Tous les articles par Lionel Scotto d'Apollonia

EN LISSE POUR LE PRIX DE LA RECHERCHE PARTICIPATIVE

Les projets ARTIVISTES  à l’honneur

Nous avons le plaisir d’être sélectionnés parmi plus de 50 projets pour concourir au prix de la recherche action participative. Dans la chaleur estivale nous allons rédigé une note de synthèse, les résultats finaux sont attendus à l’automne…

Notre projet articule le projet financé par l’ADEME Air Climat Santé Société & Art et le projet Particip’Air qui a donné lieu au projet BREATHE sélectionné par l’ANR.

La Fondation de France et le Groupement d’intérêt scientifique Démocratie et Participation partagent la conviction que la participation de toutes et tous à la production des savoirs est une condition nécessaire pour affronter les crises sociales, environnementales et démocratiques et relever les défis à venir.

Ils s’associent pour organiser un Prix de la recherche participative 2019permettant de mettre en valeur la recherche participative qui rassemble chercheur·e·s, professionnel·le·s et citoyen·ne·s.

Objectif

Le prix de la recherche participative entend contribuer à stimuler à la fois le débat sur ces questions épistémologiques et les expérimentations concrètes de recherches participatives en France. Les équipes lauréates bénéficieront d’une dotation financière dédiée à la valorisation de la recherche participative, selon un format adapté à chaque collectif.

Critères de sélection

Le prix de la recherche participative porte sur la valorisation de recherches déjà abouties, dont les premiers résultats sont suffisamment avancés pour être présentés, et permettent d’évaluer comment s’articulent production de connaissances et action.

Le comité scientifique appréciera la qualité globale des démarches présentées. Il prendra en compte la diversité des approches, des champs, des méthodes et des publics ciblés, notamment les personnes en situation de précarité éloignées des processus de participation, selon les recherches.

Il sera particulièrement attentif à quatre dimensions essentielles de la recherche participative :

  • Les objectifs : Pourquoi le collectif d’acteur.es-chercheur.es s’est-il formé ? Quelles ont été les motivations et les raisons pour l’impulsion de cette démarche de coopération ?
  • La méthode : Quelles sont les modalités d’implication des personnes concernées ? Comment le processus de recherche prévoit-il et permet-il leur entière inclusion à toutes les étapes et dans toutes les activités de recherche, en adaptant la méthode à leurs éventuelles difficultés ? Comment le processus de recherche permet-il également un changement de la posture de chercheur ?
  • Les effets sur les connaissances : Quels sont les impacts de la recherche sur la production de nouvelles connaissances ? Sur la formulation de nouvelles hypothèses ? Sur le développement de nouvelles méthodes ?
  • Les effets sur la société : Quels sont les impacts (envisagés et constatés) pour les différentes personnes impliquées, y compris les chercheurs ? Sur leur environnement ? Sur le problème traité ? Sur les institutions ? Sur les décisions publiques ?

Plus de renseignements sur: http://www.participation-et-democratie.fr/fr/content/prix-de-la-recherche-participative

SEMINAIRE 4 & 5 JUIN 2019 – DE LA DEMOCRATISATION DES POLITIQUES PUBLIQUES SUR LES ENJEUX AIR CLIMAT SANTE

DE LA DEMOCRATISATION DES POLITIQUES PUBLIQUES sur les enjeux Air Climat Santé :

Ce séminaire (ARTDev, Artivistes-atelier) se déroule dans le cadre du projet AACT-AIR financé par l’ADEME: Air Climat Santé Société & Art. Il s’articule avec le projet Particip’Air (Géosciences Montpellier, Artivistes-atelier et MSHSUD).

Il vise à dresser un bilan sur les plusieurs retours d’expériences et développer des réflexions croisées sur la transformation de gouvernance et le processus participatif de la décision publique.

PROGRAMME A COUPER LE SOUFFLE

PROGRAMME PREVISIONNEL

Mardi 4 juin 2019 – 18H – Débat citoyen  Des alertes à couper le souffle

Avec Francis Chateauraynaud Directeur d’étude EHESS, Directeur du GSPR (Groupe Sociologie Pragmatique et Réflexive), Pierre Camps (D.R. CNRS Géosciences Montpellier), Davia Dosias-Perla (Ingénieur CNRS ARTDev, co-fondatrice Artivistes-atelier) en présence de responsables politiques.

Le débat citoyen sera animé par Lionel Scotto d’Apollonia  (LIRDEF UM, co-fondateur Artivistes-atelier, GDR PARCS)

Gratuit: Lieu à définir

Suivi d’un concert avec Olivier Roman Garcia

Mercredi 5 juin 2018 (MSH SUD)

9H Ouverture présentation par Mohamed Djouldem (UM3-UMR ART Dev) responsable scientifique du projet Air climat santé société et Art.

9H15 : « État des lieux politiques publiques sur l’air en France : citoyens, experts et politiques efficaces » Florian Charvolin (à redéfinir avec Florian Charvolin).

Table Ronde 1 : Vers une gouvernance citoyenne de la qualité de l’air ?

10H00 : Présentation de l’état d’avancement du projet ACS&ART et cadrage technique par Davia Dosias-Perla

10H20 : Biosurveillance de la qualité de l’air en lien avec le projet ACS&ART par Pierre Camps (UMR GM) et Lionel Scotto d’Apollonia (Artivistes atelier/ GDR PARCS)

Discutant : Denis Salles

Pause

11H15 Table Ronde 2 : Co-construction des indicateurs d’efficacité : enfumage ou avancée démocratique ?

Cadrage sur les indicateurs- Cyrille Ferraton (UMR 5281 ART-Dev)

11H35 : Exemple de projets de recherche sur des indicateurs participatifs environnementaux / Evaluation des politiques publiques de développement durable (Hélène Rey Valette ou Emmeline Hassenforder IRSTEA) Emmeline ou Sarah.

à A choisir dans l’idée d’ouvrir sur le terrain « participation et intégration des données dans les politiques publiques ».

Discutant : Philippe Zittoun

Repas

14H00 Table Ronde 3 Les grands témoins (à titre indicatif)

Marie Pouponneau (ADEME Paris, service qualité « air »), Léa Kamoun , Salvador Nunez (Directeur Régional des opérations de Vinci Autoroutes), Fabrice Fenoy (Elu Lunel Vieil), Citoyennes et citoyens.

15h30 -17h00 Atelier participatif

17h Bilan APERITIF DE CONCLUSION

Séminaire organisé sous la direction de :

  • Davia DOSIAS PERLA
  • Lionel SCOTTO D’APOLLONIA
  • Cyrille FERRATON
  • Virginie ANQUETIN
  • Mohamed DJOULDEM

 

LA POLLUTION ATMOSPHERIQUE TUE DEUX FOIS PLUS QUE LE TABAC

La qualité de l’air est devenue un enjeu majeur de santé publique au cœur de la transition écologique, énergétique et solidaire : 3 millions de décès annuels sont imputés à sa « pollution » à l’échelle du globe, dont 11 000 pour la France. Pourtant, il y a encore moins de dix ans, l’Etat favorisait grâce au bonus écologique l’achat de véhicules diésels. La taxation récente de ce carburant indique que « l’air » témoigne de cette volonté de prendre en compte cette question source de tensions sociales. L’objectif d’amélioration de la qualité de l’air s’est accompagné d’une panoplie de mesures réglementaires affichées à travers diverses mesures au premier rang desquelles l’intégration de l’enjeu « air » aux plans climats (Plans Climat Energie Territoriaux -PCET- devenus Plans Climat Air Énergie Territoriaux -PCAET-) auquel s’ajoutent la vignette Crit’air, la délimitation de Zones à Faible Emission (ZFE) ou encore les Plans de Prévention Atmosphérique (PPA). Malgré ces mesures, les politiques publiques en faveur de la qualité de l’air manquent chroniquement d’efficacité. Pour preuve, fin 2018 la France est poursuivie par la Cour de Justice Européenne pour dépassement des valeurs limites de qualité de l’air fixées et manquement à l’obligation de prendre des mesures appropriées pour écourter le plus possible les périodes de dépassement. En effet, sur le plan juridique et technique, la mise en application des lois se heurte à une double problématique (Charvolin, 2015 ; Massart Guibaud, 2010). D’une part les différentes lois et plans d’actions sont construits à partir de cette sectorialisation dans laquelle santé, air, climat et société sont traités de façon dissociée. D’autre part, mises en œuvre à l’échelle municipale, elles peinent à trouver de la cohérence sur un territoire suffisamment important pour améliorer leurs chances d’efficacité (Mermet et al. 2005). De surcroît, force est de constater que les populations ne sont pas impliquées dans l’ensemble des dispositifs « qualité de l’air » (Chevalier et al. 2007 ; Chateauraynaud et Debaz, 2013).

Ce séminaire porte sur l’efficacité des processus de construction des politiques publiques sur les enjeux croisés air climat santé en croisant les analyses et les regards sur la fabrique dite participative des politiques publiques (Scotto d’Apollonia et al. 2018 ; Dosias-Perla et al. 2018). Pour cela il s’appuie sur un premier bilan d’un projet à la fois innovant et original de recherche action participative « Air Climat Santé Société & Art ». Ce projet financé par l’appel à projet ADEME AACT-AIR a, en effet, pour spécificité de se situer à l’interface sciences-société en étant co-piloté par l’UMR ART-Dev et l’association Artivistes-atelier. L’objectif du projet est d’accompagner et d’aider les politiques publiques en faveur de la qualité de l’air et de co-construire avec les citoyens des indicateurs d’efficacité des actions sur le territoire pilote de l’Agglomération du Pays de l’Or. Ces réflexions croisées porteront sur la construction collective, « participative », d’indicateurs d’efficacité des politiques publiques en matière de « pollution de l’air » et sur la prise en compte de ces indicateurs « participatifs » dans la mise en œuvre d’une politique publique de l’air.

L’évaluation des politiques publiques environnementales et de développement durable et la production d’indicateurs de suivi sont sujets à des différences de degré réglementaire. En effet les évaluations des politiques publiques environnementales du type aménagement durable ou portant sur des mesures agro-alimentaires sont incitatives et volontaires tandis que les évaluations et suivi des Plans Climat Air Énergie Territoriaux sont intégrés dans l’élaboration de cette politique publique dont les modalités sont encadrées par le Code de l’Environnement. L’analyse critique de l’usage des indicateurs comme des outils de gestion de l’action publique et comme des instruments de construction collective de la gouvernance a déjà fait l’objet de plusieurs études (Zittoun, 2009 ; Hezri et Hasan, 2004 ; Lascoumes et al., 2014). Leur utilisation reste promue dans un large panel de dispositifs d’action publique : « agendas 21 » communaux, « Objectifs développement durable », « Plans climats », indicateurs de richesses, indicateurs de santé publique, etc (Jacob, 2005). Objets de toutes les attentions, il n’en demeure pas moins que la production de ces indicateurs constitue un point d’entrée pour analyser ce qui se joue dans les discours sur la production d’une action publique à l’interface sciences-société (Zarka, 2009). Reste à questionner comment les indicateurs peuvent constituer, dans une perspective de mise en œuvre d’un gouvernement de l’air, un outil hybride à la fois technocratique et démocratique pour produire et réaliser des actions fondées à la fois sur « l’objectivité » de données statistiques et sur des processus « participatifs ».

Ce séminaire propose ainsi de débattre des possibilités, des conditions et des effets de démocratisation et de co-construction participative de tels indicateurs en mettant en perspectives les conflictualités techniques, sociales, politiques et économiques. De façon transversale, ce séminaire ambitionne de questionner la réflexivité des différents acteurs et notamment celles des chercheurs à la fois sur les plans collectifs et individuels. Ce séminaire propose de mettre en réflexion nos pratiques sur ces enjeux de participation multi acteurs dans l’aide à la décision et l’appui à l’action environnementale sur les territoires. Nous proposons ainsi de nourrir la réflexion autour de plusieurs questions :

La co-construction d’indicateurs permet-elle de construire des processus d’expertise évolutifs permettant d’échapper aux limites des exercices de participation et notamment de l’engouement autour de l’injonction du « tout participatif » (Blondiaux, Fourniau, 2011) ?             Comment lever ou contourner les effets de cosmétiques communicationnelles fortement conditionnées par les agendas électoraux pour construire des politiques publiques « efficaces » (Salles, 2006) ?

Quels sont les effets de la participation sur le processus de construction de la politique publique et spécifiquement d’une politique publique sur les enjeux croisés Air Climat Santé ?

Quelle est la visée et la portée d’une telle élaboration participative des politiques publiques ?

Un processus plus participatif permet-il réellement d’obtenir le partage du pouvoir de délibération et de décision entre gouvernants et gouvernés ?

Un processus plus participatif permet-il la construction d’un consensus prenant suffisamment en compte l’expression du conflit et le pluralisme des représentations ?           Comment la co-construction des indicateurs « participatifs » influence-t-elle la justification démocratique des politiques publiques ?

 

BIBLIOGRAPHIE

Blondiaux, L. et Fourniau, J-M. 2011 – « Un bilan des recherches sur la participation du public en démocratie : beaucoup de bruit pour rien ? », dans Participations, Vol 1, p. 8-35.

Charvolin, F. et al. 2015 – Un air familier. Socio histoire des pollutions atmosphériques. Paris : Les Mines, Paristech.

Chateauraynaud, F., Debaz, J. 2013 – De la métrologie en démocratie. La nouvelle vague des capteurs-citoyens, chapitre du rapport GSPR/ANSES, publié dans Socio-Informatique et Argumentation, 30 septembre.

Chevalier, D. et al. 2007 – La dialectique de la mobilisation et de l’injonction dans la « petite fabrique locale » du développement urbain durable, Urbia.

Dosias-Perla, D. et al. 2018 – « La fabrique participative de la qualité de l’air: Atelier Artivistes » dans ISTE Editions.

Hezri, A. et Hasan, M-N. 2004 – « Management framework for sustainable development indicators in the State of Selangor, Malaysia », dans Ecological Indicators 4, 287-304.

Jacob, S. 2005 – Institutionnaliser l’évaluation des politiques publiques. Étude comparée des dispositifs en Belgique, en France, en Suisse et aux Pays-Bas. Presses interuniversitaires européennes, 271p.

Lascoumes, P. et al. 2014 – Le développement durable. Une nouvelle affaire d’État. Paris : PUF.

Massard-Guilbaud, G. 2010 – Histoire de la pollution industrielle : France, 1789-1914. Paris : Éditions de l’EHESS.

Mermet et al. 2005 – « L’analyse de la gestion environnementale : un cadre théorique pour penser l’efficacité en matière d’environnement », dans Natures Sciences Sociétés, Vol. 13, no. 2, pp. 127-137.

Salles, D. 2006 – Les défis de l’environnement. Démocratie et efficacité.  Paris, Syllepses.

 

Scotto d’Apollonia, L. et al. 2018 – De la biosurveillance participative de la qualité de l’air, Revue Technique de l’ingénieur, publication prévue fin 2018.

Zarka, Y-C. 2009 – « L’évaluation : un pouvoir supposé savoir », dans Cités, Vol. 1, no 37, pp 113-123.

Zittoun, P. 2009 – Des indicateurs pour gouverner : boussoles ou miroirs déformants, Paris : collection Recherche du PUCA, n°196.

 

ATELIER PARTICIPATIF LYCEEN SUR LE CLIMAT

ACCOMPAGNER LA MARCHE LYCEENNE

Une journée de mobilisation lycéenne réussie : des revendications de la marche à l’action.

Coordonnée par Caroline Roulier, animée par l’association Artivistes-atelier parrainée par le climatologue Jean Jouzel la démocratie participative s’est invitée ce vendredi 15 mars au lycée Jean Jaurès de St Clément de rivière. Après la marche Artivistes a permis de convertir leurs revendications, volontés, désirs d’avenir en actions en présence de madame Gille, rectrice de la région Occitanie, Mr Barbes président de la communauté de communes Pic St Loup, Madame Béatrice Cheutin IPR, responsable académique de l’EDD et en présence de nombreux élus et représentants académiques.

UN ATELIER PARTICIPATIF ARTIVISTES

L’atelier a commencé de façon ludique par le jeu « le réchauffement climatique expliqué à mes parents » (Prix éducation Forum International Météo-Climat, 2017) afin d’améliorer leur connaissance sur la question climatique.

Répartis ensuite par table en fonction des enjeux exprimés lors de la marche pour le climat (mobilités, éducation, alimentation, énergie, mobilisation, biodiversité), les lycéens en présence, de professeurs, d’élus et de Madame Gille Rectrice d’Académie, des représentants académiques ont travaillé dans la joie et la bonne humeur afin de passer à l’action à l’échelle de leur lycée et de leur territoire. Une expérimentation pilote à l’échelle nationale réussie main de mettre grâce aux outils participatifs des Artivistes, association cofondée par Lionel Scotto d’Apollonia (Enseignant Sciences Physiques et chercheur LIRDEF) et Davia Dosias-Perla ingénieure au CNRS (ARTDev). A la pointe de l’innovation, l’adage des Artivistes est de (re)donner la parole aux citoyens et les moyens d’agir. Leur mission : aider et d’accompagner les collectivités dans la construction de leurs politiques publiques sur l’ensemble des questions socioenvironnementales.

Le dispositif Artivistes-atelier vise à développer une éducation à l’environnement, à la responsabilité, à la citoyenneté par une mobilisation des intelligences sensibles et créatives des élèves. Les Artivistes développent ainsi dans les écoles des actions éducatives autour des thématiques socioenvironnementales et liées au développement durable. Il s’agit de développer une éducation à la fois aux enjeux sociaux et environnementaux dans des projets d’art ou à travers le jeu. Une réponse simple et efficace intégrer des dispositifs éducatifs innovants dans les enjeux de la transition écologique et solidaire.

CO-CONSTRUIRE DES BOUQUETS D’ACTIONS

Expérimentation climatique & citoyenne au lycée Jean Jaurès St Clément de Rivière réussie.
Après la marche Artivistes a permis de convertir l’énergie citoyenne en actions en présence de madame Gille, rectrice de la région Occitanie, Mr Barbes président de la communauté de communes communes, madame Cheutin et de nombreux élus et représentants académiques.

DEROULE DU DESIGN (Artivistes-atelier© 

Design Participatif Artivistes-atelier : Ce design est issu de la recherche et a fait l’objet de deux publications scientifiques

Dosias-Perla, D., Scotto d’Apollonia, L. et Blangy, S. (2017). « La fabrique participative des politiques publiques une arlesienne ? Le dispositif artivistes-atelier « on air » N° spécial : Technosciences et Innovations Citoyennes. Technosciences and Citizen Innovations. Journal « Technologie et Innovations ». Volume 18-4., Paris.

Scotto d’Apollonia, L., Dosias-Perla, D., Camps, P. et Poidras, T. (2019). « De la biosurveillance participative de la qualité de l’air » Saint Denis : Editions Technique de l’Ingénieur.

SIMPLE, EFFICACE et REPRODUCTIBLE

Etape 1 : Cadrage par le jeu « le réchauffement climatique expliqué à mes parents ».

Etape 2 : Libre répartition en petit groupe en fonction des enjeux à traiter.

Etape 3 : Choix objectif, les lycéens débattent, choisissent un objectif et l’écrive au centre du cercle

Etape 4 : Co-construction des actions, les lycées débattent des actions à mettre en place pour atteindre l’objectif

Etape 5 : Création des indicateurs d’efficacité, les lycéens évaluent l’efficacité (échelle de 0 à 5 sur les rayons) à l’heure actuelle (t0) et celle qu’ils peuvent atteindre sur une échelle de temps qu’ils évaluent eux-mêmes.

Etape 6 : Identification des acteurs clés, des freins et de ressources et mise en application……. (acte 2)

SYNTHESE PROVISOIRE DES ENJEUX ET OBJETIFS

ENJEUX

OBJECTIFS CIBLES

BIODIVIERSITE Préserver
MOBILITES Changement radical des systèmes de mobilité
ALIMENTATION Amélioration de manière durable
MOBILISATION Impliquer l’ensemble des acteurs
EDUCATION Appliquer, améliorer, inventer des mesures
ENERGIE Développer les énergies renouvelables au sein du lycée

POUR INFOS

Référence Artivistes-atelier : http://artivistes.neowordpress.fr/

2017 Prix éducation Forum International Météo Climat Paris – Prix innovation DDTM 34

2018 Lauréat Forum Changer d’ère, Cité des Sciences Paris

2019 Lauréat Créathon, Le Nouveau Monde

Ce que parler des controverses veut dire

 

 

 

 

Ce que parler des controverses climatiques veut dire

 

« Non madame Michu, elle n’a pas à décider du degré de sérieux et de plausibilité de ce que raconte le GIEC[1], je suis vraiment désolé. […] Je dirais à Madame Michu : ma chère Madame Michu ne perdons pas notre temps. Nous, la discussion qui est la nôtre est celle-là. » (Un chercheur lors d’un entretien individuel)

 

En matière d’expertise portant sur les questions scientifiques socialement vives comme celles sur les gaz de schistes, les OGM, le nucléaire, nous sommes tous le citoyen « Michu »[2]. En effet pour tout un chacun observer les controverses climatiques[3] depuis l’espace public, revient à prendre la posture d’un extra-terrestre débarquant sur Terre, et qui observant une compression de César, chercherait à comprendre cet étrange objet présenté comme une voiture. Il est encore possible de voir les roues, le volant et peut-être même le moteur, mais ce qu’il en reste est tout sauf une voiture. Il est vrai qu’il y a de quoi rester perplexe face à des discours contradictoires, entre d’un côté : « Difficile alors de dire : “Moi, je ne suis pas d’accord avec le Giec”, car il n’y a pas d’autre organisme capable de montrer qu’il a tort, il n’y a pas de cour d’appel. Alors, si vous décrétez que vous ne croyez pas à ces conclusions, vous entrez dans une théorie du complot. Et beaucoup de gens franchissent ce pas. Pour moi, ce type de doute relève du même mécanisme que celui du négationnisme » (Latour, 2013) et de l’autre « Le GIEC est mort, vive la science » (Godefridi, 2010). Pour comprendre les phénomènes de polarisation autour du GIEC, autrement dit, pour analyser la façon dont l’expertise influence les processus communicationnels régissant les trajectoires des controverses dans les différents espaces de médiation, scientifiques et publics, il est nécessaire d’éviter les biais médiacentriques (Comby, 2012) consistant à considérer que les médias sont une forme d’objectivation du monde social. Plutôt que de décrire un monde social plat constitué d’acteurs humains et non-humains s’inscrivant dans des réseaux, il est plus pertinent de concevoir les controverses socioscientifiques comme un espace social multidimensionnel, un « mille-feuille discursif » (Scotto d’Apollonia, 2015) constitué du In (ce qui est donné à voir dans l’espace public), et du Off (l’ensemble des échanges interpersonnels relevant des différents espaces interdiscursifs) en portant de façon internaliste[4] une attention particulière à la construction des savoirs climatiques.

