Ce que parler des controverses climatiques veut dire

Afficher l'image d'origine

« Non madame Michu, elle n’a pas à décider du degré de sérieux et de plausibilité de ce que raconte le GIEC[1], je suis vraiment désolé. […] Je dirais à Madame Michu : ma chère Madame Michu ne perdons pas notre temps. Nous, la discussion qui est la nôtre est celle-là. » (Un chercheur lors d’un entretien individuel)

 

En matière d’expertise portant sur les questions scientifiques socialement vives comme celles sur les gaz de schistes, les OGM, le nucléaire, nous sommes tous le citoyen « Michu »[2]. En effet pour tout un chacun observer les controverses climatiques[3] depuis l’espace public, revient à prendre la posture d’un extra-terrestre débarquant sur Terre, et qui observant une compression de César, chercherait à comprendre cet étrange objet présenté comme une voiture. Il est encore possible de voir les roues, le volant et peut-être même le moteur, mais ce qu’il en reste est tout sauf une voiture. Il est vrai qu’il y a de quoi rester perplexe face à des discours contradictoires, entre d’un côté : « Difficile alors de dire : « Moi, je ne suis pas d’accord avec le Giec », car il n’y a pas d’autre organisme capable de montrer qu’il a tort, il n’y a pas de cour d’appel. Alors, si vous décrétez que vous ne croyez pas à ces conclusions, vous entrez dans une théorie du complot. Et beaucoup de gens franchissent ce pas. Pour moi, ce type de doute relève du même mécanisme que celui du négationnisme » (Latour, 2013) et de l’autre « Le GIEC est mort, vive la science » (Godefridi, 2010). Pour comprendre les phénomènes de polarisation autour du GIEC, autrement dit, pour analyser la façon dont l’expertise influence les processus communicationnels régissant les trajectoires des controverses dans les différents espaces de médiation, scientifiques et publics, il est nécessaire d’éviter les biais médiacentriques (Comby, 2012) consistant à considérer que les médias sont une forme d’objectivation du monde social. Plutôt que de décrire un monde social plat constitué d’acteurs humains et non-humains s’inscrivant dans des réseaux, il est plus pertinent de concevoir les controverses socioscientifiques comme un espace social multidimensionnel, un « mille-feuille discursif » (Scotto d’Apollonia, 2015) constitué du In (ce qui est donné à voir dans l’espace public), et du Off (l’ensemble des échanges interpersonnels relevant des différents espaces interdiscursifs) en portant de façon internaliste[4] une attention particulière à la construction des savoirs climatiques.

On a tendance à l’oublier, une science sans controverse est une science morte et contrairement aux discours considérant que les controverses climatiques relèvent tout au plus de simples polémiques alimentées artificiellement par les médias, elles ne sont pas closes sur le plan épistémologique. Il ne s’agit pas de remettre en question le consensus établi par la communauté des climatologues tendant à considérer que l’influence des activités humaines sur les évolutions du système climatique ces cinquante dernières années est extrêmement probable. Il s’agit au contraire de questionner sa construction et la façon dont est pris en compte le dissensus[5]. Le 5ème rapport du GIEC du groupe 1 traite explicitement certains points controversés (GIEC, AR5, Groupe 1, 2013, pp. 187, 611, 612, 625, 627, 672, 690, 719, 772). Cet article analyse les conséquences pratiques de régulation de l’expertise climatique dans un contexte où il est impossible de mobiliser les notions de vérité ou de certitude, les savoirs climatiques étant intrinsèquement soumis à des incertitudes, des zones d’ignorance et des controverses (van der Sluijs, 2012).

Ce type de controverses dans lesquelles s’entremêlent les savoirs, les normes et les valeurs conduit les sciences sociales à construire un nouvel appareillage analytique où la notion de réflexivité (Bourdieu, 2001 ; Le Marec, 2010) occupe une part prépondérante. Sur le plan théorique, les résultats présentés dans cet article s’inscrivent dans un cadre d’analyse réflexif non réductionniste articulant une approche pragmatique des jeux d’acteurs et d’arguments (Chateauraynaud, 2011) et une approche rationaliste (Berthelot, 2008 ; Raynaud, 2003 ; Shinn et Ragouet, 2005). L’analyse socioépistémique des controverses climatiques correspond alors à une descente en complexité permettant de démêler les dimensions épistémologiques et axiologiques tout en intégrant la posture de l’enquêteur[6] dans l’analyse.

