fait l’objet, réussissant un prodigieux grand écart entre les sciences géologiques et la philosophie de la nature.

            Aussi n’est-il pas surprenant que les réappropriations soient parfois profondément divergentes comme l’illustrent les deux assertions introductives. L’Anthropocène à la fois sur les plans ontologique, axiologique et épistémologique est le théâtre d’affrontements symboliques sur fond de divergence entre critique, praxis et réflexivité. Critique de la critique réflexive, des voix dissonantes se lèvent et dénoncent une forme d’orthodoxie intellectuelle de certains chercheurs présentés comme « des prédicateurs de l’Anthropocène »[9] ou encore des « collapsologues »[10] qui renoueraient avec la théorie de la fausse conscience. Cet article assume pleinement la dimension critique de cette forme d’anthropostream[11] et cherche à ouvrir le dialogue en levant préalablement une somme d’implicites. Effectivement, la citation introductive issue de la quatrième de couverture du livre référence en matière d’Anthropocène regorge d’implicites. L’entrée dans l’Anthropocène est présentée comme scientifiquement validée par une communauté scientifique : « les scientifiques » relevant d’un implicite catégoriel sans que l’on sache qui sont ces scientifiques. De plus l’usage du « nous indifférencié » comme le soulignent Chateauraynaud et Debaz est problématique[12]. L’entrée dans l’Anthropocène gravée dans le marbre de la science apparaît comme une affaire d’autant plus sérieuse qu’il n’est plus question de parler de « crise » mais de basculement. Si le mot crise confère un état de réversibilité, le basculement introduit implicitement un marqueur temporel, situant un avant et un après. Autrement-dit, il est déjà trop tard, « désormais » l’Homme prométhéen est devenu une force géologique dont l’impact sur la planète est considéré comme irréversible.

            Pour comprendre ce que parler dAnthropocène veut dire pour tout un ensemble d’acteurs, collapsologues ou non, il est nécessaire d’ouvrir sa boite noire[13] et remonter le fil de l’histoire qui débute bien avant les années 2000. L’Anthropocène et la théorie de Gaïa[14] illustrent l’émergence d’un nouveau paradigme interdisciplinaire définissant le champ des sciences du système Terre mais dont la phase d’institutionnalisation n’est pas encore achevée. Les controverses autour de l’Anthropocène en ce sens rejoignent celles faisant de l’hypothèse Gaïa une proposition spéculative plus qu’une théorie scientifique, comme le souligne le travail de déconstruction historiographique du récit standard dominant effectué par Sébastien Dutreuil[15].

            En retour, cet article permet de nourrir les débats[16] se perdant parfois en circonvolutions discursives pour justifier l’utilité de s’intéresser aux controverses en tant qu’objet sociologique dont la portée analytique serait émoussée à force de routinisation et d’euphémisation de leurs limites[17]. Il permet de prolonger indirectement les débats sur la question des normes[18], qu’elles soient organisationnelles ou épistémiques.

            Cet article, respectant la logique de l’enquête, aborde les pistes conduisant à des impasses et permet de démontrer : (1) sur le plan conceptuel, l’Anthropocène s’inscrit dans la lignée d’autres théories et concept comme ceux de la Biosphère, Noösphère ou encore Gaïa et se distingue par rapport à sa spécificité géologique ; (2) l’Anthropocène est porteur d’une ambigüité épistémologique originelle, car défini en tant qu’ère ou période géologique sans réelle précaution de la part de Crutzen ; (3) sur le plan institutionnel, l’Anthropocène est une sorte d’apatride épistémologique dans le sens où il ne s’inscrit qu’a posteriori dans le champ de la géologie à travers l’AWG ; (4) englué dans le labyrinthe institutionnel de la géologie, c’est à dire dans des procédures répondant à des normes précises, spécifiques et contraignantes, à l’heure actuelle, l’AWG n’a fait aucune proposition de formalisation à la Commission Internationale de Stratigraphie, instance référente pour pouvoir valider l’Anthropocène en tant que temporalité géologique.

            Ces résultats mettent au jour une forme d’épistémologie flottante du concept d’Anthropocène et permettront en conclusion d’ouvrir le débat sur l’urgence écologique et les difficultés de la communauté scientifique à bâtir des théories permettant d’appréhender à sa juste mesure la complexité de l’impact des activités humaines sur l’environnement et par voix de conséquence de construire des catégories de pensées opérantes. Il ouvre un espace de dialogue, à mon sens essentiel, concernant les modalités de régulation de l’expertise scientifique et notamment les aspects communicationnels portant sur les incertitudes, les controverses et les zones d’ignorance dès lors qu’il s’agit d’alimenter les décisions politiques.

 

Cadre d’analyse et méthodologie

            Le cadre d’analyse s’est construit au fur et à mesure d’une enquête portant sur les controverses climatiques conduite dans le cadre d’une thèse[19]. Sur le plan général, ce cadre d’analyse consiste à articuler la sociologie pragmatique et réflexive développée par Francis Chateauraynaud[20] avec la sociologie rationaliste, reprenant en grande partie les travaux de Jean-Michel Berthelot[21] et Dominique Raynaud[22]. Cette partie se limite à décrire les contours sans entrer dans les détails. D’inspiration pragmatique, ce cadre est réflexif[23] dans sa volonté d’intégrer la subjectivité de l’enquêteur au cœur de l’analyse. Ce cadre est non réductionniste au sens de Jean-Michel Berthelot dans le sens où il ne cherche pas à projeter d’a priori entre l’analyse des intérêts stratégiques des acteurs et les arguments mobilisés. En ce sens, ce cadre opère différents emprunts à différents champs disciplinaires. Il s’appuie sur une analyse comparée des différents courants de l’analyse des controverses scientifiques, d’une discussion sur le plan épistémologique de leurs oppositions et points de convergence. Ce cadre s’appuie sur une conceptualisation des controverses comme un « mille-feuille discursif »[24]. Il reprend notamment le principe de symétrie[25] développé par Bloor sur le plan épistémologique tout en restant très attentif à bien expliciter les différentes asymétries, et propose un mouvement important par rapport à la symétrie généralisée proposée par Michel Callon et Bruno Latour[26]. Plutôt que de décrire un monde social plat constitué d’acteurs humains et non-humains s’inscrivant dans des réseaux, il est donc plus pertinent de concevoir les controverses socioscientifiques comme un espace social multidimensionnel, un « mille-feuille discursif » constitué du In, le discursif (ce qui est donné à voir dans l’espace public), et du Off, l’interdiscursif (ce qui est invisible depuis l’espace public concernant l’ensemble des échanges interpersonnels relevant des différents espaces interdiscursifs) en s’appuyant sur une veille internaliste attentive à la construction des savoirs. Le cadre d’analyse ne se réclame pas de la nouvelle sociologie des sciences[27] mais en assume les emprunts et ne vise pas non à homogénéiser les différents niveaux hétérogénéité entre les approches relativistes et constructivistes et la perspective multidisciplinaire thématisée sous l’appellation de STS (Science Technologie Société).

            Ce cadre d’analyse ambitionne de faire évoluer, sans chercher à révolutionner, la sociologie des controverses en nourrissant la réflexion sur le plan épistémologique. Ce cadre, bien qu’à un stade avancé de formalisation, ne vise ni à être figé dans le marbre, ni à proposer une méthodologie dogmatique. Pragmatique, il vise à redéfinir les frontières épistémologiques d’un cadre de référence dont l’opérationnalisation permet d’analyser le plus finement possible la matérialité socio-discursive des débats à la fois sur les plans axiologiques et épistémologiques. In fine, l’outillage analytique construit permet d’analyser de façon très efficace n’importe quel moment d’effervescence médiatique en mettant au jour les logiques stratégiques et argumentatives. Au sens de Francis Chateauraynaud, il s’agit d’analyser les jeux d’acteurs et d’arguments tout en décrivant les dynamiques de confinement/déconfinement.