On a tendance à l’oublier, une science sans controverse est une science morte et contrairement aux discours considérant que les controverses climatiques relèvent tout au plus de simples polémiques alimentées artificiellement par les médias, elles ne sont pas closes sur le plan épistémologique. Il ne s’agit pas de remettre en question le consensus établi par la communauté des climatologues tendant à considérer que l’influence des activités humaines sur les évolutions du système climatique ces cinquante dernières années est extrêmement probable. Il s’agit au contraire de questionner sa construction et la façon dont est pris en compte le dissensus[5]. Le 5ème rapport du GIEC du groupe 1 traite explicitement certains points controversés (GIEC, AR5, Groupe 1, 2013, pp. 187, 611, 612, 625, 627, 672, 690, 719, 772). Cet article analyse les conséquences pratiques de régulation de l’expertise climatique dans un contexte où il est impossible de mobiliser les notions de vérité ou de certitude, les savoirs climatiques étant intrinsèquement soumis à des incertitudes, des zones d’ignorance et des controverses (van der Sluijs, 2012).

Ce type de controverses dans lesquelles s’entremêlent les savoirs, les normes et les valeurs conduit les sciences sociales à construire un nouvel appareillage analytique où la notion de réflexivité (Bourdieu, 2001 ; Le Marec, 2010) occupe une part prépondérante. Sur le plan théorique, les résultats présentés dans cet article s’inscrivent dans un cadre d’analyse réflexif non réductionniste articulant une approche pragmatique des jeux d’acteurs et d’arguments (Chateauraynaud, 2011) et une approche rationaliste (Berthelot, 2008 ; Raynaud, 2003 ; Shinn et Ragouet, 2005). L’analyse socioépistémique des controverses climatiques correspond alors à une descente en complexité permettant de démêler les dimensions épistémologiques et axiologiques tout en intégrant la posture de l’enquêteur[6] dans l’analyse.

La méthode consiste préalablement à construire un étayage épistémologique décrivant d’un point de vue sociohistorique, les longues séries d’épreuves subies par les savoirs climatiques depuis le milieu du XIXème siècle dont l’expertise du GIEC est porteuse. Il s’agit ensuite d’analyser le déploiement des controverses climatiques dans les différents espaces de médiation. Les chercheurs se confrontent à une double problématique, d’une part respecter les normes communicationnelles aux contours encore flous, et d’autre part composer avec les contraintes communicationnelles spécifiques aux médias pour lesquels ils sont peu préparés. L’analyse des controverses s’avère alors un indicateur pertinent et heuristiquement fécond pour appréhender l’évolution des normes régissant les rapports sciences-sociétés. En l’occurrence le climatologue se retrouve en tension dans la mesure où il est amené à communiquer en dehors des normes conventionnelles de la communauté scientifique (Maxim et Arnold, 2012). La recherche se nourrit des controverses, alors que l’expertise vise le consensus et il est difficile de discerner si le climatologue s’exprime en tant que « chercheur » ou en tant qu’« expert ». Il y a d’un côté l’existence de points de controverse objectivés par l’analyse bibliographique des revues à comité de lecture et d’un autre côté la façon dont les scientifiques en parlent : qu’est-ce que parler des controverses veut dire ?

Après quelques rappels, l’article revient sur deux cas de controverses : (1) le chapitre 8 du groupe 1 du second rapport du GIEC concernant l’attribution du « signal climatique » c’est-à-dire la preuve de l’influence des activités humaines sur la variabilité naturelle du climat et les erreurs de Naomi Oreskes et Eric Conway (2012) ; (2) les courbes de Michael Mann (1998 ; 1999) et la difficile fabrique des savoirs. L’article aborde ensuite les stratégies discursives des climatologues « porteurs de l’alerte » (Chateauraynaud, Torny, 2005) climatique dans l’espace public français faisant face à une forme de « dissonance communicationnelle » en grande partie due au statut résolument moderne du GIEC. La conclusion permettra de nourrir le débat concernant le changement de paradigme induit par la science post-normale (Funtowicz, Ravetz, 1993).

 

Le GIEC est né aux forceps communicationnels

            Bien que les questions climatiques aient une dimension politique dès l’origine, la « normalité » au sens kuhnien des premiers points de controverses d’Arrhénius ou de Milankovitch prennent une forme particulière avec l’émergence de l’expertise faisant suite à l’« alerte climatique » lancée dès 1979 par les climatologues avec le rapport Charney. A la faveur d’un épisode de sécheresse, James Hansen directeur de l’institut Goddard de la NASA, déclara devant le congrès Américain, en juin 1988, qu’il était à « 99 % certain » sur la base de ses calculs que le réchauffement n’était pas dû au hasard. Une controverse s’ouvrit et au terme des débats le GIEC statua que le « signal »[7] climatique n’était pas pour demain (Roqueplo, 1993, p. 47). Hansen n’hésite pas faire une entorse aux normes de communication propre à la communauté scientifique et va au-delà des preuves scientifiques[8] (Jouzel cité par Barnéoud, 2010). Ces conditions initiales ne sont pas sans conséquences sur la balistique des controverses dans l’espace public.

De l’impossibilité à administrer la preuve du « signal »

En 1995 le GIEC élabore son 2ème rapport. Le chapitre 8 du groupe 1 sous la responsabilité de Ben Santer porte sur l’attribution du réchauffement, objet de vives controverses en raison de modifications faites a posteriori des réunions plénières (Lahsen, 1999) prenant une tonalité visant à démontrer la responsabilité des activités humaines. Contrairement aux affirmations des deux historiens des sciences Naomi Oreskes et Eric Conway[9] (2012, p. 497) Santer n’a pas soumis un article « électrifiant » censé apporter la preuve du « signal » climatique à Nature en avril 1995, mais un an plus tard bien après la réunion plénière de Madrid du GIEC fin 1995. La bibliographie du chapitre 8 mentionne en réalité un document destiné à un usage interne (Santer, 1995). Bien que cet article soit quasiment similaire à celui de Nature, Oreskes et Conway se sont limités à questionner Santer sans effectuer une vérification pourtant très simple (Scotto d’Apollonia, 2014, p. 272). L’erreur d’Oreskes et Conway n’est pas anodine et relève d’une reconstruction historique partisane. Il ne s’agit pas de nier l’existence d’une instrumentalisation du doute par un réseau structuré d’alliances entre scientifiques, lobbies industriels et certains médias mais de questionner l’objectivité d’Oreskes et Conway qui symétriquement sont enrôlés idéologiquement dans un réseau d’alliances visant à légitimer l’expertise climatique. Ils disqualifient un des opposants de Santer, Patrick Michaels dont la lettre trimestrielle de Michaels, World Climate Review est effectivement financée au moins en partie par des intérêts liés aux lobbies pétroliers. Bien que Michaels ne soit pas directement dans le champ, le rapport cite explicitement ses travaux en minorant leurs portées. Taylor et Penner (1994, cité à la page 443, AR2, groupe1, chap. 8)[10] censé réfuter les travaux de Michaels n’est pas un article et correspond en réalité à un commentaire (dans lequel Santer est remercié) d’un autre article. Il ne s’agit pas de distribuer des bons ou des mauvais points mais d’objectiver les controverses exprimées dans le rapport du GIEC lui-même. Ce premier exemple permet d’une part de mettre au jour les difficultés de l’expertise émergente à se construire de façon neutre et impartiale, Santer étant intimement convaincu de l’urgence du problème. D’autre part la façon dont Oreskes et Conway construisent leur analyse pose la question de l’idéologisation des sciences sociales dans l’analyse des controverses. Elle est emblématique d’un courant critique situé dans l’écologie politique contre le système capitaliste et moralisateur : « Vous êtes immoral, lorsque vous utilisez votre voiture vous allez émettre des gaz à effet de serre, et vous allez tuer un ours polaire. […] Oui cela a des implications très graves, votre façon de vivre, lorsque vous allez allumer la lumière lorsque vous vous réveillez peut potentiellement tuer quelqu’un » (Oreskes, 2010 : 35mn).

 

Retour sur la courbe dite en forme de « crosse de hockey »

Analysons maintenant la trajectoire de la courbe de Mann et notamment le rôle joué par les blogs dans le processus de déconfinement. Cette courbe ressemblant à une « crosse de hockey » parce qu’elle représente une baisse régulière de la température depuis l’an mille jusqu’à une augmentation brutale et rapide à partir de 1900, apparaît dans l’AR3 à la page 134 du chapitre 2. Cette première tentative de reconstruction de la température terrestre moyenne a été un point de controverse particulièrement vif, un « street fight » selon un édito de Nature, au point d’être qualifiée par Mann de « guerre du climat ». A l’image du film Une Vérité qui dérange, cette courbe a été érigée en symbole de la preuve de la responsabilité des activités humaines sur le réchauffement climatique, c’est pourquoi elle a bénéficié d’une grande visibilité dans l’espace social. Les blogs dans un premier temps ont servi d’un côté à alimenter le débat positivement avant de servir d’instrument de disqualification par des attaques ad hominem, permettant de s’affranchir des normes internes à la communauté et des us et coutumes de bienséance inhérente au « bon » déroulement des controverses. L’aspect désinhibiteur du blog se retrouve à travers la violence des attaques du blog Real Climate[11] envers Vincent Courtillot concernant la prépondérance du rôle du soleil. Cette violence reprise par les grands quotidiens nationaux tranche avec la courtoisie des débats sur le même sujet à l’Académie des sciences[12]. Cet exemple est caractéristique des réseaux d’alliances entre certains climatologues et journalistes scientifiques visant à légitimer l’expertise climatique, symétriquement l’inverse étant tout aussi vrai.

Historiquement, il est essentiel de préciser qu’il n’existait alors aucune courbe de reconstruction des températures. Aussi le « Hockey Stick » représente en ce sens une avancée majeure sur le plan heuristique et se confronte inévitablement à de nombreux problèmes. En 2013, dans les locaux de l’ISCC, lors d’un entretien collectif un expert du GIEC farouchement opposé aux climatosceptiques dit à propos de cette controverse : « En fait il [McIntyre[13]] reprend les programmes de traitement, il les vérifie, il reprend les données sources ; en fait, il fait le boulot qu’un bon reviewer d’un journal devrait faire et ne fait pas, c’est dramatique, mais c’est comme ça […] Il a un rôle extrêmement simple, très désagréable pour ceux [Mann et al.] qui sont contestés ». Cette courbe dont le traitement statistique effectivement s’avère au final perfectible n’est plus mentionnée dans l’AR5 et repose désormais sur l’étagère de l’histoire des sciences. Cependant les médias se sont focalisés uniquement sur le « hockey stick » qui n’a pas manqué d’alimenter un peu plus les controverses lors du climategate fin 2009. Les travaux d’une dizaine d’autres équipes (Jansen, 2007) ayant proposé d’autres reconstructions de températures utilisant d’autres méthodes que celle employée par Mann sont restées invisibles alors qu’ils retrouvent globalement la même tendance à un réchauffement rapide mais avec une variance plus importante. En 2006, le National Research Council a établi un rapport sur cette controverse critiquant le traitement statistique mais confirmant la tendance haussière des températures. De plus d’autres reconstructions plus récentes à l’échelle régionale (Ahmed et al., 2013) confirment ces résultats. La recherche avance avec et dans les controverses alors que l’expertise piétine quand elle s’appuie sur des savoirs en construction.

Au début de la controverse, les blogs « climatosceptiques » comme le World Climate Report ont contesté les travaux de Mann tout en contribuant à dynamiser le débat. Le 28 septembre 1998, Michaels Mann[14] publie sur ce même blog une réponse mentionnant qu’il commente les points les plus importants de son article et que d’autres remarques sont les bienvenues. La controverse s’amplifiant les postions vont se polariser sur le plan axiologique en gommant les nuances sur le plan scientifique. Dans ce bruit médiatique, la critique la plus robuste fut celle de deux Canadiens, Steve McIntyre et Robert Mckitrick (2003) n’appartenant pas spécifiquement au champ de la climatologie. La publication de leur premier article provoqua une nouvelle controverse dans la littérature scientifique (Jones et Mann, 2004) et dans l’espace public où le climatologue Tom Wigley dans USA Today écrit que les travaux de McIntyre et Mckitrick étaient tout simplement viciés et stupides[15]. Comme l’indique notre expert du GIEC désormais leurs critiques sont acceptées par la communauté. Force est de constater que dans un moment d’effervescence il est très difficile, voire impossible au citoyen Michu de se forger une opinion éclairée dans le bruit médiatique polarisant jusqu’à la caricature les oppositions.

 

Les « porteurs d’alerte » climatique face à la « dissonance communicationnelle » du GIEC

Comment les climatologues font-ils face à ces contraintes communicationnelles sans transgresser les normes internes à la communauté dès lors qu’ils s’expriment en dehors des arènes scientifiques ? Lors d’un entretien un climatologue me dit ainsi : « […] Quand on publie dans les revues scientifiques on parle d’incertitude et quand on essaie de traduire cela dans le débat public – je parle de risque – c’est les deux facettes d’une même réalité. Cela ne doit pas prendre tout à fait le même statut quand cela sert à alimenter des mécanismes de décisions ». De plus, les « porteurs d’alerte » doivent affronter les discours parfois virulents de leurs opposants et répondre à une double injonction sociale et politique leur demandant à la fois de nourrir le débat (dont ils sont à l’origine) et d’apporter des solutions. Equation impossible, car « en tant que » représentant du GIEC ils doivent se limiter à être pertinents mais non prescriptifs, « policy relevant but not policy prescriptive ». Aussi seuls quelques climatologues aux positions scientifiques et institutionnelles dominantes comme Jean Jouzel, Hervé Le Treut ou Valérie Masson-Delmotte assument pleinement le fait de porter l’alerte climatique dans l’espace public. Ils se confrontent à une forme d’« ambivalence » soulignée dès 2000 par Hervé Le Treut (2000 : 54mn). Cette ambivalence du « porteur d’alerte » climatique se traduit par une tension entre sa propre éthique de conviction au sens wébérien – s’en tenir aux connaissances – et son éthique de responsabilité – alerter d’un risque qu’il perçoit. Aussi résout-il cet inconfort communicationnel par une hybridation de ses discours portant sur la notion de « risques », et explicitant simultanément les incertitudes voire les controverses. Il fait ainsi face à une forme de « dissonance communicationnelle ». Sa posture oscille graduellement entre celle du scientifique à l’expert d’autant plus qu’il communique dans un espace social fondé sur l’idéal moderne d’une séparation science-politique. En effet, le modèle du GIEC repose sur l’émanation moderne, d’une science parlant au pouvoir comme l’indique les résumés destinés aux décideurs. Les limites de ce modèle communicationnel conditionnent celles de ses représentants et de facto le déploiement des controverses. Les recommandations formulées à la demande du GIEC par l’IAC[16] (InterAcademy Council) concernant le processus de révision, le traitement des incertitudes et leur communication, ne permettent pas de lever ces difficultés. A mon sens, l’aide d’expert en communication préconisée lors de la 41ème session début 2015 pourrait avoir l’effet inverse et alimenter les controverses sur le plan politique.

 

 

Conclusion

Ces éléments illustrent les difficultés auxquelles se confrontent les pratiques de l’expertise climatique. Aussi est-il possible d’aborder les perspectives d’évolution ou de réforme dont le GIEC pourrait faire l’objet. Singularité dans l’histoire de l’expertise, le GIEC est l’illustration de l’articulation moderne de nos sociétés encore structurées autour de logiques essentiellement « top-down ». L’ouverture du dialogue vers les citoyens semble peu compatible avec les logiques technocratiques d’une science parlant au pouvoir. Malgré le fait qu’en vingt ans le consensus scientifique se soit renforcé, « les méfaits [de son] chantage » (Roqueplo, 1993, p. 362) restent identiques. Peu diffusée en France[17], l’approche « post-normale » dans le cas du climat (van der Sluijs, 2012) préconise la construction d’une expertise intégrant les citoyens dans les processus décisionnels. La mise en avant des incertitudes n’est plus considérée comme un objet d’instrumentalisation mais tend au contraire à renforcer l’image et la crédibilité de la science dans un contexte ou bien que les climatologues aient « la main » sur les rapports (et non les représentants des gouvernements) la question demeure hautement politique. Sur le principe cette approche peut aider à contourner certaines difficultés en créant les conditions d’un dialogue entre les sciences et les sociétés mais se heurte potentiellement aux dérives relativistes. En outre il reste à vérifier son opérativité dans un contexte interculturel, et à évaluer sur le plan cognitif les effets produits par de tels dispositifs. L’appropriation par le citoyen « Michu » de la complexité épistémologique des mécanismes régissant les évolutions des climats terrestres tout autant que celle des enjeux sociaux, politiques et diplomatiques restent un défi de taille.

Sur le plan disciplinaire une approche « post-normale » en mettant en lumière les controverses représente un changement de paradigme profond par rapport à une approche classique. Un supplément de réflexivité permet de questionner la dimension politique des débats sans occulter la complexité des dimensions épistémologiques, et d’autre part de clarifier les positions de l’ensemble des acteurs (y compris les chercheurs) qu’il est possible de situer entre deux bornes idéologiques opposées, celle de l’écologie politique et du principe de précaution adopté à Rio en 1992 et celle des partisans de l’appel de Heidelberg incarnée de nos jours par le courant « libéral ». Ainsi une approche pragmatique et réflexive intégrant la dimension épistémologique de la construction des savoirs scientifiques et experts constitue pour les sciences sociales l’opportunité de s’affirmer pleinement en tant qu’activité scientifique pourvoyeuse de savoirs détachés des enjeux institutionnels et du story telling visant à construire de l’acceptabilité sociale.

 

Bibliographie

Ahmed, M. et al., « Continental-scale temperature variability during the past two millennia », Nature Geoscience, 6(5), p. 339-346, 2013.

Barneoud, L., « Le réchauffement climatique fait son entrée sur la scène politique. Spécial 40 ans de la recherche », La Recherche, n°441 avril 2010.

Berthelot, J.-M., L’emprise du vrai. Connaissance scientifique et modernité, Paris : PUF, 2008.

Bourdieu, P., Science de la science et réflexivité. Cours du Collège de France 2000-2001, Paris : Raisons d’agir Editions, 2001.

Chateauraynaud, F., Argumenter dans un champ de forces. Essai de balistique sociologique, Paris : Petra, 2011.

Chateauraynaud, F. et Torny D., « Mobiliser autour d’un risque. Des lanceurs aux porteurs d’alerte », in C. Lahellec Risques et crises alimentaires, Paris, Lavoisier, p. 329-339, 2005.

Comby, J.-B., « Les médias face aux controverses climatiques en Europe, un consensus fragilisé mais toujours structurant », in Zaccai E., Gemenne F., Decroly, J.-M., (dir.) Controverses climatique, sciences et politiques, Paris : Presses de la fondation nationale des sciences politiques, p. 157-171, 2012.

Funtowicz, S. O. et Ravetz, J. R., « Science for the post-normal age », Futures, 25(7), p. 739-755, 1993.

Godefridi, D., Le GIEC est mort, vive la science !, Broché, Texquis, 2010.

Jansen, E. et al., Palaeoclimate. In: Solomon S, Qin D, Manning M, Chen Z, Marquis M, Averyt K, Tignor M, Miller H (eds) Climate Change 2007: The Physical Science Basis. Contribution of Working Group I to the Fourth Assessment Report of the IPCC. Cambridge University Press, Cambridge, 2007.

Jones, P. D. et Mann M. E., « Climate over past millennia », Reviews of Geophysics, 42(2), 2004.

Lahsen, M., « The detection and attribution of conspiracies: The controversy over Chapter 8 », in G. E. Marcus (dir.) Paranoia within reason: A casebook on conspiracy as explanation, Chicago : University of Chicago Press. Late Editions 6, Cultural Studies for the End of the Century, p. 111-136, 1999.

Latour, B., « La guerre du climat doit avoir lieu », interview mené par Olivier Le Naire, L’Express, publié le 25 septembre 2013.

Le Marec, J., « Enquête et savoir du contact dans les études de sciences: pour une réflexivité institutionnelle », in J. Le Marec (dir.) Les études de sciences : Pour une réflexivité institutionnelle, Paris : Les archives contemporaines, p. 95-119, 2010.

Le Treut, H., Université de tous les savoirs, Paris, 2000.

Mann, M., R. S. Bradley, M. K. Hughes, « Global-scale temperature patterns and climate forcing over the past six centuries », Nature, 392(6678), p. 779-787, 1998.

Mann, M., R. S. Bradley, M. K. Hughes, « Northern Hemisphere Temperatures During the Past Millennium: Inferences, Uncertainties, and Limitations », Geophys. Res. Lett., 26, n° 6, p. 759-762, 1999.