La méthode consiste préalablement à construire un étayage épistémologique décrivant d’un point de vue sociohistorique, les longues séries d’épreuves subies par les savoirs climatiques depuis le milieu du XIXème siècle dont l’expertise du GIEC est porteuse. Il s’agit ensuite d’analyser le déploiement des controverses climatiques dans les différents espaces de médiation. Les chercheurs se confrontent à une double problématique, d’une part respecter les normes communicationnelles aux contours encore flous, et d’autre part composer avec les contraintes communicationnelles spécifiques aux médias pour lesquels ils sont peu préparés. L’analyse des controverses s’avère alors un indicateur pertinent et heuristiquement fécond pour appréhender l’évolution des normes régissant les rapports sciences-sociétés. En l’occurrence le climatologue se retrouve en tension dans la mesure où il est amené à communiquer en dehors des normes conventionnelles de la communauté scientifique (Maxim et Arnold, 2012). La recherche se nourrit des controverses, alors que l’expertise vise le consensus et il est difficile de discerner si le climatologue s’exprime en tant que « chercheur » ou en tant qu’« expert ». Il y a d’un côté l’existence de points de controverse objectivés par l’analyse bibliographique des revues à comité de lecture et d’un autre côté la façon dont les scientifiques en parlent : qu’est-ce que parler des controverses veut dire ?

Après quelques rappels, l’article revient sur deux cas de controverses : (1) le chapitre 8 du groupe 1 du second rapport du GIEC concernant l’attribution du « signal climatique » c’est-à-dire la preuve de l’influence des activités humaines sur la variabilité naturelle du climat et les erreurs de Naomi Oreskes et Eric Conway (2012) ; (2) les courbes de Michael Mann (1998 ; 1999) et la difficile fabrique des savoirs. L’article aborde ensuite les stratégies discursives des climatologues « porteurs de l’alerte » (Chateauraynaud, Torny, 2005) climatique dans l’espace public français faisant face à une forme de « dissonance communicationnelle » en grande partie due au statut résolument moderne du GIEC. La conclusion permettra de nourrir le débat concernant le changement de paradigme induit par la science post-normale (Funtowicz, Ravetz, 1993).

Le GIEC est né aux forceps communicationnels

            Les questions climatiques ont une dimension politique dès l’origine. Cependant la « normalité » au sens kuhnien des points de controverses (initialement ceux d’Arrhénius ou de Milankovitch), après l’« alerte climatique » lancée en 1979 par les climatologues avec le rapport Charney, prennent une forme particulière avec l’émergence de l’expertise. A la faveur d’un épisode de sécheresse, James Hansen directeur de l’institut Goddard de la NASA, déclara devant le congrès Américain, en juin 1988, qu’il était à « 99 % certain » sur la base de ses calculs que le réchauffement n’était pas dû au hasard. Une controverse s’ouvrit et au terme des débats le GIEC statua que le « signal »[7] climatique n’était pas pour demain (Roqueplo, 1993, p. 47). Hansen n’hésite pas faire une entorse aux normes de communication propre à la communauté scientifique et va au-delà des preuves scientifiques[8] (Jouzel cité par Barnéoud, 2010). Ces conditions initiales ne sont pas sans conséquences sur la balistique des controverses dans l’espace public.

