Tous les articles par Lionel Scotto d'Apollonia

De l’invisibilisation des débats en cours

L’Anthropocène dans les différents espaces de médiation

Le groupe de travail interdisciplinaire sur l’Anthropocène (AWG) créé en 2009 sous l’impulsion de Jan Zalasiewicz (1) est l’un des quatre groupes de travail au sein de la Sous-commission de Stratigraphie du Quaternaire (Subcommission on Quaternary Stratigraphy), instance historique de l’Union Internationale de Stratigraphie (IUGS). L’AWG a publié un résumé de leurs travaux (2) afin de se positionner avant le 35ème congrès international de géologie qui s’est déroulé fin 2016 à Cap Town en Afrique du Sud.

Il existe deux principaux points controversés : le début de l’Anthropocène et le choix de l’échelle de temps géologique pertinente et sa caractérisation.

Les débuts font débat.

Certains auteurs situent les débuts de l’Anthropocène avec les premiers chasseurs-cueilleurs en Amérique du Nord (3) il y a plus de 10 000 ans ou encore avec le développement de l’agriculture il y environ 8 000 ans (4), bien avant la création de la machine à vapeur et l’essor industriel. Ces points sont l’objet de débats controversés (5). L’AWG considère quant à lui que l’Anthropocène commence avec la grande accélération c’est-à-dire vers le milieu du XXème siècle contrairement au curseur initialement (2). L’avantage de cette période d’après guerre, dite de la grand accélération, est d’avoir avec la course à l’armement nucléaire généré un nombre considérable d’essais en plein air ayant impacté les sols avec des radionucléides facilement identifiables.

A la recherche du « golden spike » ou « clou d’or ».

Il existe deux possibilités pour que l’Anthropocène puisse être formalisée par la communauté des géologues : GSSA pour Global Standard Stratigraphic Age, correspondant à une datation chiffrée dans le temps, appelée en géologie Stratotype historique, GSSP pour Global standard Stratotype Section and Point, surnommé par les géologues « clou d’or », correspondant à la définition d’un point de référence dans les strates. Au sein de l’AWG ce point est très débattu, et in fine le groupe a opté pour le « clou d’or » en raison selon eux de la pertinence de la méthode. Afin de lever l’ambigüité de départ, l’AWG cherche à situer l’Anthropocène sur la « bonne » échelle de temps (époque/série : unité équivalente de strates attribuées à l’époque anthropocène qui pourrait être définie comme une série Anthropocène). Ce point est aussi très controversé notamment par, Stanley Finney ancien président de Commission Internationale de Stratigraphie (ICS) et Lucy Edwards (6) en se référant à un standard (7) fournissant les critères spécifiques pour la définition des unités chronostratigraphiques : « Pour ces raisons, le concept et la définition des unités chronostratigraphiques de Zalasiewicz et al. (2004), qui sont en outre présentés dans Zalasiewicz et al. (2008, 2011, 2015) (8) ne sont pas compatibles avec l’histoire de ces unités, ni avec le Guide international stratigraphique » (6) [traduction libre de l’auteur].

 

Le débat lors du 35ème congrès de géologie sur l’Anthropocène a fait pschitt

« C’est comme si un groupe de personnes se réunit et décide d’acheter un château avant de s’apercevoir qu’ils n’ont pas l’argent pour acheter le château. » (9)

La conceptualisation d’une controverse socioscientifique comme un mille-feuille discursif (10), c’est-à-dire un espace multidimensionnel mêlant le In, le discursif et le Off l’interdiscursif, est particulièrement opérante. L’enquête articule ainsi, une fouille épistémologique, une analyse de corpus hétérogènes (textuels, radios et audiovisuels considérés dans différents espaces de médiation) et une enquête de terrain résolument réflexive auprès des acteurs.

Sur le plan épistémologique dans le champ de la géologie, le débat fin 2016 non seulement n’est pas clos mais tout au plus à peine amorcé dans le champ de la géologie.

Lors de l’enquête, Patrick De Wever (11), géologue et professeur au Muséum National d’Histoire Naturelle et Stanley Finney, confirment que contrairement à certains discours l’Anthropocène n’a pas été discutée lors du 34ème congrès en 2012, et à peine discutée lors du 35ème congrès débuté à la fin du mois d’août 2016. Il y a eu en fait trois communications en tout et pour tout, dont deux de Colin Waters proposant de formaliser l’Anthropocène comme une temporalité géologique. Suivant Grinevald, Finney et plus largement une partie de la communauté considèrent que l’AWG sont des « écologistes » plus ou moins catastrophistes (12). Interrogé, Finney certifie que : « malgré toute la publicité, le Groupe de travail sur l’anthropocène n’a toujours pas préparé une proposition formelle avec la documentation stratigraphique requise d’une unité et d’une frontière spécifiques » [traduction libre de l’auteur] (13).

La couverture médiatique en France de l’Anthropocène : de l’invisibilisation des controverses

« La grande presse dit un peu n’importe quoi à ce sujet [le 35ème congrès] malheureusement » (12).

Le corpus textuel de trente articles couvrant le Congrès s’est effectué à l’aide des moteurs de recherche Factiva et Europress afin de tendre à l’exhaustivité. Il a fait l’objet d’un traitement systématique à l’aide d’une grille spécifique comportant outre les éléments de bases décrivant la date de publication, le titre, l’auteur quand il est disponible, la façon dont est traitée le terme « anthropocène » en tant qu’« ère » ou « époque » et une analyse différenciée des débats autour de la proposition du groupe de travail en son sein et lors du 35ème congrès. Le corpus d’articles est ensuite complété par un corpus audiovisuel sur l’ensemble des grands médias traditionnels radiophoniques et télévisuels. L’analyse fait ressortir clairement une invisibilisation des controverses : « L’Humanité est entrée dans une nouvelle ère, l’Anthropocène » (14) au détriment d’un message s’apparentant aux lanceurs d’alerte : « Cri d’alarme d’une scientifique toulousaine [Catherine Jeandel] », « S.O.S. », « Terre : cote d’alerte » (La Dépêche du Midi). L’ambigüité (ère/époque). Les travaux de l’AWG sont présentés comme : « sans équivoque ». Aucun des articles ne relate le fait que la proposition ait été « rejetée ». La fabrication médiatique du consensus concernant les questions environnementales ne date pas d’aujourd’hui. Comme dans le cas du climat (15), se nouent des réseaux d’alliances impliquant journalistes, scientifiques et politiques qui définissent le courant dominant ayant tendance dans les médias à invisibiliser la réalité des débats. Le phénomène n’est pas nouveau. Au contraire, il semble obéir à une logique récurrente analysée en détail par Philippe Roqueplo (16). En effet que ce soit pour les pluies acides sur les forêts européennes, le « trou » dans la couche d’ozone, le climat, l’interpellation d’un large public par les médias se fait au détriment de la complexité scientifique afin de ne pas entraver la mise en place des politiques publiques appropriées. Ces résultats renvoient au débat des relations sciences-sociétés et souligne la nécessité d’intégrer l’épistémologie dans le champ des études de sciences

Bibliographie

 

L’ANTHROPOSTREAM: un hold up épistémologique?

 

 

 

 

 

Doux euphémisme, le concept d’Anthropocène s’est imposé dans le monde de la recherche avec une rare rapidité et « les scientifiques nous l’annoncent, la Terre est entrée dans une nouvelle époque : l’Anthropocène ».(1) Si l’assertion des deux historiens de sciences Jean-Baptiste Fressoz et Christophe Bonneuil, est tout simplement fausse car l’objet de vifs débats, questionnons et interprétons la « migration » épistémologique du concept d’Anthropocène dans le champ des Sciences Humaines et Sociales. Bien que sa conceptualisation s’inscrive dans une longue tradition de recherche de la théorie de Gaïa ou des concepts de Biosphère, Écosphère ou Noosphère, l’Anthropocène dès son origine est loin d’être dépolitisé. Crutzen propose de discuter le concept d’Anthropocène sur la base de la géologie dont il semble ignorer les us et coutumes épistémologiques, le rendant de facto comme un apatride sur le plan paradigmatique, i.e. sans chapelle épistémique clairement identifiée.

L’Anthropocène est un apatride épistémologique.

Le travail actuel en SHS visant à redonner de la profondeur historique et de l’épaisseur politique au concept occulte les débats (2) notamment anthropologiques entamés dès les années 1960. L’Anthropocène n’est pas un objet épistémologiquement reposant uniquement sur des courbes, des équations. A l’heure actuelle, il persiste un lourd déficit de questionnement sur le plan épistémologique restant pour l’essentiel circonscrit à un développement critique. Tenir l’Anthropocène pour un évènement plutôt qu’une chose ne revient pas à acter la sortie de l’Holocène et représente une erreur historique lourde de conséquence quant au déploiement d’un débat solidement étayé. A ce jour, il reste donc à relever le défi d’un questionnement en profondeur des soubassements paradigmatiques de l’Anthropocène, objet heuristiquement fécond et permettant de questionner les conditions de déploiement d’un dialogue véritablement interdisciplinaire afin de mettre au jour ses limites. Les travaux entrepris par Jacques Grinevald (3) au sein du groupe AWG semblent contraints par la présente de Paul Crutzen.

Sur le plan épistémologique ce glissement s’apparente plutôt à un hold-up d’une partie des SHS. Le concept d’Anthropocène redéfinit les frontières disciplinaires rendues poreuses entre les sciences dures et les sciences humaines comme en atteste l’existence de l’AWG par nature interdisciplinaire.

Sur le plan épistémologique ce glissement s’apparente plutôt à un hold-up d’une partie des SHS.

Sur le plan axiologique le concept d’Anthropocène est l’objet de réappropriations et de débats se polarisant entre deux visions du monde. D’un côté, le courant moderniste réifiant la séparation Nature/Culture, incarné notamment par Crutzen, considère que la science et notamment la géo-ingénierie peut apporter des solutions. De l’autre côté, le courant de l’écologie politique, transversal aux sciences sociales et conservant une porosité persistante avec l’écologie scientifique, se caractérise par sa portée critique et vise à remettre en question la main mise des hommes sur leur environnement en dénonçant le modèle capitaliste. Ce courant redistribue de façon différenciée les niveaux de responsabilité historique des activités humaines sur leur environnement.

L’Anthropostream caractérise une dictature de l’urgence du faire et d’un déficit de réflexivité d’une partie des acteurs au détriment d’une épistémologie des régimes d’action.

Aussi la réappropriation du concept d’Anthropocène devient un enjeu de luttes symboliques entre ces deux visions. Les acteurs se positionnent sur cet échiquier en fonction de leurs propres idéaux politiques, de leur champ paradigmatique et leur appartenance institutionnelle. Se définit ainsi, le courant dominant, l’Anthropostream caractérisant une forme de dictature de l’urgence du faire au détriment de l’épistémologie du faire et ce d’autant plus qu’il existe un déficit constant de réflexivité des acteurs et de leurs institutions.

Bibliographie

(1) C. Bonneuil, J.-B. Fressoz, L’Evénement Anthropocène. La Terre, l’histoire et nous, Paris : Seuil, 2013.

(2) N. Smith, P. O’Keefe, Geography, Marx and the Concept of Nature, Antipode, Vol. 12, Issue 2 Sep. 1980.

(3) J. Grinevald, « Le concept d’Anthropocène et son contexte historique et scientifique », Entropia, n°12, p. 22-38, 2012.

 

 

« L’expérience Artivistes-atelier, l’illusion participative ? »

L’expérience Artivistes-atelier, l’illusion participative ?

 

Article présenté lors du Colloque International GIS Démocratie et Participation, à la MSH Paris Nord : «  Les expérimentations démocratiques aujourd’hui : convergences, fragmentations, portées politiques »

Janvier 2017

Lionel Scotto d’Apollonia & Davia Dosias-Perla

 

 

« […], la plupart des approches développées dans le champ de l’environnement […] reviennent en dernière analyse à instituer comme système d’action pour remédier à un problème environnemental le même système d’action qui porte en lui, souvent profondément inscrites, les causes de ce problème et l’impuissance ou la réticence à les résoudre » (Mermet et al., 2005).

 

« Accord de Paris, objectif 2°C …. Au-delà des discours, des textes, l’Atelier Climatique Citoyen offre de belles perspectives d’adhésion du plus grand nombre dans notre pays, dans nos territoires. Sensibilisation, concertation en sont des approches incontournables tout autant que l’art et culture en seront aussi de formidables vecteurs » (Jouzel, Parrain de l’Atelier Climatique Citoyen)

 

Introduction

Après l’accord Paris-Climat 2015 et la vague d’enthousiasme soulevée, il reste maintenant à le mettre en application au niveau national et à l’échelle des territoires. Parmi les nombreuses initiatives, un collectif C40, le Cities Climate Leadership Group[1], réfléchit sous l’égide de l’ONU aux solutions que les grandes villes ou capitales mondiales peuvent apporter dans la mise en application de l’accord. L’Etat français ou encore la Mairie de Paris cherchent à s’octroyer le leadership climatique à l’échelle mondiale. Laurence Tubiana, ambassadrice pour le compte du gouvernement français lors de la COP21, a été nommée fin 2016 directrice de la Fondation européenne pour le climat (European Climate Foundation). Cependant à y regarder de près, i.e. au-delà des effets de loupes médiatiques, la mise en cohérence de l’accord se heurte à de nombreux obstacles dont au moins deux d’entre eux apparaissent particulièrement problématiques : la mobilisation citoyenne et la mise en place de politiques ayant un effet concret permettant de dépasser les enjeux communicationnels. Ce chalenge social, ce défi climatique (Jouzel, 2014) s’avère particulièrement complexe pour les pouvoirs publics, les Etats ne pouvant agir sans la mobilisation de ladite « société civile ». Sur le plan de recherche apparaissent plusieurs questions : Quels sont les freins et les leviers permettant une réelle mobilisation citoyenne ? Quels sont les indicateurs pertinents permettant d’évaluer les niveaux d’engagement et de mobilisation des citoyens ? Quelles sont, dès lors qu’il s’agit de passer à une phase de mise en application de l’accord, les attentes et représentations citoyennes concernant les questions climatiques ? Comment intégrer par des dispositifs innovants le citoyen dans les décisions collectives ? Quelle est l’efficacité des politiques publiques concernant la mise en application de l’accord national ? Pour que le dispositif de recherche s’avère opérant, il est nécessaire d’établir un diagnostic pertinent de la gestion des questions climatiques prenant en compte l’ensemble des catégories d’acteurs (y compris et en premier lieu, les citoyens capables d’induire les changements appropriés). Or le système d’action visant à mettre en application l’accord de Paris se heurte à la difficulté de définir de façon collective et concertée les ou des indicateurs pertinents d’efficacité (Monnier, Duran, 1992) concernant les politiques publiques à mener. En effet, ces indicateurs doivent prendre en compte les perspectives dynamiques et transformatives d’autres systèmes d’actions dont les effets mobilisent différentes échelles de temps et d’espaces, mais aussi être socialement acceptés afin de pérenniser les actions.

Cet article présente un dispositif hybride, L’Atelier Climatique Citoyen, associant la Recherche Action Participative (RAP) (GDR CNRS PARCS) et le secteur associatif (Artivistes-atelier) visant à répondre à ce double déficit d’implication citoyenne et d’outil d’accompagnement des collectivités dans la mise en application de l’accord Paris Climat 2015. L’article reprend les grandes lignes de la communication faite lors du Colloque International GIS Démocratie et Participation en janvier 2017 concernant ce projet participatif d’accompagnement des politiques publiques qui s’insère plus généralement dans d’autres questions socio-environnementales. Dans une première partie, cet article retrace (1) la genèse de L’Atelier Climatique Citoyen qui s’enracine dans la problématique climatique et notamment les aspects liés aux questions sociopolitiques et fait le bilan des limites de deux premiers pré-dispositifs élaborés : L’Arbre à Palabres Climatique et de De murs en rubans : Rue du climat. (2) La deuxième partie, explicite comment L’Atelier Climatique Citoyen agit comme un marqueur pertinent quant à l’analyse des attentes citoyennes et leur prise en compte dans l’application des politiques climatiques à l’échelle des territoires. Les premiers résultats permettent de mettre au jour une partie des contraintes de mise en application à l’échelle des territoires, qui en retour nourrissent l’ingénierie du dispositif en recherche action participative mettant en synergie, les citoyens, le monde de la recherche, le milieu associatif et les collectivités locales (élus et services techniques et administratifs). (3) La troisième partie détaille les questions de recherche soulevées en se focalisant sur celles apparaissant comme les plus pertinentes ainsi que l’outillage analytique développé. En guise de conclusion, l’article fait le bilan des premiers résultats en s’appuyant sur un cas concret de projet liant la qualité de l’air extérieur et des questions climatiques. L’originalité de ce dispositif de recherche est d’agir simultanément d’une part comme un outil d’aide et d’accompagnement des politiques publiques et d’autre part dans sa dimension résolument réflexive comme un marqueur des difficultés de déploiement à l’échelle des territoires de nouveaux modes de concertation. En outre, l’article permet de mettre en perspective les contraintes inhérentes à la structuration de ce qu’il est convenu d’appeler le mille-feuille institutionnel et d’identifier certains freins et leviers. Il permet de soulever un profond paradoxe entre les politiques publiques visant à afficher une volonté d’atteindre des objectifs ambitieux ou quasi irréalistes (suivant le niveau de subjectivation des acteurs) de l’accord Paris Climat 2015 (+1,5°C) et la réelle capacité d’action se heurtant à l’absence d’analyse des réformes structurelles à conduire pour délier le mille feuille institutionnel et d’une réflexion de fond sur les changements sociaux qu’elles impliquent. A l’heure actuelle, il apparait un véritable hiatus d’opérativité des politiques climatiques nécessitant un véritablement changement de paradigme définissant un contrat social climatique ne pouvant s’opérer sans un engagement citoyen massif dont le rôle reste encore trop limité à un exercice de cosmétique institutionnel.

Des écueils de l’Arbre à palabres climatiques, le succès de Murs en rubans, Rue du climat à la structuration de l’Atelier Climatique Citoyen.

 1. Retour d’expérience sur L’arbre à palabres climatiques (mai 2014 – décembre 2015)

Inspiré de la tradition africaine, l’Arbre à Palabres climatique est un dispositif de mobilisation citoyenne conçu à la suite des travaux de recherche effectués lors de la thèse par Lionel Scotto d’Apollonia (2014). L’Arbre à Palabres climatique était conçu afin de permettre d’aborder l’ensemble des enjeux issus des débats citoyens portant sur les questions climatiques dont les ramifications touchent l’ensemble des questions écologiques comme celle de la biodiversité ou encore environnementales comme les problématiques énergétiques du nucléaire ou des gaz de schiste. Il s’appuyait sur les outils de la recherche action participative. Ainsi, le projet visait à mettre en synergie, pour mieux les interroger, certaines initiatives citoyennes autour des problématiques climatiques par l’organisation de débats participatifs avec différents acteurs, citoyens du Monde, chercheurs, personnages politiques, journalistes, membres associatifs ou d’ONG.

Or ce dispositif, bien qu’en apparence opérationnel, par son côté esthétique a très vite montré ses limites. Au-delà de l’enthousiasme et de l’intérêt suscité, bien que le dispositif ait touché un nombre de personnes très important, notamment lors de manifestation comme la foire aux associations de Montpellier, la mobilisation et l’engagement ont été somme toute très limités. De plus les acteurs manifestant un réel intérêt étaient pour la plupart déjà sensibilisés et prêts à se mobiliser sur les questions socio-environnementales. En réifiant un entre-soi, le dispositif n’a donc pas permis de toucher le grand public et les personnes a priori moins concernées par ces questions. Il représente tout au plus un outil intéressant visant à interroger différemment ou de façon complémentaires les représentations sociales par rapport aux études menées par exemple pour le compte de l’ADEME (Boy, 2015).

2. Le Street art vecteur de mobilisation : De murs en rubans : Rue du climat (12 octobre 2015)

Partant de ce bilan plutôt mitigé, le projet de L’Arbre à palabres climatique, s’est associé avec un projet citoyen De murs en rubans : Rue du climat, lors du passage du train du Climat (le 12 octobre 2015 organisé par la SNCF reprenant l’initiative d’un groupe de chercheurs toulousains notamment Catherine Jeandel et Serge Planchon avec la participation d’un grand nombre de chercheurs dont Hervé Le Treut et Valérie Masson-Delmotte pour ne citer que les climatologues les plus médiatiques). La grande originalité du projet De murs en rubans : Rue du climat conçu et développé par Davia DOSIAS PERLA, experte auprès des collectivités sur les enjeux socio environnementaux de développement des territoires, est de s’appuyer sur le Street Art afin de créer des œuvres monumentales interpellant les habitants lors d’une journée spécialement dédiée. La réalisation et la création d’happenings artistiques dans la rue, à partir de collages et peintures réalisés par des Street artistes sur des thèmes climatiques adaptés aux spécificités locales ont permis d’interpeler un très grand nombre de citoyens. Au cœur de leur lieu de vie quotidien, les personnes en interagissant avec un animateur de rue ou l’artiste lui-même étaient invitées à échanger, réfléchir, voire participer à des ateliers participatifs de rue (à l’exemple du trottoir citoyen[2]). La mise en synergie des citoyens et des artistes devenant dans cet élan commun les Artivistes[3]. Ce projet agit comme une véritable inclusion du projet artistique et des implications démocratiques citoyennes. Elle permet de dynamiser une démarche territoriale pour mobiliser le plus grand nombre d’habitants d’un territoire en les replaçant dans la réflexion citoyenne. Ces échanges ont permis de sensibiliser un large spectre de citoyens et de leur donner la parole afin d’alimenter des prises de décisions et des réflexions citoyennes participatives.

L’expérience montre que le Street art s’avère un catalyseur de mobilisation et in fine représente un bel outil d’innovation sociale. En ce sens, digne héritier de l’éducation culturelle populaire de Jean Vilar, le Street art devient une nourriture aussi indispensable que le pain et le vin, un service public par sa capacité éducative, remodelant qui plus est le vivre ensemble. En mobilisant de façon transversale, les artisans, les commerçants à l’échelle d’un quartier (celui des beaux-arts de Montpellier) et les écoles, il a été possible de créer une réelle dynamique citoyenne. L’expérience De murs en rubans : Rue du climat a permis une forme d’intégration des cultures climatiques au cœur de la vie quotidienne des citoyens.

Pour résumer, d’un côté, le dispositif de l’Arbre à palabres climatique bénéficiait d’un outil analytique élaboré sans arriver véritablement à générer la mobilisation citoyenne souhaitée. De l’autre côté, inversement l’expérience De murs en rubans : Rue du climat permettait de mobiliser un très large public et générer des effets au moins à moyens termes sans pour autant bénéficier de l’outillage analytique de l’Arbre à palabres climatique. L’association des deux projets s’est donc faite « naturellement » et a donné lieu à la création du dispositif de l’Atelier Climatique Citoyen.

Un double constat conduisant à un dispositif test et une inscription institutionnelle du dispositif Artivistes-atelier

Le dispositif de l’Atelier Climatique Citoyen décrit ci-après prend racine dans cette double expérience de terrain et répond donc, au risque de la répétition, d’une part au déficit de mobilisation citoyenne et d’autre part à la mise en place de politiques publiques efficaces.

  1. Le citoyen absent du débat…des institutions en silo

En effet, force est de constater que malgré les volontés répétées, les modalités de régulation de l’action politique peinent à intégrer véritablement la parole et les expériences citoyennes. Les conférences citoyennes comme celle organisée par l’IFOP pour le compte de la Mairie de Paris visant à faire de la ville lumière la « championne du monde du climat » s’avèrent dans les faits plus un exercice de cosmétique communicationnelle peu représentatif des attentes citoyennes et dont la valeur intégrative reste limitée. Lionel Scotto d’Apollonia est intervenu lors de la journée de formation du panel de citoyen en tant que sociologue expert sur les questions climatiques. La constitution d’un jury citoyen de dix neuf personnes malgré toute la rigueur de l’Institut IPSOS que la Mairie de Paris avait délégué pour rédiger une nouvelle charte citoyenne présente aussi de nombreuses limites et se heurte à la légitimité de la représentation de la parole citoyenne. En ce sens de façon réflexive, le dispositif de l’arbre à palabres climatiques qui malgré les limites exprimées précédemment permet d’objectiver le déficit de représentativité des acteurs impliqués dans la question climatique et les difficultés à analyser réellement les demandes citoyennes.

De plus il existe un décalage considérable entre les données chiffrées sur le climat et leur perception individuelle par la population. Ce décalage est d’autant plus difficile à combler qu’il s’inscrit dans un contexte où pèsent d’importants enjeux technico-économiques et constitue un frein à une approche collective « transparente » (ou réellement concertée) des problèmes. Malgré les nombreux efforts, la gouvernance climatique (Aykut, Dahan, 2015) peine à l’échelle nationale à s’ouvrir au plus grand nombre.

En ce sens, les premiers résultats d’enquête au regard de l’expérience de terrain soulignent que le citoyen reste largement absent d’un débat très technicisé et cantonné dans des réseaux fermés d’ingénieurs, de décisionnaires politiques et d’industriels. Les liaisons avec les acteurs locaux restent faibles. Aussi, la mise en application des politiques publiques en matière de climat malgré les différents plans d’actions, orientations stratégiques et l’Accord de Paris 2015, reste-t-elle très limitée et encore trop éloignée des objectifs de limitation des émissions de Gaz à effet de serre pour atteindre un seuil de 2°C. Il est ainsi possible de résumer ce double constat par le fait que les attentes citoyennes aux échelles locales, ce malgré la « mobilisation » de la société civile lors de la COP21 restent un point aveugle dans la mise en application des plans d’actions et politiques publiques sur les territoires.

De surcroît, en raison d’un système d’organisation des institutions très sectorisé, des procédures administratives cloisonnées et d’un mode de gouvernance complexe des politiques publiques territoriales (Dubois, 2009), ces champs n’ont que peu d’opportunité de travailler ensemble malgré une finalité bien commune : le bien-être, la qualité de vie et comme corolaire les questions de santé publique. Il est possible d’identifier deux principaux freins : la mobilisation citoyenne sur les enjeux de climat et le mille-feuille institutionnel dans la mise en œuvre des actions locales de l’Accord Paris Climat.

2. Description du dispositif pilote de L’Atelier Climatique Citoyen

Pour répondre à ce déficit démocratique portant sur les questions socio-environnementales comme celles portant sur le climat, la biodiversité, la qualité de l’air, les questions de santés publiques, nous avons créé l’association loi 1901 « Artivistes-atelier ». Elle ambitionne de réellement (re)donner la parole aux citoyens et de construire un nouvel espace de démocratie participative tout en proposant une expertise sociale d’un territoire aux décisionnaires par les entrées culturelle et artistique. L’Atelier Climatique Citoyen s’inscrit donc dans le cadre de l’association en étroite collaboration avec le monde de la recherche et le GDR CNRS PARCS.

Ce dispositif est encore dans sa phase initiale de construction. Cet article présente donc un work in progress et à des fins de clarté son schéma opérationnel sur le terrain.