 

Contexte de l’apparition du terme « anthropocène »

            Pas plus que la lunette astronomique est l’invention de Galilée, l’attribution de l’Anthropocène à Paul Crutzen est une forme de réductionnisme historique. Rappelons le contexte dans lequel le concept d’Anthropocène a vu le jour. Paul Crutzen, prix Nobel de chimie en 1995, a profité de son aura scientifique et popularisé l’Anthropocène en 2002 par la publication d’un court article dans la revue Nature[28]. L’article publié dans cette prestigieuse revue faisait suite à un précédent article publié avec le biologiste américain Eugène Stoermer[29] en 2000 (décédé en 2012) dans la newsletter du programme onusien sur la biosphère (International Geosphere-Biosphere Program, IGBP). Le ratio de citations de l’article publié dans Nature (611 fois[30]) par rapport à celui cosigné avec Stoermer (12 fois[31]) est très asymétrique.

            L’IGBP qui a couru sur la période 1986-2015 portait sur l’analyse du phénomène du changement global et visait : (1) à décrire et à comprendre comment les processus biologiques physiques et chimiques régulent le système Terre ; (2) à accroître la connaissance concernant la façon dont les humains influencent les processus mondiaux, tels que les cycles de certains composés chimiques comme le carbone, l’azote, le soufre, l’eau et le phosphore. Il est important de préciser que l’IGBP n’est pas directement lié à la Commission Internationale de Stratigraphie, l’organe scientifique historiquement constituant l’Union Internationale des Sciences Géologiques (UISG). Le rôle de la Commission Internationale de Stratigraphie est de définir précisément les unités mondiales (systèmes, séries, et les étapes) du graphique chronostratigraphique international qui, à leur tour, sont à la base de la définition des unités (périodes, époques, et âge) de l’échelle de temps géologique internationale ; établissant ainsi des normes mondiales pour l’échelle fondamentale permettant d’exprimer l’histoire de la Terre.

            Historiquement, l’IGPB, tout comme les programmes développés à la NASA marque le début d’une phase d’institutionnalisation dans les années 1970-1980 des changements globaux avec comme dénominateur commun l’analyse du système climatique. L’approche systémique de la complexité des changements globaux a favorisé l’émergence de programmes multi ou interdisciplinaires et par voie de conséquence l’émergence de sciences du système Terre. Le concept d’Anthropocène, tel que le définissent Stoermer et Crutzen a donc été initialement discuté dans ce cadre « paradigme » naissant et non dans les sciences géologiques.

 

La piste des années 1980 comme origine du terme « anthropocène »

            Les origines de l’usage du terme « anthropocène » font débat. Un article signé par Will Steffen, Jacques Grinevald, Paul Crutzen et John McNeill, rappelle que Stoermer utilisait le terme dans les années 1980 mais qu’il ne l’avait pas réellement formalisé avant que Crutzen ne le contacte : « I began using the termanthropocenein the 1980s, but never formalized it until Paul contacted me »[32]. L’analyse qui suit présente différentes pistes concernant l’origine du terme « anthropocène » comme une somme d’explorations plus ou moins fructueuses ayant permis d’aboutir au résultat, comme le démontre le travail de friche de Dominique Raynaud[33] : l’origine du terme « anthropocène » est antérieure à la publication de Stoermer et Crutzen.

            Stoermer et Crutzen ne mentionnent pas l’origine de son usage, de sa création et de la façon dont il aurait émergé. Ils précisent par contre les origines de leur concept qu’ils situent dans des travaux datant de la fin du XIXème siècle. Ils mentionnent dans leur article que l’influence croissante de l’humanité sur l’environnement a été reconnue au moins depuis 1873 par un géologue italien Antonio Stoppani. Dans l’article publié dans Nature, Crutzen mentionne Stoppani qui parle d’une : « nouvelle force tellurique qui par sa puissance et son universalité peut être comparée aux grandes forces de la Terre »[34] en faisant référence à « l’ère anthropozoïque ». Dans la même veine et durant cette même période, Joseph Le Conte emploie le terme de « psychozoic era »[35]. Jacques Grinevald[36] note que l’usage du mot « anthropocène » se retrouve dès 1992 dans l’espace public sous la plume du journaliste Andrew Revkin[37]. Revkin a été membre du groupe de travail sur l’Anthropocène (Anthropocene Working Group, AWG) de 2010 à 2016. L’enquête menée directement auprès de Revkin n’a pas permis d’approfondir ce point et déterminer ainsi sa source. Le terme circulait donc déjà dans les années 1980 sans que l’on puisse déterminer son origine.

 

La proximité lexicale et conceptuelle avec le terme « anthropogène »

            Pour approfondir lenquête, il est nécessaire de faire un détour conceptuel portant sur les travaux mentionnés de la fin du XIXème siècle. Ces travaux ont ensuite été développés plus largement dans les années 1920 notamment par le géologue russe Vladimir Vernadsky[38] qui apparait comme un chercheur très influent. Sur le plan épistémologique et lexical, le terme « anthropocène », en première approche, a un frère jumeau, le terme « anthropogène »[39] largement utilisé dans la littérature scientifique dès les années 1930[40]. Le terme « anthropogène » s’inscrit dans l’histoire de la guerre froide, théâtre scientifique d’affrontement symbolique entre les deux blocs et reste donc très proche du terme « anthropocène ».

            Ces travaux et ce terme sont identifiés par le groupe de travail sur l’Anthropocène (AWG) et sont mentionnés dans la définition de l’Anthropocène. Le site Internet de l’AWG indique dans une note de bas de page[41], que pour bien cerner l’origine de ce terme « anthropogène », il faut en effet se souvenir que les scientifiques soviétiques ont rejeté d’une part le concept d’une période tertiaire intégrée et d’autre part abandonné le terme quaternaire remplacé par la désignation « Anthropogène » en citant un géologue Tage Nilsson[42].

            La recherche visant à identifier la première occurrence du mot « anthropogène »[43] confirme l’origine du terme au début du XXème siècle par la publication d’Alexei Petrovich Pavlov en 1925 dans une revue anthropologique russe. Le Quaternaire ou Anthropogène se situait au rang d’une période, cependant les deux termes n’ont pas eu la même fortune scientifiquement parlant, le second étant préféré au profit du premier bien que son sens conceptuel soit resté inchangé[44]. Bien que proches sur le plan lexical et sur le plan conceptuel l’« anthropocène » et l’« anthropogène » sont bien distincts l’un de l’autre.

 

L’impossible origine du terme « anthropocène » dans les années 1920

            Un article[45] de Lewis et Maslin, dans la revue Nature attribue une occurrence du terme « anthropocène » à un ami de Vernadski, Alexi Petrovich Pavlov[46] mentionné précédemment. Dans leur article, Lewis et Maslin écrivent : « In the twentieth century, geologists in the West increasingly used the term Holocene for the current epoch, and Quaternary for the period. Meanwhile, in 1922 the Russian geologist Aleksei Pavlov described the present day as part of an ‘‘Anthropogenic system (period) or Anthropocene’’ »[47]. L’ouvrage cité en référence est en fait une traduction des années 1970 du russe vers l’anglais et non une traduction des années 1920 du terme « антропогена » par le terme « anthropocène ».

