L’ANTHROPOCENE : UN CONCEPT SOCIOSCIENTIFIQUE POUR UNE EDUCATION AU DEVELOPPEMENT DURABLE ?

« Le terme de chronologie géologique “Anthropocène ” signifie littéralement “l’âge de l’Homme”. Il a été employé initialement par des chercheurs soviétiques au début des années 1960. Depuis, l’idée a fait son chemin jusqu’à la reconnaissance officielle, le 29 août 2016, par un groupe international d’experts réunis au Congrès géologique international qui se déroulait au Cap, en Afrique du Sud. »[1]

Crédit photo @Nasa

L’information semble fiable et sérieuse et pourtant elle est particulièrement problématique, voire fausse puisqu’il n’y a pas eu de reconnaissance officielle à ce jour. Cette assertion correspond à ce que tout un chacun peut lire en cliquant sur le premier lien proposé en juillet 2018 par le très célèbre moteur de recherche Google à partir du terme « anthropocène ». L’auteur de cette définition correspondant à la rubrique Planète du site futura-sciences.com est semble-t-il bien informé puisqu’il a connaissance des rares travaux datant l’usage du terme dans les années 1960 (Raynaud, 2018). Pour mettre en relief la complexité de mobiliser le concept d’Anthropocène dans une éducation au développement durable, cette introduction propose de questionner, l’information ci-dessus avec le terme de « fake news » ayant fait irruption dans le champ de l’éducation sans véritable réflexion de fond préalable, objet de très vif débat avant son adoption en tant que loi organique[2]. Le terme « fake news » vient compléter le champ lexical implicitement lié à l’épistémologie comme les notions de « post-vérité », d’agnotologie (Girel, 2018) rejoignant plus largement la prolifération de théories du complot en tout genre dans les médias. Ces éléments représentent des marqueurs des changements radicaux propres à la circulation des « informations »notamment sur Internet et des difficultés de nos systèmes démocratiques à réguler les débats tout en préservant la liberté d’opinion et d’expression, symbole des évolutions complexes des rapports sciences-sociétés. Ils portent en eux les germes d’une image potentiellement caricaturale de la science comme une haute autorité épistémologique susceptible de discriminer sans difficulté le vrai du faux. Le système éducatif est le premier maillon de la chaine, l’enseignement des sciences devant en quelque sorte répondre à une injonction paradoxale : relever sur le plan axiologique le défi démocratique et environnemental tout en formant sur le plan épistémologique à la nature des sciences par essence soumises à des incertitudes, des controverses et des zones d’ignorance. Associer la réflexion entre le terme « fake news » et le concept d’Anthropocène s’avère heuristiquement très fécond par leur capacité à symboliser les défis démocratiques et les mandats contradictoires de l’éducation nationale. C’est d’autant plus pertinent qu’à y regarder de près le terme « fake news » est un réceptacle fourre-tout et se caractérise par un spectre sémantique large faisant référence à la fois à une rumeur, une fausse information, une opération de déstabilisation ayant comme toile de fond tout un ensemble de questions scientifiques socialement vives : le climatoscepticisme, la persistance de préjugés, la contestation contre les vaccins, etc. Alors de quoi parle-t-on quand on mobilise le concept d’Anthropocène ?

En prenant comme objet d’étude la question scientifique socialement vive (Simmoneaux, Legardez, 2011) de l’Anthropocène cet article propose de développer une réflexion croisée sur les éducations à (Audigier, 2012) cherchant à identifier les problèmes liés à sa transposition didactique permettant de rester attentif à la nature des sciences (Maurines, 2010). Pour cela, cet article s’appuie sur les résultats d’une analyse socioépistémique du concept d’Anthropocène sur la base d’un cadre d’analyse spécifique aux controverses socioscientifiques (Scotto d’Apollonia, 2015) abordant : (1) les origines du concept sur le plan épistémologique et (2) l’analyse de la couverture médiatique de l’Anthropocène en se focalisant sur le congrès des géologues à Cap Town en Afrique du Sud fin 2016 mentionné plus haut. Cette analyse permet d’en déduire qu’une éducation au développement durable qui mobiliserait le concept d’Anthropocène suppose une vigilance épistémologique et axiologique, l’objet « Anthropocène » étant soumis à des impératifs contradictoires. Si l’Anthropocène peut accompagner un programme d’éducation au développement durable, à travers l’analyse des impacts des activités humaines sur l’écosystème terrestre, il semble nécessaire de prendre en compte les controverses expertes à son sujet, en développant alors une éducation à la nature des sciences, à l’esprit critique, aux médias et à l’information.