Afficher l'image d'origine

De l’impossibilité à administrer la preuve du « signal »

En 1995 le GIEC élabore son 2ème rapport. Le chapitre 8 du groupe 1 sous la responsabilité de Ben Santer porte sur l’attribution du réchauffement, objet de vives controverses en raison de modifications faites a posteriori des réunions plénières (Lahsen, 1999) prenant une tonalité visant à démontrer la responsabilité des activités humaines. Contrairement aux affirmations des deux historiens des sciences Naomi Oreskes et Eric Conway[9] (2012, p. 497) Santer n’a pas soumis un article « électrifiant » censé apporter la preuve du « signal » climatique à Nature en avril 1995, mais un an plus tard bien après la réunion plénière de Madrid du GIEC fin 1995. La bibliographie du chapitre 8 mentionne en réalité un document destiné à un usage interne (Santer, 1995). Bien que cet article soit quasiment similaire à celui de Nature, Oreskes et Conway se sont limités à questionner Santer sans effectuer une vérification pourtant très simple (Scotto d’Apollonia, 2014, p. 272). L’erreur d’Oreskes et Conway n’est pas anodine et relève d’une reconstruction historique partisane. Il ne s’agit pas de nier l’existence d’une instrumentalisation du doute par un réseau structuré d’alliances entre scientifiques, lobbies industriels et certains médias mais de questionner l’objectivité d’Oreskes et Conway qui symétriquement sont enrôlés idéologiquement dans un réseau d’alliances visant à légitimer l’expertise climatique. Ils disqualifient un des opposants de Santer, Patrick Michaels dont la lettre trimestrielle de Michaels, World Climate Review est effectivement financée au moins en partie par des intérêts liés aux lobbies pétroliers. Bien que Michaels ne soit pas directement dans le champ, le rapport cite explicitement ses travaux en minorant leurs portées. Taylor et Penner (1994, cité à la page 443, AR2, groupe1, chap. 8)[10] censé réfuter les travaux de Michaels n’est pas un article et correspond en réalité à un commentaire (dans lequel Santer est remercié) d’un autre article. Il ne s’agit pas de distribuer des bons ou des mauvais points mais d’objectiver les controverses exprimées dans le rapport du GIEC lui-même. Ce premier exemple permet d’une part de mettre au jour les difficultés de l’expertise émergente à se construire de façon neutre et impartiale, Santer étant intimement convaincu de l’urgence du problème. D’autre part la façon dont Oreskes et Conway construisent leur analyse pose la question de l’idéologisation des sciences sociales dans l’analyse des controverses. Elle est emblématique d’un courant critique situé dans l’écologie politique contre le système capitaliste et moralisateur : « Vous êtes immoral, lorsque vous utilisez votre voiture vous allez émettre des gaz à effet de serre, et vous allez tuer un ours polaire. […] Oui cela a des implications très graves, votre façon de vivre, lorsque vous allez allumer la lumière lorsque vous vous réveillez peut potentiellement tuer quelqu’un » (Oreskes, 2010 : 35mn).

Afficher l'image d'origine

Retour sur la courbe dite en forme de « crosse de hockey »

Analysons maintenant la trajectoire de la courbe de Mann et notamment le rôle joué par les blogs dans le processus de déconfinement. Cette courbe ressemblant à une « crosse de hockey » parce qu’elle représente une baisse régulière de la température depuis l’an mille jusqu’à une augmentation brutale et rapide à partir de 1900, apparaît dans l’AR3 à la page 134 du chapitre 2. Cette première tentative de reconstruction de la température terrestre moyenne a été un point de controverse particulièrement vif, un « street fight » selon un édito de Nature, au point d’être qualifiée par Mann de « guerre du climat ». A l’image du film Une Vérité qui dérange, cette courbe a été érigée en symbole de la preuve de la responsabilité des activités humaines sur le réchauffement climatique, c’est pourquoi elle a bénéficié d’une grande visibilité dans l’espace social. Les blogs dans un premier temps ont servi d’un côté à alimenter le débat positivement avant de servir d’instrument de disqualification par des attaques ad hominem, permettant de s’affranchir des normes internes à la communauté et des us et coutumes de bienséance inhérente au « bon » déroulement des controverses. L’aspect désinhibiteur du blog se retrouve à travers la violence des attaques du blog Real Climate[11] envers Vincent Courtillot concernant la prépondérance du rôle du soleil. Cette violence reprise par les grands quotidiens nationaux tranche avec la courtoisie des débats sur le même sujet à l’Académie des sciences[12]. Cet exemple est caractéristique des réseaux d’alliances entre certains climatologues et journalistes scientifiques visant à légitimer l’expertise climatique, symétriquement l’inverse étant tout aussi vrai.