            Afin d’étayer la recherche suivante portant sur le plan conceptuel, la proximité de Vernadski et Pavlov est à questionner. Selon Grinevald, rien ne permet de considérer que Pavlov ait pu influencer Vernadsky dans la genèse de sa conception de la Biosphère. Vernadsky a élaboré le concept de Biosphère lorsqu’il était en Ukraine alors qu’il fuyait les bolchéviks qui venaient de prendre le pouvoir à Petrograd en octobre 1917 et ce pendant la guerre civile jusqu’en 1921. Le concept de Biosphère a pris tout son sens durant son séjour à Paris, depuis l’été 1922 jusqu’en décembre 1925. En tout état de cause et indépendamment des différentes influences, il n’est pas possible de faire remonter l’origine du terme « anthropocène » dans les années 1920.

 

Des traductions du terme « антропогена » par celui d’« anthropocene » dès les années 1960

            Laissons de côté les aspects conceptuels, pour nous concentrer sur les aspects lexicaux. Comme le souligne le travail de friche de Dominique Raynaud, le terme « антропогена »[48] a été bien et bel été traduit par celui d’« Anthropocene » au moins à partir des années 1960. Effectivement, la traduction littérale du terme « антропогена » par « Anthropocene » se retrouve dans les Rapports de l’Académie des sciences, au moins à partir de 1960. Comme le souligne Dominique Raynaud, la raison est simple : l’usage rapproché de « Pliocene », « Holocene » et « Anthropocene » recommandait d’homogénéiser les suffixes. Il est donc possible d’une part de situer l’origine du terme avant celle de Crutzen et Stoermer et d’autre part d’identifier les travaux cités en référence directement dans le champ de la géologie.

            Interrogé sur les résultats précédents, Jacques Grinevald considère que « l’Anthropogene » des Russes n’est pas « l’Anthropocene » de Crutzen. Selon lui, Crutzen et Stoermer n’avaient pas connaissance de la littérature précédente. Stoermer qui ne faisait pas partie du programme de l’IGBP aurait laissé « la main » à Crutzen. Le rôle de Stoermer sur cette question devrait être donc minoré. Grinevald confie qu’au sein de l’AWG ces éléments historiques sont discutés. Selon Grinevald, Crutzen qui est un des membres de l’AWG ne se montre pas très ouvert à la discussion. En tout état de cause, si sur le plan conceptuel, il reste à discuter la filiation des différentes dénominations. Ces derniers éléments mettent en lumière la pertinence de conceptualiser l’objet d’étude comme un « mille-feuille discursif », l’enquête permettant d’appréhender une partie des échanges inter-discursifs, forme de terreau micellaire de l’activité scientifique.

 

Les origines du concept : de la Biosphère Noösphère en passant par Gaïa

            Dans sa thèse de doctorat Sébastien Dutreuil[49] considère que lAnthropocène n’a jamais eu pour fonction de désigner une période de l’histoire de la Terre. Si effectivement, le concept est introduit par Crutzen et Stoermer dans le programme IGBP, cependant c’est en raison de sa spécificité géologique qu’au sein de l’AWG, le concept est discuté en tant que temporalité géologique en référence aux normes spécifiques à la stratigraphie. L’AWG cherche à définir les critères permettant de proposer une formalisation aux instances supérieures. Si le terme « anthropocène » est nouveau, l’idée elle-même n’est donc pas nouvelle et comme le souligne Jacques Grinevald: « Je savais bien que l’idée n’était absolument pas neuve, mais cela m’obligea à rechercher ce que ce concept de l’Anthropocène avait de vraiment nouveau »[50].

            Dans larticle de 2000, Crutzen et Stoermer font référence aux travaux dans les années 1920 du géologue russe Vernadsky, cité précédemment, portant sur l’influence humaine sur la Biosphère et ceux du jésuite français Pierre Teilhard de Chardin et du philosophe mathématicien Edouard Le Roy ayant introduit le terme de Noösphere[51]. Grinevald revient en détails sur la naissance du concept d’Anthropocène et les influences de la religion véhiculant une vision idéaliste de la Noösphère du jésuite français Teilhard de Chardin et de Leroy. Ces derniers considèrent une forme de sortie de l’homme de la Nature alors que pour Vernadsky, la Noösphère ne sort pas de la Biosphère et implique ainsi une notion de continuité, celle de l’évolution biologique à travers une espèce animale : l’homme. Theilhard de Chardin, Leroy et Vernadsky durant son séjour parisien, ont été inspirés par la philosophie d’Henri Bergson[52]. Dans L’évolution créatrice, Bergson propose de démontrer que la Nature ne cesse de se réinventer constamment, en s’appuyant sur le fait que la métaphysique traditionnelle attribuant une finalité à l’évolution et la science moderne sont les deux faces d’une même pièce, véhiculant l’existence d’un déterminisme naturel. Inspiré par Bergson et ses rencontres parisiennes, Vernadsky joua un rôle majeur sur le plan scientifique. Des années 1920 aux années 1960, ces concepts, qui ont été développés par différents chercheurs du monde entier, étaient étroitement liés aux questions portant sur le climat et se discutaient dans des programmes de recherche.

            LAnthropocène s’inscrit donc dans une longue tradition derrière différentes appellations, relevant de différentes approches conceptuelles aux frontières poreuses : « noösphere », « biosphere », « l’ère anthropozoïque », « psychozoic era », « антропогена », « anthropogene ». Le contexte politique après la deuxième guerre mondiale et la scission du monde autour des deux blocs soviétiques et américains va avoir des conséquences sur l’évolution de ces différentes approches conceptuelles en donnant naissance par exemple à la théorie de Gaïa de James Lovelock et Lynn Margullis. Comme le souligne Grinevald, l’écologiste américain William Clark dirigeait un projet de recherche interdisciplinaire novateur intitulé « Ecologically Sustainable Development of the Biosphere », dans lequel on retrouve James Lovelock et Paul Crutzen.

            La théorie de Gaïa est proche du concept d’Anthropocène. Cette théorie a connu un réel succès et a été largement reprise dans la littérature notamment par Isabelle Stengers[53], puis par Bruno Latour[54]. L’hypothèse Gaïa permet de nommer et penser l’ensemble des écosystèmes de la planète Terre considérée comme un être vivant à part entière. L’éruption de Gaïa, au même titre que la potentielle entrée dans l’Anthropocène, apporte un décentrement d’une part par rapport à l’environnement de façon générale et d’autre part agit comme un catalyseur heuristique pour l’ensemble du monde de la recherche.

            En s’appuyant sur une analyse fouillée de la naissance de l’« Hypothèse Gaïa » Sébastien Dutreuil[55] déconstruit l’idée portée par certains détracteurs faisant de Gaïa une proposition pseudo-scientifique. Son analyse vise à démontrer, que l’« Hypothèse Gaïa » tend à structurer le champ émergent des sciences du système Terre. Cependant ses contours restent encore relativement flous. Les deux concepts, Gaïa et Anthropocène, sont donc sur le « marché » académique, des concurrents directs portant sur des objets quasi-identiques. Les deux concepts visent à apporter un décentrement traduisant une forme de conscientisation des limites des ressources naturelles de la Terre. Historiquement ils s’inscrivent dans le contexte de l’émergence de la pensée environnementaliste dans les années 1970, le Club de Rome et le rapport Meadows sur les limites de la croissance. Apparu sous le vocable d’environmental turn, cette période est symbolisée par les premières photos prises depuis l’espace grâce aux missions spatiales (comme le célèbre cliché Earthrise de la Nasa). Ce décentrement fixait de façon spectaculaire les limites de notre « éco »-système (au sens de l’habitat). Les photos symbolisaient l’écho croissant dans les sociétés occidentales de la nécessité de développer une plus large réflexivité environnementale. Bien qu’il soit possible de trouver des fragments historiques d’une réflexivité environnementale qui remonteraient bien plus en amont comme le souligne Jean-Baptiste Fressoz, les années 1970 se caractérisent par une évolution significative des représentations sociales et une prise de conscience sociale à l’échelle planétaire des limites du système Terre.