Maxim, L. et Arnold G., Les chercheurs au cœur de l’expertise, (dir.), Hermès, n°64, Paris, CNRS Editions, 2012.

Mctintyre, S. et Mckitrick R., « Corrections to the Mann et al. (1998) Proxy Data Base and Northern Hemisphere Average Temperature Series », Environment and Energy, 14(6), p. 751-771, 2003.

Oreskes, N., « Controverses climatiques, Clivages idéologiques et politiques », Science Po Paris, 29 octobre 2010.

Oreskes, N. et Conway, E. M., Les marchands de doute, Paris : Editions Le Pommier, 2012.

Raynaud, D., Sociologie des controverses scientifiques, Paris : Puf, 2003.

Roqueplo, P., Climats sous surveillance – Limites et conditions de l’expertise scientifique, Paris : Editions Economica, 1993.

Santer, B. D. et al., « A search for human influences on the thermal structure of the atmosphere », PCMDI, Report no. 27, Livermore : Lawrence Livermore National Laboratory, 1995.

Scotto d’Apollonia, L., Les controverses climatiques : une analyse socioépistémique, Thèse de doctorat, Université Paul-Valéry Montpellier 3, 2014, consultable en ligne sur le lien suivant : https://univ-montp3.academia.edu/LionelScottoDapollonia

Scotto d’Apollonia, L., « Le “mille-feuille discursif” des controverses climatiques », RUSCA, MSH-M, n°7, 2015.

Shinn, T. et Ragouet P., Controverses sur la science. Pour une sociologie transversaliste de l’activité scientifique, Paris : Raisons d’agir, 2005.

Taylor, K. E. et Penner J. E., « Response Of The Climate System To Atmospheric Aerosols and Greenhouse Gases », Nature, 369(6483), p. 734-737, 1994.

Van der Sluijs, J. et al., « Etablir la qualité des preuves pour les situations de décision complexes et controversées », in Les chercheurs au cœur de l’expertise, Hermès, n° 64, p. 165-173, 2012.

[1] Groupe Intergouvernemental d’experts sur l’Evolution du Climat, IPCC en anglais.

[2] A l’origine Madame Michu est un Monsieur, personnage romanesque balzacien incarnant un paysan fidèle à l’ordre établi. Ici Monsieur et Madame Michu sont considérés comme la figure du citoyen profane.

[3] Les controverses climatiques se caractérisent par des discussions persistantes et publiques de chercheurs de différentes disciplines scientifiques qui soutiennent des arguments différents dans l’interprétation des variations du système climatique de la Terre. Les controverses climatiques ont la spécificité de présenter un enjeu politique majeur à l’échelle de la planète, puisque le point nodal du désaccord est la part de l’influence de l’activité humaine sur le climat (Scotto d’Apollonia, 2014, p. 11).

L’expertise dite scientifique est définie comme le passage de la connaissance en tant que telle à sa formulation dans le contexte des prises de décisions (Roqueplo, 1993, p. 5).

[4] L’approche internaliste consiste à focaliser l’attention sur la construction des savoirs. Elle peut constituer à elle seule une forme de réductionnisme épistémologique.

[5] Les résumés de synthèse destinés aux décideurs politiques gomment les avis minoritaires, et par voie de conséquence les controverses. La polémique au sein de l’Académie des sciences relayée par les médias en mai 2015 est un autre exemple de la difficulté à prendre à compte les avis minoritaires. Cette polémique concerne l’amendement à l’avis de l’Académie des sciences concernant la transition énergétique du point de vue de Vincent Courtillot comme le prévoit la charte de l’expertise votée en 2012.

[6] Je considère qu’en dépit des incertitudes concernant les savoirs climatiques, le consensus scientifique doit primer pour conduire des politiques énergétiques visant à réduire les émissions carbonées.

[7] En étudiant différents indicateurs comme par exemple les cernes d’arbres, il est possible d’estimer la variabilité climatique (variation intra et interannuelle du climat) sur des échelles de temps différents. Les climatologues analysent des forçages dits externes, tels que le volcanisme, l’activité solaire et les activités humaines, et tentent d’identifier ce qu’ils appellent le « signal » de ces forçages par rapport à la variabilité naturelle du climat et à en évaluer leur niveau de séparation.

[8] Au sens poppérien il n’existe pas de preuve mais un faisceau de présomption.

[9] Ils sont célèbres pour leurs travaux portant sur l’instrumentalisation des incertitudes par des scientifiques (les marchands de doute) au profit de l’industrie du tabac aux Etats-Unis.

[10] Ce travail a été conduit partiellement à l’Institut Godard qu’Hansen dirige.

[11] Lien consulté le 01 septembre 2013 : http://www.realclimate.org/index.php/archives/2007/11/les-chevaliers-de-lordre-de-la-terre-plate-part-i-allgre-and-courtillot/langswitch_lang/fr/

[12] La particularité du cadre théorique dans lequel cet article s’inscrit est de pratiquer une analyse symétrique sur le plan épistémologique et axiologique et de pousser la réflexivité des enquêteurs et de l’enquêteur au maximum par la mise en place d’un dispositif de recherche spécifique. Au regard des résultats de l’enquête il est possible d’opérer une brisure de symétrie concernant les travaux de Courtillot qui à ce jour apparaissent insuffisamment étayés scientifiquement, même si rien ne permet d’infirmer son hypothèse. Sur le plan normatif ses discours dénoncent le consensus du GIEC et le principe de précaution.

[13] Steve McIntyre est un statisticien amateur, célèbre pour son blog climatosceptique http://climateaudit.org/.

[14] Article consulté le 26 avril 2014 sur le lien suivant : http://www.worldclimatereport.com/archive/previous_issues/vol4/v4n2/cutting.htm

[15] Article consulté le 26 avril 2014 sur le lien suivant : http://usatoday30.usatoday.com/weather/climate/2003-11-18-warming-debate_x.htm

[16] InterAcademy Council Committee to Review the IPCC: Climate Change Assessments Review of the Processes and Procedures of the IPCC. Amsterdam: InterAcademy Council :

http://reviewipcc.interacademycouncil.net/report.html ou encore http://reviewipcc.interacademycouncil.net/ReportNewsReleaseFrench.html

[17] Il est utile de noté que l’avis du COMETS (Comité d’éthique du CNRS) du 25 juin 2015 concernant les sciences citoyennes fait une référence rapide en page 9 à l’approche post-normale ce qui constitue un première.

PROJET ANR: De la biosurveillance de la qualité de l’air

BREATHE  PROJET  SELECTIONNE PAR L’ANR

Nous avons l’immense plaisir de vous annoncer que le projet BREATTHE a été sélectionné dans le cadre de l’appel à projet de l’ANR 2019.

Le projet va pouvoir se développer pleinement sur deux territoires pilotes comparatifs, Toulouse Métropole et l’agglomération Pays de l’Or.

L’association Artivistes-atelier est partenaire du projet avec le laboratoire Géosciences Montpellier et Géosciences Toulouse.

Résumé du projet en français

Voici le résumé en français du projet
Dans quelle mesure le magnétisme environnemental permet-il une bio-surveillance pertinente de la pollution de l’air aux particules fines en milieu urbain et péri-urbain ? L’intégration des citoyens depuis une métrologie sur bio-capteurs jusqu’à la construction d’un plan d’action peut-elle servir de levier sur les décisions politiques qui concernent la qualité de l’air ? Ces deux questions sont au cœur du projet BREATHE. Pour y répondre, nous mettrons en œuvre un programme de Science Citoyenne de bio-surveillance par les techniques du magnétisme environnemental qui puisse servir de base solide à un programme de Recherche-Action Participative. L’enjeu est d’intégrer pleinement le citoyen dans la construction et la mise en place des politiques publiques des territoires sur la qualité de l’air. Sur le plan de la métrologie, l’avantage du projet BREATHE est sa capacité à produire, grâce à la technique employée, un grand nombre de mesures rapides et peu chères prenant en compte la présence de nanoparticules. Ces caractéristiques permettent une production de cartes singulières à haute résolution spatiale des dépôts de polluants selon des modi operandi intégrant les citoyens. Tout le défi de BREATHE sera de porter la technique du magnétisme environnemental sur biomatériaux à un niveau de validation qui permette de l’utiliser in fine dans la co-construction d’une part d’outils d’aide à la décision intégrant des indicateurs d’efficacité afin de mettre en œuvre plus efficacement les politiques publiques sur la qualité de l’air et d’autre part de feuilles de route pour les réformes métrologiques et institutionnelles.
Nous avons ciblé trois zones tests sur lesquelles il existe à la fois une source potentielle bien identifiée de pollution anthropique aux particules fines et une mobilisation déjà bien avancée en amont du projet BREATHE depuis le citoyen jusqu’aux élus. Ces trois zones tests correspondent à la commune de Saint-Aunès riveraine d’une autoroute à 12 voies de circulation, aux communes de Valergues et Mauguio directement concernées par les rejets d’une usine de valorisation des déchets, et à plusieurs rues « canyons » en milieu urbain dans la ville de Toulouse. L’ambition de BREATHE est de développer avec et pour le citoyen une méthode qui puisse être déployée sur différents territoires et à différentes échelles. Ce projet a reçu le soutien de la société privée ASF/VINCI qui a financé le développement et la réalisation d’un banc expérimental pour étalonner la mesure des dépôts de polluants sur les végétaux, et du soutien des communautés territoriales concernées, Toulouse Métropole et Agglomération du Pays de l’Or. BREATHE est un projet hybride qui s’inscrit résolument et modestement à son échelle dans les outils pour relever les défis de la transition écologique et solidaire.

Un projet issu de plusieurs mobilisations citoyennes et des questions de mobilités

Ce projet fait suite à une mobilisation citoyenne portant sur l’impact des nuisances consécutives au doublement de l’autoroute A9 autour de Montpellier. Pierre Camps, Directeur de Recherche à l’UMR Géosciences Montpellier a ainsi été sollicité par ce collectif citoyen en raison de l’étude conduite précédemment à Montpellier concernant la qualité de l’air et d’une autre mobilisation citoyenne en faveur de la construction de la ligne 5 du Tramway. Pierre Camps a proposé à l’équipe Artivistes de venir renforcer, structurer le volet lié aux sciences participatives.

De la mesure de la qualité de l’air à la décision politique: une double innovation sociale et environnementale

Le projet vise à développer une métrologie citoyenne à partir de la collecte citoyenne de plantes en déterminant d’une part les concentrations des polluants atmosphériques et d’autre part l’origine de la pollution.
L’objectif est de co-construire une cartographie haute résolution dynamique de dispersion des polluants afin de l’intégrer dans la construction des politiques publiques (commune PLU, Agglo PCAET et territoire montpelliérain et PPA).

Ce projet est très ambitieux d’autant plus qu’un des objectifs est d’analyser les possibilités de calibrer l’ensemble des mesures afin qu’elles soient conformes à la réglementation européenne en vigueur.

Une complémentarité avec le projet Air Climat Santé Société & Art d’aide et d’accompagnement des collectivités

L’objectif du projet Air Climat Santé Société & Art financé par l’ADEME (AACT-Air) et co-porté par l’UMR ARTDev et l’association Artivistes vise à d’une part mobiliser l’ensemble des acteurs et d’autre part à apporter des solutions concrètes co-construites avec les citoyens  afin d’améliorer l’efficacité du futur Plan Air Climat (PCAET)  de l’agglomération du pays de l’Or.

Difficile, en effet, pour le néophyte de s’y retrouver dans cette jungle d’acronyme, d’autant plus que la prise de décision politique se retrouve enchevêtrée dans ce même système réglementaire complexe comme le décrit le schéma ci-dessous.

Le projet plus largement à l’échelle nationale vise à interroger les freins et les leviers du mille-feuille institutionnel en créant des indicateurs d’efficacité des politiques publiques sur la qualité de l’air.

(Figure 2:  Explanatory diagram of the articulation of the implementation of French public policies incorporating the data air.  Davia DOSIAS PERLA)

La construction d’un laboratoire citoyen de la qualité de l’air: Citizen  Zef Lab

Le projet a initialement démarré avec la mobilisation de l’association sur la commune de Saint Aunès ADPMA9. Un consortium s’est ainsi constitué avec Atmo-Occitanie, le laboratoire de Géosciences, Vinci Autoroute et la Mairie de Saint Aunès.

Salvador Nuñez, très impliqué dans le projet a permis le financement par Vinci Autoroute du banc expérimental visant à simuler les dépôts de polluants. Ce banc expérimental construit par l’équipe de Pierre Camps, Thierry Poidras et Patrick Nicols sur un site technique de la Mairie a été conçu pour que le citoyen puisse s’intégrer directement dans la co-construction de la mesure.

Ainsi, ce projet est pleinement un projet de sciences citoyennes de part la co-construction des données jusqu’à la co-construction des politiques publiques.

Un projet visant à se déployer à plus grande échelle.

Ce projet s’est déjà enrichi de la collaboration de l’équipe Géosciences Toulouse afin de développer le même type d’études à partir des écorces de platanes de la ville rose.

Ce projet vise dans un avenir proche à se développer à l’échelle nationale. En ce sens, l’équipe Artivistes travaille à normaliser l’ensemble du processus dans le cadre d’une véritable co-construction citoyenne de la donnée et de la politique publique. Un premier article décrivant l’articulation du travail de l’équipe Géosciences et de l’association Artivistes-atelier et de l’UMR Géosciences paraitra début 2019 dans la revue: Technique de l’ingénieur.

 

 

Enseigner les controverses

 

 

 

 

Cet article est structuré en deux parties. La premier relate les travaux des étudiants de Master2, la seconde est article universitaire sur l’enseignement des controverses dans l’enseignement du second degré.

ENSEIGNER LES CONTROVERSES EN MASTER 2

Cette page est dédiée aux travaux des étudiants de Master 2 dans le cadre de l’UE Enjeux et controverses (UM – SUPAGRO -AGROPARISTECH)

OBJECTIFS GENERAUX

  • 1. Contribuer à développer une culture générale sur les enjeux en lien avec:

–sur un plan général les rapports sciences-sociétés (thématiques générales sol – air – eau)

–sur un plan particulier la gestion des écosystèmes;

  • 2. S’approprier des outils issus des science studies permettant d’analyser les enjeux sociaux et les controverses socioscientifiques sous-jacentes (quand elles existent)

COMPETENCES

  1. Etre en mesure d’identifier et d’analyser des enjeux globaux d’une problématique écologique.

Etre en capacité de restituer cette problématique scientifique dans son contexte social.

2. Etre en mesure d’analyser la construction d’un objet.

  1. Etre en mesure de distinguer une problématique, la construction de l’objet associé et les questions de recherche sous-jacentes.
  2. Etre en mesure d’identifier les cadres théoriques généraux mobilisés et les champs disciplinaires mobilisés dans les exemples étudiés.

5 .Etre en mesure d’utiliser un outil réflexif d’analyse des jeux d’acteurs et d’arguments dans le cas des controverses environnementales afin de     pouvoir se positionner.

Pour plus de renseignements contacter: claire.marsden@supagro.fr – lionel.scotto@fde.univ-montp2.fr

TRAVAUX PROMOTION 2018-2019

Thème 1

Conservation de la biodiversité à l’échelle globale

Intervenant: Ana Rodrigues, DR CEFE

Etudiants: Perle Charlot, Charlène Franc, Mary Varoux

Doc. de synthèse:

Controverse conservation de la biodiversité

Ppt présentation orale:

Thème 2

Génétique en aquaculture

Intervenant: François Allal – MARBEC

Etudiants: Marie Gimenez – Aliénor Stahl

Rapport_Stahl

Ppt présentation orale:

Génétique en aquaculture-ppt

Thème 3

La qualité des milieux aquatiques

Intervenant: Emilie Farcy – MARBEC

Etudiants: Jasmina Büttner – Tiffany Monfort

HMBE386 Tiffany Monfort

Ppt présentation orale:

Presentation DCE BÜTTNER MONFORT-ppt

Thème 4

Inoculation de micro-organismes

Intervenants: Robin Duponnois – LSTM

Etudiants: Corbin Maxime – Ninon Cavagnara

Ninon_Cavagnara_M2_Ecosystèmes

Ppt présentation orale:

inoculation-de-microorganismes-ppt

Thème 5

Le 4/1000.

Intervenant: Raphaël Manlay – AgroParisTech, Eco&Sols

Etudiants: Benjamin Andreu – Manon Bounos

Pauline Wauquier

4p1000 Pauline-Wauquier BIOGET

Ppt présentation orale:

Thème 7

Biodiversité et fonctionnement des écosystèmes.

Intervenant: Alain Brauman – IRD, Eco&Sols

Louisiane Burkart – Mélanie Fernandes

Rendu HMBE 386_BURKART Louisiane

Ppt présentation orale:

Burkart – Fernandez – Biodiversité et fonctionnement des écosystèmes-ppt

Thème 6

Agrobiologie

Intervenant: Stéphane de Tourdonnet – Montpellier SupAgro, INNOVATION

Etudiants: Etienne Lucas – Mancuso Théo

Roux Sylvain

Enjeux et controverses sujet 6 (Agroécologie) Lucas ETIENNE

Ppt présentation orale:

Présentation Ecosystème _ enjeux et controverses-ppt

Thème 8

Nature et régularité d’ENSO

Intervenant: Cédric Gaucherel

Etudiants: Amandine Aullo – Claire Flanet

Rapport M2_Controverse_theme8_AULLO

TRAVAUX PROMOTION 2017-2018

Thème 1

Déchets: gestion des résidus solides.

Jean-Philippe Delgenès (INRA, LBE)

Traitement_déchets_OCREAL relecture Lionel Scotto d’Apollonia 29 sept. 2017

Thème 2

Ressources en phosphore.

Philippe Hinsinger (INRA, Eco&Sols)

HMBE386 Thème 2 La richess en phosphore Laborde et Fayolle relecture Lionel Scotto d’Apollonia 1 oct. 2017

Thème 3

Controverse des gaz de schiste.

Lionel Simonneau (INSERM)

Compte rendu gaz de schistes thème 3 relecture Lionel Scotto d’Apollonia 1 oct. 2017

Thème 4

Agroécologie.

Stéphane de Tourdonnet (Montpellier SupAgro, INNOVATION)

CR Agroécologie AIT KACI CHATEAUGIRON relecture Lionel Scotto d’Apollonia 3 oct. 2017

Thème 5

Le 4/1000.

Raphaël Manlay (AgroParisTech, Eco&Sols)

1000 relecture Lionel Scotto d’Apollonia 4. oct. 2017

Thème 6

Biodiversité et fonctionnement des écosystèmes.

Alain Brauman (IRD, Eco&Sols)

Biodiversite-et-fonctionnement-des-ecosystemes.docx RELCTURE lionel scotto d’apollonia 16 octobre 2017

Thème 7

Inoculations de microorganismes et fonctionnement des écosystèmes.

Robin Duponnois (IRD, LSTM)

CHERON_CHIARELLO_V1 relecture Lionel Scotto d’Apollonia 6 oct 2017

Thème 8

Conservation de la biodiversité à l’échelle globale.

Ana Rodrigues (CNRS, CEFE)

CLAVAREAU Lyndsay et VAGNON Chloé relecture Lionel Scotto d’Apollonia 6 oct. 2017

 

ENSEIGNER LES CONTROVERSES DANS L’ENSEIGNEMENT SECONDAIRE

L’éducation aux « controverses climatiques » : une fabrique du doute ?

028

« [L’]“enseignement équilibré” est un code qui désigne la transmission à l’école de la négation du changement climatique afin d’”équilibrer” le courant dominant des sciences du climat. On peut comparer ce projet à celui de l’”enseignement équilibré” prôné par les créationnistes pour permettre l’enseignement de leurs théories dans les écoles. » (Chomsky, 2013)

Introduction

Derrière ce doux euphémisme de l’« enseignement équilibré » se cache la question des éducations à et plus particulièrement celle de l’éducation aux « controverses » socioscientifiques. Peut-on, doit-on et pourquoi développer une éducation aux « controverses climatiques » ? Cet article propose une réflexion en s’appuyant sur une expérimentation théâtralisant une discussion autour des courbes de Mann (1998 ; 1999) dite en forme de crosse de hockey et une analyse socioépistémique des controverses climatiques (Scotto d’Apollonia, 2014). Pour de nombreux acteurs comme Noam Chomsky, enseigner les controverses climatiques reviendrait à faire le lit du climatoscepticisme et à produire du doute. Cette question est systématiquement amalgamée avec le fondamentalisme religieux partisan de l’enseignement de l’Intelligent Design. Or si la question de l’évolution est scientifiquement réglée, la question des évolutions climatiques, contrairement à de nombreux discours réduisant les climatosceptiques à des marchands de doute (Oreskes, Conway, 2012 [2010]) reste débattue et controversée au cœur même de la recherche scientifique (Scotto d’Apollonia, 2014). Sur le plan épistémologique, la situation didactique pose des questions dans le sens où il n’est pas possible de mobiliser les notions de « certitude » et de « vérité », seule celle de « consensus » étant appropriée. Cependant afin de lever toute ambiguïté, éduquer aux « controverses climatiques » ne revient pas à « nier » le consensus solidement établi par la communauté des climatologues considérant que l’influence des activités humaines sur les évolutions du système climatique sur l’échelle de ces cinquante dernières années est extrêmement probable. Profitant de la fécondité heuristique d’« entrer » par les controverses, il s’agit au contraire d’aiguiser le sens critique des futurs citoyens afin d’une part de leur permettre de saisir la complexité des savoirs climatiques sur le plan épistémologique mais aussi d’autre part de prendre conscience des intrications axiologiques. Incontestablement certains climatosceptiques instrumentalisent la science et les incertitudes à des fins politiques, mais ils ne sont pas représentatifs du scepticisme interne à la communauté (Lahsen, 2013) érigé comme une valeur spécifique au sens mertonien (1937). L’inverse est tout aussi vrai. En effet une partie des sciences sociales idéologise la science en se rangeant au service de l’écologie politique. C’est le cas des travaux de Naomi Oreskes et Eric Conway qui font office de référence et qui se positionnent ouvertement contre l’économie néolibérale, mais dont une partie est entachée d’erreurs (Scotto d’Apollonia, 2014, p. 232). Une partie des chercheurs en sciences sociales réduisent les controverses climatiques à un débat politique oubliant qu’une science sans controverse est une science morte. Sur le plan épistémologique les courbes de Mann ont finalement été abandonnées et n’apparaissent plus dans le 5ème rapport du GIEC. Lors de l’entretien collectif un climatologue auteur principal d’un chapitre du GIEC dit à propos de cette controverse : « En fait il [McIntyre] reprend les programmes de traitement, il les vérifie, il reprend les données sources ; en fait, il fait le boulot qu’un bon reviewer d’un journal devrait faire et ne fait pas, c’est dramatique, mais c’est comme ça […] Il a un rôle extrêmement simple, très désagréable pour ceux [Mann et al.] qui sont contestés ». Cependant si sur le plan épistémologique le traitement statistique se confrontait à un certain nombre de problèmes, d’autres reconstructions plus récentes (notamment Ahmed et al., 2013) retrouvent globalement la même tendance à un réchauffement rapide avec une variance plus importante. C’est pourquoi d’un point de vue didactique et épistémologique, il est nécessaire de se montrer infiniment prudent sur ces questions. De plus, rappelons que le consensus établi dans la communauté, on l’oublie trop souvent, prend en compte précisément les controverses. Le 5ème rapport du groupe 1 du GIEC mentionne à ce titre plusieurs points de controverses de façon explicite (GIEC, AR5, Groupe 1, 2013, pp. 187, 611, 612, 625, 627, 672, 690, 719, 772). La question climatique est prise dans un étau idéologique entre les tenants de l’écologie politique et du principe de précaution adopté à Rio en 1992 et les partisans de l’appel de Heidelberg incarnés de nos jours par le courant libéral. Formidable défi pour l’épistémologie et la didactique qui se retrouvent confrontés à l’impossibilité de dépolitiser la question climatique.

Quels sont les effets d’une démarche abordant les controverses climatiques de façon symétrique, d’une part, sur le plan cognitif par rapport à la compréhension des mécanismes de l’effet de serre et, d’autre part, sur le plan axiologique concernant la capacité des élèves à se saisir des enjeux ?

Voilà la question de recherche servant d’appui à la réflexion proposée dans cet article, qui dans un esprit réflexif, vise à questionner l’aspect normatif latent dans les éducations « aux controverses » afin de ne pas se réfugier dogmatiquement derrière les « bonnes » intentions de l’éducation « aux controverses » comme catalyseur du développement de l’esprit critique. En effet il reste à construire, tester et éprouver dans les pratiques d’enseignement, l’efficacité de tels dispositifs et construire un cadre d’analyse approprié. Aussi cet article se présente comme un espace de réflexion autocritique et hétérodoxe. Il se décline en quatre parties décrivant : (1) le contexte (2) le cadre théorique ; (3) le dispositif et ses limites ; (4) une synthèse des résultats. En s’appuyant sur les limites mises au jour dans cette étude, la conclusion aborde quelques perspectives pratiques et théoriques.

Crédit photo Lionel Scotto d'Apollonia
Crédit photo Lionel Scotto d’Apollonia

Contexte de la réflexion

A mon sens, l’éducation aux questions climatiques ne devrait pas se résumer comme on assiste aujourd’hui à un catalogue de bonnes intentions en vue de légitimer et favoriser les prises de décisions politiques mais conduire à une réelle éducation à « l’esprit critique » qui pourrait s’avérer être plus efficace par sa capacité à une meilleure prise de conscience des enjeux. A l’heure actuelle, il est déconcertant que de nombreux chercheurs investissant le champ de l’agnatologie, c’est-à-dire la production d’ignorance, construisent des discours sur l’enseignement des controverses (Girel, 2015) en occultant royalement le champ disciplinaire en sciences de l’éducation (Simonneaux, 2003 ; Urgelli, 2009 ; Albe, 2009).

L’enseignement du climat représente un véritable défi sociocognitif pour les acteurs de l’éducation pris au sens le plus large et doit s’accompagner d’un questionnement approfondi sur les postures des enseignants dans leurs dimensions réflexives. « Cognitif » parce que la compréhension de la complexité du système climatique passe par l’apprentissage de nombreux phénomènes en interrelation relevant de champs disciplinaires distincts. A grands traits, sans être exhaustif, doivent être abordé a minima : l’influence de la variation de l’obliqué de la Terre sur l’axe de précession mis au jour par Milankovitch, la théorie du transfert radiatif, la variabilité de l’irradiance solaire, le rôle et les mécanismes de formation des nuages impliquant la compréhension de l’influence de la variation des flux de particules cosmiques (liés à la variation du magnétisme solaire), les mécanismes de circulation des courants marins et le rôle des océans quant à l’absorption du dioxyde de carbone et la chaoticité supposée du système climatique. Ces éléments doivent être pris en compte par rapport à la variabilité naturelle du climat et abordés suivant leurs ordres de grandeurs respectifs connus à ce jour. « Social », parce que les choix politiques à faire à des échelles locale et globale (qualifiés de gouvernance climatique) reposent sur une compréhension des mécanismes régissant les évolutions du système climatique, imparfaite, soumise à de nombreuses incertitudes, des zones d’ignorance et des controverses. C’est pourquoi l’éducation au « consensus » établi par les climatologues passe par une éducation aux « incertitudes » et « controverses » et se présente comme un formidable défi sociocognitif. Ce type d’approche peut favoriser plus largement une réflexion sur l’éducation au développement durable explicitant l’évolution des rapports sciences-sociétés relatifs aux problématiques environnementales. Les pluriels aux mots « sciences » et « sociétés » rappellent que les sciences et les sociétés sont multiples et ne se limitent pas aux civilisations occidentales. Les travaux récents mettent en évidence que les blocages lors des négociations de Copenhagues en 2009 ou plus récemment de Lima en 2014 résultent plus des divergences persistantes entre « pays développés » et ceux « émergents » ou « en voie de développement » (Dahan, 2014) que des controverses elles-mêmes.

Cadre théorique

Sur le plan théorique, cette recherche s’inscrit dans la lignée des travaux d’éducation scientifique visant l’empowerment[1] citoyen. La didactique des controverses se distingue nettement d’un enseignement présentant les sciences comme un corpus de vérités monumentalisées et déconnectées de toute dynamique sociale (Chevallard, 1997 ; Tutiaux-Guillon, 2006). Comme le souligne Virginie Albe (2011, p. 114), ce type d’approche ne se limite pas à la formation d’un être cognitif en dehors du monde mais au contraire en rapport avec ce monde. Ce qui implique que l’incertitude, le probable mais aussi les considérations éthiques, politiques ou idéologiques doivent être pris en compte dans l’enseignement des sciences. Pour autant, le traitement didactique des controverses reste sujet à questionnement pour l’éducation scientifique. Les emprunts des sciences de l’éducation (Albe, 2009) faits à la cartographie des controverses latourienne (Venturini, 2010) constituant la version didactique de la théorie de l’acteur réseau restent une piste ouverte mais de mon point de vue limités. Malgré l’absence de résultats publiés à ce jour, Bruno Latour considère que son outil cartographique est particulièrement efficace : « Nous cherchons en particulier à savoir si la cartographie peut permettre de clore des controverses artificiellement entretenues, comme l’a été dans le passé celle sur le caractère cancérigène du tabac. Un exemple actuel serait la controverse sur l’origine anthropique du réchauffement climatique. Les détecteurs de biais jouent pour cela un rôle très important. » (Latour, 2011). Contrairement à la cartographie des controverses décrivant un monde social plat constitué d’acteurs humains et non-humains s’inscrivant dans des réseaux, il est plus pertinent de concevoir les controverses socioscientifiques comme un espace social multidimensionnel, un « mille-feuille discursif » (Scotto d’Apollonia, 2015). De plus, il est utile de rappeler, car c’est trop souvent occulté, que les travaux de Latour concernant la controverse Pasteur/Pouchet (Raynaud, 2003, p. 50) sont entachés d’erreurs grossières.

Cette démarche s’inscrit dans la lignée des travaux en didactique des controverses (Simonneaux, 2003, Albe, 2011, Kolstø, 2005, Urgelli, 2009, Hess, 2009, Sadler, 2009) avec pour objectif de sensibiliser les élèves à la pluralité des arguments, mis en jeu dans les controverses climatiques. Ce dispositif a fait l’objet d’un article théorique plus détaillé décrivant la tentative de construction d’un cadre sociodidactique (Scotto d’Apollonia, 2012) visant à faire un effort de formalisation intégrant et discutant des apports de la sociologie des controverses (elle-même faisant l’objet de controverses). La transposition d’un cadre d’analyse socioépistémique à un modèle sociodidactique demeure un point problématique.

crédit photos Scotto d'Apollonia Lionel
crédit photos Scotto d’Apollonia Lionel

Descriptif du dispositif

  • Descriptif l’expérimentation

Cette expérimentation a été menée entre 2011-2012 sur 110 élèves répartis sur quatre classes de 4ème dans un collège très favorisé de Montpellier dont le taux de réussite avoisine les 100% chaque année. Quatre autres classes du même établissement ayant reçu un enseignement plus classique par un autre professeur n’ayant pas abordé le thème du climat font office de témoin.

Les élèves impliqués dans le dispositif qui a débuté au printemps 2012 ont été habitué dès la rentrée 2011 à pratiquer en classe entière des démarches de ce type portant sur d’autres sujets contingents. Les élèves en amont savent qu’aucune évaluation écrite n’est prévue. Le principe général est de laisser l’élève totalement libre pour aller chercher des informations. A grands traits ils cherchent leurs informations, très majoritairement sur Wikipedia et les blogs apparaissant sur les premières pages de Google. Les élèves bénéficient d’un environnement leur permettant un accès libre à Internet en classe et à des ressources documentaires variés (mais ne restant utilisées que très ponctuellement).

  • La phase préparatoire

Durant cette phase, les élèves effectuent un travail de recherche Le professeur constitue un groupe de 5 élèves de climatologues défendant le consensus, et un autre du même nombre constituant les climatosceptiques. Le professeur explicite aux 10 élèves concernés la forte asymétrie dans la réalité et le consensus prévalant dans la communauté scientifique tendant en rendre l’homme responsable du réchauffement climatique. Les deux groupes d’élèves, qualifiés de scientifiques experts prennent connaissance des deux théories scientifiques en opposition avec l’aide du professeur, afin de se forger une forme de culture scientifique et argumentative mobilisable dans la phase de mise en scène du conflit. Ils doivent ensuite préparer et approfondir leurs arguments. Dans cette situation fictive, le troisième groupe constitué du reste de la classe représente les publics. Ils préparent des questions destinées aux scientifiques experts sans autres directives de la part du professeur.

  • La phase de mise en scène de la controverse et de mise en débat

Un modérateur donne la parole aux groupes de scientifiques experts ou au public suivant sa volonté. Cette phase est filmée afin de pouvoir ensuite analyser des registres argumentatifs produits, par autoconfrontation à la vidéo. Le modeste dispositif expérimental a fonctionné correctement suivant le cadre proposé pour les deux premières étapes de recherche et de mise en scène, mais l’autoconfrontation aux vidéos des débats n’a pu être réalisée en raison d’un son inexploitable. Aussi la troisième étape a été remplacée par le visionnage des 20 premières minutes du film « Une vérité qui dérange » qui a pour objectif de permettre à chaque élève de construire sa propre opinion par la confrontation avec tous les points de vue exprimés. Le professeur n’est pas dans une position de juge faisant le tri entre le vrai du faux, mais il sert de révélateur de l’état des savoirs et des valeurs.

  • Evaluation du dispositif

D’un point de vue de la recherche, le processus propose de tester l’opérativité du modèle sociodidactique, à l’aide de quatre indicateurs : (1) la dynamique des échanges dans la classe (nombre d’élèves mobilisés, temps de prise de parole, ambiance générale) ; (2) l’amélioration des connaissances des élèves à propos du réchauffement climatique et de sa dimension politique (questionnaire avec comparaison à une classe témoin n’ayant pas eu ce type d’enseignement) ; (3) l’analyse argumentative d’un point de vue qualitatif des débats ; (4) évaluation de la capacité des élèves à comprendre la pluralité des dimensions épistémologiques et idéologiques (entretien ouvert avec des groupes de 4 à 5 élèves)

L’image ci-dessous est une copie du post-test d’un élève, choisie en fonction de sa représentativité.

questionnaireélèves

Figure 1 – Post-test d’un élève de 4e ayant suivi le dispositif

Crédit photo Scotto d'Apollonia Lionel
Crédit photo Scotto d’Apollonia Lionel

Synthèse des résultats et discussion

L’analyse de la dynamique des échanges fait ressortir qu’environ la moitié des élèves (tous rôles confondus) ont une implication dans les débats. Les échanges sont courtois et civils, aucune invective n’a été relevée, ce qui correspond à une situation de classe habituelle. Malgré une « bonne » implication, les questionnaires distribués aux 4 classes ainsi qu’aux quatre classes témoins font ressortir une très faible amélioration des connaissances. Les arguments mobilisés relèvent globalement du « copier-coller » d’informations glanées sur Internet. Le questionnaire fait apparaitre que pour les élèves, l’homme reste responsable du réchauffement climatique à cause de la pollution. Le GIEC reste un organisme peu et mal connu. Autrement dit l’efficacité du dispositif plus ludique que pédagogique semble faible en termes d’apprentissage et de sensibilisation.

Plus problématique, un exemple singulier mais potentiellement révélateur illustre les limites de la symétrisation des débats, voire son côté contreproductif par la création de doute. Un élève dont les évaluations sont excellentes qui jouait le rôle d’un climatosceptique vient m’interpeller un peu gêné en fin de séance : « En fait je ne suis pas totalement d’accord avec ce que j’ai dit je pense que c’est les hommes qui sont en partie responsables… mais fallait que je prouve le contraire ». Cet élève a joué le « jeu », et a exprimé clairement un argument qui est contraire à ce qu’il pense. Le dispositif a généré de la confusion chez cet élève. La symétrie telle qu’elle a été imposée dans les débats ne semble pas apporter d’éléments convaincants et s’avère potentiellement contreproductive. De plus, au stade du collège, il semble difficile de proposer un modèle d’enseignement rompant avec le contrat didactique, dans lequel le rôle de l’enseignant est de transmettre des savoirs scientifiques valides. Le fait d’aborder des discussions sur des savoirs en construction soumis à des incertitudes et controversés, bien qu’emportant l’adhésion des élèves, doit être pensé différemment. Il n’a pas été possible d’évaluer les conséquences sur le développement de l’esprit critique. De plus ce type d’enseignement n’a pas permis non plus d’améliorer la sensibilisation sur le plan politique. Si le bilan d’un tel dispositif est globalement pauvre, il ne doit pour autant laisser penser qu’enseigner les controverses conduit systématique à produire du doute. Il invite les acteurs de l’éducation à en faire autant et tester d’autres dispositifs supposés efficaces. Seul un effort rigoureux et généralisé d’analyse de démarches innovantes d’éducation aux problématiques climatiques avec ou non une entrée par les controverses permettra d’améliorer les connaissances et permettra de mettre au jour les difficultés rencontrées par les élèves.

Crédit photo Scotto d'Apollonia Lionel
Crédit photo Scotto d’Apollonia Lionel

Conclusion

En conclusion, cette démarche symétrisant les débats s’avère globalement négative et plus largement laisse penser qu’il n’est pas judicieux d’aborder frontalement les controverses climatiques au collège. Malgré cela, cette démarche contribue à nourrir la réflexion sur la façon dont la didactique peut aborder des objets épistémologiquement soumis à des incertitudes, de l’ignorance et des controverses dans un contexte où les dimensions politiques peuvent difficilement être occultées. Le débat concernant la question de la politisation des questions socialement vives est lui-même un sujet de controverses. L’école et par voie de conséquence les sciences de l’éducation se retrouvent confrontées à des questions sociales conflictuelles qui représentent un véritable défi pour la recherche qui judicieusement pourrait intégrer la question de sa portée sociale. En effet les évolutions des rapports sciences-sociétés et des questions scientifiques socialement vives favorisent le développement du courant des éducations à dans lesquels la question de la citoyenneté apparaît transversale. Les dernières réformes du ministère de l’Education nationale s’inscrivent précisément dans ce sens. Dans ce contexte, l’approche disciplinaire semble constituer un obstacle et invite à penser ces nouvelles formes d’enseignement de « science citoyenne », intégrant les questions sociales, d’éthiques et de responsabilité, dans un nouvel espace éducatif qui ne réifie par les effets de champs disciplinaires. Sur le plan épistémologique, aborder les questions climatiques à partir des courbes de Mann entraine une rupture implicite du contrat didactique qui apparaît contreproductif en classe de sciences. Le professeur de Sciences Physiques reste implicitement le détenteur de la vérité et il doit le rester car il faut veiller à ne pas dénaturer l’enseignement des sciences. En effet, au-delà du climat, ces questions comme celle de santé ou d’environnement ouvrent l’épineux débat concernant le relativisme épistémologique. La réflexion autour des questions socialement vives à mon sens aurait tout intérêt à faire l’objet d’un débat citoyen. Elle invite la recherche à penser des démarches pédagogiques attentives tout autant aux risques de dérives relativistes postmodernes qu’à la résurgence du dogmatisme scientifique. Pragmatique, il semble heuristiquement fécond d’aborder la didactique de l’épistémologie portant sur les questions socialement vives en intégrant les conséquences sociales de ses propres résultats et assumer sa part de normativité. Autrement-dit, il s’agit d’intégrer le tiers politique entre didactique et épistémologie. Ceci implique d’ouvrir des espaces sociaux de débats réflexifs et interdisciplinaires intégrant l’ensemble des acteurs de l’éducation, élèves, citoyens, politiques, personnels éducatifs et chercheurs. Sur le plan théorique, cette perspective de recherche consiste à questionner les conditions d’articulation épistémologique d’approches historiquement opposées que l’on retrouve sous différents vocables internaliste/externaliste, rationaliste/relativiste, naturaliste/constructiviste. Ce débat est l’objet de controverses dans les sciences sociales mais les conditions de son dépassement peuvent être posées de façon pragmatique. En effet une éducation à « l’esprit critique », autrement dit à « l’épistémologie » peut s’envisager comme une approche des incertitudes et des controverses de façon tout à fait rationnelle tout en intégrant la dimension du choix des actions politiques à mener.

Références

Albe, V. (2009). Enseigner des controverses. Rennes : coll. « Paideia », Presses Universitaires.

Albe, V. (2011). Changements climatiques à l’école : Pour une éducation sociopolitique aux sciences et à l’environnement, Education relative à l’environnement, Vol. 9, 2010-2011, pp. 95-116.

Chevallard, Y. (1997). Questions vives, savoirs moribonds : le problème curriculaire aujourd’hui. Communication au colloque Défendre et transformer l’école pour tous. Marseille, 3-5 octobre 1997

Chomsky, N. (2013). La civilisation peut-elle survivre au capitalisme?, Article publié en ligne le 5 mars2013 consulté le 2 août 2014 sur le lien suivant : http://www.noam-chomsky.fr/la-civilisation-peut-elle-survivre/

Dahan, A. (2014). L’impasse de la gouvernance climatique globale depuis vingt ans. Pour un autre ordre de gouvernementalité, Critique internationale, 2014/1 N° 62, p. 21-37.

Hess, D. (2005). How do teachers’ political views influence teaching about controversial issues? Social Education, vol. 69, 47-48.

Hess, D. (2009). Controversy in the Classroom: The Democratic Power of Discussion. New York USA: Routledge.

Kolstø, S. (2005), Assessing the science dimension of environmental issues through environmental education. In E. Johnson & M. Mappin, (Eds.), Environmental Education and Advocacy. Changing Perspectives of Ecology and Education, Cambridge: Cambridge University Press, pp. 207-224.

Lahsen, M. (2013). Anatomy of Dissent: A Cultural Analysis of Climate Skepticism, American Behavioral Scientist, 57(6), p. 732-753.

Latour, B. (2011). Nous construisons des outils pour évaluer la recherche, La Recherche, n° 456, octobre 2011, 76-79.

Mann, M. E., Bradley R. S. & Hughes M. K. (1998). Global-scale temperature patterns and climate forcing over the past six centuries, Nature, 392(6678), p. 779-787.

Mann, M. E., Bradley R. S. & Hughes M. K. (1999). « Northern Hemisphere Temperatures During the Past Millennium: Inferences, Uncertainties, and Limitations », Geophys. Res. Lett., 26, n° 6, p. 759-762.

Merton, R., K. (1937). The sociology of knowledge, Isis, vol. 27, p. 493-503.

Oreskes, N., Conway, E. M. (2012 [2010]). Les marchands de doute, Paris : Editions Le Pommier.

Raynaud, D. (2003). Sociologie des controverses scientifiques. Paris : Puf.

Sadler, T. D. (2009). Controversy in the Classroom: The Democratic Power of Discussion, by Diana E. Hess, Book reviews. Science Education, 94, 760-762.

Scotto d’Apollonia, L. (2012). « Que peut apporter la sociologie des controverses scientifiques à l’enseignement des controverses ? », in Acte du colloque International « Sociologie et didactique vers une transgrétion des frontières 13-14 septembre 2012 Lausane. [Disponible en ligne], < https://www.hepl.ch/cms/accueil/formation/unites-enseignement-et-recherche/agirs-acteurs-gestions-identites/actualites/colloque-sociologie-et-didactiqu/demande-sociale-du-savoir-et-cur/pour-une-approche-sociodidactiqu.html>.