 

  1. Cadre d’analyse et méthodologie

Les analyses présentées dans cet article s’appuient sur certains éléments d’un cadre d’analyse non-réductionniste (Berthelot, 2002 ; 2008) croisant une approche pragmatique (Chateauraynaud, 2011) et réflexive (Bloor, 1983 ; Boudieu, 2001 ; Le Marec, 2010) et la sociologie rationaliste (Berthelot 2008, Raynaud 2003) portant sur les controverses socioscientifiques élaboré dans le cadre d’une thèse (Scotto d’Apollonia, 2014). Ce cadre propose une conceptualisation des controverses comme un « mille-feuille discursif » s’avérant particulièrement opérant quant à l’analyse de la couverture médiatique des questions controversées.

Cette conceptualisation consiste à considérer les controverses socioscientifiques comme un espace social multidimensionnel constitué du In, le discursif (ce qui est donné à voir dans l’espace public) et du Off, l’interdiscursif (ce qui est invisible depuis l’espace public concernant l’ensemble des échanges interpersonnels relevant des différents espaces interdiscursifs). Elle suppose une veille internaliste attentive à la construction des savoirs. In fine, l’outillage analytique construit permet d’analyser de façon efficace n’importe quel moment d’effervescence médiatique, en mettant au jour les logiques stratégiques et argumentatives, en analysant les jeux d’acteurs et d’arguments (Chateauraynaud, 2011) et en décrivant les dynamiques de confinement/déconfinement.

 

  1. L’Anthropocène, un concept scientifique controversé

L’Anthropocène, popularisé par le prix Nobel de chimie en 1995 Paul Crutzen (2002) vise initialement à définir une échelle de temps géologique pertinente pour objectiver l’impact de l’Homme sur l’écosystème terrestre. Heuristiquement particulièrement fécond et source de multiples controverses[3], ce concept connait un succès dans le champ des sciences de la nature, mais également en tant que nouveau grand récit (Larrère, 2015) pour les sciences humaines et sociales (Bonneuil, Fressoz, 2012). Depuis 2009, il est l’objet d’étude d’un groupe de travail interdisciplinaire (Anthropocene Working Group, AWG)[4] au sein de l’Union Internationale des Sciences Géologiques (IUGS).

La publication de Nature fait suite à un précédent article publié avec le biologiste américain Eugène Stoermer en 2000 dans la newsletter du programme onusien sur la biosphère (International Geosphere-Biosphere Program, IGBP)[5]. Signalons d’abord que l’apparition du terme « anthropocène » fait débat[6].

Conceptuellement, l’Anthropocène est proche d’une kyrielle d’autres concepts : l’Ere anthropozoïque, Psychozoic era, Anthropogène, Biosphère ou Noösphère (Scotto d’Apollonia, 2018a). Comme le souligne Jacques Grinevald, membre de l’AWG, l’idée d’Anthropocène n’est pas neuve. La spécificité du concept d’Anthropocène réside exclusivement dans sa définition en tant que temporalité géologique. C’est en ce sens qu’il est discuté en fonction des normes spécifiques à la stratigraphie, au sein de l’AWG, structure de l’Union Internationale des Sciences Géologiques (IUGS).