 

La spécificité géologique du concept d’Anthropocène

            Dans l’article définissant l’Anthropocène, Crutzen et Stoermer, puis Crutzen et d’autres chercheurs comme Grinevald ont fait l’effort d’historiciser le concept[56]. Malgré la connaissance de l’existence de ces nombreux termes comme autant d’hypothèses, Crutzen et Stoermer considèrent qu’il semble plus pertinent d’introduire un nouveau terme, l’Anthropocène pour définir l’influence humaine considérée comme une force tellurique à part entière. Ils définissent ainsi l’Anthropocène, dont la cause tient de l’influence considérable de l’impact des activités humaines comme une nouvelle « époque » géologique qu’ils situent initialement vers la fin du XVIIIème siècle et la création de la machine à vapeur[57]. L’Anthropocène succèderait ainsi à l’Holocène.

            Donc sa spécificité et sa valeur ajoutée par rapport à l’ensemble des autres concepts se situent bien au niveau géologique. L’Anthropocène apporte une réflexion nouvelle en s’appuyant contrairement à l’ensemble des autres concepts sur la géologie et plus particulièrement au niveau stratigraphique. Le point nodal du travail et des débats porte sur l’objectivation[58] par l’analyse sédimentaire de l’impact anthropique sur le système Terre. Jacques Grinevald au cours de l’enquête souligne que le terme circulait au sein de l’International Geosphere-Biosphere Program (IGBP) et intéressait la Commission de Stratigraphie de la Geological Society. Retenons donc que le concept d’Anthropocène s’est nourri de tout un ensemble d’autres concepts plus ou moins proches tout en se détachant des autres par sa portée sur le plan géologique.

 

L’Anthropocène un apatride épistémologique

            « L’ambigüité commence avec le mot même d’anthropocène, car il est construit sur le modèle d’une ère géologique, comme existe le miocène, l’oligocène etc. Cela porte à confusion, car il est vrai que l’anthropocène peut être une nouvelle ère, pendant laquelle l’homme marque la planète, mais elle n’est surtout pas une “ère géologique” car ce ne sont ni les mêmes critères ni la même temporalité. En effet, l’ère géologique la plus courte a duré 65 millions d’années. L’existence de l’anthropocène n’est pas remise en cause, ce qui est remis en cause est le fait de dire qu’il s’agit d’une ère géologique. »[59]

 

            A eux seuls, les propos de Patrick De Wever résument le problème de la dénomination d’un point de vue de la géologie de l’Anthropocène. Pour comprendre la nuance sémantique qui en fait est un gouffre épistémologique, il faut porter l’attention sur la façon dont la géologie définit d’une part les échelles de temps et d’autre part leurs critères d’objectivation dans les couches terrestres.

            C’est au sein de l’Union Internationale des Sciences Géologiques (IUGS) que sont établis les standards utilisés par les géologues. Les subdivisions de l’échelle des temps géologiques font partie intégrante de ces normes et définissent ainsi les « ères », les « systèmes » et les « étages ». La commission internationale de stratigraphie au sein de lIUGS a pour mission de veiller au respect de ces normes et des critères qui définissent ces temps géologiques ainsi que la procédure à suivre. Une des questions centrales au cœur de ce point controversé porte précisément sur les échelles de temps sur lesquelles se définit lAnthropocène en tant qu « époque » ou qu « ère ».

            Une ère géologique est une subdivision géochronologique qui équivaut à un « étage ». L’« étage » correspond à la division de base en stratigraphie. Pour être plus précis en stratigraphie les divisions chronostratigraphiques sont caractérisées par des ensembles de couches comme les « étages », les « séries », les « systèmes », les « érathèmes », les « éonothèmes ». Ces couches permettent par correspondance de caractériser des bases de temps subdivisées en « âges », « époques », « ères », « éons ». Ces subdivisons, un peu à limage dun empilement de poupées russes, servent ensuite de marqueur temporel. Il est ainsi possible de définir une « époque » (comme lempilement de plusieurs étages formant une série). De la même façon une « période » est la compilation de plusieurs « séries » formant un système. Une « ère » se définit ainsi comme la stratification de plusieurs systèmes formant un érathème.

Dans leur article initial Crutzen et Stoermer emploient le terme d’« époque » pour définir lAnthropocène :

« Considering these and many other major and still growing impacts of human activities on earth and atmosphere, and at all, including global, scales, it seems to us more than appropriate to emphasize the central role of mankind in geology and ecology by proposing to use the term “anthropocene” for the current geological epoch. »[60]

Ils appuient leur argumentation sur les travaux de Berger et Loutre[61]. Le terme d’ère n’apparait pas dans l’article de 2000 contrairement à l’article publié en 2002 dans Nature. Crutzen reprend dans un premier temps effectivement le terme d’époque : « It seems appropriate to assign the term ‘Anthropocene’ to the present, in many ways human-dominated, geological epoch, supplementing the Holocene. »[62] Cependant, Crutzen introduit aussi le terme d’ère : « A daunting task lies ahead for scientists and engineers to guide society towards environmentally sustainable management during the era of the Anthropocene. »[63] Il existe donc une ambigüité originelle qui prend naissance dans l’article de Nature c’est-à-dire dans celui ayant popularisé le terme d’Anthropocène. En plus de l’ambigüité sur le plan lexical et sémantique, le concept soulève de sérieux problèmes sur le plan scientifique[64]. Dans sa traduction française, Jacques Grinevald reste fidèle au texte initial et reproduit cette ambigüité telle qu’elle est rédigée dans sa version originale. Ainsi dans le début de l’article il situe bien l’Anthropocène au niveau d’une : « époque géologique actuelle […] qui succède à l’Holocène »[65], et emploie le terme d’« ère de Anthropocène » à la fin de l’article : « Les ingénieurs et les scientifiques se retrouvent face à une tâche redoutable qui consiste à guider la société vers une gestion environnementale soutenable durant l’ère de l’Anthropocène »[66].

            Cette ambigüité est par la suite reproduite et entretenue par dautres chercheurs et dans les espaces de médiation et de vulgarisation. A titre dexemple, en 2011, Claude Lorius avec le journaliste spécialiste des questions environnementales Laurent Carpentier publient un livre dans lequel lAnthropocène est présentée comme une « nouvelle ère dont nous sommes les héros »[67]. La simple lecture de la quatrième de couverture indique labsence de nuance quant à la qualification de lAnthropocène comme une ère géologique :

 

« C’est en cherchant à percer les mystères du réchauffement planétaire que les climatologues ont découvert une information essentielle : l’humain est devenu la principale force géologique sur la planète. Et les stratigraphes d’aujourd’hui de se réunir pour déterminer comment traiter cette nouvelle ère dont la brièveté est justement la caractéristique ».