Historiquement, il est essentiel de préciser qu’il n’existait alors aucune courbe de reconstruction des températures. Aussi le « Hockey Stick » représente en ce sens une avancée majeure sur le plan heuristique et se confronte inévitablement à de nombreux problèmes. En 2013, dans les locaux de l’ISCC, lors d’un entretien collectif un expert du GIEC farouchement opposé aux climatosceptiques dit à propos de cette controverse : « En fait il [McIntyre[13]] reprend les programmes de traitement, il les vérifie, il reprend les données sources ; en fait, il fait le boulot qu’un bon reviewer d’un journal devrait faire et ne fait pas, c’est dramatique, mais c’est comme ça […] Il a un rôle extrêmement simple, très désagréable pour ceux [Mann et al.] qui sont contestés ». Cette courbe dont le traitement statistique effectivement s’avère au final perfectible n’est plus mentionnée dans l’AR5 et repose désormais sur l’étagère de l’histoire des sciences. Cependant les médias se sont focalisés uniquement sur le « hockey stick » qui n’a pas manqué d’alimenter un peu plus les controverses lors du climategate fin 2009. Les travaux d’une dizaine d’autres équipes (Jansen, 2007) ayant proposé d’autres reconstructions de températures utilisant d’autres méthodes que celle employée par Mann sont restées invisibles alors qu’ils retrouvent globalement la même tendance à un réchauffement rapide mais avec une variance plus importante. En 2006, le National Research Council a établi un rapport sur cette controverse critiquant le traitement statistique mais confirmant la tendance haussière des températures. De plus d’autres reconstructions plus récentes à l’échelle régionale (Ahmed et al., 2013) confirment ces résultats. La recherche avance avec et dans les controverses alors que l’expertise piétine quand elle s’appuie sur des savoirs en construction.

Au début de la controverse, les blogs « climatosceptiques » comme le World Climate Report ont contesté les travaux de Mann tout en contribuant à dynamiser le débat. Le 28 septembre 1998, Michaels Mann[14] publie sur ce même blog une réponse mentionnant qu’il commente les points les plus importants de son article et que d’autres remarques sont les bienvenues. La controverse s’amplifiant les postions vont se polariser sur le plan axiologique en gommant les nuances sur le plan scientifique. Dans ce bruit médiatique, la critique la plus robuste fut celle de deux Canadiens, Steve McIntyre et Robert Mckitrick (2003) n’appartenant pas spécifiquement au champ de la climatologie. La publication de leur premier article provoqua une nouvelle controverse dans la littérature scientifique (Jones et Mann, 2004) et dans l’espace public où le climatologue Tom Wigley dans USA Today écrit que les travaux de McIntyre et Mckitrick étaient tout simplement viciés et stupides[15]. Comme l’indique notre expert du GIEC désormais leurs critiques sont acceptées par la communauté. Force est de constater que dans un moment d’effervescence il est très difficile, voire impossible au citoyen Michu de se forger une opinion éclairée dans le bruit médiatique polarisant jusqu’à la caricature les oppositions.

Afficher l'image d'origine

Les « porteurs d’alerte » climatique face à la « dissonance communicationnelle » du GIEC