L’article de Crutzen (2002) introduit une profonde ambigüité sur la temporalité en posant à la fois le concept d’Anthropocène en tant qu’« ère » et « époque »[7]. Au regard de la rigueur des normes stratigraphiques, la formalisation de l’Anthropocène en tant qu’ère ou époque géologique, s’apparente à un véritable parcours du combattant. C’est pourquoi à l’heure actuelle, le groupe de travail sur l’Anthropocène de l’AWG n’a proposé aucune formalisation du concept. Cet élément est essentiel pour l’analyse de la couverture médiatique autour du 35ème congrès de l’IUGS fin 2016. Signalons que les propositions de l’AWG ont été rejetées par Stanley Finney qui dirigeait précédemment la Commission Internationale de Stratigraphie, en référence au standard (Salvador, 1994) des critères spécifiques pour la définition des unités chronostratigraphiques[8].

 

III. L’Anthropocène : un concept socioscientifique

Cette première approche historiographique permet de mieux cerner la nature hybride d’un concept entre les sciences géologiques et une philosophie de la nature très proche du courant de l’écologie politique. Le concept d’Anthropocène, de façon similaire à la théorie de Gaïa de James Lovelock et Lynn Margullis (Dutreuil, 2016 ; 2017), apparait comme un apatride paradigmatique dans le sens où il est initialement discuté hors du champ de la géologie, avant d’y être rapatrié. Par la suite, le déplacement du concept dans le champ des SHS prend difficilement en compte le déficit d’adhésion de la communauté de pairs.

Les travaux de Christophe Bonneuil et Jean-Baptiste Fressoz (2013) ont permis de redonner de la profondeur historique et de l’épaisseur politique au concept d’Anthropocène. Leur propos repose sur une hypothèse de travail présentant l’Anthropocène comme un objet « froid », reposant essentiellement sur des courbes et des équations. L’effort d’historicisation est louable et permet de déconstruire le grand récit unificateur de l’espèce humaine considérée comme un tout, en redistribuant de façon pondérée les responsabilités historiques[9]. La migration conceptuelle de l’Anthropocène consiste donc à objectiver les activités humaines comme une force tellurique à l’échelle des temps géologiques, et à y introduire une dimension sociale, l’Anthropocène étant considéré comme un fait scientifiquement établi.

Cette migration conceptuelle s’accompagne d’un dessein politique tout à fait explicite (St Martin, 2015), qui dénonce le système capitaliste et qui enferme les acteurs dans la catégorie des « anthropocénologues »[10]. Elle permet de mettre au jour une opposition plus profonde sur les régimes d’action, polarisés entre deux visions du monde opposées. Comme dans toute controverse, les dynamiques de positionnement des acteurs se construisent de manière caricaturale entre ces deux positions (Larrère, 2015) : « anthropocénologues » vs « collapsologues ». Les premiers adhèrent au courant progressiste, aux accents modernistes et proposent des solutions de type géo-ingénieries, contrairement au second appartenant au courant de l’écologie politique visant à s’extraire du premier par la critique. Cet article se limite à présenter les bornes du spectre idéologique, sans préjuger du positionnement plus fin et complexe de l’ensemble des acteurs. Les dimensions socioscientifiques qui accompagnent le concept d’Anthropocène sont désormais mis au jour, voyons à présent comment elles se déploient dans la couverture médiatique d’un évènement scientifique, apparenté à un forum constituant, portant sur l’Anthropocène.

 

  1. Analyse de la couverture médiatique (focus sur le congrès de l’UIGS de 2016)

L’analyse de la couverture médiatique du 35ème congrès de géologie (27 août au 4 septembre 2016) en France se fonde sur un corpus de discours issus d’articles de presse généraliste et d’émissions radiophoniques. Le corpus a été construit à l’aide des moteurs de recherche Factiva et Europress entre les mois d’août et décembre 2016. Cette fenêtre temporelle permet de couvrir de façon quasi exhaustive la couverture médiatique du Congrès. Nous considérons que cette analyse est suffisamment représentative de la couverture médiatique de l’Anthropocène y compris en 2018[11].

Il comporte une trentaine d’articles provenant de la presse généraliste francophone, nationale et régionale. Il a fait l’objet d’un traitement systématique à l’aide d’une grille s’intéressant à la date de publication, le titre, l’auteur quand il est disponible, la façon dont est qualifiée le terme « anthropocène » en tant qu’« ère » ou « époque » et une analyse différenciée des débats autour de la proposition du groupe de travail[12].