Scotto d’Apollonia, L. (2014). Les controverses climatiques : une analyse socioépistémique, Thèse de doctorat, Université Paul-Valéry Montpellier 3, consultable en ligne sur le lien suivant : https://univ-montp3.academia.edu/LionelScottoDapollonia

Scotto d’Apollonia, L. (2015). « Le “mille-feuille discursif” des controverses climatiques », RUSCA, MSH-M, n°7.

Simonneaux, L. (2003). L’argumentation dans les débats en classe sur une technoscience controversée, Aster, n° 37, p. 189-214.

Tutiaux-Guillon, N. (2006). Le difficile enseignement des “questions vives” en histoire-géographie. In Legardez A. et Simonneaux L. (Eds.), L’école à l’épreuve de l’actualité, enseigner les questions vives. Issy-les-Moulineaux, ESF, pp. 119-135.

Urgelli, B. (2009). Logiques d’engagement des enseignants face à une question socioscientifique médiatisée: le cas du réchauffement climatique. Thèse de doctorat de didactique des sciences, sciences de l’information et de la communication. PRES-Université de Lyon, 359 p.

Venturini, T. (2010). Diving in magma: how to explore controversies with actor-network theory. Public Understanding of Science, May 2010, vol. 19, no. 3, 258-27.

[1] L’empowerment éducatif vise à conduire les élèves à prendre une forme de pouvoir politique, en leur apprenant et en leur donnant les moyens de devenir acteur à part entière de la démocratie dite participative.

Un peu de pédagogie: un point sur les subdivisions

Un point sur les subdivisions stratigraphiques

Voici une synthèse visant à éclairer le débat sur les subdivivisions stratigraphiques.

C’est au sein de l’Union Internationale des Sciences Géologiques (IUGS) que sont établis les standards utilisés par les géologues. Les subdivisions de l’échelle des temps géologiques font partie intégrante de ces normes et définissent ainsi les « ères », les « systèmes » et les « étages ». La commission internationale de stratigraphie au sein de l’IUGS a pour mission de veiller au respect de ces normes et des critères qui définissent ces temps géologiques ainsi que la procédure à suivre. Une des questions centrales au cœur de ce point controversé porte précisément sur les échelles de temps sur lesquelles se définit l’Anthropocène en tant qu’ « époque » ou qu’ « ère ».

Une ère géologique est une subdivision géochronologique qui équivaut à un « étage ». L’« étage » correspond à la division de base en stratigraphie. Pour être plus précis en stratigraphie les divisions chronostratigraphiques sont caractérisées par des ensembles de couches comme les « étages », les « séries », les « systèmes », les « érathèmes », les « éonothèmes ». Ces couches permettent par correspondance de caractériser des bases de temps subdivisées en « âges », « époques », « ères », « éons ». Ces subdivisons, un peu à l’image d’un empilement de poupées russes, servent ensuite de marqueur temporel. Il est ainsi possible de définir une « époque » (comme l’empilement de plusieurs étages formant une série). De la même façon une « période » est la compilation de plusieurs « séries » formant un système. Une « ère » se définit ainsi comme la stratification de plusieurs systèmes formant un érathème.

CONSTRUCTION, CIRCULATION ET PRAXIS DE L’ANTHROPOCENE

Construction, circulation et praxis de l’Anthropocène : défis épistémologiques et enjeux normatifs du processus de catégorisation

Cet article est une version destinée à faire réagir librement les acteurs permettant de prolonger les débats relatifs à la présentation de ce texte au colloque de l’AFS d’Aix en Provence dans le RT 38.

Introduction

Fort de son succès dans le monde Académique, emprunt de multiples controverses, l’Anthropocène n’en finit plus de faire couler de l’encre à tel point que l’on ne sait plus véritablement de quoi parle-t-on quand on parle d’Anthropocène. Cet article apporte une clarification des débats et des principaux points de controverses. Afin de mieux cerner ce que parler d’Anthropocène veut dire, il développe une analyse des registres discursifs et interprétatifs en détaillant ses fondations historiques. Cette déconstruction historiographique permet en retour de mieux comprendre sa nature hybride, les migrations conceptuelles dont il a fait l’objet et ses implications praxéologiques réussissant un prodigieux grand écart entre les sciences géologiques et la philosophie de la nature. Il permet de décrire de façon transversale la difficile structuration du champ interdisciplinaire des sciences du système Terre (Earth System Science) dont la phase d’institutionnalisation et de stabilisation paradigmatique n’est pas encore achevée.

Faisant suite à un premier article publié dans la Newsletter de l’International Geosphere-Bioshpere Programme (Igbp)[1] (Crutzen, Stoermer, 2000), Paul Crutzen (2002) a popularisé ce concept visant initialement à définir une nouvelle échelle de temps géologique pour objectiver l’impact de l’Homme sur l’« écosystème terrestre ». Suite aux travaux d’une équipe menée par Jan Zalasiewicz (2008), il est depuis 2009, l’objet d’étude d’un groupe de travail interdisciplinaire : Anthropocène Working Group, AWG[2] au sein de l’Union Internationale des Sciences Géologiques (Iugs). Il existe une différence fondamentale, permettant d’éclairer avantageusement les controverses actuelles, entre l’Igpb illustrant l’émergence du champ des Sciences du Système Terre et la Commission Internationale de Stratigraphie (ICS), organe scientifique historique constituant l’Iugs (voir annexe2). Les Sciences du Système Terre visent à développer une approche systémique de la complexité des changements globaux et à analyser leurs processus biologiques physico-chimiques et l’influence des activités humaines. Les sciences géologiques et notamment la Commission Internationale de Stratigraphie définissent précisément les unités mondiales (systèmes, séries, et les étapes) et apparaissent comme les gardiens de l’échelle des temps géologiques.

En toile de fond, sur le plan géologique, le point nodal des controverses porte sur sa formalisation stratigraphique et sa datation : en 2019 aucune proposition de formalisation n’a été déposée par l’AWG auprès de la Commission Internationale de Stratigraphie (ICS). Dans le champ des sciences humaines et sociales se sont ouverts différents fronts de controverses avec comme point d’horizon la remise en cause des catégories critiques de l’histoire sociale passée et de la mondialisation présente (Chakrabarty, 2010 ; Bonneuil et Fressoz, 2016 ; Malm, 2017 ; Chateauraynaud et Debaz, 2017). L’Anthropocène est le théâtre d’affrontements symboliques entre une constellation d’acteurs sans véritable polarisation entre deux camps. Certains chercheurs jouissant de positions dominantes enferment sans nuance les membres de l’AWG dans la catégorie des « anthropocénologues » (Bonneuil et Fressoz, 2016, p. 64), ces derniers étant qualifiés par d’autres chercheurs de prédicateurs de l’Anthropocène dans la catégorie « collapsologues » (Chateauraynaud et Debaz, 2017, p. 44) qui dénoncent l’orthodoxie intellectuelle mettant en exergue des divergences entre critique, praxis et réflexivité.

Aussi après avoir décrit le positionnement théorique et la méthodologie, l’article développe, dans une première partie, une déconstruction épistémologique de l’Anthropocène pour ensuite analyser les jeux d’acteurs et d’arguments au sein de l’Iugs. La deuxième permet d’analyser les migrations conceptuelles dont il a fait l’objet dans le champ des sciences sociales. La conclusion permet de nourrir le débat sur l’« urgence écologique » et les difficultés de la communauté scientifique à bâtir des théories permettant d’appréhender à sa juste mesure la complexité de l’impact des activités humaines sur l’environnement et par voix de conséquence de construire des catégories de pensées opérantes.

[1] Ce programme onusien a été clôturé en 2015 : Lien consulté le 23 août 2019 : http://www.igbp.net/

[2] L’AWG est l’un des quatre groupes de travail au sein de la Sous-commission de Stratigraphie du Quaternaire (Subcommission on Quaternary Stratigraphy). Le groupe est dirigé par Zalasiewicz qui a composé autour de lui une équipe de 34 membres à la fois issus des sciences dites dures et des sciences humaines sociales.

 

Positionnement théorique et méthodologie

Cet article s’appuie sur une approche non-réductionniste des controverses articulant différents courants parfois controversés reposant sur une conceptualisation originale des controverses comme un « mille-feuille discursif » (Scotto d’Apollonia, 2015). Il apparait pertinent de concevoir les controverses socioscientifiques comme un espace social multidimensionnel, un « mille-feuille discursif » constitué du In, le discursif (ce qui est donné à voir dans l’espace public), et du Off, l’interdiscursif (ce qui est invisible depuis l’espace public concernant l’ensemble des échanges interpersonnels relevant des différents espaces interdiscursifs) en s’appuyant sur une veille internaliste attentive à la construction des savoirs.Il s’agit donc d’articuler la sociologie pragmatique et réflexive développée par Francis Chateauraynaud (2011) avec la sociologie rationaliste, reprenant en grande partie les travaux de Jean-Michel Berthelot (2002, 2008) et de Dominique Raynaud (2018a [2003]). Ce cadre est non réductionniste Berthelot (1992) dans le sens où il ne cherche pas à projeter d’a priori entre l’analyse des intérêts stratégiques des acteurs et les arguments mobilisés. Cette approche est à proprement parler interdisciplinaire et mobilise, en plus des approches sociologiques mentionnées, différents champs disciplinaires, l’épistémologie et l’histoire des sciences, la linguistique et les sciences de l’information et la communication.

Sur le plan méthodologique, il s’agit d’articuler simultanément différents moyens d’investigation sur la base d’un travail bibliographique de fond permettant de construire un étayage épistémologique à l’aide des moteurs de recherche Web of Science et Google Scholar. Pour cela, l’enquête bibliographique est partie des publications de Crutzen (2002) et de Stoermer et Crutzen (2000). Une enquête par échanges de courriers électroniques précisant les conditions d’utilisation des échanges au préalable et demandant explicitement l’autorisation de publication a été opérée auprès de l’ensemble des acteurs et notamment l’ensemble des membres de l’AWG en anglais et en français en fonction de leur origine. Elle est complétée par des échanges avec les autres acteurs impliqués dans l’enquête. L’analyse des stratégies de publicisation présentée dans cet article s’inscrit dans une analyse plus large réalisée sur la base de corpus hétérogènes, audios, vidéos et textuels à partir de différents moteurs de recherche et d’une veille sur les sites institutionnels. Le corpus de presse écrite est construit à partir des moteurs de recherche Factiva et Europresse avec les mots clés respectivement « anthropocène » et « méghalayen ». Les corpus sont traités à l’aide d’une grille uniforme (Scotto d’Apollonia, 2016a) sur la base des travaux de Painter (2013) (voir corpus 1 et 2).

Crédit photo @Nasa

La spécificité géologique originelle du concept d’Anthropocène

Pas plus que la lunette astronomique est l’invention de Galilée, l’attribution dans l’ensemble de la littérature de l’Anthropocène au prix Nobel de chimie Paul Crutzen s’apparente à une forme de réductionnisme historique. Paul Crutzen (2002) a popularisé l’Anthropocène dans un court article dans la revue Nature. Cet article faisait suite à un précédent article[1] publié avec le biologiste américain Eugène Stoermer[2] (Crutzen, Stoermer, 2000) dans la newsletter du programme onusien sur la biosphère (International Geosphere-Biosphere Program, Igbp) couvrant la période 1986-2015. Crutzen et Stoermer (2002) définissent l’Anthropocène comme une « époque » sur l’échelle de temps géologique pour objectiver l’impact des activités humaines sur l’écosystème terrestre qu’ils situent initialement vers la fin du XVIIIème siècle[3]. Crutzen (2002, p. 23) introduit une ambigüité en proposant simultanément les termes « époque » et « ère ».

[1] Le ratio de citations de l’article publié dans Nature (611 fois[1]) par rapport à celui cosigné avec Stoermer (12 fois[1]) est très asymétrique (résultats provenant de web of science 8 octobre 2016).

[2] Stoermer est décédé en 2012.

[3] Commentant l’article de Crutzen (2002), Grinevald considère que faire débuter l’Anthropocène avec le brevet de la machine à vapeur : « pour un historien cela ne tient pas la route, pour un historien des techniques c’est presque une stupidité, c’est anachronisme, une machine à vapeur ne fait pas plus la révolution industrielle, pas plus qu’une hirondelle fait le printemps ».

Lien consulté le 10 décembre 2016 : http://humanitesenvironnementales.fr/fr/les-ressources/les-grands-entretiens?page=2#prettyPhoto/0/

Crédit photo Laurent Soumayrol

L’ Anthropocène un concept antérieur aux années 2000

Les origines de l’usage du terme « anthropocène » font débat. Stoermer utilisait le terme dans les années 1980 qu’il n’avait cependant pas réellement formalisé avant que Crutzen ne le contacte (Steffen et al., 2011). Dans leur article, ils considèrent qu’il est nécessaire d’introduire un nouveau terme « anthropocène » en précisant les ancrages historiques du concept qu’ils situent dans différents travaux à la fin du XIXème siècle (l’« ère anthropozoïque » d’Antonio Stoppani ou « psychozoic era » de Joseph Le Conte). Or comme le souligne Dominique Raynaud (2018b) l’usage du terme « anthropocène » est antérieur aux années 1980. En effet, le terme « антропогена » a été bel et bien traduit par celui d’« anthropocene » au moins à partir des années 1960 dans les Rapports de l’Académie des sciences. Pour Dominique Raynaud, la raison est simple : l’usage rapproché de « Pliocene », « Holocene » et « Anthropocene » recommandait d’homogénéiser les suffixes.

Un article de Lewis et Maslin (2015, p. 171) tente d’attribuer une occurrence du terme « anthropocène » dès les années 1920. L’ouvrage cité en référence est en fait une traduction des années 1970 du russe vers l’anglais et non une traduction des années 1920 du terme « антропогена » par le terme « anthropocène ». Interrogé sur ces premiers résultats, Jacques Grinevald considère que « l’Anthropogene » des Russes qui s’inscrit dans l’histoire de la guerre froide, n’est pas « l’Anthropocene » de Crutzen[1]. Selon lui, Crutzen et Stoermer n’avaient pas connaissance de la littérature précédente. Stoermer qui ne faisait pas partie du programme de l’Igpb aurait laissé « la main » à Crutzen. Le rôle de Stoermer sur cette question devrait être donc minoré selon Grinevald qui confie lors de l’enquête qu’au sein de l’AWG ces éléments historiques sont discutés.

[1] L’article de Crutzen de 2002 est en fait très court et se limite à justifier la nécessité d’introduire ce nouveau concept sans pour autant étayer pleinement son propos.

Crédit Lionel Scotto d’Apollonia

La proximité lexicale et conceptuelle Anthropogène, Biosphère, Noösphère et Gaïa

Pour mieux cerner conceptuellement l’Anthropocène, il est nécessaire de faire un point sur les travaux mentionnés de la fin du XIXème siècle développés dans les années 1920 notamment par un acteur central le géologue russe Vladimir Vernadsky (1929, 1945). Comme le souligne Florian Charvolin (1993), en créant le concept de Biosphère, Vernadsky posait les bases d’une approche systémique et interdisciplinaire. Sur le plan épistémologique et lexical, l’Anthropocène est effectivement très proche de l’Anthropogène (Gerasimov, 1979)[1] largement utilisé dans la littérature scientifique dès les années 1930 (Raynaud, 2018b). Ces éléments sont identifiés et mentionnés en référence à Tage Nilsson (1983) par l’AWG[2]. La première occurrence du mot « anthropogène » (Raynaud, 2018b) confirme l’origine du terme au début du XXème siècle par la publication d’Alexei Petrovich Pavlov en 1925 dans une revue anthropologique russe. Le Quaternaire ou Anthropogène se situait au rang d’une période.

La spécificité de l’Anthropocène se situe précisément sur le plan géologique car l’idée elle-même n’était donc pas nouvelle (Grinevald, 2012, p. 3). Crutzen et Stoermer ne manquent de rappeler la référence aux travaux de Vernadsky portant sur l’influence humaine sur la Biosphère et ceux du jésuite français Pierre Teilhard de Chardin et du philosophe mathématicien Edouard Le Roy ayant introduit le terme de Noösphere[3].

L’Anthropocène s’inscrit donc dans une longue tradition derrière différentes appellations, relevant de différentes approches conceptuelles aux frontières poreuses. Le contexte politique après la deuxième guerre mondiale et la scission du monde autour des deux blocs soviétiques et américains va avoir des conséquences sur l’évolution de ces différentes approches conceptuelles en donnant naissance à la théorie de Gaïa de James Lovelock et Lynn Margullis (1974). Comme le souligne Grinevald, l’écologiste américain William Clark dirigeait un projet de recherche interdisciplinaire novateur intitulé « Ecologically Sustainable Development of the Biosphere », dans lequel on retrouve James Lovelock et Paul Crutzen.

En dehors des aspects géologiques, la théorie de Gaïa est donc très proche du concept d’Anthropocène. Cette théorie a connu un réel succès et a été largement reprise dans la littérature notamment par Isabelle Stengers (2009), puis par Bruno Latour (2015). Le terme Gaïa vise à nommer et penser l’ensemble des écosystèmes de la planète Terre considérée comme un être vivant à part entière. En s’appuyant sur une analyse fouillée de sa naissance, Sébastien Dutreuil (2017) déconstruit l’idée portée par certains détracteurs faisant de l’hypothèse Gaïa une proposition pseudo-scientifique. Son analyse vise à démontrer, que l’hypothèse Gaïa tend à structurer le champ émergent des Sciences du Système Terre[4].

[1] Le terme anthropogène en tant que substitut du terme «quaternaire» est suivant l’auteur objet de controverses sur la durée de l’anthropogène et des principes de sa subdivision. L’anthropogène est considéré comme l’étude de l’interaction de l’environnement naturel et de ses changements avec le développement de l’homme et de la société préhistorique et non pas comme subdivision stratigraphique.

[2] Lien consulté le 10 mai 2017 : https://quaternary.stratigraphy.org/workinggroups/anthropocene/

[3] Theilhard de Chardin, Leroy et Vernadsky durant son séjour parisien dans les années 1920, ont été inspirés par la philosophie d’Henri Bergson (1907). Dans L’évolution créatrice, Bergson propose de démontrer que la Nature ne cesse de se réinventer constamment, en s’appuyant sur le fait que la métaphysique traditionnelle attribuant une finalité à l’évolution et la science moderne sont les deux faces d’une même pièce, véhiculant l’idée de l’existence d’un déterminisme naturel.

[4] Sa thèse tend à démontrer que Gaïa est considérée tantôt comme une hypothèse, tantôt comme une théorie, tantôt comme un programme de recherche, tantôt comme une philosophie de la nature. L’examen épistémologique et historique permet de mettre au jour ses linéaments scientifiques permettant de la considérer comme une théorie élaborée.

Crédit photo Lionel Scotto d’Apollonia

Focus sur les principales controverses sur le plan géologique

Cette partie met au jour les principaux points de controverses autour des travaux de l’AWG. La qualification de l’Anthropocène comme temporalité géologique et sa caractérisation sont les points centraux du débat au sein de l’AWG. L’adoption de l’Anthropocène en tant que période géologique doit s’inscrire nécessairement dans un long processus en regard du caractère très hiérarchisé de ces procédures.

La datation du concept est particulièrement controversée, les échelles de temps couvrant un spectre allant de l’ordre du siècle à la dizaine de milliers d’années. Certains auteurs situent les débuts bien avant la création de la machine à vapeur, il y a environ 14 000 ans avec les premiers chasseurs-cueilleurs en Amérique du Nord (De Wever, 2013 ; Smith, 2010). Faisant débuter l’Anthropocène il y environ 8 000 ans, William Ruddiman (2003) considère que l’influence de l’Homme sur le climat commence avec le développement de l’agriculture. L’hypothèse de Ruddiman est controversée, ses détracteurs (Crucifix et al., 2005) lui objectant que l’activité agricole ne peut pas expliquer un forçage anthropique dans les variations de dioxyde de carbone et de méthane. L’AWG a déplacé le curseur initialement positionné au milieu du XIXème siècle vers le milieu du XXème siècle. En effet dans la période d’après guerre, la course à l’armement nucléaire a généré un nombre considérable d’essais en plein air ayant impactés les sols avec des radionucléides facilement identifiables. Ces essais ont conduit à la diffusion mondiale notamment de plutonium et de radiocarbone. L’avantage (sur le plan analytique) de ces signaux repose sur le fait qu’ils vont persister pendant des dizaines de milliers d’années. Cette prise de position est le résultat d’un vote effectué au sein du groupe de travail (AWG, 2016) faisant suite à une publication (Steffen et al., 2016). Après le vote, Erle Ellis (2016) membre de l’AWG a publié un article dans Nature alimentant un peu plus la controverse sur le début de l’Anthropocène. Ellis considère que la formalisation à partir des radionucléides est une erreur et participe à alimenter un discours technocratique occidentalo-centré. Effet rebond, ces prises de positions n’ont pas tardé à faire réagir Zalasiewicz, Waters et Head (2017). Dans leur réponse, les trois auteurs invoquent l’argument d’autorité et leur statut respectif de directeur et secrétaire de l’AWG ainsi que de détenteur de la chair de la Sous-commission de Stratigraphie Quaternaire. Arborant une figure de dénonciation, Zalasiewicz, Waters et Head regrettent que l’AWG ait moins de pouvoir qu’Ellis et ses collègues.