Comment les climatologues font-ils face à ces contraintes communicationnelles sans transgresser les normes internes à la communauté dès lors qu’ils s’expriment en dehors des arènes scientifiques ? Lors d’un entretien un climatologue me dit ainsi : « […] Quand on publie dans les revues scientifiques on parle d’incertitude et quand on essaie de traduire cela dans le débat public – je parle de risque – c’est les deux facettes d’une même réalité. Cela ne doit pas prendre tout à fait le même statut quand cela sert à alimenter des mécanismes de décisions ». De plus, les « porteurs d’alerte » doivent affronter les discours parfois virulents de leurs opposants et répondre à une double injonction sociale et politique leur demandant à la fois de nourrir le débat (dont ils sont à l’origine) et d’apporter des solutions. Equation impossible, car « en tant que » représentant du GIEC ils doivent se limiter à être pertinents mais non prescriptifs, « policy relevant but not policy prescriptive ». Aussi seuls quelques climatologues aux positions scientifiques et institutionnelles dominantes comme Jean Jouzel, Hervé Le Treut ou Valérie Masson-Delmotte assument pleinement le fait de porter l’alerte climatique dans l’espace public. Ils se confrontent à une forme d’« ambivalence » soulignée dès 2000 par Hervé Le Treut (2000 : 54mn). Cette ambivalence du « porteur d’alerte » climatique se traduit par une tension entre sa propre éthique de conviction au sens wébérien – s’en tenir aux connaissances – et son éthique de responsabilité – alerter d’un risque qu’il perçoit. Aussi résout-il cet inconfort communicationnel par une hybridation de ses discours portant sur la notion de « risques », et explicitant simultanément les incertitudes voire les controverses. Il fait ainsi face à une forme de « dissonance communicationnelle ». Sa posture oscille graduellement entre celle du scientifique à l’expert d’autant plus qu’il communique dans un espace social fondé sur l’idéal moderne d’une séparation science-politique. En effet, le modèle du GIEC repose sur l’émanation moderne, d’une science parlant au pouvoir comme l’indique les résumés destinés aux décideurs. Les limites de ce modèle communicationnel conditionnent celles de ses représentants et de facto le déploiement des controverses. Les recommandations formulées à la demande du GIEC par l’IAC[16] (InterAcademy Council) concernant le processus de révision, le traitement des incertitudes et leur communication, ne permettent pas de lever ces difficultés. A mon sens, l’aide d’expert en communication préconisée lors de la 41ème session début 2015 pourrait avoir l’effet inverse et alimenter les controverses sur le plan politique.

 

Conclusion

Ces éléments illustrent les difficultés auxquelles se confrontent les pratiques de l’expertise climatique. Aussi est-il possible d’aborder les perspectives d’évolution ou de réforme dont le GIEC pourrait faire l’objet. Singularité dans l’histoire de l’expertise, le GIEC est l’illustration de l’articulation moderne de nos sociétés encore structurées autour de logiques essentiellement « top-down ». L’ouverture du dialogue vers les citoyens semble peu compatible avec les logiques technocratiques d’une science parlant au pouvoir. Malgré le fait qu’en vingt ans le consensus scientifique se soit renforcé, « les méfaits [de son] chantage » (Roqueplo, 1993, p. 362) restent identiques. Peu diffusée en France[17], l’approche « post-normale » dans le cas du climat (van der Sluijs, 2012) préconise la construction d’une expertise intégrant les citoyens dans les processus décisionnels. La mise en avant des incertitudes n’est plus considérée comme un objet d’instrumentalisation mais tend au contraire à renforcer l’image et la crédibilité de la science dans un contexte ou bien que les climatologues aient « la main » sur les rapports (et non les représentants des gouvernements) la question demeure hautement politique. Sur le principe cette approche peut aider à contourner certaines difficultés en créant les conditions d’un dialogue entre les sciences et les sociétés mais se heurte potentiellement aux dérives relativistes. En outre il reste à vérifier son opérativité dans un contexte interculturel, et à évaluer sur le plan cognitif les effets produits par de tels dispositifs. L’appropriation par le citoyen « Michu » de la complexité épistémologique des mécanismes régissant les évolutions des climats terrestres tout autant que celle des enjeux sociaux, politiques et diplomatiques restent un défi de taille.

Sur le plan disciplinaire une approche « post-normale » en mettant en lumière les controverses représente un changement de paradigme profond par rapport à une approche classique. Un supplément de réflexivité permet de questionner la dimension politique des débats sans occulter la complexité des dimensions épistémologiques, et d’autre part de clarifier les positions de l’ensemble des acteurs (y compris les chercheurs) qu’il est possible de situer entre deux bornes idéologiques opposées, celle de l’écologie politique et du principe de précaution adopté à Rio en 1992 et celle des partisans de l’appel de Heidelberg incarnée de nos jours par le courant « libéral ». Ainsi une approche pragmatique et réflexive intégrant la dimension épistémologique de la construction des savoirs scientifiques et experts constitue pour les sciences sociales l’opportunité de s’affirmer pleinement en tant qu’activité scientifique pourvoyeuse de savoirs détachés des enjeux institutionnels et du story telling visant à construire de l’acceptabilité sociale.