Le corpus radiophonique est construit grâce à une veille quotidienne réalisée à l’aide du moteur de recherche Google avec le mot clé « anthropocène ». Cette méthode, limitée à la confiance qu’il est possible d’accorder à l’algorithme de Google, peut occulter certaines émissions radiophoniques ne référençant pas de façon systématique l’ensemble de leurs programmes sur les flux notamment RSS.

Enfin l’analyse a été complétée par une enquête auprès des différents acteurs par échange de courriers électroniques portant sur la perception des acteurs du travail de l’AWG et de la couverture médiatique du congrès, précisant préalablement aux destinataires que les propos serviront à l’analyse[13].

Lors du 35ème congrès, l’AWG représenté par Colin Waters qui dirigeait précédemment la Commission Internationale de Stratigraphie, est intervenu deux fois le lundi 29 août 2016. lors de la même session, en proposant la possibilité de formaliser l’Anthropocène comme une temporalité géologique. Cette proposition fut rejetée par Stanley Finney. Proche de ce dernier, le 30 aout 2016, le géologue Patrick de Wever, invité dans l’émission La tête au carré, résumait ainsi la proposition de l’AWG : « C’est comme si un groupe de personnes [AWG] se réunit et décide d’acheter un château avant de s’apercevoir qu’ils n’ont pas l’argent pour acheter le château. » (De Wever, 2016).

Membre de l’AWG, Philip Gibbard, lors de l’enquête, considère qu’ : « il n’y a pas eu de réel débat dans le congrès international de géologie à Cape Town et aucun n’était prévu. Les articles proposés par Colin Waters étaient intéressants et bien présentés mais il n’y avait pas de forum pour le débat. C’est une erreur véhiculée par la presse populaire. [Traduction libre de l’auteur] »[14]. Jacques Grinevald, membre de l’AWG lors de l’enquête, confirme que « la grande presse dit un peu n’importe quoi à ce sujet malheureusement ». Examinons donc ce qu’il en est véritablement de ce « un peu n’importe quoi ».

 

Analyse du cadrage par les deux premiers articles de presse le 29 août 2016

 

L’analyse se focalise en détails sur les deux premiers quotidiens qui traitent le sujet en date du 29 août 2016 c’est-à-dire le jour même des débats. L’analyse de l’ensemble du corpus permet de démontrer que ces deux articles vont donner le ton, leur analyse s’avérant représentative de l’ensemble de la couverture médiatique. D’après les moteurs de recherche Factiva et Europress, les deux premiers quotidiens à couvrir l’évènement sont Ouest France et Direct Matin avec les titres respectifs : « La Terre est-elle entrée dans une nouvelle époque, l’Anthropocène ? »[15], et « L’Humanité est entrée dans une nouvelle ère, l’Anthropocène »[16].

L’auteur de l’article de Ouest France n’est pas mentionné, particularité que l’on va retrouver dans la majorité des autres articles. Ceci pose la question de la couverture du congrès par les journalistes et de leur présence effective sur les lieux, en Afrique du Sud ou en France. Si le titre de Ouest France questionne cette nouvelle « époque », le début de l’article y répond sans équivoque :

« L’Homme a fait entrer la Terre dans une nouvelle époque géologique, l’Anthropocène, qui a débuté au milieu du XXè siècle, selon un groupe de scientifiques qui a présenté lundi ses conclusions devant le Congrès géologique international réuni en Afrique du Sud »[17].

Celui de Direct Matin, quotidien gratuit de la presse généraliste, évoque une « ère » et valide d’emblée l’entrée dans l’Anthropocène : « L’Humanité est entrée dans une nouvelle ère, l’Anthropocène »[18]. Dans ce même article, les résultats du groupe de travail sont présentés comme : « sans équivoque ».

La problématisation de la question est dans ces deux articles de nature hybride : ils mentionnent un questionnement tout en affirmant que la Terre est entrée dans l’Anthropocène.