 

Certes le livre de Lorius qui n’est pas géologue mais glaciologue vise avant tout le grand public, cependant l’usage sans précaution d’« ère » est tout à fait significatif des ambigüités épistémologiques.

            A ces problèmes qualificatifs s’ajoutent une autre difficulté quant à l’inscription du concept dans une communauté épistémologique balisée. Le concept d’Anthropocène apparait comme un apatride paradigmatique dans le sens où il est initialement discuté hors du champ de la géologie. Les sciences du système Terre sont suffisamment structurées malgré un début d’institutionnalisation à travers le programme IGBP pour porter le concept. L’Anthropocène de plus ne correspond pas un travail initialement discuté et validé par une communauté de pairs identifiables et apparait plutôt comme un objet épistémologiquement flottant. C’est pourquoi, la proposition situant le concept dans le champ de la géologie est aussi hâtive que problématique. Au final, la proposition visant à caractériser l’Anthropocène comme une nouvelle temporalité géologique relève tout au plus d’une forme déclarative sans aucune base solide de validation sur le plan épistémologique. Depuis 2009, l’AWG s’est investi de ce travail au sein de la Sous-commission de Stratigraphie du Quaternaire (SQS). Qu’en est-il ?

L’AWG n’a à ce jour proposé aucune formalisation du concept

            A l’heure actuelle, le groupe de travail sur l’Anthropocène, AWG n’a proposé aucune formalisation du concept. Cette sous-commission est une composante de la Commission Internationale de Stratigraphie (ICS) qui est la branche historique de l’Union Internationale des Sciences Géologiques (IUGS). Il est essentiel de bien décrire l’architecture de l’ensemble de ces structures pour appréhender dans les faits les débats. Il ne s’agit pas ici d’analyser la controverse sur les origines de l’Anthropocène mais de mettre simplement au jour les difficultés d’inscrire le concept dans le champ de la géologie. L’Anthropocène est englué dans l’emboitement architectural de l’IUGS et les contraintes normatives définies par la communauté des pairs structurant la cohérence paradigmatique du champ. Il existe deux possibilités pour que l’Anthropocène puisse être formalisé par la communauté des géologues. La première option correspond à une datation chiffrée dans le temps, appelée en géologie Stratotype historique (GSSA pour Global Standard Stratigraphic Age). La seconde, surnommée par les géologues « clou d’or » et votée par le groupe de travail en 2016, correspond à la définition d’un point de référence dans les strates, appelé Point stratotypique mondial (GSSP pour Global standard Stratotype Section and Point). Cependant les propositions avancées lors du 35ème congrès de géologie qui s’est tenu fin août, début septembre 2016 en Afrique du Sud ont été rejetées par Stanley Finney qui dirigeait précédemment la Commission Internationale de Stratigraphie. A ce titre il bénéficie d’un fort capital symbolique et représente une figure d’autorité dans la communauté des géologues. En se référant à un standard[68] fournissant les critères spécifiques pour la définition des unités chronostratigraphiques, Finney et Edwards soulignaient le fait que le travail de l’AWG ne donne aucune directive pour la définition des unités géochronologiques autres que les intervalles de temps représentées par les unités chronostratigraphiques correspondantes[69]. Sur le plan géologique, l’Anthropocène n’a donc pas encore entamé le processus de formalisation et cette situation risque fort d’être durable.

            L’anthropocène n’échappe pas au même problème de migration conceptuelle mise au jour par Dutreuil, faisant de Gaïa une théorie spéculative. En ce sens, Finney a clairement pris position contre le sérieux de lAWG considéré comme une entreprise plus politique que scientifique : « Il semble que l’AWG soit plutôt une entreprise politique que scientifique à moins qu’une proposition en bonne et due forme soit formulée à la Commission internationale de stratigraphie » [librement traduit par lauteur]. Finney s’étonne que l’AWG ait pu publier de nombreux articles dans des revues majeures et que toutes ses actions et ses articles soient largement rapportés dans les médias publics. Selon Grinevald, Finney et une large partie de la communauté considèrent que les chercheurs autour de lAWG sont des « écologistes » plus ou moins catastrophistes. Interrogé sur ce point Finney se limite à dire que : « malgré toute la publicité, le Groupe de travail sur l’anthropocène n’a toujours pas préparé une proposition formelle avec la documentation stratigraphique requise, d’une unité et d’une frontière spécifiques » [traduction libre de lauteur]. Finney confirme effectivement que pour l’instant[70] aucun document n’a été transmis à la Sous-Commission Quaternaire, et dit ainsi que l’AWG n’a pas : « encore réalisé le travail fondamental consistant à fournir des marqueurs stratigraphiques de noyaux de lacs, de noyaux de glace et de noyaux marins peu profonds provenant de divers endroits à travers le monde ». Il ajoute que la science ne se construit pas à laide de proposition écrite fut-elle enrichie dune documentation appropriée et doit être soumise à l’évaluation et à la justification.

 

Conclusion

            Cet article démontre que les bases épistémologiques de l’Anthropocène, dont les origines sont antérieures à l’article de Stoermer et Crutzen en 2000, sont pour le moins fragiles sur le plan géologique. Cette « mollesse » épistémologique s’explique en grande partie en raison du caractère émergent du champ des sciences du système Terre dans les années 1980. Le concept d’Anthropocène, tel qu’il est discuté notamment dans le programme IGBP, s’inscrit dans un cadre paradigmatique insuffisamment stable. Sa migration dans le champ de la géologie, à l’inverse, l’a enfermé dans un système fortement contraignant qui ne lui a pas permis d’être validé en tant que temporalité stratigraphique. L’AWG incarne cette duplicité paradigmatique, d’une part en tant que groupe interdisciplinaire dont les activités s’inscrivent dans les sciences du système Terre, et d’autre part par son appartenance à l’Union Internationale des Sciences Géologiques (IUGS). Information majeure encore quasi invisible dans l’espace public, l’AWG n’a formulé aucune proposition de formalisation de l’Anthropocène en tant que période géologique à la Commission internationale de stratigraphie au sein de l’IUGS. Au regard des difficultés à répondre aux critères de caractérisation, que ce soit à travers le GSSA (Global Standard Stratigraphic Age) ou le GSSP (Global Standard Stratotype Section and Point), l’AWG n’est pas en mesure à court terme de proposer une formalisation. A ce titre, la recherche du « clou d’or », c’est à dire l’objectivation stratigraphique de l’impact des activités humaines à bien des égards ressemble aux controverses sur la recherche du signal climatique[71]. Dans les deux cas, l’objectivation scientifique du « signal » d’un forçage anthropique s’avère une tâche sacerdotale tant le système Terre est complexe. La réduction de cette complexité devient problématique dès lors qu’elle vise à alimenter les décisions politiques à prendre.

            La mise au jour de cette ambigüité épistémologique originelle de l’Anthropocène permet de mieux appréhender les différentes migrations conceptuelles dont il a été l’objet a posteriori. La tension entre les deux assertions introductives prend d’autant plus de relief. En effet, la migration du concept dans le champ des SHS s’est opérée sans un complet questionnement de fond et une occultation de la complexité des débats, l’Anthropocène étant considéré comme un objet froid et scientifiquement valide. Or, son flou épistémologique lui confère une forme de plasticité permettant une plus grande labilité dans différents champs. Objet de lutte symbolique interne au champ des SHS, certains acteurs se sont appropriés à la hâte le concept, sans chercher à approfondir le travail de fond sur le plan épistémologique, en (re)politisant le concept parfois de façon ostensiblement orientée à des fins stratégiques : dénoncer l’économie de marché. En quelque sorte l’Anthropocène n’a jamais existé en tant que temporalité géologique mais il existe une pluralité d’anthropocènes. Il n’est pas étonnant dès lors de constater que le truchement des jeux d’acteurs aux intérêts divergents structurés en réseaux d’alliance opacifie les débats et occulte la plupart du temps le fait que l’Anthropocène ne soit pas un concept valide dans le champ de la géologie. L’analyse de la couverture médiatique lors du 35ème congrès international de géologie en août 2016 à Cap Town en Afrique du Sud est édifiante et permet de mettre au jour ce phénomène d’opacification des débats[72].