Pour résumer, le dispositif se divise en plusieurs étapes :

 

Phase préparatoire :

Objectifs : (1) générer une dynamique citoyenne et (2) établir un pré-diagnostique des besoins locaux

Cette phase est essentielle au bon déroulement du dispositif. Elle vise à établir un pré-diagnostique des spécificités locales. Il s’agit de construire une expertise et de dynamiser le territoire ciblé par la mise en synergie de tout un ensemble d’acteurs (artisans, commerçants, entrepreneurs, associations, maison de quartier, conseil citoyen, etc.). L’objectif est de constituer un groupe de volontaires

Cette phase nécessite de plus un travail transversal avec les acteurs de l’éducation dans les écoles en collaboration avec les enseignants sur les temps d’activité périscolaire (TAP) quand cela est possible. Au-delà des aspects éducatifs, l’implication des jeunes générations permet de créer du liant avec l’ensemble des acteurs et accroit la dynamique générée. L’approche de la thématique choisie s’effectue par un travail croisant les arts plastiques et une démarche d’investigation sur, ce qu’il est commun d’appeler dans le champ des sciences de l’éducation, une question scientifique socialement vive (Simmoneau, 2003). Les enfants sont invités à participer le jour J tout en présentant leur travail sous forme de réalisation artistique.

Ce double travail permet d’une part de co-construire l’évènement et d’autre une mise en cohérence de l’action et de la dynamique générée. Elle permet d’assurer a minima le jour J la dynamique nécessaire afin de permettre une mobilisation massive lors de l’évènement.

 

L’évènement :

Objectifs : (3) cartographier les attentes citoyennes, (4) générer un groupe de pilotage multi-acteurs et (4) formaliser l’ébauche d’une feuille de route d’actions.

Concrètement, des ateliers participatifs et des happenings artistiques (sous différentes formes) sont mis en place dans un quartier ou sur un territoire ciblé (commune urbaine, péri urbaine, rurale). Le périmètre d’action est modulable, l’expérience nous a conduit à opérer sur environ 1 km de parcours enrubanné.

Les œuvres d’art monumentales (entre 8 et 15 m de haut sur 4 à 8 m de large) conduisent à un cœur événementiel : un « village Artivistes » au sein duquel les acteurs et passants peuvent prendre part à des ateliers participatifs plus ou moins autonomes et à chaque fois thématisés et créés sur mesure pour le thème abordé et/ou le territoire ciblé.

Des outils participatifs et créatifs permettent la récolte de données, de représentations sociales : (1) Un outil de type « arbre à palabres » est mis en place au centre du périmètre et est thématisé pour la journée. Ainsi est créé un espace de libres échanges et de palabres dynamisant les interactions entre les citoyens. (2) Un mur neutre est proposé aux passants pour permettre la libre expression à la manière des artistes mobilisés, sur les thématiques qu’ils ont pu développer lors de l’atelier type « arbre à palabres ». (3) Sur le trottoir, élaboré en amont avec une facilitatrice graphique, un visuel est créé pour interpeler et interroger les passants. Chacun peut alors s’il le souhaite y inscrire à même le trottoir ses réponses, idées, réflexions et représentations. (4) La rétroprojection « mon œil » permet de diffuser les photos et vidéos des passants et participants de cette journée. (5) Un atelier d’expression est créé à chaque occasion en fonction du territoire et de la thématique pour servir de base aux ateliers multi acteurs qui succèdent à cet événement de mobilisation et de récolte de données.

 

Phase d’opérationnalisation :

Objectifs : (5) Conduite du groupe de pilotage qui (6) analyse la faisabilité et l’efficacité sociale et environnementale des actions proposées, (7) construit des indicateurs d’efficacité et un guide des actions à entreprendre ou des politiques publiques à mener.

A ce stade de développement, le dispositif n’est pas encore passé à la phase d’opérationnalisation des attentes citoyennes. Plusieurs projets sont en phase de construction et à des stades plus ou moins avancés.

Les trois phases définissent le modus operandi du dispositif qui peut être synthétisé par le schéma ci-dessous.

Objet et question de recherche

 

  1. Le dispositif porte sur la gouvernance environnementale et climatique.

La force du projet est d’intégrer le regard analytique de la recherche : chaque action devenant un révélateur au sens photographique des évolutions du régime démocratique. Résolument réflexif le dispositif interroge en permanence la tension éthique entre la volonté permanente d’accompagner le changement social sur les questions socio-environnementales avec la volonté d’être ni prescriptif, ni normatif. Ainsi en interrogeant réflexivement la portée sociale du dispositif et son intégration au niveau institutionnel dans les politiques publiques des collectivités (à plusieurs niveaux d’échelles), il est possible de construire un marqueur pertinent des évolutions des modes de gouvernance démocratique. Le dispositif permet de construire en outre un regard critique et réflexif plus général sur la démocratie dite participative. Le dispositif L’Atelier Climatique Citoyen agit comme un kaléidoscope social et politique sur un territoire relativement à des enjeux de politiques publiques, plus spécifiquement sur le climat.

De manière générale le dispositif interroge les tentatives de remettre le politique au cœur du débat public. En ce sens la force et les limites du projet de L’Atelier Climatique Citoyen est d’avoir comme objet le dispositif en lui-même. Il représente donc un artefact et malgré sa portée résolument réflexive, il ne soustrait pas aux nombreux biais inhérents à son déploiement. Il existe donc un risque de dérive d’indigénisation important restant difficile à interroger.

2. Trois questions de recherche centrales

Parmi l’ensemble des questions de recherche que soulève cette problématique, le projet n’en retient qu’un petit catalogue. Prises sous une approche pragmatique, ces interrogations seront affinées, discriminées et réorientées au fil du terrain et de l’expérience menée. L’originalité de l’approche consiste à prendre le dispositif, L’Atelier Climatique Citoyen comme objet d’étude, c’est-à-dire comme un marqueur des difficultés à mettre en place des politiques publiques efficaces à l’échelle des territoires. Sur le plan de la recherche ce parti pris méthodologique s’appuie sur notre expertise territoriale et pose tout un ensemble de problèmes et de biais interrogés autant que faire se peut par une démarche résolument réflexive. Dispositif pilote il ambitionne d’être reproduit sur d’autres territoires.

Pour l’heure, nous pouvons mettre en avant trois entrées qui nous paraissent pertinentes prises pour tester le dispositif : dynamiser / mobiliser/ accompagner. Ces trois entrées seront ensuite analysées à travers la construction d’indicateur dont la pertinence sera testée lors des ateliers participatifs. Parmi l’ensemble des questions soulevées afin de limiter autant que faire se peut, les problèmes énoncés précédemment, le projet se concentre sur quatre questions :

  • (1) Quels sont les apports et les limites du dispositif Atelier Climatique Citoyen concernant la mobilisation et l’appropriation citoyenne dans la mise en application des politiques publiques climatiques sur un territoire ?
  • (1 bis) Quels sont les indicateurs pertinents pour évaluer la mobilisation et l’appropriation citoyenne ?
  • (2) Quels sont les avantages et les limites du dispositif Atelier Climatique Citoyen dans l’application et l’accompagnement des politiques climatiques ?
  • (2 bis) Quels sont les indicateurs pertinents pour évaluer l’efficacité des actions conduites ?
  • (2 ter) Comment la dynamique des groupes multi-acteurs agit-elle en retour sur les autres acteurs par boucles de rétroactions ?
  • (3) Quels sont les freins et les leviers de mise en application de l’accord de Paris en regard du mille-feuille institutionnel ?
  • (3 bis) Quels sont les actions permettant de dépasser les leviers identifiés ?

 

 3. Outillage analytique du dispositif

De façon générale, notre projet de Recherche Action s’appuie sur un ensemble de champs théoriques que nous mobilisons au besoin de notre investigation et en fonction des logiques de notre terrain. Afin d’interroger les attentes citoyennes et plus largement les croyances et les théories socialement partagées sur les problématiques socio environnementales sont mobilisés les travaux de Serge Moscovici (1961), de Denise Jodelet (1989) et ceux de Patrick Perretti-Watel et Béatrice Hammer (2006) plus particulièrement sur les représentations profanes de l’effet de serre.

Le projet s’inscrit dans le cadre général de l’évolution des rapports sciences-sociétés et des difficultés de régulation des décisions publiques en situation d’incertitude (Callon, Lascoumes, Barthe, 2009). Les ateliers sont en ce sens considérés comme des espace ouverts ou forums hybrides suivant la dénomination dans lesquels des groupes d’acteurs par la mobilisation pour débattre des choix techniques qui engagent. Les modalités de régulation des politiques publiques sont considérées à partir de la notion globale de gouvernance climatique c’est-à-dire de gouverner en l’absence de gouvernement. La transformation des modes de gouvernement est considérée en tant que principe normatif d’action pour désigner des principes et des méthodes standards pour une « bonne gouvernance » des problèmes publics et comme rhétorique du débat politique et l’action publique (Le Galès, 1995) ou le développement territorial et environnemental (Theys, 2002). Bien que de nombreux travaux aient pointé les limites d’une approche globalisante thématisé sous le concept de modernité réflexive (Beck, 2001 [1986]), l’approche du débat vis-à-vis des formes émergentes de démocraties participatives (Blondiaux, 2008 ; 2011 ; Fourniau, 2007 ; 2011 ; Blondiaux, Foruniau, 2011) s’inscrit dans les grandes lignes des schémas Habermassien (1987 ; 1997). Les changements sociaux inhérents mettent en jeu de nombreuses catégories d’acteurs et inévitablement de différents niveaux de conflictualités. Les études ont mis en évidence la capacité de ces groupes d’acteurs à se construire des compétences suffisantes pour influencer le débat public, mais aussi accroître une demande légitime d’informations sur des sujets soumis à de fortes incertitudes. Par ailleurs, les demandes des publics concernant ces questions sont bien plus complexes et respectables que ce que présentent les arènes médiatiques (Chevigné, 2003).

La réflexivité est appréhendée sur l’ensemble des niveaux d’analyse, individuels, collectifs et institutionnels. Elle est considérée en regard des travaux de Pierre Bourdieu (2001) et plus récemment de ceux de Joëlle Le Marec (2010). La réflexivité qui est au cœur de ce projet de recherche doit être appréhendée au regard des tensions entre deux niveaux en interaction : individuel par la mobilisation de la propre normativité des acteurs et des institutions. Ce projet de recherche et de développement s’inscrit dans différents champs de la recherche ayant abordé thèmes comme celui de l’air, du climat, plus généralement celui de l’environnement en intégrant notamment le champ émergeant de la sociologie de l’énergie (Zelem, Belay, 2014).

La multiplication des dispositifs de concertation et de participation s’est imposée, répondant à des attentes, potentiellement paradoxales, de plus de démocratie et d’une meilleure efficacité en termes de gestion environnementale et sociale (Mermet, 2005; Salles, 2006).

Notre projet s’équipe de procédures et de dispositifs collaboratifs que nous présentons comme nécessaires pour fluidifier les échanges et corriger les asymétries entre acteurs, pour garantir une participation équilibrée de tous les acteurs, pour assurer une transparence de l’information, pour évaluer les résultats de l’action collective et pour exiger des acteurs qu’ils rendent des comptes sur les résultats de l’action collective (Pécaud, 2005). La dimension participative que nous déployons avec l’appui sur la Recherche Action Participative (RAP) et ce avec une proximité affichée avec le GDR CNRS PARCS et M. Jacques Chevalier (2009) représente une des composantes intrinsèques de la gouvernance environnementale (Barbier, Larrue, 2011). Plus particulièrement, concernant le climat, l’énergie ou l’environnement, les projets en Recherche Action Participative restent limités et posent de nombreux problèmes quant à la construction et l’analyse de données, la construction de savoirs à partir de ces données empiriques, les limites de l’engagement citoyen et la capacité des acteurs à s’insérer dans de réels programmes de sciences participatives (Gonzalez-Laporte, 2014) tout en respectant les positions axiologiques de chacun (Boeuf et al. 2012).

Concernant la qualité de l’air extérieur, le projet s’appuie sur le plan socio-historique des pollutions atmosphériques et des différentes pollutions et nuisances (Charvolin et al., 2015). La question de l’air y occupe une place très particulière en raison des liens étroits entre l’industrie et nos modes de vie. Il existe un déficit de connaissance persistant concernant les analyses de l’impact sanitaire en raison de la législation réglementant une politique de seuil et de normes économiquement acceptable au détriment des besoins sanitaires. C’est ce que l’on retrouve à travers l’émergence du principe ALARA («As Low As Reasonably Achievable» «Aussi bas que raisonnablement possible») dans la directive IPPC (Integrated Pollution Prevention and Control) de 1996.

4. Méthodologie

Le parti pris méthodologique est pragmatique et réflexif (Cefaï, 2007 ; Chateauraynaud, 2015). Aussi le modus operandi s’adapte en ce sens en permanence aux logiques du terrain. Il ne s’agit donc pas d’exposer ici une ingénierie méthodologique trop contraignante mais de mettre en lumière le fait que celle dernière est dictée par la volonté de s’adapter au plus près du terrain. Cette culture du participatif est discutée et débattue et s’inscrit dans un équilibre évitant les écueils du tout participatif ou d’une forme de réductionnisme méthodologique limitant la portée du projet de recherche. Néanmoins, la méthodologie proposée s’inscrit dans une logique matricielle, c’est-à-dire une logique de transposition sur d’autres territoires afin de pouvoir construire des données comparatives notamment concernant les freins identifiables du mille-feuille institutionnel.

L’outillage analytique est co-construit au fur à mesure de la conduite du projet. Outre la construction de l’outillage, la recherche est complétée en fonction du terrain et des moyens de différentes modalités d’enquêtes : des observations de terrain directes, des captations vidéo et audio, des enquêtes, la tenue d’un cahier de terrain, etc.

Sur le plan général la méthodologie et les designs des ateliers participatifs reposent le Guide de la recherche action, la planification et l’évaluation participatives (Chevalier et al. 2013).

Construction de la cartographie des acteurs.

La cartographie des acteurs est construite suivant les critères classiques à l’aide d’outils simples lors des happenings artistiques et des ateliers participatifs de rue. Il s’agit d’analyser quels sont les citoyens interpellés et d’interroger grâce à la banque de donnée crée, leur représentation, leur logique d’engagement et leur capacité à s’investir de façon durable dans des projets de territoires sur la qualité de l’air.

Une caméra en plan fixe sur chaque « spot » permet de compter le nombre de personnes touchées et celles s’impliquant davantage. Il est possible ainsi d’établir un ratio de capacité à mobiliser.

Les personnes mobilisées, de celles prêtes à s’investir dans une démarche ponctuelle et du ratio de la capacité à réellement mobiliser est conduite de façon systématique par un opérateur spécifiquement dédié à cette tache lors des happenings artistiques. L’opérateur demande aux personnes de remplir une fiche indiquant tout un ensemble de critères classiques (adresse, âge, sexe, profession, intérêt) ou relève simplement leur numéro de téléphone ou email pour pouvoir ensuite communiquer avec eux.

 

Cartographie des représentations et attentes

A l’aide des ateliers de rues décrits précédemment, il s’agit d’analyser les représentations des personnes mobilisées. A des fins comparatives, le design en fonction des lieux peut être modifié mais doit in fine analyser certains points clés. Pour cela, l’enquête est une hybridation des travaux effectués pour le compte de l’ADEME et d’ajout portant sur des éléments d’ordre politique. Les détails des ateliers de rue seront explicités lors de la restitution des premiers résultats.

 

Cartographie des actions

Lors des journées dans la rue, un atelier participatif permet de créer une première ébauche des actions à mener. Le design repose sur la méthodologie du graph cartésien et des groupes de familles. Chaque personne formalise ses propositions d’actions et se positionne suivant sa propre représentation sur sa capacité d’action et la faisabilité des actions proposées. Ce premier atelier permet de dresser un pré-cadrage de la feuille de route des actions à venir.

 

Constitution du groupe multi-acteurs

Toujours lors des journées à venir, les citoyens sont invités s’ils le souhaitent à proposer leur participation à la construction du groupe multi-acteurs visant à créer les indicateurs et accompagner la construction de la feuille de route et le pilotage des actions à venir. En fonction du nombre de personnes intéressées, il est possible de créer plusieurs groupes suivant la technique des focus group. Suivant cette méthode, ces groupes tests de 15 à 20 personnes répondant à des critères socioprofessionnels représentatifs des acteurs sur le territoire sont amenés ensuite à prolonger les discussions sur les thématiques en cours. La première étape vise notamment à questionner les représentations en se focalisant ensuite sur : « qu’est-ce qu’une bonne politique » pour vous en interrogeant le biais normatif d’une bonne politique plus que l’approche par son efficacité. A ce titre, cette méthode prévoit de « shunter » les leaders d’opinions et autres porteurs de cause afin d’ouvrir autant que faire se peut le champ comparatif de l’analyse.

Les autres catégories d’acteurs comme par exemple les élus viennent se greffer a posteriori. La conduite du groupe se fait en cherchant à aplanir autant que faire se peut les rapports de force symbolique à l’aide de techniques simples, chaque participant étant tutoyé et appelé par son prénom. Des travaux de groupes hors contexte sont effectués comme des moments de pause café et repas nécessitant la collaboration de toutes et tous, ou encore la mise en place de la salle de réunion, le branchement de l’ordinateur et d’un vidéo projecteur. Ces moments d’échange informels permettent de favoriser les interactions et potentialise les effets de la construction intersubjective du groupe formé.

 

Construction des indicateurs

La construction d’indicateurs se fait à partir des forums d’acteurs que nous appelons ici « collèges » en visant la recherche de consensus sur la représentation de l’indicateur. Le parti pris méthodologique est d’essayer d’aborder ce qui est occulté par les acteurs et ce qui prime dans la représentation de l’indicateur. L’implicite et l’explicite sont appréhendés dans une matrice commune et aborde les aspects controversés de l’indicateur. L’analyse de la mise en tension entre le registre législatif, c’est à dire les aspects réglementaires induits par des textes de lois notamment et les représentations d’acteurs dont la volonté d’action, d’engagement et de dénonciation est ainsi mise au jour.

La construction des indicateurs et leur pertinence est abordée conjointement à partir des indicateurs existants (réglementaires, corpus de textes …), sur leur praxis c’est-à-dire sur la manière dont ces indicateurs sont utilisés dans les politiques publiques et la réappropriation par l’ensemble des acteurs. Ce type de méthodologie offre aux participants la possibilité de questionner, de confronter et de modifier leur propre représentation des éléments relatifs la qualité de l’air afin de faciliter les politiques publiques associées. Sans chercher à opérationnaliser de façon systématique la méthodologie, elle s’inscrit dans le cadre du schéma directeur ci-dessous, tout en opérant des boucles réflexives sur l’ensemble des étapes afin d’affiner autant que faire se peut l’efficacité des politiques publiques qui passe par la construction et l’évaluation de tout un ensemble d’indicateurs.

Cette méthodologie s’inscrit dans une démarche de diagnostic partagé visant à questionner les implicites le plus souvent, de « valeurs » relatives à la place que les différentes parties prenantes doivent prendre dans la démarche ainsi qu’à celle de l’expertise technique et de l’animation. Elles sont le reflet des objectifs et des acteurs impliqués en amont et elles induisent fortement les résultats en aval. Choisir une démarche de diagnostic n’est ainsi pas anodin. Il en résulte, qu’au moment de ce choix, il est très important pour les différentes parties prenantes de s’accorder sur le sens donné au concept d’efficacité des politiques publiques sur la qualité de l’air. Cela nécessite de prendre le temps d’identifier les interlocuteurs à impliquer dans le diagnostic et, ensuite, de discuter collectivement de la méthode à développer.

 

Reproductibilité

A des fins de comparaison, le même type d’action avec les mêmes modalités méthodologiques est mené dans un espace géographique socialement différent Il s’agit de constituer un point d’ancrage comparatif et interroger les représentations et les logiques d’engagement sous-jacentes. Aussi la méthode consiste à co construire un maillage territorial constant comme par exemple celui des Métropoles ou des communautés de communes.

De façon complémentaire, la méthodologie envisage d’« externaliser » l’analyse par des méthodes classiques d’enquêtes. Il s’agit d’effectuer auprès des acteurs des entretiens ouverts afin de questionner leur représentation et leur attente vis-à-vis de problématiques comme par exemple cette alliant qualité de l’air, santé et climat.

Conclusion : premiers résultats et discussion

 

Premier constat majeur, les retours des premières expériences sur ce projet pilote sur l’accompagnement des politiques publiques permettent de mettre en avant certains freins et leviers institutionnels et citoyens autour de l’appropriation et la mise en débat des politiques publiques sur le climat. Précisons que les résultats sont partiels et nécessitent un travail d’approfondissement avant de pouvoir tracer quelques perspectives robustes visant à construire des outils opérants d’aide et d’accompagnement des politiques publiques à l’échelle des territoires exposés. Malgré toutes les précautions nécessaires quant à la réelle efficacité de du dispositif Atelier Climatique Citoyen, il permet d’établir en première approximation un diagnostic partagé et une analyse stratégique des politiques publiques nécessitant inévitablement une évolution des habitus tant au niveau des services techniques des collectivités locales et territoriales que des élus de l’institution publique.

Les premières difficultés auxquelles se confrontent les acteurs de l’expertise et de l’accompagnement des politiques publiques sur le climat ont jailli instantanément. Au risque de la tautologie, dans la volonté d’appliquer localement les plans, directives ou grands orientations extra territoriales (comme par exemple l’Accord Paris climat), il apparait que l’articulation de nos sociétés est encore structurée autour de logiques « top down ». Cependant ce frein n’est pas forcément celui qu’il faille lever prioritairement car s’ajoute à cette logique une organisation stratifiée qui alourdit les démarches et initiatives de projets (citoyens et/ou politiques) que nous appelons le millefeuille institutionnel. Autrement-dit, aux échelles locales, les modalités de régulation des politiques publiques dichotomisées dans une multitude de services (parfois emprunts de tensions internes) limitent considérablement la lisibilité et la mise en cohérence d’actions massives. Ces contraintes inhérentes au millefeuille influant grandement la gouvernance aux échelles locales des institutions impactent tout autant les projets. Notre expérience met au jour le fait qu’il existe de façon identique les mêmes contraintes sur d’autres thématiques et au premier rang des quelles celles portant sur la reconquête de Biodiversité.

Aussi les fortes dynamiques latentes au niveau citoyen, mobilisables très facilement restent largement inexploitées. Partout où nous avons testé le dispositif à la fois sur le climat ou sur des thématiques comme celles sur la biodiversité, la mobilisation et la dynamique a été massive permettant une pleine appropriation citoyenne. L’efficacité du dispositif ne se limite pas à la simple effervescence mais permet une réelle appropriation des enjeux sociaux et politiques tout autant que la complexité épistémologique des mécanismes d’évolution du climat terrestre. Il est donc nécessaire à ce stade de faire fonctionner le dispositif à front renversé en l’intégrant initialement au sein des collectivités locales afin d’en potentialiser  les effets ensuite sur la facilitation des politiques publiques. A ce titre nous encourageons, voire militons afin de renforcer ces dynamiques latentes en développant des espaces sociaux de débats réflexifs et interdisciplinaires intégrant l’ensemble des acteurs de l’éducation, élèves, citoyens, politiques, personnels éducatifs, décisionnaires, chercheurs, associations. L’efficacité du dispositif repose en ce sens sur une volonté de développer une approche autant réflexive que critique visant à objectiver la prépondérance des contraintes normatives, juridiques et techniques permettant d’objectiver autant que faire se peut la subjectivité des logiques d’actions et de leur efficacité. Il apparait hautement nécessaire de s’émanciper des logiques et contraintes communicationnelles afin de questionner en profondeur les freins propres au labyrinthe interne de l’institution, aux agendas politiques et aux contraintes bureaucratiques apparaissant comme autant de facteurs limitants pour la traduction politique de l’Accord Paris Climat 2015. Force est de constater que la seule volonté des élus ne suffit pas à décloisonner suffisamment la problématique pour rendre opérationnel et efficace ce projet sur leur territoire. Aussi les résultats futurs permettront de dégager des axes de réflexion quant aux réformes territoriales visant à simplifier l’administration des politiques publiques.

 

Bibliographie

 

AKYUT, S., DAHAN, A., Gouverner le climat ? vingt ans de négociations internationales. Paris, Presses de Sciences Po, coll.  « Développement durable », 2015.

BARBIER, R., LARRUE.C., Démocratie environnementale et territoires : un bilan d’étape. Participations, volume 1, n°1, De Boeck Supérieur, 2011,

BARTHES, A., Comment réintroduire les savoirs face à l’éducation au développement durable ? Exemple des filières professionnelles d’aménagement des territoires, in Y. Alpe et Girault Y. Éducation au développement durable et à la biodiversité : concepts, questions vives, outils et pratiques, Refere, Uqam, Montreal, 2011.

BAUTES, N., « L’expérience artiviste dans une favela de Rio de Janeiro », Cahiers de géographie du Québec, n°153, vol.54., p. 471-498, déc-jan, 2010-2011.

BERNIE-BOISSARD, C., « Les urbanités virtuelles : la ville rêvée, la ville imaginée, la ville utopique », dans L. Viala, S. Villepontoux et J.-P. Volle. Imaginaire, territoires, sociétés. Contribution à un déploiement transdisciplinaire de la géographie sociale, cnrs – Publications de l’Université Paul Valéry, pp. 325-336, 2007.

BERNIE-BOISSARD, C., « Banlieues urbaines, périphéries rurales, agglomération métropolitaine : les métamorphoses de l’urbanité, l’exemple du Languedoc Roussillon », Revue juridique nîmoise, Presses Universitaires d’Aix-Marseille, n° 5, pp. 199-208, 2010.

BLANC, M., « La ‘politique de la ville’, une ‘exception française’? », Espaces et Sociétés, n°128-129, pp. 71-86, 2007.

Blondiaux L., Le nouvel esprit de la démocratie. Actualité de la démocratie participative, Seuil, coll. « La république des idées », 2008.

Blondiaux L., « Démocratie délibérative vs. Démocratie agonistique ? Le statut du conflit dans les théories et les pratiques de participation contemporaine », Raisons politiques, 2 (30), p. 131-147, 2008.

Blondiaux L., Fourniau J.-M., « Un bilan des recherches sur la participation du public en démocratie : beaucoup de bruit pour rien ? », Participations, 1 (1), p. 8-35, 2011.

BOURDIEU, P., Science de la science et réflexivité, Paris : Raisons d’agir, 2001.

BOY, D., Les représentations sociales du changement climatique. Pollution Atmosphérique, Numéro spécial « Adaptation au changement climatique et maîtrise de la qualité de l’air », août, p. 190-201, 2013.

CALLON, M., LASCOUMES, P, BARTHE, Y., Agir dans un monde incertain. Essai sur la démocratie technique, Paris : Le Seuil, 2001

CHARVOLIN, F., FRIOUX, S., KAMOU, L., MELARD, F., ROUSSEL, I., « Un air familier – Socio histoire des pollutions atmosphériques », Mines – Paristech, 2015.

CHATEAURAYNAUD, F., « Regard analytique sur l’activité visionnaire, in Du risque à la menace », in D. BOURG P.-B. JOLY. and. A. KAUFAMM. D. Penser la catastrophe, Paris : PUF, 2015.

CHEVALIER, D., HAOUES-JOUVE, S., ROUYER, A.,  « La dialectique de la mobilisation et de l’injonction dans la « petite fabrique » locale du développement urbain durable », Urbia, pp. 29-43. 2007.