Aucun des deux articles ne relate le fait que la proposition ait été « rejetée ». Le caractère « controversé » ou le fait que la proposition du groupe ait tout au plus été débattue n’est pas mentionné. Les deux articles font référence à la proposition formulée par l’AWG qui a publié un communiqué de presse en amont.

L’absence de publicisation dans la presse des controverses est renforcée par les propos dans Ouest France de Catherine Jeandel, membre de l’AWG : « L’Homme est devenu une force telle qu’il modifie la planète », et selon elle : « C’est inquiétant ».

Au final, le concept d’Anthropocène est présenté dans la presse généraliste quotidienne comme épistémologiquement validé par la communauté des géologues.

 

L’analyse de ces premiers éléments met au jour un jeu d’acteurs et d’arguments. La stratégie de l’AWG à travers son communiqué de presse publié le 29 août 2016 et les propos rapportés de Jeandel dans la presse le 29 août 2016 est immédiatement contrée par Patrick de Wever[19] le 30 août 2016 sur France Inter, qui se présentent comme le gardien épistémologique de la stratigraphie. Bien qu’ils aient perdu le débat lors du congrès, les membres de l’AWG, au regard de l’ensemble de la couverture, ont gagné l’argumentaire sur la scène médiatique, le congrès étant présenté comme une avancé majeure pour la validation de l’Anthropocène.

En effet, les propos de Catherine Jeandel vont être repris à sept reprises dans la presse généraliste régionale (Ouest France, Corse Matin, La Provence, Les échos, Courrier picard, La Dépêche et Science et Avenir). De plus, un grand nombre de journaux dans leur titre affirment tout simplement l’entrée dans une nouvelle période de temps géologique :

 

« L’Homme a fait entrer la planète dans une nouvelle époque : l’Anthropocène » (Corse Matin et La Provence, 30 août 2016), « “L’âge de l’Homme” a débuté, selon des scientifiques » (Les Echos, 30 août 2016), « Anthropocène » (Ouest France, 29 août 2016), « Bienvenue dans l’anthropocène » (Le Temps, 31 août 2016, Courrier International (traduit du The Guardian, 22 sept. 2016), « L’Homme modifie la planète » (Courier picard, 31 août 2016), « La planète est entrée dans une nouvelle ère » (Le Maine Libre, 31 août 2016), « L’Anthropocène entre dans l’histoire » (L’humanité, 6 sept. 2016), « L’ère de l’anthropocène » (Le Quotidien, 21 sept. 2016), « Nous sommes entrés dans l’anthropocène » (Sciences et Avenir, 1 sept. 2016).

 

Faisant figure d’exception, le journal La Croix est le seul à donner une information représentative de la réalité des débats, les grands journaux Le Monde, Libération et Le Figaro n’ayant pas couvert l’évènement.

Le communiqué de presse de l’AWG a permis de créer artificiellement un effet de loupe sur l’Anthropocène présenté, contrairement à l’examen des faits, comme un sujet central et validé par la communauté des géologues.

 

Conclusion et implication pour une éducation au développement durable

Se pose maintenant la question de l’introduction de l’Anthropocène dans les programmes d’éducation au développement durable, sachant que comme pour toute question socialement vive, cela suppose de développer une éducation aux médias et à l’information, à l’esprit critique, à la complexité, et à la nature des sciences.

Nous venons de montrer que :

  • l’Anthropocène repose sur des bases épistémologiques controversées dans le champ de la géologie et par la communauté des pairs ;
  • sa migration conceptuelle des sciences de la nature aux sciences humaines et sociales met au jour une nature hybride de type socioscientifique mais sans un réel prise en compte des controverses scientifiques à son sujet ;
  • la couverture médiatique du concept d’Anthropocène reproduit cette ambigüité laissant penser que désormais l’humanité est entrée dans une nouvelle ère.

Il ne s’agit pas ici de proposer un modus operandi applicable directement dans une situation didactique mais d’identifier les limites et les garde-fous concernant le déploiement d’une éducation aux questions scientifiques socialement vives relatives au développement durable.