            Malgré tout, reste à savoir si la controverse sur l’Anthropocène aura véritablement lieu. Comme dans le cas du climat[73], relevant d’un effet de loupe propre à la communauté scientifique, les controverses autour de l’Anthropocène sont en réalité peu médiatisées. Les problèmes d’ordre épistémologique ont plus tendance à être occultés, alors qu’il existe un consensus sur le plan axiologique. La raison est simple, sur le plan ontologique, les acteurs s’accordent sur sa nature hybride en dépit du flou épistémologique latent en considérant indifféremment des échelles de temps variables dès lors qu’il vise à nourrir une réflexion sur les régimes d’action. Les géologues, gardiens de la stratigraphie, concèdent à l’Anthropocène une vertu heuristique en tant que philosophie de la nature, à partir du moment où l’Anthropocène n’est pas présenté comme une temporalité géologique. Le 1er décembre 2017, la Société Géologique de France, le Muséum National dHistoire Naturelle et le Conservatoire National des Arts et Métiers proposaient avec le soutien de Total, une conférence suivant le thème : « lAnthropocène : une nouvelle ère géologique ? », avec le géologue, Patrick De Wever, l’océanographe membre de l’AWG Catherine Jeandel, et l’archéozoologue Jean Denis Vigne. La veille, ils étaient les invités de l’émission sur France Inter la Tête au carré[74] pour débattre du sujet. L’analyse des échanges met au jour une prédominance du registre concessif au prix de contorsion épistémologique. Bien que sur le plan épistémologique ils ne soient pas d’accord, leurs intérêts convergent pour considérer que l’Anthropocène est un bon moyen d’appréhender les régimes d’action face aux impacts des activités humaines sur l’environnement.

            A-t-on besoin de lAnthropocène pour prendre les décisions qui s’imposent concernant les problèmes socioenvironnementaux ? La réflexion, comme dans le jeu de Monopoly, se retrouve au point mort ou tout au plus à la case départ. La science peine invariablement à appréhender la complexité des dégradations environnementales dues aux activités humaines. La réappropriation de l’Anthropocène devient problématique dès lors qu’elle vise à nourrir les décisions politiques en gommant les incertitudes, les controverses voire les zones d’ignorances. Le phénomène n’est pas nouveau et ne diffère pas d’autres problèmes passés comme celui des pluies acides. L’affaire des pluies acides, forme d’idéal type, constitue les prémisses des difficultés de régulation de l’expertise scientifique dans le cas des problématiques socio-environnementales. A tort, l’action nécrosante de l’ozone formé à cause des rejets industriels atmosphériques était considérée comme la cause majeure du dépérissement des forêts[75]. Roqueplo démontra qu’il était nécessaire de bénéficier d’une théorie valide pour alimenter une décision politique, les incertitudes, les controverses étant considérées comme un frein à l’action. Si les leviers d’action dans le cas des pluies acides étaient « faciles » à trouver, les industriels étant prêts à modifier leurs pratiques, dans le cas présent en matière de climat ou de dégradations environnementales, les leviers économiques sont beaucoup plus difficiles à mettre en œuvre. Or il existe des points de vue divergents. En effet, l’analyse des registres discursifs renvoient à des régimes d’actions mettant au jour deux visions polarisées du monde. D’un côté, celle moderniste portée par Crutzen considérant que la science et notamment la géo-ingénierie peuvent apporter des solutions. De l’autre côté, celle inspirée de l’écologie politique visant à remettre en question la main mise des hommes sur leur environnement et dénonçant le modèle capitaliste objet de toutes les critiques.

            Sur le plan théorique cet article apporte quelques éléments de réflexion bien qu’il se limite au stade préliminaire de l’enquête, c’est à dire à la fouille épistémologique, d’un cadre plus général d’analyse des controverses socioscientifiques. En ce sens, l’analyse de l’Anthropocène s’avère un objet d’étude pour la sociologie heuristiquement très fécond et une opportunité pour démontrer sa capacité à prendre de la hauteur sans pour autant rester cantonnée dans une position d’externalité, réflexivité aidant, et construire des discours tangibles sur les évolutions du monde contemporain. En effet, la sociologie peut contribuer efficacement à analyser l’urgence écologique, qui sur le plan analytique peut être considérée comme un marqueur pertinent de l’évolution de nos sociétés sur les questions socioenvironnementales. Cela revient à porter un regard distancié sur la littérature : au temps des catastrophes[76], face à Gaïa[77], face à l’urgence climatique[78], et ouvrir en quelque sorte la « boite noire » [79] des sciences toutes disciplines confondues en incluant l’enquêteur dans une même matrice analytique. Ces éléments posent donc en retour des questions de fond sur l’évolution des cadres d’analyse des controverses socioscientifiques, la posture de l’enquêteur, et l’importance de décloisonner les champs par un questionnement épistémologique systématique sur les zones de convergences et de divergences des différentes approches et ainsi sortir de l’impasse des guerres de clochers épistémiques.

            Pour terminer, l’article souhaite ouvrir le débat en s’appuyant sur les propos de Catherine Jeandel membre de l’AWG et du comité scientifique de la Fondation de lEcologie Politique. Interrogée directement pour les besoins de l’enquête, au regard de lurgence de laction, elle ne craint pas : « [] une certaine simplification aujourd’hui, compte tenu de l’urgence d’agir et de la méconnaissance des questions par les dirigeants de GRANDS pays… ». Dun point de vue réflexif, je considère contrairement à Jeandel que la simplification est problématique dès lors quelle vise à nourrir les décisions politiques. A mon sens, il est important de débattre de la science telle quelle se fait, et mettre sur la place publique la complexité de lAnthropocène pour prendre les décisions politiques nécessaires. Cest bien plus quun effort de pédagogie sociale quil est nécessaire dentreprendre pour aborder la question de lagir environnemental et « réussir » la transition écologique et solidaire. Laplatissement de la complexité des savoirs scientifiques est problématique et une source potentielle de controverses, de dénonciation, dinstrumentalisation et de disfonctionnement de lactivité scientifique. Le décloisonnement des sciences dans la société doit sopérer à la lumière de la complexité des débats. Lexpression démocratique de la complexité permet une libre interprétation et appropriation citoyenne du concept mais sexpose au risque dinstrumentalisation au profit du laisser faire, « business as usual ». A lheure actuelle, les modalités de régulation du débat démocratique, quil soit participatif ou non, sancrent dans le modèle communicationnel dune science parlant au pouvoir et répondant à un idéal habermassien. A ce jour, il existe une tension, voire un paradoxe entre une forme dinjonction à la participation citoyenne et les réminiscences dun modèle technocratique visant à simplifier à outrance le débat. En considérant le problème dans le prisme du triptyque sciences-normes-décisions se pose la question dappréhender les incertitudes, les controverses voire les zones dignorances en tant que moteur ou frein à laction. Les SHS peuvent en ce sens relever ce véritable défi et aborder de façon critique et réflexive les questions socioenvironnementales et les controverses sous-jacentes en acceptant d’être aux prises avec les multiples tensions, quelles soient normatives ou scientifiques.