CHEVEIGNE, S., « Expertise, risque et implication des profanes : autour de la conférence de citoyens à propos des OGM », in C. Gilbert Risques collectifs et situations de crise. Apports de la recherche en sciences humaines et sociales, Paris : L’Harmattan. p. 267-278, 2003.

Cefaï D., Pourquoi se mobilise-t-on ? Les théories de l’action collective, Paris, La Découverte, 2007.

DAB, W., SALOMON, D., Agir face aux risques sanitaires. Paris : PUF, 2013.

DESJARDINS, X., LEROUX, B.,  « Les schémas de cohérence territoriale : des recettes du développement durable au bricolage territorial », Flux 3/2007, n° 69, 2007.

DUBOIS, J., Les politiques publiques territoriales : La gouvernance multi-niveaux face aux défis de l’aménagement, PUR, 2009.

FOURNIAU, J. M., « L’expérience démocratique des “citoyens en tant que riverains” dans les conflits d’aménagement », Revue européenne des sciences sociales, XLV (1), p. 149-179, 2007.

FOURNIAU, J. M., « L’institutionnalisation controversée d’un modèle français de débat public », Télescope, 17 (1), p. 70-93, 2011.

GUILLERME, A., LEFORT, A.-C., JIGAUDON, G., Dangereux, insalubres et incommodes : paysages industriels en banlieue parisienne, Seyssel, Champ Vallon, 2004.

GONZALES-LAPORTE, C., Recherche-action participative, collaborative, intervention… Quelles explications ? [Rapport de recherche] Labex ITEM, 2014.

HABERMAS, J., Théorie de l’agir communicationnel. Trad. fr. 1987, rééd 2001 pour le t.I, Payard pour le t.II. 1987

Habermas J., Droit et démocratie, entre faits et normes, Paris, Gallimard, 1997.

HATZFELD H., Les légitimités ordinaires. Au nom de quoi devrions-nous nous taire ? Adels/L’Harmattan. 2011

JODELET, D., (Ed.), Les Représentations sociales, Paris, PUF,1989.

JOUZEL, J. DEBROISE A., Le défi climatique. Objectif : 2°C !, Quai des Sciences, Dunod, 2014.

LABRANCHE, S., CHARLES L., Étude d’acceptabilité sociale de la ZAPA de l’agglomération grenobloise : synthèse des principaux résultats. Pollution Atmosphérique, numéro spécial, p. 226-230, 2002.

LAIGLE, L., « Les inégalités écologiques de la ville. Caractérisation des situations et de l’action publique », Centre scientifique et technique du Bâtiment, 2005.

LE MAREC, J., Les études de sciences : pour une réflexivité institutionnelle. Paris : L’Harmattan, 2010.

MASSARD-GUILBAUD, G., Histoire de la pollution industrielle : France, 1789-1914, Paris, Éditions de l’EHESS, 2010.

MEDINA, S., LE TERTRE, A., QUENEL, P., LE MOULLEC, Y., Impact de la pollution atmosphérique sur la santé en Île-de-France : résultats 1987-1992. Rapport d’étude, programme ERPURS (Évaluation des risques de la pollution urbaine sur la santé), Observatoire régional de santé d’Île-de-France, Paris, 1994.

MEDINA, S., LE TERTRE, A., DUSSEUX, E., BOUMGHAR, A., CAMARD, J., Analyse des liens à court terme entre la pollution atmosphérique et la santé : résultats 1991-1995. Rapport d’étude, programme ERPURS (Évaluation des risques de la pollution urbaine sur la santé), Observatoire régional de santé d’Île-de-France, Paris.1998.

MERMET, L. et al., « L’analyse de la gestion environnementale : un cadre théorique pour penser l’efficacité en matière d’environnement », Natures Sciences Sociétés, vol. 13, no. 2, 2005, pp. 127-137, 2005.

MONIER, E., DURAN, P., « Le développement de l’évaluation en France. Nécessités techniques et exigences politique », Revue française de science politique, pp235-262, 1992.

MOCH, A., MOSER, G., (Eds), La psychologie environnementale en France : perspectives actuelles, Psychologie française, 42, 2, 1997.

MOSCOVICI S., « La psychanalyse, son image et son public », Revue française de sociologie, pp328-330, 1961.

PECAUD, D., « Risques et précautions : l’interminable rationalisation du social. », La Dispute, 2005.

PERETTI-WATEL, P., HAMMER B., « Les représentations profanes de l’effet de serre », Natures Sciences Sociétés, 14(4), p. 353-364, 2006.

ROUSSEL, I., « Impact de l’environnement sur la santé : le programme d’évaluation conduit à Champlan, commune d’Ile-de-France », Pollution Atmosphérique n° 200, p. 307-310. 2008.

SCOTTO D’APOLLONIA, L., Les controverses climatiques : une analyse socioépistémique, Thèse de doctorat, Université Paul-Valéry Montpellier 3, 2014.

SIMONNEAUX, L., Enseigner les savoirs « chauds » : l’éducation biotechnologique entre science et valeurs, in Education et formation : nouvelles questions, nouveaux métiers (dir. J.-P. Astolfi), chapitre 7, Paris : ESF, 2003.

TUDDENHAM, M., ROUSSEL I., Le carbone suie, forceur climatique à courte durée de vie, Pollution Atmosphérique, Numéro spécial « Adaptation au changement climatique et maîtrise de la qualité de l’air », août, p. 139-149, 2013.

VILLERME, L.-R., La Mortalité dans les divers quartiers de Paris, Paris, La Fabrique Éditions, 2008 [1830].

WIEL, M., La transition urbaine, Mardaga, 1999.

ZELEM M.-C., BESLAY C., (dir.) La sociologie de l’énergie. Gouvernance de l’action publique, pratiques sociales et outils du changement, Paris, CNRS Editions, 2015.

[1] Site Internet consultable le 02 mai 2017 sur le lien suivant : http://www.c40.org/networks

[2] Le trottoir citoyen est un outil participatif dans lequel les citoyens sont invités à exprimer directement sur des bandes adhésives à même le sol leurs questions, représentations, envies, revendications, besoin, etc.

[3] Le terme Artivistes est en fait un acronyme (Association de Redynamisation des Territoires par l’InnoVation Sociale des Transitions EnvironnementaleS) mais sans que nous le sachions était déjà balisé dans le monde du spectacle vivant. Une recherche indexée par année sur le moteur de recherche Google.fr démontre que le terme apparait sur la toile avec notamment un mouvement artistique de l’avant-garde berlinoise d’un collectif dénommé Kotti Shop. Il est possible de noter que le terme « artivistes » dans la littérature scientifique en 2010 (Bautes, 2010). A partir d’une étude dans le centre historique de Rio de Janeiro à l’aune d’initiatives tournées vers la valorisation de formes patrimoniales caractéristiques des espaces d’occupation illégale que sont les favelas. Ces mouvements relèvent à la fois d’institutions publiques et d’« artivistes », identifiés comme « des acteurs engagés dans l’exploration des nouvelles possibilités offertes par la médiatisation et la valorisation tant économique que politique de l’intervention artistique dans l’espace urbain ».

L’ANTHROPOSTREAM: vers une réflexivité environnementale?

Cet article a une vocation réflexive. C’est une synthèse d’un travail en cours concernant l’Anthropocène. Vous pouvez donc réagir librement aux résultats de cette recherche qui s’inscrit dans une analyse plus générale des controverses socioscientifiques s’appuyant sur un cadre d’analyse réflexif spécifique dont le développement a commencé avec mon travail de thèse et visant à articuler différents courants: l’épistémologie, l’histoire des sciences, la sociologie des sciences et la linguistique.

La méthodologie originale découlant de ce cadre consiste à conceptualiser les controverses socioscientifiques comme un « mille-feuille discursif », c’est à dire un espace multidimensionnel constitué du In, des aspects visibles des débats dans les différents espaces de médiation et du Off, de l’interdiscursif c’est à dire des jeux d’acteurs et d’arguments (pour reprendre les termes de Francis Chateauraynaud) relevant d’espaces privés.

L’article qui suit est le premier d’une plus longue série. Il revient sur les origines conceptuelle et lexicale de l’Anthropocène.

Non seulement le concept, tel qu’il est posé par Stoermer et Crutzen est ambigu, mais qui plus est, le terme « Anthropocène » est antérieur à leur publication. Il est la traduction du terme « антропогена » initialement traduit par « anthropogène » puis par l’Académie des Sciences d’URSS en 1960 par « anthropocene » pour une pour une raison simple: l’usage rapproché de « Pliocene », « Holocene » et « Anthropocene » recommandait d’homogénéiser les suffixes.

L’épistémologie « molle » de l’Anthropocène

Aucun texte alternatif disponible.
crédit photo Marie Luce Nadal

Les ambiguïtés originelles de l’Anthropocène 

Résultat de recherche d'images pour "anthropocene"
Crédit photo: Nature

Les mots ne sont pas des concepts. Cette partie s’attache à retracer l’historicité du concept d’Anthropocène ainsi que sa genèse lexicale. En 2017 dans la littérature, ce concept est attribué à Paul Crutzen et Eugène Stoermer (1&2) par la publication d’un article dans la Newsletter du programme sur la biosphère (International Geosphere-Biosphere Program, IGBP) qui s’est déroulé entre 1986 et 2015. Ce programme portait sur l’analyse du phénomène du changement global et de l’influence humaine sur la régulation du système Terre notamment par l’analyse des cycles du carbone, de l’azote, du soufre, de l’eau et du phosphore. Crutzen a popularisé en 2002 le concept d’Anthropocène par la publication d’un article dans la revue Nature (3).

Sur le plan conceptuel:

l’Anthropocène s’insère dans une longue série de travaux débutant vers la fin du XIXème siècle visant à analyser l’influence humaine à l’échelle planétaire sous le vocable de « psychozoic era » (4) ou encore « l’ère anthropozoïque » (5) (figure 1). Le concept d’Anthropocène n’a rien de véritablement nouveau et s’inscrit dans la continuité des travaux développés dans les années 1920 notamment par le géologue russe Vladimir Vernadsky (6) concernant le concept de « biosphère » et que l’on retrouve aussi sous le vocable de « noösphere » (7) dans les travaux du jésuite français Pierre Teilhard de Chardin et du philosophe mathématicien Edouard Le Roy inspirés de la philosophie de Henri Bergson (8). Ces concepts sont très proches et développés par différents chercheurs du monde entier étaient étroitement liés aux questions portant sur le climat et se discutaient dans des programmes de recherche. L’écologiste américain William Clark dirigeait un projet de recherche interdisciplinaire novateur intitulé « Ecologically Sustainable Development of the Biosphere », dans lequel étaient impliqués James Lovelock et Paul Crutzen. James Lovelock est à l’origine avec sa collègue Lynn Margullis de la théorie de Gaïa (9) qui a connu un réel succès, largement reprise notamment par Isabelle Stengers (10), puis par Bruno Latour (11).

Il existe une ambiguïté originelle profonde concernant les échelles de temps géologiques « flottantes » sur lesquelles se définit l’Anthropocène en tant qu’une « époque » ou qu’une « ère » (1 & 3).

Pour Crutzen et Stoermer il est pertinent d’introduire le « nouveau » terme « Anthropocène » pour définir l’influence humaine considérée comme une force tellurique à part entière en le définissant comme une nouvelle « époque » géologique qu’ils situent initialement vers la fin du XVIIIème siècle et la création de la machine à vapeur (12). Il existe une ambigüité originelle profonde portant précisément sur des échelles de temps « flottantes » sur lesquelles se définit l’Anthropocène en tant qu’une « époque » ou qu’une « ère » (1&3). Les débats actuels portent donc principalement sur son point de départ, actuellement reconsidéré après la seconde guerre mondiale et sur l’objectivation (13) par l’analyse sédimentaire de l’impact anthropique sur le système Terre.

Sur le plan linguistique:

l’usage du terme « Anthropocène » remonte bien avant les années 2000. Dans un article signé par Will Steffen, Jacques Grinevald, Paul Crutzen et John McNeill, Stoermer rappelle qu’il utilisait le terme dans les années 1980 mais qu’il ne l’avait pas réellement formalisé avant que Crutzen ne le contacte : « I began using the term “anthropocene” in the 1980s, but never formalized it until Paul contacted me » (14).

Le terme « антропогена » a été traduit par celui d’« Anthropocene » dans les Rapports de l’Académie des sciences d’URSS au moins à partir des années 1960. 

Un article (15) publié dans Nature attribue une occurrence du mot anthropocène à un ami de Vernadski, Alexi Petrovich Pavlov à l’origine du terme « антропогена » (16) dont la traduction est « anthropogène ». L’ouvrage cité en référence est en réalité une traduction des années 1970 (17) du russe vers l’anglais. Restitué dans son contexte historique, il semble qu’il s’agisse d’une confusion dans la traduction du terme « антропогена » par le terme « anthropocène » au lieu du terme anthropogène. Le terme « Anthropogène » est apparu dans la littérature russe dans les années 1930 (18). Il désigne en fait la période Quaternaire, dénomination abandonnée par les scientifiques soviétiques au profit de l’« Anthropogène » (19) qui ont rejeté le concept d’une période. Cependant, le terme « антропогена » a aussi été traduit par celui d’« Anthropocene » dans les Rapports de l’Académie des sciences d’URSS de 1960 (20). La raison en est simple : l’usage rapproché de Pliocene, Holocene et Anthropocene recommandait d’homogénéiser les suffixes. Sur le plan lexical le terme « Anthropocène » est donc antérieur à la publication de Stoermer et Crutzen et ne peut donc leur être attribué.

Remerciements

Je tiens à remercier chaleureusement Dominique Raynaud qui m’a apporté une aide précieuse  dans mes recherches notamment concernant les origines lexicales de l’Anthropocène.

http://upmf-grenoble.academia.edu/dominiqueraynaud

Je tiens à remercier tout aussi chaleureusement Jacques Grinevald ayant participé à l’enquête et apporté des informations précieuses concernant l’historicité du concept d’Anthropocène.

https://www.institutmomentum.org/author/jacques-grinevald/

Je tiens encore à remercier tout aussi chaleureusement Francis Chateauraynaud et Josquin Debaz qui ont contribué à nourrir ma réflexion au cours de nombreux débats.

http://www.gspr-ehess.com/

Bibliographie

(1) P.  Crutzen, E. Stoermer, « The ‘Anthropocene’», Global Change. IGBP Newsletter, 2000, 41, p. 17‐18

(2) Une recherche effectuée le 8 octobre 2016 sur Web of Science indique que l’article publié dans Nature est cité 611 fois, alors que celui cosigné avec Stoermer est cité seulement 12 fois.

(3) P. Crutzen, « Geology of mankind», Nature, 3 janvier 2002.

(4) Le premier est celui de « psychozoic era » de Joseph LeConte (Elements of Geology, 1877, 269)

(5) Attribué à l’abbé Stoppani P. Crutzen, E. Stoermer, « The ‘Anthropocene’», Global Change. IGBP Newsletter, 2000, 41, p. 17‐18. La recherche sur Ngram Viewer montre que les premières occurrences de антропогена sont des traductions des termes « psychozoic era » ou « psychozoic era »

(6) I. Vernadsky, Biosphere and Noosphere. Am. Sci. 33, 1–12 (1945).

(7) Vernadsy, Theilard de Chardin et Leroy se sont fréquentés à Paris dans les années 1920. Bien que la notion de Biosphère et noosphère soient proches, cette dernière correspond à une vision idéaliste de la noosphère du jésuite français Teilhard de Chardin et Leroy réifiant une la dichotomie homme-nature contrairement à Vernadsky. Pour plus de détails voir Jacques Grinevald : http://humanitesenvironnementales.fr/fr/les-ressources/les-grands-entretiens?page=2#prettyPhoto/0/ (lien consulté le 8 décembre 2016)

(8) Bergson, H. (1907),L’Evolution créatrice, Paris, Librairie Félix Alcan. (rééd. PUF), 1907.

(9) J. Lovelock, L. Margulis, « Atmospheric Homeostasis by and for the Biosphere. The Gaia Hypothesis », Tellus, 26, 1974, p. 1-10.

(10) I. Stengers, Au temps des catastrophes, Paris : Les empêcheurs de penser en rond, La découverte, 2009.

(11) B. Latour, Face à Gaïa, Paris, Les empêcheurs de penser en rond-La Découverte, 2015.

(12) Revenant sur la publication de Crutzen dans Nature, Grinevald considère que faire débuter l’Anthropocène avec le brevet de la machine à vapeur : « pour un historien cela ne tient pas la route, pour un historien des techniques c’est presque une stupidité, c’est anachronisme, une machine à vapeur ne fait pas plus la révolution industrielle, pas plus qu’une hirondelle fait le printemps ». Lien consulté le 10 décembre 2016 : http://humanitesenvironnementales.fr/fr/les-ressources/les-grands-entretiens?page=2#prettyPhoto/0/

(13) W. Steffen, et al., « Stratigraphic and Earth System approaches to defining the Anthropocene », Earth’s future, Volume 4, Issue 8, August 2016, pp. 324–345.

(14) W. Steffen, J. Grinevald, P. Crutzen, J. McNeill, « The Anthropocene: conceptual and historical perspectives», in Philosophical Transactions of The Royal Society A Mathematical Physical and Engineering Sciences, 369(1938):842-67, March 2011.

(15) S. L. Lewis, M. A. Maslin, “Defining the Anthropocene”, Nature, 12 mars 2015, Vol. 519, p. 171

(16) La première occurrence du mot « anthropogène » est attribuée à A. Pavlov en 1925 publié dans une revue anthropologique russe : « РАННИЙ НОВОКАМЕННЫЙ ВЕК. Новый отдел четвертичного периода антропогена ознаменовался дальнейшим сокращением льдов, еще державшихся в средних частях Скандинавии, и опусканием суши, соединявшей южную … », Русский антропологический журнал: – Numéros 14 à 18 – Page 40

Une autre source qui n’a pu être consultée indique 1922, qui correspondrait au titre : Павлов, Ледниковые и межледниковые эпохи Европы в связи с историей ископаемого человека, Академическая речь, 1922.

(17) E. V. Shantser, “The Anthropogenic System (Period)” in Great Soviet Encyclopedia Vol. 2 (ed. Prokhorov, A. M.) 139–144 (New yorkMacmillan, 1979)].

(18) Référence1 : Ф. Ф. Мужчинкин. Опыт сопоставления антропогена Узбекистана». Там же. 10. В. В. Цинзерлинг. Орошение на АмуДарье. Ташкент, 1925. с взрослой особью, которая из такого яйца развилась, бросается в 1936 …

Consultable en ligne sur GoogleBook : Землеведение – Volume 37 – Page 132.

Référence 2 : В том-то все и дело, что оледенения и межледниковые жаркие фазы являются ведущими геологическими событиями не только антропогена, но и всех преды дущих геологических периодов и эр, — вечно на земле существовали …

Consultable en ligne sur GoogleBook : Труды – Volumes 26 à 31 – Page 61

Центральный научно-исследовательский геолого-разведочный институт (Ленинград, Р.С.Ф.С.Р.)

(19) T. Nilsson, The Pleistocene. Reidel, Dordrecht, p. 23-4, 1983.

(20) Résultat issu d’une recherche sur Ngram (cf. tableau 1) et d’un basculement sur GoogleBooks sur la période indiquée :

The Art of Sustainable Food

Crédit photo Laurent Soumayrol

Lintelligence sensible au service de lalimentation durable pour tous


PRESENTATION du Projet The Art of Sustainable food

L’inspiration du projet The Art of Sustainable Food incarne parfaitement l’âme du programme « Art Citoyen » de la fondation Daniel et Nina Carasso et permet de développer et de pérenniser durablement les synergies entre les métiers la formation des futurs enseignants au sein de la FDE (Faculté d’Education Université Montpellier) avec les pratiques artistiques sur les questions d’alimentation durable et de l’ensemble des thématiques sous-jacentes liées à la biodiversité, des éducations à la santé, à la responsabilité. Le projet The Art of Sustainable food permet d’explorer de nouvelles voies de compréhension en pleine cohérence avec l’esprit de la Fondation Daniel & Nina Carasso en développant de nouvelles clés de lecture par la mise en synergie de différents artistes et chercheurs. Nous pensons par exemple aux domaines des sciences dites dures tout autant que des arts plastiques, des sciences de l’éducation et de la recherche action participative et le monde de la création artistique.

L’association Artivistes-atelier (loi 1901) est une structure hybride de recherche, d’expertise territoriale et artistique. Son but est de créer des espaces de démocratisation artistiques et citoyens autour de grands enjeux sociaux-environnementaux contemporains. Le projet The Art of Sustainable Food de plus s’appuie sur les compétences du GDR CNRS PARCS (Groupe de Recherche, Participatory Action Research and Citizen Sciences) en recherche action participative et sciences citoyennes sur les questions environnementales et notamment celles de sécurité alimentaire.

En effet, l’alimentation est l’affaire de tous et représente un enjeu social majeur dans la ligne émergente des humanités environnementales qui lient les enjeux sociaux et environnementaux. De nombreux chercheurs au sein du GDR CNRS PARCS font partie d’organismes de recherche travaillant sur les thématiques liées à l’alimentation (INRA, SupAgro, CIRAD, AgroParisTech, IRD, CEFE) et représentent un vivier d’experts pout traiter les questions avec pertinence et cohérence. Le projet The Art of Sustainable food bénéficie à la fois de la richesse du pôle de recherche montpelliérain mis en synergie avec efficacité par Le GDR PARCS et la FDE (Faculté d’Education) par l’intermédiaire du LIRDEF (Laboratoire Interdisciplinaire de Recherche en Didactique, Enseignement et Formation) et notamment de Christian Reynaud.

Le projet The Art of Sustainable Food permet d’engager une démarche originale de communication et de recherche artistique à partir d’un travail (de mise en réseau, de co-réflexion, de co-création et de co-construction) au sein de la FDE et dont l’objectif est de mobiliser ensuite l’espace public et d’impliquer les citoyens ainsi que l’ensemble des publics concernés avec l’aide des outils Artivistes-ateliers.

 

Le projet The Art of Sustainable Food croise les regards de chercheurs et d’Artistes à travers le caléidoscope social sur les questions de sécurité alimentaire et d’alimentation durable

 

Une equipe interdisciplinaire motivee autour des Artivistes

La force du projet The Art of Sustainable Food repose sur les compétences et la motivation d’une équipe structurée autour de l’association Artivistes-atelier. Les Artivistes sont la cheville ouvrière du projet. L’association existe depuis plus d’un an seulement mais a déjà une reconnaissance solidement ancrée à la fois dans le milieu artistique, universitaire, institutionnel.

Les Artivistes sont parrainés par Jean Jouzel, climatologue, Co-prix Nobel de la Paix en 2007.

Les Artivistes sont balisés et financés par le Ministère de l’Environnement, de l’Energie et de la Mer. Cette reconnaissance et ce soutien ont permis la création d’une charte citoyenne sur la « Biodiversité et l’Art de vivre ensemble » grâce à l’organisation d’un Happening de Street Art. Cherchant constamment l’expression artistique y compris dans les ateliers participatifs, les participants étaient invités à écrire sur des galets blancs assemblés sous forme de fleurs minérales et ainsi ébaucher les grandes lignes de la charte qu’ils ont co-construits avec l’association quelques semaines plus tard.

Les Artivistes sont financés par le Ministère de la Ville par l’octroi d’une enveloppe parlementaire en 2017.

Le projet Artivistes a été sélectionné pour le prix de l’innovation périurbaine par la DDTM (Direction Départementale des Territoires et de la Mer) du département de l’Hérault au niveau national.

Le projet éducatif Artivistes est parmi les 5 finalistes lors du 14° Forum International Météo Climat qui se tiendra à la Mairie de Paris du 4° arrondissement le 23 mars 2017 en présence de BFM TV.


Trombinoscope

Lionel Scotto d’Apollonia

PORTEUR DU PROJET

Enseignant secondaire

Trésorier Artivistes

Blanvillain Caroline

MCF Arts plastiques

Chargée de mission Culture FDE Université Montpellier

Noon

 

Street Art – Collage – peinture – infographie

Diplômée de l’Ecole des Beaux arts de Montpellier

Davia Dosias Perla

Présidente Artivistes-Atelier

Experte environnement et stratégie territoriale

Street artiste

Christian ReynaudMFC LIRDEF – Directeur de l’équipe DS Laura Maria Polletti

Compagnie de danse Rosas de Anne Teresa de Keersmaeker

Cleps

Photographe, Street Art – impression sur bois

Sylvie Blangy

Chercheure CEFE

Directrice du GDR PARCS

Chiko

Steet artiste – calligraphie – peinture

Sunny Jim

Street artiste – enseignant arts plastique – photographie

Mara

Street Art – collage – peinture et infographie

StDsgn

Slameur, Street artiste, inforgaphiste

Zoulette

Street artiste – Educatrice spécialisée.

AnnaKin

Photographe

Carole Couderc

Photographe  – vidéaste

CSSJPG

Street Art botanique participative

ARTEROSSA

 

Galerie d’art associative et formation

….

Autres collaborations à venir au cours du projet

 

LOBJECTIF  du projet the Art of Sustainable Food

Le projet The Art of Sustainable Food se structure autour de quatre objectifs :

 

  • Le projet The Art of Sustainable Food vise à enrichir les pratiques des futurs enseignants en proposant des ateliers artivistes participatifs sur les questions liées à l’alimentation durable et des thématiques associées tels que l’agroforesterie, les circuits courts, les questions climatiques, la biodiversité, etc.
  • Le projet The Art of Sustainable Food vise à permettre aux futurs enseignants du primaire, du secondaire et de l’enseignement supérieur de créer des dispositifs pédagogiques innovants sur les questions d’alimentation durable.
  • Le projet The Art of Sustainable Food vise à créer des zones artistiques participatives temporaires au sein des universités et d’investir l’espace public à partir des œuvres co-créées avec les chercheurs-enseignants, les étudiants et les artistes.
  • Le projet The Art of Sustainable Food vise à générer des collaborations avec les universités espagnoles et des collectifs d’Artistes.

 

Plus généralement le projet The Art of Sustainable Food s’oriente directement vers la société civile en l’impliquant dans une démarche de co-réflexion et de co-création. Le projet The Art of Sustainable Food vise à mobiliser, interpeller, questionner, développer les intelligences sensibles des citoyens, des chercheurs et des artistes autour de la thématique des questions d’alimentation durable. Le projet The Art of Sustainable Food consiste à nouer et enrichir le dialogue entre les recherches menées sur cette problématique et les sociétés à travers un design[1] citoyen participatif très original et innovant en décloisonnant ces enjeux dans l’espace public. Inspiré conjointement de l’esprit de Jean Vilar et de Keith Haring. Le projet The Art of Sustainable Food, grâce à la pratique artistique et la mise en présence des œuvres d’arts, est un outil simple et l’efficace pour inciter, favoriser et permettre au citoyen  de s’approprier cette thématique en créant des synergies artistiques.

 

Le projet The Art of Sustainable Food vise in fine à créer des espaces de démocratisation artistiques au cœur de la ville Montpellier et en Espagne ainsi que la création d’un tiers lieu Artivistes, d’accueil, d’échanges et de création intellectuelles et artistiques.

 

Design collaboratif du projet the Art of Sustainable Food

La méthodologie de travail s’appuie sur les outils collaboratifs et participatifs du GDR PARCS dont les « Artivistes » se saisissent lors d’atelier(s) de co-création, co-réflexion dans un réel esprit de co-construction.