 

Bibliographie

Ahmed, M. et al., « Continental-scale temperature variability during the past two millennia », Nature Geoscience, 6(5), p. 339-346, 2013.

Barneoud, L., « Le réchauffement climatique fait son entrée sur la scène politique. Spécial 40 ans de la recherche », La Recherche, n°441 avril 2010.

Berthelot, J.-M., L’emprise du vrai. Connaissance scientifique et modernité, Paris : PUF, 2008.

Bourdieu, P., Science de la science et réflexivité. Cours du Collège de France 2000-2001, Paris : Raisons d’agir Editions, 2001.

Chateauraynaud, F., Argumenter dans un champ de forces. Essai de balistique sociologique, Paris : Petra, 2011.

Chateauraynaud, F. et Torny D., « Mobiliser autour d’un risque. Des lanceurs aux porteurs d’alerte », in C. Lahellec Risques et crises alimentaires, Paris, Lavoisier, p. 329-339, 2005.

Comby, J.-B., « Les médias face aux controverses climatiques en Europe, un consensus fragilisé mais toujours structurant », in Zaccai E., Gemenne F., Decroly, J.-M., (dir.) Controverses climatique, sciences et politiques, Paris : Presses de la fondation nationale des sciences politiques, p. 157-171, 2012.

Funtowicz, S. O. et Ravetz, J. R., « Science for the post-normal age », Futures, 25(7), p. 739-755, 1993.

Godefridi, D., Le GIEC est mort, vive la science !, Broché, Texquis, 2010.

Jansen, E. et al., Palaeoclimate. In: Solomon S, Qin D, Manning M, Chen Z, Marquis M, Averyt K, Tignor M, Miller H (eds) Climate Change 2007: The Physical Science Basis. Contribution of Working Group I to the Fourth Assessment Report of the IPCC. Cambridge University Press, Cambridge, 2007.

Jones, P. D. et Mann M. E., « Climate over past millennia », Reviews of Geophysics, 42(2), 2004.

Lahsen, M., « The detection and attribution of conspiracies: The controversy over Chapter 8 », in G. E. Marcus (dir.) Paranoia within reason: A casebook on conspiracy as explanation, Chicago : University of Chicago Press. Late Editions 6, Cultural Studies for the End of the Century, p. 111-136, 1999.

Latour, B., « La guerre du climat doit avoir lieu », interview mené par Olivier Le Naire, L’Express, publié le 25 septembre 2013.

Le Marec, J., « Enquête et savoir du contact dans les études de sciences: pour une réflexivité institutionnelle », in J. Le Marec (dir.) Les études de sciences : Pour une réflexivité institutionnelle, Paris : Les archives contemporaines, p. 95-119, 2010.

Le Treut, H., Université de tous les savoirs, Paris, 2000.

Mann, M., R. S. Bradley, M. K. Hughes, « Global-scale temperature patterns and climate forcing over the past six centuries », Nature, 392(6678), p. 779-787, 1998.

Mann, M., R. S. Bradley, M. K. Hughes, « Northern Hemisphere Temperatures During the Past Millennium: Inferences, Uncertainties, and Limitations », Geophys. Res. Lett., 26, n° 6, p. 759-762, 1999.

Maxim, L. et Arnold G., Les chercheurs au cœur de l’expertise, (dir.), Hermès, n°64, Paris, CNRS Editions, 2012.

Mctintyre, S. et Mckitrick R., « Corrections to the Mann et al. (1998) Proxy Data Base and Northern Hemisphere Average Temperature Series », Environment and Energy, 14(6), p. 751-771, 2003.

Oreskes, N., « Controverses climatiques, Clivages idéologiques et politiques », Science Po Paris, 29 octobre 2010.