Comment développer une éducation qui arrive à prendre en compte les tensions épistémologique (concept non formalisé) et axiologique (régimes d’action opposés) que soulèvent les objets de science « chauds » comme l’Anthropocène, mais sans les refroidir ? Comment développer un outillage analytique suffisamment robuste permettant d’évaluer la portée de ce type d’éducation, sachant que les effets peuvent s’avérer contre-productifs ? Dans le cas des controverses sur le changement climatique, une expérimentation a permis d’identifier le fait que les implicites du contrat didactique de l’enseignement des sciences comme un ensemble de théories validées limite considérablement la portée de démarches visant à développer une éducation aux questions socialement vives, voire s’avèrent contre-productives par la fabrication de doute sans garantir pour autant la prise en compte du consensus dans la communauté des climatologues (Scotto d’Apollonia, 2018b).

C’est un véritable défi éducatif que ce type d’objets complexes soulève face au risque d’une éducation normative et prescriptive, encouragée parfois par des injonctions tutélaires. Il ne s’agit pas de tenter de neutraliser les tensions épistémologiques et axiologiques, mais de développer une réflexion sur les possibilités de prise en compte didactique de ces tensions, dans le champ des éducations.

La non prise en compte de la complexité, du caractère controversé et incertain de ces objets scientifiques risque de conduire à une idéologisation à outrance des questions d’environnement et de développement durable. Inversement, face à l’impératif d’engager les futures générations sur des questions socio-environnementales, la prise en compte de cette complexité peut nourrir le terreau de dérives relativistes ou dogmatiques par la fabrication du doute dont il ne faut pas négliger les effets délétères.

 

 

Bibliographie

Audigier, F. (2012).Les Éducation à… et la formation au monde social, Recherches en didactiques 2012/2 (N° 14), p. 47-63.

Berthelot, J.-M. (2002). Pour un programme sociologique non réductionniste en études des sciences, Revue Européenne des Sciences Sociales, vol. XL, n°124, p. 233-252.

Berthelot, J.-M. (2008). L’emprise du vrai. Connaissance scientifique et modernité, Paris : PUF, 2008.

Bloor, D. (1983 [1976]). Sociologie de la logique ou les limites de l’épistémologie, Paris : Pandore.

Bonneuil, C. et Fressoz, J.-B. (2013). L’Evénement Anthropocène. La Terre, l’histoire et nous, Paris : Seuil.

Bourdieu, P. (2001). Science de la science et réflexivité. Cours du Collège de France 2000-2001, Paris : Raisons d’agir Editions.

Chateauraynaud, F. (2011). Argumenter dans un champ de forces. Essai de balistique sociologique, Paris : Petra.

Crutzen, P. (2002). Geology of mankind, Nature, 3 janvier 2002.

Crutzen P. et Stoermer, E. (2000). The ‘Anthropocene’, Global Change. IGBP Newsletter, 2000, 41, p. 17‐18.

Dutreuil, S. (2016). Gaïa: hypothèse, programme de recherche pour le système terre, ou philosophie de la nature ?, thèse de doct., Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 2016.

Dutreuil, S. (2017). James Lovelock, Gaïa et la pollution : un scientifique entrepreneur à l’origine d’une nouvelle science et d’une philosophie politique de la nature, Revues Zilsel, Editions du Croquant, N°2, septembre 2017, p. 21-61.

Girel, M. (2018). Mirowski, les « fake news » et l’agnotologie », Zilsel 2018/1 (N° 3), p. 197-206.

Le Marec, J. (2010). Enquête et savoir du contact dans les études de sciences: pour une réflexivité institutionnelle, in J. Le Marec (dir.) Les études de sciences : Pour une réflexivité institutionnelle, Paris : Les archives contemporaines.

Larrère, C. (2015). Anthropocène : le nouveau grand récit, Revue Esprit, décembre 2015.

Legardez, A et Simonneaux, L. (2011). Développement durable et autres questions d’actualités, Questions socialement vives dans l’enseignement et la formation, Dijon : Educagri.

Maurine, L. (2010). Sciences et religions Quelles vérités ? Quel dialogue ?, Paris, Vuibert, 2010.

