Thèse Les controverses climatiques

 Une analyse socioépistémique

Crédit photo Uderzo

La soutenance de thèse s’est déroulée le 14 octobre 2014 à l’Université Paul Valéry Montpellier 3 en présence des membres du Jury

Francis CHATEAURAYNAUD – Jean JOUZEL – Joëlle LE MAREC – Dominique RAYNAUD – Jean-Bruno RENARD – Agnès STEUCKARDT

La thèse est téléchargeable sur le lien suivant: https://univ-montp3.academia.edu/LionelScottoDapollonia

Cette thèse a consisté à construire un outil analytique afin de démêler les dimensions épistémologiques des aspects axiologiques dans les controverses climatiques. Et le moins que l’on puisse dire c’est qu’il y a beaucoup à démêler. Si cette affiche est de nature politique participe à une propagande orchestrée il n’en demeure pas moins que l’influence du soleil est l’objet de controverses dans les revues scientifiques.

Le débat doit-il rester polarisé? Si la recherche en sociologie peut apporter quelque chose c’est de pouvoir s’extirper de cette vision binaire. En l’occurrence cette thèse  permet de clarifier les enjeux de nature épistémologiques et leurs intrications avec les aspects plus politiques, économiques, diplomatiques, normatifs, etc.

Pour rendre pertinent le débat public autour de l’influence du soleil sur les climats terrestres la discussion doit porter sur les ordres de grandeurs de l’influence solaire par rapport au surplus de gaz à effet de serre (le forçage radiatif). A partir de ce point de départ il est possible de retrouver d’autres débats: variabilité naturelle du climat, influence du soleil sur les rayons cosmiques et leur capacité à créer des noyaux de nucléation à l’origine de la formation des nuages, modélisation, etc.

Ces points sont l’objet de vifs débats à l’heure actuelle. Il existe cependant un consensus sur la faible prépondérance (de l’ordre de quelques %) de l’influence solaire par rapport au forçage radiatif. Ce consensus n’est pas synonyme de vérité mais des décisions politiques doivent être prises en l’absence de certitude pour réguler éventuellement le réchauffement. Que faire? La thèse n’apporte aucun élément de réponse qui doit être l’objet d’un débat reposant sur une opinion raisonnée. Cette thèse fait un point sur les controverses passées et présentes. Elle revient sur la construction du GIEC et son inspiration résolument moderniste reposant sur une séparation des sphères scientifiques et politiques. L’outil analytique apporte des réponses originales et permet non seulement de faire un état des lieux de « l’arrière-cour de la science », mais aussi de démêler « le mille-feuille discursif » des controverses climatiques dans l’espace public. Autrement dit il est possible de décrire les intentions stratégiques des différents acteurs à partir de l’analyse de leur discours.

 Résumé

Crédit photo friends-of-sciences

Cette recherche ambitionne d’analyser d’un point de vue socioépistémique les controverses climatiques. Elle s’est structurée autour de deux objectifs principaux : (1) Elaborer et tester un outil d’analyse résolument réflexif construit au fur et à mesure de l’enquête articulant des cadres préexistants et parfois controversés. (2) Analyser les jeux d’acteurs et d’arguments dans les différents espaces de médiation des savoirs controversés concernant la compréhension du système climatique afin de démêler leurs dimensions épistémologique et axiologique. Pour cela cette recherche propose à partir d’un travail bibliométrique, une reconstruction sociohistorique des principaux éléments controversés depuis le XVIIIe siècle jusqu’à nos jours. De plus elle articule : une analyse des discours de chercheurs climatologues ou non suivant différentes situations de communications, une enquête fondée sur des entretiens individuels et collectif et une analyse sociologique pragmatico-linguistique. Cette radiographie des controverses climatiques permet de décrire « le mille-feuille discursif », restituant le In (la partie visible depuis l’espace public) et le Off (la partie relevant de l’activité de la recherche), en démêlant les dimensions ontologique, épistémologique et axiologique.

 

COMMENTAIRES THÈSE

Cet espace est dédié aux commentaires suscités par la thèse de Lionel Scotto d’Apollonia portant sur une analyse socioépistémique des controverses climatiques. Dans l’esprit réflexif des logiques d’enquête du dispositif de recherche cet espace constitue une version augmentée qui alimente la construction du corpus d’analyse post-thèse.

Vous pouvez librement laisser un commentaire ou m’envoyer un texte que je publierais in extenso de manière plus visible.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *