De l’éthique du Street Art dans un design participatif

colloque-bioart-affiche-724x1024

L’éthique dans l’expérience Artivistes

Colloque International Ethique et BioArt

Au Musée Fabre à Montpellier 29 et 30 nov. 2016

Les Ateliers Artivistes braquent leur lunette analytique sur l’ensemble des dispositifs participatifs de rue qu’ils créent.

En s’appuyant notamment sur le dernier en date qui s’est déroulé le 5 novembre 2016 au zoo du Lunaret de Montpellier, Lionel Scotto d’Apollonia a présenté un work in progress interrogeant l’éthique comme un marqueur de l’évolution de la démocratie dite participative.

14991950_329883367370468_5078171110817644295_n

musee-fabre-logo

L’occasion de présenter les art’ions de l’association et du prisme analytique notamment pour la rédaction de la première charte citoyenne sur la « Biodiversité et l’Art de vivre ensemble ».

imge-youtube-artiviste

Document de présentation

colloque-bioart-dosias-perla-d-_scotto-dapollonia-l-_nov-2016

Texte de présentation de la communication

L’une des spécificités d’Eduardo Kac, l’un des artistes incarnant le bioart est de privilégier les aspects communicationnels permettant ainsi de penser différemment la relation entre le spectateur et l’œuvre et dans ses prolongations politiques, l’éthique de l’art. L’originalité de notre présentation vise à apporter des éléments de réflexions sur un projet questionnant à partir des questions climatiques la place du spectateur/citoyen transformé en Artiviste à partir de manifestation autour du Street Art. La force du projet est d’intégrer le regard analytique de la recherche, chaque action devenant un révélateur au sens photographique de l’éthique communicationnelle et de l’éthique environnementale considérée dans le prisme du politique et de la démocratie. L’œuvre d’art n’est plus seulement le vecteur politique d’une dénonciation ou d’une réflexion mais un moyen pour questionner la place du citoyen dans la cité dans une visée praxéologique. Inspiré de l’esprit de Jean Vilar et de Keith Haring, ce projet Artiviste permet au citoyen d’exprimer son point de vue à partir de réflexion sur les œuvres librement créées par les artistes sur un thème choisi. Dans une perspective habermassienne, ces expériences Artivistes permettent de porter un regard original sur l’éthique de la communication avec la visée critique d’être aux services de « bonnes finalités » celles des attentes citoyennes.

A partir de la présentation de notre projet Artiviste nous vous proposons d’ouvrir un espace de réflexion en comparant les dimensions éthiques qui accompagnent le projet bioartistique et Artiviste. La confrontation qui se dessine entre la bio-technique et un art reproductible comme le Street Art n’est pas conflictuelle dans le rapport entre l’œuvre et sa reproductibilité, mais au sein de l’œuvre, entre l’acteur et un système de captation reproductible. Le pouvoir de fascination que crée cette instrumentalisation de l’Homme par la technique et que le spectateur peut ressentir (Benjamin, 2013 [1955]) est une source de questionnement heuristiquement fécond. L’expérience artistique des spectateurs, quelle soit source d’effroi devant le clone virtuel que lui renvoie son image sur l’œuvre d’art ou source de questionnement, permet de repenser l’éthique considérée sous différentes facettes. A partir de ces expériences Artivistes, le prisme analytique de la construction de l’intersubjectivité de l’ensemble des acteurs (artistes et spectateurs) permet de questionner transversalement ce que les rapports de l’Homme à la Nature et à sa nature révèlent de nos éthiques contemporaines. La comparaison des bio artistes / Street Artistes s’insère dans un rapport de force dialogique entre fascination et réflexion à la fois sur les enjeux de la biologie ou ceux environnementaux. Ces éléments de réflexions pourront ainsi s’ouvrir plus généralement sur l’éthique de la responsabilité citoyenne, fondement de toute démocratie où force est de constater qu’il reste encore difficile de faire entendre sa voix.

 

Bibliographie

Benjamin, W. (2013 [1955]) L’Œuvre d’art à l’époque de sa reproductibilité technique (1939), traduit par Frédéric Joly, préface d’Antoine de Baecque, Paris, Payot, coll. Petite Bibliothèque Payot.

 

Lionel Scotto d’Apollonia, Sociologue des sciences, sous directeur GDR PARCS, chercheur rattaché au LIRDEF Université Montpellier. Sa thèse a porté sur une analyse socioépistémique les controverses climatiques, il co-pilote le projet Artiviste dans sa dimension recherche action participative. lionel.scotto@fde.univ-montp2.fr

Davia Dosias-Perla, Consultante et experte en environnement, bénéficiant d’une double formation en Sciences de l’environnement et Philosophie. En recherche d’un financement pour sa thèse, elle est Présidente de l’association Artivistes et créatrice du projet qu’elle co-pilote dans ses dimensions politiques et développement des territoires. Elle est également membre du GDR PARCS. davia.dosias.perla@live.fr

 

ARTIVISTES AU COLLOQUE INTERNATIONAL SUR L’ETHIQUE ET LE BIOART_ NOVEMBRE 2016 

[…] . Inspiré de l’esprit de Jean Vilar et de Keith Haring, ce projet Artivistes  permet au citoyen d’exprimer son point de vue à partir de réflexion sur les œuvres librement créées par les artistes sur un thème choisi… […]

proporeflechirsition-communicat
ion-artivistes-dosias-perla-scotto-dapollonia

Nous sommes très fiers de pouvoir échanger dans le cadre du Colloque international sur l’Ethique et le Bioart  http://ethiquecontemporaine.org/?page_id=296

colloque-bioart-affiche-724x1024