Autour de rencontres régulières bimensuelles, le projet réunit des chercheurs de la Faculté d’Education, des chercheurs du GDR PARCS, des étudiants et des artistes impliqués dans ce projet. Ces rencontres sont ouvertes à toutes et à tous et s’inscrivent dans les parcours croisés optionnels à la FDE et de l’Université Montpellier. Ils visent à aborder la thématique de l’alimentation suivant différents aspects sociaux, scientifiques et artistiques (avec les artistes de l’association Artivistes-atelier : graphiste, illustrateur, photographe, musicien, chorégraphe, danseur, slameur ou plasticien) répondant conjointement aux enjeux croisés de sécurité alimentaire.

Suivant les designs participatifs des Artivistes-ateliers et du GDR PARCS, dans un deuxième temps, les espaces artistiques participatifs temporaires mobiliseront des associations et le plus large public possible. Le projet The Art of Sustainable Food vise à identifier et générer les conditions de fonctionnement d’un espace spécifiquement dédié fonctionnant comme un tiers lieu[2], de partage, de co-working universitaire et artistique, de formations croisées, d’exposition, etc.

 

Programme de recherche Croisement Art & science

Le programme de recherche est mené dans le cadre du LIRDEF consiste à croiser les sciences en conceptualisation un dispositif de recherche innovant. Ce dispositif a pour but de créer de situations didactique en classe de sciences (dans le primaire, secondaire et universitaire) en intégrant les arts plastiques par différents moyens. Il s’agira par exemple d’étudier les avantages et les limites d’une part par la création artistique en vue de questionner les problèmes liés à l’alimentation durable, les questionq des OGM ou les éducations à la santé. D’autre cette démarche innovante y compris dans les enseignements à la faculté des sciences et techniques de Montpellier s’effectuera suivant les modalités de pratique participative artistique participative.

 

Le dispositif cherche à faire entrer les arts dans l’enseignement des autres disciplines, à mesurer les effets de ce levier sensible. Le programme de recherche s’inscrit en cohérence avec le calendrier de la FDE et le plan de formation des futurs enseignants dans les différents parcours.

Echeancier

2017
Mois Action Objectif
Septembre – octobre Démarrage projet

Réunion de présentation

Etablir cartographie des acteurs
Novembre Intégration des étudiants

Réunion chercheurs

Identification des attentes

Co-construction du dispositif d’évaluation, indentifications des indicateurs.

Décembre Première rencontre participative Définition des groupes de travail et des axes associés

Début recherche tiers lieu et étude de faisabilité.

Démarrage travail de prospective pour nouer des liens avec l’Espagne projet « Carasso »

2018
Janvier Rencontre participative Création d’un dispositif test et co-création d’une œuvre
Février à mai Test dispositif

 

 

 

Rencontre avec les acteurs espagnols

Identifier levier et frein du dispositif

Création de nouvelles œuvres en fonction des besoins.

 

Définir des axes de travail

Mai Réunion chercheurs

 

Exposition dans le jardin de la FDE

Redéfinition des indicateurs et réajustements des axes de travail

Valorisation du travail effectué

Juin Réunion participative Bilan et perspectives

Création support Internet

Juillet aout Rédaction bilan et résultats partiels
Octobre Réunion de présentation Etablir une nouvelle catégorie des acteurs

Intégration des CPIE (Centre Permanent d’initiatives pour l’Environnement)

Novembre Intégration des étudiants

Réunion chercheurs

Identification des attentes

Déploiement du programme de recherche au niveau académique

Décembre Première rencontre participative

 

 

Invitation acteurs espagnols en fonction des projets « carasso » existant et d’autres acteurs espagnols

(Re)définition des groupes de travail et des axes associés

Démarrage recherche effective tiers lieu et étude de faisabilité

Démarrage collaboration effective.

Co-création

2019
Janvier Rencontre participative Location tiers lieux (en fonction de l’étude de faisabilité)

Création de plusieurs dispositifs à partir de différents supports.

Co-création de plusieurs œuvres

 

Février à mai Démarrages différents dispositifs Analyse in situ
Juin Exposition dans différents lieux

Ateliers citoyens participatifs

 

 

 

 

Réunions chercheurs

Valoriser le projet

Ouvrir le projet dans l’espace public

Recueil de données citoyennes

Recueil des attentes citoyennes et identifications de projet sur l’alimentation durable.

 

Dresser bilan de la première année de test

Mise en place d’un projet dans différents établissements et CPIE.

Animation et mise en cohérence du fonctionnement du tiers lieu

Juillet à septembre Analyse des données et rédaction d’un bilan actualisé

Cartographie des actions citoyennes sur l’alimentation durable à piloter et développer sur le territoire.

Octobre Réunion de présentation Etablir une nouvelle catégorie des acteurs

Mise en valeur du tiers lieu

Novembre Intégration des étudiants

Réunion chercheurs

Exposition dans le tiers lieu

Création d’Ateliers artivistes pour les citoyens, les étudiants et les scolaires

Identification des attentes

Déploiement du programme de recherche au niveau académique

Décembre Rencontre participative (Re)définition des groupes de travail et des axes associés

 

2020
Janvier Rencontre participative Création de plusieurs dispositifs à partir de différents supports.

Co-création de plusieurs œuvres.

Février à mai Démarrages différents dispositifs Analyse in situ
Juin Exposition dans différents lieux

Grande manifestation mobilisant tout un quartier en France et tout un quartier en Espagne.

Ateliers citoyens participatifs

 

 

 

 

Réunions chercheurs

Valoriser le projet

Ouvrir le projet dans l’espace public

Recueil de données citoyennes

Recueil des attentes citoyennes et identifications de projet sur l’alimentation durable.

 

Dresser bilan de la première année de test

Mise en place d’un projet dans différents établissements et CPIE.

Animation et mise en cohérence du fonctionnement du tiers lieu.

Juillet Aout Rédaction Bilan

 

VALORISATION ET DIFFUSION PUBLIQUE

 Nous avons prévu dans le cadre du projet The Art of Sustainable food

  • Un site Internet spécialement dédié avec les étapes du projet mises en scène avec les participants
  • Une page Facebook : The Art of Sustainable food
  • Une exposition au Gazette Café de Montpellier partenaire privilégié avec atelier participatif mis en place par le GDR CNRS PARCS et Artivistes-atelier. L’exposition sera artistique, participative et pédagogique.
  • Des expositions dans différents lieux universitaires
  • Création d’un tiers lieu « Artivistes » et exposition temporaires et permanentes, création espace co-working pour les artistes, les étudiants, les universitaires, les entrepreneurs notamment de l’Economie Sociale et Solidaire (ESS) et l’ensemble des citoyens.
  • Une conférence originale avec participation du public à la Panacée de Montpellier (lieu de multiples expositions artistiques) qui rendra le sujet et l’enjeu plus abordable et attractif par l’ensemble des publics touchés.
  • Mobilisation d’un quartier entier en France et en Espagne.
  • Un Book “The Art of Sustainable Food” co-construit au fur et à mesure du projet.
  • Des docs vidéo de 2 à 7’ sur les expériences universitaires et citoyennes

 

Tout au long du projet, il est prévu également un plan de communication par le biais de différentes formes de média :

 

  • Réseaux sociaux dédiés et partenaires
  • Presse locale
  • Relais télé
  • Relais institutionnels
  • Supports de communication autre : panneaux publicitaires -tramway

 

[1] Le Design Participatif consiste en une méthodologie qui tente d’établir un dialogue entre les développeurs et les utilisateurs finaux d’un logiciel, conçu comme un projet « co-construit »

[2]Les tiers lieux sont des espaces de travail, dont la neutralité, la convivialité et le type de ressources mises à disposition permettent à leurs usagers de concevoir et/ou de fabriquer des biens ou des services, individuellement ou en équipes, tout en acquérant des connaissances et en développant leur réseau.

Jeu « Le réchauffement expliqué à mes parents » à l’honneur

Finaliste Prix Education « Mon projet scolaire pour l’environnement et le climat » 14° Forum International Météo Climat

FIM_Affiche_Debat_23 mars

Le jeu « le réchauffement climatique climatique » expliqué à mes parents est à l’honneur en tant que finaliste du projet scolaire pour l’environnement et le climat. Deux élèves de 4° ont présenté le jeu dans l’auditorium de la Mairie de Paris et sous l’oeil bienveillant, en autre,  de Jean Jouzel et Valérie Masson-Delmotte.crédit photo Beltran

Quelques éléments d’explication du Jeu

Dans le cadre de l’éducation aux problématiques climatiques le projet « le réchauffement climatique expliqué à mes parents » consiste à construire un jeu sur la base d’un quiz.

Le jeu construit par des élèves de 4° porte sur la compréhension des mécanismes climatiques.

Jeu le réchauffement climatique expliqué à mes parents Version béta Scotto d Apollonia Lionel Collège de l’Assomption février 2017

Ecouter ici le reportage effectué par France Bleue Hérault en novembre 2015

COP_21_college_assomption_bob–NET_44EA83F0-1F7A-469B-86C6-B4BA637949B0_R34A

Une introduction originale de la complexité du pouvoir radiatif des gaz à effet de serre en classe de 4°

Afin d’aborder la complexité des éléments chimiques contenus dans l’air et leur influence ou non sur le mécanisme de l’effet de serre, une séance préalable introductive permet de faciliter l’appropriation de leur rôle.

Situation problème

Chaque équipe possède une carte mystère comme une carte Pokemon, voir ci dessous.

Elle doit la construire à l’aide des modèles moléculaires et s’approprier ses « pouvoirs » ou caractéristiques en vue d’un échange avec le reste de la classe.

Des cartons en format A3 sont cachés dans la classe et chaque équipe peut découvrir et noter les « pouvoirs » des autres équipes.

Une battle est ensuite organiser en suivant différents critères: (1) quels sont les molécules majoritairement présentes? (2) Quelles sont celles ayant la durée de vie la plus importante? (3) Quelles sont celles ayant le fameux pouvoir radiatif le plus important?

Une discussion (conflit sociocognitif est ensuite mené) afin de comprendre pourquoi le dioxyde de carbone donné perdant le plus souvent est celui qui a un rôle majeur.

Cette approche permet d’aborder de front (sans pour autant les dépasser) plusieurs obstacles épistémologiques relatifs par exemple au dénombrement aux ordres de grandeurs etc.

Sur le plan didactique, le dispositif expérimental ne bénéficie pas encore d’un protocole permettant sa pleine évaluation sur les plans cognitifs et comportementaux.

Éléments de réponses aux premières questions du jeu

Dans la mesure du possible j’ai essayé d’enrichir les réponses en renvoyant vers différentes ressources permettant de nourrir les réflexions autours des activités éducatives et de construire des corpus d’enseignement.

Question 1: L’effet de serre est-il dangereux ?

L’effet de serre n’est pas dangereux mais au contraire il est vital. En effet en l’absence d’effet de serre la température moyenne de l’atmosphère terrestre serait environ de -18°C.

« L’effet de Serre est défini comme le processus naturel de réchauffement de l’atmosphère des basses couches. Par analogie avec les faces transparentes des serres agricoles, les gaz à effets de serre contenus dans l’atmosphère laissent passer le rayonnement solaire incident et « retiennent ensuite à l’intérieur » la chaleur induite. C’est le piégeage des rayonnements infrarouges émis par la surface de terrestre et les basses couches atmosphériques alors chauffées qui entraîne l’augmentation de température. »  (Jeandel; Mosseri, 2011)

Un gaz à effet de serre (GES) est un gaz qui absorbe et émet un rayonnement aux longueurs d’onde infrarouges tout en restant transparent dans le domaine visible.

Il s’agit en général de molécules composées d’au moins trois atomes.

Question 2: Le climat de la terre a-t-il changé depuis la création de la terre ?

Le climat de la Terre a beaucoup changé depuis la création de la Terre (âgée d’environ 4,5 milliards d’années) car l’atmosphère terrestre a une histoire et a considérablement évolué. Le dioxygène est apparu dans l’atmosphère grâce à l’action de cyanobactérie vivant dans les océans il y a environ 2,5 milliards d’années.

Question 3: Qu’est-ce que le pouvoir radiatif d’un gaz?

Le pouvoir radiatif peut être perçu comme le pouvoir de réchauffement global de ce gaz, c’est-à-dire le « forçage radiatif » ou la puissance radiative que le Gaz à effet de serre renvoie vers le sol. 

Le GIEC (2001, résumé technique du groupe de travail 1, p. 48) définit le potentiel de réchauffement global (PRG) comme la mesure de l’effet radiatif relatif d’une substance donnée par rapport au CO2, pour une période de temps déterminée.

Cette valeur dépend du spectre d’absorption du gaz et de son temps de vie dans l’atmosphère.

Question 4: Le dioxygène est-il un gaz à effet de serre ?

Le dioxygène n’est pas un gaz à effet de serre car il a pouvoir radiatif quasi nul.

« L’absorption du rayonnement infrarouge dépend de la structure de la molécule. Les molécules bi-atomiques et symétriques (O2, N2, H2…) sont très peu absorbantes dans le domaine infrarouge lointain (4 à 40 μm, domaine du spectre IR terrestre). »

Question 5: Quel est le principal gaz à effet de serre ?

Le principal  gaz à effet de serre est la vapeur d’eau H2O car c’est le plus abondant. Cependant contrairement aux autres gaz à effet de serre comme le dioxyde de carbone CO2, le méthane CH4 , le protoxyde d’azote N2O qui ont des durées de vie très longues dans l’atmosphère la vapeur d’eau se recycle en quelques jours.

Bibliographie

JEANDEL, C., R. MOSSERI (2011). Le climat à découvert. Outils et méthodes en recherche climatique, Paris : CNRS EDITIONS.

L’éducation aux « controverses climatiques » : une fabrique du doute ?

028

« [L’]« enseignement équilibré » est un code qui désigne la transmission à l’école de la négation du changement climatique afin d’ »équilibrer » le courant dominant des sciences du climat. On peut comparer ce projet à celui de l’ »enseignement équilibré » prôné par les créationnistes pour permettre l’enseignement de leurs théories dans les écoles. » (Chomsky, 2013)

Introduction

Derrière ce doux euphémisme de l’« enseignement équilibré » se cache la question des éducations à et plus particulièrement celle de l’éducation aux « controverses » socioscientifiques. Peut-on, doit-on et pourquoi développer une éducation aux « controverses climatiques » ? Cet article propose une réflexion en s’appuyant sur une expérimentation théâtralisant une discussion autour des courbes de Mann (1998 ; 1999) dite en forme de crosse de hockey et une analyse socioépistémique des controverses climatiques (Scotto d’Apollonia, 2014). Pour de nombreux acteurs comme Noam Chomsky, enseigner les controverses climatiques reviendrait à faire le lit du climatoscepticisme et à produire du doute. Cette question est systématiquement amalgamée avec le fondamentalisme religieux partisan de l’enseignement de l’Intelligent Design. Or si la question de l’évolution est scientifiquement réglée, la question des évolutions climatiques, contrairement à de nombreux discours réduisant les climatosceptiques à des marchands de doute (Oreskes, Conway, 2012 [2010]) reste débattue et controversée au cœur même de la recherche scientifique (Scotto d’Apollonia, 2014). Sur le plan épistémologique, la situation didactique pose des questions dans le sens où il n’est pas possible de mobiliser les notions de « certitude » et de « vérité », seule celle de « consensus » étant appropriée. Cependant afin de lever toute ambiguïté, éduquer aux « controverses climatiques » ne revient pas à « nier » le consensus solidement établi par la communauté des climatologues considérant que l’influence des activités humaines sur les évolutions du système climatique sur l’échelle de ces cinquante dernières années est extrêmement probable. Profitant de la fécondité heuristique d’« entrer » par les controverses, il s’agit au contraire d’aiguiser le sens critique des futurs citoyens afin d’une part de leur permettre de saisir la complexité des savoirs climatiques sur le plan épistémologique mais aussi d’autre part de prendre conscience des intrications axiologiques. Incontestablement certains climatosceptiques instrumentalisent la science et les incertitudes à des fins politiques, mais ils ne sont pas représentatifs du scepticisme interne à la communauté (Lahsen, 2013) érigé comme une valeur spécifique au sens mertonien (1937). L’inverse est tout aussi vrai. En effet une partie des sciences sociales idéologise la science en se rangeant au service de l’écologie politique. C’est le cas des travaux de Naomi Oreskes et Eric Conway qui font office de référence et qui se positionnent ouvertement contre l’économie néolibérale, mais dont une partie est entachée d’erreurs (Scotto d’Apollonia, 2014, p. 232). Une partie des chercheurs en sciences sociales réduisent les controverses climatiques à un débat politique oubliant qu’une science sans controverse est une science morte. Sur le plan épistémologique les courbes de Mann ont finalement été abandonnées et n’apparaissent plus dans le 5ème rapport du GIEC. Lors de l’entretien collectif un climatologue auteur principal d’un chapitre du GIEC dit à propos de cette controverse : « En fait il [McIntyre] reprend les programmes de traitement, il les vérifie, il reprend les données sources ; en fait, il fait le boulot qu’un bon reviewer d’un journal devrait faire et ne fait pas, c’est dramatique, mais c’est comme ça […] Il a un rôle extrêmement simple, très désagréable pour ceux [Mann et al.] qui sont contestés ». Cependant si sur le plan épistémologique le traitement statistique se confrontait à un certain nombre de problèmes, d’autres reconstructions plus récentes (notamment Ahmed et al., 2013) retrouvent globalement la même tendance à un réchauffement rapide avec une variance plus importante. C’est pourquoi d’un point de vue didactique et épistémologique, il est nécessaire de se montrer infiniment prudent sur ces questions. De plus, rappelons que le consensus établi dans la communauté, on l’oublie trop souvent, prend en compte précisément les controverses. Le 5ème rapport du groupe 1 du GIEC mentionne à ce titre plusieurs points de controverses de façon explicite (GIEC, AR5, Groupe 1, 2013, pp. 187, 611, 612, 625, 627, 672, 690, 719, 772). La question climatique est prise dans un étau idéologique entre les tenants de l’écologie politique et du principe de précaution adopté à Rio en 1992 et les partisans de l’appel de Heidelberg incarnés de nos jours par le courant libéral. Formidable défi pour l’épistémologie et la didactique qui se retrouvent confrontés à l’impossibilité de dépolitiser la question climatique.

Quels sont les effets d’une démarche abordant les controverses climatiques de façon symétrique, d’une part, sur le plan cognitif par rapport à la compréhension des mécanismes de l’effet de serre et, d’autre part, sur le plan axiologique concernant la capacité des élèves à se saisir des enjeux ?

Voilà la question de recherche servant d’appui à la réflexion proposée dans cet article, qui dans un esprit réflexif, vise à questionner l’aspect normatif latent dans les éducations « aux controverses » afin de ne pas se réfugier dogmatiquement derrière les « bonnes » intentions de l’éducation « aux controverses » comme catalyseur du développement de l’esprit critique. En effet il reste à construire, tester et éprouver dans les pratiques d’enseignement, l’efficacité de tels dispositifs et construire un cadre d’analyse approprié. Aussi cet article se présente comme un espace de réflexion autocritique et hétérodoxe. Il se décline en quatre parties décrivant : (1) le contexte (2) le cadre théorique ; (3) le dispositif et ses limites ; (4) une synthèse des résultats. En s’appuyant sur les limites mises au jour dans cette étude, la conclusion aborde quelques perspectives pratiques et théoriques.

Crédit photo Lionel Scotto d'Apollonia
Crédit photo Lionel Scotto d’Apollonia

Contexte de la réflexion

A mon sens, l’éducation aux questions climatiques ne devrait pas se résumer comme on assiste aujourd’hui à un catalogue de bonnes intentions en vue de légitimer et favoriser les prises de décisions politiques mais conduire à une réelle éducation à « l’esprit critique » qui pourrait s’avérer être plus efficace par sa capacité à une meilleure prise de conscience des enjeux. A l’heure actuelle, il est déconcertant que de nombreux chercheurs investissant le champ de l’agnatologie, c’est-à-dire la production d’ignorance, construisent des discours sur l’enseignement des controverses (Girel, 2015) en occultant royalement le champ disciplinaire en sciences de l’éducation (Simonneaux, 2003 ; Urgelli, 2009 ; Albe, 2009).

L’enseignement du climat représente un véritable défi sociocognitif pour les acteurs de l’éducation pris au sens le plus large et doit s’accompagner d’un questionnement approfondi sur les postures des enseignants dans leurs dimensions réflexives. « Cognitif » parce que la compréhension de la complexité du système climatique passe par l’apprentissage de nombreux phénomènes en interrelation relevant de champs disciplinaires distincts. A grands traits, sans être exhaustif, doivent être abordé a minima : l’influence de la variation de l’obliqué de la Terre sur l’axe de précession mis au jour par Milankovitch, la théorie du transfert radiatif, la variabilité de l’irradiance solaire, le rôle et les mécanismes de formation des nuages impliquant la compréhension de l’influence de la variation des flux de particules cosmiques (liés à la variation du magnétisme solaire), les mécanismes de circulation des courants marins et le rôle des océans quant à l’absorption du dioxyde de carbone et la chaoticité supposée du système climatique. Ces éléments doivent être pris en compte par rapport à la variabilité naturelle du climat et abordés suivant leurs ordres de grandeurs respectifs connus à ce jour. « Social », parce que les choix politiques à faire à des échelles locale et globale (qualifiés de gouvernance climatique) reposent sur une compréhension des mécanismes régissant les évolutions du système climatique, imparfaite, soumise à de nombreuses incertitudes, des zones d’ignorance et des controverses. C’est pourquoi l’éducation au « consensus » établi par les climatologues passe par une éducation aux « incertitudes » et « controverses » et se présente comme un formidable défi sociocognitif. Ce type d’approche peut favoriser plus largement une réflexion sur l’éducation au développement durable explicitant l’évolution des rapports sciences-sociétés relatifs aux problématiques environnementales. Les pluriels aux mots « sciences » et « sociétés » rappellent que les sciences et les sociétés sont multiples et ne se limitent pas aux civilisations occidentales. Les travaux récents mettent en évidence que les blocages lors des négociations de Copenhagues en 2009 ou plus récemment de Lima en 2014 résultent plus des divergences persistantes entre « pays développés » et ceux « émergents » ou « en voie de développement » (Dahan, 2014) que des controverses elles-mêmes.

Cadre théorique

Sur le plan théorique, cette recherche s’inscrit dans la lignée des travaux d’éducation scientifique visant l’empowerment[1] citoyen. La didactique des controverses se distingue nettement d’un enseignement présentant les sciences comme un corpus de vérités monumentalisées et déconnectées de toute dynamique sociale (Chevallard, 1997 ; Tutiaux-Guillon, 2006). Comme le souligne Virginie Albe (2011, p. 114), ce type d’approche ne se limite pas à la formation d’un être cognitif en dehors du monde mais au contraire en rapport avec ce monde. Ce qui implique que l’incertitude, le probable mais aussi les considérations éthiques, politiques ou idéologiques doivent être pris en compte dans l’enseignement des sciences. Pour autant, le traitement didactique des controverses reste sujet à questionnement pour l’éducation scientifique. Les emprunts des sciences de l’éducation (Albe, 2009) faits à la cartographie des controverses latourienne (Venturini, 2010) constituant la version didactique de la théorie de l’acteur réseau restent une piste ouverte mais de mon point de vue limités. Malgré l’absence de résultats publiés à ce jour, Bruno Latour considère que son outil cartographique est particulièrement efficace : « Nous cherchons en particulier à savoir si la cartographie peut permettre de clore des controverses artificiellement entretenues, comme l’a été dans le passé celle sur le caractère cancérigène du tabac. Un exemple actuel serait la controverse sur l’origine anthropique du réchauffement climatique. Les détecteurs de biais jouent pour cela un rôle très important. » (Latour, 2011). Contrairement à la cartographie des controverses décrivant un monde social plat constitué d’acteurs humains et non-humains s’inscrivant dans des réseaux, il est plus pertinent de concevoir les controverses socioscientifiques comme un espace social multidimensionnel, un « mille-feuille discursif » (Scotto d’Apollonia, 2015). De plus, il est utile de rappeler, car c’est trop souvent occulté, que les travaux de Latour concernant la controverse Pasteur/Pouchet (Raynaud, 2003, p. 50) sont entachés d’erreurs grossières.

Cette démarche s’inscrit dans la lignée des travaux en didactique des controverses (Simonneaux, 2003, Albe, 2011, Kolstø, 2005, Urgelli, 2009, Hess, 2009, Sadler, 2009) avec pour objectif de sensibiliser les élèves à la pluralité des arguments, mis en jeu dans les controverses climatiques. Ce dispositif a fait l’objet d’un article théorique plus détaillé décrivant la tentative de construction d’un cadre sociodidactique (Scotto d’Apollonia, 2012) visant à faire un effort de formalisation intégrant et discutant des apports de la sociologie des controverses (elle-même faisant l’objet de controverses). La transposition d’un cadre d’analyse socioépistémique à un modèle sociodidactique demeure un point problématique.

crédit photos Scotto d'Apollonia Lionel
crédit photos Scotto d’Apollonia Lionel

Descriptif du dispositif

  • Descriptif l’expérimentation

Cette expérimentation a été menée entre 2011-2012 sur 110 élèves répartis sur quatre classes de 4ème dans un collège très favorisé de Montpellier dont le taux de réussite avoisine les 100% chaque année. Quatre autres classes du même établissement ayant reçu un enseignement plus classique par un autre professeur n’ayant pas abordé le thème du climat font office de témoin.

Les élèves impliqués dans le dispositif qui a débuté au printemps 2012 ont été habitué dès la rentrée 2011 à pratiquer en classe entière des démarches de ce type portant sur d’autres sujets contingents. Les élèves en amont savent qu’aucune évaluation écrite n’est prévue. Le principe général est de laisser l’élève totalement libre pour aller chercher des informations. A grands traits ils cherchent leurs informations, très majoritairement sur Wikipedia et les blogs apparaissant sur les premières pages de Google. Les élèves bénéficient d’un environnement leur permettant un accès libre à Internet en classe et à des ressources documentaires variés (mais ne restant utilisées que très ponctuellement).

  • La phase préparatoire

Durant cette phase, les élèves effectuent un travail de recherche Le professeur constitue un groupe de 5 élèves de climatologues défendant le consensus, et un autre du même nombre constituant les climatosceptiques. Le professeur explicite aux 10 élèves concernés la forte asymétrie dans la réalité et le consensus prévalant dans la communauté scientifique tendant en rendre l’homme responsable du réchauffement climatique. Les deux groupes d’élèves, qualifiés de scientifiques experts prennent connaissance des deux théories scientifiques en opposition avec l’aide du professeur, afin de se forger une forme de culture scientifique et argumentative mobilisable dans la phase de mise en scène du conflit. Ils doivent ensuite préparer et approfondir leurs arguments. Dans cette situation fictive, le troisième groupe constitué du reste de la classe représente les publics. Ils préparent des questions destinées aux scientifiques experts sans autres directives de la part du professeur.