 


[1] Cet article est dans la continuité des travaux de Lionel Scotto d’Apollonia portant sur la construction d’un cadre d’analyse socioépistémique non réductionniste des controverses socioscentifiques, comme celles portant sur le climat ou l’Anthropocène. Les résultats présentés dans cet article ont fait l’objet d’une présentation lors des 6e Journée Épistémologie de l’Université de Montpellier 30 & 31 mai 2017.

[2] Christophe Bonneuil et Jean Baptiste Fressoz, L’Evénement Anthropocène. La Terre, l’histoire et nous, Paris : Seuil, 2013.

[3] Selon Chateauraynaud et Debaz : « Dans les milieux qui font contre-anthropocène, actions et jugements s’attachent à soigner ou restaurer les médiations sensibles entre ce qui relève de l’agence humaine, capable de configurer institutionnellement le monde, y compris donc dans sa dimension biophysique, et l’irréductibilité des formes de vie en interactions, que les milieux soient inertes ou vivants, physiques ou biologiques, naturels ou artificiels, humains ou technologiques. On pourrait pousser la formule et dire que pour un Anthropocène, fleurissent une pluralité de contre-anthropocènes – sans majuscule, donc. »

Francis Chateauraynaud et Josquin Debaz, Aux bords de l’irréversible. Sociologie pragmatique des transformations, Paris: Petra, 2017, p. 591.

[4] Ibid. p. 174.

[5] L’auteur a opté de mettre en italique avec une majuscule, l’Anthropocène quand il s’agit du concept. L’usage des guillemets concernant l’« anthropocène » se réfère au terme stricto sensu.

[6] Paul. Crutzen, « Geology of mankind », Nature, 3, janvier 2002.

[7] Paul. Crutzen et Eugène Stoermer, « The ‘Anthropocene’ », Global Change. IGBP Newsletter, 2000, 41, p. 1718.

[8] Article consulté le 7 novembre 2016 sur le lien suivant : https://zilsel.hypotheses.org/284

[9] Francis Chateauraynaud et Josquin Debaz, op. cit., p. 33.

[10] Ibid., p. 47.

[11] L’anthropostream désigne le courant dominant, le main stream inspiré par le courant de l’écologie politique visant à imposer une vision normative, monolithique et globale des problématiques environnementales désignant l’économie de marché comme seule responsable. Lanthropostream réduit la complexité des débats et participe à invisibiliser les controverses sur le climat ou l’Anthropocène en les réduisant à de simples querelles/polémiques idéologiques.

[12] C’est précisément, les limites d’une approche globalisante qui les amènent à proposer « un mouvement dans la sociologie des alertes et des controverses » en développant la notion de micro-monde. Dans leur conceptualisation un micro-monde n’est pas synonyme de local, mais d’un univers partagé par des entités capables d’en assurer l’animation, d’en partager activement le caractère vivant, sans dépendre d’un système ou d’un dispositif englobant.

Francis Chateauraynaud et Josquin Debaz, op. cit., p. 569.

[13] Bruno Latour, La science en action, La Découverte, 1989.

[14] James Lovelock et Lynn Margulis, « Atmospheric homeostasis by and for the biosphere: The Gaia hypothesis », Tellus, vol. 26, n° 1, 1974, pp. 1-10.

[15] Sébastien Dutreuil, « James Lovelock, Gaïa et la pollution : un scientifique entrepreneur à l’origine d’une nouvelle science et d’une philosophie politique de la nature », Revues Zilsel, Editions du Croquant, N°2, septembre 2017, p. 21-61.

[16] Le débat a notamment été ouvert à nouveau suite à la publication de l’analyse de la controverse portant sur la mémoire de l’eau de Pascal Ragouet et la récession faite par Marine Dhermy-Mairal et Volny Fages dans la toute nouvelle revue Zilsel.

Pascal Ragouet, L’eau a-t-elle une mémoire ? Sociologie d’une controverse scientifique, Paris : Raisons d’agir, Cours et travaux, 2017.

Marine Dhermy-Mairal et Volny Fages, Une étude de controverses à nouveaux frais ? Des normes pour comprendre le champ scientifique, Zilsel, n°2 septembre 2017, pp. 167-184.

Et les réactions ensuite le blog en ligne de la revue consultable en ligne le 25 octobre 2017 :

Réponse de Pascal Ragouet : https://zilsel.hypotheses.org/2922

La réponse à la réponse de Ragouet : https://zilsel.hypotheses.org/2928

[17] Jérôme Lamy, « Controverses et STS : stop ou encore ? », Revue Zilsel, n°2, septembre 2017, pp.125-130.

[18] La conception kuhnienne appréhende la science, non plus comme un espace autonome et indépendant de la société, mais comme un système de croyance, où les résultats dépendent des conditions sociales dans lesquelles elles sont produites.

[19] Lionel Scotto d’Apollonia, Les controverses climatiques : une analyse socioépistémique, Thèse de doctorat, Université Paul-Valéry Montpellier 3, 2014.

[20] Francis Chateauraynaud, Argumenter dans un champ de forces. Essai de balistique sociologique, Paris : Petra, 2011.

[21] Jean-Michel Berthelot, L’emprise du vrai. Connaissance scientifique et modernité, Paris : PUF, 2008.

[22] Dominique Raynaud, Sociologie des controverses scientifiques, Paris : Puf, 2003.

[23] David Bloor, Sociologie de la logique ou les limites de l’épistémologie, Paris : Pandore, 1983 [1976].

Pierre Bourdieu, Science de la science et réflexivité. Cours du Collège de France 2000-2001, Paris : Raisons d’agir Editions, 2001.

Joëlle Le Marec, « Enquête et savoir du contact dans les études de sciences: pour une réflexivité institutionnelle », in J. Le Marec (dir.) Les études de sciences : Pour une réflexivité institutionnelle, Paris : Les archives contemporaines, 2010.

[24] Lionel Scotto d’Apollonia, « Ce que parler des controverses veut dire », Revue Hermès, n°73, in Controverses et communications, (dir. D. Wolton, R; Badouard, C. Mabi), CNRS Editions, pp. 129-136, 2015.

[25] David Bloor, Sociologie de la logique ou les limites de l’épistémologie, Paris : Pandore, 1983 [1976].

[26] Michel Callon et Bruno Latour, La science telle qu’elle se fait, Paris, La Découverte, 1990.

[27] Michel Dubois, La nouvelle sociologie de sciences, Paris : PUF, 2001.

[28] Paul Crutzen, art. cit.

[29] Paul Crutzen et Eugène. Stoermer, art. cit.

[30] Recherche effectuée sur le moteur Web of Science le 8 octobre 2016.

[31] Recherche effectuée sur le moteur Web of Science le 8 octobre 2016.

[32] William Steffen, Jacques Grinevald, Paul Crutzen et John. McNeill, « The Anthropocene: conceptual and historical perspectives », in Philosophical Transactions of The Royal Society A Mathematical Physical and Engineering Sciences, 369(1938):842-67, March 2011.

[33] Dominique Raynaud, « Anthropocène. Technique. Deux points de contact entre science et pensée partisane », Revues Zilsel, Editions du Croquant, N°3, janvier 2018.