Il existe deux possibilités pour que l’Anthropocène puisse être formalisé par la communauté des géologues. La première option correspond à une datation chiffrée dans le temps, appelée en géologie Stratotype historique (GSSA pour Global Standard Stratigraphic Age). La seconde, surnommée par les géologues « clou d’or », correspond à la définition d’un point de référence dans les strates, appelé Point stratotypique mondial (GSSP pour Global standard Stratotype Section and Point). Stanley Finney et Lucy Edwards critiquent les propositions faites par le groupe de travail. Pour rappel, Finney dirigeait précédemment la Commission Internationale de Stratigraphie. Dans leur article Finney et Edwards (2016) considèrent que les propositions de l’AWG sont irrecevables en se référant à un standard (Salvador, 1994) fournissant les critères spécifiques pour la définition des unités géochronologiques autres que les intervalles de temps représentées par les unités chronostratigraphiques correspondantes.

Alors que les travaux de l’AWG continuent (Steffen et al., 2018), l’Iugs a révisé en juillet 2018 sa charte chronostratigraphique[1] instituant une nouvelle temporalité appelée l’âge du Méghalayen et relançant la controverse (Chun-Hai et al., 2018 ; Maslin et Lewis, 2018a & b ; Voosen, 2018). Ces débats au sein des sciences géologiques ont donné lieu à différentes stratégies de publicisation qu’il s’agit d’analyser.

[1] Voir : http://stratigraphy.org/ICSchart/ChronostratChart2018-07.pdf

Crédit photo Lionel Scotto d’Apollonia

Analyse des stratégies de publicisation

Afin d’analyser les jeux d’acteurs et d’arguments (Chateauraynaud, 2011), l’enquête se focalise sur les logiques de publicisation de deux évènements particulièrement parce qu’ils sont emblématiques et révélateurs : (1) la publicisation du 35ème congrès de l’Iugs qui s’est déroulé à Cape Town en Afrique du Sud du 27 août au 4 septembre 2016 et notamment le communiqué de presse publié par l’AWG (2016) la veille et (2) l’actualisation de la charte stratigraphique mentionnée précédemment.

Cherchant à déconfiner autant que faire se peut la controverse en sollicitant un public tiers profane, l’AWG a publié un communiqué de presse[1] la veille des deux interventions[2] de son secrétaire Colin Waters qui dirigeait précédemment la Commission Internationale de Stratigraphie proposant la possibilité de formaliser l’Anthropocène comme une temporalité géologique. Stanley Finney[3] a rejeté cette proposition en rappelant quels étaient les critères pour introduire une nouvelle subdivision de l’échelle des temps géologiques auxquels et précisait que le concept n’y répondait pas. Les échanges lors de cette session ont été vécu par les membres de l’AWG comme un échec, un membre me confiant: « le groupe me semble un peu abattu à la suite du Congrès au Cap ». Pour autant, l’analyse du corpus démontre que les médias ayant couvert l’évènement dans leur grande majorité ont relayé de manière virale le communiqué de presse de l’AWG en occultant le fond du débat et présentant l’Anthropocène comme une nouvelle temporalité géologique. Les deux exemples suivant illustrent parfaitement le propos[4] : « La Terre est-elle entrée dans une nouvelle époque, l’Anthropocène ? »[5], et « L’Humanité est entrée dans une nouvelle ère, l’Anthropocène »[6]. La réponse des détracteurs de l’AWG s’est opérée très rapidement par le truchement de la radio le 30 août 2016 sur les ondes de France Inter et une tribune de Patrick de Wever et Stanley Finney article dans Le Monde[7] publiée le 12 septembre 2016. L’attaque fût sans détour : « c’est comme si un groupe de personnes [AWG] se réunit et décide d’acheter un château avant de s’apercevoir qu’ils n’ont pas l’argent pour acheter le château. » (De Wever, 2016). L’enquête confirme la posture très critique de Finney contre le sérieux de l’AWG : « il semble que l’AWG soit plutôt une entreprise politique que scientifique à moins qu’une proposition en bonne et due forme soit formulée à la Commission internationale de stratigraphie » [librement traduit par l’auteur]. Finney s’étonne que l’AWG ait pu publier de nombreux articles dans des revues majeures et que toutes ses actions et ses articles soient largement rapportés dans les médias publics.

En France, l’océanographe membre de l’AWG, Catherine Jeandel a porté le message visant à déconfiner l’alerte dans l’espace public en soulignant l’urgence de l’action au risque de la simplification des débats. S’en est suivie une phase de neutralisation par une publication dans le magazine scientifique La Recherche en février 2017 dont l’enquête a permis de mettre au jour le fait que le cadrage éditorial était coordonné par Patrick De Wever. Avec Finney, ils rappellent le fait que l’Anthropocène ne corresponde pas aux critères définissant une temporalité géologique, tout en permettant la publication d’une tribune de l’AWG[8]. Les débats sur le plan épistémologique se sont ainsi fixés, les auteurs s’accordant sur le plan axiologique sur la nécessité de coordonner des actions pour enrayer l’impact négatif des activités humaines sur l’environnement. Ainsi le 1er décembre 2017, la Société Géologique de France, le Muséum National d’Histoire Naturelle et le Conservatoire National des Arts et Métiers proposaient avec le soutien de Total, une conférence suivant le thème : « l’Anthropocène : une nouvelle ère géologique ? », avec le géologue, Patrick De Wever, Catherine Jeandel, et l’archéozoologue Jean Denis Vigne. Les débats, à l’image de ceux tenus la veille dans l’émission sur France Inter la Tête au carré étaient caractérisés par un registre concessif limitant l’expression de leur désaccord sur le plan épistémologique pour débattre des aspects plus politiques.

Revenons au rebond de la controverse suite la révision de la charte introduisant une nouvelle subdivision des échelles de temps géologiques : le Méghalayen. L’Iugs a communiqué le 13 juillet 2018 sur sa page Internet[9] et relayée sur ses comptes Facebook et Tweeter[10] l’actualisation. L’écho médiatique a été minimal, quelques rares médias scientifiques (Sciences et Avenir) et quelques journaux (Atlantico, les Echos, Huffpost, Radio-Canada) ont couvert l’information. Ces deux stratégies correspondent à des idéaux types le groupe minoritaire cherche à mobiliser le public le plus large possible y compris les profanes tandis que l’autre cherche à conserver sa position dominante en prenant soin de confiner la controverse à un public de pairs. En mars 2019, des membres de l’AWG ont publié un volumineux document scientifique (Zalasiewicz et al., 2019) dans lequel, l’occurrence « meghalayan » est nulle. En mai 2019, l’AWG sur son site Internet a publié les résultats d’un vote interne[11] rappelant les positions sur les principaux points controversés en mentionnant l’introduction du méghalayen, un édito publié dans Nature (Subramanian, 2019) précisant que l’AWG prépare une proposition pour 2021.

[1] Lien consulté le 13 octobre 2018 : https://www2.le.ac.uk/offices/press/press-releases/2016/august/media-note-anthropocene-working-group-AWG

[2]Résumés des deux interventions consultables le 23 aout 2019 sur le lien suivant : https://www.americangeosciences.org/igc/15775

https://www.americangeosciences.org/igc/15066

[3]Résumé de la réponse consultable le 23 aout 2019 sur le lien suivant : https://www.americangeosciences.org/igc/14830

[4] L’analyse plus détaillée permet de mettre au jour certaines nuances à la marge, le journal La Croix couvrant parfaitement l’évènement alors que les autres grands quotidiens ont occulté l’évènement, la fin du mois d’août pouvant potentiellement expliquer cela.

[5] Auteur non renseigné (demande faite auprès du journal), « La Terre est-elle entrée dans une nouvelle époque, l’Anthropocène ? », Ouest France, 29 août 2016.

[6] D. Charlet : « L’Humanité est entrée dans une nouvelle ère, l’Anthropocène », Direct Matin, 29 août 2016.

[7]Article consultable le 26 aout 2019 sur le lien suivant : https://www.lemonde.fr/sciences/article/2016/09/12/anthropocene-sujet-geologique-ou-societal_4996574_1650684.html

[8] Sur le plan réflexif il semble que ce soit l’enquête qui ait eu pour effet la publication de la tribune de l’AWG, ce qui illustre les difficultés liées à la posture d’immersion dans la controverse.

[9] Lien consulté le 13 octobre 2018 : http://iugs.org/uploads/E-Bulletin/IUGS-E-bulletin-June-143.pdf

[10] Pages Facebook et Tweeter consultées le 13 octobre 2018 sur le lien suivant : https://www.facebook.com/iugspage/photos/a.765291843610757/1604666309673302/?type=3&theater

https://twitter.com/theIUGS

[11]Lien consultable le 26 août 2019 : http://quaternary.stratigraphy.org/working-groups/anthropocene/

Les migrations conceptuelles de l’Anthropocène

Doux euphémisme, le concept d’Anthropocène a été l’objet d’une migration conceptuelle à marche forcée (Brondizio, 2016)  par les sciences sociales sans attendre sa validation par les sciences géologiques. Sur le plan ontologique, il devient difficile de discerner de quoi parle-t-on quand on parle d’Anthropocène tant les régimes discursifs font référence à des registres épistémologiques différents. Considérons en première approximation en faisant référence à l’ouvrage central de Christophe Bonneuil et Jean-Baptiste Fressoz (2013)[1], la migration conceptuelle de l’Anthropocène comme un glissement d’une recherche d’objectivation des activités humaines en tant que force tellurique à l’échelle des temps géologiques vers la construction d’un récit prenant en compte une dimension socio-historique distribuant de façon différenciée les responsabilités humaines. L’analyse dans sa grande majorité de la littérature présente le concept comme une théorie validée reposant essentiellement sur des courbes et des équations. Chateauraynaud et Debaz, (2017) considèrent que Bonneuil et Fressoz partent d’une axiomatique simplificatrice et réductrice. Leur analyse critique permet de redonner de la profondeur historique et de l’épaisseur politique au concept d’Anthropocène en redistribuant, contre Dipesh Chakrabarty (2010), de façon pondérée les responsabilités historiques de l’espèce humaine qu’il s’agit de ne pas considérée comme un tout. Cette migration s’est opérée sans prendre en compte la complexité des débats et les tensions internes à l’AWG : « Je l’ai dit plus d’une fois à [X] et à quelques collègues du Centre Alexandre Koyré, qui par ailleurs font de beau travail, mais ils  connaissent mal l’ICSU et négligent l’évolution de la science écologique théorique et appliquée» (un membre de l’AWG). Ces tensions résultent d’une part d’oppositions épistémologiques fortement conditionnées par les logiques de champ, c’est-à-dire induites par l’appartenance disciplinaire. D’autre part, elles résultent tout autant d’une différenciation des postures axiologiques concernant les régimes d’actions. Aussi n’est-il pas étonnant de constater que plusieurs membres de l’AWG emploient le terme au pluriel « anthropocènes » démontrant l’instabilité du concept sur le plan ontologique. Fressoz et Bonneuil (2016 [2013], p. 64) rassemblent ainsi dans une même catégorie les « anthropocénologues » sans que l’on sache leur identité. Cette migration, à marche forcée, orchestrée notamment par Bonneuil et Fressoz intègre une dimension normative explicite ayant comme point d’horizon une critique aux accents marxistes du capitalisme et révèle en ce sens un dessein politique (Saint Martin, 2015) [2]. Cette migration conceptuelle a généré une véritable polyphonie sur le plan ontologique, l’anthropocène est ainsi devenu un concept « hybride ». L’ouvrage de Rémi Beau et Catherine Larrère (2018) suite au colloque en 2015 au Collège de France présente l’ouvrage de Bonneuil et Fressoz comme la référence mais apporte cependant un peu plus de nuances sur les débats controversés. Un membre de l’AWG me confie qu’il reste : « toujours en peine avec les difficultés du dialogue entre les scientifiques et les humanistes – notamment à propos du livre qui a suivi le colloque de novembre 2015 au Collège de France…où brilla pour moi l’absence des géologues et des évolutionnistes français! » (un membre AWG). Pourtant dans l’introduction issue du colloque, Beau et Larrère considèrent que : « Par sa définition même, l’Anthropocène semble se soustraire aux partages disciplinaires, et en particulier au grand partage entre les sciences de l’homme et les sciences de la nature » (Beau, Larrère, 2018). Effectivement comme le rappelait précédemment Pierre Charbonnier (2015) la controverse porte sur une redéfinition du concept d’Anthropocène dans le sens où l’avènement d’une nouvelle séquence temporelle s’opère à la fois sur les plans géologique et historique. Jacques Grinevald considère qu’il existe : « une ambivalence cognitive et émotionnelle du succès d’une nouvelle catégorie qui ressemble à un hopeful monster conceptuel peut-être prometteur, mais aussi mal accueilli que la révolution copernicienne, la révolution darwinienne, la révolution carnotienne et la révolution vernadskienne ! ».

Reinhold Leinfelder de l’Université de Berlin membre de l’AWG lors de l’enquête distingue trois niveaux : (1) le premier niveau est celui du système terrestre interrogeant l’hypothèse de l’impact de l’humanité sur ce système terrestre (climat, océans, utilisation des sols, eau douce, schémas de sédimentation, cycles biogéochimiques, etc.) et le fait que le système terrestre actuel et futur soit potentiellement différent du système holocène. (2) Le second niveau est celui de la géo-signature permettant ainsi de définir une nouvelle époque géologique. (3) Le troisième niveau est celui de la responsabilité sociale qu’il définit comme un méta-niveau. Il est donc possible de caractériser plus précisément cette migration conceptuelle qui s’est effectuée des deux premiers niveaux vers le troisième. Autrement-dit, la migration se traduit par un glissement du débat de la recherche de marqueurs stratigraphiques cherchant à objectiver la caractérisation d’une nouvelle période géologique vers un usage conceptuel visant à redéfinir les catégories de pensées : une philosophie de la nature. Ces catégories de pensées portent sur les risques liés aux impacts des activités humaines sur le climat et l’environnement. Sur le plan analytique, il convient donc de distinguer les trois plans de controverses : sa pluralité sémantique sur le plan ontologique, les oppositions épistémologiques et les registres normatifs plus ou moins explicites auxquels les auteurs font référence. Ainsi les registres discursifs des ouvrages en sciences sociales tendent à gommer les aspects controversés sur les plans ontologique et épistémologique d’autant plus aisément qu’ils sont porteurs d’un message normatif et militant dénonçant le capitalisme. Ce déplacement conceptuel dans le champ des sciences sociales a ouvert de multiples fronts de controverses. Chateauraynaud et Debaz (2017) considèrent que les « collapsologues » ont une représentation de la réalité tronquée et renouent avec la théorie de la fausse conscience. Andréas Malm (2017) ouvre un espace critique supplémentaire et invite à questionner à front renversé le caractère potentiellement contre-productif du concept sur les plans politique et épistémologique. Derrière la « bataille » de l’Anthropocène se dessine des luttes de pouvoir symbolique interne aux sciences sociales, les auteurs en position de domination n’auront de cesse de considérer qu’il est inutile d’ouvrir les boites noires latourienne de la science.

[1] A partir du mot clé « anthropocène », i.e. en langue française, l’ouvrage de Bonneuil et Fressoz est le plus cité sur Google Scholar : 1 (Bonneuil, Fressoz, 2013) cité 323 fois – 2 (Lorius, Carpentier, 2013) cité 59 fois – 3 (Sinaï, 2013) cité 37 fois – 4 (Crutzen, 2007) cité 15 fois – 5 (Grinevald, 2012) cité 13 fois, 6 (Fressoz, Bonneuil, 2016) cité 13 fois – 7 (Beau, Larrère, 2018) cité 11 fois. Résultats actualisés du 18 août 2019.

Les résultats avec le mot clé « anthropocene » sont un peu différents : 1 (Crutzen, 2006) cité 3757 fois – 2 (Steffen et al., 2015) cité 2389 fois – 3 (Dirzo, Raven, 2003) cité 1449 – 4 (Steffen et al., 2007) cité 1373 fois – 5 (Lewis, Maslin, 2015) cité 1081 – 6 (Harraway, 2015) cité 764 fois – 7 (Bonneuil, Fressoz, 2013) cité 324 fois.

[2] Dans sa recension de l’ouvrage Arnaud Saint Martin note que dans leur volonté de « résister à la tentation d’homogénéiser à l’échelle d’une inscrutable et abstraite “espèce humaine” », Bonneuil et Fressoz : « ne font pourtant que cela ».

 

 

 

Conclusion

 

          

            Cet article tend à apporter un éclairage analytique visant à mieux s’orienter dans les nombreux débats autour de l’Anthropocène dont les origines sont antérieures à l’article de Stoermer et Crutzen en 2000 et qui reposent sur des bases épistémologiques controversées sur le plan géologique : sa caractérisation et sa datation posant des problèmes au regard des normes de la Commission Internationale de Stratigraphie. Ces principaux points de controverses sur le plan géologique illustrent les divergences paradigmatiques profondes entre le champ émergent des sciences du système Terre et celui solidement structuré des sciences géologiques. Bien qu’appartenant à l’Iugs, l’approche écosystémique développée par le groupe interdisciplinaire AWG relève des Sciences du Système Terre et se heurte aux normes stratigraphiques garantissant la continuité et la cohérence des recherches sur les échelles de temps géologiques. Ces difficultés de structuration du champ des Sciences du Système Terre qui n’ont rien de nouveau. En effet, dans les années 1990, Florian Charvolin (1993) soulignait que l’approche vernadskienne permettait de comprendre les raisons de la controverse sur les pratiques de l’interdisciplinarité des « sciences du global ». Sans réelle clarification de ce flottement épistémologique, la migration conceptuelle de l’Anthropocène dans le champ des sciences sociales s’est opérée sans une prise en compte de la complexité des débats. Ce flou épistémologique lui a permis d’acquérir une grande plasticité révélatrice de sa nature hybride et explique sa grande labilité dans les différents champs. Il reste à interroger les aspects normatifs plus ou moins implicites, certains acteurs s’emparant et (re)politisant le concept à des fins de dénonciation du système capitaliste contrairement à d’autres perpétuant une vision moderniste d’une science porteuse de progrès social. On retrouve cette polarisation normative au sein même de l’AWG. Le succès de l’Anthropocène dans le monde académique et désormais social met en lumière les difficultés récurrentes des sciences en société qui se traduisent par le besoin de renouvellement de nos catégories de pensée face à l’« urgence écologique ». Les difficultés de régulation de l’expertise scientifique au sens de Roqueplo (1997) n’ont pourtant rien de nouveau[1]. La traduction des savoirs scientifiques soumis à des incertitudes et emprunts de controverses en vue d’alimenter le débat démocratique et les décisions politiques se heurte à la structuration très moderniste des rapports sciences-sociétés avec comme point d’horizon les débats autour du principe de précaution. Aussi il apparait nécessaire de nourrir la réflexion sur le plan éthique en questionnant les limites des modèles habermassien de l’éthique communicationnelle et jonassien du principe de responsabilité. La multiplication des problématiques environnementales pose un véritable défi à la recherche quant à sa capacité à construire un cadre de référence théorique véritablement interdisciplinaire dès lors qu’il s’agit de questionner et d’accompagner l’agir environnemental. Sur le plan de nos pratiques de recherche, l’interdisciplinarité pour qu’elle puisse faire œuvre de science, exige un effort de réflexivité afin d’éviter l’écueil des axiomatiques simplificatrices (Chateauraynaud, Debaz, 2017, p. 174) en prenant en compte les controverses dans leurs matérialités ontologique, épistémologique, sociale, politique, économique, morale et éthique. Autrement-dit, ces résultats nous invitent à ouvrir le vaste chantier d’une praxis de l’Anthropocène.

 

Bibliographie

AWG, 2016, Media note: Anthropocene Working Group (AWG), 29th August 2016.

https://www2.le.ac.uk/offices/press/press-releases/2016/august/media-note-anthropoceneworking-group-AWG

Beau, R., C. Larrère, 2018, Penser l’Anthropocène, Presse de Sciences Po.

Bergson, H. 1907, L’Evolution créatrice, Paris, Librairie Félix Alcan. (rééd. PUF).

Berthelot, J.-M., 2002, Pour un programme sociologique non réductionniste en études des sciences, Revue Européenne des Sciences Sociales, vol. XL, n°124, p. 233-252.

Berthelot, J.-M., 2008, L’emprise du vrai. Connaissance scientifique et modernité, Paris : PUF.

Bonneuil C., Fressoz J.-B., 2016, [2013], L’Evénement Anthropocène. La Terre, l’histoire et nous, Paris, Seuil.

Brondizio, E., et al., 2016, Re-conceptualizing the Anthropocene: A call for collaboration, Global Environmental Change, Volume 39, pp. 318–327.

Chakrabarty, D., 2010, Le climat de l’histoire : quatre thèses, La Revue internationale des livres et des idées, no15, janvier 2010.

Charbonnier P., 2015, L’ambition démocratique à l’âge de l’anthropocène, Revue Esprit, décembre 2015.

Charvolin, F., 1994, L’invention de la Biosphère : les fondements d’une méthode, Natures Sciences Sociétés, 1994, 2(1), pp. 21–28.

Chateauraynaud, F., 2011, Argumenter dans un champ de forces. Essai de balistique sociologique, Paris, Petra.

Chateauraynaud F., J. Debaz, 2017, Aux bords de l’irréversible. Sociologie pragmatique des transformations, Paris, Petra, p. 591.

Chun-Hai L., et al., 2018, A high-resolution pollen record from East China reveals large climate variability near the Northgrippian-Meghalayan boundary (around 4200 years ago) exerted societal influence, Palaeogeography, Palaeoclimatology, Palaeoecology.

Crucifix M., M. Loutre, A. Berger, 2005, Commentary on « The Anthropogenic Greenhouse Era Began Thousands of Years Ago », Climatic Change, Vol. 69, N°2-3.

Crutzen, P., 2002, Geology of mankind, Nature, 3, janvier 2002.

Crutzen, P., 2006, The “Anthropocene”, pp 13-18, Springer.

Crutzen P., E. Stoermer, 2000, The ‘Anthropocene’, Global Change. IGBP Newsletter, 2000, 41, p. 17‐18.

