Lionel Scotto d’Apollonia

lionel.scotto_d_apollonia
Crédit photo Scotto

Formation Universitaire

Professeur (Hors Classe) de Sciences Physiques – Rectorat Montpellier.

J’ai suivi des études dites classiques en sciences dites dures et obtenu un Master 1 en Sciences Physiques à l’Université Montpellier 2.

M’intéressant tôt à l’épistémologie, la philosophie, les arts et les lettres, j’ai après l’obtention du concours de professeur, j’ai passé un Master 2 Histoire Philosophie et Didactique des Sciences (UM2 – ENS Lyon 1).

Curieux de comprendre les problématiques émergentes du climat dès les années 2000, je me suis tourné vers des études de sociologie et obtenu un Master 2 Sociologie (UM3) et entamé un travail de recherche sur les controverses climatiques.

J’ai enchaîné dans la foulée, par un doctorat en Sociologie Université Montpellier 3, sous la direction de Jean-Bruno Renard et obtenu la qualification en sociologie en section 19 du CNU.

Laboratoire d’accueil

Je suis actuellement chercheur associé au LIRDEF Université Montpellier dirigé par Jean-Marc Lange.

En 2014, travaillant sur la place du citoyen dans les questions climatiques, j’ai pris des responsabilités en tant que directeur adjoint du GDR-CNRS PARCS.

A partir de différentes expérimentations j’ai cofondé avec Davia Dosias-Perla l’association Artivistes-atelier, afin de développer des programmes de recherche action participative et sciences citoyennes sur les questions sciences-sociétés.

Heuristique de recherche

L’ensemble de mes recherches prend racine autour des mes activités d’enseignement autour d’une question centrale d’un projet émancipateur: comment éduquer à l’esprit critique, comment optimiser les conditions d’enseignement permettant de permettre à l’élève de développer son propre entendement humain, sa liberté de conscience tout en gardant sa sensibilité, en développant un univers intérieur à la fois émotionnel et cognitif.

En développant ces réflexions j’ai été amené à arpenter des chemins de traverses parsemés de questions multiples tout au long desquels la biodiversité n’était point végétale mais didactique, philosophique, sociologie, politique, linguistique, etc.

Non sans une poésie et toujours beaucoup de créativité, suivant les pas pour mieux m’en détacher du Père de la Complexité d’Edgar Morin (à qui je rends à l’occasion un témoignage tout aussi chaleureux qu’humain) , je pratique l’interdisciplinarité dans le but de questionner la pédagogie pris dans son sens premier: l’Art de l’éducation.

Mes travaux de recherche  porte actuellement sur les questions socio-environnementales, essentiellement le réchauffement climatique et l’Anthropocène mais aussi les gaz de schiste, la mortalité des abeilles, les OGM, qui donnent lieu ces dernières années à de fortes mobilisations d’acteurs, sources de conflits, de controverses, voire des crises institutionnelles.

Pourquoi? Parce que la réalité du prisme médiatique est une vision bien déformée de la complexité des enjeux sous-jacents à la fois sur le plan des savoirs (plan épistémologique) que sur le plan des normes et des valeurs de tout un chacun (plan axiologique).

Aussi une éducation à l’esprit critique c’est à dire une éducation à la complexité revient en premier lieu (sans que cela soit suffisant) à développer une éducation aux médias. C’est pourquoi mon travail de thèse en s’appuyant sur l’objet « controverses climatiques » a consisté à construire un outil d’analyse visant à démêler tel un plat de spaghettis les dimensions épistémologiques et axiologiques. L’élaboration de cet outil s’est construit au fur d’une enquête articulant différents modes d’investigation (Entretiens individuels et collectifs, analyse de différents corpus hétérogènes (écrits, oraux, vidéo, etc.) qui m’a permis de développer sur le plan épistémologique un cadre d’analyse réflexif et interdisciplinaire.

Enrichissement des pratiques pédagogiques

Revenant aux questions d’éducation j’ai alors essayé de transposer ces réflexions dans mes pratiques avec beaucoup de plaisir et plus ou moins de réussite.  En fait, être créatif dans son métier d’enseignement tout en gardant un regard analytique bien-veillant sur son propre travail revient la plupart du temps à faire chou-blanc. Il faut accepter d’essuyer les écueils, les échecs, comprendre ses erreurs car sans chercher à naturaliser les processus d’apprentissage des élèves, ces derniers résistent dans le sens le plus noble du terme, telle la nature ne se dévoilant pas non sans mal et ruse de la part des chercheurs. Pour être exact ce ne sont pas les élèves qui résistent à proprement parler, mais leur capacité à réellement opérer des changements de représentation leur permettant une pleine compréhension du monde qui les entoure.

Une approche globale du monde social dans une logique normative et réflexive.

Hérité de l’esprit de Bourdieu, les élites ont beau dire, elles continuent à alimenter le photocopieur social considérant leur propre système normatif comme étant d’une part non seulement le meilleur mais qui plus est trop souvent comme l’unique légitime.

Toute forme d’expression est vite réduite, caricaturée condamnée moralement sans une réelle réflexion de fond. Le bien-pensant est de facto légitime et conserve son capital symbolique comme un syndicaliste s’accroche à ses acquis sociaux (l’aspect volontairement provocateur et teinté de second degré est uniquement dans le but, bien entendu, de se faire des amis).

Libérons la parole et l’énergie citoyenne… sans démagogie merci

Mettant en synergie le secteur association (Artivistes-atelier) et le monde de la recherche (GDR PARCS), je co-pilote l’Atelier Climatique Citoyen dispositif participatif visant à accompagner et faciliter les politiques publiques portant sur le climat en développant des outils participatifs à l’aide notamment du Street Art et des programmes éducatifs dans et hors les murs. Je n’en garde pas moins un esprit critique et réflexif sur mes propres travaux, ce qui demande un effort supplémentaire et questionner ses propres tensions internes.

Aussi je peux terminer  par cet adage: réflexivité bien ordonnée commence par soi-même… à méditer.