  • La phase de mise en scène de la controverse et de mise en débat

Un modérateur donne la parole aux groupes de scientifiques experts ou au public suivant sa volonté. Cette phase est filmée afin de pouvoir ensuite analyser des registres argumentatifs produits, par autoconfrontation à la vidéo. Le modeste dispositif expérimental a fonctionné correctement suivant le cadre proposé pour les deux premières étapes de recherche et de mise en scène, mais l’autoconfrontation aux vidéos des débats n’a pu être réalisée en raison d’un son inexploitable. Aussi la troisième étape a été remplacée par le visionnage des 20 premières minutes du film « Une vérité qui dérange » qui a pour objectif de permettre à chaque élève de construire sa propre opinion par la confrontation avec tous les points de vue exprimés. Le professeur n’est pas dans une position de juge faisant le tri entre le vrai du faux, mais il sert de révélateur de l’état des savoirs et des valeurs.

  • Evaluation du dispositif

D’un point de vue de la recherche, le processus propose de tester l’opérativité du modèle sociodidactique, à l’aide de quatre indicateurs : (1) la dynamique des échanges dans la classe (nombre d’élèves mobilisés, temps de prise de parole, ambiance générale) ; (2) l’amélioration des connaissances des élèves à propos du réchauffement climatique et de sa dimension politique (questionnaire avec comparaison à une classe témoin n’ayant pas eu ce type d’enseignement) ; (3) l’analyse argumentative d’un point de vue qualitatif des débats ; (4) évaluation de la capacité des élèves à comprendre la pluralité des dimensions épistémologiques et idéologiques (entretien ouvert avec des groupes de 4 à 5 élèves)

L’image ci-dessous est une copie du post-test d’un élève, choisie en fonction de sa représentativité.

questionnaireélèves

Figure 1 – Post-test d’un élève de 4e ayant suivi le dispositif

Crédit photo Scotto d'Apollonia Lionel
Crédit photo Scotto d’Apollonia Lionel

Synthèse des résultats et discussion

L’analyse de la dynamique des échanges fait ressortir qu’environ la moitié des élèves (tous rôles confondus) ont une implication dans les débats. Les échanges sont courtois et civils, aucune invective n’a été relevée, ce qui correspond à une situation de classe habituelle. Malgré une « bonne » implication, les questionnaires distribués aux 4 classes ainsi qu’aux quatre classes témoins font ressortir une très faible amélioration des connaissances. Les arguments mobilisés relèvent globalement du « copier-coller » d’informations glanées sur Internet. Le questionnaire fait apparaitre que pour les élèves, l’homme reste responsable du réchauffement climatique à cause de la pollution. Le GIEC reste un organisme peu et mal connu. Autrement dit l’efficacité du dispositif plus ludique que pédagogique semble faible en termes d’apprentissage et de sensibilisation.

Plus problématique, un exemple singulier mais potentiellement révélateur illustre les limites de la symétrisation des débats, voire son côté contreproductif par la création de doute. Un élève dont les évaluations sont excellentes qui jouait le rôle d’un climatosceptique vient m’interpeller un peu gêné en fin de séance : « En fait je ne suis pas totalement d’accord avec ce que j’ai dit je pense que c’est les hommes qui sont en partie responsables… mais fallait que je prouve le contraire ». Cet élève a joué le « jeu », et a exprimé clairement un argument qui est contraire à ce qu’il pense. Le dispositif a généré de la confusion chez cet élève. La symétrie telle qu’elle a été imposée dans les débats ne semble pas apporter d’éléments convaincants et s’avère potentiellement contreproductive. De plus, au stade du collège, il semble difficile de proposer un modèle d’enseignement rompant avec le contrat didactique, dans lequel le rôle de l’enseignant est de transmettre des savoirs scientifiques valides. Le fait d’aborder des discussions sur des savoirs en construction soumis à des incertitudes et controversés, bien qu’emportant l’adhésion des élèves, doit être pensé différemment. Il n’a pas été possible d’évaluer les conséquences sur le développement de l’esprit critique. De plus ce type d’enseignement n’a pas permis non plus d’améliorer la sensibilisation sur le plan politique. Si le bilan d’un tel dispositif est globalement pauvre, il ne doit pour autant laisser penser qu’enseigner les controverses conduit systématique à produire du doute. Il invite les acteurs de l’éducation à en faire autant et tester d’autres dispositifs supposés efficaces. Seul un effort rigoureux et généralisé d’analyse de démarches innovantes d’éducation aux problématiques climatiques avec ou non une entrée par les controverses permettra d’améliorer les connaissances et permettra de mettre au jour les difficultés rencontrées par les élèves.

Crédit photo Scotto d'Apollonia Lionel
Crédit photo Scotto d’Apollonia Lionel

Conclusion

En conclusion, cette démarche symétrisant les débats s’avère globalement négative et plus largement laisse penser qu’il n’est pas judicieux d’aborder frontalement les controverses climatiques au collège. Malgré cela, cette démarche contribue à nourrir la réflexion sur la façon dont la didactique peut aborder des objets épistémologiquement soumis à des incertitudes, de l’ignorance et des controverses dans un contexte où les dimensions politiques peuvent difficilement être occultées. Le débat concernant la question de la politisation des questions socialement vives est lui-même un sujet de controverses. L’école et par voie de conséquence les sciences de l’éducation se retrouvent confrontées à des questions sociales conflictuelles qui représentent un véritable défi pour la recherche qui judicieusement pourrait intégrer la question de sa portée sociale. En effet les évolutions des rapports sciences-sociétés et des questions scientifiques socialement vives favorisent le développement du courant des éducations à dans lesquels la question de la citoyenneté apparaît transversale. Les dernières réformes du ministère de l’Education nationale s’inscrivent précisément dans ce sens. Dans ce contexte, l’approche disciplinaire semble constituer un obstacle et invite à penser ces nouvelles formes d’enseignement de « science citoyenne », intégrant les questions sociales, d’éthiques et de responsabilité, dans un nouvel espace éducatif qui ne réifie par les effets de champs disciplinaires. Sur le plan épistémologique, aborder les questions climatiques à partir des courbes de Mann entraine une rupture implicite du contrat didactique qui apparaît contreproductif en classe de sciences. Le professeur de Sciences Physiques reste implicitement le détenteur de la vérité et il doit le rester car il faut veiller à ne pas dénaturer l’enseignement des sciences. En effet, au-delà du climat, ces questions comme celle de santé ou d’environnement ouvrent l’épineux débat concernant le relativisme épistémologique. La réflexion autour des questions socialement vives à mon sens aurait tout intérêt à faire l’objet d’un débat citoyen. Elle invite la recherche à penser des démarches pédagogiques attentives tout autant aux risques de dérives relativistes postmodernes qu’à la résurgence du dogmatisme scientifique. Pragmatique, il semble heuristiquement fécond d’aborder la didactique de l’épistémologie portant sur les questions socialement vives en intégrant les conséquences sociales de ses propres résultats et assumer sa part de normativité. Autrement-dit, il s’agit d’intégrer le tiers politique entre didactique et épistémologie. Ceci implique d’ouvrir des espaces sociaux de débats réflexifs et interdisciplinaires intégrant l’ensemble des acteurs de l’éducation, élèves, citoyens, politiques, personnels éducatifs et chercheurs. Sur le plan théorique, cette perspective de recherche consiste à questionner les conditions d’articulation épistémologique d’approches historiquement opposées que l’on retrouve sous différents vocables internaliste/externaliste, rationaliste/relativiste, naturaliste/constructiviste. Ce débat est l’objet de controverses dans les sciences sociales mais les conditions de son dépassement peuvent être posées de façon pragmatique. En effet une éducation à « l’esprit critique », autrement dit à « l’épistémologie » peut s’envisager comme une approche des incertitudes et des controverses de façon tout à fait rationnelle tout en intégrant la dimension du choix des actions politiques à mener.

Références

Albe, V. (2009). Enseigner des controverses. Rennes : coll. « Paideia », Presses Universitaires.

Albe, V. (2011). Changements climatiques à l’école : Pour une éducation sociopolitique aux sciences et à l’environnement, Education relative à l’environnement, Vol. 9, 2010-2011, pp. 95-116.

Chevallard, Y. (1997). Questions vives, savoirs moribonds : le problème curriculaire aujourd’hui. Communication au colloque Défendre et transformer l’école pour tous. Marseille, 3-5 octobre 1997

Chomsky, N. (2013). La civilisation peut-elle survivre au capitalisme?, Article publié en ligne le 5 mars2013 consulté le 2 août 2014 sur le lien suivant : http://www.noam-chomsky.fr/la-civilisation-peut-elle-survivre/

Dahan, A. (2014). L’impasse de la gouvernance climatique globale depuis vingt ans. Pour un autre ordre de gouvernementalité, Critique internationale, 2014/1 N° 62, p. 21-37.

Hess, D. (2005). How do teachers’ political views influence teaching about controversial issues? Social Education, vol. 69, 47-48.

Hess, D. (2009). Controversy in the Classroom: The Democratic Power of Discussion. New York USA: Routledge.

Kolstø, S. (2005), Assessing the science dimension of environmental issues through environmental education. In E. Johnson & M. Mappin, (Eds.), Environmental Education and Advocacy. Changing Perspectives of Ecology and Education, Cambridge: Cambridge University Press, pp. 207-224.

Lahsen, M. (2013). Anatomy of Dissent: A Cultural Analysis of Climate Skepticism, American Behavioral Scientist, 57(6), p. 732-753.

Latour, B. (2011). Nous construisons des outils pour évaluer la recherche, La Recherche, n° 456, octobre 2011, 76-79.

Mann, M. E., Bradley R. S. & Hughes M. K. (1998). Global-scale temperature patterns and climate forcing over the past six centuries, Nature, 392(6678), p. 779-787.

Mann, M. E., Bradley R. S. & Hughes M. K. (1999). « Northern Hemisphere Temperatures During the Past Millennium: Inferences, Uncertainties, and Limitations », Geophys. Res. Lett., 26, n° 6, p. 759-762.

Merton, R., K. (1937). The sociology of knowledge, Isis, vol. 27, p. 493-503.

Oreskes, N., Conway, E. M. (2012 [2010]). Les marchands de doute, Paris : Editions Le Pommier.

Raynaud, D. (2003). Sociologie des controverses scientifiques. Paris : Puf.

Sadler, T. D. (2009). Controversy in the Classroom: The Democratic Power of Discussion, by Diana E. Hess, Book reviews. Science Education, 94, 760-762.

Scotto d’Apollonia, L. (2012). « Que peut apporter la sociologie des controverses scientifiques à l’enseignement des controverses ? », in Acte du colloque International « Sociologie et didactique vers une transgrétion des frontières 13-14 septembre 2012 Lausane. [Disponible en ligne], < https://www.hepl.ch/cms/accueil/formation/unites-enseignement-et-recherche/agirs-acteurs-gestions-identites/actualites/colloque-sociologie-et-didactiqu/demande-sociale-du-savoir-et-cur/pour-une-approche-sociodidactiqu.html>.

Scotto d’Apollonia, L. (2014). Les controverses climatiques : une analyse socioépistémique, Thèse de doctorat, Université Paul-Valéry Montpellier 3, consultable en ligne sur le lien suivant : https://univ-montp3.academia.edu/LionelScottoDapollonia

Scotto d’Apollonia, L. (2015). « Le « mille-feuille discursif » des controverses climatiques », RUSCA, MSH-M, n°7.

Simonneaux, L. (2003). L’argumentation dans les débats en classe sur une technoscience controversée, Aster, n° 37, p. 189-214.

Tutiaux-Guillon, N. (2006). Le difficile enseignement des « questions vives » en histoire-géographie. In Legardez A. et Simonneaux L. (Eds.), L’école à l’épreuve de l’actualité, enseigner les questions vives. Issy-les-Moulineaux, ESF, pp. 119-135.

Urgelli, B. (2009). Logiques d’engagement des enseignants face à une question socioscientifique médiatisée: le cas du réchauffement climatique. Thèse de doctorat de didactique des sciences, sciences de l’information et de la communication. PRES-Université de Lyon, 359 p.

Venturini, T. (2010). Diving in magma: how to explore controversies with actor-network theory. Public Understanding of Science, May 2010, vol. 19, no. 3, 258-27.

[1] L’empowerment éducatif vise à conduire les élèves à prendre une forme de pouvoir politique, en leur apprenant et en leur donnant les moyens de devenir acteur à part entière de la démocratie dite participative.

L’ANTHROPOSTREAM : LE CLIMAT, L’ANTHROPOCENE ET LA DEMOCRATIE.

 

 

Les canons de la communication  nous apprenne à rendre une information claire concise et lisible par le plus grand  nombre.

Les posters, éléments de médiation d’un autre temps, n’échappent pas à cette règle.

Voici donc ci-dessus un anti-poster.

Il est en format originel en A0, et a été présenté lors des 6° journée épistémologie à Montpellier.

Il est peu lisible, n’attire pas du tout le regard, personne n’a envie de lire et pourtant il regorge de résultats tous aussi percutants les uns que les autres.

De toute façon rien ne sert de s’appliquer à mettre en forme les informations scientifiques, si comme l’auteur vous n’avez pas la chance de bénéficier des bons réseaux et des canaux appropriés pour communiquer vos résultats.

L’histoire peut-être les retiendra.

Vous pouvez réagir librement aux résultats de cette recherche concernant l’Anthropocène qui s’inscrit dans une analyse plus générale des controverses socioscientifiques à l’aide d’un cadre d’analyse réflexif spécifique dont le développement à commencer avec mon travail de thèse et visant à articuler différents courants: l’épistémologie, l’histoire des sciences, la sociologie des sciences et la linguistique.

Ces résultats s’appuient sur une méthodologie originale découlant de ce cadre visant à conceptualiser les controverses socioscientifiques comme un « mille-feuille discursif », c’est à dire un espace multidimensionnel constitué du In, des aspects visibles des débats dans les différents espaces de médiation et du Off, de l’interdiscursif c’est à dire des jeux d’acteurs et d’arguments (pour reprendre les termes de Francis Chateauraynaud) relevant d’espaces privés.

L’article qui suit est le premier d’une plus longue série. Il revient sur les origines conceptuelle et lexicale de l’Anthropocène. Non seulement le concept, tel qu’il est posé par Stoermer et Crutzen est ambigu, mais qui plus est le terme « Anthropocène » est antérieur à leur publication. Il est la traduction du terme « антропогена » initialement traduit par « anthropogène » puis par l’Académie des Sciences d’URSS en 1960 par « anthropocene » pour une pour une raison simple: l’usage rapproché de « Pliocene », « Holocene » et « Anthropocene » recommandait d’homogénéiser les suffixes.

L’épistémologie « molle » de l’Anthropocène

A venir….

Les ambiguïtés originelles de l’Anthropocène 

Résultat de recherche d'images pour "anthropocene"
Crédit photo: Nature

Les mots ne sont pas des concepts. Cette partie s’attache à retracer l’historicité du concept d’Anthropocène ainsi que sa genèse lexicale. En 2017 dans la littérature, ce concept est attribué à Paul Crutzen et Eugène Stoermer (1&2) par la publication d’un article dans la Newsletter du programme sur la biosphère (International Geosphere-Biosphere Program, IGBP) qui s’est déroulé entre 1986 et 2015. Ce programme portait sur l’analyse du phénomène du changement global et de l’influence humaine sur la régulation du système Terre notamment par l’analyse des cycles du carbone, de l’azote, du soufre, de l’eau et du phosphore. Crutzen a popularisé en 2002 le concept d’Anthropocène par la publication d’un article dans la revue Nature (3).

Sur le plan conceptuel:

l’Anthropocène s’insère dans une longue série de travaux débutant vers la fin du XIXème siècle visant à analyser l’influence humaine à l’échelle planétaire sous le vocable de « psychozoic era » (4) ou encore « l’ère anthropozoïque » (5) (figure 1). Le concept d’Anthropocène n’a rien de véritablement nouveau et s’inscrit dans la continuité des travaux développés dans les années 1920 notamment par le géologue russe Vladimir Vernadsky (6) concernant le concept de « biosphère » et que l’on retrouve aussi sous le vocable de « noösphere » (7) dans les travaux du jésuite français Pierre Teilhard de Chardin et du philosophe mathématicien Edouard Le Roy inspirés de la philosophie de Henri Bergson (8). Ces concepts sont très proches et développés par différents chercheurs du monde entier étaient étroitement liés aux questions portant sur le climat et se discutaient dans des programmes de recherche. L’écologiste américain William Clark dirigeait un projet de recherche interdisciplinaire novateur intitulé « Ecologically Sustainable Development of the Biosphere », dans lequel étaient impliqués James Lovelock et Paul Crutzen. James Lovelock est à l’origine avec sa collègue Lynn Margullis de la théorie de Gaïa (9) qui a connu un réel succès, largement reprise notamment par Isabelle Stengers (10), puis par Bruno Latour (11).

Il existe une ambiguïté originelle profonde concernant les échelles de temps géologiques « flottantes » sur lesquelles se définit l’Anthropocène en tant qu’une « époque » ou qu’une « ère » (1 & 3).

Pour Crutzen et Stoermer il est pertinent d’introduire le « nouveau » terme « Anthropocène » pour définir l’influence humaine considérée comme une force tellurique à part entière en le définissant comme une nouvelle « époque » géologique qu’ils situent initialement vers la fin du XVIIIème siècle et la création de la machine à vapeur (12). Il existe une ambigüité originelle profonde portant précisément sur des échelles de temps « flottantes » sur lesquelles se définit l’Anthropocène en tant qu’une « époque » ou qu’une « ère » (1&3). Les débats actuels portent donc principalement sur son point de départ, actuellement reconsidéré après la seconde guerre mondiale et sur l’objectivation (13) par l’analyse sédimentaire de l’impact anthropique sur le système Terre.

Sur le plan linguistique:

l’usage du terme « Anthropocène » remonte bien avant les années 2000. Dans un article signé par Will Steffen, Jacques Grinevald, Paul Crutzen et John McNeill, Stoermer rappelle qu’il utilisait le terme dans les années 1980 mais qu’il ne l’avait pas réellement formalisé avant que Crutzen ne le contacte : « I began using the term “anthropocene” in the 1980s, but never formalized it until Paul contacted me » (14).

Le terme « антропогена » a été traduit par celui d’« Anthropocene » dans les Rapports de l’Académie des sciences d’URSS au moins à partir des années 1960. 

Un article (15) publié dans Nature attribue une occurrence du mot anthropocène à un ami de Vernadski, Alexi Petrovich Pavlov à l’origine du terme « антропогена » (16) dont la traduction est « anthropogène ». L’ouvrage cité en référence est en réalité une traduction des années 1970 (17) du russe vers l’anglais. Restitué dans son contexte historique, il semble qu’il s’agisse d’une confusion dans la traduction du terme « антропогена » par le terme « anthropocène » au lieu du terme anthropogène. Le terme « Anthropogène » est apparu dans la littérature russe dans les années 1930 (18). Il désigne en fait la période Quaternaire, dénomination abandonnée par les scientifiques soviétiques au profit de l’« Anthropogène » (19) qui ont rejeté le concept d’une période. Cependant, le terme « антропогена » a aussi été traduit par celui d’« Anthropocene » dans les Rapports de l’Académie des sciences d’URSS de 1960 (20). La raison en est simple : l’usage rapproché de Pliocene, Holocene et Anthropocene recommandait d’homogénéiser les suffixes. Sur le plan lexical le terme « Anthropocène » est donc antérieur à la publication de Stoermer et Crutzen et ne peut donc leur être attribué.

Remerciements

Je tiens à remercier chaleureusement Dominique Raynaud qui m’a apporté une aide précieuse  dans mes recherches notamment concernant les origines lexicales de l’Anthropocène.

http://upmf-grenoble.academia.edu/dominiqueraynaud

Je tiens à remercier tout aussi chaleureusement Jacques Grinevald ayant participé à l’enquête et apporté des informations précieuses concernant l’historicité du concept d’Anthropocène.

https://www.institutmomentum.org/author/jacques-grinevald/

Je tiens encore à remercier tout aussi chaleureusement Francis Chateauraynaud et Josquin Debaz qui ont contribué à nourrir ma réflexion au cours de nombreux débats.

http://www.gspr-ehess.com/

Bibliographie

(1) P.  Crutzen, E. Stoermer, « The ‘Anthropocene’», Global Change. IGBP Newsletter, 2000, 41, p. 17‐18

(2) Une recherche effectuée le 8 octobre 2016 sur Web of Science indique que l’article publié dans Nature est cité 611 fois, alors que celui cosigné avec Stoermer est cité seulement 12 fois.

(3) P. Crutzen, « Geology of mankind», Nature, 3 janvier 2002.

(4) Le premier est celui de « psychozoic era » de Joseph LeConte (Elements of Geology, 1877, 269)

(5) Attribué à l’abbé Stoppani P. Crutzen, E. Stoermer, « The ‘Anthropocene’», Global Change. IGBP Newsletter, 2000, 41, p. 17‐18. La recherche sur Ngram Viewer montre que les premières occurrences de антропогена sont des traductions des termes « psychozoic era » ou « psychozoic era »

(6) I. Vernadsky, Biosphere and Noosphere. Am. Sci. 33, 1–12 (1945).

(7) Vernadsy, Theilard de Chardin et Leroy se sont fréquentés à Paris dans les années 1920. Bien que la notion de Biosphère et noosphère soient proches, cette dernière correspond à une vision idéaliste de la noosphère du jésuite français Teilhard de Chardin et Leroy réifiant une la dichotomie homme-nature contrairement à Vernadsky. Pour plus de détails voir Jacques Grinevald : http://humanitesenvironnementales.fr/fr/les-ressources/les-grands-entretiens?page=2#prettyPhoto/0/ (lien consulté le 8 décembre 2016)

(8) Bergson, H. (1907),L’Evolution créatrice, Paris, Librairie Félix Alcan. (rééd. PUF), 1907.

(9) J. Lovelock, L. Margulis, « Atmospheric Homeostasis by and for the Biosphere. The Gaia Hypothesis », Tellus, 26, 1974, p. 1-10.

(10) I. Stengers, Au temps des catastrophes, Paris : Les empêcheurs de penser en rond, La découverte, 2009.

(11) B. Latour, Face à Gaïa, Paris, Les empêcheurs de penser en rond-La Découverte, 2015.

(12) Revenant sur la publication de Crutzen dans Nature, Grinevald considère que faire débuter l’Anthropocène avec le brevet de la machine à vapeur : « pour un historien cela ne tient pas la route, pour un historien des techniques c’est presque une stupidité, c’est anachronisme, une machine à vapeur ne fait pas plus la révolution industrielle, pas plus qu’une hirondelle fait le printemps ». Lien consulté le 10 décembre 2016 : http://humanitesenvironnementales.fr/fr/les-ressources/les-grands-entretiens?page=2#prettyPhoto/0/

(13) W. Steffen, et al., « Stratigraphic and Earth System approaches to defining the Anthropocene », Earth’s future, Volume 4, Issue 8, August 2016, pp. 324–345.

(14) W. Steffen, J. Grinevald, P. Crutzen, J. McNeill, « The Anthropocene: conceptual and historical perspectives», in Philosophical Transactions of The Royal Society A Mathematical Physical and Engineering Sciences, 369(1938):842-67, March 2011.

(15) S. L. Lewis, M. A. Maslin, “Defining the Anthropocene”, Nature, 12 mars 2015, Vol. 519, p. 171

(16) La première occurrence du mot « anthropogène » est attribuée à A. Pavlov en 1925 publié dans une revue anthropologique russe : « РАННИЙ НОВОКАМЕННЫЙ ВЕК. Новый отдел четвертичного периода антропогена ознаменовался дальнейшим сокращением льдов, еще державшихся в средних частях Скандинавии, и опусканием суши, соединявшей южную … », Русский антропологический журнал: – Numéros 14 à 18 – Page 40

Une autre source qui n’a pu être consultée indique 1922, qui correspondrait au titre : Павлов, Ледниковые и межледниковые эпохи Европы в связи с историей ископаемого человека, Академическая речь, 1922.

(17) E. V. Shantser, “The Anthropogenic System (Period)” in Great Soviet Encyclopedia Vol. 2 (ed. Prokhorov, A. M.) 139–144 (New yorkMacmillan, 1979)].

(18) Référence1 : Ф. Ф. Мужчинкин. Опыт сопоставления антропогена Узбекистана». Там же. 10. В. В. Цинзерлинг. Орошение на АмуДарье. Ташкент, 1925. с взрослой особью, которая из такого яйца развилась, бросается в 1936 …

Consultable en ligne sur GoogleBook : Землеведение – Volume 37 – Page 132.

Référence 2 : В том-то все и дело, что оледенения и межледниковые жаркие фазы являются ведущими геологическими событиями не только антропогена, но и всех преды дущих геологических периодов и эр, — вечно на земле существовали …

Consultable en ligne sur GoogleBook : Труды – Volumes 26 à 31 – Page 61

Центральный научно-исследовательский геолого-разведочный институт (Ленинград, Р.С.Ф.С.Р.)

(19) T. Nilsson, The Pleistocene. Reidel, Dordrecht, p. 23-4, 1983.

(20) Résultat issu d’une recherche sur Ngram (cf. tableau 1) et d’un basculement sur GoogleBooks sur la période indiquée :

Décloisonner les savoirs un pari réflexif impossible pour la recherche?

Un défi: Construire ensemble une société de savoirs partagés – Assises Sciences-Sociétés

Montpellier, 3-5 juillet 2017

 Résultat de recherche d'images pour "sciences sociétés"

Il existe des défis difficiles à relever… mais nul n’étant tenu à l’impossible un groupement de chercheurs et de membres associatifs se donnent comme mission de relever ce défi.

Résultat de recherche d'images pour "ils ne savaient pas que c'était impossible alors ils l'ont fait"

Participer à ces premières Assises pour construire ensemble une société de savoirs partagés.

Afin de préparer ces assises qui se tiendront à Montpellier du 3 au 5 juillet 2017,  le GDR PARCS et les Artivistes ont organisés la première journée de rencontre e 15 février au Gazette Café de Montpellier qui visait à faire émerger les attentes de la « société civile » et définir les critères de réussite des assises.

Une analyse reflexive est en cours de finalisation et cette page propose plus généralement des éléments d’informations concernant l’organisation de cet évènement porté par la MSH SUD de Montpellier et avec de multiples partenaires de la recherche et du monde associatif.

Le texte de référence

Dans nos sociétés contemporaines, les sciences et les techniques conditionnent nos façons de voir et de savoir. Climat, données numériques, santé, biodiversité, démocratie, développement, économie, arts, patrimoines… sont autant d’exemples de domaines qui mobilisent les citoyens à l’interface Sciences-Sociétés. Réalité aussi riche que complexe, ces interactions entre le monde de la recherche, les citoyens, les associations, les entreprises, ou encore les élus impliquent de forts enjeux sociaux, environnementaux, et plus globalement éthiques. Véritable champ d’innovation, elles demeurent cependant mal connues et traversées par des lignes de tension.

Les Assises Sciences-Sociétés de juillet 2017 réuniront tous ces acteurs afin accroître la visibilité de leurs actions, identifier les obstacles et les pistes de solution pour un dialogue constructif entre savoirs d’origine différentes, développer des coopérations équilibrées, et renforcer ainsi le rôle de l’innovation dans le progrès social.

A SUIVRE…..

De l’éthique du Street Art dans un design participatif

colloque-bioart-affiche-724x1024

L’éthique dans l’expérience Artivistes

Colloque International Ethique et BioArt

Au Musée Fabre à Montpellier 29 et 30 nov. 2016

Les Ateliers Artivistes braquent leur lunette analytique sur l’ensemble des dispositifs participatifs de rue qu’ils créent.