De Wever, P., 2013, Le Temps de la prétention, Saga Information, n°326, Avril 2013, Paris.

De Wever, P., 2016, Emission radiophonique La tête au carré France Inter.

Dirzo R., P. H. Raven, 2003, Global state of biodiversity and loss. Annu. Rev. Environ. Resour. 28, pp. 137–167.

Dutreuil, S., 2017, James Lovelock, Gaïa et la pollution : un scientifique entrepreneur à l’origine d’une nouvelle science et d’une philosophie politique de la nature, Revues Zilsel, Editions du Croquant, N°2, septembre 2017, p. 21-61.

Ellis A., M. Maslin, N. Boivin, A. Bauer, 2016. Involve social scientists in defining the Anthropocene, Nature, 540, 192–193.

Gerasimov I., 1979, Anthropogene and its major problem, Boreas 8, 23-30, 1979.

Grinevald J., 2012, « Le concept d’Anthropocène et son contexte historique et scientifique », Entropia, n°12 p. 22-38.

Haraway, D., 2015, Anthropocene, Capitalocene, Plantationocene, Chthulucene: Making Kin, Environmental Humanities, 6 (1): 159-165.

Finney S., L. Edwards, 2016, The Nature and Utility of the Anthropocene ?, GSA Today, v. 26, pp. 4-10.

Larrère C., 2015, Anthropocène : le nouveau grand récit, Revue Esprit, décembre 2015.

Latour B., 2015, Face à Gaïa, Paris, Les empêcheurs de penser en rond, La Découverte.

Lewis S., M. Maslin, 2015, Defining the Anthropocene, Nature, 12 mars 2015, Vol. 519, p. 171.

Lovelock J., M. Lynn, 1974, Atmospheric homeostasis by and for the biosphere: The Gaia hypothesis, Tellus, vol. 26, n° 1, pp. 1-10.

Malm, A., 2017, L’anthropocène contre l’histoire. Le réchauffement climatique à l’ère du capital, traduit par Étienne Dobenesque, Paris, La Fabrique.

Maslin M., S. Lewis, 2018a, Anthropocene now, New Scientist, vol. 239, Issue 3188, pp. 24-25.

Maslin M., S. Lewis, 2018b, Anthropocene vs Meghalayan: why geologists are fighting over whether humans are a force of nature. Article published in The Conversation, August 9, 2018.

Nilsson, T., 1983, The Pleistocene. Reidel, Dordrecht, p. 23-4.

Oreskes N., E. Conway, 2012, Les marchands de doute, Paris, Editions Le Pommier.

Painter, J., 2013, Climate ch,ange in the media: Reporting risk and uncertainty. Oxford: I.B. Tauris and Reuters Institute for the Study of Journalism.

Raynaud,, D., 2018a [2003], Sociologie des controverses scientifiques, Editions Matériologiques.

Raynaud, D., 2018b, Anthropocène. Technique. Deux points de contact entre science et pensée partisane, Revue Zilsel, Editions du Croquant, N°3.

Roqueplo, P., 1993, Climats sous surveillance – Limites et conditions de l’expertise scientifique, Paris, Editions Economica.

Roqueplo, P., 1997, Entre savoir et décision, l’expertise scientifique, Versailles, Editions Quæ.

Ruddiman, W., 2003, The Anthropogenic Greenhouse Era Began Thousands of Years Ago, Climatic Change, Vol. 61, N°3.

Saint-Martin, A., 2015, Bonneuil (Christophe), Fressoz (Jean-Baptiste), L’événement anthropocène. La terre, l’histoire et nous, Paris, Le Seuil, coll. « Anthropocène », 2013, 304 pages., Politix 2015/3 (n° 111), p. 202-207.

Salvador, A., 1994, International Stratigraphic Guide, 2nd edition: Boulder, Colorado, Geological Society of America and International Union of Geological Sciences.

Scotto d’Apollonia, L., 2015, Ce que parler des controverses veut dire, Revue Hermès, n°73, in Controverses et communications, (dir. D. Wolton, R; Badouard, C. Mabi), CNRS Editions, pp. 129-136.

Smith F., M. Elliott, S. Lyons, 2010, Methane emissions from extinct megafauna, Nature Geosci, 3(6), p. 374-375.

Steffen W., J. Grinevald, P. Crutzen, J. McNeill, 2011, The Anthropocene: conceptual and historical perspectives, in Philosophical Transactions of The Royal Society A Mathematical Physical and Engineering Sciences, 369(1938):842-67.

Steffen W. et al., 2016, Stratigraphic and Earth System approaches to defining the Anthropocene, Earth’s future, Volume 4, Issue 8, pp. 324–345.

Steffen W. et al., 2018, Trajectories of the Earth System in the Anthropocene. Proceedings of the National Academy of Science, August 6, 2018. 201810141.

Stengers, I., 2009, Au temps des catastrophes, Paris, Les empêcheurs de penser en rond, La découverte.

Subramanian, M., 2019, Anthropocene now: influential panel votes to recognize Earth’s new epoch, Nature.  10.1038/d41586-019-01641-5

Vernadsky, V. 1929, La Biosphère, Paris, Alcan.

Vernadsky, V., 1945, Biosphere and Noosphere. Am. Sci. 33, 1–12.

Voosen, P., 2018, New geological age comes under fire, Science, 10 august.

Zalasiewicz et al., 2008, Are we now living in the Anthropocene, GSA Today, 18 4 8.

Zalasiewicz J., C. Waters, M. Head, 2017, “Anthropocene: its stratigraphic basis”, Nature, 541, 289, 19 January.

Zalasiewicz et al., 2019, The Anthropocene as a Geological Time Unit. A Guide to the Scientific Evidence and Current Debate, Cambridge University Press.

[1] L’affaire des pluies acides est en ce sens similaire au cas du climat ou de l’Anthropocène. Pour rappel, l’action nécrosante de l’ozone formé à cause des rejets industriels atmosphériques était considérée à tort comme la cause majeure du dépérissement des forêts (Roqueplo, 1993, p. 21).

Votez pour la Charte Biodiversité & art de vivre ensemble

Votez pour la Charte Biodiversité & art de vivre ensemble

Voici ci-dessous le texte relatif à “mon projet pour la planète” sélectionné pour concourir concernant l’Atelier Climatique Citoyen, retranscrit dans son intégralité.

Nous avons de vous pour que le projet soit validé il nous faut un maximum de vote sur le lien suivant:

https://www.monprojetpourlaplanete.gouv.fr/projects/plan-climat/collect/depot-des-projets/proposals/charte-biodiversite-amp-art-de-vivre-ensemble

Objectif: Projet de création d’une charte éducative Biodiversité & Art de vivre ensemble

Description

Le futur que nous voulons se construit maintenant avec nos enfants !
Un projet d’éducation dans et hors les murs de l’école, dont l’originalité est de conjuguer les enjeux sociaux et environnementaux afin de dynamiser un projet du territoire de l’Agglomération du Pays de l’Or (mise en place du Plan Climat PCAET). Il vise un triple objectif : (1) éducation à la préservation et la conservation de la biodiversité spécifique à leur lieu de vie ; (2) éducation à la responsabilité et l’art de vivre ensemble ; (3) dynamisation du territoire du Pays de l’Or par la création d’une grande manifestation artistique et culturelle (dispositif Artivistes-atelier) intégrant les différentes créations des enfants. Ce projet vise à nourrir la réflexion et à développer le regard des plus jeunes sur les diversités culturelles et écologiques. Il agit dans un jeu de miroir comme dans un kaléidoscope social et environnemental pour créer de façon artistique une Charte Citoyenne de la jeunesse. Cette Charte Biodiversité et Art de VivreEnsemble a vocation d’être un outil de communication au sein des établissements scolaires pour appréhender et harmoniser les relations humaines et avec leurs milieux naturels. Concrètement un animateur spécialisé dans l’éducation au développement durable intervient avec un artiste dans une classe. Le travail par petit groupe permet d’une part une sensibilisation aux spécificités de la biodiversité dans les rues, les jardins, les trottoirs, la cour d’école, etc. D’autre part, l’artiste guide les élèves à construire sur différents supports (mobiles végétaux, vidéos, picturaux, etc.) leurs visions de la charte. Les parents, familles, proches, sont ensuite invités à venir découvrir les œuvres réalisées dans un dispositif Artivistes-atelier, c’est à dire une grande manifestation artistique et culturelle de rue et participer à des ateliers de création et réflexion. Cette opération a été testée à Vendargues dans le cadre de la réflexion de leur Agenda 21 avec 7 écoles.

Lieu ou adresse

Agglomération Pays de l’Or

En quoi votre projet répond-il à l’intérêt général ?

La création de la Charte Biodiversité & Art de Vivre Ensemble œuvre au cœur de la transition écologique et solidaire en mettant en synergie positive les intérêts des différents acteurs. Elle permet d’associer les enjeux sociaux et environnementaux. A l’heure où la société est traversée par de multiples tensions sociales et culturelles, face à la menace terroriste et aux risques de dérives communautaristes, face aux enjeux climatiques et de perte de biodiversité, ce projet apporte des réponses positives, joyeuses, d’avenir. Ce projet agit de plus comme un facteur de dynamisation du territoire et en tant qu’incubateur social. Il sert de dispositif exploratoire et pilote.

Quels sont vos partenaires et les autres acteurs mobilisés sur ce projet ?

Association Artivistes-atelier GDR PARCS & LIRDEF Université Montpellier (Faculté d’Education) Agglomération du Pays de l’Or Mairies de l’Agglomération du Pays de l’Or (Candillarges, La grande motte, Mauguio carnon, Mudaison, Palavas les flots, Saint aunes, Valergues, Lansargues)

Quelles seront leur contribution au projet ?

L’association Artivistes Atelier pilote la tâche de coordination générale. L’association Artivistes Atelier intervient dans les écoles et assure la construction des œuvres. L’association Artivistes Atelier assure la préparation et l’organisation des manifestations de rue, la réalisation des ateliers participatifs dans la rue. Le GDR PARCS apporte son appui pour designer les ateliers participatifs. Le laboratoire LIRDEF apporte son regard analytique pour évaluer l’efficacité du projet. L’agglomération du Pays de l’Or participe apporte son expertise territoriale pour une meilleure cohérence avec ses politiques.

En quoi votre projet est il innovant ou pionnier ?

La Charte Biodiversité & Art de Vivre Ensemble est un projet relevant de l’innovation sociale. Il a en ce sens reçu le prix de l’innovation de la DDTM de l’Hérault et prix éducation 2017 forum international météo climat. Ce projet est innovant parce qu’il permet dans une approche systémique de conjuguer l’ensemble des enjeux sociaux et environnementaux et mettre en cohérence et accompagner les politiques publiques à l’échelle des territoires. Ce projet est innovant parce qu’il permet de construire une éducation dans et hors les murs et permet de rendre visible les enjeux sociaux et environnementaux du territoire directement sur la place publique.

Comment votre projet pourrait-il être éventuellement développé à une échelle plus large ?

Ce projet bénéficie de l’outillage analytique de la recherche et sert d’incubateur social et environnemental afin d’être reproduit à l’échelle nationale. En ce sens ce projet est un dispositif pilote pour une transition énergétique et solidaire réussie.

Plan d’actions détaillé

Tâche 1 : Coordination générale des différentes établissements scolaires, sélection des classes et des équipes éducatives mobilisés (une classe par établissement dans tous les établissements de l’agglomération du Pays de l’Or).
Tâche 2 : Intervention dans les classes
Tâche 3 : Organisation d’une manifestation dans chaque école.
Tâche 4 : Préparation du dispositif Artivistes-atelier dans la rue, sélection date, lieu en collaboration avec la Mairie de Mauguio et préfecture de l’Hérault.
Tâche 5 : Réalisation du dispositif Artivistes-atelier.
Tâche 6 : Réalisation d’un documentaire 7’ afin de valoriser l’action.
Tâche 7 : Publication du bilan et de l’évaluation du dispositif.

Nom de la ou des structures qui porteront le projet

ARTIVISTES – Atelier citoyen et artistique pour une expertise sociale des territoires »
L’association prend la dénomination suivante : « ARTIVISTES-Atelier » (Association de Redynamisation des Territoires par l’InnoVation Sociale des Transitions EnvironnementaleS).

Statut de votre structure

Artivistes-Atelier est une association de loi 1901.

Activités de votre structure

ARTIVISTES-Atelier a pour objet d’assoir un nouvel espace de démocratie participative et de proposer une expertise sociale d’un territoire aux décisionnaires par les entrées culturelle et artistique.
Pour mener à bien son objet, ARTIVISTES-Atelier pourra mettre en œuvre toute action nécessaire. En particulier, l’association :
  •  apportera son expertise territoriale à tout projet / action en lien avec son objet
  • engagera des projets innovants artistiques
  •  mettra en place des formes de concertation et de sensibilisation prenant en compte la vox populi
  • élaborera des cahiers citoyens et des propositions concrètes pour les décisionnaires
  • mettra en place un laboratoire de Recherche et Développement portant sur les sciences citoyennes
  • conceptualisera et construira des outils d’aide à la décision participatifs
 développera une éducation et des projets pédagogiques portant sur les questions relatives aux rapports sciences-sociétés.

Documents / Articles de Presse / Illustrations

Site web ou vidéo

Projet ADEME AIR CLIMAT SANTE SOCIETE & ART

LA QUALITE DE L’AIR UN ENJEU SOCIO-ENVIRONNEMENTAL MAJEUR

L’association Artivistes-atelier en partenariat avec l’UMR CNRS ART-Dev et le GDR CNRS PARCS ont le plaisir d’être lauréat ADEME d’un projet portant sur la qualité de l’air extérieur.

Ce projet après une phase exploratoire en 2017, démarre sa phase opérationnelle en 2018 et ce pour une durée de deux ans.

RESULTATS EN COURS D’ANALYSE

Voici un brouillon de l’introduction de la mise en forme des résulats qui précise notamment le positionnement du projet.

Parmi l’ensemble des enjeux socioenvironnementaux (eau-biodiversité-énergie) liés aux conséquences du réchauffement climatique, la qualité de l’air est devenue un sujet de préoccupations sociales, politiques et un enjeu majeur de santé publique. Les chiffres relèvent du registre de l’alerte sanitaire : 3 millions de décès annuels sont imputés à sa « pollution » à l’échelle du globe, dont 11 000 pour la France  et tuerait deux fois plus que le tabac. Force est de constater qu’il y a encore moins de dix ans, l’Etat naviguait à vue et favorisait à grand renfort de bonus écologique l’achat de véhicules diésels. Aussi les pouvoirs publics se sont dotés d’une panoplie de mesures réglementaires ayant pour objectif l’amélioration de la qualité de l’air. La mesure emblématique concernant directement notre projet est l’intégration en 2015 de l’enjeu « Air » aux plans climats, anciennement Plans Climat Energie Territoriaux (PCET) devenus Plans Climat Air Énergie Territoriaux (PCAET) auquel s’ajoutent d’autres comme la vignette Crit’air, la délimitation de Zones à Faible Emission (ZFE) ou encore les Plans de Prévention Atmosphérique (PPA) gérés par les préfectures. Malgré ces mesures, les politiques publiques en faveur de la qualité de l’air manquent chroniquement d’efficacité. Pour preuve, à l’heure actuelle la France est poursuivie par la Cour de Justice Européenne pour dépassement des valeurs limites de qualité de l’air fixées et manquement à l’obligation de prendre des mesures appropriées pour écourter le plus possible les périodes de dépassement. La taxation récente du carburant diésel témoigne de cette volonté de prendre à bras le corps ce problème qui invariablement est source de tensions sociales. Le surgissement du mouvement des Gilets jaunes en lien direct avec la hausse des carburants illustre parfaitement les difficultés de l’Etat à réguler les effets sociaux de ce type de mesures et l’aspect sacerdotal d’une équation insoluble au discriminant négatif ayant pour variables interreliées, le social, le politique, la santé publique et l’environnemental et des solutions imaginaires. Socialement le mouvement des Gilets jaunes tout autant que d’autres mobilisations de nature très hétérogène sur la gestion des communs (Ostrom, ?), les mouvements citoyens mettent en exergue le déficit démocratique que l’injonction participative n’a pas réussi pleinement à capter et réguler.

Sur le plan de la recherche ce type d’objets socialement et politiquement très vifs impose une épreuve de taille aux sciences humaines et sociales, les catégories politiques classiques s’avérant au mieux inopérantes au pire un biais délétère. De plus, conscients des limites des dispositifs de participation citoyenne pour affronter les problématiques socioenvironnementales, le projet de recherche participative que nous présentons a pris le parti de problématiser la tension inhérente à la fois au déficit d’intégration des citoyens dans la fabrique dite « participative » des politiques publiques (Blondiaux, 2008, Blondiaux et Fourniau, 2008, 2011; Fourniau, 2007; 2011) et au déficit d’efficacité chronique des politiques d’efficacité des politiques publiques notamment sur la qualité de l’air (Chevigné, 2003; Salles, 2006; Chevalier et al. 2007 ; Comby, 2015; Chateauraynaud et Debaz, 2013, Scotto d’Apollonia, Dosias-Perla, Camps, Poidras, 2019). Sur le plan juridique et technique, la mise en application des lois se heurte à une double problématique (Charvolin, 2015 ; Massart Guibaud, 2010). D’une part les différentes lois et plans d’actions sont construits à partir de cette sectorialisation dans laquelle les enjeux santé, air, climat et société sont traités de façon dissociée. D’autre part, mises en œuvre à l’échelle municipale, elles peinent à trouver de la cohérence sur un territoire suffisamment important pour améliorer leurs chances d’efficacité (Mermet et al. 2005).

Notre recherche participative ne peut faire l’économie de ce préambule en raison de la très grande hétérogénéité de ce type de projet (Anadon, 2013) et d’absence de cadre théorique de référence. Les recherches participatives font l’objet de différentes pratiques (Bonny, 2017) et dépendent du niveau de collaboration, de participation, d’action sur le social et d’intégration des acteurs dans la co-construction de la problématisation de recherche. De plus, au sein des champs scientifiques il existe des luttes symboliques de pouvoir. Doux euphémisme, les recherches participatives restent en quête de légitimité scientifique, d’autant plus que les Sciences Humaines et Sociales peinent encore à s’émanciper des pouvoirs tutélaires, du contexte institutionnel potentiellement source d’instrumentalisation de la connaissance scientifique (Berthelot, 1996). Il semble nécessaire de considérer les fortes résistances aux sciences participatives[1] que l’on peut situer dans le prolongement historique des controverses entre les approches rationalistes et socioconstructiviste. Nous considérons ce contexte controversé comme une opportunité. L’épreuve de tangibilité impose comme pré-requis nécessaire mais non suffisant d’analyser dans une dimension critique et réflexive, l’acte de construction à la fois des savoirs et des actions sociales et environnementales en prenant en compte les déplacements qu’elle produit sur les différents acteurs (citoyens, élus, agents de service, professionnels et les chercheurs eux-mêmes), les institutions à partir de l’ensemble des liens mutuels, postures, comportements et perceptions. Cette recherche participative apporte une contribution aux travaux portant sur les liens ambigus parfois paradoxaux entre la participation et les questions environnementales et la défiance d’une partie des acteurs de la société civile vis-à-vis de la participation (- J. Talpin, A. Mazeau, C. Neveu, C. Blatrix….). Au regard de ses effets notoires, les résultats présentés bien qu’issus d’un travail en cours sont dans la prolongation des nombreux travaux critiques mais représentent une inflexion importante et clairement identifiable permettant une bouffée d’optimisme raisonné. Sans sombrer dans une forme de prophétisme de bonheur[2], la nature ontologique relativement nouvelle de l’objet « la fabrique participative des PCAET », vaste chantier peu balisé, n’y est sans doute pas étrangère.

Après avoir un préambule clarifiant la posture du dispositif de Recherche Action Participative, la première partie détaille l’historique du projet. En décrivant son déroulement, la deuxième partie expose comment nous avons co-construit les questions de recherche à partir de la reformulation de la problématique exposée ci-dessus. La troisième partie permet d’aborder les résultats et les limites très instructives de cette recherche participative que nous avons pu identifier. Dans une quatrième partie, nous aborderons les éléments de valorisation. La conclusion est l’occasion d’ouvrir un espace de réflexion sur les perspectives heuristiques très fécondes de ce type de dispositif de recherche participative à la fois sur le monde social et celui de la recherche.

[1] En référence à Jean de La Fontaine sur le site rationaliste de l’AFIS la politiste Virginie Tournay dit ainsi : « Au fur et à mesure que nous nous rapprochons des dispositifs formels de la démocratie participative, leur inconsistance logique et démocratique devient patente. Comment expliquer alors leur maintien dans la vie politique ? », SPS n° 318, oct. 2016. Lien consulté le 15 août 2019 : https://www.pseudo-sciences.org/Y-a-t-il-vraiment-une-demande-de-participation-citoyenne

[2] L’expression fait référence à Francis Chateauraynaud.