Raynaud, D. (2003). Sociologie des controverses scientifiques, Paris : Puf.

Raynaud, D. (2008). Anthropocène. Technique. Deux points de contact entre science et pensée partisane, Revues Zilsel, Editions du Croquant, N°3, janvier 2018.

Salvador, A. (1994). International Stratigraphic Guide, 2nd edition: Boulder, Colorado, Geological Society of America and International Union of Geological Sciences.

Saint-Martin, A. (2015). Bonneuil (Christophe), Fressoz (Jean-Baptiste), L’événement anthropocène. La terre, l’histoire et nous, Paris, Le Seuil, coll. « Anthropocène », 2013, 304 pages. », Politix 2015/3 (n° 111).

Scotto d’Apollonia, L. (2014). Les controverses climatiques : une analyse socioépistémique, Thèse de doctorat, Université Paul-Valéry Montpellier 3, 2014.

Scotto d’Apollonia, L. (2015). Ce que parler des controverses veut dire, Revue Hermès, n°73, in Controverses et communications, (dir. D. Wolton, R. Badouard, C. Mabi), CNRS Editions, pp. 129-136.

Scotto d’Apollonia, L. (2017). L’éducation aux “controverses” climatiques : une fabrique du doute ?,  Epistémologie et didactique. Synthèses et études de cas en mathématiques et en sciences expérimentales, (dir. Bächtold Manuel ; Durand-Guerrier Viviane ; Munier Valérie).

Scotto d’Apollonia, L. (2018a). L’épistémologie molle de l’Anthropocène, Zilsel, n°4 (en cours d’évaluation).

 

[1] Consulté le 13 juillet sur le lien suivant : https://www.futura-sciences.com/planete/definitions/climatologie-anthropocene-16008/.

[2] Preuve de ce flou, le titre du texte comparatif lui-même profondément modifié de la commission des affaires culturelles et de l’éducation lors de l’examen est passé en première écriture d’une proposition de la loi relative à la lutte « contre les fausses informations » pour devenir « contre la manipulation de l’information ». Le glissement sémantique d’une référence à un critère épistémologique discriminant le vrai du faux : « fausse information » à un critère plus large intégrant l’implicite d’une intentionnalité : « la manipulation » est riche de sens et témoigne du caractère majeur des enjeux démocratiques entourant les « fake news ».

[3] Il ne s’agit pas dans cet article de faire une analyse de l’ensemble des points controversés. Le début de l’Anthropocène (initialement posé comme débutant avec l’invention de la machine à vapeur et actuellement déplacé avec la période de grande accélération d’après la deuxième guerre mondiale), la méthode de datation (la premièrere option correspond à une datation chiffrée dans le temps, appelée en géologie Stratotype historique (GSSA pour Global Standard Stratigraphic Age) alors que la seconde, surnommée par les géologues « clou d’or » correspond à la définition d’un point de référence dans les strates, appelé Point stratotypique mondial (GSSP pour Global standard Stratotype Section and Point), ainsi que sa migration conceptuelle dans différents champs sont les points de controverses qui sont apparus majeurs au cours de l’enquête.

[4] L’AWG est une sous-commission de la Commission Internationale de Stratigraphie (ICS) qui est la branche historique de l’Union Internationale des Sciences Géologiques (IUGS).

[5] Ce programme est un des marqueurs du début de la phase d’institutionnalisation des sciences du système Terre débutée dans les années 1970-1980 et se poursuivant aujourd’hui par des changements globaux avec comme dénominateur commun le système climatique.

[6] Stoermer utilisait le terme dans les années 1980 sans qu’il ne soit formalisé. Lewis et Maslin[6] attribuent une fausse occurrence du terme « anthropocène » à Alexi Petrovich Pavlov qui est en fait une traduction datant des années 1960. Il existe une proximité lexicale entre le terme « anthropocène » et celui d’« anthropogène » utilisé dans la littérature scientifique dès les années 1930. Ces éléments sont identifiés par le groupe de travail sur l’Anthropocène (AWG) et mentionnés par une note de bas de page. Dominique Raynaud (2018) démontre qu’il existe une traduction du terme « антропогена » par celui d’« anthropocene » au moins à partir des années 1960 dans les Rapports de l’Académie des sciences. La raison tient à la nécessité de clarifier l’usage rapproché de « Pliocene », « Holocene » et « Anthropocene ».