En s’appuyant notamment sur le dernier en date qui s’est déroulé le 5 novembre 2016 au zoo du Lunaret de Montpellier, Lionel Scotto d’Apollonia a présenté un work in progress interrogeant l’éthique comme un marqueur de l’évolution de la démocratie dite participative.

14991950_329883367370468_5078171110817644295_n

musee-fabre-logo

L’occasion de présenter les art’ions de l’association et du prisme analytique notamment pour la rédaction de la première charte citoyenne sur la « Biodiversité et l’Art de vivre ensemble ».

imge-youtube-artiviste

Document de présentation

colloque-bioart-dosias-perla-d-_scotto-dapollonia-l-_nov-2016

Texte de présentation de la communication

L’une des spécificités d’Eduardo Kac, l’un des artistes incarnant le bioart est de privilégier les aspects communicationnels permettant ainsi de penser différemment la relation entre le spectateur et l’œuvre et dans ses prolongations politiques, l’éthique de l’art. L’originalité de notre présentation vise à apporter des éléments de réflexions sur un projet questionnant à partir des questions climatiques la place du spectateur/citoyen transformé en Artiviste à partir de manifestation autour du Street Art. La force du projet est d’intégrer le regard analytique de la recherche, chaque action devenant un révélateur au sens photographique de l’éthique communicationnelle et de l’éthique environnementale considérée dans le prisme du politique et de la démocratie. L’œuvre d’art n’est plus seulement le vecteur politique d’une dénonciation ou d’une réflexion mais un moyen pour questionner la place du citoyen dans la cité dans une visée praxéologique. Inspiré de l’esprit de Jean Vilar et de Keith Haring, ce projet Artiviste permet au citoyen d’exprimer son point de vue à partir de réflexion sur les œuvres librement créées par les artistes sur un thème choisi. Dans une perspective habermassienne, ces expériences Artivistes permettent de porter un regard original sur l’éthique de la communication avec la visée critique d’être aux services de « bonnes finalités » celles des attentes citoyennes.

A partir de la présentation de notre projet Artiviste nous vous proposons d’ouvrir un espace de réflexion en comparant les dimensions éthiques qui accompagnent le projet bioartistique et Artiviste. La confrontation qui se dessine entre la bio-technique et un art reproductible comme le Street Art n’est pas conflictuelle dans le rapport entre l’œuvre et sa reproductibilité, mais au sein de l’œuvre, entre l’acteur et un système de captation reproductible. Le pouvoir de fascination que crée cette instrumentalisation de l’Homme par la technique et que le spectateur peut ressentir (Benjamin, 2013 [1955]) est une source de questionnement heuristiquement fécond. L’expérience artistique des spectateurs, quelle soit source d’effroi devant le clone virtuel que lui renvoie son image sur l’œuvre d’art ou source de questionnement, permet de repenser l’éthique considérée sous différentes facettes. A partir de ces expériences Artivistes, le prisme analytique de la construction de l’intersubjectivité de l’ensemble des acteurs (artistes et spectateurs) permet de questionner transversalement ce que les rapports de l’Homme à la Nature et à sa nature révèlent de nos éthiques contemporaines. La comparaison des bio artistes / Street Artistes s’insère dans un rapport de force dialogique entre fascination et réflexion à la fois sur les enjeux de la biologie ou ceux environnementaux. Ces éléments de réflexions pourront ainsi s’ouvrir plus généralement sur l’éthique de la responsabilité citoyenne, fondement de toute démocratie où force est de constater qu’il reste encore difficile de faire entendre sa voix.

 

Bibliographie

Benjamin, W. (2013 [1955]) L’Œuvre d’art à l’époque de sa reproductibilité technique (1939), traduit par Frédéric Joly, préface d’Antoine de Baecque, Paris, Payot, coll. Petite Bibliothèque Payot.

 

Lionel Scotto d’Apollonia, Sociologue des sciences, sous directeur GDR PARCS, chercheur rattaché au LIRDEF Université Montpellier. Sa thèse a porté sur une analyse socioépistémique les controverses climatiques, il co-pilote le projet Artiviste dans sa dimension recherche action participative. lionel.scotto@fde.univ-montp2.fr

Davia Dosias-Perla, Consultante et experte en environnement, bénéficiant d’une double formation en Sciences de l’environnement et Philosophie. En recherche d’un financement pour sa thèse, elle est Présidente de l’association Artivistes et créatrice du projet qu’elle co-pilote dans ses dimensions politiques et développement des territoires. Elle est également membre du GDR PARCS. davia.dosias.perla@live.fr

 

ARTIVISTES AU COLLOQUE INTERNATIONAL SUR L’ETHIQUE ET LE BIOART_ NOVEMBRE 2016 

[…] . Inspiré de l’esprit de Jean Vilar et de Keith Haring, ce projet Artivistes  permet au citoyen d’exprimer son point de vue à partir de réflexion sur les œuvres librement créées par les artistes sur un thème choisi… […]

proporeflechirsition-communicat
ion-artivistes-dosias-perla-scotto-dapollonia

Nous sommes très fiers de pouvoir échanger dans le cadre du Colloque international sur l’Ethique et le Bioart  http://ethiquecontemporaine.org/?page_id=296

colloque-bioart-affiche-724x1024

Paris championne du monde du climat?

Crédit photo: Davia Dosias Perla

Une conférence citoyenne pour le Climat

Lionel Scotto d’Apollonia est intervenu pour le compte de la Mairie de Paris dans une conférence de citoyen le dimanche 25 septembre 2016 en vue de la rédaction d’une charte pour le nouveau plan Paris Climat 2015.

L’IFOP organisant cette conférence a eu en charge notamment la construction d’un panel de citoyen ayant vocation d’être représentatif des parisiens. L’intervention de Lionel Scotto d’Apollonia en tant qu’expert visait à apporter un regard sociologique réflexif sur les questions climatiques. C’est donc à Paris, rue des blancs manteaux dans un lieu pour le moins agréable, la Maison des acteurs du Paris durable que l’intervention de Lionel Scotto d’Apollonia cloturait clôturait un weekend de formation citoyenne.

En d’autres termes les 20 citoyens parisiens ont été réuni  pour être informés sur les enjeux liés à la mobilisation du public en faveur d’une ville plus durable, puis pour débattre avec des porteurs d’intérêt de leur choix, et enfin pour rédiger une charte paris climat ifop 8 octobre 2016 sur le sujet, qui sera rendue publique et remise à l’exécutif parisien.

C’est ainsi que Lionel Scotto d’Apollonia a été invité en qualité d’intervenants et représentait notamment le GDR PARCS au cœur de cette conférence citoyenne.

Crédit photo: Davia Dosias Perla

Des solutions?

A la question : « Quelles sont les solutions ? », Lionel Scotto d’Apollonia s’est empressé de souligner les actions menées à travers l’Atelier Climatique Citoyen: « Ici nous ne savons pas bien, mais dans le Sud nous en avons. ». La province peut venir éclairer la ville lumière. L’ Atelier Climatique Citoyen qui a reçu le soutien ponctuellement du ministère malgré l’exercice de fin de mandat représente une véritable opportunité pour trouver des solutions. Reste à définir dans quelle mesure l’organisation de conférence citoyenne peut avantageusement s’articuler avec la méthodologie de l’Atelier Climatique Citoyen véritable outil multi-acteurs visant à mobiliser un plus large public.

ifop

Avec l’accord de l’IFOP une enquête complétera la façon dont les citoyens de ce panel ont vécu cette expérience unique pour laquelle ils ont reçu un défraiement.  La suite des aventures de la Charte citoyenne qui passera en conseil auprès de la Mairie de Paris : restez par ici … votre carnet Réflexivités Environnementales  se penche sur la question !

LA PREMIÈRE CHARTE CITOYENNE SUR LA BIODIVERSITÉ ET L’ART DE VIVRE ENSEMBLE

plaquette-artiviste-invitation-charte

Conjuguer enjeux sociaux et environnementaux

L’association Artivistes-atelier est à l’origine de la rédaction de la première charte citoyenne portant sur la Biodiversité et l’Art de Vivre Ensemble. Il s’agit de construire à l’aide des outils de la recherche action participative une charte conjuguant les attentes sociales et celles sur la préservation et la conservation de la biodiversité.

La prise en compte citoyenne de la biodiversité sur le territoire de Montpellier et plus largement la région Occitanie s’articulent autour de plusieurs grands enjeux. Notre territoire est très hétérogène et s’ouvre à la fois sur la Méditerranée, les Pyrénées ou encore dans l’arrière pays sur les massifs cévenols. Il s’agit donc d’intégrer l’hétérogénéité de notre territoire afin de mieux connaitre ces spécificités, sa diversité, ses richesses et les conditions de leur exploitation agricole ou industrielle avec en point de mire les aspects touristiques. Aussi cette charte conçue comme un outil vise à ressembler l’ensemble des citoyens autour du thème de la biodiversité et de l’art de vivre ensemble. Mêlés les intérêts des différents secteurs économiques comme le tourisme, l’agriculture, la sylviculture, la viticulture, tout en redonnant du sens au vivre ensemble permet à la fois une meilleure prise de conscience des enjeux écologiques et sociaux. Dans cet esprit de partage, de réflexion, d’appropriation des problèmes sociaux et écologique, la charte Citoyenne Biodiversité et Art de Vivre Ensemble vise à décloisonner ces enjeux et mettre en lumière les diversités culturelles et naturelles. Changer de regard sur nous pour changer de regard sur notre environnement dans un jeu de miroir kaléidoscopique tel est l’objectif affiché de notre, de votre charte Citoyenne Biodiversité et Art de Vivre Ensemble.

14705198_1161827937218110_5758758340217798656_n

Une Charte comme un outil citoyen

La Charte Citoyenne de la « Biodiversité et de l’Art de vivre ensemble » a vocation d’être un outil de communication et vise à mettre en
cohérence les actions entre les différents acteurs, citoyens, politiques, chefs d’entreprises, chercheurs, impliqués sur notre territoire. Elle est intégrable et déclinable dans des actions concrètes et des projets voyant le jour sur le territoire (exemple : réaménagement urbain d’un quartier, création d’un écoquartier,
rénovation d’un site patrimonial naturel fréquenté, etc.) et au sein des structures territoriales, associatives, privées oeuvrant sur cette
thématique.
L’adhésion à cette charte nécessite à la fois une volonté de protéger la biodiversité et les milieux naturels de nos territoires tout autant que de répondre aux attentes citoyennes. Les signataires s’engagent à mettre en pratique des actions reconnaissant l’importance de lier les enjeux sociaux et ceux liés au patrimoine naturel et de la biodiversité pour un développement durable et équilibré. La finalisation de la rédaction de la charte doit permettre de définir de façon collaborative les stratégies partagées pour la préservation de la biodiversité, du patrimoine naturel et de l’Art de vivre
ensemble autour de cinq thématiques identifiées préalablement :
(1) Préservation (2) Changement (3) Engagement (4) Communication (5) Savoirs

Les différentes étapes de rédaction de la charte

noon-entree

Etape 1  Village Artivistes 5 novembre 2016: Salon de l’écologie au Zoo du Lunaret de Montpellier

imge-youtube-artiviste

Même les girafes ont adoré! Sans conteste et de l’avis de tous comme nous l’a dit si gentiment Cindy Méjean chargé de mission zoo à la mairie de Montpellier le coup de cœur du Salon de l’écologie 2016 a été ARTIVISTES.

Nous vous proposons un petit retour sur cette journée sensible humaine d’échanges et de débats tout en Art et réflexion sur la Biodiversité et l’Art de vivre ensemble.

Noon sur le mur de la façade d’entrée du zoo

14991950_329883367370468_5078171110817644295_n
Crédit photo: Davia Dosias Perla

Les visiteurs dès leur arrivée au zoo ont été interpellé par l’oeuvre de Noon revisitant magistralement le Mur Kaki du Zoo du Lunaret devant les regards malicieux et curieux des passants.

Sébastien Hoebrechts journaliste au Midi Libre,  Luc Gomel, le directeur du Zoo (que nous remercions chaleureusement pour son accueil aussi chaleureux qu’humain tout au long du week-end)  accompagnés de  Cyndie Méjean ont assisté au collage de Noon balisant dès l’entrée le parcours Artivistes auquel les visiteurs ont été invités.

noon-collage
Crédit photo: Davia Dosias Perla

Voici Noon en train de préparer le collage de son oeuvre tout en sensibilité et délicatesse. Un peu de colle, un pinceau, sans escabeau et le tour est joué. Un peu de colle, un pinceau, sans escabeau et le tour est joué.

14980762_10209149484267568_2002780477897836202_n
Crédit photo: Davia Dosias Perla

Une balade sensible interpellant les visiteurs

img_6560
Crédit photo: Artivistes

Dans le cadre des Festi’versités du Salon de l’Ecologie les visiteurs ont pu suivre le parcours Artivistes jusqu’à la Tour du Zoo où se trouvait notre stand. Sur ce parcours fléché entre guépards, rhinocéros et nos girafes, nos artistes ont crée des œuvres originales au gré de leur libre inspiration invitant les visiteurs curieux à discuter du thème du salon: « la biodiversité et l’Art de vivre ensemble ».

Zoulette: l’abstraction épurée de la perte de biodiversité

Zoulette et son moment de tendresse et d’abstraction pour illustrer l’art de vivre ensemble au cœur de la biodiversité …et commencer à interpeller les visiteurs.

Crédit photo: Sebrayvhi

Mara: Blind human nature

Monumental 3 mètre par 2,5 tout simplement, fondu dans le décor avec sa musique en fond de réalisation, Mara était à votre l’écoute des passants, des grands, des petits, des curieux, des joggeurs. Rires, échanges, simplicité, accueil, une petite pause pour les citoyens avant le village Artivistes, plus loin en montant vers la Tour.

14705198_1161827937218110_5758758340217798656_n
Crédit photo Mara

Mara a su mettre en mouvement la réflexion et questionner la nature humaine. L’absence de visage comme une incarnation végétale d’une prise de conscience qui peine à se déployer.

14639720_1179711085437999_2636412345744381000_n
Crédit photo : Artivistes

Sunny Jim: le réveil planétaire des consciences

sunny-eco
Crédit photo Jean claude Granier

Un Sunny Jim pour le moins inspiré sortant des sentiers battus et de ses habitudes esthétiques. Une oeuvre accrocheuse, bouleversante, révélant l’urgence de penser l’écologie avec délicatesse et puissance…What else?

Les visiteurs curieux, ébahis, étonnés, intrigués,  étaient invités à poursuivre leur visite jusqu’à notre village Artivistes au cœur du zoo juxtaposant les girafes, fières de participer elles aussi à ce moment de réflexion aussi convivial que chaleureux.

Rendre sensible et interpeller les citoyens les questions liants enjeux sociaux et environnementaux

img_6588
Crédit photo: Artivistes

C’est donc à la Tour de La Valette que notre stand coloré offrant café, croissants, gâteaux, jus de fruit, …  BREF … invitant au partage que les visiteurs ont pu participer à la création de l’oeuvre de CSSJPEG et poursuivre les discussions autour des enjeux liant les questions portant sur la nature, notre environnement, la conservation et la perte de Biodiversité et les enjeux sociaux. Porter un regard différent sur nous à travers une réflexion sur la nature voilà le thème que nous souhaitions mettre en débat.

Voir un moment de partage avec le public

14947827_329737784051693_7449791011959318557_n
Crédit photo: Artivistes

Notre ami et Artiviste STdsgn a participé depuis le Brésil !

14925255_1216634795041744_6925549980394616567_n
Crédit photo: Artivistes

Le stand Artivistes: Bienvenue au « village » de l’Art, du Vivre ensemble et de la Biodiversité…

img_6586
Crédit photo: Artivistes

L’errance artistico naturaliste touchant sa fin …  les curieux venaient prendre part aux échanges, réflexions et moments de vie au cœur de notre petit village Artivistes ….

img_6578
Crédit photo: Artivistes

Un stand pour les grands et les petits

img_6573
Crédit photo: Artivistes

La Marelle pour les petits et les grands —> coloriages et dessins sur le thème « Alors …. c’est quoi TA biodiversité ?«  —> espace café / goûter pour les gourmands et plus timides –> espace adhésion et informations pour les futurs Artivistes et stagiaires (Oui oui oui de nouvelles têtes embarquent dans l’aventure !)

———–> un atelier de réflexion et de rédaction sur un support original , minéral et immaculé … de la PREMIÈRE CHARTE CITOYENNE DE LA BIODIVERSITÉ ET DE L’ART DE VIVRE ENSEMBLE de Montpellier!

L’atelier participatif de la charte citoyenne de la biodiversité et l’art de vivre ensemble

C’est à partir de fleurs minérales faites à base de galets blancs que les visiteurs ont été librement invités à rédiger l’ébauche de la charte.

img_6598
Crédit photo: Artivistes

Etape 2: Atelier préparatoire rédaction: GAZETTE CAFE Montpellier Jeudi 15 décembre 2016

atelier-preparatoire-charte-gazette-cafe

Après avoir interpellé les girafes du  Zoo du Lunaret, les étudiants de l’Université de Montpellier, la Mairie de Paris et les habitants du territoire de Montpellier ….. Nous pouvons avec vous continuer de passer à l’action sur le territoire avec la totalité des acteurs de la Biodiversité et de l’Art de vivre ensemble !

Etape 3: courant 2017: Nouvelles rencontres citoyennes et finalisation rédaction de la charte

L’Atelier Climatique Citoyen

Regard de la recherche Ingénierie climatique Offre de service
Atelier Climatique Citoyen – Regard de la Recherche Action Participative – V01  Atelier Climatique Citoyen – Ingénierie – V05  Atelier Climatique Citoyen – Offre de service – V04

plaquette Atelier Climatique Citoyen recto VF

BESOIN IDENTIFIE D’OUTIL PARTICIPATIF CITOYEN CONCERNANT LE PLAN NATIONAL D’ADAPTATION AU CHANGEMENT CLIMATIQUE

Les perspectives ouvertes après l’accord de Paris sur le climat de la COP21 vont dynamiser les politiques d’adaptation aux changements climatiques sur les territoires quarte ans après le lancement du premier accord. Cependant comme le souligne le rapport du Conseil Général de l’Environnement et du Développement Durable (CGEDD), le prochain plan d’actions dont la date d’entrée en vigueur est fixée au 1er Janvier 2017 doit être décliné à des échelles territoriales : entre les régions, les Etablissements Publics de Coopération Intercommunale (EPCI) et ce avec l’appui de l’Etat. Ces actions couvrent un large secteur d’adaptations. A titre d’exemples il est possible de citer : la gestion et les usages de l’eau – la transformation urbaine et la question des mobilités – du verdissement des villes – la biodiversité des trames vertes et bleues – les risques naturels dont les événements climatiques extrêmes.

Reste donc à transposer concrètement la feuille de route définie par les engagements de la France à différents niveaux d’échelles. Autrement-dit, il s’agit de trouver des solutions dans nos rues, nos quartiers, nos villages et nos villes, nos agglomérations et nos communautés de communes, les départements et désormais dans les enjeux des nouvelles régions. Sur le terrain ces solutions représentent des difficultés auxquelles se heurtent les décisionnaires lors de la mise en application des plans d’actions. En d’autres termes, l’opérativité des actions à mener demeure limitée dès lors qu’il s’agit de passer des « bonnes intentions » aux réalités socio-économiques à l’échelle locale. Notons que la régulation des politiques publiques sur le territoire national répond à des logiques technocratiques verticales très « top-down » laissant une place limitée à la concertation et à l’engagement citoyen. Les solutions relatives aux enjeux énergies-climat applicables à des niveaux locaux restent à définir, construire et appliquer.

plaquette Atelier Climatique Citoyen verso VF

Force est de constater que les attentes citoyennes à nos échelles locales malgré la mobilisation de la société civile lors de la COP21 restent un point aveugle vis-à-vis des plans d’actions territoriaux. Ce projet entend répondre à la construction et la mise en applications des plans d’actions aux échelles du territoire en cherchant à faciliter les contraintes protocolaires de concertation dans une réelle perspective de démocratie participative.

« Pour répondre à ces besoins, l’Atelier Climatique Citoyen propose la construction d’outils participatifs de sensibilisation et d’éducation citoyenne et d’aide à la décision politique concernant les plans d’adaptation au réchauffement climatique par l’intermédiaire du Street Art. »

Ecole thématique CNRS Recherche Action Participative

image RAP GDR

Ecole Thématique CNRS Recherche Action Participative

Le GDR PARCS a le plaisir de proposer une école thématique qui se déroulera du  7 au 11 mars 2016 au Domaine le hameau de l’Etoile Route de Frouzet 34380 ST MARTIN DE LONDRES.

Contexte

« Les outils et méthodes de la Recherche Action Participative (RAP) ont fait leurs preuves pour développer une nouvelle éthique des relations entre sciences et sociétés. Il ne s’agit plus d’extraire les observations ou connaissances du citoyen afin d’alimenter la base de données du chercheur, mais bien de co-construire avec le citoyen des projets de recherche adaptés dont le déroulé sera caractérisé par une collaboration permanente aboutissant à une meilleure compréhension des phénomènes et à l’élaboration conjointe de solutions, condition pour une acceptation sociétale efficace. » GDR PARCS

Afficher l'image d'origine

Objectifs

Partant de cette vision, l’objectif principal de l’école est de faire avancer et de consolider les pratiques liées à la RAP en France, en rassemblant et en fédérant des chercheurs et acteurs clés ayant de l’expérience dans ce domaine.
Le format proposé se veut innovant par rapport aux formations « classiques ». Nous focaliserons notre réflexion à partir des projets de chaque participant et de leurs interactions en utilisant les techniques de la RAP. Cherchant à proposer une démarche résolument participative et à s’extraire de l’exposé des savoirs de chacun, il s’agit ainsi de partager ses acquis et de mettre en débat les difficultés rencontrées et les limites identifiées.
Public
Cette école est destinée aux chercheurs, doctorants et acteurs des sciences participatives :
– en priorité à ceux qui sont déjà engagés dans un programme de recherche impliquant la participation de citoyens et pour lequel ils auront développé des interrogations sur des aspects précis de la RAP ;
– dans un second temps à ceux souhaitant développer un projet de recherche s’appuyant sur les outils de la participation.

Afficher l'image d'origine

Programme prévisionnel

Ceci est un programme préliminaire. La démarche participative utilisée peut générer des modifications d’agenda tout au long de l’école.
Cartographies
– Attentes des participants
– Approches
– Valeurs
– Profils de compétences
– Enjeux/problèmes de la RAP
Discussion des problèmes récurrents
A partir des problèmes récurrents identifiés collectivement, des ateliers de résolution de problèmes seront organisés en sous-groupes. Voici quelques pistes :
 Comment co-construire un projet participatif avec et pour les citoyens ?
 Comment prendre en compte et gérer les questions éthiques et déontologiques dans la RAP ?
 Pourquoi et comment intégrer les savoirs locaux, les mettre en valeur sans les dénaturer ?
 Les nouvelles exigences des citoyens ne nécessitent-elles pas un changement de posture du chercheur ?
 Comment prendre en compte et gérer les conflits, les relations de pouvoir et les intérêts des parties prenantes ?
 Comment s’engager dans une formation à la recherche (master, doctorat) en utilisant les outils de la RAP ?
 Comment mieux intégrer les citoyens dans l’analyse et l’interprétation des données?
 Comment valoriser et publier un article sur des données participatives et le rédiger avec les outils de la RAP ?
 Comment analyser et évaluer l’impact d’un programme de science participative et comment cette évaluation permet-elle de faire avancer les processus de la RAP ?
Vers la RAP du futur
– Mise en cohérence des outils et des approches
– Formation/Certification à la RAP
– Rôle du numérique dans la RAP du futur
– Les TIC au service des SAC (les sciences de l’analyse et de la communication)
– Observatoire des sciences de la participation
Page web de l’école : https://frama.link/EcoleThematique

Modalités d’inscription

La fiche de pré-inscription est disponible en suivant le lien ci-dessous :
https://frama.link/pre-inscription
La date limite de pré-inscription est fixée au 7 février 2016.
En cas d’annulation moins de 10 jours avant le début de l’école thématique, l’intégralité du montant de l’inscription sera conservée par le GDR PARCS.
Les inscriptions et règlements se feront une fois les candidatures acceptées, par le biais du site Azur Colloque. Nous vous informerons de la procédure à suivre par mail.
Comité d’organisation
Hugues BAZIN, Sylvie BLANGY, Pascaline BOURGAIN, Jennifer CARRE, Anaïs CHAPOT, Jacques CHEVALIER, Isabelle CHUINE, Gaëlle DARMON, Paula DIAS, Anne DOZIERES, Philippe FELDMANN, Nils FERRAND, Serge FRANC, Frédérique JANKOWSKI, Yanick LASICA, Martine LEGRIS, Claude MIAUD, Christian REYNAUD, Lionel SCOTTO
Comité scientifique
Hugues BAZIN, Aurélie BOTTA, Isabelle CHUINE, Paula DIAS, Anne DOZIERES, Philippe FELDMANN, Serge FRANC, Olivier GIMENEZ, Fabien HOBLEA, Yanick LASICA, Martine LEGRIS, Raphaël MATHEVET, Claude MIAUD, Lionel SCOTTO

Autres formations RAP

Nous vous signalons deux autres formations sur la RAP organisées par le GDR PARCS, qui sont ouvertes dans la limite des places disponibles :
17, 18 et 19 mars 2016 : Formation avancée RAP, Montpellier (membres GDR prioritaires).

29, 30 et 31 mars 2016 : Formation introductive Labex DRIIHM, Montpellier (membres OHM prioritaires).

19, 20, 21 octobre 2016 : Formation avancée RAP, Grau du Roi (membres GDR prioritaires).
Plus d’informations : https://frama.link/PageFormation

TABLE RONDE Comment débat-on du changement climatique ?

Afficher l'image d'origine

J’ai le plaisir de vous inviter à une table ronde concernant le débat autour du changement climatique à l’occasion de la sortie du n°73 de la revue Hermès.

mercredi 9 décembre de 18h à 19h30

Institut du Management de l’Information
62 boulevard de Sébastopol
75003 Paris

Animée par Romain Badouard (Université de Cergy-Pontoise) et
Clément Mabi
(Université de technologie de Compiègne)

Entrée libre dans la réserve des places disponibles
Contact et inscription : romain.badouard@u-cergy.fr

Cette table ronde est organisée à l’occasion de la parution du n° 73 de la revue Hermès, « Controverses et communication », dirigé par Romain Badouard et Cément Mabi, en s’appuyant sur les contributions de trois auteurs du dossier :

Jean-Baptiste Comby (Université Paris II Panthéon-Assas), à partir de son article « Controverse et disqualification médiatique des “climato-sceptiques” en France ».

Lionel Scotto d’Apollonia (Université Paul-Valéry Montpellier 3), à partir de son article « Ce que parler des controverses climatiques veut dire ».

Laurent Tessier (Institut Catholique de Paris), à partir de son article co-écrit avec Baptiste Campion et Michaël Bourgatte, « Interactions en ligne sur les changements climatiques ».