 

RÉSUME DU PROJET

La qualité de l’air extérieur est un enjeu social majeur et intègre de facto les questions liées au climat tout autant que les problématiques de santé publique associées. Or sur le plan juridique et technique, la mise en application des lois se heurte à une double problématique. D’une part les différentes lois et plans d’actions perpétuent cette sectorialisation dissociant les enjeux de: santé, d’air, de climat et de société. D’autre part, elles peinent à trouver de la cohérence et une véritable efficacité engluées dans ce qu’il est commun d’appeler le « mille-feuille institutionnel ». Force est de constater qu’il persiste un déficit massif d’implication des populations dans l’ensemble des dispositifs « qualité de l’air ». Il faut voir là un déficit d’intelligence collective que ce projet ambitionne de surmonter pour arriver à des dynamiques mieux partagées entre décideurs et populations.
Ce projet « Air-Climat-Santé-Société & Art » en ce sens vise à faciliter les modalités d’administration des politiques publiques à l’échelle des territoires des collectivités en prenant en compte de manière systémique l’ensemble de ces problématiques à l’aide d’un outil citoyen participatif « Artivistes-atelier » ayant fait les preuves de son efficacité et s’appuyant sur un solide réseau de chercheurs. Bien que très récent, le dispositif « Artivistes-atelier » bénéficie d’une forte reconnaissance. En ce sens il a l’honneur d’être parrainé par Jean Jouzel, d’être sélectionné et retenu par la DDTM pour le prix de l’innovation périurbaine 2016 dans l’Hérault, est balisé et financé par le Ministère de l’Environnement, de l’Energie et de la Mer et bénéficie d’une enveloppe parlementaire par le Député J.-L. Roumégas corédacteur du rapport sur l’évaluation des politiques publiques de lutte contre la pollution de l’air. Ce projet apporte des mesures d’appui visant à améliorer l’efficacité des politiques sur l’air et les enjeux sous-jacents « climat et santé » en prenant en compte le volet social et citoyen Il analyse leur efficacité dans une démarche intégrant de façon résolument réflexive une évaluation intégrée. A partir des résultats de recherche obtenus sur : (1) les niveaux d’acceptabilité sociale de l’ensemble des acteurs, (2) l’efficacité des politiques par la construction d’indicateurs pertinents, (3) l’identification des freins et des leviers d’action considérés de façon pragmatique dans le mille feuille institutionnel, ce projet vise à faire émerger à l’échelle nationale des propositions de réformes visant à faciliter et potentialiser l’efficacité des politiques en faveur de la qualité de l’air, de la santé et du climat.

   image logogdrparcs.jpg (0.7MB)    

Programme Cit’in

APPEL À MANIFESTATION D’INTÉRÊT

Voici un condensé de l’appel à manifestation d’interet concernant le programme Cit’in reprenant les grandes lignes du texte.

L’objet de l’appel est de constituer une communauté de recherche sur la transition écologique en associant aux travaux du programme Cit’In les équipes de recherche en sciences humaines sociales et en sciences de l’environnement qui travaillent, ou envisagent de travailler, en particulier de manière coopérative avec les acteurs concernés, à ou sur des expérimentations démocratiques pour la transition écologique et énergétique.

Le programme de recherche étudiera les expérimentations conduites dans les territoires à l’initiative des citoyen·ne·s et des acteurs locaux et explorera les manières d’apprécier et de valoriser la contribution de la société civile et de la participation citoyenne à la transition écologique et énergétique. Le texte de l’appel à manifestation d’intérêt définit plusieurs axes d’approfondissement. Le programme comprend :

Télécharger le texte de l’appel à manifestation d’intérêt


Axes de l’appel :
La pluralité des chemins de la transition

La notion de transition écologique, qui a progressivement supplanté celle de développement durable, exprime la nécessité d’adapter nos économies et nos sociétés (modes de vie, action publique, démocratie…) au respect des limites de la biosphère.

Le programme Cit’in se structure autour de 6 axes en interrelation:

(1) La fabrique participative et la conduite démocratique des politiques publiques

(2) La portée démocratique des expérimentations citoyennes

(3) Numérique et transition : des civic techs aux communs informationnels

(4)  L’appropriation citoyenne de la transition

(5) La citoyenneté environnementale

(6) Les temporalités de l’agir environnemental

 

Projets développés dans le cadre de Cit’in 

(1) La structure Artivistes-atelier, le GDR CNRS PARCS, la MSHSUD, portent un projet visant à apporter un appui logistique au programme Cit’in et permettre de capter les énergies citoyennes des micros  projets.

(2) De plus La structure Artivistes-atelier, le GDR CNRS PARCS, la MSHSUD, les UMR Art-dev et Géosciences Montpellier portent un projet commun intitulé “Air9″visant à développer un programme de recherche action participative et sciences citoyennes (collecte de plante sur lesquelles se fixent les polluants atmosphériques) à partir d’une métrologie expérimentale de la qualité de l’air (analyse géochimique isotopique visant à mesure les concentrations des polluants et déterminer leur origines y compris les particules fines nanométriques) afin d’accompagner les politiques publiques.

Accompagner pour mieux analyser l’accord de Paris: Artivstes’Climate Tour

Note préliminaire

L’accord de Paris, signé en décembre 2015 est entré en vigueur très rapidement contrairement au protocole de Kyoto en novembre 2016.

Une telle rapidité témoigne de la volonté (hors Etats-Unis) de s’engager à prendre en compte la question du réchauffement climatique. Cependant, annoncé en grande pompe, comme un accord universel, il n’est pas juridiquement contraignant bien qu’il s’inscrive en tant que protocole additionnel à la Convention cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC). En ce sens l’accord a une valeur de traité international. La légère variation sémantique, c’est à dire le remplacement du “shall” à la place du “should”, ne doit pas cacher que l’accord ne prévoit aucun mécanisme de sanction.

On peut donc dire que l’accord de Paris est moralement et politiquement contraignant mais non juridiquement. La COP23 s’est achevée sans proposer d’avancées majeures afin que se mettent en place les leviers pour passer concrètement à l’action.

Sur le fond l’accord de Paris semble flexible par la mise en place des dispositions procédurales (Nationally Determined Contributions – NDCs) permettant une comparaison entre états  et un mécanisme de révisions tous les cinq ans.  Cependant, il marque un changement majeur entre une gouvernance productrice de régulation de type command and control et une gouvernance de type incantatoire. En effet, l’accord se base sur des objectifs ambitieux et globaux et un récit pour mobiliser la communauté internationale. 

Se posent alors toute une série de question:

Comment opérationnaliser la dimension symbolique “make our planet great again”?

Comment mettre l’accord de Paris véritablement en route et dépasser l’absence de levier par le droit?

Comment intégrer le grand absent, l’économie mondiale, sans tomber dans la stigmatisation?

Comment (ré)intégrer les Etats-Unis, ou du moins faire en sorte qu’ils ne sortent pas de l’accord?

Se basant sur le principe de “transparence” et de mobilisation citoyenne, le projet Artivistes’Climate Tour vise à répondre à ces questions dans une logique de recherche action et mobiliser les citoyens du Monde. Ce projet vise à construire une trame narrative à l’échelle mondiale à partir de l’Art et en proposant des designs participatifs permettant de capter les énergies citoyennes et faisant appel aux intelligences sensibles.

Le projet est ambitieux: la structure Artivistes-atelier donne la parole aux citoyens… et surtout les moyens d’agir!

FROM PARIS TO THE WORLD: The Artivistes’ Climate Tour 2018-2020

THE POWER OF GLOBAL COLLABORATION

Ce projet vise à développer dans toutes les villes du C40 Cities des dispositifs Artivistes-atelier sur les territoires, dans les quartiers pour mobiliser l’ensemble des acteurs dans un réseau international dynamisé par la France.

Ce projet couple la force performative de l’art avec des ateliers participatifs outside/inside issus de la Recherche Action Participative pour questionner les enjeux locaux sur la base de l’ingénierie de L’Atelier Climatique Citoyen parrainé par Jean Jouzel.


Un projet citoyen participatif simple et ambitieux dans l’esprit de l’Accord Paris

 Lier les peuples du monde grâce à un mouvement artistique, citoyen et démocratique à travers le monde et mettre en cohérence l’expression citoyenne.

La mobilisation des intelligences sensibles, l’implication des acteurs et parties prenantes du territoire reprenant la parole et se dotant de nouveaux moyens d’agir, sont le socle d’un changement global pour permettre l’application concrète de l’Accord de Paris Climat.


Des objectifs multiples

(1) Renforcer le leaderchip de la France et de Paris sur le climat.

(2) Contribuer et renforcer l’effort de la France pour ramener les Etats-Unis dans l’Accord de Paris.

(3) (Re)Donner la parole aux citoyens du monde.

(4) Interroger les enjeux locaux grâce aux outils de la Recherche Action Participative.

(5) Générer une dynamique mondiale en fédérant les énergies locales en les reliant à l’échelle internationale grâce à C40 Cities, CGLU, ICLEI, Energie Cities notamment.

(6) Créer des ambassadeurs citoyens du climat dans chaque ville pour porter les initiatives auprès des institutions et des parties prenantes.

(5) Dresser les linéaments d’une cartographie mondiale identifiant les freins et les leviers pour mettre en cohérence concrètement l’Accord de Paris et lui donner une visibilité à l’échelle mondiale

Une mobilisation locale pour une réussite mondiale

Identifier et mettre en valeur chaque territoire foisonnant d’initiatives participatives, artistiques et citoyennes sur les enjeux du climat.

Développer une stratégie nouvelle du changement.

Artivistes-atelier met au service de cette transition globale ses outils, son dispositif, son savoir-faire pour mobiliser, (re)donner la parole aux citoyens et mettre en réseau les initiatives locales identifiées ou en sommeil sur les territoires, dans les villes du C40 Cities.

La valeur performative de l’art, la co-construction et les outils de la Recherche Action Participative permettent réellement aux acteurs de terrain de monter en capacité et de s’inscrire dans les processus décisionnels du changement global.

Une plus grande portée politique

Une cartographie mondiale collaborative des freins et les leviers de la mise en cohérence du local au global va permettre :

  • De lancer et de monter en réseau des dynamiques participatives locales,
  • D’identifier les acteurs locaux et leur degré de pouvoir décisionnel ou d’impact sur le changement,
  • De déterminer avec les acteurs les modalités pour que les initiatives locales remontent au niveau global.

Les actions et évènements Artivistes Climate Tour visent à un renforcement des collectivités locales dans la mobilisation du C40 Cities et des autres réseaux dynamiques.

Le dispositif Artivistes est garant d’une co-création de stratégie de changement à l’échelle locale par et avec les acteurs de terrain, les citoyens.

Créer des Artistivistes’ Climate Clouds

 Artivistes–atelier combine la force performative de l’Art, la puissance du débat public, les outils de la Recherche Action Participative en étroite collaboration avec le GDR CNRS PARCS pour faire émerger les savoirs et représentations et les faire remonter jusqu’à la prise de décision globale.

Artivistes-atelier permet d’agréger les énergies en créant des nuages d’initiatives et de stratégies : Artivistes’ Climate Clouds

Les acteurs mobilisés sur le Artivistes’Climate Tour, les parties prenantes impliquées dans ces initiatives et les Champions du C40 Cities, des réseaux associés au du Gouvernement Français permettront une stratégie du changement, une transition citoyenne et cohérente sur nos territoires.

L’équipe Artivistes-atelier accompagnera les étapes de cette efficace et innovante transition mondiale.

De l’invisibilisation des débats en cours

L’Anthropocène dans les différents espaces de médiation

Le groupe de travail interdisciplinaire sur l’Anthropocène (AWG) créé en 2009 sous l’impulsion de Jan Zalasiewicz (1) est l’un des quatre groupes de travail au sein de la Sous-commission de Stratigraphie du Quaternaire (Subcommission on Quaternary Stratigraphy), instance historique de l’Union Internationale de Stratigraphie (IUGS). L’AWG a publié un résumé de leurs travaux (2) afin de se positionner avant le 35ème congrès international de géologie qui s’est déroulé fin 2016 à Cap Town en Afrique du Sud.

Il existe deux principaux points controversés : le début de l’Anthropocène et le choix de l’échelle de temps géologique pertinente et sa caractérisation.

Les débuts font débat.

Certains auteurs situent les débuts de l’Anthropocène avec les premiers chasseurs-cueilleurs en Amérique du Nord (3) il y a plus de 10 000 ans ou encore avec le développement de l’agriculture il y environ 8 000 ans (4), bien avant la création de la machine à vapeur et l’essor industriel. Ces points sont l’objet de débats controversés (5). L’AWG considère quant à lui que l’Anthropocène commence avec la grande accélération c’est-à-dire vers le milieu du XXème siècle contrairement au curseur initialement (2). L’avantage de cette période d’après guerre, dite de la grand accélération, est d’avoir avec la course à l’armement nucléaire généré un nombre considérable d’essais en plein air ayant impacté les sols avec des radionucléides facilement identifiables.

A la recherche du « golden spike » ou « clou d’or ».

Il existe deux possibilités pour que l’Anthropocène puisse être formalisée par la communauté des géologues : GSSA pour Global Standard Stratigraphic Age, correspondant à une datation chiffrée dans le temps, appelée en géologie Stratotype historique, GSSP pour Global standard Stratotype Section and Point, surnommé par les géologues « clou d’or », correspondant à la définition d’un point de référence dans les strates. Au sein de l’AWG ce point est très débattu, et in fine le groupe a opté pour le « clou d’or » en raison selon eux de la pertinence de la méthode. Afin de lever l’ambigüité de départ, l’AWG cherche à situer l’Anthropocène sur la « bonne » échelle de temps (époque/série : unité équivalente de strates attribuées à l’époque anthropocène qui pourrait être définie comme une série Anthropocène). Ce point est aussi très controversé notamment par, Stanley Finney ancien président de Commission Internationale de Stratigraphie (ICS) et Lucy Edwards (6) en se référant à un standard (7) fournissant les critères spécifiques pour la définition des unités chronostratigraphiques : « Pour ces raisons, le concept et la définition des unités chronostratigraphiques de Zalasiewicz et al. (2004), qui sont en outre présentés dans Zalasiewicz et al. (2008, 2011, 2015) (8) ne sont pas compatibles avec l’histoire de ces unités, ni avec le Guide international stratigraphique » (6) [traduction libre de l’auteur].

 

Le débat lors du 35ème congrès de géologie sur l’Anthropocène a fait pschitt

« C’est comme si un groupe de personnes se réunit et décide d’acheter un château avant de s’apercevoir qu’ils n’ont pas l’argent pour acheter le château. » (9)

La conceptualisation d’une controverse socioscientifique comme un mille-feuille discursif (10), c’est-à-dire un espace multidimensionnel mêlant le In, le discursif et le Off l’interdiscursif, est particulièrement opérante. L’enquête articule ainsi, une fouille épistémologique, une analyse de corpus hétérogènes (textuels, radios et audiovisuels considérés dans différents espaces de médiation) et une enquête de terrain résolument réflexive auprès des acteurs.

Sur le plan épistémologique dans le champ de la géologie, le débat fin 2016 non seulement n’est pas clos mais tout au plus à peine amorcé dans le champ de la géologie.

Lors de l’enquête, Patrick De Wever (11), géologue et professeur au Muséum National d’Histoire Naturelle et Stanley Finney, confirment que contrairement à certains discours l’Anthropocène n’a pas été discutée lors du 34ème congrès en 2012, et à peine discutée lors du 35ème congrès débuté à la fin du mois d’août 2016. Il y a eu en fait trois communications en tout et pour tout, dont deux de Colin Waters proposant de formaliser l’Anthropocène comme une temporalité géologique. Suivant Grinevald, Finney et plus largement une partie de la communauté considèrent que l’AWG sont des « écologistes » plus ou moins catastrophistes (12). Interrogé, Finney certifie que : « malgré toute la publicité, le Groupe de travail sur l’anthropocène n’a toujours pas préparé une proposition formelle avec la documentation stratigraphique requise d’une unité et d’une frontière spécifiques » [traduction libre de l’auteur] (13).

La couverture médiatique en France de l’Anthropocène : de l’invisibilisation des controverses

« La grande presse dit un peu n’importe quoi à ce sujet [le 35ème congrès] malheureusement » (12).

Le corpus textuel de trente articles couvrant le Congrès s’est effectué à l’aide des moteurs de recherche Factiva et Europress afin de tendre à l’exhaustivité. Il a fait l’objet d’un traitement systématique à l’aide d’une grille spécifique comportant outre les éléments de bases décrivant la date de publication, le titre, l’auteur quand il est disponible, la façon dont est traitée le terme « anthropocène » en tant qu’« ère » ou « époque » et une analyse différenciée des débats autour de la proposition du groupe de travail en son sein et lors du 35ème congrès. Le corpus d’articles est ensuite complété par un corpus audiovisuel sur l’ensemble des grands médias traditionnels radiophoniques et télévisuels. L’analyse fait ressortir clairement une invisibilisation des controverses : « L’Humanité est entrée dans une nouvelle ère, l’Anthropocène » (14) au détriment d’un message s’apparentant aux lanceurs d’alerte : « Cri d’alarme d’une scientifique toulousaine [Catherine Jeandel] », « S.O.S. », « Terre : cote d’alerte » (La Dépêche du Midi). L’ambigüité (ère/époque). Les travaux de l’AWG sont présentés comme : « sans équivoque ». Aucun des articles ne relate le fait que la proposition ait été « rejetée ». La fabrication médiatique du consensus concernant les questions environnementales ne date pas d’aujourd’hui. Comme dans le cas du climat (15), se nouent des réseaux d’alliances impliquant journalistes, scientifiques et politiques qui définissent le courant dominant ayant tendance dans les médias à invisibiliser la réalité des débats. Le phénomène n’est pas nouveau. Au contraire, il semble obéir à une logique récurrente analysée en détail par Philippe Roqueplo (16). En effet que ce soit pour les pluies acides sur les forêts européennes, le « trou » dans la couche d’ozone, le climat, l’interpellation d’un large public par les médias se fait au détriment de la complexité scientifique afin de ne pas entraver la mise en place des politiques publiques appropriées. Ces résultats renvoient au débat des relations sciences-sociétés et souligne la nécessité d’intégrer l’épistémologie dans le champ des études de sciences

Bibliographie

 

L’ANTHROPOSTREAM: un hold up épistémologique?

 

 

 

 

 

Doux euphémisme, le concept d’Anthropocène s’est imposé dans le monde de la recherche avec une rare rapidité et « les scientifiques nous l’annoncent, la Terre est entrée dans une nouvelle époque : l’Anthropocène ».(1) Si l’assertion des deux historiens de sciences Jean-Baptiste Fressoz et Christophe Bonneuil, est tout simplement fausse car l’objet de vifs débats, questionnons et interprétons la « migration » épistémologique du concept d’Anthropocène dans le champ des Sciences Humaines et Sociales. Bien que sa conceptualisation s’inscrive dans une longue tradition de recherche de la théorie de Gaïa ou des concepts de Biosphère, Écosphère ou Noosphère, l’Anthropocène dès son origine est loin d’être dépolitisé. Crutzen propose de discuter le concept d’Anthropocène sur la base de la géologie dont il semble ignorer les us et coutumes épistémologiques, le rendant de facto comme un apatride sur le plan paradigmatique, i.e. sans chapelle épistémique clairement identifiée.

L’Anthropocène est un apatride épistémologique.

Le travail actuel en SHS visant à redonner de la profondeur historique et de l’épaisseur politique au concept occulte les débats (2) notamment anthropologiques entamés dès les années 1960. L’Anthropocène n’est pas un objet épistémologiquement reposant uniquement sur des courbes, des équations. A l’heure actuelle, il persiste un lourd déficit de questionnement sur le plan épistémologique restant pour l’essentiel circonscrit à un développement critique. Tenir l’Anthropocène pour un évènement plutôt qu’une chose ne revient pas à acter la sortie de l’Holocène et représente une erreur historique lourde de conséquence quant au déploiement d’un débat solidement étayé. A ce jour, il reste donc à relever le défi d’un questionnement en profondeur des soubassements paradigmatiques de l’Anthropocène, objet heuristiquement fécond et permettant de questionner les conditions de déploiement d’un dialogue véritablement interdisciplinaire afin de mettre au jour ses limites. Les travaux entrepris par Jacques Grinevald (3) au sein du groupe AWG semblent contraints par la présente de Paul Crutzen.

Sur le plan épistémologique ce glissement s’apparente plutôt à un hold-up d’une partie des SHS. Le concept d’Anthropocène redéfinit les frontières disciplinaires rendues poreuses entre les sciences dures et les sciences humaines comme en atteste l’existence de l’AWG par nature interdisciplinaire.

Sur le plan épistémologique ce glissement s’apparente plutôt à un hold-up d’une partie des SHS.

Sur le plan axiologique le concept d’Anthropocène est l’objet de réappropriations et de débats se polarisant entre deux visions du monde. D’un côté, le courant moderniste réifiant la séparation Nature/Culture, incarné notamment par Crutzen, considère que la science et notamment la géo-ingénierie peut apporter des solutions. De l’autre côté, le courant de l’écologie politique, transversal aux sciences sociales et conservant une porosité persistante avec l’écologie scientifique, se caractérise par sa portée critique et vise à remettre en question la main mise des hommes sur leur environnement en dénonçant le modèle capitaliste. Ce courant redistribue de façon différenciée les niveaux de responsabilité historique des activités humaines sur leur environnement.

L’Anthropostream caractérise une dictature de l’urgence du faire et d’un déficit de réflexivité d’une partie des acteurs au détriment d’une épistémologie des régimes d’action.

Aussi la réappropriation du concept d’Anthropocène devient un enjeu de luttes symboliques entre ces deux visions. Les acteurs se positionnent sur cet échiquier en fonction de leurs propres idéaux politiques, de leur champ paradigmatique et leur appartenance institutionnelle. Se définit ainsi, le courant dominant, l’Anthropostream caractérisant une forme de dictature de l’urgence du faire au détriment de l’épistémologie du faire et ce d’autant plus qu’il existe un déficit constant de réflexivité des acteurs et de leurs institutions.

Bibliographie

(1) C. Bonneuil, J.-B. Fressoz, L’Evénement Anthropocène. La Terre, l’histoire et nous, Paris : Seuil, 2013.

(2) N. Smith, P. O’Keefe, Geography, Marx and the Concept of Nature, Antipode, Vol. 12, Issue 2 Sep. 1980.

(3) J. Grinevald, « Le concept d’Anthropocène et son contexte historique et scientifique », Entropia, n°12, p. 22-38, 2012.