[34] Paul Crutzen, « La géologie de l’humanité : l’Anthropocène », Ecologie & politique, 2007/1, n°34, p. 141-148, 2007.

[35] Joseph Le Conte, Elements of Geology, 1877, p. 269.

[36] Jacques Grinevald, « Le concept d’Anthropocène et son contexte historique et scientifique », Entropia, n°12, p. 22-38, 2012.

[37]Andrew Revkin, « Global warming: understanding the forecast American Museum of Natural History Environmental », Fund, New York: Abbevill Press, p. 55, 1992.

En fait, interrogé directement Revkin qu’il a propose le terme “Anthrocene” et considère que: “perhaps more significantly it was the first published assertion that we were in a “post-Holocene” period”. Il renvoie à la référence de son livre via Internet: https://www.slideshare.net/mobile/Revkin/reconsidered-my-1992-book-on-global-warming

[38] Vladimir Igor Vernadsky, Biosphere and Noosphere. Am. Sci. 33, 1–12, 1945.

[39] Innokentii Gerasimov, “Anthropogene and its major problem”, Boreas 8, 23-30, 1979.

[40] Dominique Raynaud, « Anthropocène. Technique. Deux points de contact entre science et pensée partisane », Revues Zilsel, Editions du Croquant, N°3, janvier 2018.

[42] Tage Nilsson, The Pleistocene. Reidel, Dordrecht, p. 23-4, 1983.

[43] Dominique Raynaud, art. cit.

[44] Innokentii Gerasimov, Anthropogène et son problème majeur. Boreas 8, 23-30, 1979.

[45] Simon L. Lewis et Mark. A. Maslin, “Defining the Anthropocene”, Nature, 12 mars 2015, Vol. 519, p. 171

[46] Attention il ne faut pas confondre Alexi Pavlov avec Ivan Pavlov, également un collègue académicien proche de Vernadsky.

[47] Simon L. Lewis et Mark. A. Maslin, art. cit., p. 173.

En référence à:

E. V. Shantser, in Great Soviet Encyclopedia Vol. 2 (ed. Prokhorov, A. M.) 139–144 (Macmillan, 1979).

[48] Dominique Raynaud, art. cit.

[49] Sébastien. Dutreuil, Gaïa: hypothèse, programme de recherche pour le système terre, ou philosophie de la nature ?, thèse de doct., Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 2016.

[50] Jacques Grinevald, « Le concept d’Anthropocène et son contexte historique et scientifique », Entropia, n°12 p. 22-38, 2012, p. 3.

[52] Henri. Bergson, L’Evolution créatrice, Paris, Librairie Félix Alcan. (rééd. PUF), 1907.

[53] Isabelle Stengers, Au temps des catastrophes, Paris : Les empêcheurs de penser en rond, La découverte, 2009.

[54] Bruno Latour, Face à Gaïa, Paris, Les empêcheurs de penser en rond-La Découverte, 2015.

[55] Sébastien Dutreuil, « James Lovelock, Gaïa et la pollution: un scientifique entrepreneur à l’origine d’une nouvelle science et d’une philosophie politique de la nature », Revues Zilsel, Editions du Croquant, N°2, septembre 2017, p. 23.

[56] William Steffen, Jacques Grinevald, Paul Crutzen et John. McNeill, art. cit.

Jacques Grinevald, « Le concept d’Anthropocène et son contexte historique et scientifique », Entropia, n°12 p. 22-38, 2012, p. 3.

[57] Revenant sur la publication de Crutzen dans Nature, Grinevald considère que faire débuter l’Anthropocène avec le brevet de la machine à vapeur : « pour un historien cela ne tient pas la route, pour un historien des techniques c’est presque une stupidité, c’est anachronisme, une machine à vapeur ne fait pas plus la révolution industrielle, pas plus qu’une hirondelle fait le printemps ».

Lien consulté le 10 décembre 2016 : http://humanitesenvironnementales.fr/fr/les-ressources/les-grands-entretiens?page=2#prettyPhoto/0/

[58] En ce sens, il existe une forme de similarité entre la recherche du signal climatique et la recherche de l’impact de l’homme sur son environnement dans les couches géologiques de la Terre.

[59] Patrick de Wever, « L’anthropocène, une nouvelle époque géologique », Atlantico, 31 aout 2016.

Article consulté en ligne le 13 oct. 2016 sur le lien suivant : http://www.atlantico.fr/decryptage/anthropocene-nouvelle-epoque-geologique-pourquoi-route-est-encore-longue-avant-que-age-homme-ne-soit-officiellement-reconnu-2806177.html

[60] Paul Crutzen et Eugène Stoermer, art. cit., p. 17.

[61] Ce point de controverse est abordé plus loin, Berger et Loutre sont ceux qui s’opposèrent à l’hypothèse de Ruddiman.

[62] Paul Crutzen, art. cit., p. 23.

[63] Ibid., p. 23.

[64] Il est possible de se demander pourquoi les reviewers de l’article publié dans Nature n’ont pas été suffisamment attentifs sur ce point qui est loin d’être un détail sur le plan scientifique en demandant le plus simplement une clarification comme cela se fait usuellement.

[65] Paul Crutzen, « La géologie de l’humanité : l’Anthropocène », Ecologie & politique, 2007/1, n°34, p. 141-148, 2007.

[66] Paul Crutzen, Art. cit.

[67] Claude Lorius et Louis Carpentier, Voyage dans l’Anthropocène. Cette nouvelle ère dont nous sommes les héros, Arles : Actes Sud, 2011.

[68] Amos Salvador, International Stratigraphic Guide, 2nd edition: Boulder, Colorado, Geological Society of America and International Union of Geological Sciences, 1994.

[69] Stanley Finney et Lucy Edwards, « The Nature and Utility of the Anthropocene Political Statement ? », GSA Today, v. 26, 2016, pp. 4-10.

[70] L’échange date de novembre 2016.

[71] Lionel. Scotto d’Apollonia, « Ce que parler des controverses veut dire », Revue Hermès, n°73, in Controverses et communications, (dir. D. Wolton, R; Badouard, C. Mabi), CNRS Editions, pp. 129-136, 2015.

[72] Lionel. Scotto d’Apollonia, « L’épistémologie molle de l’Anthropocène », communication lors des 6ème journées de l’épistémologie, Université Montpellier, 22 mai 2017.

http://www.epistemologie.univ-montp2.fr/images/epistemo/affiches2017/2017_Scotto-d-Apollonia_affiche-A4.pdf.

[73] Jean-Baptiste Comby, « Controverse et disqualification médiatique des « climato-sceptiques » en France », in Controverses et communications, (dir. D. Wolton, R; Badouard, C. Mabi), CNRS Editions, pp. 31-38, 2015.

[74] Lien consulté le 3 décembre 2017 : https://www.franceinter.fr/emissions/la-tete-au-carre/la-tete-au-carre-30-novembre-2017.

[75] Philippe Roqueplo, Climats sous surveillance – Limites et conditions de l’expertise scientifique, Paris : Editions Economica, 1993, p. 21.

[76] Isabelle Stengers, Au temps des catastrophes, Paris : Les empêcheurs de penser en rond, La découverte, 2009.

[77] Bruno Latour, Face à Gaïa Huit conférence sur le nouveau régime climatique, Paris : La Découverte, 2015.

[78] Laurence. Tubiana et Hubert. Kieken, « L’urgence climatique : une occasion pour l’Europe ? », Études 2007/6 (Tome 406), p. 749-758.

[79] Bruno. Latour, La science en action, La Découverte, 1989.