[7] Une ère géologique est une subdivision géochronologique qui équivaut à un « étage ». L’« étage » correspond à la division de base en stratigraphie. Pour être plus précis en stratigraphie les divisions chronostratigraphiques sont caractérisées par des ensembles de couches comme les « étages », les « séries », les « systèmes », les « érathèmes », les « éonothèmes ». Ces couches permettent par correspondance de caractériser des bases de temps subdivisées en « âges », « époques », « ères », « éons ». Ces subdivisons, un peu à l’image d’un empilement de poupées russes, servent ensuite de marqueur temporel. Il est ainsi possible de définir une « époque » (comme l’empilement de plusieurs étages formant une série). De la même façon une « période » est la compilation de plusieurs « séries » formant un système. Une « ère » se définit ainsi comme la stratification de plusieurs systèmes formant un érathème.

[8] Dans notre enquête, Finney dénonce le sérieux de l’AWG qu’il considère : « plutôt comme une entreprise politique que scientifique à moins qu’une proposition en bonne et due forme soit formulée à la Commission internationale de stratigraphie » [librement traduit par l’auteur] et s’étonne que l’AWG ait pu publier de nombreux articles dans des revues majeures et qu’il en soit fait échos dans les médias de masse.

[9] Dans sa recension de l’ouvrage, Arnaud Saint Martin note que dans leur volonté de « résister à la tentation d’homogénéiser à l’échelle d’une inscrutable et abstraite “espèce humaine” », Bonneuil et Fressoz « ne font pourtant que cela ». (St Martin ; 2015, p. 205).

[10] « Appelons par simplicité anthropocénologues cette phalange de chercheurs renommés qui ont eu ce geste audacieux de nommer notre époque. » (Bonneuil, J.-B. Fressoz, 2013, p. 64).

[11] Tableau du corpus consultable en ligne sur le lien suivant : https://univ-montp3.academia.edu/LionelScottoDapollonia

[12] Grille d’analyse consultable en ligne sur le lien suivant : https://univ-montp3.academia.edu/LionelScottoDapollonia

[13] La période analysée à partir de ce corpus est suffisamment représentative de la couverture médiatique en général de l’Anthropocène. Le moteur de recherche Factiva que le nombre de fois où le terme est abordé est en constante augmentation depuis son apparition. Cependant, le terme reste couvert de façon assez marginale comparé à l’occurrence « climat » ou « biodiversité » dont la fréquence d’apparition est de l’ordre de la dizaine de millier de fois par an. Par rapport aux grandes questions environnementales le terme « anthropocène » est abordé de façon très marginale. Le mois d’août 2016 correspond à un pic de traitement sans précédent depuis l’apparition du terme « anthropocène ».

[14] Voici deux des questions posées à l’ensemble des membres de l’AWG et la réponse de Philip Gibbard dans la langue d’origine inextenso :

“What do you think about scientific debate and more precisely about the debate which took place during the 35th congress in South Africa?”

“There was no real debate in the IGC at Cape Town and none was planned. The papers given by Colin Waters were interesting and well presented but there was no forum for debate. This is a misconception from the popular press, etc.”

“What is your point of view about public debate in public area?”

“Tiresome and of little value for academic purposes. Very similar to the Brexit vote, writing based on misinformation and exaggeration for the most part.”

[15] Auteur non renseigné (demande faite auprès du journal), « La Terre est-elle entrée dans une nouvelle époque, l’Anthropocène ? », Ouest France, 29 août 2016.

[16] D. Charlet : « L’Humanité est entrée dans une nouvelle ère, l’Anthropocène », Direct Matin, 29 août 2016.

[17] Ibid. Ouest France.

[18] Ibid. Direct Matin.

[19] De Wever, P. « L’Anthropocène, une nouvelle époque géologique ?», Atlantico, 30 août 2016.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search