Oreskes, N. et Conway, E. M., Les marchands de doute, Paris : Editions Le Pommier, 2012.

Raynaud, D., Sociologie des controverses scientifiques, Paris : Puf, 2003.

Roqueplo, P., Climats sous surveillance – Limites et conditions de l’expertise scientifique, Paris : Editions Economica, 1993.

Santer, B. D. et al., « A search for human influences on the thermal structure of the atmosphere », PCMDI, Report no. 27, Livermore : Lawrence Livermore National Laboratory, 1995.

Scotto d’Apollonia, L., Les controverses climatiques : une analyse socioépistémique, Thèse de doctorat, Université Paul-Valéry Montpellier 3, 2014, consultable en ligne sur le lien suivant : https://univ-montp3.academia.edu/LionelScottoDapollonia

Scotto d’Apollonia, L., « Le « mille-feuille discursif » des controverses climatiques », RUSCA, MSH-M, n°7, 2015.

Shinn, T. et Ragouet P., Controverses sur la science. Pour une sociologie transversaliste de l’activité scientifique, Paris : Raisons d’agir, 2005.

Taylor, K. E. et Penner J. E., « Response Of The Climate System To Atmospheric Aerosols and Greenhouse Gases », Nature, 369(6483), p. 734-737, 1994.

Van der Sluijs, J. et al., « Etablir la qualité des preuves pour les situations de décision complexes et controversées », in Les chercheurs au cœur de l’expertise, Hermès, n° 64, p. 165-173, 2012.

[1] Groupe Intergouvernemental d’experts sur l’Evolution du Climat, IPCC en anglais.

[2] A l’origine Madame Michu est un Monsieur, personnage romanesque balzacien incarnant un paysan fidèle à l’ordre établi. Ici Monsieur et Madame Michu sont considérés comme la figure du citoyen profane.

[3] Les controverses climatiques se caractérisent par des discussions persistantes et publiques de chercheurs de différentes disciplines scientifiques qui soutiennent des arguments différents dans l’interprétation des variations du système climatique de la Terre. Les controverses climatiques ont la spécificité de présenter un enjeu politique majeur à l’échelle de la planète, puisque le point nodal du désaccord est la part de l’influence de l’activité humaine sur le climat (Scotto d’Apollonia, 2014, p. 11).

L’expertise dite scientifique est définie comme le passage de la connaissance en tant que telle à sa formulation dans le contexte des prises de décisions (Roqueplo, 1993, p. 5).

[4] L’approche internaliste consiste à focaliser l’attention sur la construction des savoirs. Elle peut constituer à elle seule une forme de réductionnisme épistémologique.

[5] Les résumés de synthèse destinés aux décideurs politiques gomment les avis minoritaires, et par voie de conséquence les controverses. La polémique au sein de l’Académie des sciences relayée par les médias en mai 2015 est un autre exemple de la difficulté à prendre à compte les avis minoritaires. Cette polémique concerne l’amendement à l’avis de l’Académie des sciences concernant la transition énergétique du point de vue de Vincent Courtillot comme le prévoit la charte de l’expertise votée en 2012.

[6] Je considère qu’en dépit des incertitudes concernant les savoirs climatiques, le consensus scientifique doit primer pour conduire des politiques énergétiques visant à réduire les émissions carbonées.

[7] En étudiant différents indicateurs comme par exemple les cernes d’arbres, il est possible d’estimer la variabilité climatique (variation intra et interannuelle du climat) sur des échelles de temps différents. Les climatologues analysent des forçages dits externes, tels que le volcanisme, l’activité solaire et les activités humaines, et tentent d’identifier ce qu’ils appellent le « signal » de ces forçages par rapport à la variabilité naturelle du climat et à en évaluer leur niveau de séparation.

[8] Au sens poppérien il n’existe pas de preuve mais un faisceau de présomption.

[9] Ils sont célèbres pour leurs travaux portant sur l’instrumentalisation des incertitudes par des scientifiques (les marchands de doute) au profit de l’industrie du tabac aux Etats-Unis.