Hermès n° 73
« Controverses et communication »
En librairie le 4 décembre 2015
Pour en savoir plus : hermes.hypotheses.org
calenda.org

Hermès la Revue
CNRS – 3 Rue Michel-Ange
75794 Paris cedex 16
Tél. 01 44 96 46 65
@Revue_Hermes

La « dissonance communicationnelle » des « porteurs de l’alerte » climatique

Afficher l'image d'origine

 

Suite à la publication des travaux controversés de Gilles-Eric Séralini (2012)[1] sur les OGM, le 2 octobre 2012 le Comité d’Ethique du CNRS (COMETS) publiait un rappel sur : « les aspects éthiques de la communication des chercheurs avec les médias ». Cet avis se référait à un précédent texte concernant les controverses climatiques mentionnant les difficultés de produire une expérience cruciale face à certains problèmes et précise que : « dans ces conditions, il est indispensable d’apprendre à gérer l’incertitude : confronter plusieurs modèles, tenter de cerner les zones d’ignorance pour tirer le meilleur parti de données que l’on sait imparfaites ou incomplètes ». Les controverses climatiques[2] ou celles portant sur les OGM ont en commun un entrelacement complexe d’éléments d’ordre épistémologiques et axiologiques. Plus généralement, sur un plan heuristique les controverses environnementales agissent comme un révélateur de l’évolution des rapports sciences-société caractérisée notamment par l’accroissement des mobilisations citoyennes en demande d’informations sur des sujets soumis à de fortes incertitudes (Frewer et al., 2002). Aussi les normes communicationnelles scientifiques au sein de la société évoluent engendrant parfois certaines contradictions (Maxim et Arnold, 2012, p. 10). Face à ces questions socialement vives le chercheur, dont il est difficile de discerner s’il s’exprime en tant qu’expert, chercheur ou simple citoyen, est amené à communiquer en dehors des normes conventionnelles internes à la communauté scientifique dont il transgresse parfois les limites. La communication devant le Congrès américain en juin 1988 du climatologue James Hansen, un des premiers « lanceurs d’alerte » (Chateauraynaud et Torny, 1999) climatique est à ce titre emblématique. Il déclara devant le Congrès américain qu’il était à « 99 % certain » sur la base de ses calculs que le réchauffement n’était pas dû au hasard. En réalité : « ce jour-là, James Hansen va au-delà des preuves scientifiques » (Jouzel, cité par Barnéoud 2010). Sa communication provoqua une controverse et donna lieu à un colloque consacré aux dits calculs  au terme duquel comme le rappelle Roqueplo (1993, p. 47) la position officielle des scientifiques était beaucoup plus prudente considérant que la preuve du « signal » climatique n’était pas pour demain. L’exemple de James Hansen, intimement convaincu de la responsabilité de l’homme, est révélateur plus généralement du fait que le scientifique convoque plus ou moins consciemment : « toutes les ressources de sa subjectivité : ses croyances, ses convictions globales, son idéologie, ses solidarités, ses préjugés, sa classe sociales, son appartenance nationale, etc. » (Roqueplo, 1997, p. 45). L’espace social des sciences du climat, c’est le moins que l’on puisse dire, ne peut être considéré comme un espace social autonome (Merton, 1973). Cependant l’« éthos scientifique » mertonien demeure opérant dans le sens où le chercheur ayant intériorisé tout un ensemble de règles, prescriptions, habitudes, croyances, valeurs continue d’évoluer dans une structure sociale normée et institutionnalisée, elle-même traversée par des tensions multiples. Dans le cas du climat ces valeurs s’accordent plus ou moins bien avec les systèmes politiques qu’ils soient démocratiques ou non entre construction de l’acceptabilité sociale et autoritarisme d’Etat. Les fondements du GIEC (Groupe d’experts Intergouvernemental sur l’Evolution du Climat – IPCC en anglais) sont résolument modernes dans le sens où son expertise dans une articulation réifiant la séparation entre les sphères politiques et scientifiques régie par le modèle d’une science parlant au pouvoir « science speaks truth to power ». En ce sens les résumés du GIEC, comme leur nom l’indique, sont « destinés aux décideurs politiques ». L’analyse des controverses mettent au jour deux types d’attitudes opposées (Maxim et Mansier, 2012). Certains chercheurs, de peur que le doute, source de panique et de confusion puisse bloquer les décisions politiques ont tendance à minimiser les incertitudes (Frewer et al., 2003 ; Davis 2008) voire les transformer en quasi certitude (Mellor, 2010). Inversement d’autres chercheurs s’inscrivant le courant de la science « post-normale » (Funtowicz and Ravetz, 1990, 1993) considèrent que la mise en avant des incertitudes tend à renforcer l’image et la crédibilité de la science (van der Sluijs, 2002 ; Gross, 2007). Dans un contexte où les sciences du climat sont soumises à des incertitudes et des controverses le chercheur est pris dans un étau « habermassien » entre l’agir stratégique visant à favoriser la mise en place de mesures politiques, et l’agir communicationnel (Habermas, 1987), manifestant une volonté de prétendre à la vérité. L’importance des enjeux climatiques et l’« urgence » des décisions politiques à prendre redéfinissent un triptyque science-norme-décision dans lequel le chercheur est amené à s’exprimer et dont il redéfinie indirectement les contours. Cet article vise à questionner dans le cas de la problématique climatique les pratiques discursives des chercheurs en prenant en compte les situations d’énonciation dans les différents espaces de médiations. Plus particulièrement l’analyse discursive de la notion d’« incertitude » permet de démontrer que les discours de certains climatologues « porteurs d’alerte » climatique au sens de (Chateauraynaud et Torny, 2005) relèvent d’une forme de « dissonance communicationnelle » traduisant une tension entre leur propre éthique de « conviction » (Weber, 1965 [1919]), c’est-à-dire dire la science et celle de « responsabilité », dire le risque qu’ils perçoivent. L’analyse des postures communicationnelles des chercheurs dans l’espace public permet en retour de nourrir les réflexions sur les rapports sciences-sociétés et les tensions paradigmatiques entre la « normalité » au sens kuhnien (Kuhn, 1962) et la « post-normalité » des sciences.

Afficher l'image d'origine

1. Cadrage théorique

Le cadrage théorique préalable à cette étude s’inscrit dans un contexte particulier parce que la sociologie des controverses est elle-même l’objet de controverses entre différentes écoles ou courants dont les dénominations restent instables (Scotto d’Apollonia, 2014, p. 52). Schématiquement deux champs paradigmatiques s’opposent, celui relativiste des écoles, d’Edimbourg (Bloor, 1976 ; Barnes 1977), de Bath (Collins, 1985 ; Pinch 1986) et française (Latour, 1986 ; 2006 ; Callon, 1986 ; 2001), et celui rationaliste inspiré par l’épistémologie, l’histoire et la philosophie de sciences (Raynaud, 2003 ; Shinn et Ragouet, 2005). L’ensemble est animé par des débats internes, parfois vifs et controversés. De plus certains travaux de chercheurs en sciences humaines et sociales portant sur le climat sont biaisés en raison d’une orientation idéologique mettant au jour un déficit de réflexivité (Scotto d’Apollonia, 2015a). A titre d’exemple il est possible de mentionner les erreurs historiques factuelles des historiens des sciences Naomi Oreskes et Erik Conway (2012) concernant le chapitre 8 du groupe 1 du deuxième rapport du GIEC (Scotto d’Apollonia, 2015c).

L’analyse communicationnelle décrite dans cet article s’inscrit dans un cadre théorique non réductionniste considéré dans le sens de Jean-Michel Berthelot (2002 ; 2008) d’inspiration pragmatique intégrant dans les logiques de l’enquête une approche historique et épistémologique des controverses socioscientifiques. En d’autres termes il articule la sociologique argumentative de Francis Chateauraynaud (2011) visant à analyser les jeux d’acteurs et d’arguments afin de mettre au jour dans une matrice commune les ressorts stratégiques et argumentatifs et une approche visant à analyser les oppositions sur le plan épistémologique des savoirs controversés. L’analyse qui suit se base sur une conceptualisation des controverses socioscientifiques comme un espace social multidimensionnel, un « mille-feuille discursif » constitué du In (ce qui est donné à voir dans l’espace public), et du Off (l’ensemble des échanges interpersonnels relevant des différents espaces interdiscursifs) en portant de façon internaliste une attention particulière à la construction des savoirs climatiques (Scotto d’Apollonia, 2015b). Cette conceptualisation s’inspire de l’approche Ruth Amossy (2008) appréhendant l’argumentation dans sa matérialité discursive tout autant que dans l’interdiscours. En ce sens, l’analyse du discours, considérée comme l’étude des intrications entre l’organisation textuelle et la situation de communication (Maingueneau, 2002), appréhende l’argumentation dans la matérialité du discours en fonction de la situation d’énonciation.

De plus l’approche communicationnelle intègre à chaque étape de l’analyse une démarche résolument réflexive thématisée par Pierre Bourdieu (2001) et s’inspirant des prolongations des travaux de Joëlle Le Marec (2010). L’enquête s’est déroulée en accordant une place égale aux différentes positions des acteurs impliqués dans les controverses climatiques. Cette posture de recherche consiste pour l’enquêteur à se positionner suivant une neutralité réflexive, c’est-à-dire en intégrant mon propre point de vue dans le processus d’enquête. Ce travail de réflexivité est essentiel et incontournable : « pour maintenir le contact avec les savoirs, les engagements et les valeurs éprouvées lors des enquêtes, et pour partager ces savoirs, ces engagements et ces épreuves dans la communauté des recherches sur les sciences » (Le Marec, 2010, p. 114). Sur le plan axiologique je précise que je n’ai aucun engagement politique, associatif, idéologique et ne milite pour aucune cause. Je pars d’une posture épistémologique relativement critique et considère que les climatosceptiques ont toute légitimité à faire valoir leurs arguments et à exprimer leurs hypothèses scientifiques. Cependant le consensus dans la communauté des climatologues est un élément d’appréciation pour orienter les décisions politiques, qui à mon sens doivent converger vers une plus grande sobriété énergétique. D’une manière générale je pense que l’homme ne tient pas suffisamment compte de son environnement, et je déplore tout autant le catastrophisme qui est un frein à la construction d’une opinion raisonnée que l’attitude attentiste visant à se détourner des questions environnementales.

Résultat de recherche d'images pour "l'enquete"

2.  Méthodologie

  • L’enquête de terrain

L’analyse communicationnelle des chercheurs croise une analyse de corpus hétérogène (textuel et audiovisuels) avec une enquête de terrain réalisée entre septembre 2012 et avril 2013 sous forme de 15 entretiens (sous couvert d’anonymat) individuels semi-directifs et d’un entretien collectif regroupant 8 de ces chercheurs dont 3 climatosceptiques. Dans l’esprit d’une démarche résolument réflexive, l’un des objectifs de l’entretien collectif était de présenter les premiers résultats de l’analyse socioépistémique aux intéressés afin d’approfondir certains points[3]. L’anonymat a été choisi afin de potentialiser l’ouverture du terrain et le « bon » déroulement de l’enquête. Il est utile de préciser que le panel des chercheurs ayant participés au processus de recherche est représentatif des controverses climatiques dans le cas de la France. Les chercheurs ont été choisis en fonction de leur niveau d’engagement dans les controverses climatiques et contactés tous par courrier électronique. Une enquête complémentaire par échange de mails a été menée avec différents climatologues sur des points spécifiques de controverses. Certains de ces échanges avec l’accord préalable des chercheurs constituent des données complémentaires.

  • Le Corpus hétérogène (textuel et audiovisuel)

Le corpus (détaillé de façon séparé après la bibliographie) est construit en distinguant les situations d’énonciation des discours produits au sein des arènes scientifiques et ceux produits dans l’espace public.

Le corpus textuel des climatologues dans les forums constituants a été construit à partir de leurs pages personnelles sur Internet, complété avec Google Scholar et Google et dans certains cas une demande personnelle directe. Il se limite aux discours en français et reste en ce sens de taille limitée.

Le corpus audiovisuel des chercheurs climatologues dans les forums constituants a été construit à partir de la recherche par auteur et complété à partir des manifestations scientifiques (séminaires, colloques, journées d’études, etc.).

Le corpus textuel et audiovisuel des chercheurs intervenant dans l’espace public a été construit à partir des moteurs Europresse et Factiva complété par une recherche Google.

  • Les logiques de l’enquête

L’enquête de terrain et les premières analyses lexicométriques (croisant LEXICO 3 et Prospero) (Scotto d’Apollonia, Luxardo, Piet, 2014) mettent en évidence la pertinence de questionner les pratiques discursives des chercheurs sur les notions d’incertitudes et de risques. Lors d’un entretien individuel un climatologue très présent dans les médias dit : « […] quand on publie dans les revues scientifiques on parle d’incertitude et quand on essaie de traduire cela dans le débat public – je parle de risque – c’est les deux facettes d’une même réalité. Cela ne doit pas prendre tout à fait le même statut quand cela sert à alimenter des mécanismes de décisions » (Un climatologue, entretien individuel, 2013). Cet exemple met en relief l’importance de l’analyse discursive de la notion d’« incertitude » relevant de la science qu’il est judicieux d’articuler avec celle de « risque » relevant plutôt de l’expertise. Dans ce cas la notion de « risque » est proche de la notion de vulnérabilité que l’on peut retrouver dans le principe de précaution. La notion de « risque » est appréhendée de façon pragmatique à partir de l’usage discursif des acteurs eux-mêmes.

  • Traitement des incertitudes

Le traitement des incertitudes pour les corpus textuels s’appuie sur la typologie définie par Walker (2003), et reprise par Jeroen van der Sluijs (2003, 2008). L’incertitude peut être caractérisée par plusieurs dimensions sa localisation (contexte, données, modèles), sa nature (connaissance associée à l’incertitude, variabilité associée à l’incertitude), ses niveaux (incertitude statistique, incertitude sur les scénarios, les ignorances reconnues). La grille d’analyse est reproduite ci-dessous :

 

  Niveau d’incertitude Nature de l’incertitude
Localisation de l’incertitude Incertitude statistique Incertitude sur les scénarios Incertitude sur les zones d’ignorance Epistémologique Variable
Expert          
Modèle          
Donnée          
Production scientifique          

Grille n°1 d’analyse des incertitudes adaptée de van der Sluijs (2008, p. 43)

 

Le corpus audiovisuel pour les climatologues est traité à partir à partir d’une adaptation de la grille d’analyse construite par James Painter (2013, p. 57) conçue spécifiquement pour la problématisation de la médiation des risques et des incertitudes dans le cas du changement climatique. Elle permet de dégager le cadrage communicationnel et la tonalité dominante des discours et constitue un relais au traitement discursif de la notion d’« incertitude » et de « risque ».

 

Acteurs Tonalité dominante du discours Cadrage communicationnel
Incertitude Risque implicite/ explicite
       

Grille n°2 d’analyse des incertitudes risques opportunité adaptée de Painter (2013, p. 60)

Afficher l'image d'origine

3. Analyse

Le GIEC

Une analyse lexicométrique à l’aide de LEXICO 3 a été effectuée sur les quatrième et cinquième rapports du groupe 1, son résumé et le rapport de synthèse destiné aux décideurs politiques. La notion de « risque » est quasiment absente des deux rapports du groupe 1 et de leur résumé respectif alors que l’incertitude est traitée de façon systématique. Par contre le rapport de synthèse mobilise dans des proportions quasi similaires les notions d’« incertitude » et de « risque ». Autrement dit la synthèse de l’état des connaissances du groupe 1 relève d’un travail véritablement scientifique lexicalement caractérisé par la prégnance des « incertitudes » et l’absence des « risques ». Le rapport destiné aux décideurs relève précisément de l’expertise et opère un glissement sémantique hybridant les notions d’« incertitude » et de « risque ». Ces résultats servent de point d’ancrage par rapport aux discours des climatologues dans les différents espaces de médiation.

Les discours des climatologues dans les arènes scientifiques

Le traitement des incertitudes sur le corpus des climatologues dans les forums constituants est donné dans le tableau 7 de l’annexe 2. Aucun article n’aborde les zones d’ignorance et globalement le traitement des incertitudes tend très majoritairement vers les scénarios du futur, c’est-à-dire le mode de traitement des temporalités de l’incertitude. En effet c’est la question des modèles et de leur capacité à construire des scénarios tangibles qui est majoritairement traité. Les autres aspects des incertitudes sont très peu abordés. Il existe donc une spécificité dans le traitement des incertitudes relatives aux publications dans les revues scientifiques françaises. Ces éléments esquissent la tendance des discours textuels des climatologues : celle de servir d’espace de médiation des recherches accomplies au niveau international. Bien que les contenus ne soient pas politisés, les articles relèvent d’un exercice de communication visant un public qui ne se limite pas au cénacle des initiés. Dans les forums constituants les discours textuels abordent très rarement la notion de risques et n’opèrent jamais de cadrage communicationnel sur les risques ou les catastrophes. Ces éléments mettent au jour une spécificité des discours dans les arènes scientifiques relevant d’une stratégie de diffusion de l’état des connaissances dont le format permet un développement détaillé notamment des incertitudes sans toutefois relever de l’exercice classique de publication de travaux de recherche.

Cependant, parler des incertitudes n’exclut pas que certains discours mobilisent la notion de risque, voire de danger. Pour cela, il est nécessaire de porter une attention particulière aux articles suivants (Jouzel et Mégie, 1999 ; 2003 ; Le Treut, 1999 ; 2004 ; 2006 ; van Ypersele, 2004). Ils ont la particularité de mobiliser la notion de « risque » associée à celles de « danger » ou d’« alarme » vis-à-vis du futur. L’exemple de Jouzel et Mégie l’illustre parfaitement :

 

« L’objectif est de stabiliser les concentrations de gaz à effet de serre dans l’atmosphère à un niveau qui empêche toute perturbation anthropique dangereuse du système climatique. » (Jouzel et Mégie, 2003, p. 42) ; « Mais, même le scénario minimal, pour lequel les émissions moyennes de dioxyde de carbone sont proches au cours du XXIe siècle de leur niveau actuel, a des conséquences alarmantes […] » (Jouzel et Mégie, 2003, p. 43).

 

Ces acteurs se constituent en véritables porteurs d’alerte climatique (Chateauraynaud, Torny, 2005). Comme le souligne Chateauraynaud et Torny (1999), l’alerte convoque des échelles de temps proches et lointaines, visant à rendre possible une prise sur le futur. Il n’y a pas, dans le cas de l’« alerte climatique », de période de silence, mais plutôt un diagnostic qui va s’affirmer graduellement, de la prudence à l’affirmation des risques si aucune action n’est menée.

 

Trois périodes se dégagent :

 

  • La première correspond à celle des deux premiers rapports jusqu’en 2003-2004. Aussi, dès 1999, les discours sont orientés vers les dangers et les risques, tout en explicitant les très grandes incertitudes restant à lever :

 

« Les modifications, éventuellement irréversibles de la circulation thermohaline de l’océan, mises en évidence en tout premier lieu par Manabe et Stouffer (1993), constituent par ailleurs un des risques majeurs associés aux perturbations anthropiques du climat, pour lequel l’indication des différents modèles est également divergente. L’existence d’un « seuil de danger » à ne pas franchir correspond à un enjeu considérable, puisqu’il indique que les mesures de restriction des émissions peuvent avoir une importance déterminante, même si elles restent partielles. » Le Treut, 1999, p. 246)

 

  • La deuxième période se situe entre la publication des troisième et quatrième rapports, c’est-à-dire, entre 2004-2007. Les discours, sans occulter les incertitudes existantes, ont tendance à renforcer le consensus concernant la responsabilité de l’homme : « La vitesse des changements climatiques est un élément de danger majeur, auquel il faut ajouter la capacité du système climatique à réagir de manière accélérée si certains seuils sont franchis » (Le Treut, 2006, p. 34).

 

  • Après 2007, les discours abordent la notion de « risque » et s’affirment pleinement dans la logique des « porteurs d’alerte » L’analyse de ce corpus textuel met au jour une forme d’hybridation scientifico-experte des discours des climatologues les plus médiatiques.

Le dilemme communicationnel des porteurs d’alerte climatique dans l’espace public

Analysons plus en détail la figure des « porteurs d’alerte » climatique. Seuls quelques climatologues assument pleinement le fait de porter l’alerte climatique dans l’espace public. C’est pourquoi il est important de ne pas homogénéiser la communauté des climatologues. Certains comme Sandrine Bony n’apparaissent quasiment pas dans l’espace public. D’autres comme Edouard Bard ont une certaine visibilité médiatique sans rentrer dans la catégorie des « porteurs d’alerte ». Ces climatologues ont la caractéristique de détailler les nombreuses incertitudes et questions restant ouvertes, sans aborder la question des risques. De plus l’enquête de terrain met en évidence le rôle des médias sollicitant principalement Jean Jouzel ou Hervé Le Treut et plus récemment Valérie Masson-Delmotte. D’autres climatologues qui souhaiteraient s’exprimer dans l’espace public ne bénéficient pas du même accès privilégié aux médias. En France Jean Jouzel, Hervé Le Treut ou Valérie Masson-Delmotte sont les trois « seuls » porteurs d’alerte climatique.

Dans les années 2000, Le Treut est le premier à incarner cette figure. Il mentionne l’existence de controverses, et met en avant les incertitudes sur la capacité de la science à prédire les scénarios du futur (Le Treut, 2000, 54’). Il exprime la position ambivalente dans laquelle se retrouve le chercheur pour communiquer les travaux de recherche, tout en délivrant un message clair et sans occulter l’ensemble des incertitudes. Ce n’est qu’à la fin de sa communication qu’il aborde le terme de risque :

 

« Je vais m’arrêter ici, ce que je voulais bien faire sentir, c’est cette ambivalence qui fait que le rôle des climatologues est toujours délicat, entre la nécessité pour nous, entre attirer l’attention des gens sur ce problème de l’effet de serre, et, en même temps, l’incapacité dans laquelle on est à faire des prévisions détaillées à l’échelle régionale, qui est souvent prise comme un facteur d’ignorance. Ce que je pense, c’est que ce n’est pas un facteur d’ignorance, c’est un facteur de risque, et cela doit être pris comme tel » (Le Treut, 2000, 54mn).

 

Ces exemples mettent au jour la dimension réflexive à laquelle est soumis le porteur d’alerte. Ils illustrent la tension ou le dilemme communicationnel auquel il doit faire face. Ce dilemme, propre au climatologue porteur d’alerte, relève de son éthique personnelle, tout en s’inscrivant dans une situation aux enjeux politiques majeurs et conflictuels et dans un cadre institutionnel scientifique fortement contraignant. Autrement dit, si le « porteur d’alerte » est libre de penser, communiquer s’avère une tâche beaucoup plus problématique qui participe à la construction symbolique d’enjeux multiples (environnementaux, politiques, institutionnels, scientifiques, experts et personnels). Ce dilemme conceptualisé suivant le terme de « dissonance communicationnelle » est d’autant plus difficile à gérer que le cas de l’expertise climatique est singulier et dépourvu de normes communicationnelles clairement établies. Il est ainsi possible de définir la « dissonance communicationnelle », comme l’inconfort communicationnel suivant lequel le « porteur d’alerte » est amené à communiquer en l’absence de norme éthique communicationnelle implicite ou explicite clairement définie. Le terme « dissonance » s’inspire de la dissonance cognitive issue de la psychologie sociale de Leon Festinger (1957) dans le sens où elle traduit une tension psychologique. Cependant contrairement à la dissonance cognitive la dissonance communicationnelle n’est pas induite par une contradiction inconciliable.

Comme le soulignent Joëlle Le Marec et Igor Babou, tout phénomène de communication peut se décrire suivant trois catégories : « La potentialité (ce que Peirce appelle « priméité« ), la relation ou les faits (ce que Peirce appelle « secondéité« ) et les règles et normes (ce que Peirce appelle « teircéité« ) » Babou et Le Marec, 2008, p. 122). La difficulté dans le cas du « porteur d’alerte » se situe au niveau de la « tiercéité » de Peirce, dont la norme communicationnelle se retrouve confrontée à deux plans quasiment antagonistes. En effet, le plan axiologique – communiquer un risque qu’il considère important – s’oppose au plan épistémique – communiquer les incertitudes et les controverses. Le chercheur de facto est contraint d’intégrer la portée sociale de ses travaux. D’un point de vue wébérien se pose la question du dilemme entre l’éthique de conviction – s’en tenir aux connaissances – et l’éthique de responsabilité – alerter d’un risque qu’il perçoit. Cependant, contrairement à Weber qui, dans Le savant et le politique, invitait l’homme de science à aller dans l’espace public et confronter ses idées, ce sont les climatologues qui ont politisé la problématique en mobilisant les pouvoirs publics. En effet, dès 1979 Jules Charney lance l’alerte et explicite le fait qu’il existe un risque de réchauffement important. C’est en 1985, lors d’une conférence à Villach en Autriche que la communauté scientifique a « poussé un cri d’alarme » (Jouzel, 2014, 6’20). Le Treut corrobore la posture communicationnelle « inédite » dans le monde de la recherche : « Toute cette démarche physique, c’est la démarche sur laquelle s’est fondée l’alerte climatique » (Le Treut, 2009, 12mn). De plus, ils considèrent que leur message a eu du mal à se faire entendre des pouvoirs politiques n’ayant pris que très récemment à l’approche de la COP21 en considération du problème à sa juste mesure. Hervé Le Treut en France dans les années 2000 fait figure de précurseur. Il explicite le fait que ce sont effectivement les climatologues qui ont été vers la société pour communiquer, sur ce qu’ils perçoivent comme un problème : « Je vais parler de l’action de l’homme sur le climat, qui est un sujet au centre de beaucoup de débats, beaucoup d’attention publique, et ce que je vais essayer de faire, ce matin, c’est de vous présenter surtout les bases scientifiques qui ont permis à la communauté scientifique d’aller vers le monde public sur ce problème » (Le Treut, 2000, 1‘30).

Il est possible à ce stade de caractériser les aspects communicationnels des porteurs d’alerte climatique suivant quatre modalités :

  • Le porteur d’alerte est confronté à une question liée aux savoirs, aux incertitudes et à l’ignorance intrinsèque de ces savoirs en prenant en compte des échelles de temps et d’espace variables. Il communique les incertitudes et occulte l’ignorance.

 

  • Le porteur d’alerte est partagé entre communiquer la science (ethos scientifique) et communiquer le risque (ethos expert). Il fait le choix de communiquer sur les deux plans en conservant une posture relavant de l’ethos

 

  • Le porteur d’alerte intègre la question de la responsabilité vis-à-vis de ses contemporains, mais surtout essentiellement par rapport aux générations futures, et se confronte donc à l’appréhension des échelles de temps. Percevant un risque réel et la nécessité d’engager des actions, il explicite sa propre perception des conséquences dans un vocabulaire plus ou moins alarmant tout en considérant que les décisions doivent être l’objet d’un débat social.

 

  • Le porteur d’alerte est amené à communiquer dans un espace social fondé sur l’idéal moderne d’une séparation de la science et de la politique, dont le GIEC est l’émanation dont le mandat n’est pas d’être prescriptif alors que ses représentants doivent communiquer des risques. En ce sens il est porteur de l’hybridation « incertitude/risque » des discours du GIEC relatée précédemment.

 

Ces éléments caractérisent la dissonance communicationnelle mettant au jour des tensions relevant de l’éthique communicationnelle que les porteurs d’alerte tentent de résoudre par une hybridation de leurs discours. Ce dilemme est d’autant plus important si le porteur d’alerte a d’une part, une représentation de son travail fortement ancrée dans l’ethos scientifique et d’autre par une perception des risques importante.

 

Afficher l'image d'origine

Discussion

La norme communicationnelle, qui est déjà en soi problématique d’un point de vue internaliste à la science (compétition, priorité des découvertes), est d’autant plus ambivalente quand la problématique à des implications sociales majeures. Or historiquement, les chercheurs s’inscrivent dans la grande tradition des sciences dites « normales » au sens de Kuhn, fondée sur l’échange rationnel d’arguments dans des espaces de médiations cloisonnés, cela tout en jouissant d’une certaine autonomie. L’expression du désaccord de divergences interprétatives des faits, ou encore des controverses, correspond au processus « normal » de l’activité scientifique, et toute transgression est sanctionnée par la communauté. Toujours d’un point de vue historique, les chercheurs s’inscrivent dans le projet moderne d’une séparation des sphères scientifiques et politiques. L’expertise par le consensus est perçue comme le meilleur moyen d’articuler savoirs et décisions politiques. La logique de l’expertise climatique n’est pas celle de la science comme le soulignait Roqueplo (1997, p. 58-100). La science se nourrit des controverses alors que l’expertise cherche le consensus. Le porteur d’alerte climatique s’intègre dans une situation délicate entre l’expertise et la recherche. De plus, les cadres traditionnels dans lesquels il a été formé (pour ne pas dire formaté, sans que cela soit péjoratif) volent en éclats dans le cas du climat. Les controverses ne se déroulent pas normalement, que ce soit dans les forums constituants ou dans l’espace public, en raison de la mobilisation d’un grand nombre d’acteurs aux compétences et intentions variables et de la politisation des enjeux. Force est de constater que l’activité de recherche peine à se dérouler « normalement » dans un contexte d’enjeux politiques et institutionnels majeurs. Autrement dit, les contraintes éprouvées par les « porteurs d’alerte » sont d’autant plus importantes, que leurs communications restent délimitées dans le paradigme de la science « normale », qui ne permet pas de lever cette ambivalence que les climatosceptiques taxent « d’alarmisme ». Elles traduisent les points de tension sciences-société. La posture communicationnelle normative du climatologue participe à l’évolution des normes communicationnelles et alimentent aussi les controverses. La « dissonance communicationnelle » des porteurs d’alerte climatique traduit l’évolution des rapports sciences-société face à l’importance des enjeux sociaux que représentent les évolutions du système climatique et la difficulté à opérer des choix dont les conséquences seront perceptibles a minima à l’échelle de ce siècle. Sur le plan théorique la recherche en sciences sociales se retrouve prise en tenaille entre les enjeux institutionnels, le risque d’instrumentalisation de la connaissance scientifique et les attentes de la société civile. Dans le cas du climat cette tension est d’autant plus importante qu’à l’approche de la conférence Paris Climat 2015 aux différents enjeux sociaux, politiques et scientifiques viennent se greffer des enjeux diplomatiques majeurs et souligne un peu plus l’importance d’appréhender de façon résolument réflexive cette problématique. L’analyse de la posture communicationnelle des climatologues suivant les différents espaces de médiations peut servir d’idéal type d’autres controverses environnementales comme la toxicité des nanoparticules ou les risques liés à l’exposition aux ondes électromagnétiques.

 

Bibliographie

Amossy, R. 2008, « Argumentation et analyse du discours : perspectives théoriques et découpage disciplinaires », Argumentation et Analyse de Discours, vol. 1/2008.

Barneoud, L., 2010, Le réchauffement climatique fait son entrée sur la scène politique. Spécial 40 ans de la recherche, La Recherche, n°441 avril 2010.

Barnes B., 1977, Interests and the Growth of Knowledge, Londres, Routledge et Kegan Paul.

Berthelot, J.-M., 2002, Pour un programme sociologique non réductionniste en études des sciences, Revue Européenne des Sciences Sociales, XL, 124, 233-252.

Berthelot, J.-M., 2008, L’emprise du vrai. Connaissance scientifique et modernité, Paris, PUF.

Bloor, D., 1976, Sociologie de la logique ou les limites de l’épistémologie, Paris, Pandore.

Bourdieu, P., 2001, Science de la science et réflexivité. Cours du Collège de France 2000-2001, Paris : Raisons d’agir Editions.

Callon, M., 1986, Eléments pour une sociologie de la traduction. La domestication des coquilles Saint-Jacques des marins pêcheurs dans la Baie de Saint Brieuc, L’année sociologique, n° 36.

Callon, M., 2001, Sociologie de l’acteur réseau, première version publiée en anglais en 2001. in N. Selmer, et P. Baltes (dir.), International Encyclopedia of the Social Behavioral Sciences, Oxford, UK, Pergamon, pp. 62-66.

Chateauraynaud, F., D. Torny, 1999, Les sombres précurseurs. Une sociologie pragmatique de l’alerte et du risque, Paris ? Editions de l’EHESS.

Chateauraynaud, F., D. Torny, 2005, Mobiliser autour d’un risque. Des lanceurs aux porteurs d’alerte, in C. Lahellec Risques et crises alimentaires, Paris, Lavoisier, pp. 329-339.

Chateauraynaud, F., 2011, Argumenter dans un champ de forces, Essai de balistique sociologique, Paris, Edition Petra.

Collins, H. M., 1985, Changing order: Replication and induction in scientific practice. Sage, London.

Davis, S.-R., 2008, Constructing communication: Talking to scientists about talking to the public, Science Communication, 29:413-34.

Festinger, L., 1957, A Theory of Cognitive Dissonance, California: Stanford University Press.

Frewer, L.-J., S. Hunt, S. Miles, M. Brennan, S. Kusnesoff, M. Ness, M. Ritson et S. Kunesoff, 2002, Public preferences for informed choice under conditions of risk uncertainty, Public Underst Sci, 11:363-72.

Frewer, L.-J., S. Hunt, M. Brennan, S. Kuznesof, M. Ness et C. Ritson, 2003, The view of scientific experts on how the public conceptualize uncertainty, J Risk Res, 6(1):75-85.

Funtowicz, S. O., J. R. Ravetz, 1990, Uncertainty and Quality in Science for Policy, Kluwer, Dordrecht, The Netherlands.

Funtowicz, S. O., J. R. Ravetz, 1993, Science for the Post-Normal Age, Futures 25:735-755.

Gross, M., 2007, Communicating ignorance and the development of post-mining landscapes, Science Communication, 29:264-70.

Habermas, J., 1987, Théorie de l’agir communicationnel, tome 1 : rationalité de l’agir et rationalisation de la société, Paris, Fayard.

Kuhn, T. S., 1962, La Structure des Révolutions Scientifiques, Traduction française 1972, Paris, Flammarion.

Latour, B., S. Woolgar S., 1986, La vie de laboratoire, La production des faits scientifiques, Paris, La découverte collection poche.

Latour, B., 2006, Changer de société, refaire de la sociologie, Paris, La Découverte.

Le Marec, J., 2010, Enquête et savoirs du contact dans les études de sciences : pour une réflexivité institutionnelle, in Les études de sciences : pour une réflexivité institutionnelle, Le Marec, J., (dir.), Paris, Editions des archives contemporaines.

Maxim, L., G. Arnold, 2012, Les chercheurs au cœur de l’expertise, (dir.), Hermès, n°64, Paris, CNRS Editions.

Maxim, L., P. Mansier, 2012, How is Scientific Credibility Affected by Communicating Uncertainty? The Case of Endocrine Disrupter Effects on Male Fertility, Human and Ecological Risk Assessment, vol. 20, issue 1, doi: 10.1080/10807039.2012.719387.

Mellor, F., 2010, Negotiating uncertainty: Asteroids, risk and the media, Public Understanding Science, 19(1):16-33.

Merton, R., 1973, The sociology of science: theorical and empirical investigations, N.W. Storer (dir.), Chicago, University Press of Chicago.

Oreskes, N. et Conway, E. M., 2012, Les marchands de doute, Paris : Editions Le Pommier.

Painter, J., 2013, Climate change in the media reporting risk and uncertainty, London, I.B.Tauris & Co. Ltd in association with the Reuters Institute for the Study of Journalism.

Pinch, T., 1986, Confronting Nature : The Sociology of Solar-Neutrino, Detection, Reidel, Dordrecht.

Raynaud, D., 2003, Sociologie des controverses scientifiques, Paris, Puf.

Roqueplo, P., 1993, Climats sous surveillance – Limites et conditions de l’expertise scientifique, Paris, Editions Economica.

Roqueplo, P., 1997, Entre savoir et décision, l’expertise scientifique, Paris, Broché.

Scotto d’Apollonia, L., G. Luxardo, G. Piet, 2014, « Approche lexicométrique des controverses climatiques », in N. Emilie, D. Jean-Michel, V. Matthieu, F. Serge, JADT 2014 : 12e Journées internationales d’Analyse statistique des Données Textuelles, p. 606-616.

Scotto d’Apollonia, L., 2014, Les controverses climatiques : une analyse socioépistémique, Thèse de doctorat, Université Paul-Valéry Montpellier 3 consultable en ligne sur le lien suivant : https://univ-montp3.academia.edu/LionelScottoDapollonia

Scotto d’Apollonia, L., 2015a, Médiatiques ou scientifiques ? La légitimité des controverses climatiques traitée à travers un cadre d’analyse socioépistémique non réductionniste, Acte des premières journées internationales de la sociologie de l’énergie, Toulouse, Editions CNRS.

Scotto d’Apollonia, L., 2015b, « Le « mille-feuille discursif » des controverses climatiques », RUSCA, MSH-M, n°7, 2015.

Scotto d’Apollonia, L., 2015c, Ce que parler des controverse veut dire, in Communications et controverses, (R. Badouard, C. Maby, dir.), Hermès, n°73, Paris, CNRS Editions.

Séralini, G.-E., E. Clair, R. Mesnage, S. Gress, N. Defarge, M. Malatesta, D. Hennequin, J. Spiroux de Vendômois, 2012, Long term toxicity of a Rounup herbicide and a Roundup-tolerant genetically modified maize, Food and Chemical Toxicology, Vol. 50, Issue 11, pp. 4211-4231.

Shinn, T., P. Ragouet, 2005, Controverses sur la science. Pour une sociologie tranversaliste de l’activité scientifique, Paris, Editions Raisons d’agir.

van der Sluijs, J., 2002, A way out of the credibility crisis of models used in integrated environmental assessment, Futures, 34:133–46

van der Sluijs, J., P. Janssen, J. Risbey, M. van Asselt, W. Tuinstra et A. Petersen, 2003, RIVM/MNP Guidance for Uncertainty Assessment and Communication Series, Volume 2. RIVM, Bilthoven, 2003. Tool Catalogue for Uncertainty Assessment. RIVM/MNP Guidance for Uncertainty Assessment and Communication Series, Volume 4. RIVM, Bilthoven, 2003.

van der Sluijs, J., J.-M. Douguet, M. O’Connor et J. Ravetz, 2008a, Évaluation de la qualité de la connaissance dans une perspective délibérative, VertigO – la revue électronique en sciences de l’environnement [En ligne], Volume 8 Numéro 2 | octobre 2008, mis en ligne le 24 novembre 2008, consulté le 14 mars 2013. URL : http://vertigo.revues.org/5035 ; DOI : 10.4000/vertigo.5035

Walker, W.E., P. Harremoes, J., Rotmans, J., van der Sluijs, M., van Asselt, P., Janssen, M., Krayer von Krauss, 2003, Defining Uncertainty: A Conceptual Basis for Uncertainty Management in Model-Based Decision Support, Integrated Assessment, Vol.4, No.1, pp. 5-17.

Weber, M., 1964 [1904-1905], L’Ethique protestante et l’esprit du capistalisme, Paris, Plon.

 

 

Bibliographie Corpus

Corpus textuel dans les forums constituants

Bard, E. (2003), Greenhouse effect and ice ages: historical perspective.

Bard, E. (2006), Chronologie des variations climatiques rapides pendant la dernière période glaciaire.

Berger, A. (2012), De la théorie astronomique au réchauffement, global et au développement durable.

Bony, S. Dufresne, J.-L., (2007), Processus régissant la sensibilité climatique.

Cazenave, A. (2004), Les variations actuelles du niveau de la mer.

Cazenave, A. et al. (2011), L’élévation récente du niveau marin et l’érosion côtière : le cas d’îles océaniques du Pacifique.

Jouzel, J. (1999), Evolution du climat : du passé récent vers le futur.

Jouzel, J. (2003), Climat du passé (400 000 ans) : des temps géologiques à la dérive actuelle.

Jouzel, J. Megie, G., (2003), Le changement climatique Histoire scientifique et politique, scénarios futurs.

Jouzel, J. (2010), Débats et controverses autour du réchauffement climatique.

Le Treut, H. (1999), Rétroactions liés aux nuages et à la vapeur d’eau, et incertitudes de la modélisation climatique.

Le Treut, H., van Ypersele, J.-P., Hallegatte, S., Hourcade, J.-C., (2004) Sciences du climat, acquis et controverses.

(Avec Michael Ghil, Sandrine Bony, Pierre Friedlingstein, Shardul Agrawala et Annett Moehner, Pierre Picard, Michel Déqué, Jean-Charles Hourcade, Philippe Ambrosi, Michel Petit)

Le Treut, H. (2006), Le diagnostic scientifique : de l’alerte à l’éclairage des choix.

Le Treut, H. (2010), L’expertise climatique : un défi interdisciplinaire et démocratique.

Masson-Delmotte, V. Chappellaz, J. (2002), Au cœur de la glace, les secrets du climat.

Risi, C.et Bony, S. (2010), Évaluer les modèles de climat et leurs projections : la valeur ajoutée de la composition isotopique de l’eau.

 

 

Corpus audio-visuel dans les forums constituants (lien consulté le 31 mai 2014)

Bard, E. (2007), Rôle du CO2 et des facteurs d’origine terrestre, 13 mars 2007, http://www.academie-sciences.fr/video/v130307.htm

Bard, E. (2009), Changement climatique : certitudes, incertitudes et idées fausses, Paris, ENS, 27 janvier 2009, http://archives.diffusion.ens.fr/index.php?res=cycles&idcycle=402

Bergé, A. (2009), Changement climatique : état des lieux, Paris, ENS, 27 janvier 2009, http://archives.diffusion.ens.fr/index.php?res=cycles&idcycle=402

Bony, S. (2009), Climat modèle et comportement, Paris, Collège de France, juin 2009, http://www.college-de-france.fr/site/henri-leridon/colloque_juin_2009_populat__22.htm

Jouzel, J. (2008), Evolution du climat : du passé vers le futur, 17 septembre 2008, http://savoirs.ens.fr/expose.php?id=109

Jouzel, J. (2013), Collège de France, Les termes du débat scientifique et le problème de sa réception, Collège de France, 18 octobre 2013, http://www.college-de-france.fr/site/colloque-2013/symposium-2013-10-18-09h10.htm

Jouzel, J. (2014), Histoire et fonctionnement du GIEC, du constat à l’action? Université St Quentin en Yvelines, 31 janvier 2014, http://www.ovsq.uvsq.fr/ovsq/langue-fr/actualites/vendredis-de-l-ovsq/histoire-et-fonctionnement-du-giec-du-constat-a-l-action-par-jean-jouzel-309036.kjsp?RH=1359649885888

Le Treut, H. (2009), Influence humaine sur le climat, les Ernest, décembre 2009, https://www.dailymotion.com/video/xbmc1b_herve-le-treut-influences-humaines_news

Le Treut, H. (2010), Académie Royale des Sciences de Belgique, 15 sept 2010

Le Treut, H. (2012), Paris, ENS, 12 mars 2012, http://savoirs.ens.fr/expose.php?id=655

Masson-Delmotte, V. (2009), « Les grandes oscillations du climat depuis 800000 ans », INRAP, 20 novembre 2009, http://www.inrap.fr/archeologie-preventive/Ressources/Des-climats-et-des-hommes/p-8712-Les-grandes-oscillations-du-climat-depuis-800-000-ans.htm

Masson-Delmotte, V. (2012), Changements climatiques en cours et projections dans la perspective de la variabilité naturelle du climat, Université St Quentin en Yvelines, 10 février 2012, http://www.ovsq.uvsq.fr/ovsq/langue-fr/actualites/vendredis-de-l-ovsq/changements-climatiques-en-cours-et-projections-dans-la-perspective-de-la-variabilite-naturelle-du-climat-par-dr-v-masson-delmotte–311075.kjsp?RH=1359649885888

Masson-Delmotte, V. (2013), Risque climatique, ENS, 22 octobre 2013, http://savoirs.ens.fr/expose.php?id=1498

 

 

Corpus textuel dans l’espace public

Bard, E. (2002a), Climat : vers un changement majeur ?, Le Monde, 13 novembre 2002.

Bard, E. (2002b), Les humeurs du Soleil changent notre climat, La Recherche, 31 mars 2002, n°352.

Bard, E. (2002c), Le changement de climat est pour la deuxième moitié du siècle, Libération, 23 novembre 2002.

Bard, E. (2004a), Le climat, va-t-il basculer ? La Recherche, nov. 2004.

Bard, E. (2004b), Coups de Soleil, sur la planète, La Recherche, nov. 2004.

Bard, E. et al. (2004c), Des dates fiables pour les 50 000 dernières années, Pour la science, dossier n° 42.

Bard, E. (2006a), La tentation de refroidir la planète, Le Monde, 2 octobre 2006.

Bard, E. (2006b), +2° C, un seuil à ne pas dépasser, Libération, 11 octobre 2006.

Bard, E. (2006c), Variations climatiques naturelles et anthropiques, Géosciences, numéro 3, mars 2006

Bard, E. (2007a), La menace d’un changement climatique dangereux se confirme, Libération, 27 et 28 janvier 2007.

Bard, E. (2007b), L’effet de serre, La recherche HS, septembre 2007.

Bard, E. (2007c), Comme si Paris était déplacée à la latitude de Bordeaux, Le Figaro, 3 février 2007.

Bard, E. (2009a), Ne rien faire serait le pire, La Marseillaise, 7 décembre 2009.

Bard, E. (2009b), L’océan atténue le réchauffement, La Recherche, aout 2009, n°36.

Bard, E. (2010a), J’ai le devoir de prendre part au débat sur le climat, La Recherche, n° 439.

Bard, E. & Masson-Delmotte, V., (2010b), Pédagogie de la complexité plutôt que démagogie de la simplicité, Le Monde, 22 mai 2010.

Bard, E. et al. (2010c), Le réchauffement climatique est réel et l’Homme en est le principal responsable, Le Soir, Belgique, Mercredi 6 janvier 2010.

Bard, E. (2011a), Influence du soleil sur le climat, L’astronomie, Juillet/aout 2011.

Bard, E. (2013), La décennie 2000 est la plus chaude, Sylvestre Huet, Libération, 20 septembre 2013.

Bony, S. (2008), Qu’est-ce que le GIEC?, http://blogs.tv5.org/climats/2008/02/quest-ce-que-le.html (consulté le 5 juin 2014).

Bony, S. (2009), De nouvelles simulations climatiques, La recherche, n° 427.

Bony, S. (2013), La prévision du climat est-elle fiable ?, http://passeurdesciences.blog.lemonde.fr/2013/06/02/la-prevision-du-climat-est-elle-fiable, 2 juin 2013

Bréon, F.-M. (2013), Les contre-vérités du dernier pamphlet climatosceptique, Le Monde, 28 octobre 2013.

Cazenave, A. (2008), Quel mécanisme contribue le plus à la montée du niveau de la mer ?, L’Humanité, 4 décembre 2008.

Hansen, J. (2012), Il est encore temps de stopper la course à l’abîme, La Revue Durable, n° 46, Octobre 2012.

Jouzel, J. (2000a), Le scientifique : «Plus de sécheresse et de plus fortes précipitations», Libération, le 27 mai 2000.

Jouzel, J. (2000b), Pas besoin de grossir la menace, elle est réelle, Libération, 13 novembre 2000.

Jouzel, J. (2004), Nous avons explosé le compteur des gaz à effet de serre, Libération, 10 juin 2004

Jouzel, J. (2005a), Réchauffement du climat : ce que la science dit, Les cahiers du mur.

Jouzel, J. (2005b), Une absence d’engagement des Etats-Unis, Libération, 12 juillet 2005.

Jouzel, J. (2007), Les arguments sont scientifiques et non politiques, Libération, 29 janvier 2007.

Jouzel, J. (2009a), L’inéluctable montée des eaux, L’Humanité, 1 avril 2009.

Jouzel, J. (2009b), Une lenteur exaspérante, L’Humanité, 3 avril 2009.

Jouzel, J. (2009c), Climat : le diagnostic est clair, L’Humanité, 30 mars 2009.

Jouzel, J. (2009d), Le réchauffement va plus vite qu’on ne l’imagine, La Croix, 25 Mai 2009.

Jouzel, J. (2010a), Les attaques contre le Giec étaient prévisibles, La Tribune, 6 février 2010.

Jouzel, J. (2010b), Jean Jouzel répond au « Mythe climatique » de Benoît Rittaud, Blog Le figaro, 19 mars 2010, http://blog.lefigaro.fr/climat/2010/03/-cest-lautre-auteur-sceptique.html.

Jouzel, J. (2011), Doit-on lutter ou s’ajuster face au réchauffement ? « Les deux vont de pair », La Croix, 11 janvier 2011.

Jouzel, J. (2013a), Les pays pauvres, premières victimes du réchauffement, L’Humanité, 12 novembre 2013.

Jouzel, J. (2013b), Le réchauffement climatique est une réalité, Le Nouvel Observateur, 27 septembre 2013.

Jouzel, J. (2013c), Un seul scénario évitera le réchauffement climatique à + 2°C, La Vie, 30 sept 2013, http://www.lavie.fr/actualite/ecologie/pour-jean-jouzel-un-seul-scenario-evitera-le-rechauffement-climatique-a-2-c-30-09-2013-44677_8.php (consulté le 6 juin 2014).

Jouzel, J. (2013d), Lutter contre le réchauffement : « C’est possible », Ouest France 23 septembre 2013

Le Treut, H. (1997), Climat : pourquoi les modèles n’ont pas tort, La Recherche, n° 298.

Le Treut, H. (2008), Entretien avec le climatologue, Le prisme à idées, Septembre 2008 n°1.

Le Treut, H. (2010), Il ne faut pas confondre événement saisonnier et tendance longue, Sud Ouest, 3 aout 2010.

Le Treut, H. (2011), Entretien, L’Humanité, 6 décembre 2011.

Le Treut, H. (2012), Les nouveaux défis de la climatologie, Les Echos, 20 décembre 2012.

Le Treut, H. (2013a), Climat : aux politiques d’agir !, Les Echos, 11 février 2013.

Le Treut, H. (2013b), Réchauffement climatique : « Le temps des actes est venu », Le Nouvel Observateur, 27 septembre 2013.

Le Treut, H. (2013c), Le Treut : « Le climat ne se réchauffe pas de façon continue », Le Figaro, 27 sept 2013.

Le Treut, H. (2013d), Il faut passer à l’anticipation régionale des changements climatiques, Les Echos, 27 septembre 2013.

Le Treut, H. (2013e), Le rapport du Giec, et après ?, La Tribune, 30 septembre 2013.

Legras, B. (2010), Tribune libre de Bernard Legras, avril 2010, http://lemytheclimatique.wordpress.com/2010/04/05/tribune-libre-de-bernard-legras-2/ (Consulté le 5 juin 2014).

Masson-Delmotte, V. (2009), La menace d’un dérapage hors de contrôle du climat est plus grande que jamais, La Revue durable n° 33.

Masson-Delmotte, V. (2012), Évaluer les risques pour la santé des événements extrêmes et expertiser les impacts sanitaires des mesures d’adaptation aux changements climatiques, Environ Risque Sante – Vol. 11, n8 6, novembre-décembre 2012.

Masson-Delmotte, V. (2013), Rapport du Giec : Le changement climatique va se transmettre d’une génération à l’autre, Le Point, 27 septembre 2013.

 

 

Corpus audio-visuel dans l’espace public

Jouzel, J. (2008), Chez Fog, débat avec Claude Allègre, 17 mai 2008.

Jouzel, J. (2010), La tête au carré, 2 mars 2010.

Jouzel, J. (2010), Science Publique, Académie des sciences : le débat est-il réglé ? avec Yves Pomeau, Edouard Brezin, Jean-Louis Puget et Vincent Courtillot, France Culture, 29 octobre 2010,

https://www.franceculture.fr/emission-science-publique-academie-des-sciences-le-debat-sur-le-climat-est-il-regle-2010-10-29.html.

Jouzel, J. (2013), La tête au carré, 27 septembre 2013.

Jouzel, J. (2013), Ce soir ou jamais, avec François Gervais, Sylvie Brunel, Drieu Godefridi, Christophe Bonneuil, 1 novembre 2013,

https://www.youtube.com/watch?v=t-JTyKY9YtU

Jouzel, J. (2013), Présentation AR5, Assemblée Nationale, 27 novembre 2013, http://videos.assemblee-nationale.fr/video.4933.commission-du-developpement-durable–table-ronde-sur-le-veme-rapport-du-giec-sur-le-climat-27-novembre-2013

Jouzel, J, (2013), LCP, 15 novembre 2013, http://www.lcp.fr/emissions/ca-vous-regarde-le-debat/vod/153210-philippines-a-qui-la-faute

Legras, B., (2010), Politis, 15 juin 2010

Le Treut, H. (2009), Les matins 7h-9h, France Culture, 30 novembre 2009, http://www.naturavox.fr/video/article/rechauffement-climatique-interview

Le Treut, H. (2012), Commission développement durable, 12 décembre 2012, https://www.dailymotion.com/video/x1t3g0z_audition-de-m-herve-le-treut-climatologue-sur-la-transition-energetique-mercredi-12-decembre-2012_news

Le Treut, H. (2013), Planète Terre, France Culture, 30 octobre 2013, https://www.franceculture.fr/emission-planete-terre-sommes-nous-egaux-face-au-changement-climatique-2013-10-30

Masson-Delmotte, V. (2013), Présentation AR5, Assemblée Nationale, 27 novembre 2013, http://videos.assemblee-nationale.fr/video.4933.commission-du-developpement-durable–table-ronde-sur-le-veme-rapport-du-giec-sur-le-climat-27-novembre-2013

 

 

[1] Cette publication a fait désormais l’objet d’une rétraction de la part de l’éditeur Elsevier en novembre 2013 provoquant une série de débats.

[2] Les controverses climatiques se caractérisent par des discussions persistantes et publiques de chercheurs de différentes disciplines scientifiques qui soutiennent des arguments différents dans l’interprétation des variations du système climatique de la Terre. Les controverses climatiques ont la spécificité de présenter un enjeu politique majeur à l’échelle de la planète, puisque le point nodal du désaccord est la part de l’influence de l’activité humaine sur le climat. Elles sont donc en ce sens des controverses socioscientifiques.

[3] Les entretiens individuels ont été conduits suivant une grille d’analyse spécifique. Les résultats de ces premières analyses ont été présentés dans un esprit réflexif lors de l’entretien collectif. Les grilles d’analyses (annexes 02bis et 04) ainsi que la transcription d’un entretien individuel (annexe 01) et de l’entretien collectif annexe 02) sont consultables en ligne le 22 octobre 2015 sur le lien suivant : https://univ-montp3.academia.edu/LionelScottoDapollonia