[10] Ce travail a été conduit partiellement à l’Institut Godard qu’Hansen dirige.

[11] Lien consulté le 01 septembre 2013 : http://www.realclimate.org/index.php/archives/2007/11/les-chevaliers-de-lordre-de-la-terre-plate-part-i-allgre-and-courtillot/langswitch_lang/fr/

[12] La particularité du cadre théorique dans lequel cet article s’inscrit est de pratiquer une analyse symétrique sur le plan épistémologique et axiologique et de pousser la réflexivité des enquêteurs et de l’enquêteur au maximum par la mise en place d’un dispositif de recherche spécifique. Au regard des résultats de l’enquête il est possible d’opérer une brisure de symétrie concernant les travaux de Courtillot qui à ce jour apparaissent insuffisamment étayés scientifiquement, même si rien ne permet d’infirmer son hypothèse. Sur le plan normatif ses discours dénoncent le consensus du GIEC et le principe de précaution.

[13] Steve McIntyre est un statisticien amateur, célèbre pour son blog climatosceptique http://climateaudit.org/.

[14] Article consulté le 26 avril 2014 sur le lien suivant : http://www.worldclimatereport.com/archive/previous_issues/vol4/v4n2/cutting.htm

[15] Article consulté le 26 avril 2014 sur le lien suivant : http://usatoday30.usatoday.com/weather/climate/2003-11-18-warming-debate_x.htm

[16] InterAcademy Council Committee to Review the IPCC: Climate Change Assessments Review of the Processes and Procedures of the IPCC. Amsterdam: InterAcademy Council :

http://reviewipcc.interacademycouncil.net/report.html ou encore http://reviewipcc.interacademycouncil.net/ReportNewsReleaseFrench.html

[17] Il est utile de noté que l’avis du COMETS (Comité d’éthique du CNRS) du 25 juin 2015 concernant les sciences citoyennes fait une référence rapide en page 9 à l’approche post-normale ce qui constitue un première.

Les feuilles de l’arbre à palabres…

 

Les feuilles commencent à pousser
020

Bizarrerie du temps les feuilles de l’arbre à palabres commencent à pousser à l’automne. Est-ce une manifestation du réchauffement climatique? Absolument pas.

Deux actions couronnée de succès ont eu lieu successivement le 26 septembre 2015 dans le cadre du festival de la biodiversité autour du bassin Jacques Cœur de Montpellier et le 4 octobre 2015 lors de la foire aux associations. Le GDR PARCS remercie vivement la collaboration active et enthousiaste de l’Agence Locale de l’Energie de Montpellier.

047

Premiers retours.

Les passants surpris par l’arbre et peu habitués à laisser des messages ont besoin d’être guidés afin qu’ils puissent mettre leur avec les étiquettes. Malgré la nécessité d’avoir pour le moment une personne présentant l’arbre à palabres climatique à ses côtés, le dispositif fonctionne très bien.

Nous avons pu recueillir un grand nombre d’expression que nous n’avons pas encore eu le temps d’analyser et de mettre en ligne.

 

033

Actions à venir.

Nous vous invitons à d’autres actions autour de l’arbre à palabres.

Crédit photo Scotto d'Apollonia Lionel
Crédit photo Scotto d’Apollonia Lionel

10 octobre 2015 Fête de la Science (salle Pagezy l’après midi).

Dans le cadre de la fête de la science un session spéciale se focalisera sur la compréhension des mécanismes de l’effet de serre et de ses évolutions.

Vous êtes ainsi invités à participer à jeu « le réchauffement climatique expliqué à mes parents ».

Ethno. Doc

17 octobre 2015 20H Festival Ethno Doc Cinéma Nestor Burma

Dans du festival international du film Jean Rouch Hors les murs, l’accent est mis cette année sur la problématique climatique et la montée des eaux dans les iles et les régions polaires.

A l’issu de la projection du documentaire Thule Tuvalu, Lionel Scotto d’Apollonia animera un débat à partir des questions des festivaliers.

Nous vous donnons rendez-vous pour une série d’autres actions à venir qui seront détaillées ultérieurement.